Version classiqueVersion mobile

L'Inde dans tous ses états

 | 
Guy Taillefer

L'anglais est un tremplin, mais la piscine est vide

Une prière pour l’anglais

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Il apportait avec lui des histoires de cet autre monde, et son anglais défectueux paraissait magistral au regard du niveau rudimentaire de l’instruction publique. »
Tarun Tejpal, Histoire de mes assassins

Banka est un petit village situé au nord de l’immense Uttar Pradesh, près de la frontière du Népal. S’il a une certaine notoriété, c’est pour son temple de la Déesse de l’anglais, construit en 2010 par des leaders locaux de la communauté hors-caste des dalits. La représentation de la déesse est inspirée de la statue de la Liberté. Les murs du temple érigé à côté d’une école sont couverts de symboles mathématiques et scientifiques.

L’inauguration du temple a coïncidé avec l’anniversaire de naissance de Thomas Macaulay, ce politicien britannique fameusement connu en Inde pour y avoir ouvert, en 1835, les premières institutions d’enseignement en anglais. Cet homme était un impérialiste bon teint : en remplaçant le persan et le sanskrit par l’anglais, il s’agissait de créer une classe d...

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search