Version classiqueVersion mobile

Profession sociologue

 | 
Marcel Fournier

Introduction

Texte intégral

1Profession sociologue : ce titre peut en faire sourciller plusieurs, y compris des sociologues, qui s’identifient plus facilement à la discipline qu’à la profession. La sociologie est une discipline scientifique, elle est aussi une profession, mais elle n’est ni une science ni une profession comme les autres.

2En comparaison des sciences naturelles, la sociologie n’a ni laboratoire ni procédure d’expérimentation et, ne réussissant pas à regrouper ses membres autour d’un paradigme, elle apparaît comme une discipline faiblement unifiée, lieu d’interminables débats et d’éternelles controverses. En crise permanente, quoi ! La sociologie fait par ailleurs partie de ces professions qui ne sont pas soumises à un ordre professionnel et qui ouvrent à beaucoup d’occupations : professeur, chercheur, journaliste, recherchiste, animateur, conseiller syndical, méthodologue en sondage, publiciste.

3Donc ni une science ni une profession comme les autres : voilà une position qui, doublement en porte-à- faux, peut apparaître inconfortable et devenir source d’anxiété pour celui qui, audacieux, s’aventure dans cette voie professionnelle. La première question que se pose tout jeune qui veut s’orienter vers la sociologie est : « Qu’est-ce que la sociologie ? » Mais sur le marché du travail, dans un ministère, dans un organisme non gouvernemental ou dans une firme de communication, la question est différente : « Un sociologue, ça fait quoi ? » se fait-on demander.

4Écrire Profession sociologue ne va pas sans difficulté, et la tentation est grande de vouloir « vendre » la sociologie et de convaincre des jeunes à la recherche d’une « vocation » ou d’une carrière que c’est le « plus beau métier du monde ». Bref un travail de publicité ! J’ai sur la sociologie mon point de vue : c’est celui d’un sociologue qui fait carrière depuis plus de trente ans dans l’enseignement universitaire et la recherche. Mais, pour ma défense, je dois dire que j’ai une connaissance plus large du monde des professions intellectuelles et scientifiques et une expérience de la sociologie appliquée avec enquêtes et consultations dans les domaines de la sociologie de l’éducation, des arts et de la culture.

Une devise : démystifier

5Mes analyses seront nécessairement influencées par ma trajectoire sociale et intellectuelle dans le contexte d’une société en pleine transformation, puis en crise.

6Lorsqu’à la fin de mes études classiques j’ai pris, après une période d’hésitation, la décision de m’orienter vers la sociologie, j’avais aussi pensé au droit et à la philosophie. Le droit était en quelque sorte mon « destin » social, la profession à laquelle me destinait mon père, un industriel dans un secteur en déclin, la chaussure, et qui avait une grande admiration pour les avocats et un grand intérêt pour la politique, que ce soit au palier municipal (il fut maire de Plessisville), provincial ou fédéral. Je m’étais d’abord confié à ma mère qui a joué le rôle de médiatrice : « Ne lui en parle pas. Je saurai le convaincre. »

7J’avais 20 ans, nous étions en 1965. On ne cessait de nous répéter : « Vous êtes l’élite de demain. » Tout était possible, mais pas nécessairement facile. À l’époque, optimiste face à l’avenir, je ne m’inquiétais pas trop quant à mes chances de trouver un emploi. Le conseiller en orientation nous disait de prendre d’abord en considération nos aptitudes et nos champs d’intérêt : « Les choses bougent aujourd’hui. Dans votre vie professionnelle, vous allez changer deux, trois ou quatre fois d’emploi. »

8Dans la famille, l’étonnement mais aussi l’inquiétude étaient grands. « C’est quoi la sociologie ? » me demandait-on. J’avais une réponse que j’avais trouvée en feuilletant les annuaires des universités : « C’est l’étude de la société. » Il y avait dans mon choix une motivation politique et un engagement social : contester l’ordre des choses, changer la société. Je lisais Sartre, Camus. J’avais collaboré au journal étudiant, L’Écho du Collège, dans lequel j’avais publié un article controversé, « De la révolte à la révolution ». Je m’étais donné une devise : « Démystifier. » Contester, critiquer certes, mais sur une base solide : la connaissance des faits.

Des rencontres, des influences

9Deux rencontres ont été déterminantes pour moi : d’abord Marcel Rioux, qui fut le directeur de mon mémoire de maîtrise en sociologie à l’Université de Montréal, ensuite Pierre Bourdieu, qui fut directeur de ma thèse de doctorat, toujours en sociologie, à l’École pratiques des hautes études à Paris.

10Deux professeurs proches sous plusieurs rapports : approche multidisciplinaire, défense de l’autonomie de la discipline contre les pouvoirs politiques et religieux, posture critique, grande admiration pour Marcel Mauss. Rioux s’est fait le promoteur de la Sociologie critique et Bourdieu n’a cessé tout au long de sa vie de faire des Interventions critiques. L’un et l’autre, chacun à sa manière et dans sa société respective, incarnent la figure de l’intellectuel, n’hésitant pas, si nécessaire, à se montrer impertinents ; ils se sont tous les deux préoccupés non seulement du probable, des tendances « lourdes » qui s’imposent aux sociétés, mais aussi des possibles que peuvent s’inventer les collectivités.

11Marcel Rioux et Pierre Bourdieu m’ont amené, par des voies différentes, à Marcel Mauss, auquel j’ai consacré plus de dix ans de ma vie : rédaction de la première grande biographie intellectuelle de Mauss, édition de tous ses textes politiques et édition, en collaboration avec Philippe Besnard, des Lettres d’Émile Durkheim à son neveu Marcel Mauss. Cette entreprise s’est poursuivie avec la rédaction d’une autre grande biographie intellectuelle, celle de l’oncle, Émile Durkheim. On ne devra pas s’étonner de trouver dans Profession sociologue quelques traces de ma longue fréquentation de ces grands maîtres de la sociologie et de l’anthropologie françaises.

12L’ouvrage est divisé en trois parties : « La discipline  », « Le métier », « La profession ». On aurait aussi pu dire en utilisant le pluriel : Spécialités, Compétences, et Emplois et Carrières. Ce sont là les trois facettes de toute pratique professionnelle.

13Pour le chapitre « La profession », j’ai demandé à six sociologues de me faire leur autoportrait : Claire Denis, Claude Sauvé, Claude Gauthier, Michel Doré, Antoine Moreau et Aude Fournier. Je les remercie pour leur très précieuse collaboration.

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search