Version classiqueVersion mobile

L'Histoire à l'écran

 | 
Bruno Ramirez

Partie 1

Chapitre 2. Raconter le passé en mots et en images

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Depuis l’avènement du cinéma, les cinéastes ont fréquemment puisé dans le passé les sujets de leurs récits. Dans la plupart des pays européens producteurs de films – par exemple, l’Italie, l’Allemagne ou l’Union soviétique – les premiers longs métrages qui auront un effet marquant sur le septième art narrent des histoires dont l’action se situe dans un passé plus ou moins lointain. Ainsi, l’un des premiers longs métrages tournés en Europe, le film italien Cabiria (1914) réalisé par Giovanni Pastrone, traite d’un épisode critique des guerres puniques qui opposèrent Rome à Carthage. Ce film aura une influence considérable sur l’évolution du cinéma parce que, outre ses décors imposants et le nombre sans précédent de figurants employés, il se démarque par l’originalité des mouvements de caméra. L’année suivante, le réalisateur allemand Paul Weneger produit Golem, premier volet d’une trilogie inspirée d’une ancienne légende juive. Ce film, dont l’intrigue se déroule dans la Prague du XVI...

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search