Version classiqueVersion mobile

Social-démocratie 2.1

 | 
Stéphane Paquin

Chapitre 1. La social-démocratie en crise ?

Quelle crise ?

Bo Rothstein et Sven Steinmo

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans le cadre de ce chapitre, nous nous poserons la question suivante : est-ce que l’affaiblissement du projet politique social-démocrate en Europe s’explique par la faible performance du modèle social-démocrate1 ? En d’autres termes, est-ce que les insuccès politiques récents des partis sociaux-démocrates sont le résultat d’un rejet rationnel de ce modèle par les électeurs ? Il convient néanmoins de rappeler que le projet social-démocrate se distingue passablement des programmes utopiques et anarchistes qui ont été conçus par certains courants de pensée plus radicaux. Les succès macroéconomiques et sociaux du modèle social-démocrate parlent d’eux-mêmes. À la différence des groupes anarchistes et communistes qui échouèrent à créer des sociétés utopiques, la social-démocratie réussit à développer un modèle socioéconomique efficace et performant parce que ses partisans surent adhérer aux principes du pragmatisme et du réalisme.

Nous estimons donc que la meilleure façon de juger le modè...

Auteurs

Titulaire de la Chaire August Röhss de Science politique de l’Université de Göteborg en Suède, où il dirige également l’Institut Quality of Government. Il a été chercheur ou professeur associé à la Russell Sage Foundation, au Collegium Budapest Institute for Advanced Study, à l’Université Harvard, à l’Université Washington-Seattle, à l’Université Cornell, au Stellenbosch Institute for Advanced Study, à l’Université nationale australienne et à l’Université Stanford. Depuis 1996, il a publié de nombreux ouvrages, dont The Quality of Government: Corruption, Inequality and Social Trust in International Perspective (University of Chicago Press, 2011) et Good Government. The Relevance of Political Science (Edward Elgar 2012, coédité avec Sören Holmberg). Ses articles sont publiés dans de prestigieuses revues: World Politics, Comparative Political Studies, Comparative Politics, European Political Science Review, European Journal of Political Research, Public Administration and Governance. Élu membre de l’Académie royale des sciences de Suède en 2012, il a reçoit un an plus tard une bourse de recherche avancée du Conseil européen de la recherche. Il participe régulièrement au débat public suédois.

Politologue et titulaire de la Chaire en économie politique de l’European University Institute de Florence, est également chercheur invité « senior » au Collège Nuffield de l’Université Oxford et professeur honoraire à la Syddansk Universitet au Danemark. Il a largement contribué au développement de l’analyse de politiques comparées, des politiques publiques et de la théorie institutionnelle et reçu de nombreux prix internationaux, dont le prix Riker pour le meilleur livre en économie politique (APSA), le prix Gabriel A. Almond pour la meilleure dissertation en politiques comparées (APSA) et le prix Gunnar Myrdal pour son livre The Evolution of the Modern State : Sweden, Japan and the United States (2011). Il a également reçu de nombreuses bourses, dont celle, en 2012, du Conseil européen de la recherche pour conduire un projet ayant pour sujet : « La volonté de payer : tester les arguments historiques avec des expériences ».

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search