Version classiqueVersion mobile

Profession psychologue

 | 
Louis Brunet
, 
Dianne Casoni

1. La psychologie : unité ou pluralisme ?

Texte intégral

1En 1949, le psychologue, psychanalyste et universitaire Daniel Lagache a publié le livre L’unité de la psychologie. Sur la page de couverture se trouve cette phrase : « La multiplicité des psychologies pose le problème de l’unité de la psychologie. » Cependant, tout au long de l’ouvrage, Lagache suit une démarche rigoureuse pour mettre en lumière une ligne centrale lui permettant de conclure que la profession même de psychologue clinicien constituerait le lieu d’unification des diverses psychologies. La psychologie clinique se caractérise, pour Lagache, par l’investigation systématique et complète des cas individuels. L’unité de la psychologie, qu’elle soit expérimentale ou clinique, tient pour lui dans le fait qu’elle est la science de la conduite, c’est-à-dire de « l’ensemble des réponses significatives par lesquelles l’être vivant en situation intègre les tensions qui menacent l’unité et l’équilibre de l’organisme ». La psychologie, écrit-il, vise « l’interprétation compréhensive des conduites significatives et expressives ».

2Existe-t-il en 2009 une psychologie ou des psychologies ? Peut-on encore parler d’une unité de la psychologie ? Existe-t-il une psychologie clinique ou des psychologies cliniques ? La conception de Lagache tient-elle toujours la route aujourd’hui ? Notamment, sa définition de « l’interprétation compréhensive » est-elle encore partagée en 2009 par les divers modèles de la psychologie appliquée ? Il ne s’agit pas ici de jouer avec les mots, mais de voir qu’au-delà de différences bien connues de théories et de domaines de pratique il n’en demeure pas moins que plusieurs théories et modes de pratique sont difficilement conciliables à l’intérieur du champ de connaissance que constitue la psychologie.

3La notion d’« interprétation compréhensive » implique nécessairement une vision du rôle du psychologue et peut-être même une vision de l’homme qui ne sont pas partagées par tous les modèles théoriques utilisés par les psychologues. Existe-t-il une vision de l’homme commune aux psychologues psychanalystes, aux psychologues cognitifs-comportementaux et aux neuropsychologues, par exemple ? Leurs visions de l’homme ne diffèrent-elles pas à un point tel que leurs pratiques en deviennent sur certains points inconciliables ? Si la plupart des modèles théoriques en psychologie cherchent à comprendre les conduites, la notion « d’interprétation » renvoie aux notions de « sens » et de « sujet », et ce sont dans ces domaines que l’hétérogénéité des théories deviendra manifeste. Certaines psychologies voient la conduite humaine comme porteuse de sens, et particulièrement d’un sens qui s’adresse à une autre personne, donc essentiellement relationnelle. Par contre, d’autres psychologies rejettent l’étude de ce sens comme n’appartenant pas à leur objet d’étude, celui-ci n’étant que le comportement et les conduites. Pourtant, le mot psychologie contient en lui-même une référence qui pourrait servir de point unificateur. Le préfixe du mot psychologue nous vient du grec ancien psykhê signifiant « âme » ou « esprit ». Nul doute que les psychologues psychanalystes et humanistes se retrouvent dans cette étymologie et conçoivent facilement que la psychologie soit une science de la connaissance de l’âme. Cependant l’objet d’étude du neuropsychologue n’est certainement pas l’âme humaine, pas plus que celui des tenants d’une psychologie pour laquelle seul le comportement visible et mesurable constituerait un champ d’étude et d’application légitime.

Deux divisions

4Deux grandes divisions menacent aujourd’hui l’unité de la psychologie et il ne s’agit pas comme on le craignait dans les années 1960 de la division entre la psychologie expérimentale et la psychologie clinique. La première est celle de l’opposition entre une idéologie qui prône une vision positiviste de la psychologie et celle qui prétend que l’hypercomplexité de l’être humain, y compris sa subjectivité, ne peut être réduite à des termes mesurables. Une deuxième division, tout aussi lourde de conséquences, est liée à la conception de la subjectivité en psychologie et elle mène à un clivage entre une psychologie centrant son travail sur les conduites et les comportements, et une psychologie prônant la compréhension de l’homme comme sujet. Cette deuxième division voit certaines théories tenter d’exclure de l’analyse la subjectivité humaine sous des prétextes scientifiques et s’opposer aux théories qui veulent intégrer la subjectivité en tant qu’essence même de la compréhension d’un sujet par un autre sujet, ces dernières cherchant à intégrer la subjectivité comme mode de connaissance. Ces deux divisions pourraient bien cacher des visions de l’homme fondamentalement hétérogènes.

Du principe de simplification à celui d’hypercomplexité

5Plusieurs modèles de ce que serait « la » science existent en sciences humaines et influencent tant la recherche que la profession du psychologue. Une opposition particulière nous semble actuellement exister en psychologie entre deux modèles qu’à la suite d’Edgar Morin nous pourrions décrire comme le modèle de la simplification et le modèle de la complexité, modèles que l’on peut distinguer en fonction des principes fondamentaux qui fondent leur vision de la recherche. Le principe de simplification fait partie d’une tendance forte en psychologie expérimentale qui, dans la foulée d’auteurs comme Auguste Comte ou Karl Popper, conçoit la science sur le modèle d’une expérience scientifique où toutes les variables doivent être contrôlées afin de s’assurer de la validité des découvertes et où toute expérience doit être reproductible. Dans cette vision de la science, une connaissance acquise dans des conditions où les variables ne peuvent être contrôlées et où on ne pourrait reproduire les mêmes résultats serait une connaissance non scientifique. On voit tout de suite comment une telle vision de la science est difficilement applicable en sciences humaines et encore davantage dans la pratique de certaines psychothérapies où le contrôle des variables rendrait la situation thérapeutique artificielle. Cette vision « dure » de ce qui est scientifique en psychologie est un modèle souvent décrit comme positiviste à cause de sa parenté avec la philosophie d’Auguste Comte.

6On reconnaît dans ce modèle le credo de Comte : ne serait scientifique en psychologie que ce qui serait mesurable, quantifiable, observable « en positif ». C’est ce credo qui a mené certains universitaires à définir la psychologie comme une « science du comportement » plutôt qu’une science du psychisme (ce qui conviendrait mieux à la psychanalyse et à la psychologie humaniste). Seule l’étude du comportement ferait de la psychologie une science, le comportement étant mesurable, mais non le psychisme.

7Pour saisir la limite du positivisme pur et dur, voyons deux exemples dont le premier provient des travaux de Comte lui-même. Celui-ci prétendait qu’on ne pourrait jamais faire l’étude scientifique de la composition des étoiles, puisqu’on n’arriverait jamais à y faire de prélèvements. Ces données échappant à notre expérience positive, la véritable composition stellaire devait demeurer invérifiable et non mesurable ; il ne pouvait donc y avoir de telle connaissance scientifique. Cependant, aujourd’hui, la spectrographie de masse permet de découvrir la composition chimique d’un corps à partir de son émission lumineuse. Pas besoin d’aller sur une étoile pour en déduire la composition chimique.

8L’autre exemple vient d’une histoire s’étant déroulée en Égypte au vie siècle avant Jésus-Christ, soit plus de 22 siècles avant Comte. Alors que les Égyptiens étaient des arpenteurs hors pair, Thales les épata, semble-t-il, en leur démontrant qu’il pouvait évaluer la hauteur de la grande pyramide sans la mesurer, mais par inférence. Il planta un bâton de telle façon que l’extrémité de celui-ci atteigne le triangle d’ombre tracé par le soleil à partir du sommet de la pyramide. Il appliqua ensuite le théorème des triangles semblables pour extrapoler la hauteur de la pyramide à partir de la hauteur du bâton après avoir mesuré la longueur de son ombre. Là où les Égyptiens devaient mesurer, Thales pouvait extrapoler à partir d’une loi, dépassant ainsi la limite de l’empirisme.

9Sans bien sûr nier l’importance de l’empirisme et de la mesure quantifiable en psychologie, il faut tout de même reconnaître que des pans entiers de la psychologie appliquée se situent dans un autre paradigme que celui du positivisme. De fait, une forme de « guerre » existe toujours en psychologie opposant les positivistes aux tenants de la complexité. Certains positivistes vont jusqu’à dénier aux psychologies psychanalytique et humaniste leur statut scientifique : pour eux, la notion d’inconscient serait invérifiable, non mesurable et non réfutable (pour reprendre une thèse de Karl Popper).

10À l’opposé, les tenants de la complexité dans l’étude de l’humain (certains utilisent le terme d’hypercomplexité) reprochent aux positivistes d’avoir bradé l’essence de l’homme (son être, l’individu comme sujet, son psychisme) contre l’étude parcellaire et découpée d’un être simplifié qui n’existe pas réellement. Pour citer André Lussier (2000), « pour être mieux acceptée, la psychologie (positiviste) s’est éloignée du psychique pour devenir plus proche des sciences positivistes exactes ». Du côté des tenants de la complexité, une théorie et une pratique comme celles de la psychanalyse tenteront plutôt de rendre compte d’un individu hypercomplexe dont la compréhension ne peut se réduire à ses comportements observables, et surtout pour laquelle l’étude isolée de certaines caractéristiques est illusoire et même erronée sur le plan scientifique, car, pour une telle théorie, tout élément du fonctionnement psychique d’un individu doit être compris à travers la dynamique qui le relie aux autres éléments.

11C’est dans un domaine autre que la psychologie qu’Edgar Morin (2004), philosophe et sociologue, a théorisé avec génie la notion de complexité dans les sciences. Pour lui, comme pour les tenants de la complexité en psychologie, la pensée simplifiante du positivisme désintègre la complexité du réel, réduit le sujet et aveugle le chercheur en lui faisant voir un objet unidimensionnel.

12Cette opposition entre une psychologie de type objectivant, positiviste et une psychologie de l’hypercomplexité et du subjectif est aussi au cœur du nouveau débat portant sur les « données probantes » en psychothérapie. D’un côté, certains chercheurs élaborent des recherches permettant de « prédire » le succès d’une technique thérapeutique sur un sujet donné. De l’autre, d’autres chercheurs prétendent que la réduction des variables nécessaires à établir ces modèles n’est pas valide, car elle ne peut représenter adéquatement la complexité des situations naturelles, « écologisantes » (Morin) et complexes que sont les véritables sujets qui consultent un psychologue. Des critiques épistémologiques sérieuses ont d’ailleurs commencé à être publiées au sujet de ces données probantes.

13La deuxième opposition précédemment mentionnée peut aussi sembler paradoxale pour une science de l’âme ; il s’agit de la façon dont la subjectivité est considérée par certains comme scientifique et par d’autres comme non scientifique. Ce débat peut sembler dépassé et il l’est dans plusieurs sciences humaines, et pourtant, en psychologie, il existe toujours sous une forme plus ou moins explicite. Ici encore, sous ce débat d’allure scientifique, se cachent des visions de l’homme fort contrastées.

14En réalité, et contrairement à ce qui se passe dans d’autres sciences humaines, la subjectivité est rarement vue de façon favorable en psychologie. Elle est presque toujours considérée en recherche comme un artefact indésirable que le chercheur devrait tenter d’éviter. Mais, de façon étonnante, elle est aussi considérée comme indésirable dans la pratique clinique par certaines théories. L’idéal d’objectivité en psychologie est un héritage des sciences de la nature et de la méthode expérimentale. La psychologie a d’abord voulu étudier l’humain en isolant ses composantes de façon à les rendre équivalentes à des faits et mesurables, et, pour reprendre la formule d’Émile Durkheim, elle a voulu traiter les faits psychologiques « comme des choses ». Pour ce faire, historiquement, la psychologie utilisera abondamment la méthode statistique, désavouera graduellement les méthodes de type « introspectif » et s’attachera à étudier les comportements observables et décomposables en unités mesurables (c’est ce qu’on appelle le comportementalisme). Cet idéal et cette méthodologie seront ensuite transposés à la pratique professionnelle et donneront lieu au développement de modèles de diagnostics basés sur les comportements et les symptômes observables (DSM), ainsi que de modèles thérapeutiques cohérents avec l’attention portée au comportement et au symptôme (thérapie behavioriste).

15Si la subjectivité ne dénotait qu’une pratique arbitraire, purement basée sur les impressions, intuitions et préjugés du praticien, on comprendrait le malaise face à la subjectivité dans la pratique professionnelle. Pourtant, des courants importants comme la psychanalyse et la phénoménologie ont montré que la subjectivité n’était pas qu’une composante inévitable de toute relation humaine, mais plutôt qu’elle était au cœur même de la connaissance de l’humain. Des pratiques cliniques comme celle de la psychanalyse ont donné lieu à une réflexion poussée sur les apports de la subjectivité, tant comme instrument de connaissance que de méconnaissance (Brunet, 1999a, 2008). Ainsi, la notion de contre-transfert, développée par la psychanalyse, permet de concevoir la subjectivité du praticien dans sa double face, à la fois d’obstacle à la compréhension, mais aussi d’outil de connaissance, pourvu que cette subjectivité puisse être perçue et analysée. D’obstacle à la compréhension, la subjectivité, à travers le concept de contre-transfert, par son analyse systématique, a permis de développer un type d’écoute qui tient compte non seulement de l’effet de l’observateur sur l’observé, mais aussi de l’effet de l’observé sur l’observateur ; cela constitue une source additionnelle de connaissance spécifique, subjective, mais non arbitraire. La subjectivité est en ce sens une source de renseignements donnant accès à des matériaux qui ne seraient pas observables autrement. Tout comme Heisenberg (1978) avait démontré que, dans toute science, même en physique, il faut tenir compte du fait que l’observateur a un effet sur l’observé, les théories du contre-transfert, appliquées à la recherche comme à la psychothérapie, obligent le psychologue à tenir compte de la subjectivité et de ses effets réciproques. Il ne peut donc être question, dans ce paradigme, de chercher à éviter, et encore moins à dissimuler cette subjectivité inévitable, mais plutôt de la baliser, de la contrôler et de l’utiliser, car elle donne accès à des connaissances qui resteraient autrement inaccessibles.

D’une psychologie dualiste à une psychologie pluraliste

16La profession de psychologue s’inscrit dans divers courants théoriques et historiques qui participent de deux grands modèles scientifiques.

17D’un côté, certaines pratiques cliniques conçoivent qu’il faut étudier la psychologie humaine d’une façon empirique, scientifique, en isolant autant que possible les variables à l’étude (ou en traitement) dans le but d’avoir une approche objective et efficace. La subjectivité est vue comme une chose à éviter et l’attention se tourne vers les comportements et les symptômes à repérer et à modifier.

18D’un autre côté se situent d’autres pratiques cliniques et d’autres théories de la personnalité qui tentent d’aborder la psyché humaine sous l’angle de l’hypercomplexité, dans laquelle un élément ne peut être compris de façon isolée des autres éléments de la psyché, où chaque processus psychique est en relation dynamique avec d’autres processus, dans laquelle la subjectivité du psychologue n’est pas à éviter, mais constitue un instrument privilégié d’observation et de compréhension de la subjectivité.

19Sur cette dualité, des grands modèles scientifiques développent plusieurs approches diagnostiques et thérapeutiques qui font que la profession de psychologue peut sembler manquer d’unité.

20Il ne s’agit pas de déplorer cette pluralité ; il faut en prendre acte et même affirmer que cette pluralité peut être féconde pour la profession. Il ne s’agit pas non plus de tenter à tout prix une unification illusoire ou romantique de la psychologie, mais d’accepter qu’un phénomène aussi complexe que la psyché humaine ne peut être abordé avec un seul instrument théorique. L’histoire des sciences montre qu’un paradigme scientifique peut sembler mineur ou secondaire à une époque, puis permettre de nouvelles découvertes à une époque ultérieure.

21Il nous semble sage pour la psychologie de conserver ces divers modèles et de reconnaître la diversité et les discussions internes qui en découlent, non pas en croyant qu’un praticien puisse utiliser plusieurs modèles à la fois, mais parce que leurs points de rupture obligeront à la fois les praticiens, les théoriciens et les chercheurs à continuer de chercher, de comprendre et de développer de nouveaux modèles et de nouvelles théories. Le pluralisme en psychologie, c’est accepter que coexistent des théories et des modèles qui ne sont pas complètement conciliables, mais dont la coexistence permet une fécondation réciproque.

© Presses de l’Université de Montréal, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search