Version classiqueVersion mobile

Profession sociologue

 | 
Marcel Fournier

1. La discipline

Texte intégral

1La société, on y vit, on la connaît. La famille, la religion, l’école aussi : tout cela nous est familier. Chacun d’entre nous a quelque chose à dire sur le monde (social) dans lequel il vit, il a une histoire à raconter qui est la sienne et celle de ses proches, il peut fournir des interprétations, donner des explications. Les sociétés n’ont d’ailleurs pas attendu les sociologues pour se connaître. Les journalistes font des enquêtes et réunissent des informations sur les problèmes de société : pauvreté, criminalité.

2Le sociologue n’a pas le monopole de l’interprétation de ce qui se passe dans la société. Mais la contribution qu’il apporte est aujourd’hui plus importante que jamais. Nous n’avons pas de réponses à de nombreuses questions : pourquoi les inégalités sociales ? Pourquoi la violence faite aux femmes ? Pourquoi le racisme et l’antisémitisme ? Pourquoi le retour au fondamentalisme religieux ? Certaines des questions sont plus spécifiques : pourquoi le taux élevé de suicides des jeunes en région ? Pourquoi les filles réussissent-elles mieux à l’école que les garçons ? Comment un jeune devient-il délinquant ? Comment des revendications se transforment-elles en mouvement social ?

3Pour répondre à ces questions, le sociologue collecte des données, il a recours à des méthodes rigoureuses de recherche et il fournit de riches perspectives d’analyse. Il nous apprend que la réalité sociale est complexe, que la vie en société est plus compliquée qu’on ne le pense et qu’on ne change pas une société en un tour de main. On ne peut entreprendre quelque changement que ce soit sans une connaissance approfondie de la réalité des sociétés contemporaines.

Une définition

4Lorsque, dans le cadre d’une discussion informelle avec Joseph Gusfield, professeur émérite à l’Université de Californie à San Diego et auteur de l’ouvrage The Culture of Public Problems : Drinking-Driving and the Symbolic Order, je lui ai posé la question « Qu’est-ce que la sociologie ? », il m’a répondu sans hésitation : « C’est l’étude des êtres humains vivant en groupes sociaux. » Les animaux vivent aussi en société, mais ce qui intéresse la sociologie ce sont les sociétés humaines, non les sociétés animales. Et s’il y a une dimension qui est centrale dans la vie de tout groupe humain, c’est, comme le montre Gusfield dans ses travaux, celle de la culture.

5À la même question, une quinzaine d’étudiants en première année de doctorat en sociologie m’ont donné les définitions suivantes : science de la société, étude des groupes humains, étude de l’humain en société, étude des pratiques des acteurs sociaux, étude des relations humaines, étude des interactions sociales. Plusieurs ont tenu à ajouter des précisions : l’un a parlé d’institutions, un autre de mouvements sociaux, un dernier de représentations sociales. On voit même poindre des différences de points de vue. Certains, plus assurés, parlent de la sociologie comme d’une « science », d’autres, plus prudents, disent « étude ». Pour quelques-uns, l’approche doit être holiste et se saisir de l’ensemble de la société ; pour d’autres, elle doit plutôt prendre comme point de départ les individus et leurs interactions.

6L’inventeur du mot « sociologie » est le philosophe Auguste Comte (1798-1857). Celui-ci se faisait de la science une idée qu’il qualifiait de « positiviste », associant toute démarche scientifique à trois choses : l’observation des faits, l’objectivité et l’élaboration de lois. Le mot « sociologie » est un néologisme bizarre, car il réunit deux mots de langues différentes : le mot latin socius (qui veut dire associé, compagnon) et le mot grec logos (qui veut dire discours). La sociologie est le discours sur le social, elle est la science de la société.

7Le mot société, societas en latin, implique l’idée d’association, de communauté. Le verbe socio veut dire unir. C’est la même chose en hébreu : le mot société veut dire ce qui unit. Tout se ramène à l’équation suivante : société = lien social. Mais qu’est-ce qui unit les individus entre eux ? Qu’est-ce qui fait, se demande Cornelius Castoriadis dans Linstitution imaginaire de la société (1975), que la société « tient ensemble » ? L’autorité du monarque, la force de l’armée, la légitimité du gouvernement ou les croyances communes ? C’est l’énigme que cherchent à percer les sociologues, qui, depuis Comte, s’interrogent sur les conditions de stabilité ou de maintien de l’ordre social et sur les facteurs qui peuvent entraîner la transformation d’une société, voire sa disparition.

Le sens du social

8Lorsqu’on demandait à Pierre Bourdieu quelle est la particularité de la tâche du sociologue, il répondait que c’est de « dire les choses du monde social, et de les dire, autant que possible, comme elles sont ». Le « monde social », c’est à la fois la société (« Il faut de tout pour faire un monde »), la vie en société (« Vivre dans le monde, loin du monde ») et les gens (« Le petit monde », « Le monde des affaires »).

9Est « social » tout ce qui se rapporte à une collectivité humaine : on parle d’« organisation sociale », d’« institutions sociales », de « médias sociaux ». Est aussi « social » ce qui nous met en relation avec les membres d’un groupe ou d’une collectivité : ne dit-on pas « avoir une vie sociale très développée », avoir des « réseaux sociaux » (dont ceux de Facebook). En anglais, le « Social Calendar » concerne, dans les journaux, toute activité mondaine : bals, soirées de gala. Qui dit social dit d’ailleurs sociabilité, socialité. Et s’il y a une notion centrale en sociologie, c’est bien celle de socialisation : il s’agit du processus par lequel les individus apprennent et intériorisent les codes, normes et valeurs de leur société. De l’homme, Aristote ne disait-il pas qu’il est un animal social capable de vivre dans une société politiquement organisée, dans une polis ?

10L’adjectif « social » est enfin utilisé pour qualifier des professions ou des organismes qui s’intéressent aux rapports entre les individus et la société : il y a les « travailleurs sociaux ». Ne parle-t-on pas de la « question sociale », de « problèmes sociaux », d’« innovation sociale », de « démocratie sociale », d’« économie sociale », et lorsqu’il s’agit d’introduire des réformes ou de nouveaux programmes d’assistance, de « politiques sociales » ? Des études qui se font dans ces domaines, on dira que c’est de la « recherche sociale ». Enfin, sur le plan politique, les partis progressistes ou de gauche se rangent sous l’étendard du « social » : la social-démocratie, le socialisme.

11La société, les institutions, les groupes humains, les relations sociales, les interactions : tout cela, c’est du « social ». Lorsque Marcel Mauss entreprend après la Première Guerre mondiale la rédaction d’un grand livre (qu’il ne terminera pas) sur La Nation, il lui donne comme sous-titre : « Le sens du social ». Voilà une belle expression pour caractériser le sixième sens, l’habitus propre au sociologue, qui risque, et on va lui reprocher, de voir du social partout.

12Le « service principal » de la sociologie consiste à faire sentir à quel degré tout problème, qu’il soit économique ou politique, est aussi un problème social. En d’autres mots, il y a toujours dans le politique ou l’économique du social : toute mobilisation traduit, comme on peut le voir lors de crises politiques — pensons au « Printemps arabe » de 2011 —, un mouvement général de la société avec ses conflits sociaux et économiques, et exprime souvent un profond malaise social, mélange d’espoir collectif et de frustrations individuelles.

13L’idée que défend la sociologie, c’est que tout ce qui est politique ne passe pas seulement dans l’arène politique stricto sensu avec les partis et les parlements. Même le privé est politique. Quant à la démocratie, elle ne se joue pas uniquement dans le parlement : sa vitalité exige en effet que s’organise un espace public avec des lieux de délibération (médias divers) et que se constitue ce qu’on appelle une société civile qui, distincte du système politique, regroupe une pluralité de réseaux décentralisés, de mouvements sociaux, d’associations, de syndicats, de coopératives, d’organismes communautaires.

14Sans que ne soit pour autant négligé tout ce qui, pour reprendre les expressions de Marcel Mauss, vient d’« en haut » (domination, régulation, contrôle), il y a bel et bien en sociologie un parti pris pour tout ce qui est de l’ordre de l’associatif et du mouvement social, pour tout ce qui vient « d’en bas » (les gens) et qui traduit la capacité de mobilisation et d’auto-organisation des acteurs et des collectivités. S’il y a une chose que nous apprend la sociologie c’est que tout véritable changement, dans une organisation ou dans la société, exige la participation de tous les acteurs et nécessite la mise en place de procédures de délibération et de négociation.

Une perspective

15La spécificité de la démarche du sociologue est, lorsqu’il touche un problème social, de le transformer en un problème sociologique. Même s’il ne faut rien ignorer de ce qui est biologique et psychologique, il ne peut être question d’expliquer ce qui est social par du psychologique ou du biologique : le social s’explique, répétait Durkheim, par le social. La sociologie consiste à établir des rapports entre phénomènes sociaux, par exemple entre l’augmentation de la scolarisation et la baisse du chômage, et à mesurer les relations, tests statistiques à l’appui, entre des variables dites dépendantes (la pratique religieuse, les préférences politiques ou la consommation du vin) et des variables dites indépendantes (l’âge, le sexe ou la scolarité). « Tout est relation » : tel était le leitmotiv de Marcel Mauss, que Pierre Bourdieu reprendra à son compte : « Tout est relationnel. »

16Même une décision qui, comme le choix par des parents d’un prénom pour leur enfant, apparaît très personnelle est influencée par divers facteurs, tantôt la tradition familiale tantôt la mode. Bien qu’ils se veulent très originaux, les parents s’aperçoivent souvent quelques années plus tard que leur choix s’est inscrit dans une tendance : hier, les Mathieu et Vincent, aujourd’hui, les Nathan. Il y a, pour rependre le titre d’un ouvrage de Philippe Besnard, une Cote des prénoms, et cette cote est sociale.

17Nos vies sont certes influencées par nos caractéristiques individuelles, voire génétiques, et la vie de chacun d’entre nous, même celle d’un jumeau (j’en suis un), a quelque chose d’unique. Cependant l’unicité d’une vie tient non seulement au fait que chacun de nous lui donne une signification personnelle, mais aussi et surtout qu’elle est la rencontre unique d’une multitude de facteurs sociaux et historiques qui s’incarnent, s’incorporent en une seule personne : une époque (guerre, crise), une trajectoire sociale et scolaire (mobilité ascendante ou descendante, formation scolaire courte ou longue), une position sociale (avec plus ou moins de capital économique, social ou culturel), un sexe (et une orientation sexuelle), un état civil (marié, célibataire, avec ou sans enfant).

18Nous devenons donc, et c’est une des premières leçons de la sociologie, ce que la société ou les milieux que nous fréquentons font de nous : des « êtres sociaux », selon l’expression d’Émile Durkheim. Nous partageons nécessairement beaucoup de choses avec les autres : une langue, des croyances religieuses, des symboles (le drapeau, la croix, le voile), des modes (musique, vêtements), des habitus, des mœurs, des valeurs, des idéaux. Il y a même des interdits, par exemple pour les aliments (le porc chez les musulmans et les Juifs), et des tabous. Tout cela constitue la culture au sens large ou anthropologique du terme (qu’il ne faut pas confondre avec la culture au sens strict, c’est-à-dire les arts et les lettres). Sans oublier tous les objets et les outils qui, lorsqu’ils sont conservés, constituent le patrimoine d’une collectivité.

19Chaque société, chaque collectivité se dote, au fil des ans et des siècles, d’un « répertoire culturel » qui lui est propre, se constitue une mémoire (avec des mythes, des héros) et se forge une identité collective. Tout cela est source de nationalisme et aussi, trop souvent, de chauvinisme : « Nous sommes les meilleurs », aime-t-on dire. Or, s’il est une chose que nous apprend la sociologie, c’est, comme le déclarait Marcel Mauss en 1901, qu’« il n’y a pas des peuples inférieurs ou supérieurs. Il n’y a que des civilisations différentes. » Voilà une belle leçon de relativisme culturel, seule façon de se prémunir contre toute forme d’ethnocentrisme et de racisme, dont l’une des formes modernes est l’antisémitisme, qui consiste à inférioriser un groupe ou une collectivité en « biologisant » le culturel.

La société d’aujourd’hui. Quoi de neuf ?

20Une société est un ensemble d’individus qui sont en relation et en communication les uns avec les autres, qui respectent les mêmes règles et qui ont des institutions communes. Il existe entre eux des rapports organisés et des services réciproques. Rapports sociaux, organisation, réciprocité : tels sont les trois critères d’existence d’une société (qui est habituellement localisée sur un territoire, avec des frontières plus ou moins bien délimitées selon le cas).

21L’approche sociologique est nécessairement structurelle en ce sens que toute vie en société s’inscrit dans un espace social constitué de rapports entre individus, groupes et classes sociales. Toute société est une imbrication particulière de sphères ou de champs d’activités (l’économique, le politique, les arts et la culture, l’éducation, la religion, etc.) qui, plus ou moins différenciés, sont interdépendants les uns des autres. Certains parlent de paliers en profondeur, d’autres d’instances, d’autres enfin de sous-systèmes ou de champs. Tout se tient, structurellement et plus ou moins fonctionnellement.

22S’agissant d’une société moderne, on peut dire qu’elle est le produit de la superposition, sur un territoire délimité, d’une organisation politique ou juridique (avec l’existence d’une forme de souveraineté et d’institutions politiques et administratives) et d’une réalité socioculturelle (langue, identité collective, appartenance à un groupe, la nation). Cette idée de la société est celle de l’État-nation. Il n’y a cependant pas, y compris dans les régimes totalitaires, de société totalement unifiée et homogène : les rapports entre groupes et classes sociales sont conflictuels, le pouvoir est un champ de lutte, la culture, loin d’être homogène, en continuelle création.

23Qu’en est-il aujourd’hui ? Les transformations que connaissent les sociétés « locales » dans le contexte de la mondialisation rendent les sociétés plus interdépendantes les unes des autres et aussi, avec les mobilités géographiques massives et rapides de populations, plus multiculturelles et transnationales. D’aucuns prédisent même la mort prochaine de l’État-nation. Ne tirons pas trop vite de conclusions ! Tout le défi est, pour la sociologie, d’analyser ces transformations et de dégager les tendances nouvelles sans tomber dans le prophétisme.

24La tentation est en effet très grande de vouloir qualifier la nouvelle société qui se reconfigure sous nos yeux. Certains parlent de société postindustrielle, d’autres de société capitaliste avancée, d’autres enfin de société postmoderne. Et il y a les qualificatifs qui, prenant en compte l’une ou l’autre caractéristique nouvelle des sociétés d’aujourd’hui, connaissent beaucoup de succès : la société de l’information, la société en réseau, la société du risque, la société créative. Lors d’un concours organisé en 2006 dans le cadre de l’émission Indicatif présent de la première chaîne de Radio-Canada, l’animatrice Marie-France Bazzo a posé la question : « Comment qualifier la société d’aujourd’hui ? » La réponse gagnante a été « la société ego.com ». D’un côté l’individu et de l’autre, la communication ou la communauté, bref, pour reprendre le titre d’un ouvrage de Norbert Élias, La société des individus.

25Le sociologue est le témoin de son temps : il est celui qui observe la société dans laquelle il vit et qui dit, pour reprendre la formule de Marcel Mauss, dans quelle direction celle-ci va et si elle fait bien ou non d’aller dans cette direction. Mais sans donner de directives : sa responsabilité se limite à évaluer ou à établir des diagnostics et, modestement et prudemment, à proposer des solutions et des moyens d’action.

La « reine des sciences sociales »

26Rien de ce qui est social n’échappe à la sociologie : du microsociologique (les interactions) au macrosociologique (la société) en passant par le mésosociologique (les institutions). Depuis la publication des Règles par Émile Durkheim, la sociologie est régulièrement accusée d’« impérialisme ». Il est vrai que la sociologie touche à tout, y compris à l’économie, à la religion, au droit et à la morale, à la criminalité, à la langue, à l’art. N’est-ce pas beaucoup pour une seule discipline ?

27Les sciences sociales se sont, il est vrai, spécialisées : anthropologie, démographie, criminologie, science politique, relations industrielles, travail social. Chacune de ces disciplines s’est donné un objet propre : à l’une le crime, à l’autre la politique et l’État. Les choses ont aussi, sur le plan institutionnel, changé : la criminologie s’enseigne aujourd’hui non plus dans un département de sociologie mais dans une école de criminologie, les spécialistes de la population sont formés dans les départements de démographie, les spécialistes du vieillissement se retrouvent dans les écoles de santé publique.

28Les frontières ne sont pourtant pas toujours étanches. Entre la sociologie et l’anthropologie (qui est, littéralement parlant, la science de l’homme et dont l’objectif est de rendre compte à la fois de la diversité des œuvres de culture et de l’unité de l’esprit humain) s’est opérée une division du travail : à la première, les sociétés dites primitives ou archaïques et à la seconde, les sociétés dites développées ou modernes. Mais cette division du travail demeure fragile : d’un côté, les anthropologues mènent aujourd’hui dans leurs propres sociétés de nombreuses études ethnographiques ; de l’autre, les sociologues se mettent à l’ethnographie pour étudier ce qui se passe en ville. Dans certaines universités, la formation en anthropologie et en sociologie se donne dans le même département. Et une revue française a pour titre Socio-anthropologie.

29La sociologie a des rapports étroits avec plusieurs autres sciences humaines : linguistique, psychologie, histoire. L’interdisciplinarité a été au cœur de ma formation universitaire ; elle caractérise aussi mes recherches, qui, comme on peut le voir dans mon ouvrage L’Entrée dans la modernité, Science, culture et société au Québec (1986), comportent souvent une dimension historique.

30La spécialisation se conjugue de plus en plus avec l’interdisciplinarité. La sociologie demeure indispensable pour la formation générale de spécialistes ou de professionnels en sciences humaines et sociales. Il en va de même dans d’autres champs professionnels : en éducation, gestion, génie, droit ou médecine, les formations comprennent habituellement des cours, obligatoires ou facultatifs, de sociologie. Même si la sociologie ne peut plus prétendre à l’hégémonie, comme si elle était la « reine des sciences sociales », elle n’en conserve pas moins une place centrale, car son approche et les théories qui la nourrissent sont globales et lui permettent d’étudier toutes les facettes de la société. Elle est de ce fait une discipline fondamentale et de culture générale.

Une multitude d’objets, une multiplicité d’approches

31Les manuels d’introduction à la sociologie sont habituellement construits autour d’une douzaine de grands thèmes qui sont, d’un ouvrage à l’autre, souvent les mêmes : 1. Classes sociales, inégalité et stratification ; 2. Population et environnement ; 3. Genre ; 4. Vieillissement et santé ; 5. Race et relations ethniques ; 6. Criminalité et déviance ; 7. Mariage et famille ; 8. Éducation ; 9. Religion ; 10. Économie et travail ; 11. État et politique ; 12. Mouvements sociaux et action collective.

32L’apparition et l’expansion des champs de recherche sont historiquement datées : dans les années 1970, ce sont l’éducation, le travail et les inégalités sociales ; dans les années 1980, la santé, les femmes (et plus largement le gender) et l’immigration ; dans les années 1990, les arts et la culture, la religion, l’environnement ; enfin, plus récemment, l’intime (le corps, les émotions) et le global (la mondialisation). La sociologie n’échappe ni aux demandes sociales (les problèmes sociaux émergents) ni aux modes, mais elle est aussi très sensible à « ce qui vient d’en bas », sous l’impulsion des mouvements sociaux : hier, le syndicalisme, l’économie sociale, le féminisme ; aujourd’hui, l’écologie, l’altermondialisme.

33Dans les congrès nationaux et internationaux de sociologie, on retrouve pêle-mêle une multitude de thèmes qui sont autant de spécialités : les drogues et l’alcool, les arts et la culture, la communication et les techniques d’information, les loisirs et les sports, l’organisation et le travail, le langage, le droit, l’environnement, le racisme et les relations ethniques, la ville, la science, la pauvreté, la nourriture et l’agriculture, le développement, l’éthique et les valeurs, les risques et les désastres, le sexe et le genre. Aucune liste de thèmes ou de spécialités n’est exhaustive, car les objets de recherche sont quasi infinis : la mode, la cuisine, la transsexualité, etc. Il y a une sociologie pour tout ou presque tout.

34Autour de ces différents thèmes et spécialités s’organisent, sur le plan national comme sur le plan international, des réseaux. La plus importante association internationale, l’Association internationale de sociologie, avec plus de 5000 membres venant de plus d’une centaine de pays, fédère plus d’une cinquantaine de comités de recherche qui sont tout autant des spécialités que des thématiques de recherche : Économie et société, Le corps dans les sciences sociales, Les femmes dans la société.

35Ce qui fait la richesse de la sociologie n’est pas seulement la multitude des spécialités, mais aussi la diversité des approches théoriques. La sociologie est probablement, parmi les sciences sociales, la discipline qui, sur le plan théorique, est la plus divisée et, par là, la plus animée. L’on pourrait dire que le malheur de la sociologie, c’est d’avoir trois pères fondateurs : Karl Marx, Émile Durkheim et Max Weber. Auteur du Capital, Karl Marx parle de domination, d’aliénation et d’exploitation, analyse les transitions des formations sociales (féodalisme, capitalisme, socialisme) et invite, dans son Manifeste du Parti communiste, à faire la révolution. Émile Durkheim, plutôt réformiste, élabore, dans son étude du Suicide, la notion d’anomie pour identifier les causes du grand problème des sociétés modernes, à savoir l’absence de règles (morales) et la faiblesse des mécanismes de régulation. Enfin, Max Weber, auteur de L’éthique protestante et lesprit du capitalisme, ne cache pas, même s’il se veut un spectateur impartial, son désenchantement devant une modernité qui est, pour le meilleur et pour le pire, source d’organisation (bureaucratique) et de rationalisation.

36Il n’y a pas, comme a pu le croire le sociologue américain Robert Nisbet, une seule tradition sociologique, qui se serait construite autour de quelques grandes notions antithétiques : communauté/société, statut/classes, autorité/pouvoir. Au contraire, comme on le voit aux États-Unis, la sociologie regroupe, chronologiquement et synchroniquement, plusieurs écoles ou courants théoriques : hier, le structuro-fonctionnalisme, le marxisme, la théorie du conflit, l’interactionalisme symbolique ; aujourd’hui, l’ethnométhodologie, la théorie du choix rationnel, l’analyse des réseaux, l’analyse structurale, le néo-institutionnalisme. Sans oublier toutes les formes actuelles de sociologie culturelle ou de cultural studies : gender studies, queer studies, postcolonial studies.

37Les débats demeurent, autant en Amérique du Nord et en Europe que dans les autres parties du monde, vivaces : holisme et individualisme, sociologie explicative et sociologie compréhensive, positivisme et relativisme (ou constructivisme), agentivité (agency) et structure. La sociologie est pluraliste et va le demeurer. L’étudiant et le chercheur ont le choix entre l’adhésion à une école de pensée ou l’éclectisme.

L’intersectionnel et l’interdisciplinaire

38En sciences sociales, l’innovation se joue souvent à la frontière de différentes disciplines, et au sein de chaque discipline, au carrefour des thèmes ou des spécialités. D’où l’importance de l’interdisciplinarité et de toutes les formes d’hybridation que celle-ci favorise. Les thématiques de recherche et de réflexion théorique tendent à se situer à l’intersection de domaines auparavant fermés sur eux-mêmes : les mouvements migratoires, la religion et la diversité culturelle (avec la question de la laïcité) ; le genre et la politique (avec la question de la parité) ; la sexualité, les identités individuelle et collective et les droits (mariage gai, adoption) ; l’éducation, les inégalités sociales et la culture ; le travail, la famille et l’État (les politiques de conciliation famille-travail) ; la science, la technologie et l’innovation. Voilà de vastes chantiers, au cœur même des grands débats de société.

39La société est quelque chose de très complexe avec des consciences, des corps, des choses, des forces, des mouvements. Une « marmite en ébullition », aimait à dire Marcel Mauss, qui donnait aux jeunes chercheurs le conseil de prendre le temps qu’il faut pour « dévoiler l’inconnu » et aux administrateurs, celui de planifier la recherche et surtout d’organiser le travail en équipe.

40Les modes d’exercice de la profession de sociologue aujourd’hui changent. Dans la recherche comme dans l’enseignement universitaire, des pressions de plus en plus fortes s’exercent pour imposer des priorités, pousser encore plus loin la spécialisation et favoriser la création de grands centres de recherches interuniversitaires à l’intersection de thèmes et de disciplines.

41Certains annoncent la fin de la recherche libre ; d’autres craignent la disparition de toute perspective générale. Ni ces prophéties ni ces craintes ne sont nouvelles, mais la situation actuelle est, pour la sociologie, d’autant plus inconfortable qu’elle se distingue, parmi les sciences sociales, par sa vocation généraliste et critique. Chaque département de sociologie offre en effet à ses étudiants une formation générale avec des cours qui portent sur les grandes théories sociales, les diverses méthodologies et les principales dimensions (économique, politique, culturelle) de l’organisation d’une société, sans oublier les relations entre sociétés ou, pour parler comme Immanuel Wallerstein, le système-monde. L’enjeu — et la difficulté — est de favoriser la multiplication des sociologies spécialisées tout en défendant l’idée, si chère à Émile Durkheim et à Marcel Mauss, d’une sociologie générale dont le but est de rechercher ce qui fait « l’unité » de tous les phénomènes sociaux. C’est la condition pour que la sociologie, qui ne peut plus prétendre au titre de « reine des sciences sociales », devienne la « discipline-carrefour » des sciences sociales.

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search