Version classiqueVersion mobile

Profession psychologue

 | 
Louis Brunet
, 
Dianne Casoni

Préambule. Pourquoi devient-on psychologue ?

Texte intégral

1Pourquoi devient-on psychologue ? Un cliché populaire veut que la profession attire des gens qui veulent se comprendre eux-mêmes. Cette boutade peut être une façon de dénigrer les psychologues en laissant entendre qu’ils ont eux-mêmes des problèmes psychologiques. Cependant, le fond de vérité de cette boutade révèle qu’en réalité les gens attirés par cette profession sont souvent des gens sensibles, intéressés par les relations humaines, ayant un profond désir d’aider les autres et de soulager les souffrances humaines. Bien entendu, cette orientation relationnelle vers la compréhension et l’aide ne peut que s’ancrer dans un désir de connaissance de soi pour se réaliser de façon authentique. Le « gnothi seauton » (connais-toi toi-même) inscrit sur le fronton du temple de Delphes s’incarne dans la profession de psychologue.

2Pour chacun de nous deux, la décision « officielle » d’aller vers la psychologie s’est prise au cégep par la rencontre avec des textes de Sigmund Freud lors d’un cours de philosophie. Ce fut à la fois la révélation du fait qu’il y avait un sens profond aux conduites, souffrances et gestes humains et qu’il existait une profession qui s’intéressait de façon rigoureuse à ce sens profond de l’humain. Cette révélation est tombée dans un terreau fertile : chacun de nous s’intéressait déjà au « sens », à l’introspection et au « soin », au moins dans son sens symbolique.

3C’est donc vers une formation universitaire en psychologie que nous nous sommes dirigés pour pouvoir donner suite à notre désir de comprendre et d’aider sur le modèle que nous avions puisé dans les textes de Freud. Les trois premières années universitaires auraient facilement pu nous rebuter. Nos « idéaux » de psychologues cliniciens se confrontaient à une approche scientifique qui nous intéressait moins que la pratique. Les cours de biologie, de statistiques, de perception, de neurophysiologie semblaient ne laisser que peu de place aux cours véritablement axés sur la pratique clinique de la psychologie. Puis un deuxième niveau de rencontres nous a finalement confortés dans notre choix de cette discipline. Nous avons eu la chance de rencontrer de grands professeurs, cliniciens, qui ont marqué notre formation : les André Lussier, Gabrielle Clerck, Noël Mailloux ont insufflé à notre passion le deuxième souffle qui nous a conduits à la maîtrise, au doctorat, puis à des formations de psychanalystes.

4Nous touchons ici à une caractéristique importante des professions comme la psychologie : le besoin d’une formation approfondie allié à la nécessité de discuter régulièrement de son travail avec des collègues. Malgré une formation universitaire déjà chargée en séminaires, stages et internats, nous étions conscients, nos collègues de promotion et nous, que la pratique de la psychologie clinique exigeait une formation encore plus spécialisée. Voilà pourquoi nous avons sollicité de la supervision auprès de psychologues plus expérimentés dès la fin de notre formation universitaire et ce, pour de nombreuses années. La nécessité de poursuivre sa formation clinique au-delà de la formation universitaire est certainement une caractéristique des psychologues qui choisissent de pratiquer la psychothérapie, surtout de ceux qui optent pour des formes de psychothérapie basées sur la relation. Dans notre cas, après avoir pratiqué la psychothérapie psychanalytique pendant plusieurs années, nous avons chacun de notre côté senti le besoin d’entreprendre une psychanalyse personnelle, expérience qui marque profondément le cours d’une vie.

5Plus tard, après avoir complété nos recherches doctorales respectives, nous nous sommes orientés vers une formation à la pratique de la psychanalyse. Pour l’un, auprès de l’Institut psychanalytique de Montréal et, pour l’autre, auprès de la Canadian Psychoanalytic Institute, Quebec English Branch, afin de devenir psychanalystes et de pratiquer la psychanalyse. Ces instituts de formation font tous deux partie de l’Institut canadien de psychanalyse et sont accrédités par l’Association psychanalytique internationale ; ils dispensent une formation de quatre ans qui est particulièrement exigeante, puisqu’elle comprend des séminaires hebdomadaires et des centaines d’heures de supervision.

6Nos parcours de recherche nous ont conduits sur des chemins différents. Pour l’un, elle fut d’abord nourrie par la pratique avec des enfants psychotiques, alors que pour l’autre, ce fut la question de la structure de personnalité des jeunes filles hébergées dans les centres jeunesse. Nos intérêts de recherche se sont par la suite diversifiés et grandement développés ; parfois nous avons partagé des projets d’écriture ou de recherche, d’autres fois nous avons cheminé chacun de notre côté. Il ne fait pas de doute toutefois que c’est notre pratique clinique qui a agi comme carburant principal pour notre réflexion théorique. Ce sont d’ailleurs souvent davantage les défis, les impasses et les butées rencontrés dans notre pratique professionnelle que les succès qui stimulent notre réflexion.

7Notre entrée à l’université comme professeurs, pour l’un comme pour l’autre, a été consécutive à ce parcours de clinicien dans lequel la pratique a servi de façon prédominante à nourrir notre recherche. Nous sommes aujourd’hui professeur et directeur du Département de psychologie de l’Université du Québec à Montréal (Louis Brunet) et professeure à l’École de criminologie de l’Université de Montréal (Dianne Casoni). Nous avons apporté dans ces lieux notre pratique et notre formation de cliniciens, motivés par la formation des futurs psychologues et criminologues.

8Selon nous, le défi majeur qui se pose à la recherche en psychologie à l’heure actuelle vient d’une tentation de réduction de la complexité de la psyché humaine, cela dans le but de mieux contrôler les variables susceptibles de permettre de comprendre le fonctionnement de l’individu. Cette tentation provient d’une certaine perspective scientifique qui pose un problème épistémologique sérieux à la psychologie. En effet, ce type de recherche, qui doit réduire son champ d’observation, donc réduire la complexité de ce qui est étudié pour répondre à certains critères de scientificité, est dite positiviste, comme nous le verrons au prochain chapitre. Voilà pourquoi, au contraire, nous nous sommes tous deux orientés vers la recherche qualitative qui, dans bien des cas, est la seule qui soit adaptée à l’étude des phénomènes psychiques complexes qui nous intéressent.

9En plus de notre carrière universitaire, nous continuons notre pratique clinique psychanalytique et nous œuvrons au sein de la Société canadienne de psychanalyse et de ses deux sections montréalaises. Dianne Casoni est actuellement la secrétaire scientifique de la section Quebec English (Canadian Psychoanalytic Society) et Louis Brunet est vice-président de la Société psychanalytique de Montréal.

© Presses de l’Université de Montréal, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search