Version classiqueVersion mobile

Quelle justice internationale au Proche-Orient ?

 | 
Cynthia Eid
, 
Fady Fadel

Chapitre 5. Les relations libano-syriennes déstabilisées par le TSL

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les relations internationales s’inscrivent dans une logique d’évolution, où le retour en arrière ne peut avoir lieu en tant que tel. Les relations libano-syriennes obéissent à cette règle de fait. Depuis l’entrée de l’armée syrienne au Liban en 1976 jusqu’à son retrait en 2005, tout en passant par l’accord de Taëf1 en 1989, les relations libano-syriennes ont connu des hauts et des bas, et beaucoup de changements, de dégradations, d’évolutions… et ce n’est pas fini !

Le Tribunal spécial pour le Liban (TSL), fondé par un accord bilatéral entre le Liban et l’ONU et entré en vigueur en vertu de la résolution 1757 (2007)2 du Conseil de sécurité de l’ONU (CS), constitue un élément important dans l’évolution des rapports entre les deux États. En effet, bien qu’a priori le TSL soit compétent pour juger les assassins de Rafic Hariri, les enjeux de la politique régionale et de l’environnement géopolitique impliquant la Syrie d’un côté et d’autres puissances régionales de l’autre, comme l’Iran ...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search