Version classiqueVersion mobile

La vie des autres

 | 
Ania Wroblewski

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans un entretien sur les risques de l’écriture mené à Paris en juin 2013 par Karin Schwerdtner, Camille Laurens constate que depuis le procès intenté contre elle il y a dix ans, un procès qu’elle a gagné, « la situation s’est beaucoup aggravée1 » dans le domaine de la publication. Le procès évoqué par Laurens est vraisemblablement celui entrepris contre elle en 2003 par son mari Yves Mézières pour l’avoir nommé dans L’amour, roman (2003). Laurens, qui a déjà réfléchi sur l’autocensure dans son article « (Se) dire et (s’)interdire » publié en 2007, soutient que notre époque est régie par « une logique de procès, de judiciarisation qui va durer2 ». Ces propos font écho aux observations d’Agnès Tricoire qui, dans son Petit traité de la liberté de création, avance que l’année 2000 constitue en quelque sorte une année charnière du « retour à l’ordre moral3 » en France et conclut que « toutes les idées ne sont pas permises, seules celles qui ont un effet direct et positif le sont4 ». Dan...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search