Version classiqueVersion mobile

Social-démocratie 2.1

 | 
Stéphane Paquin

Chapitre 6. La réforme des négociations dans le secteur public : le cas de la Suède

Stéphane Paquin et Jean-Patrick Brady

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En quelques années seulement, la Suède a profondément modifié son mode de négociation des conventions collectives des employés du secteur public1. Avant la réforme, la Suède était réputée pour son système centralisé de négociation des conventions collectives dans le secteur public. De nos jours, le modèle de négociation entre le gouvernement et les employés du secteur public est complètement décentralisé. Il n’existe plus d’échelle salariale nationale, les salaires sont différenciés, individualisés et incluent des primes à la performance selon les préceptes du nouveau management public (Anxo et Erickson 2012 ; Granqvist et Regner, 2011 ; OCDE, 2006 ; Bender et Elliott, 2003 ; Elvander, 2002 ; Fulcher, 2002 ; Thornqvist, 1999).

Un changement d’une telle importance dans un si court laps de temps constitue un véritable casse-tête pour les spécialistes des relations de travail, des groupes de pression et de la réforme de l’État. Comment se fait-il qu’un pays social-démocrate et où les sy...

Auteurs

Professeur à l’École nationale d’administration publique (ENAP) où il est le titulaire de la Chaire de recherche du Canada en économie politique internationale et comparée (CREPIC). Il a publié neuf livres, dont Les théories de l’économie politique internationale (Paris, Presses de Science Po, 2013), International Policy and Politics in Canada (Toronto, Pearson Canada, 2010), avec Kim Richard Nossal et Stéphane Roussel et La nouvelle économie politique internationale. Théories et enjeux (Paris, Armand Colin, 2008). Il a codirigé dix livres, dont Analyse des politiques publiques, avec Guy Lachapelle et Luc Bernier (Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2011). Il a également publié une centaine d’articles dans plusieurs revues scientifiques comme l’International Journal, le Canadian Foreign Policy Review, The Hague Journal of Diplomacy, Études internationales, Nationalism and Ethnic Politics, la Revue canadienne de science politique, la Revue canadienne d’administration publique, ainsi que la Revue internationale de politique comparée.

Doctorant à l’École nationale d’administration publique (ENAP). Il possède une maîtrise et un baccalauréat en politique appliquée de l’Université de Sherbrooke. Boursier du Fonds québécois de la recherche sur la société et la culture, il est aussi chercheur boursier à la Chaire de recherche du Canada en économie politique internationale et comparée et boursier de l’Observatoire de l’administration publique à l’ENAP. Ses travaux de recherche portent sur les groupes de pression et les mouvements sociaux. Plus précisément, sa thèse analyse les mécanismes de concertation entre l’État, les syndicats et le patronat au Québec et en Suède.

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search