Version classiqueVersion mobile

Violences au travail

 | 
François Courcy
, 
André Savoie
, 
Luc Brunet

Épilogue

Texte intégral

1La plupart des travailleurs connaissent de près ou de loin une personne ayant été victime de violence dans son milieu de travail. Que ce soit en Europe, en Amérique du Nord ou partout dans le monde, les cas ne sont pas rares. Aussi, comme ces gestes se répercutent à la fois sur la victime, les témoins, les dirigeants et sur l’entourage de ces personnes (amis, famille et communauté), ils ne laissent personne indifférent. L’écho de ces répercussions nous atteint tous. Nous sommes tous concernés.

2Comme ces événements, parfois quotidiens, se déroulent à la porte de notre bureau ou à quelques pas de notre machine de travail, il est difficile de plaider l’ignorance. Sachant cela, il est encore plus difficile pour les victimes d’accepter notre inaction. En y réfléchissant bien, aucun argument valable ne peut vraiment appuyer cette inaction. La neutralité se fait donc complice ; nous sommes tous en partie responsables du maintien de ces conduites dans notre environnement de travail. Il faut donc agir, et vite.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search