Version classiqueVersion mobile

La vie des autres

 | 
Ania Wroblewski

Chapitre 2. Les flâneuses

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Un éclair… puis la nuit ! – Fugitive beauté
Dont le regard m’a fait soudainement renaître,
Ne te verrai-je plus que dans l’éternité ?
Ailleurs, bien loin d’ici ! trop tard ! jamais peut-être !
Car j’ignore où tu fuis, tu ne sais où je vais,
Ô toi que j’eusse aimée, ô toi qui le savais !
Charles Baudelaire, « À une passante », 1857

Les gens la regardent. Il y en a même qui se retournent. Et d’autres se permettent des gros plans, impunément, ses jambes, son cul, ses seins, sa bouche, certains lui font des sourires, ou des petits bruits pour l’attirer, sifflements. Elle voudrait arracher ça, les autres autour, elle ne peut qu’avancer à petits pas mesurés et faire semblant de ne rien remarquer.
Virginie Despentes, Les jolies choses, 1998

Depuis sa définition par Charles Baudelaire dans l’article « Le peintre de la vie moderne » publié dans Le Figaro en 18631, et son élaboration par Walter Benjamin dans « Paris, capitale du XIXe siècle » en 1939, la figure du flâneur, ou de « la personne qui se p...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search