Version classiqueVersion mobile

Profession psychologue

 | 
Louis Brunet
, 
Dianne Casoni

2. La profession de psychologue

Entrées d'index

Texte intégral

1Pour la majorité des gens, la psychologie est d’abord une profession et non un domaine de recherche ou une science. Ils connaissent la psychologie par deux de ses applications principales : le psychodiagnostic et la psychothérapie. En effet, la pratique de la psychologie s’est traditionnellement orientée selon les deux axes du diagnostic et de la psychothérapie individuelle ; c’est en fonction d’eux que s’organise la plus grande part de la pratique des psychologues. Graduellement, d’autres formes d’interventions ont vu le jour, plusieurs dérivant de ces deux axes principaux.

2Cependant, tant la notion de diagnostic que la notion de traitement en psychologie peuvent renvoyer à des conceptions très différentes de celles de la médecine ou des soins physiques. Ainsi, certaines approches théoriques en psychologie préfèrent utiliser les termes d’« évaluation psychologique » ou de « bilan » plutôt que de « psychodiagnostic » en raison de leur vision de la santé et de la pathologie, celle-ci pouvant être très différente de la vision des approches médicales ou psychiatriques. D’autres approches partagent davantage la vision de la santé et de la pathologie des sciences médicales. De la même façon, des approches conçoivent leurs interventions comme un traitement, alors que d’autres les conçoivent plutôt comme du soutien au développement ou à la croissance, de l’éducation, de la rééducation ou de la réadaptation.

3Il ne faut jamais perdre de vue que la théorie de la personnalité utilisée par le praticien va orienter sa façon de concevoir son intervention, bien sûr sur un plan technique, mais surtout sa façon même de concevoir la santé mentale ou la psychopathologie. Ainsi, certaines théories de la personnalité supposent qu’il existe une fracture entre le psychisme de l’individu normal et celui de l’individu pathologique, comme si la nature même de l’un et de l’autre différait. Par exemple, le modèle psychopathologique le plus utilisé en Amérique du Nord par les psychologues cognitifs-behavioraux est le DSM-IV. Il s’agit d’une classification diagnostique basée sur la présence d’une série de symptômes. Pour chaque entité, une série de symptômes est décrite. Selon la description, il faut trouver un certain nombre de ces symptômes pour que le diagnostic s’applique — un symptôme de moins et le diagnostic ne s’applique pas. Dans cette optique, la normalité est l’absence de diagnostic de pathologie, et cela peut tenir dans certains cas à l’absence d’un seul symptôme dans une association de symptômes (un syndrome).

4Cette vision dichotomique est fondamentalement différente de la vision de l’homme de la psychanalyse par exemple, pour laquelle aucune différence catégorielle n’existe entre l’individu sain et l’individu pathologique. La conception de l’homme propre au modèle psychanalytique suppose non seulement qu’il y a très peu de différences entre le normal et le pathologique, mais aussi que les mêmes fantasmes, mécanismes psychiques, conflits et structures psychiques existent chez l’un et chez l’autre. Pour la psychanalyse, le symptôme, ce n’est pas la maladie, c’est la manifestation externe d’une conflictualité inconsciente. Ce qui caractérisera une plus grande santé psychique, selon elle, sera non pas l’absence de symptômes, ou le respect d’une certaine norme statistique, mais plutôt la présence d’un équilibre intérieur qui permet à un individu de se voir comme sujet, d’aimer et d’être aimé, d’avoir une vie sexuelle et relationnelle satisfaisante, d’être capable de sublimation, de créativité et de travail.

5On voit comment pour des psychologues de diverses orientations théoriques la notion populaire de « diagnostic » a du sens, alors que, pour d’autres, le présupposé dichotomique du terme de diagnostic ne convient pas. De plus, certaines applications de la psychologie se sont graduellement éloignées de la pratique clinique individuelle pour s’adresser aux institutions et organisations, aux groupes sociaux et communautaires, et, dans ces cas, les notions de « diagnostic » et de « traitement » doivent au mieux être utilisées de façon analogique.

Le psychologue

6La profession de psychologue jouit d’une bonne réputation en Amérique du Nord. Les psychologues y sont des professionnels respectés, accrédités par des organismes sérieux de surveillance, à la suite d’une formation universitaire poussée. L’American Psychological Association compte plus de 150 000 membres et constitue un regroupement influent tant à cause de ses champs de compétence que de son nombre de membres. Au Québec, le psychologue est un professionnel autonome, membre de l’Ordre des psychologues du Québec. Il lui est reconnu la capacité de poser des actes comme l’évaluation psychologique et le traitement psychologique de façon autonome et sans supervision ni référence de la part d’autres professionnels. Le psychologue québécois doit maintenant détenir un doctorat en psychologie dont la formation est à la fois théorique et pratique (stages). Sa formation inclut à la fois l’acquisition de connaissances sur les processus normaux et pathologiques de l’individu et de la famille, sur le développement affectif, social, cognitif, intellectuel de l’individu, et la mise à l’épreuve de ses connaissances et des techniques d’évaluation et de psychothérapie étudiées à travers des stages. Actuellement, l’Ordre des psychologues du Québec compte plus de 8 000 membres.

7Il est habituel de voir un psychologue acquérir une formation supplémentaire postdoctorale spécialisée selon son champ de pratique : formation en psychanalyse ou en psychothérapie, formation en neuropsychologie, expertise psycholégale, médiation familiale, etc.

Les grands courants théoriques

8Une particularité de la profession de psychologue est qu’il n’existe pas qu’un seul modèle théorique valide en psychologie et que, en conséquence, il n’existe pas qu’un seul modèle diagnostique ni un seul modèle thérapeutique. Cette diversité, qui pourrait être vue comme une faiblesse de la profession, pourrait bien être au contraire une richesse permettant à la psychologie appliquée de se développer, notamment par l’obligation qu’elle impose aux professionnels de se confronter à d’autres visions à l’intérieur même de leur discipline.

9Bien qu’on puisse inventorier nombre de théories en psychologie, trois grands courants théoriques possèdent un ensemble de concepts systématisés et interreliés qui ont ensuite pu donner naissance à des théories secondaires. Les trois théories décrites ici sont celles dont le pouvoir explicatif du fonctionnement humain est le plus complet, encore que la nature de ce fonctionnement diffère de l’une à l’autre. Pour acquérir le statut de théorie, au sens noble du mot, il faut davantage que quelques concepts ou qu’une somme d’observations et d’expérimentations. Tout comme la blague qui veut qu’un tas de briques, de bois et de clous ne fasse pas une maison, une théorie ne peut être qu’une juxtaposition d’observations : elle doit être constituée d’un ensemble de propositions interreliées qui forment un tout cohérent et dont l’ampleur est suffisante pour expliquer un phénomène complexe. Nous retrouvons ici l’idée, chère à Daniel Lagache, de la psychologie comme science de « l’interprétation compréhensive des conduites significatives et expressives ».

1. La théorie psychanalytique

10Les approches dites « psychodynamiques » en psychologie, comme la thérapie psychodynamique, ou l’évaluation de la personnalité par les instruments projectifs, sont des applications de la théorie psychanalytique et spécifiquement des aménagements de sa technique. En général, on regroupe sous le vocable psychodynamique les diverses approches thérapeutiques qui utilisent la plupart des concepts de la théorie psychanalytique et en adaptent plus ou moins la technique. La théorie de référence des approches psychodynamiques est donc la théorie psychanalytique.

11La psychanalyse, issue des travaux de Sigmund Freud, est en fait constituée de trois systèmes conceptuels indissociables et interreliés. Elle est à la fois :

  • une théorie de la personnalité normale et pathologique issue des découvertes générées par la méthode psychanalytique de recherche et de traitement ;
  • une méthode thérapeutique spécifique centrée sur l’interprétation des matériaux inconscients tels les résistances, les désirs inconscients et le transfert, et une théorie spécifique de cette technique, qui a donné lieu à divers aménagements et variantes ;
  • une méthode de recherche (cadre et technique) qui permet de mettre en évidence le sens inconscient et qui se base techniquement sur les libres associations du sujet.

12La théorie psychanalytique, quant à elle, est constituée d’un ensemble de concepts organisés autour de sa « métapsychologie » ou psychologie de qui est « de l’autre côté de la conscience ». Essentiellement, la métapsychologie psychanalytique est définie par Freud, son fondateur, comme l’ensemble des théories permettant de décrire un processus psychique sous trois rapports : dynamique, économique et topique. Ces trois aspects constituent encore aujourd’hui le cœur des théories psychanalytiques bien que celles-ci aient considérablement évolué depuis leur première formulation. Toute théorisation psychanalytique d’un phénomène humain doit tenter d’en rendre compte selon ces trois rapports. Le point de vue dynamique aborde, entre autres choses, les notions de conflit psychique inconscient, de ses composantes pulsionnelles et des contre-forces qui s’y opposent. Le point de vue économique permet de saisir la question de la quantité des énergies pulsionnelles en cause dans les investissements, contre-investissements et déplacements. Le point de vue topique est celui qui décrit métaphoriquement les « lieux » ou « espaces » psychiques. Il est connu tant par la première topique, qui décrit les espaces conscient, préconscient et inconscient, ayant chacun des règles de fonctionnement spécifiques, que par la deuxième topique, qu’on appelle aussi le point de vue structural, qui décrit le fonctionnement d’instances psychiques dénommées le Ça, le Moi et le Surmoi. En plus de la métapsychologie, la psychanalyse a développé des théories du processus thérapeutique.

13La théorie psychanalytique de la personnalité est une théorie complexe qui nécessite une formation approfondie. Elle mérite de plein droit le titre de théorie, car ses nombreux concepts sont cohérents, dynamiquement reliés entre eux et ont une valeur explicative. Il ne s’agit pas que d’une simple description d’un fonctionnement, fût-il intérieur, mais d’un système complexe de lois psychiques (principe de réalité, principe plaisir/déplaisir, fonctionnement des processus primaires/des processus secondaires, etc.) qui permet de comprendre les processus psychiques, les transformations des motivations inconscientes, les processus de pensée, les modes relationnels, l’élaboration de symptômes et la logique des organisations de personnalité normales ou pathologiques. Sur ce dernier point, la psychanalyse se démarque d’autres approches en ce qu’elle permet de comprendre non seulement le fonctionnement pathologique, mais aussi le fonctionnement normal. Il s’agit d’une théorie qui ne voit pas de dichotomie essentielle entre une personnalité normale et une personnalité pathologique, puisqu’on peut retrouver les mêmes « contenus » inconscients et les mêmes processus psychiques chez l’une et chez l’autre.

14Sur le plan thérapeutique, la psychanalyse est connue pour ce qu’il convient d’appeler la « cure type » dont le cadre et le dispositif sont bien connus : l’utilisation du divan, une fréquence importante des séances. Cette thérapeutique est née de l’abandon de l’hypnose par Freud et de la découverte de la puissance de l’association libre, puis elle évoluera par le biais d’autres découvertes comme celle des résistances ou celle du transfert. Les « outils » thérapeutiques du psychanalyste sont surtout l’interprétation et particulièrement l’analyse et l’interprétation du transfert. Cependant, aujourd’hui, le cadre et le dispositif classiques (notamment le divan) ne sont plus considérés comme les véritables caractéristiques d’une psychanalyse. La fréquence peut varier, le face-à-face peut être utilisé, mais l’essentiel de la thérapeutique psychanalytique se trouve dans le type de processus mis en branle par le transfert et son analyse (Brunet, 2001). La psychanalyse a donné lieu à un aménagement technique, la psychothérapie psychanalytique, qui partage avec la première la même théorie de la personnalité, la même théorie de la technique et du cadre, les mêmes techniques d’interprétation (d’interprétation du transfert), de mise en place des modalités pour mettre en évidence le transfert, et d’absence de suggestions et de conseils. Les visées thérapeutiques de la psychanalyse ne sont pas tant la disparition des symptômes que la transformation psychique, le développement des capacités de transformation, de symbolisation et d’appropriation subjective qui rendront l’individu plus autonome, davantage capable d’aimer, d’être aimé, de prendre en charge sa propre vie et ses désirs. Ces transformations psychiques, en libérant l’individu des conflits, devraient le libérer de la nécessité de développer des symptômes coûteux et inhibants.

15Les aménagements thérapeutiques dits « psychodynamiques » comme la psychothérapie psychodynamique partagent avec la psychanalyse sa théorie de la personnalité, mais n’en partagent ni le dispositif (divan, nombre de séances) ni la technique (des conseils pourront être utilisés, le transfert n’est plus placé au centre de l’analyse et des interprétations, etc.).

2. La théorie cognitive-comportementale

16La théorie cognitive-comportementale est un développement de l’approche comportementale en ce qu’elle tente de tenir compte des pensées ou cognitions conçues comme erronées ou indésirables et qu’il faudrait par conséquent modifier. Essentiellement, le désir de « modifier » un comportement ou une pensée qui sont jugés « inadéquats » est au centre de la préoccupation thérapeutique de cette théorie. À l’origine se situe le courant « behavioral » qui a pris un essor considérable en psychologie nord-américaine (cet essor a été moins important en Europe).

17Les principes à la base de la théorie comportementale sont que :

  • le but d’une théorie psychologique est d’expliquer, prédire ou changer des comportements, contrairement à d’autres théories psychologiques qui visent à comprendre les processus internes et dont l’étude se centre sur l’esprit ;
  • les théories psychologiques doivent être évaluées en fonction de leurs conséquences comportementales ;
  • l’efficacité d’une intervention ou d’un traitement est mesurée par les changements de comportements produits.

18On le voit, ces trois principes décrivent une psychologie tout à fait opposée à la conception de l’être humain tel qu’il peut être vu par la psychologie psychanalytique pour laquelle le comportement n’est qu’un aspect visible d’un sujet dont l’essence est plus dans son être, dans son esprit, que dans ses gestes.

19La formation de la personnalité selon la théorie comportementale est essentiellement une question d’apprentissage et elle s’appuie historiquement sur la notion de « conditionnement ». D’Ivan Pavlov et son concept de conditionnement à B. F. Skinner et au conditionnement opérant, les approches comportementales ne proposent pas tant une théorie de la « psyché » qu’une explication de l’acquisition des comportements et symptômes. L’intention ou la motivation du sujet ne sont pas au cœur de cette approche. À la suite de la critique fondamentale du behaviorisme par Noam Chomsky, qui a démontré que certaines « acquisitions » et certains développements de l’enfant ne relevaient pas d’une conduite d’apprentissage, cette approche tentera d’inclure de plus en plus le travail sur les pensées. Ainsi, une peur ou une phobie sera vue comme une pensée irrationnelle qu’il faudrait éliminer ou remplacer par une autre plus rationnelle. Les thérapies cognitives, dans le sillage notamment des travaux d’Aaron T. Beck, sont apparues comme un complément nécessaire à l’approche comportementaliste pure, en mettant l’accent sur l’importance des schémas de pensée chez l’être humain et sur la manière dont les schémas dysfonctionnels peuvent générer ou entretenir divers troubles mentaux. La thérapie cognitive ne diffère pas fondamentalement de la thérapie comportementale dans ses présuppositions et sa vision de la normalité ou de la pathologie.

20Si cette théorie se centre sur le comportement, le symptôme et la notion d’apprentissage, peut-on en parler comme d’une théorie de la personnalité ? Certains lui refusent ce statut, car, habituellement, les théories de la personnalité ne se bornent pas à décrire l’aspect comportemental de l’humain, mais étudient son développement et ses processus internes. Au contraire, la théorie cognitive-comportementale décrit la personnalité en fonction de son conditionnement et de son apprentissage et elle voit la personnalité comme un ensemble d’habitudes sans que les motivations internes y soient prises en compte, bien que les approches cognitives aient de plus en plus intégré les notions de pensées conscientes dans les processus d’apprentissage.

21De plus, par sa perspective comportementale, par son parti pris en faveur de l’observable et par son rejet du « subjectif » ou de l’individu comme « sujet », la classification des personnalités dans la théorie cognitive-comportementale est essentiellement normative et nomothétique — elle juge de la normalité par rapport à une moyenne théorique —, ce qui lui a valu son lot de critiques tant chez les défenseurs des autres approches en psychologie que chez les éthiciens et les épistémologues des sciences. On lui reproche d’être normative, puisqu’elle impose nécessairement au sujet des notions de « comportement désirable ou indésirable » ou de « pensée rationnelle ou irrationnelle ». Sur le plan éthique, les systèmes diagnostiques normatifs sont facilement utilisés comme une forme de contrainte sociale. On sait malheureusement comment des pays totalitaires se sont servis de systèmes psychologiques normatifs pour limiter les droits d’opposants politiques et les emprisonner.

22La théorie cognitive-comportementale, par l’importance qu’elle donne aux comportements mesurables et aux signes objectifs, se situe naturellement dans un modèle diagnostic nomothétique. Le manuel diagnostique publié par l’Association psychiatrique américaine (DSM-IV) est par conséquent l’instrument de classification diagnostique le plus en accord avec la théorie cognitive-comportementale, puisqu’il se centre essentiellement sur les comportements et symptômes observables et objectivables pour établir une classification des troubles mentaux. Cette classification est nettement normative en ce qu’elle décrète ce qui est normal et ce qui est pathologique sur la base de comportements et de symptômes et elle est nomothétique en ce sens qu’elle repose sur une moyenne théorique pour juger la normalité.

23La grande popularité des approches cognitives-comportementales tient à plusieurs facteurs, notamment à la préférence des universitaires pour un modèle thérapeutique qui s’actualise facilement dans des protocoles de recherche quantitative rigoureux. En général, les universitaires soulignent le fait que cette approche a donné lieu à de nombreuses recherches empiriques, qu’elle constitue par conséquent une approche thérapeutique « scientifique », qu’elle est « efficace » et qu’elle donne des résultats à très court terme. Tout en étant justes, ces affirmations méritent d’être nuancées à la lumière des recherches actuelles. Il est certain que cette approche se prête bien aux protocoles de recherche classiques sur les effets des psychothérapies. Il va de soi qu’évaluer l’effet d’un traitement en mesurant un comportement observable est beaucoup plus facile à réaliser que de tenter de mesurer la capacité d’aimer et d’être responsable de sa vie. Pour cette raison, le nombre de publications portant sur ce type de thérapie est infiniment plus grand que les comptes rendus de recherche portant sur des thérapeutiques psychanalytiques ou humanistes. Cette disproportion des publications a fait dire à certains chercheurs que l’approche cognitive-comportementale serait la seule approche thérapeutique « scientifique » en psychologie. Le nombre de publications sur cette approche démontre bien sûr la vitalité de la recherche dans ce domaine, mais elle ne démontre aucunement la faiblesse scientifique des autres.

24Un autre élément de sa popularité tient à ce que le traitement cognitif-behavioral serait plus court que les traitements psychanalytiques et humanistes. D’une part, cela tient aux objectifs thérapeutiques : avoir comme objectif la modification d’un comportement devrait prendre significativement moins de temps qu’un objectif thérapeutique portant sur la capacité de se concevoir comme sujet ou de développer la capacité de lier des relations intimes et significatives. D’autre part, les recherches récentes (Westen, 2006) montrent que souvent, et particulièrement dans le cas des pathologies importantes, les patients, après avoir fait un premier traitement cognitif-behavioral portant sur un objectif particulier, font ensuite d’autres thérapies portant sur d’autres objectifs, ce qui fait que la différence de durée ne semble pas tellement significative.

25Enfin, la question des études sur l’efficacité des traitements mérite aussi d’être mise en perspective. Les recherches sur l’efficacité des thérapies cognitives-comportementales montrent effectivement leur efficacité en fonction de leurs objectifs. Cela étant, des travaux tendent à démontrer que les résultats favorables auraient tendance à ne pas se maintenir dans le temps lorsqu’il s’agit de pathologies sévères (Durham et al., 2005). La difficulté vient du fait qu’il est quasiment impossible de comparer l’efficacité d’une approche cognitive-behaviorale avec les approches psychanalytique et humaniste, car leurs objectifs thérapeutiques ne sont pas comparables.

3. La psychologie humaniste, théories phénoménologiques existentielles

26Le philosophe allemand Edmund Husserl est celui à qui l’on doit l’origine de la philosophie phénoménologique, qui cherche entre autres à décrire plutôt qu’à expliquer les actes de pensée. Cependant, la psychologie phénoménologique s’est peu à peu démarquée du système philosophique d’Husserl pour devenir une approche thérapeutique centrée autour de certains principes phénoménologiques. Parmi ces principes, notons l’accent mis sur l’expérience subjective telle que vécue et sur son corollaire méthodologique : le comportement d’une personne ne peut être compris qu’en se plaçant dans son cadre interne de référence, son monde subjectif, qu’en voyant et ressentant les choses telles qu’elle les voit et les ressent. De même, cette approche affirme qu’il faut étudier et comprendre l’être humain simultanément dans tous ses aspects parce qu’il forme un tout organisé et intégré, et elle met au centre de sa réflexion la dignité et la valeur intrinsèques des êtres humains.

27L’aspect « existentiel » renvoie au fait que certains courants parmi cette approche rejettent les notions d’explication causale et de déterminisme chez l’être humain, qu’ils rejettent donc, par exemple, la notion de déterminisme inconscient de la psychanalyse.

28Carl Rogers est probablement celui qui a le plus fait connaître cette approche théorique en Amérique du Nord, particulièrement parce qu’il en a fait une véritable approche thérapeutique dans laquelle le sujet est censé être le meilleur expert de lui-même. Rogers a rejeté la classification psychiatrique des maladies mentales, comme le DSM, entre autres raisons, parce que, selon lui, elle n’est d’aucune utilité thérapeutique et qu’elle ne reflète pas l’essence de l’individu dans ses dimensions phénoménologique et subjective. De ses travaux naîtront des approches thérapeutiques « centrées sur le client » (client-centered therapy), des approches « non directives » et diverses démarches de « croissance personnelle » (encounter group, gestalt, etc.).

29L’approche phénoménologique n’a pas de conception de la personnalité « normale ». En fait, elle rejette le concept même de normalité comme le produit de normes sociales. Malgré cela, plusieurs courants phénoménologiques valorisent tout de même un certain type d’individu ou certaines caractéristiques vues comme désirables, telles l’authenticité et la non-aliénation de soi, la connaissance et l’acceptation de soi, etc.

Les domaines de pratique

30Indépendamment des théories de la personnalité utilisées par les psychologues, ceux-ci œuvrent actuellement dans plusieurs domaines de pratique. Par domaine de pratique, nous entendons des champs d’application dans lesquels les connaissances et les actes professionnels des psychologues sont sollicités et utiles. Nous verrons dans la prochaine section quels sont les principaux actes professionnels du psychologue. En général, on regroupe les domaines d’application en cinq catégories, plus ou moins largement définies : la pratique clinique, la pratique scolaire, la psychologie du travail (souvent nommée industrielle-organisationnelle), la pratique neuropsychologique, la psychologie communautaire. Dans chacun de ces domaines, le psychologue utilisera certaines théories et posera des actes comme l’évaluation diagnostique, le traitement, la consultation.

1. La psychologie clinique

31Le terme de psychologie clinique est d’abord dérivé de façon analogique de la médecine pour décrire la situation du psychologue, hors du laboratoire ou de la recherche, qui applique à des individus ou à des familles son savoir dans le but « d’aider, de soigner ou de guérir », les trois termes n’étant pas équivalents (Brunet, Casoni, 2000). Le psychologue fait donc face à des problèmes naturels, écologiques dirait Edgar Morin, relativement différents des situations contrôlées de laboratoire et doit adapter ses connaissances théoriques et sa pratique aux individus qui le consultent.

32Pour Daniel Lagache (1949), la démarche du psychologue clinicien est de saisir la conduite dans sa perspective propre, d’examiner les manières d’être et de réagir d’un être humain complet, de chercher à en établir le sens, la structure et la genèse, et de déceler les conflits qui la motivent. Pour lui, la psychologie clinique est caractérisée par l’investigation systématique et aussi complète que possible des cas individuels.

33Cette psychologie renvoie dès lors à l’application proprement dite de certaines notions psychologiques à une personne, à un couple ou à une famille, en particulier à des fins de diagnostic ou de traitement. Par analogie, la médecine est une discipline clinique, c’est-à-dire dont le champ de pratique est l’application des connaissances de la biologie, de l’anatomie ou de la bactériologie à l’individu dans le but d’évaluer son état physique et, le cas échéant, de le traiter. En général, on consulte le psychologue clinicien en raison d’un problème pour soi, un enfant, un couple, une famille. Le professionnel doit tenter, à l’intérieur de son orientation théorique, de faire une évaluation suffisante du problème en vue de proposer une aide qui pourra prendre diverses formes, de la psychothérapie aux conseils, d’un traitement individuel au traitement familial.

34Un bon nombre de psychologues cliniciens pratiquent en cabinet privé (plus de 36 % des psychologues au Québec), dans des milieux hospitaliers ou dans des centres locaux de services communautaires (20 % des psychologues québécois). Les pratiques les plus importantes du psychologue clinicien sont l’évaluation (psychodiagnostic) et le traitement, mais, en cabinet privé, la demande pour l’expertise psycholégale et la médiation est très importante. Dans les milieux hospitaliers, le psychologue peut agir comme clinicien généraliste (consultation, diagnostic et psychothérapie), mais il peut œuvrer dans un contexte plus spécialisé comme le diagnostic différentiel en milieu psychiatrique, dans la consultation auprès de clientèles spécifiques (les soins palliatifs, par exemple) ou au sein de cliniques spécialisées et surspécialisées (comme les cliniques spécialisées de l’autisme, de la dépression, des troubles anxieux).

2. La psychologie scolaire

35Le psychologue peut aussi intervenir en milieu scolaire par un travail auprès des enfants, des parents et des enseignants, ainsi qu’en contribuant à la mise sur pied de programmes spécifiques. Son objet d’intervention prioritaire est souvent l’enfant en difficulté d’apprentissage ou d’adaptation, les problèmes d’attention, le décrochage scolaire, les problèmes de comportement à l’école. Son évaluation et ses actions dépassent nécessairement les simples champs intellectuel et cognitif pour aborder le comportement et la personnalité. Il peut alors agir auprès de l’enfant directement ou conseiller les enseignants en fonction des problèmes éprouvés.

36La formation universitaire du psychologue scolaire porte notamment sur le développement de l’enfant et de l’adolescent, sur l’apprentissage, sur la motivation, sur l’évaluation intellectuelle.

3. La psychologie du travail (industriel-organisationnel)

37Le psychologue du travail et des organisations, comme son nom l’indique, intervient auprès de milieux de travail à plusieurs titres : il peut s’agir de planifier et d’effectuer de la sélection de personnel, de travailler auprès du milieu lui-même afin d’isoler certains problèmes d’organisation, d’évaluer le personnel ou, dans une fonction plus près de la clinique, de collaborer à un programme d’aide aux employés. Les secteurs de la qualité de vie au travail, de la santé et de la sécurité sont des champs émergents en psychologie du travail.

38Le domaine de la sélection du personnel est connu depuis plusieurs années. Le psychologue du travail utilisera des entrevues et des instruments de personnalité, d’habiletés, d’aptitudes, d’intérêts afin de mener ce type d’évaluation. Le travail d’évaluation ou de « diagnostic », s’il n’est pas à proprement parler clinique, s’appliquera aussi à l’organisation elle-même : son climat de travail, la répartition des responsabilités et ses conséquences, la philosophie de l’entreprise et l’impact de celle-ci sur les employés.

4. La neuropsychologie

39La neuropsychologie est un domaine de pratique qui a pris beaucoup d’essor depuis les dernières années et qui demande une formation très spécialisée. Le neuropsychologue est un psychologue qui évalue le fonctionnement du système nerveux central affectant la manière de penser, de se sentir et de se comporter. Le travail du neuropsychologue s’avère très précieux et très précis pour diagnostiquer les atteintes neurologiques après un accident, une maladie, une tumeur.

40À l’aide de nombreux tests et examens, le neuropsychologue détermine la nature et l’ampleur d’un déficit comportemental ou cognitif. Il peut en déduire des lésions au cerveau notamment, ainsi que qualifier et quantifier les limitations cognitives ou motrices. Ce type d’évaluation peut être utile aux personnes présentant des problèmes comportementaux et émotionnels, de mémoire, de fonctionnement intellectuel et cognitif, ou des difficultés à accomplir les tâches faisant partie de leur quotidien. Ces problèmes peuvent faire suite à une blessure à la tête, à une crise d’épilepsie, à un accident cérébrovasculaire, à une tumeur au cerveau, à une atteinte à la moelle épinière, à des encéphalopathies toxiques.

41L’évaluation peut porter sur les facultés intellectuelles supérieures — l’intelligence, les habiletés scolaires ou de résolution de problèmes, l’abstraction, la mémoire — ou les habiletés visuomotrices et celles qui y sont reliées. Le fonctionnement sensorimoteur et le statut psychologique/émotionnel peuvent aussi être évalués.

42Le neuropsychologue travaille fréquemment en milieu hospitalier, par exemple en gériatrie, mais de plus en plus une pratique en cabinet privé se développe, notamment dans le contexte de l’expertise psycholégale.

5. La psychologie communautaire

43Ce domaine de pratique est intimement lié à une vision de la santé dans laquelle l’objet d’étude et d’intervention n’est pas tant l’individu que la communauté ou la société. Le psychologue communautaire, à la différence du clinicien, ne cherchera pas tant à comprendre la personnalité individuelle ou, le cas échéant, la psychopathologie qu’à intervenir auprès de la société pour favoriser la santé mentale des gens. C’est une approche écologique dans le sens où elle cherche à saisir les phénomènes de santé dans leur globalité et à travers les influences multiples de l’environnement, des milieux sociaux, économiques et politiques.

44Son mode d’intervention privilégie l’intégration des principaux intéressés, les populations touchées, dans des programmes d’action communautaire visant le mieux-être du groupe. Il tente de promouvoir des programmes sociaux et des ressources communautaires ainsi que des mesures de prévention. Il préconise la mobilisation et la capacité de prise en charge responsable des individus et des groupes (empowerment). Son approche « diagnostique » est intimement liée à la recherche sur le terrain.

Les grands axes des actes psychologiques

45Trois grands axes décrivent un ensemble d’actes psychologiques à partir desquels des sous-catégories peuvent être élaborées. Il s’agit des axes de l’évaluation psychologique, du traitement et de la consultation. À travers ces grands axes se situent des pratiques spécifiques ou spécialisées comme l’expertise psycholégale, l’évaluation intellectuelle, l’évaluation neuropsychologique et le diagnostic différentiel. Dans le domaine du traitement ou de l’intervention, on retrouvera les formes de psychothérapie à court terme, à long terme, individuelle, de groupe et familiale, préconisant les trois grandes orientations théoriques décrites ci-dessus. Du côté de la consultation, de nombreux types d’interventions ont vu le jour dans les dernières années. En plus des consultations classiques auprès de familles (conseils concernant un enfant), le domaine des ateliers de formation et des ateliers de croissance personnelle s’est considérablement développé. Certaines formes de consultation voient le psychologue s’adresser à des collègues ou à d’autres professionnels, comme dans la pratique de la supervision, du coaching et de la formation ainsi que dans le soutien à des équipes de soins ou de traitements dans les centres jeunesse, les hôpitaux ou d’autres organisations utilisant la thérapie de milieu par exemple.

1. L’évaluation psychologique, le psychodiagnostic

46L’évaluation psychologique est sans doute l’aspect le plus spécifique du travail du psychologue clinicien. Ce n’est pas sans raison, car les psychologues cliniciens ont développé à la fois des méthodologies d’évaluation ainsi que des tests très élaborés, ce qui leur confère une grande compétence dans le domaine du psychodiagnostic. L’évaluation psychologique, sous une forme ou sous une autre, est le préambule à presque toutes les démarches cliniques, qu’il s’agisse d’un traitement psychothérapeutique ou qu’il s’agisse d’une consultation pour apporter un éclairage particulier de compréhension sur une situation donnée.

47Le psychologue, par l’appartenance à son ordre professionnel et tel que défini dans les lois québécoises, a la compétence de poser de façon autonome les actes nécessaires à une évaluation psychologique et à un diagnostic psychologique. Cette évaluation psychologique est quelquefois nommée « psychodiagnostic ». Il faut préciser cependant qu’il ne s’agit pas, au sens strict, d’un diagnostic médical. Le psychologue clinicien, en fonction de son modèle théorique, privilégiera l’évaluation de certaines caractéristiques ou fonctions psychiques et il aura le choix entre divers systèmes de classification diagnostique.

48On l’a compris à la lumière du premier chapitre, il n’existe pas qu’un seul système diagnostic valide en psychologie ; la théorie de la personnalité privilégiée par le psychologue orientera son choix du système diagnostique pertinent. Il existe deux grandes conceptions du diagnostic psychologique qui sont intimement liées aux théories de la personnalité utilisées.

1.1. Le rapport à la norme

49D’un côté se sont développés des modèles qui cherchent à situer un individu par rapport à la norme. Ces systèmes normatifs, qualifiés de nomothétiques, visent à la découverte et à l’analyse des lois générales et communes qui définissent une norme pour un groupe ou un sous-groupe d’individus. Une évaluation ou un diagnostic d’inspiration nomothétique utilise souvent des systèmes de classification et des instruments ou des tests très bien opérationnalisés permettant des calculs statistiques complexes et une grande fidélité des diagnostics. Ainsi, le système de classification des psychopathologies issu de la clinique américaine intitulé Diagnostic and Statistical Manual (DSM-IV) est actuellement le système de classification des troubles mentaux le plus largement adopté en Amérique du Nord. Comme son nom l’indique, son esprit est résolument statistique et normatif, ce qui en soi constitue un choix idéologique inséparable d’une conception spécifique de la santé et de la psychopathologie. Des tests psychologiques comme le MMPI (Minnesota Multiphasic Personality Inventory) ou le MCMI (Millon Clinical Multiaxial Inventory) se situent aussi dans ce courant de pensée.

50Un système de classification nomothétique ou un test nomothétique doivent servir à mesurer des comportements observables et des signes facilement visibles. La théorie de la personnalité y est donc secondaire et souvent jugée sans importance scientifique. En outre, les prémisses mêmes qui soutiennent l’épistémologie de type épidémiologique inhérente à cette démarche sont relativement indépendantes de la théorisation, car ce qui est vu comme source de connaissance ne provient pas de la théorie, mais des résultats obtenus de façon empirique (Casoni, 2007). Ce genre d’instrument permet, en fait, au clinicien de dire qu’un individu présente les caractéristiques habituelles des gens souffrant d’une psychopathologie particulière, en comparant cet individu au groupe clinique de personnes ayant un tel diagnostic, ou encore en comparant ses caractéristiques ou comportements à la moyenne d’une population étudiée. Ce genre d’instrument est en général conçu de façon empirique et il trouve sa légitimité dans des bases de données. Voilà pourquoi ces instruments s’intègrent particulièrement bien aux diagnostics syndromaux, qui voient la pathologie comme un ensemble de symptômes sans égard au sens unificateur de ces symptômes. Une telle méthodologie oblige toutefois le clinicien à considérer les résultats d’un test dans ce qu’ils peuvent signifier pour un plus grand nombre de gens, sur le modèle de la courbe normale de la population, au détriment de la compréhension de ce qui peut être spécifique à un individu. Dans ce sens, les limites principales de ce type d’instrument se situent sur le plan de l’absence de données concernant la spécificité de l’individu, l’absence d’explication liée au sens d’un état psychologique donné ainsi que dans la faiblesse à décrire une personnalité dite normale.

1.2. L’individu en soi

51D’un autre côté s’est élaborée une approche du psychodiagnostic qui vise plutôt à découvrir et à comprendre ce qui est spécifique à un individu, ce qui le différencie des autres et ce qui constitue sa singularité. On la qualifie habituellement de système idiographique. Les diagnostics utilisant la théorie psychanalytique et s’inspirant de sa technique sont l’exemple le plus structuré d’un modèle idiographique. En général, les psychologues utilisant les théories existentielles humanistes ont tendance à chercher à comprendre l’individu à travers sa subjectivité, son identité et sa singularité, et se situent donc dans cette conception idiographique. Cependant, en raison de la pression de la psychologie nord-américaine, certains cliniciens humanistes utilisent le système diagnostic du DSM.

52La grande richesse clinique qui découle d’une telle méthodologie et qui constitue sa force s’obtient cependant le plus souvent au détriment d’une classification fidèle des maladies (ce que l’on appelle la nosographie). De plus, cette approche du diagnostic doit se fonder sur une connaissance très approfondie d’une théorie de la personnalité, ce qui impose une exigence supplémentaire au clinicien. Cette limite, puisqu’elle exige une formation poussée pour le psychologue, explique en partie pourquoi les méthodes nomothétiques ont tant gagné en popularité en Amérique de Nord.

53De plus, dans la mesure où elle vise à expliquer le sens de la psychopathologie et la vision du monde d’un individu, et à décrire son monde subjectif, conscient et inconscient, cette vision du diagnostic trouve ses limites dans la difficulté de comparer des individus entre eux, ou de situer un individu par rapport à une norme statistique. C’est souvent ce que les tenants du modèle nomothétique lui reprochent. C’est cependant une approche qui permet de décrire tant la personnalité normale que pathologique dans leur complexité et leur singularité, ce qu’une approche nomothétique n’arrive pas à faire.

54En somme, en raison de la dualité des systèmes de psychodiagnostic et en raison des trois théories dominantes dans la psychologie clinique, la psychologie pourrait très bien se retrouver avec trois systèmes de classification diagnostique, tous trois valides notamment à cause de leur cohérence avec la théorie de la personnalité utilisée. Par exemple, un clinicien utilisant la théorie psychanalytique pourrait faire un diagnostic dynamique (les conflits inconscients) et structurel, sans utiliser le DSM, puisque celui-ci suppose une organisation de symptômes et que la psychanalyse ne base pas sa compréhension de l’individu sur les symptômes. Parallèlement, on voit la grande cohérence théorique pour un psychologue cognitif-behavioral à utiliser le système de classification du DSM. Enfin, un psychologue existentiel-humaniste pourrait faire une évaluation qui ne serait pas axée sur l’identification d’une pathologie, mais sur l’analyse de la personnalité telle que perçue à travers le vécu et la subjectivé de son client.

1.3. La psychologie légale et l’expertise psycholégale

55Dans la mouvance des pratiques américaines, la psychologie légale et tout particulièrement l’expertise psycholégale sont devenues des domaines de pratique très importants au Québec depuis environ 20 ans. L’expertise psycholégale constitue souvent une pratique incontournable des psychologues en pratique privée.

56Le domaine de la psychologie légale recouvre toute une série de pratiques allant de l’expertise psycholégale à la sélection de jury en passant par la pratique clinique en milieu correctionnel (avec les adultes, avec les jeunes délinquants), la formation des corps de police pour faire des entrevues, la pratique auprès des hommes violents ou auprès de victimes d’actes criminels (Brunet, 1999b). Le domaine de la psychologie légale, en plus de la formation habituelle en psychodiagnostic et en traitement psychologique, nécessite aussi une formation portant sur les principales lois concernées (Loi sur la protection de la jeunesse, Loi sur les jeunes contrevenants), ainsi que sur les caractéristiques de certaines populations visées : formation en psychocriminologie (Casoni, Brunet, 2003), sur les personnalités psychopathiques, etc. Les psychologues ayant cette expertise travaillent par exemple dans des centres jeunesse, avec des jeunes en difficulté ou des jeunes contrevenants, dans des pénitenciers provinciaux ou fédéraux. Certains agissent comme experts-conseils auprès d’avocats.

57Dans le vaste domaine de la psychologie légale, une pratique spécifique s’est développée dans les trente dernières années, celle de l’expertise psycholégale.

58Un peu à la suite de la popularité de cette façon de faire devant les tribunaux américains, et en raison de la crédibilité et de la maîtrise du psychodiagnostic qu’ont développées les psychologues, on fait de plus en plus appel à eux pour fournir une opinion devant une cour de justice. C’est sûrement avec l’instauration de la Loi sur la protection de la jeunesse que les psychologues sont devenus beaucoup plus présents dans le système judiciaire québécois (Brunet, Casoni, 2008). Nos premières expériences comme experts ont d’ailleurs eu lieu au cours de la période initiale de mise en vigueur de la Loi sur la protection de la jeunesse, alors que juges, avocats, intervenants sociaux et psychologues en étaient tous à leurs premières armes avec cette nouvelle loi qui a profondément changé la philosophie de prise en charge des enfants en difficulté au Québec. Comme la Loi sur la protection de la jeunesse exigeait que les parents ou les enfants se soumettent à une évaluation psychologique lorsque demandée par le directeur de la protection de la jeunesse, ou par le tribunal dans certaines circonstances, les psychologues se sont fréquemment vu confier des mandats d’expertise d’une grande complexité et dont les conclusions avaient une portée importante. À titre illustratif, il est intéressant de noter qu’une étude québécoise (Gélinas et al., 1994) a mis en relief le fait que, dans le dossier de plus de 60 % des jeunes judiciarisés selon la Loi sur la protection de la jeunesse, au moins deux psychologues experts avaient été impliqués pour évaluer l’enfant ou sa famille.

59L’expertise du psychologue est aussi fréquemment demandée dans le cadre de la Loi sur les jeunes contrevenants. Les désaccords en matière de garde d’enfant, lors d’un divorce, ont aussi donné lieu à des demandes de plus en plus fréquentes d’expertises psycholégales, dans lesquelles le psychologue, à partir de son évaluation de l’enfant et de chacun des deux parents, tente de renseigner la Cour sur la situation de garde qui servirait le mieux les intérêts psychologiques de l’enfant. D’autres types d’expertises psycholégales sont aussi demandés au psychologue, par exemple en matière de dangerosité, en matière d’allégations d’agression sexuelle, en matière de séquelles psychologiques ou neuropsychologiques à la suite d’un accident.

60Tous ces domaines de l’expertise psycholégale demandent une formation poussée en psychodiagnostic, une connaissance adéquate du développement normal et de la psychopathologie, en plus de connaissances spécifiques liées à la particularité de l’expertise. Par exemple, une expertise en matière d’allégations d’agression sexuelle demande des connaissances très spécialisées dans ce domaine (Casoni, 1999).

61Qui peut devenir psychologue expert ou témoin expert ? Assez étrangement, le vocable de « témoin expert » laisse entendre que le témoin serait un expert dans son domaine. Le commun des mortels s’attendrait donc à voir comme expert un psychologue qui a fait des recherches scientifiques et publié ses travaux dans son domaine d’expertise. Cependant, pour les tribunaux canadiens, le sens du mot expert est différent. Il ne s’agit pas de déterminer si un professionnel est une sommité dans un domaine spécifique, mais de savoir si l’avis de ce professionnel permet au tribunal d’avoir des renseignements spécialisés que le commun des mortels ne possède pas.

1.4. Les tests projectifs et les tests nomothétiques

62Le psychologue pourra souvent réaliser sa démarche d’évaluation par un simple entretien clinique où l’écoute et l’observation du sujet mettent en lumière la personnalité en cause, les troubles de fonctionnement ainsi que la détresse sentie et agie.

63Cependant, il arrive dans des cas plus complexes que le psychologue juge utile de recourir à des tests psychologiques. L’administration des tests d’intelligence et de personnalité, et les grilles, les questionnaires et les tests de neuropsychologie constituent donc une expertise particulière et pratiquement unique au psychologue dans le monde de la santé mentale. Cette expertise implique un travail d’administration des tests sélectionnés, mais aussi un long travail d’interprétation des résultats obtenus. Il s’agit d’une analyse afin de proposer une compréhension clinique et éventuellement de formuler des recommandations et de proposer des modalités d’intervention.

2. L’intervention thérapeutique

64Le psychologue a à sa disposition plusieurs modes de traitement : la psychothérapie individuelle, de couple, de groupe, la thérapie familiale. Il faut aussi considérer que chacune de ces modalités peut être adaptée, sur le plan des objectifs ou de la technique, de telle façon que la thérapeutique vise un traitement à court ou à long terme. Bien entendu, chacune des trois grandes orientations théoriques décrites précédemment a élaboré ses modalités de traitement en fonction de sa vision de la pathologie et a conçu sa théorie de la technique. Certaines approches comportent des exigences techniques très spécifiques et très codifiées. C’est le cas, par exemple, des approches cognitives-comportementales, dont quelques-unes requièrent des protocoles stricts consignés dans des « manuels d’intervention » (en anglais, on parle de « manualized therapies »). D’autres approches misent sur les caractéristiques de la relation thérapeute-patient : ainsi, chacune à sa façon, les approches psychanalytique et humaniste basent leur processus thérapeutique sur la relation, l’analyse de cette relation et même, dans le cas de la psychanalyse, sur la transposition, dans la relation thérapeutique, de relations du passé ou de conflits intériorisés.

65Parmi les modes de traitement, la psychothérapie individuelle est peut-être la mieux connue. Cependant, plusieurs formes de psychothérapie ont été échafaudées afin de répondre à des buts variés et à des besoins différents. Il fait partie de la tâche du clinicien d’évaluer la pertinence de recommander l’une ou l’autre forme de traitement à la personne qui le consulte, en fonction des buts visés et des besoins présentés par cette personne. La thérapie de milieu, les programmes d’intervention ciblés sur un comportement ou encore la thérapie de groupe et la thérapie familiale font partie de l’arsenal de traitements dont disposent les cliniciens.

66La formation du psychologue à la psychothérapie débute durant ses années universitaires par des cours et des stages supervisés. Cependant, la plupart des psychologues désirant se spécialiser dans cette pratique reçoivent une longue formation postuniversitaire spécialisée dans l’approche souhaitée. Certaines approches situant la relation thérapeute-client au coeur du processus de connaissance et de changement exigent non seulement une formation théorique (cours et séminaires) et pratique (stages supervisés), mais aussi un processus thérapeutique personnel. De plus, cette pratique exigeante invite les psychothérapeutes à un processus de formation continue dans lequel, si la supervision individuelle est graduellement délaissée, elle est remplacée par la participation à des séminaires ou à des groupes de travail où sont abordés les aspects cliniques et théoriques de leur pratique.

2.1. La médiation familiale

67Le 1er septembre 1997, une loi concernant la médiation familiale est entrée en vigueur au Québec. Cette loi permet aux couples avec enfants de recevoir les services d’un médiateur professionnel lors de la négociation et du règlement de leur demande de séparation, de dissolution de l’union civile, de divorce, de garde d’enfants, de pension alimentaire. Cinq ordres professionnels peuvent décerner le titre de médiateur familial, dont l’Ordre des psychologues du Québec.

68Le psychologue médiateur a pour fonction de mettre en place les conditions permettant aux membres de la famille en conflit de trouver des solutions aux différends qui les opposent. La médiation familiale est un processus de résolution des conflits dans lequel le psychologue tente de favoriser un processus d’entente entre les parties.

69Au terme de la médiation familiale, le psychologue rédige, en accord avec les parties, une convention reprenant les accords intervenus. Il informera chacun des possibilités d’utilisation de cette entente, dont la rédaction d’une convention préalable au divorce par consentement mutuel, d’un acte authentique ou de toute autre procédure.

3. La consultation

70La consultation regroupe différentes activités du psychologue qui, sans relever à proprement dit du diagnostic ou du traitement, peuvent avoir des visées thérapeutiques et peuvent viser à comprendre et à expliquer un problème, tant auprès d’individus, de couples et de familles que de collègues ou d’équipes soignantes.

3.1. La consultation auprès d’individus et de familles

71Comme les jeunes enfants sont en plein développement psychologique, il peut arriver que, lors de moments difficiles dans la famille (séparation, déménagement, maladie) ou simplement à cause d’une difficulté d’adaptation entre les parents et l’enfant, une consultation avec un psychologue puisse aider à remettre en marche le développement de l’enfant.

72Il arrive souvent que des parents consultent alors que la famille vit un stress et qu’un enfant développe des symptômes comme de l’insomnie ou de l’énurésie, ou bien que se crée une relation problématique (un enfant fait des crises de rage, les parents ne savent comment y répondre et adoptent soit une attitude trop sévère, négligeant de comprendre l’angoisse de l’enfant, ou une attitude laxiste, cédant aux pressions de l’enfant, ce qui risque d’accentuer cette forme de relation). Un psychologue peut analyser et comprendre ces moments de crise, le désarroi des parents ou le cercle vicieux qui s’installe dans la famille, sans que pour autant ni l’enfant ni les parents ne souffrent d’une psychopathologie.

73Dans ces cas, ce n’est pas une psychothérapie, ni individuelle ni familiale, qui pourrait être privilégiée, mais plutôt une approche faite de saisie des enjeux psychiques (percevoir la détresse et les angoisses de chacun), ainsi que de repérage des mécanismes mis en branle par chaque membre de la famille, qui risquent à long terme de créer un conflit majeur et même une pathologie. Souvent la description de ces enjeux psychiques permet au psychologue, en quelques rencontres, d’aider tant l’enfant que ses parents à mettre en place des solutions moins régressives, souvent basées sur une meilleure communication, une meilleure mentalisation et une symbolisation plus efficace. Certains psychologues préféreront une approche plus éducative ou plus « comportementale » que l’approche psychodynamique décrite précédemment, mais ces deux approches réussissent souvent à résoudre un conflit avant qu’il ne devienne chronique ou ne donne lieu à une intériorisation psychopathologique.

3.2. La consultation auprès de professionnels et d’équipes soignantes

74Trois grands modèles de consultation auprès de professionnels ou d’équipes soignantes se rencontrent dans la pratique des psychologues. Un premier, nommé ici « consultation/expertise », dans lequel la compréhension du patient provient surtout des explications fournies par le psychologue consultant. Un deuxième, nommé « consultation/soutien à la pensée », dans lequel la compréhension du patient provient surtout d’une démarche groupale de réflexion partagée et favorisée par le psychologue consultant. Un troisième est constitué par la supervision professionnelle.

3.2.1. La consultation/l’expertise

75Cette forme de consultation se rencontre notamment dans des milieux hospitaliers, des milieux psychiatriques ou des centres jeunesse auprès de jeunes en difficulté ou de jeunes délinquants. Dans cette forme de consultation, le psychologue fait profiter une équipe soignante de son expertise de la psychopathologie et de l’intervention en dressant un portrait détaillé du patient et en fournissant les avenues pour orienter le plan de traitement. Ce travail comprend notamment :

  • des discussions de cas avec l’équipe traitante ;
  • la description de la personnalité du patient ;
  • des explications sur les conduites, les symptômes, le mode de relation du patient avec les intervenants.

76Comme pour la prise en charge en psychothérapie, la démarche se construit à partir de l’évaluation psychologique et de la compréhension de la situation qui en découle. Ainsi, c’est à partir de la lecture du dossier, d’entrevues avec le patient, de discussions avec l’équipe traitante, d’observations, de tests ou d’échelles de mesure, de questionnaires et de grilles administrés au patient que l’évaluation du psychologue permettra d’apporter une « interprétation compréhensive des comportements considérés comme significatifs et expressifs » (Lagache, 1949), et ainsi d’orienter le projet thérapeutique. L’équipe traitante et le psychologue engagent un dialogue où l’évaluation psychologique est discutée de façon à ce que les conduites du patient puissent être réinterprétées et intégrées dans un projet de traitement.

77Cet exercice permet de fournir un sens aux conduites observées et de déterminer les interventions significatives et thérapeutiques (élaboration du plan d’intervention). L’applicabilité des interventions fait l’objet de discussions avec l’équipe traitante et des adaptations peuvent être nécessaires. Les intervenants travaillant quotidiennement avec des patients aux pathologies lourdes ont à composer avec certaines difficultés à comprendre les dynamiques de chacun et les conduites qui caractérisent la relation patient /intervenant. Le psychologue consultant a alors la responsabilité de fournir des avenues de réflexion et d’analyser selon son modèle théorique cette relation, dans le but de favoriser l’émergence de contenus qui éclaireront la dynamique de la conduite du patient et permettront de dégager des pistes de compréhension et d’intervention nouvelles.

3.2.2. La consultation/le soutien à la pensée

78Soigner, tout comme faire de la psychothérapie, implique une relation intime et fondamentale entre deux êtres humains. Cela suppose une capacité de s’identifier à celui qui souffre, de s’identifier à sa souffrance, une capacité de la prendre en soi (comprendre), de la contenir, afin de pouvoir réaliser sur cette souffrance un travail psychique qui ne sera pas de nature uniquement technique, mais aussi de nature relationnelle.

79Le travail du soignant nécessite l’identification à l’autre, à celui qui souffre, ne serait-ce que pour le comprendre. Il exige la capacité de se mettre dans la peau de l’autre, de souffrir de sa souffrance, de le comprendre, de l’entendre. Par cette nécessité même, le métier de soignant est un métier dangereux, un métier à risque.

80Le fait pour des intervenants de travailler quotidiennement et directement avec des patients aux pathologies lourdes a des effets importants sur leur capacité à s’identifier aux patients, à penser et à symboliser les contenus psychiques véhiculés dans la relation avec leur clientèle. Le soignant a lui-même besoin d’un collègue, d’une équipe ou d’une institution qui puissent remplir, pour lui cette fois, cette fonction contenante qui lui permettrait de retrouver sa capacité identificatoire et sa capacité de soigner.

81Le psychologue consultant a alors la responsabilité de fournir les conditions de pensée qui permettront l’émergence de contenus, bien souvent inconscients, appartenant à la relation patient/intervenant, contenus qui éclaireront la dynamique du patient et les réactions de l’intervenant, et qui permettront de dégager l’intervenant d’une conflictualité ou d’un contre-transfert qui l’empêcherait de remplir pleinement son rôle d’aidant. Pour le psychologue, il ne s’agit donc pas tant ici de proposer un tableau objectif de la personnalité du patient que de fournir à l’intervenant les conditions de réflexions d’un travail de mentalisation productif, de permettre par ses interventions un travail associatif chez l’intervenant, d’écouter ses propos pour en faire ressortir les aspects latents ou occultés, et de rendre possibles des prises de conscience, tout cela dans un contexte où l’intervenant se sentira écouté et accepté. Il s’agit d’un travail collectif de mentalisation au sein d’une équipe, que le psychologue cherchera à favoriser par un cadre spécifique de consultation qu’il mettra en place.

3.2.3. La supervision professionnelle

82Dans la supervision professionnelle, les deux formes de consultation décrites ci-dessus s’allient à une fonction supplémentaire, la formation pratique.

83L’apprentissage de la psychologie clinique et particulièrement de la psychothérapie passe dans toutes les approches par la formation individualisée de type maître/élève. La supervision constitue dès lors un mode d’apprentissage privilégié qui permet à un professionnel, non seulement d’acquérir des connaissances et une formation pratique, non seulement de soumettre sa pratique à l’analyse d’un collègue chevronné, mais de développer une relation avec un modèle, un mentor qui peut favoriser son identité professionnelle.

84La supervision professionnelle en psychologie recouvre la formation pratique, l’aide à la compréhension des clients sur lesquels porte la supervision et le soutien à la pensée symbolisante. Chacun de ces aspects occupe une place variable en fonction des besoins et de l’expérience du professionnel supervisé. Ainsi, l’aspect formation d’une supervision s’avère très important durant la formation universitaire, en début de carrière ou lors de l’acquisition d’une nouvelle formation spécialisée. Il tend à s’estomper graduellement au fur et à mesure du développement des capacités professionnelles du supervisé pour laisser plus de place aux deux autres composantes.

85L’aide à la compréhension, elle aussi nécessaire en début de carrière, demeure souvent présente tout au long de la carrière d’un professionnel. Il n’est pas rare qu’un professionnel en consulte un autre lors de situations difficiles, de traitements hyperspécialisés, de diagnostics particulièrement difficiles à faire.

86Enfin, le soutien à la pensée est, particulièrement dans la pratique de la psychothérapie, une nécessité qui perdure durant toute la carrière d’un psychologue psychothérapeute. La pratique de la psychothérapie, par la position identificatoire du thérapeute, par les liens relationnels intenses qui se créent entre le client et lui, mais surtout en raison des effets du déplacement sur le thérapeute d’émotions et de conflits appartenant à la conflictualité du client, est une pratique qui demande constamment au thérapeute d’examiner et de comprendre ses propres réactions. Cette notion de déplacement, issue des connaissances acquises par la pratique de la psychanalyse, est un phénomène maintenant connu et reconnu dans toutes les approches thérapeutiques, même non psychanalytiques. Ce déplacement, qui amène souvent le client à vivre envers le thérapeute des émois qui relèvent de son passé ou de sa conflictualité personnelle, va souvent provoquer chez le thérapeute des réactions qu’il se doit de comprendre, tant pour éviter d’être aveuglé que pour s’en servir comme nouveau vecteur de connaissance et d’aide auprès de son client.

© Presses de l’Université de Montréal, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search