Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pensée rationnelle et argumentation

 | 
Clayton Peterson

Chapitre 9. Sophismes et erreurs de raisonnement

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les sophismes

Le propre de l’argumentation est de convaincre de la vérité d’une conclusion controversée en justifiant cette conclusion à l’aide de certaines prémisses. Considérant qu’un argument (déductif) présente la conclusion comme une conséquence des prémisses, un argument acceptable est un argument où la conclusion est effectivement une conséquence des prémisses. L’argument acceptable est donc un argument pour lequel la vérité des prémisses suffit à inférer celle de la conclusion. Le meilleur cas que l’on puisse obtenir est celui d’un argument probant. Un argument probant est un argument qui est convaincant d’un point de vue rationnel. Or, considérant que la cohérence est un des principaux critères de rationalité et que la cohérence est une propriété logique, il n’est pas surprenant d’apprendre qu’un argument probant soit un argument dans lequel il y a une relation logique entre les prémisses et la conclusion.

Les arguments probants sont formellement valides, et de fait la vérité...

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540