Version classiqueVersion mobile

Violences au travail

 | 
François Courcy
, 
André Savoie
, 
Luc Brunet

Introduction

Texte intégral

1La violence au travail est un problème sérieux et présent dans la plupart des organisations et ce, dans tous les secteurs d’activité de l’économie. Cette réalité se reflète dans nombre d’enquêtes gouvernementales et d’études scientifiques probantes. À titre d’exemple, en Amérique du Nord, les coûts annuels qu’engendrent les problèmes de violence au travail sont évalués à plus de 4,2 milliards de dollars (Kaufer et Mattman, 2001). Deuxième cause de mortalité sur les lieux de travail aux États-Unis en 1995, le nombre d’homicides au travail est évalué, au cours de cette décennie, à plus d’un millier de personnes chaque année. Au nombre des victimes, les hommes seraient trois fois plus touchés que les femmes (Toscano et Windau, 1996). À ce nombre s’ajouteraient annuellement 1500000 assauts mineurs, près de 400 000 assauts graves et 50 000 assauts sexuels (Toscano et Windau, 1996). Loin d’être en voie de disparition, l’incidence de ce problème connaîtrait une nette augmentation (National Institute for Occupational Safety and Health, 1996). Selon une étude de l’Organisation internationale du travail (OIT), le Canada se classerait à ce titre dans les premiers rangs parmi 32 pays étudiés quant au taux d’agressions physiques (Chappell et Di Martino, 1998), soit huit positions devant les États-Unis.

2En Europe, la deuxième enquête de l’European Foundation for the Improvement of Living and Working Conditions (rapporté dans Chappell et Di Martino, 2000), basée sur un échantillon de plus de 15 000 travailleurs, rapporte que 4 % des travailleurs européens affirment avoir été victime de violence physique au travail (6 000 000 d’Européens), 2 % de harcèlement sexuel (3 000 000 de personnes) et 8 % d’intimidation ou de bullying (12 000 000 de travailleurs). D’autres études illustrent également bien l’ampleur du problème dans la communauté européenne. Une enquête menée par la British Health and Safety Executive rapporte que 30 % des travailleurs oeuvrant dans le secteur du commerce affirmaient être victime d’abus et de violence verbale plusieurs fois par semaine dans le cadre de leur travail (fiet [International Federation of Commercial, Clerical, Professional and Technical Employees], 1994, p. 21). Un autre rapport d’enquête, provenant d’un syndicat italien représentant les travailleurs d’entreprises d’entretien ménager (450 000 membres, dont 80 % sont des femmes), souligne l’omniprésence de cas de harcèlement sexuel impliquant des menaces, des plaintes ou des demandes de remplacement si le travailleur ne se pliait pas aux avances de leur client (fiet, 1994, p. 31-33). La figure 1 illustre la prévalence de la violence au travail dans divers pays de la communauté économique européenne.

3Au Québec, plusieurs groupes syndicaux ont procédé à leur propre enquête. Une synthèse de ces investigations est d’ailleurs disponible dans le rapport ministériel de Moreau (1999) à partir du site du ministère du Travail du Québec. Les enquêtes menées rapportent qu’entre 3 % et 39 % des travailleurs interrogés ont affirmé avoir déjà été victimes de violence physique au travail. Près de 45 % des infirmières interrogées se sont dites victimes de violence à caractère sexuel (Skeene, 1996 dans Moreau, 1999). À ces types de violences physique et sexuelle s’ajoutent également nombre de cas de violence verbale. Selon les enquêtes, entre 20 % et 75 % des travailleurs ont confié avoir été victime de ce type de violence au travail (Boucher, 2001 ; Skeene, 1996). Au cours d’une étude doctorale (Courcy, 2003) menée dans plus de 25 organisations participantes provenant de divers secteurs économiques du Québec, les chercheurs ont été surpris de constater que sur les 57 groupes de travail et départements consultés, une seule unité de travail ne vivait aucun comportement de violence au travail, soit 1,8 % de cas. C’est donc dire que dans 98,2 % des unités investiguées, les employés rapportaient des comportements de violence de la part de collègues ou du supérieur hiérarchique.

FIGURE 1. Comportements d’agression en milieu de travail : quelques statistiques

FIGURE 1. Comportements d’agression en milieu de travail : quelques statistiques

Source : « France 2000 », Le Nouvel Observateur.

4Cette réalité, apparemment désarmante, laisse plusieurs personnes perplexes. De nombreuses questions émergent d’ailleurs rapidement de ce désarroi : quelles actions peuvent être entreprises pour protéger les travailleurs ? Quelles sont les coûts et les conséquences de tels gestes ? Quelles sont les personnes les plus à risque de poser de tels gestes ou d’en devenir les victimes ? La loi protège-t-elle adéquatement les victimes ? À partir de quel moment un comportement devient-il violent ou harcelant ? Que peut-on faire pour éviter cette dynamique de violence dans son milieu de travail ? Si les questions jaillissent facilement de notre esprit, les solutions, elles, se font souvent attendre. C’est pour contrer le déséquilibre entre les trop nombreuses questions et l’insuffisance des réponses que ce livre a été écrit. Il tente de présenter avec simplicité des éléments de réponse et de réflexion ainsi que des solutions efficaces au problème de la violence au travail. Pour clarifier et favoriser la compréhension de ce phénomène souvent difficile à cerner, les auteurs ont choisi de rassembler leur contribution respective autour du concept de violence au travail. Ce choix se justifie principalement par le fait que la violence représente l’appellation générique de ces conduites néfastes en milieu de travail.

5Les trois premiers chapitres expliquent en quoi constitue la violence au travail, quelles en sont les causes et les conséquences pour les victimes, mais aussi en quoi certains milieux organisés peuvent favoriser l’émergence de la victimisation. Au premier chapitre, les auteurs abordent sans détour la notion de violence au travail, et distinguent les notions de harcèlement, de mobbing, de bullying, d’agression et d’abus de pouvoir. Ils présentent aussi les manifestations les plus fréquentes de violence au travail. Des vignettes susceptibles d’alimenter la discussion ou la réflexion sont également insérées à la fin de ce chapitre. Dans un second chapitre, les causes de la violence sont présentées. On y expose comment certaines dispositions personnelles, certaines modalités de rapports interpersonnels, diverses caractéristiques de l’organisation ainsi que divers attributs de l’environnement socioéconomique peuvent favoriser l’émergence de la violence en milieu de travail. Pour sa part, le troisième chapitre présente les résultats d’études portant sur la victimisation, ou pourquoi certaines personnes deviennent des victimes de violence au travail.

6Ces premières informations plutôt conceptuelles ou issues de la recherche font place à un ensemble de cinq chapitres présentant des moyens d’intervention utiles pour prévenir la violence et intervenir en cas de méfaits. Les propositions développées dans ces chapitres offrent à tous des stratégies, des méthodes et des outils d’intervention. Une attention particulière est apportée à préciser les limites et les risques que représentent une utilisation inappropriée de ces moyens. Le discernement est de mise. En ce sens, le quatrième chapitre aborde une étape préalable à l’implantation de mesures, soit le diagnostic de la situation de violence. On y retrouvera les renseignements nécessaires et les questions importantes à se poser avant d’entreprendre la lecture de la situation de violence dans une organisation. Le chapitre suivant, le cinquième, présente un inventaire de solutions pouvant être mises en application pour contrer, neutraliser et éventuellement éradiquer la violence au travail. Par exemple, on y discute des apports possibles de la sélection du personnel, de la formation, du soutien au travailleur, du règlement des plaintes de même que des mesures à prendre en cas d’incidents majeurs. Le chapitre six expose en détail un modèle d’intervention émergeant de la pratique. L’auteure présente les conditions à instaurer et les étapes à suivre pour aménager dans un milieu de travail des mesures préventives ou de contrôle des problèmes de violence. Le septième chapitre expose les éléments constituant une politique efficace pour contrer la violence au travail. L’auteure précise également dans ce chapitre les phases de mise en application de cet outil de gestion de la violence au travail. Le chapitre huit fait état d’une étude effectuées dans le milieu de la santé et portant sur les pratiques de gestion de la violence par les équipes de gestion des ressources humaines (grh). Les auteurs relatent dans ce chapitre les applications concrètes de solutions de gestion pour prévenir et contrer la prolifération des conduites de violence au travail. La législation qui balise, définit et structure la problématique de la violence en milieu de travail fait l’objet du chapitre neuf. Ce cadre juridique est explicité à travers la définition de chacun des codes de loi pertinents, leurs applications et leurs implications pour les parties concernées. Enfin, au chapitre 10, on aborde la question de l’éthique au travail sous l’angle d’un antidote possible à la violence au travail. En lien avec le sujet de la violence, les auteurs proposent au lecteur de porter un regard différent sur les conduites individuelles au travail. L’adoption d’un code d’éthique est alors suggéré pour intervenir à la fois sur la violence, mais aussi pour encourager les conduites appropriées des employés.

7Quatre principes ont guidé la rédaction de ce livre par ses auteurs : l’accessibilité, la clarté, futilité pratique et la rigueur. Il a été écrit pour informer, mais surtout pour changer les pratiques de travail avec efficacité et doigté. Chacun devrait donc y trouver des réponses à ses questions. Nous espérons que ces réponses favoriseront la mise en place de mesures efficaces de prévention et de contrôle de la violence au travail.

Table des illustrations

Titre FIGURE 1. Comportements d’agression en milieu de travail : quelques statistiques
Légende Source : « France 2000 », Le Nouvel Observateur.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/23759/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 99k

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search