Version classiqueVersion mobile

Écrire en temps d'insurrections

 | 
Mylène Bédard

Chapitre III. Codes épistolaires et possibles littéraires : ethos et postures romantiques

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Outre sa capacité à inventer de nouvelles procédures d’écriture de soi, d’autres modalités du discours critique, et tout simplement de nouvelles sociabilités, la lettre, toujours en coquetterie avec l’espace littéraire – tour à tour connivente ou dissidente, exclue ou intégrée – a également contribué à repenser tout au long de son histoire la notion même de littérature.
Brigitte Diaz, L’épistolaire ou la pensée nomade

En condamnant des centaines d’hommes à l’emprisonnement ou à l’exil, la répression des Rébellions de 1837-1838 provoque la venue à l’écriture épistolaire de nombreuses Canadiennes de milieux sociaux variés. Si le contexte de familiarité favorise l’assouplissement des règles qui encadrent cette forme d’écriture, la rédaction de requêtes aux autorités suppose, quant à elle, un respect plus strict du protocole. La question des codes épistolaires concerne aussi bien le support (marges, ratures, en-tête) que le discours (formules de politesse et de salutations, qualité de l’e...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search