Version classiqueVersion mobile

Écrire en temps d'insurrections

 | 
Mylène Bédard

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Libre et codifiée, intime et publique, tendue entre secret et sociabilité, la lettre, mieux qu’aucune autre expression, associe le lien social et la subjectivité.
Roger Chartier, La correspondance.
Les usages de la lettre au XIXe siècle

Considéré comme « un âge d’or du privé », le XIXe siècle verrait se dessiner « des cercles idéalement concentriques et réellement enchevêtrés » entre le civil, le collectif et l’intime (Ariès et Duby, 1999 : 9). Dans un tel contexte, les lettres de femmes liées aux patriotes du Bas-Canada fournissent des cas exemplaires de cet arrimage entre le sujet, les écrits intimes et le social. Même si, au cours de la période insurrectionnelle, les femmes n’ont pas été appelées à participer au mouvement d’émancipation nationale1, plusieurs d’entre elles en ont pourtant subi les conséquences dans leur quotidien, que ce soit par les dommages causés à la propriété familiale, l’exil, l’emprisonnement ou la mort d’un proche. Et ces effets auront des répercussions plus ...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search