Version classiqueVersion mobile

L'Inde dans tous ses états

 | 
Guy Taillefer

L'anglais est un tremplin, mais la piscine est vide

Facebook et la main de Bal Thackeray

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Mort et incinéré depuis plus de trois semaines, Bal Thacheray continue d’intimider un peu tout le monde à Mumbai – par le truchement de ses adorateurs du Shiv Sena, le parti ethnocentrique qu’il a fondé au milieu des années 1960 et dont l’influence stupéfiante sur la vie municipale de la mégapole de 22 millions d’habitants ne s’est jamais démentie. Populiste et charismatique, Thackeray a déjà dit son admiration pour Hitler – « sans être d’accord avec toutes ses méthodes » – en estimant que l’Inde avait besoin d’un « dictateur bienveillant, mais ferme ». Il considérait les musulmans comme un « cancer » et avait une dent contre la Saint-Valentin. N’aimait-il pas le chocolat ? Sur plus de quarante ans, son « Armée de Shivaji », d’obédience nationaliste hindoue très, très à droite, a construit son ascendant sur la défense de la patrie marathe contre la « menace » que faisaient peser sur elle les « immigrants » de tout acabit, pour finalement faire de Thackeray un joueur politique qu’il ...

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search