Version classiqueVersion mobile

La vie des autres

 | 
Ania Wroblewski

Chapitre 1. L’autobiographie « trop » révélatrice

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Alors que treize ans les séparent, Sophie Calle et Annie Ernaux ont fait leur entrée sur la scène culturelle française à peu près au même moment, à savoir au début des années 1980. Née en 1940, Annie Ernaux est la plus âgée des deux. Bien que toutes les deux soient françaises, elles sont d’origine différente : Calle est née dans une famille bourgeoise parisienne alors que les parents d’Ernaux étaient de petits commerçants normands. Comme elle l’exprime dans de nombreux textes et entretiens, Ernaux a vécu difficilement son ascension sociale : adolescente, elle a ressenti la honte de ne pas être « à la hauteur » ; adulte, agrégée de lettres modernes, mariée et mère de deux fils, c’est celle d’avoir trahi ses origines qui l’a assaillie. De plus, Ernaux a commencé à écrire en secret, entre les repas, pendant que les enfants dormaient, quand son mari était au travail. Entre 1974 et 1981, elle a publié chez Gallimard ses premiers romans, des œuvres narratives denses, difficiles, remplies ...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search