Version classiqueVersion mobile

L'Inde dans tous ses états

 | 
Guy Taillefer

L'anglais est un tremplin, mais la piscine est vide

L’épiderme sensible

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

S’agissant de la réputation de Jawaharlal Nehru et de sa descendance, le Parti du Congrès, qui a tenu le pouvoir la majeure partie du temps depuis l’indépendance en 1947, a toujours eu l’épiderme sensible. Combien de livres ont été interdits et de poursuites intentées pour avoir égratigné l’aura de la dynastie ou celle encore du mahatma. On en a un nouvel exemple avec Les enfants de minuit, le roman de Salman Rushdie dont l’adaptation cinématographique par l’Indo-Canadienne Deepa Metha vient d’être présentée au Festival du film de Toronto. Le film peine à se trouver un distributeur indien. Tiens, tiens… Une difficulté que Mme Metha a mise sur le compte de « politiciens frileux ».

Le roman de Rushdie, récipiendaire du Booker Prize en 1981, critique sévèrement la défunte Indira Gandhi, la fille de Nehru, qui, à l’époque où elle fut première ministre, suspendit les libertés démocratiques et instaura l’état d’urgence, de 1975 à 1977. Un épisode noir de l’histoire nationale que beaucoup d...

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search