Version classiqueVersion mobile

Le manque en partage

 | 
Frédéric Rondeau

Gilbert Langevin

Réquisitoire d’une singulière solidarité

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

je me tiens garant d’une civilisation mourante (O, 94)

La poésie de Gilbert Langevin est profondément dénonciatrice de l’injustice, de la maladie, de la médiocrité et, de manière plus générale, de toute parole autoritaire. Au cours des années soixante, l’oppression dont témoignent ses poèmes aura d’abord pour source la religion et se déplacera ensuite vers ce qu’il nomme l’« Westablishment ». Le sentiment d’injustice paraîtra alors exacerbé, l’autorité céleste fera place à la souveraineté des hommes et le jugement divin sera remplacé par la loi aveugle, le tribunal kafkaïen administré par ces « juges qui protègent les chacals » (MA, 29). Une profonde séparation divise alors les tenants du pouvoir et les refoulés aux frontières du politique. Toutes les existences dépeintes dans les poèmes de Langevin sont sommées de se conformer à la rectitude et à la norme. « [A]insi va la loi / protectrice des rastaquouères » (N, 71), s’employant à assimiler marginaux et minoritaires. L’« Westablish...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search