Version classiqueVersion mobile

Quelle justice internationale au Proche-Orient ?

 | 
Cynthia Eid
, 
Fady Fadel

Postface

Micheline Breidy

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans l’histoire du Liban, c’est la première fois qu’une institution judiciaire à caractère international est mise en place sur un territoire étranger pour juger les auteurs de crimes terroristes ayant eu lieu sur le sol libanais. À première vue, cela peut nous sembler contradictoire par rapport au génie libanais : Beyrouth n’a-t-elle pas accueilli en son sein la prestigieuse école de droit romain, Béryte ? En effet, Béryte figurait encore à l’époque de l’empereur Justinien à côté de Constantinople et de Rome (urbes regiæ) au rang des écoles où le droit pouvait être enseigné officiellement au sein de l’Empire romain.

Or le Tribunal spécial pour le Liban (TSL) se distingue par le caractère mixte (national et international) de sa fondation, de sa composition et du droit applicable. Le TSL a une vocation et une mission uniques, limitées dans l’espace et le temps, de juger les responsables de l’assassinat de Rafic Hariri – qui a fait en plus 24 martyrs et 225 blessés –, et des autres crim...

Auteur

Juge au Tribunal spécial pour le Liban

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search