Version classiqueVersion mobile

L'Inde dans tous ses états

 | 
Guy Taillefer

L'anglais est un tremplin, mais la piscine est vide

Écrit à la main

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’ourdou est la langue officielle du Pakistan, quoiqu’en fait elle soit partagée par une minorité, mais sa voix journalistique la plus ancienne est une feuille de quatre pages publiée depuis 85 ans à Chennai, capitale de l’État du Tamil Nadu, tout au sud de l’Inde. Complètement décalé par rapport à l’ambiante réalité technologique, The Musulman a ceci d’extraordinairement singulier qu’aujourd’hui encore, il est écrit à la main. Le journal est toujours installé dans le même local de 800 pieds carrés, près de la mosquée Wallajah, dans le quartier de Triplicane. Internet ne l’a pas empêché, jusqu’à maintenant, de survivre à son anachronisme. L’a peut-être aidé, en fait.

L’ourdou, considéré comme la langue identitaire de l’islamité dans le sous-continent, compte 160 millions de locuteurs au Pakistan et en Inde, mais on ne le parle pas beaucoup à Chennai où la communauté musulmane n’est pas prédominante, ce qui rend d’autant plus étonnante la pérennité de ce petit quotidien manuscrit, fon...

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search