Version classiqueVersion mobile

L'Histoire à l'écran

 | 
Bruno Ramirez

Partie 1

Chapitre 3. Les cinéastes, historiens occasionnels

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans sa critique d’un film, l’historien John Tibbetts se réfère en termes très pertinents au « tabou bien ancré dans l’historiographie occidentale qui proscrit le mélange des faits et de la fiction1 ». Effectivement bien ancré dans l’esprit des historiens, ce tabou est l’un des facteurs qui conduisent nombre d’entre eux à discréditer les représentations filmiques du passé. Par ailleurs, Tibbetts ne précise pas que le tabou en question est un phénomène relativement récent, hérité de la science historique.

Dans l’histoire de l’historiographie, depuis Hérodote et Thucydide (au IVe siècle av. J.-C.) jusqu’à l’avènement de la discipline historique à la fin du XIXe siècle, la fiction était une dimension organique des narrations historiques dans lesquelles l’art, la pensée, la religion puisaient et sur lesquelles des civilisations ont été bâties. Mais dans ses tentatives pour reconstituer scientifiquement « les faits » de l’histoire ou étudier les événements du passé « tels qu’ils sont réel...

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search