Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sextants de Pékin

 | 
Joanna Waley-Cohen

Conclusion

Texte intégral

1 La notion d’interconnexion mondiale est aujourd’hui un lieu commun grâce à la rapidité des déplacements internationaux et au développement des systèmes de communication, qui permettent de réaliser des transactions de manière quasi simultanée sur tout le globe. L’interconnexion n’est pourtant pas un phénomène nouveau : seules l’époque et la notion du temps ont changé.

2L’histoire est là pour témoigner que le mythe éternel de l’isolement et de l’isolationnisme de la Chine répandu depuis le XVIIIe siècle par des étrangers frustrés de ne pouvoir imposer leur volonté au pays ne tient pas debout. Bien avant l’avènement des Européens en Asie de l’Est, l’empire a été intégré dans un vaste réseau d’échanges commerciaux, intellectuels, religieux et culturels qui le relièrent à l’ensemble de l'Asie, à l’est de la Méditerranée à quelques régions du nord de l’Afrique et, selon les périodes, à des territoires encore plus lointains. Dès les premiers temps, la Chine avait recherché et reçu de l’étranger toutes sortes de produits et d’idées. Elle exportait pour sa part sa propre civilisation spirituelle et matérielle, notamment sous la forme de textiles, de céramiques et de certaines valeurs confucéennes appliquées au gouvernement, à l’organisation sociale et au comportement humain. De nombreux aspects de l’héritage culturel chinois avaient ainsi accompagné les exportations, à commencer par la version sinisée du bouddhisme indien.

3Des siècles d’expérience de l’international avaient sensibilisé la Chine aux dangers que pouvaient receler des échanges non contrôlés avec des nations qui, peut-être, ne partageaient pas ses valeurs et ses traditions : dans le domaine commercial, la cupidité des gens risquait de se trouver exacerbée et les inégalités sociales renforcées. Dans la sphère religieuse, on pouvait craindre que les convertis chinois ne se mettent à refuser l’allégeance à la mère patrie pour contester son leadership politique. Et sur le plan culturel au sens large, les conséquences étaient imprévisibles. Nombreux étaient ceux qui, conscients que les trois domaines étaient inextricablement liés, tendaient à penser qu’autoriser la libre circulation des marchandises, des religions ou des idées était susceptible de menacer l’autonomie politique et l’originalité de l’identité culturelle chinoise : ils étaient donc très prudents, ce qui, de l’extérieur, pouvait passer pour de l’exclusivisme. Les sources prouvent pourtant que cette attitude n’était en aucune façon synonyme d’hostilité envers les étrangers en tant que tels ou certains aspects de leur civilisation.

4Devant la survivance tenace de l’image qui, depuis des siècles, présente la Chine d’autrefois comme un pays désespérément attaché à ses traditions, il est capital de garder en mémoire la notion de partage des responsabilités devant l’histoire. L’étude minutieuse des faits suggère que la résistance dont a parfois fait preuve la nation chinoise à l’égard de la nouveauté – dans le domaine des idées, des sciences et des pratiques – ne peut se réduire à une opposition farouche et invétérée à l’innovation. Par exemple, si les mathématiciens et astronomes de l’empire des XVIIIe et XIXe siècles se sont montrés sceptiques sur ce que les missionnaires jésuites leur révélaient des dernières découvertes en Europe, ce n’est pas tant parce qu’ils avaient de la difficulté à accepter de nouvelles idées que parce que les restrictions de l’Église avaient conduit les missionnaires à leur présenter des théories d’une telle incohérence qu’il était clair aux yeux de ceux qui les évaluaient quelles étaient, sinon erronées, à tout le moins pleines de contradictions. Les lettrés n’étaient pas des scientifiques réactionnaires, mais ils pouvaient conclure qu’il valait mieux ne pas trop s’appuyer sur les jésuites. Au cours du XIXe siècle impérialiste, la résistance chinoise devant les exigences occidentales d’un « commerce libre » amena bien des étrangers à taxer la Chine de conservatisme, alors qu’il serait plus juste de parler d’une volonté de demeurer indépendante par rapport à l’agression occidentale : ce que l’Occident appelait libre ne le paraissait pas tant que cela à la Chine. Bien plus récemment, les Occidentaux, qui affirment que la rhétorique développée par Pékin sur les horreurs de l’impérialisme américain est en grande partie responsable de l’hostilité qui a régné entre la Chine populaire et les États-Unis pendant la guerre froide, se gardent bien de reconnaître le rôle du mouvement anticommuniste américain, qui, pendant des années, a conduit Washington à traiter la Chine comme un paria.

5Les chapitres qui précèdent ont permis de se rendre compte de l’ouverture d’esprit des Chinois, ainsi que de leur capacité d’adaptation et de leur disposition à tenter des expériences nouvelles. En de nombreuses occasions, ils réussirent à exploiter à leur avantage des situations inédites dans le domaine des relations avec l’étranger tout en maintenant un discours officiel très conservateur. On rappellera quelques exemples particulièrement révélateurs de cette ambivalence. C’est ainsi que, si la Chine d’autrefois avait dressé un tableau idéal du monde dans lequel elle occupait la première place et entraînait dans son orbite les autres États, elle reconnaissait que la réalité était bien différente. Elle fut souvent forcée d’admettre qu'elle était au mieux l’égale des autres nations et, au pire, tellement faible qu’il était impossible de parler de supériorité, pas même d’égalité. On a également vu de quelle manière l’empereur des Qing avait, à la fin du XVIIIe siècle, proclamé en public l’indifférence totale de son pays à l’égard des produits manufacturés étrangers, mais qu'il avait cherché à acquérir du matériel militaire européen. Comment peut-on alors continuer d’affirmer, comme le font les Occidentaux, que les Chinois étaient indifférents au progrès technique ? Au XIXe siècle, l’habileté avec laquelle la Chine a réussi à se servir du système des traités, à la fois comme d’un bouclier et d’une arme, est une autre illustration de sa capacité à tirer profit d’une situation désastreuse. Contrainte par les premiers « traités inégaux » à accepter que des ressortissants d’autres pays s’installent dans quelques ports désignés, la Chine résista vigoureusement à l’établissement d’autres étrangers au-delà des zones autorisées tout en se servant des accords internationaux pour établir des représentations diplomatiques dans le monde. L’enthousiasme avec lequel, à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, les intellectuels chinois acceptèrent, pour sauver la nation, de faire l’expérience de différents systèmes politiques, tous nouveaux et importés, témoigne encore d’une ouverture d’esprit peu commune.

6La configuration du pouvoir mondial a certes connu bien des vicissitudes au cours des derniers siècles, mais ce qui n’a guère varié, c’est la façon dont les événements en Chine ont influencé et été influencés par d’autres événements survenus ailleurs dans le monde : il ne faut pas confondre retenue et réserve avec isolement. Les courants mondiaux qui ont traversé et pénétré la Chine au cours de l’histoire continueront de le faire dans le troisième millénaire.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.