Version classiqueVersion mobile

Social-démocratie 2.1

 | 
Stéphane Paquin

Chapitre 5. La concertation syndicats-patronat-État : le modèle suédois à la rescousse du Québec ?

Jean-Patrick Brady

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Depuis plus d’un siècle, l’une des particularités importantes des pays scandinaves est leur modèle de concertation entre l’État, les syndicats et les groupes d’employeurs1. Fréquemment qualifiés de néocorporatistes, ces modèles impliquent une forte concertation des grands groupes d’intérêts avec l’État. Pour P. C. Schmitter, le néocorporatisme « peut être défini comme un système de représentation des intérêts dans lequel les éléments constituants sont organisés en un nombre limité de catégories singulières, obligatoires, non concurrentielles. Hiérarchiquement ordonnées et différenciées selon leurs fonctions, catégories reconnues, autorisées (voire créées) par l’État auxquelles on a concédé un monopole de la représentation bien précis à l’intérieur de leurs catégories respectives en échange d’un droit de contrôle sur la sélection de leurs dirigeants, et de leur soutien2. »

En pratique, cette concertation a pour implication une forte institutionnalisation des mécanismes et une grande v...

Auteur

Doctorant à l’École nationale d’administration publique (ENAP). Il possède une maîtrise et un baccalauréat en politique appliquée de l’Université de Sherbrooke. Boursier du Fonds québécois de la recherche sur la société et la culture, il est aussi chercheur boursier à la Chaire de recherche du Canada en économie politique internationale et comparée et boursier de l’Observatoire de l’administration publique à l’ENAP. Ses travaux de recherche portent sur les groupes de pression et les mouvements sociaux. Plus précisément, sa thèse analyse les mécanismes de concertation entre l’État, les syndicats et le patronat au Québec et en Suède.

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search