Version classiqueVersion mobile

Le manque en partage

 | 
Frédéric Rondeau

Michel Beaulieu

L’enfance de l’art

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il faudra bien tôt ou tard, prendre la mesure de cette
poésie, ou plutôt nous mesurer à elle, prendre notre
mesure à l’étalon qu’elle nous propose (puisque la poésie est précisément faite pour cela : nous permettre de prendre notre taille)1.
Robert Melançon

je suis de n’importe où je suis n’importe qui (CE, 59)

La poésie de Michel Beaulieu se sera beaucoup transformée entre 1961 et 1985. En effet, Beaulieu aura fait paraître des recueils influencés par la poésie du pays (Desseins. Poèmes. 1961-1966, 1980), une série d’expériences ayant mené à un « lyrisme abstrait2 » (Charmes de la fureur, 1970 ; Variables, 1973 ; Anecdotes, 1977), des vers courts et denses (Paysage, 1971), de la poésie concrète (Le Flying Dutchman3, 1976) et ultimement des poèmes empruntant souvent à l’anecdotique, se rapprochant davantage du récit (Visages, 1980 ; Kaléidoscope, 1984 ; Vu, 1989 ; Trivialités, 2001). Une volonté de captation du mouvant constitue néanmoins une constante de l’œuvre de Beaulieu, qu’il s’agi...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search