Version classiqueVersion mobile

La vie des autres

 | 
Ania Wroblewski

Chapitre 4. Artistes hors-la-loi

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La notion de parergon étudiée par Jacques Derrida dans son texte La vérité en peinture se révèle utile à l’évaluation de la portée et des effets d’une œuvre d’art. Défini par Kant dans la préface de la Critique de la faculté de juger comme ce qui « n’appartient pas intrinsèquement1 » à une œuvre d’art mais qui s’y ajoute pour « augmente[r] le plaisir du goût2 » de façon superficielle – à savoir le cadre d’un tableau, les vêtements d’une statue ou les colonnes d’un édifice –, le parergon fonctionne, selon Derrida, non pas comme un « hors-d’œuvre », mais comme une frontière perméable entre l’œuvre d’art et le monde qui agit à la fois sur le dedans et le dehors. Le philosophe l’explique comme suit :

Les parerga ont une épaisseur, une surface qui les séparent non seulement, comme le voudrait Kant, du dedans intégral, du corps propre de l’ergon [(l’œuvre)] mais aussi du dehors, du mur sur lequel le tableau est accroché, de l’espace dans lequel la statue ou la colonne sont érigées, puis, d...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search