Version classiqueVersion mobile

Écrire en temps d'insurrections

 | 
Mylène Bédard

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

[P]our que l’échange épistolaire soit accepté comme genre littéraire, il faut encore qu’un œil étranger, celui du lecteur hors champ, transperce l’intimité à peine inaugurée en la transformant en spectacle et en configuration discursive.
Algirdas Julien Greimas, La lettre : approches sémiotiques

Depuis la parution en 1978 de l’article de Fritz Nies intitulé « Un genre féminin ? », l’association entre le genre épistolaire et le genre féminin ne peut plus être perçue comme une réalité historique et littéraire. Nies remet en question les fondements de cette association : « De nos jours les critiques littéraires ont pris l’habitude de répondre par l’affirmative. Mais ce qui nous paraît un fait acquis pourrait se révéler illusoire pour le XVIIe siècle. » (1978 : 995) Il ne semble pas en être autrement pour le XIXe siècle. Si Marie-Frédérique Desbiens reconnaît que c’est dans les écrits intimes de la décennie 1830 que « les marques du romantisme sont peut-être les plus patentes », elle s’en...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search