Version classiqueVersion mobile

Quelle justice internationale au Proche-Orient ?

 | 
Cynthia Eid
, 
Fady Fadel

Chapitre 8. Comment le Conseil de sécurité approche-t-il le TSL ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 2010-2011, le Liban était membre non permanent du Conseil de sécurité de l’ONU (CS). L’actualité locale et internationale a donné l’occasion de mesurer l’importance d’une telle mission au sein de l’organe onusien chargé, en vertu de la Charte des Nations unies, de maintenir la paix et la sécurité internationales.

En novembre 2010, le Liban a en effet failli resurgir devant le CS, non comme membre au sein de cet organe, mais comme protagoniste d’une situation conflictuelle, après l’incident du 27 octobre 20101, où un groupe de jeunes militants s’était attaqué à l’équipe du procureur du TSL à Beyrouth et s’était approprié, par la force, ses documents et ordinateurs. Or, on peut se féliciter du rôle constructif que l’ambassadeur du Liban à l’ONU, Nawaf Salam, a joué avec les membres de sa délégation concernant cet incident, dont le Conseil avait été saisi par le secrétaire général de l’ONU. En effet, le Liban a fait l’objet de discussions et d’échanges, voire de manifestations de sou...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search