Version classiqueVersion mobile

Profession sociologue

 | 
Marcel Fournier

2. Le métier

Texte intégral

1La sociologie est, pour reprendre le titre d’un ouvrage maintenant classique de Pierre Bourdieu, Jean-Claude Chamboredon et Jean-Claude Passeron, Le métier de sociologue (1968), un métier, au sens noble du terme, c’est-à-dire une activité professionnelle qui ne se réduit pas à l’application de quelques « recettes de cuisine scientifique », mais qui exige, de la part de qui l’exerce, une solide maîtrise des outils — méthodes, concepts et théories — indispensables à toute recherche et une grande capacité d’autoréflexivité et de vigilance épistémologique. La sociologie n’est pas seulement, comme le dira Bourdieu dans le documentaire que lui consacre le cinéaste Pierre Carle, un « sport de combat », c’est aussi un « sport de haut niveau », qui exige de la part de celui qui s’y engage, une longue et sérieuse préparation.

2Du travail du sociologue, on peut dire, pour reprendre le titre d’un ouvrage de Claude Lévi- Strauss, qu’il consiste à faire trois choses : regarder, écouter, lire. Mais il faut, pour la sociologie, ajouter une quatrième activité : mesurer. De plus, comme tout scientifique ou professionnel, le sociologue est amené à rendre publics les résultats de ses recherches et de ses réflexions : il écrit, il parle.

Observer

3La découverte de l’Autre est à l’origine des sciences sociales. La curiosité se mêle alors d’exotisme : l’Autre, c’est le « primitif », le « non-civilisé ». Un sauvage, quoi ! Ses mœurs et ses coutumes si étranges fascinent et font peur. Lorsque le baron de Lahontan (1666-1716) vient en Nouvelle-France en 1683, il découvre un « sauvage de bon sens » et, à son retour en France, il écrit ses fameux Dialogues avec un Sauvage. Son message est clair : les sociétés amérindiennes sont supérieures aux sociétés européennes. Les premiers observateurs sont des voyageurs, des missionnaires et des administrateurs coloniaux. Puis viennent les anthropologues qui sont, avec le soldat, le missionnaire et l’administrateur, les figures de la colonisation, comme si une meilleure connaissance des populations était nécessaire à la « bonne » administration des régions conquises.

4Le travail sur le terrain (field work) est la méthode que privilégie la première grande génération d’anthropologues professionnels, celle des Malinowski, Boas et Sapir. Premier anthropologue canadien, Marius Barbeau (1883-1969) multiplie, au début du xxe siècle, les séjours chez les Amérindiens en Colombie-Britannique, puis parcourt les campagnes pour collecter chansons, contes et légendes du Canada français.

5L’observation est donc un voyage. D’où le dépaysement, l’étonnement et les découvertes. On sort de chez soi, on s’échappe de la bibliothèque pour aller voir ce qui se passe ailleurs, à l’étranger, mais aussi dans son propre pays. Les sociologues se mettent aussi à l’observation directe, comme on le voit avec Frédéric Le Play (1806-1882) en France et avec Léon Gérin (1863-1951), qui est le père de la sociologie au Canada et l’auteur d’une monographie classique, Lhabitant de Saint-Justin. La tradition de l’enquête ethnographique se poursuit avec les travaux de Marcel Rioux à L’île verte et à Belle-Anse en Gaspésie, puis avec ceux de Colette Moreux à Douceville en Québec, de Marc Lesage à Microcité et, récemment, de Frédéric Parent, Dieu, le capitalisme et le développement local.

6Approche méthodologique qualitative, l’ethnographie — on parle aussi d’étude de cas — donne la possibilité de réaliser des analyses attentives et pénétrantes de milieux difficilement accessibles et souvent stéréotypés, comme on le voit avec la tradition anglaise d’études culturelles de la classe ouvrière. Pensons aux ouvrages de Richard Hoggart, The Uses of Literacy, qui est en partie autobiographique, et de Paul Willis, Learning to Labour, qui montre, sur la base d’entrevues et d’observations dans une école, comment des enfants de la classe ouvrière deviennent des ouvriers.

7À la fin des années 1960, en pleine période de contestation sociale, de jeunes chercheurs vont s’installer dans des quartiers populaires, voire « s’établir » dans des usines, pour reprendre le titre d’un beau récit du militant maoïste français Robert Linhart, L’établi, pour y observer les travailleurs. De son observation d’un quartier populaire de Montréal, Hochelaga- Maisonneuve, Marie Letellier tire une très belle monographie qu’elle intitule On nest pas des trous de cul.

8L’ethnographie est plus que jamais partie prenante de la sociologie et l’on trouve aujourd’hui des ethnographes dans plusieurs départements de sociologie. Leurs observations portent sur des populations très diverses : des ouvriers dans des usines en Europe de l’Est, des boxeurs dans un quartier noir et des musiciens de jazz à Chicago, des vendeurs de livres sur un trottoir dans Greenwich Village à New York.

9Il n’y a pas que des milieux populaires qui passent sous la loupe : les parlements, la haute administration internationale (l’Organisation mondiale du commerce), les laboratoires aussi. Ces « thick » (denses) études permettent, comme le font Bruno Latour et Steve Woolgar dans La vie de laboratoire (1979), de décrire la « science en action », avec des chercheurs qui lisent, discutent et manipulent des instruments, et de montrer que même la vérité scientifique est une construction sociale.

10L’observation ne se limite pas à l’enquête de terrain ; elle peut prendre diverses formes, de l’expérimentation à la recherche-action. Mais il est impossible en sciences sociales de procéder à des observations en laboratoire : tout au plus peut-on mener des expériences quasi expérimentales avec l’observation systématique d’un phénomène et le recours à des mesures objectives, comme on le voit en psychologie sociale, qu’il s’agisse de la dynamique des groupes à la Kurt Lewin ou de la sociométrie à la Moreno.

11Enfin, lorsque l’enquête implique une participation très active des milieux observés, l’observation devient recherche-action, voire, comme le défend Alain Touraine, théoricien des mouvements sociaux, une « intervention », qui provoque inévitablement des prises de conscience, sinon des mobilisations collectives. Un bel exemple d’« intervention sociologique » est l’enquête La galère (1981) de François Dubet auprès des jeunes dans les cités de la banlieue parisienne.

12D’une telle « intervention », lorsqu’elle privilégie une approche psychosociologique, on peut dire qu’elle est « clinique ». Tout comme il y a une psychologie clinique, il y a une sociologie clinique, dont Robert Sévigny s’est fait au Québec l’un des premiers défenseurs et qui est maintenant l’objet d’un enseignement universitaire en France. On retrouve aux États-Unis l’Association for Applied and Clinical Sociology.

13Observer les gens ne se fait pas sans problème. Il y a des règles éthiques qui obligent le sociologue qui fait un « terrain » à ne pas cacher son identité professionnelle et à obtenir le consentement des personnes qu’il observe, enregistre ou filme. Cependant, parfois, dans certaines situations d’enquête, par exemple dans des milieux « sensibles », les sociologues cachent leur identité professionnelle : fréquentation des toilettes publiques par les homosexuels américains ou de bars où se rencontrent travestis et bisexuels. De telles observations, on dit qu’elles sont « clandestines » (covert observer).

14« Je me reproche sans relâche de ne pas regarder assez », dit Claude Lévi-Strauss dans Tristes tropiques (1955). « Regarder », si cela se prolonge, nécessite l’immersion et entraîne une intégration au milieu étudié, voire une identification aux gens qu’on observe : going native (devenir « natif », un « indigène ») ou becoming the phenomenon (devenir le phénomène qu’on étudie) est alors le mot d’ordre. À ses risques et périls ! L’immersion peut en effet, si elle est totale, conduire à la « conversion », comme on le voit avec Carlos Castaneda chez des sorciers au Mexique ou avec Benetta Jules-Rosette qui, partie étudier les Bapostolo d’Afrique, adopte leur religion et se fait baptiser. L’observateur se laisse en quelque sorte prendre au jeu, comme on le voit avec Jeanne Favret-Saada qui, pendant trois ans, pour son étude Les mots, la mort, les sorts (1977), mène une enquête sur la sorcellerie dans le bocage normand en France et qui devient l’« assistante  » d’une désorcelleuse. Une telle « intégration », souvent critiquée, peut par ailleurs apparaître comme un gage de sérieux, voire de scientificité.

Un enquêteur ?

15Le sociologue est celui qui, pour découvrir l’inconnu et l’intime, soulève le toit d’une maison, regarde par les fenêtres, écoute aux portes… Tout cela relève d’une saine curiosité, même si cette curiosité peut parfois apparaître comme du voyeurisme.

16Le sociologue ne serait-il pas un « informateur » au service de la société (et de la police) ? Ne se sert-il pas de son statut de chercheur pour « infiltrer » des milieux ou des réseaux difficiles d’accès (gangs, quartier dits « dangereux  ») ? Certes les enquêtes sociologiques sont utiles à tous ceux qui ont comme responsabilité la « gestion » de populations dites à risque. Mais qui peut accuser le sociologue d’espionner ou de surveiller ?

17L’enquête sociologique ressemble plutôt au travail d’un détective qui cherche à résoudre des énigmes : recherche de preuves et de motifs, observation des lieux du « crime », interrogation des témoins et des suspects, formulation d’hypothèses. The Sociologist as Detective est d’ailleurs le titre d’un manuel américain d’introduction à la méthodologie. On peut aussi comparer le travail du sociologue à celui du journaliste qui mène des enquêtes afin de dévoiler les dessous de certaines affaires ou de scandales, ou tout simplement pour mettre en lumière des réalités sociales mal connues.

Parler avec, être à l’écoute

18Faire de la sociologie, c’est évidemment poser des questions et écouter. Mais soyons clairs : être à l’écoute, ce n’est pas mettre les gens sous écoute ; c’est parler avec les gens, entendre ce qu’ils disent, comprendre les significations qu’ils donnent à leurs actions. Certains sociologues utilisent des questionnaires, d’autres des entrevues en profondeur, d’autres réalisent enfin des entrevues en groupe (les focus groups) sur des questions particulières.

19Un sociologue est quelqu’un qui aime poser des questions. Il veut savoir des choses, mais pas de n’importe quelle façon : il y a des règles à suivre pour rédiger un questionnaire ou préparer un guide d’entrevue ; il y a une manière professionnelle de mener une entrevue. Les méthodes sont d’ailleurs fort diverses, des moins directives aux plus directives. Le psychosociologue Carl Rogers, défenseur de l’acceptation positive inconditionnelle de l’autre, propose l’adoption d’une attitude d’empathie et d’écoute attentive. Pour la méthode des « récits de vie » ou histoires de vie, qui s’est popularisée dans les années 1980, des méthodologues conseillent de ne demander, en début de l’entrevue, qu’une seule chose — « Racontez-nous votre vie » — et de laisser ensuite parler la personne interrogée.

20Faut-il croire tout ce que les gens nous disent ? Émile Durkheim, le premier, dans sa fameuse étude du Suicide, écrit : « Que de fois nous nous méprenons sur les raisons véritables qui nous font agir ! » Ce serait d’ailleurs, selon les auteurs du Métier de sociologue, une malédiction pour les sciences de l’homme que d’« avoir affaire à un objet qui parle ». Suffit-il, se demandent-ils, de se mettre à l’écoute des sujets, d’enregistrer fidèlement leurs propos pour « rendre raison » de leur conduite ?

21Entre la naïveté (du confident) et le soupçon (de l’enquêteur), quoi choisir ? L’observateur a besoin de s’immerger dans la vie du groupe afin de comprendre le point de vue des membres, mais il doit aussi, suivant le conseil d’Everett C. Hughes, qui réalise à Drummondville au début des années 1940 une grande étude monographique, La rencontre des deux mondes, se maintenir « suffisamment détaché » pour relier ce qu’il apprend sur le terrain avec les théories sociologiques.

22Tout est dans l’art de mener une entrevue et de passer un questionnaire : il y a un ordre entre les questions, il y a des questions trop intimes qu’il ne faut pas poser. Il faut encore laisser place aux hésitations et aux silences : les « Je ne sais pas » et les non-réponses sont lourds de signification. Ce sont là des habiletés qu’il faut acquérir et qui sont fort utiles non seulement pour faire de la recherche, des sondages, mais pour toute autre activité dans les domaines des communications, du journalisme ou de la politique.

Lire, se documenter

23Est-il possible d’entreprendre une étude sans connaissance préalable ? Barney Glazer et Anselm Strauss le pensent, qui défendent l’idée d’une « grounded theory », c’est-à-dire d’une théorie qui soit « ancrée ». En règle générale, on privilégie en sciences sociales, comme en sciences, une démarche hypothéticodéductive : il faut d’abord se donner un cadre théorique, formuler des hypothèses, puis chercher à les vérifier ou à les infirmer. Il n’y a pas de bonne recherche sans un va-et-vient continuel entre la réflexion théorique et la collecte des données.

24Il est rare qu’on soit le premier à se préoccuper d’une question. On ne peut pas ignorer ce qui s’est écrit auparavant. Il y a en sciences sociales une part indispensable d’érudition, des classiques aux auteurs contemporains. Marcel Mauss « savait tout », disaient, admiratifs, ses étudiants. Le souci de l’érudition l’obligeait à passer de longues heures en bibliothèque et à rédiger de nombreuses fiches de lecture. Son oncle Émile ne lui disait-il pas : « Le peu de choses qui reste d’un livre, c’est autant d’acquis pour les sciences » ?

25Lire c’est, lorsqu’on s’intéresse à une question ou à un problème, faire l’état de la littérature : livres, articles dans des revues savantes, documents audiovisuels, sites Web. Lire, c’est aussi se documenter, c’est-à-dire au sens strict du terme réunir des documents. Les historiens le savent très bien, qui, à la recherche de « preuves », dépouillent des archives et collectent des « documents », des plus formels (contrats, fiches administratives) aux plus privés (lettres). On développe alors, selon l’expression de l’historienne Arlette Farge, « le goût des archives ». Quel ne fut pas mon plaisir, lors de mes recherches sur Marcel Mauss et Émile Durkheim, de passer des mois et des mois à dépouiller leurs archives personnelles avec le sentiment de faire chaque jour des découvertes !

26Dès qu’il entreprend de connaître un milieu, une entreprise ou une institution, le sociologue réunit toutes sortes de documents : rapports, publications officielles, statistiques. Son travail s’apparente à celui du recherchiste pour une émission d’informations à la télévision ou même à celui du réalisateur d’un documentaire, manière cinéma direct à la Jean Rouch ou à la Pierre Perrault. Le film brésilien La cité de Dieu (2002) est l’adaptation d’un roman de Paulo Lins, mais d’un roman qui s’appuie sur une expérience personnelle de l’auteur et sur des enquêtes sociologiques qui ont été menées dans des favelas de Rio de Janeiro.

27Aucun document ne peut être négligé, du texte à l’enregistrement en passant par le document iconographique. Quant à la lecture qu’on peut faire de ces documents, elle nécessite le recours à des méthodes d’analyse spécifiques : l’analyse de contenu, l’analyse de discours, l’analyse conversationnelle. La mise au point de logiciels de traitement de texte rend aujourd’hui le travail beaucoup plus rapide et systématique, et sur des corpus de plus en plus grands. Lire des textes peut conduire aussi à mettre les mots en chiffres.

Mesurer, ou du bon usage des statistiques

28Le mathématicien français Adolphe Quételet (1796-1874) parlait de la nécessité « de maîtriser, par le calcul, suffisamment les faits sociaux pour éviter de coûteuses révolutions ». « La phrase embrouille, le chiffre éclaire », disait pour sa part Auguste Chirac, grand défenseur, dans les années 1880 en France, de la sociométrie, dont l’objectif devait être de mesurer « l’état social des peuples ». « Tout problème social est un problème statistique », aimait à répéter Marcel Mauss, qui insistait sur l’importance de mener de grandes enquêtes par sondage.

29La sociologie se distingue des autres disciplines en sciences sociales, par exemple l’anthropologie, par deux choses : son intérêt pour des études qui portent sur de grandes collectivités (villes, États, pays) et le recours à des méthodes non seulement qualitatives mais aussi quantitatives. Dans certains départements universitaires québécois, la condition d’accès à des études en sociologie est l’obtention d’un diplôme d’études collégiales en sciences humaines avec mathématiques. De nouveaux étudiants en sociologie sont parfois surpris de devoir suivre à l’université des cours de méthodes quantitatives, car, en s’orientant vers les sciences humaines au collégial, ils pensaient avoir le choix de « ne plus faire de math ».

30Construire et administrer un questionnaire, lire un tableau statistique, connaître les statistiques bi-variées (chi carré, test F), utiliser des logiciels (SPSS), se familiariser avec des méthodes d’analyse de données (analyse factorielle, analyse des correspondances, analyse multi-niveaux, analyse longitudinale) : voilà autant de connaissances et de compétences que permet d’acquérir une formation en sociologie.

31Du latin recensere, « passer en revue », le recensement est un mode de collecte qui, systématique et relativement ancien, fournit des informations sur les caractéristiques (sexe, âge, occupation, statut civil) de la population d’une région ou d’un pays.

32On dit de l’intendant Jean Talon, né en 1625, qu’il est le premier statisticien officiel : il fait, dès son arrivée en Nouvelle-France en 1665, le recensement systématique des 3215 habitants de la colonie. Les premiers recensements généraux se font aux États-Unis en 1790, un an après l’entrée en fonction du président Georges Washington, en France en 1801 et au Canada en 1871, quelques années après la création de la Confédération en 1867. Ce premier « vrai » recensement réunit des informations sur l’âge, le sexe, la religion, la scolarité, la race et l’occupation des habitants des quatre provinces canadiennes d’alors, soit la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick, le Québec et l’Ontario. Une tradition s’installe. On crée en 1918 le Bureau fédéral de la statistique.

33La pratique du dénombrement systématique des populations s’est rapidement généralisée partout dans le monde. La police et l’administration veulent des informations précises sur la situation de la population. Chaque administration gouvernementale va se doter d’organismes pour connaître ses caractéristiques.

34Pour toute société, aujourd’hui plus que jamais, il est essentiel, peut-on lire sur le site de Statistique Canada, d’avoir de « l’information statistique objective  », seule base solide pour la prise de « décisions éclairées ». Comment peut-on bien gouverner un pays si on n’a pas une connaissance précise de l’état de sa population et de ses ressources ? Les recensements sont d’autant plus précieux qu’ils fournissent des données permettant de se faire une idée précise des grandes caractéristiques de la population : pyramide des âges, taux de natalité, taux de fécondité et de fertilité, taux de nuptialité. L’étude de ces données, si elles sont longitudinales, permet de comprendre les grandes évolutions démographiques et les mouvements de population (migration).

35L’on a vu, au cours des dernières années, se constituer toutes sortes d’observatoires au Québec : l’Observatoire de la culture et des communications, l’Observatoire Jeunes et Société, l’Observatoire des sciences et des technologies. La collecte de données, par exemple la vente de livres ou la fréquentation de cinéma, permet de construire des indicateurs et d’observer l’évolution de diverses activités. Tout se passe comme si le sociologue devenait l’astronome du social…

36De même, pas un jour ne passe sans que paraissent dans les journaux et les magazines les résultats de sondages : les intentions de vote ou la popularité des chefs politiques, mais aussi les opinions sur les questions les plus diverses — les urgences des hôpitaux, le mariage gai, le contrôle des armes à feu, la décriminalisation de la drogue — et sur toutes sortes d’activités — de la consommation (enquête-marketing) aux pratiques culturelles en passant par la sexualité.

37Les gouvernements et les administrations publiques recourent fréquemment aux sondages lorsqu’il s’agit d’introduire de nouvelles législations ou d’entreprendre des réformes importantes. « Être à l’écoute » est évidemment, pour un dirigeant ou une équipe gouvernementale, une qualité, mais lorsqu’un gouvernement fait un usage abusif des sondages on lui reproche de gouverner par sondage et de suivre, au risque de devenir une girouette, les mouvements du vent, c’est-à-dire les opinions ou les humeurs changeantes de la population.

38Lorsque le sondage porte sur un ou plusieurs thèmes (sondage omnibus), on dit qu’il est ponctuel. Mais il y a un autre type de sondage, qui, dit longitudinal, vise soit à cerner des tendances à divers moments soit à suivre des membres d’une même cohorte d’âge sur plusieurs années. Enquête auprès de larges échantillons, constitution de véritables banques de données sur le développement physique, cognitif, émotionnel et social depuis la conception jusqu’à l’âge adulte, méthodologie d’analyse sophistiquée : voilà les ressources qu’il faut réunir pour percer les mystères de la vie, que ce soient les chances de réussite à l’école ou les risques pour qu’un jeune devienne un délinquant. Tout se joue-t-il pendant les toutes premières années de la vie ? se demandent des psychosociologues qui cherchent aussi à évaluer les effets de programmes d’intervention visant à prévenir les problèmes d’adaptation chez les jeunes.

39La principale caractéristique du sondage, pensons à un sondage d’opinion, est de porter non pas, comme le recensement, sur l’ensemble de la population d’un pays ou d’un État, mais sur un échantillon, c’est-à-dire sur un petit nombre d’individus tirés d’une population plus grande, ces individus pouvant être soit choisis au hasard soit pris par intervalle fixe sur une liste, par exemple un bottin téléphonique. Les techniques de constitution d’un échantillon sont variées, mais la principale préoccupation du sondeur est de s’assurer de la représentativité de l’échantillon. Les techniques d’échantillonnage, maintenant plus sophistiquées, permettent, sur la base d’échantillons relativement petits, par exemple 1000 ou 1500 répondants, d’arriver à des généralisations pour l’ensemble de la population et, comme on le voit lors d’une élection, de prédire la distribution des votes entre les différents candidats ou partis politiques.

40Pour la distribution des questionnaires, on a d’abord privilégié le porte-à-porte pour en venir au téléphone et maintenant à Internet. Même si la réalisation de sondages par voie électronique pose des problèmes (dont la difficulté d’effectuer des échantillons aléatoires), il est fort probable qu’ils se multiplient, ne serait-ce qu’en raison de l’augmentation de l’accès à Internet, de la rapidité et des coûts plus faibles de l’enquête.

41L’importance des sondages, y compris pour les entreprises lorsqu’elles veulent mettre au point un nouveau produit ou connaître l’opinion de leurs clients sur un service, est devenue telle qu’au Canada comme ailleurs on a vu fleurir depuis les années 1970 un grand nombre de firmes spécialisées dans les sondages : Centre de recherche sur l’opinion publique (CROP), SOM, Léger Marketing, Angus Reid. Certaines entreprises, comme Gallup aux États-Unis, sont devenues des multinationales et elles effectuent des grandes enquêtes internationales dans toutes les parties du monde sur les valeurs, la qualité de la vie et d’autres grands enjeux.

42D’un sondage, on dit que c’est une photographie de l’opinion à un temps t. Mais photographier l’opinion, c’est aussi la fabriquer. Ne dit-on pas « faire l’opinion  », pour reprendre le titre d’un ouvrage de Patrick Champagne ? L’influence des sondages en périodes électorales est telle que leur diffusion est maintenant, dans plusieurs pays, sujette à une réglementation stricte, qui va jusqu’à leur interdiction dans les derniers jours de la campagne.

43La volonté de tout mesurer est aujourd’hui plus manifeste que jamais. Aux sondeurs, ces augures des temps modernes, Marcel Rioux, mi-sérieux mi-moqueur, rétorquait : « On peut faire dire ce qu’on veut aux chiffres. » Un peu d’esprit critique et de vigilance s’impose : pour savoir ce que veulent dire les statistiques, il faut connaître comment elles sont élaborées, socialement construites. Même la mesure n’échappe pas au regard sociologique.

Écrire, rendre public

44Même s’il se fait souvent le devoir de laisser parler et qu’il donne la parole aux gens, comme on le voit dans l’enquête collective qu’a dirigée Pierre Bourdieu et qui a donné La misère du monde, une grande fresque de la vie des gens ordinaires avec leurs souffrances et leurs « petits » bonheurs, le sociologue rend habituellement lui-même publics les résultats de ses recherches : il écrit, parle, discute. Mais s’il prend la parole, ce n’est pas pour jouer au politicien, et s’il écrit, ce n’est pas pour devenir écrivain ou romancier.

45La formation en sociologie accorde une très grande place à l’expression écrite, comme on le voit lors des évaluations (travaux, mémoires et thèses), mais aussi orale, comme on le voit pour le doctorat : événement public, la soutenance de thèse se fait devant les membres du jury. La popularité de plus en plus grande du logiciel PowerPoint oblige de joindre l’écrit, l’oral et le visuel.

46L’exigence de l’écriture est incontournable. D’ailleurs, des cours sont consacrés spécifiquement à cette écriture. De ses séminaires à l’Université de Santa Barbara en Californie, Howard Becker a tiré un livre, Écrire les sciences sociales, dans lequel il donne de nombreux conseils pratiques : ne pas parler d’entités abstraites tels l’État, le capitalisme, mais d’acteurs concrets tels les gouvernements, les dirigeants de telle ou telle entreprise ; utiliser, pour les verbes, l’actif plutôt que le passif, afin de montrer que la société n’est pas seulement une affaire de structure mais aussi d’action ; faire l’économie des mots afin d’éviter le bavardage.

47À chacun son style. Mais n’y a-t-il pas une façon de communiquer qui serait propre au sociologue ? Faire sérieux sans être obscur, parler simplement et avec clarté de choses complexes, faire sentir sans refuser d’instruire : tel est le défi que doit relever le sociologue lorsqu’il enseigne ou s’adresse à un large public.

48Je suis d’autant plus sensible à cette question que pendant plusieurs années j’ai été directeur de la revue Sociologie et sociétés, et que depuis quinze ans je suis collaborateur au cahier des livres du journal Le Devoir. Au néophyte que j’étais, le responsable de ce cahier, J.-V. Dufresne, un journaliste de carrière, avait donné quelques conseils que j’ai toujours à l’esprit lorsque j’écris un texte : accrocher le lecteur dès les premières lignes, faire des phrases courtes, mettre des sous-titres pour attirer l’attention sur telle ou telle idée, soigner la chute du texte. « Il ne faut surtout pas, répétait Dufresne, croire que le lecteur a une forte capacité de concentration. »

Habiletés, habitus

49Regarder, écouter, lire, mesurer, communiquer : toutes ces activités exigent de la part de celui qui s’oriente vers la profession de sociologue qu’il développe des habiletés et habitus qui relèvent du sens du social et qui sont les suivants :

  • le sens de l’observation, le souci du détail et les aptitudes pour la recherche que sont la rigueur, la capacité de synthèse, l’esprit critique, l’ouverture d’esprit, l’imagination ;
  • la sociabilité : l’entregent, la capacité de travailler en équipe, la tolérance et le respect de la diversité ;
  • le souci de l’autre et un intérêt pour les questions sociales et politiques ;
  • la capacité d’argumentation et des habiletés d’expression orale et écrite ;
  • la maîtrise parfaite de la langue française et d’autres langues, dont l’anglais.

50Lors de l’affichage de postes de sociologues, comme on peut le voir dans les pages Carrières et professions des journaux ou dans Internet, ce sont souvent les habiletés recherchées. On insiste aussi, ce qui est un avantage sur le marché du travail, sur les compétences techniques : traitement et analyse de données quantitatives et qualitatives, connaissance pratique de logiciels de traitement de données quantitatives.

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search