Version classiqueVersion mobile

Profession sociologue

 | 
Marcel Fournier

3. La profession

Texte intégral

1Au sens strict, toute profession, comme on le voit avec la profession libérale d’avocat ou de médecin, impose des conditions d’accès, dont la première est une formation postsecondaire et idéalement universitaire, et donne accès à une activité professionnelle qui, le plus souvent indépendante, offre une grande autonomie et implique une relation de service avec plusieurs personnes (clients, patients). L’exercice de telles activités est encadré par un ordre professionnel.

Profession sociologue ?

2Comme pour de nombreuses professions, le plus souvent salariées, le titre de sociologue n’est, au Québec, reconnu par aucun ordre professionnel et il n’est, sauf dans l’enseignement, formellement associé ni à une occupation ni à un poste. Mais la formation universitaire en sociologie est explicitement exigée pour tout un ensemble de postes, que ce soit dans la fonction publique ou dans les entreprises privées, mais l’intitulé de ces postes est variable : chargé de projet, chargé de recherche, méthodologue, directeur des communications.

3Pour celui qui pratique la sociologie, il existe une forme d’encadrement professionnel qu’est l’association. Les deux principales associations au Canada sont la Société canadienne de sociologie et l’Association canadienne des sociologues et anthropologues de langue française (ACSALF). Il n’y a cependant pas, comme c’est le cas en Espagne, en Allemagne ou en Russie, d’association professionnelle de sociologie. Enfin, sur le plan international, il y a des associations auxquelles participent activement les sociologues québécois : l’Association internationale de sociologie et l’Association internationale des sociologues de langue française.

4L’adhésion à ces associations est volontaire. Aussi, ne réunissent-elles pas tous les sociologues diplômés. Fondée à la fin des années 1960, l’ACSALF regroupe aujourd’hui, selon les informations qu’elle m’a fournies, quelque 200 membres, à 80 % des sociologues. La répartition des membres est, selon les secteurs d’emploi ou d’activités, la suivante : Université (50 %), Collège d’enseignement général et professionnel (cégep) (4 %), Secteur public (5 %), Secteur privé et associatif (4,8 %), Étudiant (28,5 %), et non spécifié (7,5 %). Le faible pourcentage de professeurs de niveau collégial s’explique par le fait qu’ils ont leur propre association, l’Association des professeures et professeurs de sociologie des collèges. Si on exclut de l’analyse les étudiants et les retraités, la proportion des professeurs demeure toujours élevée, mais on retrouve une proportion de professionnels et d’administrateurs, que ce soit dans le secteur public, privé ou associatif, de l’ordre de 20 %. Quelques rares sociologues se considèrent comme des travailleurs autonomes ou des chercheurs indépendants.

Le titre et le poste

5Tout jeune qui décide de poursuivre des études en sociologie se fait poser la même question : « Comment peut-on gagner sa vie avec un diplôme de sociologie ? » Pour répondre à cette question, la meilleure façon est de consulter des résultats d’enquêtes sur l’emploi. La dernière enquête « Relance à l’université » menée en 2009 par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport du Québec auprès de la promotion de 2007 révèle deux choses : primo, près de 40 % des diplômés de 1er cycle en sociologie poursuivent leurs études, et parmi ceux qui ne poursuivent pas leurs études et qui sont désireux d’intégrer le marché du travail, 80 % sont en emploi et leur salaire est en moyenne aussi élevé que ceux des diplômés de nombreuses autres sciences sociales, grâce en grande partie aux compétences spécialisées acquises ; secundo, comme pour la plupart des diplômés en sciences, c’est le diplôme de deuxième cycle en sociologie qui donne accès à des emplois spécialisés, avec une grande autonomie et des responsabilités variées. Il y a peu de détenteurs d’une maîtrise en sociologie qui ont de la difficulté à se trouver un emploi spécialisé où ils mettent à profit leurs compétences de sociologue et, à 90 %, ils disent que cet emploi est « en rapport avec leur formation ». Notons enfin que 40 % des diplômés de maîtrise poursuivent leurs études supérieures.

6La sociologie s’est solidement implantée comme profession dans plusieurs domaines ou secteurs. En plus de l’enseignement, de la recherche et de la collecte de données statistiques, ces secteurs, fort diversifiés, sont les suivants : les ministères provinciaux et fédéraux dans les domaines de la santé, des services sociaux, de l’emploi, de l’immigration, de l’éducation, de la culture et des communications ; les agences et organismes publics tels l’Office des personnes handicapées, l’Office de la langue française, la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse ; les entreprises parapubliques (Hydro-Québec) ; les industries culturelles, les journaux, la télévision ; les maisons de sondage et les firmes de publicité et de communication ; les organismes d’action communautaire et les organismes à but non lucratif (Centraide, Maison des femmes du Québec, YMCA) et, sur le plan international, les organismes non gouvernementaux de coopération.

7Plusieurs diplômés en sociologie ont acquis dans leur profession, sur la scène médiatique ou en politique une très grande visibilité : Marie-France Bazzo, Denise Bombardier, Pierre Craig et Claude Sauvé en journalisme, Guy Coulombe, Louise Roy et Michèle Fortin dans l’administration publique, Monique Bégin, Michelle Courchesne, Joseph Facal et Stéphane Dion en politique. D’autres ont réussi à « pénétrer » de nouveaux secteurs : Alain Giguère à la présidence de CROP, Nicole Ollivier à la fondation One Drop, Robert Tessier à la présidence du conseil d’administration de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Autoportraits

8La meilleure façon de parler de la profession de sociologue est sans doute de faire parler les sociologues eux-mêmes et de présenter des autoportraits de diplômés en sociologie qui exercent une activité professionnelle dans des secteurs fort différents, de l’enseignement à l’action syndicale, en passant par le journalisme et la recherche appliquée. De longueur variable, ces autoportraits ont été rédigés par cinq sociologues, trois hommes et deux femmes ; le sixième est la synthèse d’une entrevue réalisée avec Claude Gauthier le 8 octobre 2009. Ce « portrait de famille » permet de saisir concrètement ce qu’est la profession de sociologue : une profession qui exige des habiletés et des compétences particulières, qui ouvre à des emplois et à des carrières très diversifiés et qui, source de satisfactions personnelles et de gratifications professionnelles, donne le sentiment, pour reprendre une expression vieillotte, d’« être utile » à la société.

Claire Denis. Enseigner la sociologie au collégial

9J’ai terminé ma maîtrise en sociologie au milieu des années 1980, à une période où le taux de chômage était extrêmement élevé. C’est dans ce contexte que j’ai entrepris ma carrière : d’abord une charge de cours en sociologie de la famille au Cégep de Sherbrooke, ensuite un poste au Collège de Maisonneuve pour une session. L’automne suivant, comme je voulais revenir dans ma région, j’ai accepté une charge de cours à temps plein au Collège Champlain à Lennoxville. En cours d’année, le monde de l’éducation a fait l’objet de réductions très importantes sur le plan des salaires et de la quantité de postes disponibles dans le réseau. Cette vague de compressions a généré un engorgement dans les cégeps et a allongé la période d’insertion professionnelle de nombreux enseignants. En ce qui me concerne, cela m’a forcée à cumuler les contrats dans plusieurs institutions : chargée de cours dans les deux universités et les deux principaux cégeps de la région, chargée de projet de recherche dans un centre de recherche en gériatrie, agente d’information dans un centre local de services communautaires. Ces emplois ont été occupés toujours en tentant de conserver mon lien d’emploi au cégep, car c’est ce métier que j’avais choisi, celui qui convenait le mieux à mes goûts et aptitudes. J’aimais le défi de l’enseignement au quotidien, celui de la vulgarisation scientifique, et, surtout, cette chance inouïe d’éveiller les consciences qu’offre la sociologie.

10Le travail de professeur dans les cégeps du Québec est souvent perçu comme un emploi des plus enviables. Les conditions de travail autorisent une assez grande souplesse dans l’organisation et la gestion du temps de travail et laissent place à l’initiative. Tel un artisan autonome, l’enseignant demeure largement maître d’œuvre de ses cours.

11Ce métier s’exerce dans de bonnes conditions lorsqu’on réussit à obtenir un poste stable. Cependant, le travail de professeur au collégial n’est pas une sinécure. Dans plusieurs cégeps, le nombre d’élèves rencontrés et suivis est très élevé : en moyenne 150 par session. Dans ce contexte, les interventions individualisées sont peu efficaces et il est difficile d’entretenir des rapports plus personnels avec les jeunes. D’autres réalités compliquent également le travail du professeur de cégep. Il nous faut concurrencer les jeux vidéo, le téléphone cellulaire, Harry Potter et toutes les innovations dans l’univers médiatique ! La connaissance et la science font pâle figure à côté de ces activités captivantes. Le marché du travail offre également à nos élèves des gratifications à court terme qui rendent les études collégiales moins attrayantes. Avec autant de compétition, arriver à intéresser les jeunes à nos cours constitue un défi permanent !

12La sociologie fait partie du cursus d’une dizaine de programmes, d’abord au préuniversitaire, dans les programmes Sciences humaines et Sciences, lettres et arts, mais aussi dans plusieurs programmes techniques (Techniques policières, Soins infirmiers, etc.). La sociologie occupe une place que d’aucuns jugent enviable, mais sa situation demeure précaire et tributaire de décisions prises localement dans chacun des cégeps et dans chacun des programmes.

13Cette présence de la sociologie dans plusieurs programmes signifie aussi que beaucoup de titres de cours sont à pourvoir et à partager par de petites équipes et que les thèmes de ces cours sont très diversifiés : famille, santé, problèmes sociaux, médias, minorités, immigration, méthode de recherche, changement social. Cela engendre un surcroît de travail, notamment sur le plan de la conception et de la recherche nécessaire à la préparation de cours. En début de carrière, le nouvel enseignant, en plus de s’initier à la pédagogie, doit maîtriser plusieurs contenus de cours. Ce métier ne peut s’apprivoiser que sur plusieurs années.

14L’enseignement de la sociologie pose un défi additionnel dans le contexte actuel de la postmodernité et de l’individualisme. Nous vivons dans une société où l’individu est jugé responsable de sa réussite ou de son échec. Lorsque l’on propose une analyse de situation qui met de l’avant la responsabilité collective, cela nous place automatiquement à contre-courant. Les préjugés forts envers les assistés sociaux forment un cas d’espèce. Quoi de plus facile pour résoudre la question de la pauvreté que de blâmer les victimes ! Aussi, le professeur doit aborder certaines questions avec doigté pour ne pas voir les élèves se braquer. La sociologie n’est pas une science qui s’impose sans débats ou grincements !

15Amener les jeunes à se concentrer sur des questions ou des problèmes de société nécessite de l’imagination pédagogique et une grande force de conviction. C’est sans conteste un défi passionnant à relever ! Même après 30 ans, ce métier n’est jamais routinier. Quel plaisir lorsqu’on voit l’étincelle s’allumer dans le regard d’un élève ! La gratification suprême arrive lorsque les élèves se disent ébranlés par les analyses que je présente. Le fait de réussir à éveiller les consciences, en ouvrant un nouveau mode d’appréhension de l’humain en tant qu’être essentiellement social, vient donner tout le sens à ce noble métier.

16Enseigner la sociologie au collégial : une passion et un privilège extraordinaire parce que cette science offre un mode global de réflexion, qui se rapproche de la physique, par sa manière de dévoiler les composantes d’un système social ou d’une institution particulière. Sa démarche scientifique et sa capacité de mettre au jour les rouages de la société, les conflits, les problèmes et les enjeux qui nous concernent tous constituent les grandes forces de cette discipline. Au cégep, ce ne sont pas de futurs sociologues que nous formons, mais des citoyens qui, nous l’espérons, seront plus critiques et mieux à même d’exercer leur rôle et de faire des choix éclairés. Initier à la sociologie signifie transmettre une importante tradition en lui rendant justice et en espérant que nos futurs avocats, administrateurs, éducateurs, infirmières, policiers, psychologues, journalistes… seront conscients et mieux équipés pour se repérer dans un monde qui semble parfois inextricable.

Claude Sauvé, ou la sociologie du quotidien

17Tout journaliste devrait étudier la sociologie et tout sociologue devrait pratiquer le journalisme. Les deux disciplines y gagneraient, le journalisme, en rigueur et la sociologie, en réalisme. Mais j’ignorais cela au moment de mes études en sociologie à l’Université de Montréal. J’allais devenir journaliste sans trop m’en rendre compte, preuve que le hasard fait bien les choses.

18C’était un peu avant l’Exposition universelle de 1967. Un ami étudiant en droit, rencontré dans un couloir de la faculté, m’a raconté qu’il rédigeait des nouvelles pour la radio, deux ou trois nuits par semaine, ce qui lui procurait un revenu suffisant pour s’offrir un appartement et une automobile. J’ai aussitôt pris rendez-vous avec son chef de service et j’étais embauché la semaine suivante. J’ai fait comme mon ami : j’ai rédigé des nouvelles la nuit, j’ai pris un appartement et j’ai acheté une Simca d’occasion, tout en poursuivant mes études de maîtrise en sociologie.

19Le reste de mon histoire se déroule comme une envolée spatiale : le décollage exige un effort particulier, puis l’exploration de nouveaux mondes devient tellement captivante qu’on ne peut plus songer à faire machine arrière. Le monde de l’information et de la radio publique m’a fasciné, on m’a proposé de devenir reporter et ce travail m’a complètement branché. Branché sur l’univers, bien sûr, mais aussi sur les réalités dont traitait la sociologie. C’est ainsi qu’au lieu de me diriger tout droit vers une carrière universitaire j’ai bifurqué vers le journalisme. J’ai débuté à la radio et je suis ensuite passé à la télévision. D’abord aux nouvelles, puis aux magazines quotidiens et hebdomadaires. Je n’oubliais pas d’où je venais, car je posais un regard de sociologue sur le monde que je parcourais.

20Sans énumérer toutes les émissions auxquelles j’ai contribué, je citerai celles qui ont, me semble-t-il, laissé une empreinte sur leur époque — l’époque étant une réalité très courte dans le monde médiatique. J’ai fait mes premières armes en reportage radio à la Société Radio-Canada. J’ai d’abord collaboré aux émissions Le radiojournal et Le monde aujourdhui, avant de devenir chroniqueur aux magazines radiophoniques Sil vous plaît, Aux vingt heures et Par quatre chemins. Toujours dans la fonction de reporter, j’ai eu le privilège de couvrir la crise d’Octobre 1970, l’actualité parlementaire à Ottawa et à Québec, de nombreuses campagnes électorales au Canada et aux États-Unis. Puis, j’ai animé l’émission radiophonique quotidienne Présent québécois, avant de retourner au reportage, cette fois pour la télévision. J’ai collaboré à de multiples émissions, depuis Le téléjournal jusqu’aux documentaires des Dossiers, en passant par des magazines télévisuels.

21Depuis que j’ai fait mien ce métier de journaliste, j’ai l’impression de pratiquer une sorte de sociologie appliquée. Bien entendu, le cadre et les objectifs des deux disciplines sont bien différents. Mais ce sont leurs ressemblances et leur interdépendance qui m’ont le plus frappé. Quand j’ai couvert mon premier conflit de travail, j’ai tout de suite trouvé mes repères, ceux des cours de Guy Rocher. Quand je me suis retrouvé dans les bas-fonds de Chicago, avec la police et les pompiers, je me remémorais les conférences d’Alex Inkeles et les cours sur le maître américain donnés à l’Université de Montréal par sa traductrice, Céline Saint-Pierre.

22Il y a un important courant qui reconnaît les rapports entre sociologie et journalisme : c’est la célèbre « école de Chicago ». L’une de ses figures emblématiques, le sociologue Robert Park, a fait des études de sociologie et de philosophie et a pratiqué le journalisme jusqu’à l’âge de 50 ans. Grand voyageur, il considérait même le sociologue comme une sorte de superreporter. Selon lui, les deux professions partagent la même obsession pour la connaissance des faits de première main. À son disciple Nels Anderson, qui menait une vaste enquête sur les sans-logis de Chicago, Park avait dit : « Écrivez seulement ce que vous voyez, entendez et savez, comme un journaliste ! »

23Bien entendu, il y a de grandes différences entre le travail du sociologue et celui du journaliste. Ce dernier travaille dans l’urgence. Il doit observer, analyser et rendre compte d’une actualité immédiate, alors que le sociologue peut s’offrir le luxe de prendre son temps.

24Le travail du journaliste n’est cependant pas totalement différent, puisqu’il s’appuie souvent, lui aussi, sur des données statistiques recueillies auprès d’organismes publics ou privés. Je me souviens d’une série de reportages sur l’espérance de vie dans diverses régions d’Amérique du Nord pour laquelle je me suis replongé dans les données de recensements, comme j’avais appris à le faire dans les cours de Jacques Henripin.

25À l’exception peut-être des nouvelles proprement dites, le journaliste propose aussi des réflexions sur l’actualité. Contrairement au sociologue, il le fait rarement sur le long terme, sauf pour des événements exceptionnels tels que les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis. J’ai par ailleurs eu le privilège de travailler à des reportages télévisés de style documentaire, pour lesquels je disposais d’un temps de recherche et de production considérable, un luxe que les journalistes envient souvent aux sociologues ! L’un de ces documentaires, intitulé Donnant, donnant, portait sur le troc dans plusieurs régions du monde.

26On doit encore préciser d’autres différences très importantes. Contrairement au journaliste, le sociologue s’adresse généralement à un public restreint et spécialisé, tout en se référant à un cadre théorique. Du coup, le travail du sociologue se fait plus en profondeur. Mais les deux professionnels se rencontrent aussi fréquemment dans les médias. Des journalistes s’appuient sur des recherches sociologiques, en consultent les auteurs et les interviewent à l’occasion pour un article ou une émission. De même, plusieurs sociologues « médiatisés » délaissent le jargon scientifique et multiplient les efforts de vulgarisation dans les médias, contribuant ainsi à rendre la pensée sociologique accessible au plus grand nombre.

27De la fin de la Deuxième Guerre mondiale aux années 1960, le nombre des médias a littéralement explosé. Durant cette période, la presse écrite et électronique embauchait des gens qui avaient une tête bien faite et qui savaient s’exprimer correctement. Ensuite, ils étaient formés sur le tas au métier de journaliste. Avec le temps, ces mêmes médias ont placé la barre un peu plus haute et exigé de leurs aspirants journalistes une formation universitaire, d’abord de premier cycle et puis, avec le temps, de deuxième cycle, vu l’augmentation graduelle du nombre de diplômés universitaires. Évidemment, la plupart de ces recrues provenaient de disciplines des sciences sociales, ce qui explique en partie le grand nombre de sociologues devenus journalistes.

28Le paysage médiatique s’est aussi transformé avec la création de programmes de formation journalistique au postsecondaire. Maintenant, une bonne proportion des nouveaux praticiens de l’information ont fréquenté ces écoles spécialisées. Plusieurs des diplômés en journalisme reçoivent également une formation en sciences sociales ou dans d’autres disciplines universitaires. Car les journaux et les stations recrutent de plus en plus de diplômés à double formation, soit parce que le média lui-même est spécialisé, soit parce qu’il diffuse des chroniques spécialisées.

29Quelle que soit leur formation initiale, une bonne part des journalistes contemporains utilisent des instruments similaires à ceux des sociologues, tels que les interviews, les portraits, les observations sur le terrain, les sources statistiques, les sondages et les bases de données informatisées. Les deux groupes revendiquent parfois la même forme d’objectivité. Pour ma part, je préfère parler, dans le cas du journaliste, d’une posture de neutralité plutôt que d’objectivité.

30Journalistes et sociologues ont comme fonction commune d’informer la société des phénomènes qui la concernent, l’expriment et la constituent. Mais les journalistes, parfois surnommés les « chercheurs pressés », ont de moins en moins de temps d’enquête, de recherche et de rapport — écrit ou audiovisuel. La course à la primeur, l’accélération générale des messages, la multiplication des médias et l’omniprésence de l’information accentuent le caractère éphémère et quasi instantané des récits journalistiques. Dans la mesure où ces phénomènes prendront de l’ampleur, le travail du journaliste ressemblera de moins en moins à celui du sociologue universitaire. Cela ne m’empêchera jamais de percevoir mon métier de journaliste comme celui d’un sociologue du quotidien.

Claude Gauthier : si l’on en croit les sondages…

31Milieu des années 1960. La Révolution tranquille. Comme le dit le slogan politique, c’est « Le temps que ça change ». Claude Gauthier termine ses études classiques. Les questions politiques et sociales le passionnent. Il est curieux : il veut comprendre la société. Il s’inscrit en sociologie à l’Université de Montréal, mais sans trop savoir ce qu’il fera avec un diplôme en sociologie. La période est stimulante. Des confrères de classe s’engagent dans l’action sociale. Les professeurs — Guy Rocher, Marcel Rioux, Jacques Dofny — sont « les grands noms de la sociologie au Québec ».

32Assez rapidement, Claude découvre qu’il y a, en sociologie, des débouchés : l’enseignement, mais aussi la recherche (principalement en milieu universitaire). Son goût pour la recherche se développe alors : c’est ce qu’il veut faire.

33Au cours de l’été 1968, pour gagner de l’argent, il travaille comme intervieweur chez CROP et, l’été suivant, il fait un stage en France à la Sécurité sociale. À son retour, à l’automne 1969, CROP lui offre un travail d’assistant de recherche pour une enquête sur la profession d’infirmière. Il s’agit d’une enquête par questionnaire en face-à-face. Puis on lui offre un autre mandat. C’est le début d’une vraie carrière chez CROP : il devient chargé de projet, s’occupant principalement de mandats à caractère social et politique. Que demander de plus : « Je me sentais gâté ! » Les projets s’enchaînant, il n’est alors plus question, pour lui, de poursuivre la rédaction de son mémoire de maîtrise en sociologie.

34CROP est créé en 1965 par Yvan Corbeil. C’est le premier centre de sondage au Québec. Les débuts sont modestes : un sous-sol rue de l’Épée à l’angle de Laurier. Les techniques sont encore rudimentaires : cartes perforées, codage à la main, etc. Lors de l’élection provinciale de 1970, on réalise un premier grand sondage politique qui prévoit que Jean-Jacques Bertrand sera battu par Robert Bourassa. Les médias se mettent alors à aimer les sondages. C’est à ce moment que Claude Gauthier a vraiment la piqûre. Il participe avec ses collègues à la mise sur pied des premiers protocoles d’enquête politique : échantillon, formulation des questions, etc. Tout est à inventer : « C’était excitant. On était en quelque sorte des pionniers.  » Dans plusieurs milieux, y compris au journal Le Devoir, on rencontre une certaine résistance : « Claude Ryan, son directeur, ne pouvait pas croire qu’on puisse prédire le vote sur la base d’un sondage auprès d’un échantillon de 1000 personnes. » Le sondeur doit aussi se faire pédagogue et enseigner le b-a ba du sondage : l’échantillonnage, le questionnaire, l’analyse des résultats, les marges d’erreur.

35Les journaux, la télévision : tout le monde découvre l’importance des sondages. Le service de recherche de Radio-Canada confie régulièrement à CROP la réalisation des sondages pour connaître la satisfaction du public et établir sa programmation. Claude Gauthier prend du galon et devient le vice-président exécutif, en quelque sorte le bras droit d’Yvan Corbeil. C’est lui qui gère les choses à l’interne, fait les embauches et aussi les mises à pied ; c’est aussi lui qui apprend aux nouveaux employés à faire des sondages. La structure interne se hiérarchise (superviseurs, chargés de projet, directeurs) et se complexifie avec une plus grande division du travail : des pigistes pour le centre d’appel, des techniciens en informatique. CROP diversifie ses activités et met au point de nouveaux produits : le fameux 3 SC, sur les courants socioculturels, et le sondage omnibus mensuel.

36Actuellement, CROP compte une cinquantaine d’employés à temps plein. La société occupe un étage complet dans une tour, rue Sherbrooke. À titre de vice-président, Claude Gauthier est régulièrement en contact avec les clients — démarchage, finalisation des contrats — et aussi avec les médias pour commenter les résultats des sondages. Des chefs de cabinet de premiers ministres le consultent pour mieux comprendre les résultats des sondages. Il collabore aussi avec des universitaires en leur donnant accès aux résultats des sondages. Son champ privilégié d’action demeure le sociopolitique : les sondages politiques, mais aussi les sondages pour les syndicats, les associations patronales ou dans le domaine de la santé. On doit, précise Gauthier, développer une posture spéciale : « Il faut conserver sa crédibilité, et la seule façon de le faire, c’est de montrer ni partialité ni partisanerie et de faire preuve d’indépendance d’esprit et de discrétion. »

37Quelles sont les qualités d’un bon sondeur ? En plus d’avoir une formation universitaire, il faut, selon Gauthier, avoir une grande ouverture d’esprit (car la clientèle est très variée), lire et suivre l’actualité politique ou sociale, savoir écrire (car ce qu’on remet aux clients, ce sont des rapports écrits ou en PowerPoint) et se présenter en public. Et l’art de faire des sondages ? « Ça s’apprend sur le tas. »

38Il a passé plus de 30 ans dans la même entreprise, sauf une année (1981-1982) passée chez BBM, une entreprise spécialisée dans les cotes d’écoute pour la radio et la télévision. « Un travail monotone. » Claude Gauthier revient chez CROP, où il retrouve ses clients : « Un bon milieu de travail, de bonnes conditions salariales, une reconnaissance. » Lorsque au début des années 1990 Yvan Corbeil quitte la direction et la présidence de l’entreprise, Claude Gauthier ne souhaite pas prendre la relève, car il ne veut pas devenir un administrateur à temps plein, toujours en réunion ; il préfère demeurer près de la recherche, proche du terrain, des clients : « Je suis avant tout un chercheur. »

39Claude Gauthier est conscient d’avoir contribué à « moderniser » la vie politique en introduisant de nouvelles techniques d’analyse des comportements électoraux. Un homme d’influence ? Le travail du sondeur n’est pas, selon lui, d’exercer une influence, mais d’abord de comprendre, d’analyser et d’informer. Certes les sondages ont pris une telle importance dans la vie politique qu’il a fallu établir quelques balises ou règlements : les journaux doivent donner des informations sur les sondages (méthodologie, date, commanditaire, libellé des questions, échantillon). On reproche parfois aux politiciens de « gouverner par sondage ». Mais qui gouverne par sondage peut aussi, remarque Gauthier, perdre par sondage ! « En politique, on ne peut rien faire sans tenir compte de l’opinion publique, ce qui ne veut pas dire suivre aveuglément l’opinion publique. »

40L’avenir des sondages ? Claude Gauthier croit qu’il est de plus en plus difficile d’en faire : les taux de réponse sont plus faibles qu’auparavant, les gens en ont assez d’être harcelés par téléphone, le télémarketing déplaît, etc. Les jeunes n’ont souvent que des cellulaires. Or il n’y a pas de liste disponible aux sondeurs. « Comment les joindre ? » se demande Gauthier. Par Internet ? « On utilise de plus en plus Internet, mais il y a des difficultés et des lacunes : on ne peut pas toujours vérifier qui répond. » Ce n’est pas pour autant la fin des sondages. Il y a, pour ceux ou celles qui veulent s’engager dans l’étude de l’opinion publique, de nouveaux défis : « C’est un métier qu’il faut sans cesse réinventer. »

Michel Doré, un sociologue dans l’action

41Étudier la sociologie au début des années 1960 constituait la suite normale de mon engagement dans la plupart des causes collectives liées à la Révolution tranquille. Mes années d’études et mon poste d’assistant de recherche n’ont fait que confirmer davantage ma volonté d’associer réflexion sociologique et action. J’ai pu retrouver cet engagement dans les grandes transformations de la société d’alors chez plusieurs de mes professeurs de l’Université de Montréal.

42De retour au Québec après des études de doctorat en France avec Alain Touraine, sociologue du travail et des mouvements sociaux, j’ai rapidement fait un choix. Plutôt que d’aller du côté de l’enseignement comme le faisaient bon nombre de mes amis, j’ai choisi d’œuvrer dans les quartiers populaires pour contribuer à mettre en place les premiers comités de citoyens par l’entremise du Conseil de développement social. Un an plus tard, je passais à la Confédération des syndicats nationaux (CSN), d’abord au Service de formation, puis au Service de la recherche. J’ai été par ailleurs le premier sociologue embauché par la centrale. La sociologie devait selon moi contribuer à changer le monde au plus près des mouvements sociaux.

43Au début des années 1970, l’action syndicale prenait beaucoup de place au Québec. Les premières négociations dans le secteur public avaient donné lieu à de graves affrontements avec l’État et à l’emprisonnement des chefs syndicaux. Les grèves face aux compagnies multinationales étaient longues et souvent violentes. La CSN se définissait comme anticapitaliste et socialiste. Je reçus comme mandat de la direction de reconstruire le Service de formation, sérieusement affecté par la scission de la Centrale des syndicats démocratiques en 1972. Il fallait notamment produire de nouveaux outils de formation, former un réseau de formateurs dans toutes les régions et les fédérations, dispenser les connaissances techniques et politiques à des milliers de militants et à plusieurs centaines de conseillers syndicaux. Je donnais de la formation aux travailleurs en grève. J’agissais aussi comme conseiller auprès de la direction de la CSN sur diverses questions.

44Mon affectation au Service de recherche dix ans plus tard n’a pas substantiellement changé mon travail. Si la part de recherche a augmenté, je continuais toujours à donner de la formation. Notre petite équipe d’économistes, de diplômés en relations industrielles et bientôt d’autres sociologues devait répondre à une forte demande de recherches venant de tous les secteurs de l’économie et du travail. De plus, la CSN prenait alors part à tous les débats d’une société en pleine mutation : la question nationale et les deux référendums sur la souveraineté, la révolution féministe, l’apparition des nouvelles technologies informatisées qui modifiaient les conditions de travail et de vie, etc. Les liens avec l’État se transformaient avec la tenue des sommets socio-économiques, la multiplication des commissions parlementaires, la complexification des négociations dans le secteur public. Comme sociologue, je devais comme mes collègues de travail, être polyvalent et multidisciplinaire, capable de produire assez rapidement des documents accessibles devant faire avancer la réflexion et l’action. Ces documents devaient être discutés par les instances décisionnelles et aux congrès de la CSN. Voilà qui fut toujours pour moi un défi passionnant !

45Au milieu des années 1980, avec tous les changements de société, partout dans le monde, le syndicalisme industriel était en crise. Il fallait adapter nos objectifs aux nouvelles réalités de l’emploi et du travail. Il fallait aussi redéfinir nos stratégies dans un contexte de mondialisation de l’économie, de crise du modèle fordiste de production et de consommation, de changements de composition de la main-d’œuvre, de montée des politiques néolibérales et de remise en question du rôle de l’État. Il fallait produire des documents de réflexion pour des congrès d’orientation et des colloques dans les secteurs où nous étions présents.

46Comme sociologue du travail, j’ai toujours eu à cœur, et ce, plus particulièrement au cours de mes quinze dernières années à la CSN, la réorganisation du travail et l’implication des syndicats et des salariés dans celle-ci. Il s’agit d’un sujet qui a beaucoup été débattu dans les organisations syndicales, qui a donné lieu à beaucoup d’expérimentations et qui est encore très actuel. L’enjeu a toujours été de réconcilier les objectifs de productivité et de qualité des produits et services dans le secteur manufacturier et les services publics avec l’amélioration de la qualité de vie et de la démocratie au travail et l’accession des salariés à de nouveaux droits. J’ai produit la plupart des documents de la CSN sur cette question et j’ai pris part à de nombreuses démarches de réorganisation du travail. Une façon très stimulante de lier la théorie à l’action !

47Dès le début et tout au long de ma carrière à la CSN, j’ai constaté que nous étions incapables avec nos moyens limités de répondre à tous les besoins de recherche et de formation générés par l’action syndicale, souvent sur des questions fort complexes comme la santé-sécurité au travail. J’ai consacré une bonne partie de mon temps à faciliter et à organiser avec d’autres les transferts de connaissances entre les organisations syndicales et populaires et les universités, en particulier au sein des Services à la collectivité et par un protocole avec l’Université du Québec à Montréal et les centrales syndicales. Avec la collaboration d’un grand nombre de professeurs, nous avons tenu des centaines de séances de formation et réalisé nombre de recherches, dans une pluralité de disciplines en sciences sociales et en sciences pures. Une expérience particulièrement riche qui, de surcroît, a souvent entraîné des changements dans les contenus d’enseignement et les thèmes des recherches universitaires.

48En somme, ma carrière à la CSN a renforcé ma conviction que la profession de sociologue doit être plus que jamais un élément critique d’une société qui fait face à de nouveaux défis, que ce soit dans les tâches d’enseignement et de recherche ou dans les débats sociaux et dans l’action.

Antoine Moreau : la recherche appliquée en environnement

49Après une maîtrise en sociologie à l’Université de Montréal, j’entreprends une carrière de consultant en sociologie de l’environnement un peu par hasard grâce à un premier contrat avec Hydro-Québec. L’entreprise cherche alors à lancer un programme de recherche sur les contestations dont ses équipements faisaient de plus en plus souvent les frais.

50Ce premier contact sert de tremplin à la création, avec des collègues universitaires, d’une entreprise de services-conseils en recherche sociale : Entre Les Lignes inc. Cette aventure dure 15 ans. Puis je quitte Entre Les Lignes pour poursuivre pendant quelques années mon travail de consultation comme travailleur autonome. En 2005, la compagnie Nove Environnement de Trois-Rivières m’offre de poursuivre ma carrière au sein de son équipe de spécialistes des sciences humaines et sociales. Cette équipe de travail se spécialise dans les évaluations d’impact social d’implantation d’infrastructures. Nove Environnement est achetée en 2007 par Genivar. Je poursuis ma carrière de sociologue dans le cadre de cette entreprise de génie-conseil qui offre à ses clients des services d’évaluation environnementale diversifiés.

51Depuis les débuts de ma carrière professionnelle, je me suis beaucoup intéressé à la relation individus-environnement et plus généralement à la question des impacts des modifications environnementales sur le comportement individuel et les relations sociales.

52Il n’existe pas, dans le domaine de l’évaluation d’impact, de modèle ou de théorie unique. Les conséquences découlant des modifications environnementales sont en effet trop multiples pour être déclinées sous une seule approche. Elles sont associées, par exemple, à l’impact des nuisances (bruit, poussières, odeurs, etc.) sur la qualité de vie, les relations de voisinage, l’usage du milieu, l’attachement à celui-ci ; à l’impact des modifications du territoire sur ses usages par les populations et des changements que cela entraîne dans les relations sociales des groupes touchés. On pense ici à la création des barrages hydro-électriques et à leur impact sur les communautés autochtones de la baie James, à l’implantation de mines au Nunavik et plus généralement aux conséquences des multiples projets d’exploitation des ressources sur les communautés éloignées. Il s’agit également de l’immense question des risques technologiques et environnementaux et de leurs perceptions par les populations. Les risques engendrent chez les individus et les groupes affectés des comportements d’évitement, de défense et de recherche de garantie de sécurité. Il peut s’agir enfin des déplacements de populations à la suite de l’ouverture d’un projet de mine ou, à l’inverse, de la fermeture d’un site et de la décroissance économique et démographique rapide qui s’ensuit.

53Ces évaluations d’impacts commandent en général plusieurs opérations de recherche et d’étude. Les méthodes de recherche employées sont qualitatives et quantitatives et touchent plusieurs types de sources d’informations, officielles et « grises », statistiques et individuelles. Dans chaque cas, la stratégie de travail de collecte et d’analyse doit être ajustée au besoin et au milieu visés.

54Les opérations de collecte et d’analyse les plus souvent utilisées sont notamment : la revue de littérature d’étude d’impact et d’analyse des conséquences de projets similaires ; l’examen de l’histoire de la communauté ou de la région affectée ; la revue de presse du projet ; l’examen des statistiques officielles quant à la démographie, l’économie, la santé publique ; la réalisation de sondages et d’entrevues ou de groupes de discussion avec des informateurs clés du monde des affaires, des services gouvernementaux ou de l’économie sociale.

Aude Fournier, une sociologue face aux inégalités sociales

55Ma jeune expérience de recherche m’a amenée à découvrir une sociologie qui se fait proche des gens, des conditions et des rapports qu’ils vivent au quotidien, et qui s’appuie sur une reconnaissance de leur parole et de leur savoir ; une sociologie qui secoue la quiétude de ce qu’on tient pour définitif et inchangeable. Depuis trois ans, parallèlement à mes études de maîtrise en sociologie à l’Université de Montréal et à des engagements sociaux, je travaille comme agente de recherche au Centre de recherche de Montréal sur les inégalités sociales, les discriminations et les pratiques alternatives de citoyenneté. Ce centre universitaire est affilié au Centre de santé et de services sociaux à Montréal.

56Cette porte inhabituelle par laquelle je suis entrée en sociologie m’a menée vers différentes expériences de recherche, notamment un projet de recherche participative avec une équipe mobile qui intervient auprès de populations à la marge du réseau « classique  » de la santé et des services sociaux, vivant en situation de grande pauvreté et parfois d’itinérance. À travers cette expérience, j’ai d’abord été confrontée à des questions d’ordre éthique, car j’étudiais des populations triplement mises en boîte par une société qui les discrédite, des interventions qui les étiquettent comme « vulnérables » et « à risque », et des recherches qui frôlent le voyeurisme.

57Pour quoi et pour qui faire de la recherche ? J’ai pu découvrir que faire de la recherche en milieux de pratique auprès de populations vivant des inégalités et des discriminations au quotidien, c’est d’abord s’engager avec elles pour l’amélioration de leurs conditions de vie et de leur bien-être. C’est aussi créer des espaces de réflexion critique où peuvent se croiser les regards des populations concernées, des intervenants, des gestionnaires et des chercheurs, et accepter d’étudier un monde d’acteurs qui théorisent également le social. Finalement, c’est interroger et chercher à rendre plus égalitaires les rapports qui nous unissent aux populations étudiées.

***

58Cette photographie de la profession est évidemment incomplète : il manque le fonctionnaire à l’emploi d’un ministère ou le coopérant international. Quant aux informations sur les nouvelles conditions d’accès et d’exercice de la profession de sociologue, elles sont lacunaires. L’on peut penser que la formation universitaire des jeunes sociologues est, comparativement à celle des générations précédentes, plus interdisciplinaire et moins linéaire, avec des périodes d’arrêt et des stages. L’engagement social prend moins la forme du militantisme pour devenir à la fois plus personnel — un mode de vie — et plus humanitaire. Le pôle d’intégration est, comme on le voit avec l’altermondialisme, moins l’organisation politique que le réseau.

59Pierre Bourdieu disait que la condition de la connaissance sociologique n’est pas seulement le dépaysement, mais aussi et surtout le déplacement. Aujourd’hui, plus qu’hier, on a d’autant plus de chances de devenir un « bon » sociologue qu’on bouge. Pour que le sens du social se développe, il faut en effet être capable de voir les choses de plusieurs points de vue différents, de près et de loin, d’une façon transversale. D’où l’importance de toutes les formes de mobilité, que celle-ci soit sociale, géographique ou disciplinaire, avec des migrations, des formations dans plus d’une institution et dans plus d’une discipline, des séjours d’études et des stages à l’étranger.

60Dans le contexte de la mondialisation, il y a une accélération des communications entre les sociologues des divers pays, une augmentation des recherches comparatives, une multiplication des organisations internationales de recherche et d’enseignement et, comme on le voit dans d’autres professions, le développement de nouveaux modèles de carrière internationale.

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search