Version classiqueVersion mobile

Le manque en partage

 | 
Frédéric Rondeau

Gilbert Langevin

L’obscurité du présent

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

voici venue la dernière saison
et je ne renonce pas à fouiller la brèche
la dernière saison celle où tout commence
et commence au renoncement de soi-même
disait-on : oublie-toi le ciel s’en souciera
Michel Beaulieu (VI, 122)

Neige un peu de mieux
au creux du lisible

l’horizon présente
une page qui chante

et les yeux retrouvent
leurs désirs d’avant
Gilbert Langevin (DE, 28)

« Ici seul solitaire et dépossédé » (OC, 9) : ce vers du recueil L’Octobre de Michel Beaulieu décrit la solitude comme une condition de soi qui constitue aussi possiblement un état partageable. Une telle expérience, qui traverse la poésie des deux auteurs à l’étude dans le présent essai, ouvre sur ce qu’André Belleau appelle la « solidarité dans la distance ». Car cette déclaration peut expliciter non seulement la posture poétique particulière à Beaulieu et à Langevin, mais aussi le rapport à la communauté qui est à l’œuvre dans leur écriture et que nous avons tenté de comprendre tout au long de cet ouvrage. Rappelant au lecte...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search