Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La contre-culture au Québec

 | 
Frédéric Rondeau
, 
Karim Larose

Improvisation : jazz, rock et musique actuelle

Chapitre 2. L’évolution intranquille : multiplicité et rock québécois

Jean-Pierre Sirois-Trahan

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La contre-culture des décennies 1960-1970 pose des problèmes de précision conceptuelle1. Elle peut se définir, pour une part, comme une culture minoritaire qui s’oppose à la culture dominante. De ce point de vue, elle est largement synonyme de l’underground : il s’agit d’un mouvement artistique qui contesterait le courant principal (mainstream), à la nuance près que la contre-culture possède une connotation holistique : elle se veut une alternative globale à la culture dominante. Elle ne s’érige pas seulement contre elle ; elle cherche à la remplacer. À l’inverse, le terme « underground » connote parfois le désir puriste de ne pas être récupéré par les médias de masse2.

On peut également rapprocher la contre-culture des avant-gardes historiques, dont on voit les derniers feux dans les années 1960 (situationnisme, Fluxus, pop art, op art), mais elle s’en distingue par son positionnement particulier : toute avant-garde se concevait comme unique en s’opposant de façon duale (nous contre...

Auteur

Directeur de la revue savante Nouvelles vues. Il est également professeur titulaire en cinéma à l’Université Laval depuis 2003. Il s’intéresse au cinéma des débuts et travaille présentement sur l’intermédialité du cinéma, le rock québécois, l’enregistrement et le cinéma de Georges Méliès, dont il a établi la biographie dans La Vie et l’Œuvre d’un pionnier du cinéma (2012).

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540