Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sextants de Pékin

 | 
Joanna Waley-Cohen

Introduction

Texte intégral

1 Dans la première décennie du XIXe siècle, une ligue de pirates infestait la mer de Chine méridionale. Elle regroupait, au plus fort de sa puissance, au moins 50 000 hommes et femmes sur quelque 2000 jonques réparties entre deux flottes basées à Jiangping (Giang Binh), sur la côte vietnamienne. L’audace de ces pirates était devenue légendaire : en 1805, ils avaient maintenu pendant plusieurs semaines le blocus de l’enclave portugaise de Macao, réduisant ses habitants à quelques jours de réserves alimentaires. Trois ans plus tard, ils s’étaient emparés de trois grandes jonques parties du Siam rendre tribut à l’empereur et avaient contraint cinq bateaux américains à se réfugier à l’abri des défenses de Macao. Les pirates avaient capturé le brick du gouverneur de la colonie portugaise du Timor et porté l’insulte à son comble en remorquant au large de Macao le vaisseau du gouverneur dont le pavillon traînait dans l’eau.

2C’était dans l’intérêt tant des dirigeants mandchous de la dynastie des Qing (1644-1911) que des commerçants étrangers de régler ce problème de piraterie. Les Qing estimaient de leur seule prérogative de patrouiller les côtes chinoises, mais ils étaient incapables de garantir la libre circulation des bateaux sur les voies maritimes. Aussi, à l’instar de nombre de leurs prédécesseurs qui avaient demandé l’aide d’armées et de techniques étrangères, enrôlèrent-ils des navires de guerre portugais et britanniques. Les quelques expéditions qu’ils menèrent conjointement ne furent pas très concluantes et entraînèrent des récriminations de part et d’autre : les Européens accusaient les Chinois d’avoir partie liée avec les pirates, alors que les Chinois reprochaient aux Européens d’avoir des bateaux à trop fort tirant d’eau, qui rendaient impossible toute poursuite dans les eaux peu profondes de la côte et permettaient aux flibustiers de s’échapper.

3Les pirates, recrutés parmi les pêcheurs, les colporteurs, les ouvriers agricoles, les commerçants, les vendeurs de riz, les marins et d’autres membres des plus basses couches de la société chinoise, étaient quant à eux aussi désireux que les Qing de s’adjoindre les étrangers et leurs talents. On prétend que le chef des pirates Zhang Bao, qui avait échappé à une bordée de canons de 24 tirée d’un navire britannique, examina la taille du boulet avec un étonnement respectueux ; quelques mois plus tard, son propre bateau arborait des canons de même calibre. Les pirates épargnaient d’ailleurs souvent la vie des étrangers qu’ils capturaient afin de profiter de leurs connaissances militaires ou médicales, ou tout simplement de ce qu’ils savaient lire.

4Deux points importants se dégagent de ces faits : on constate tout d’abord qu’à l’aube du XIXe siècle la Chine était déjà largement en relation avec le reste du monde. Ensuite, en corollaire de ce qui précède, il apparaît que personne, ni au sein du gouvernement ni parmi le peuple, ne se souciait que les techniques dont on pouvait avoir besoin soient ou non d’origine étrangère. Ainsi, l’isolationnisme traditionnel, l’hostilité à l’innovation et les sentiments xénophobes qu’on attribue souvent aux Chinois dans une généralisation hâtive semblent avoir tenu bien peu de place dans leurs considérations.

5Malheureusement, même au début des années 1800, la majorité des Européens qui débarquaient en Chine n’étaient pas de cette opinion. Ils avaient sur le pays et sur sa civilisation un point de vue qui reflétait davantage leurs préjugés que la réalité de ce qu’ils observaient. Ces fausses conceptions étaient typiques du contexte dans lequel elles avaient pris forme, celui des Lumières, des débuts de l’industrialisation et de la nouvelle passion pour les libertés politiques, suscitée par les révolutions américaine et française. Aujourd’hui encore, cette opinion continue d’influencer profondément notre perception de la Chine.

6La Chine porte sa part de responsabilité dans la formation de ces préjugés, car il y a eu un écart important entre le discours de ses dirigeants et la réalité de leur action. Certaines déclarations publiques, proférées d’un ton hautain, ont mené de nombreux observateurs à conclure que la Chine considérait sa propre civilisation comme supérieure à toutes les autres. Mais cette rhétorique dissimulait en réalité beaucoup de souplesse et d’ouverture d’esprit : les faits sont là pour témoigner que, depuis l’Antiquité, la Chine n’a pas fait montre de plus de chauvinisme culturel que la plupart des autres sociétés.

7Les vieilles habitudes ont la vie dure. Les stéréotypes qui se sont peu à peu constitués sur la Chine se sont transformés en certitudes qui ont entraîné d’importantes conséquences. C’est ainsi que des gens en apparence bien informés persistent à parler de la Chine comme d’une entité monolithique, isolée du reste du monde, malgré l’immensité de son territoire et sa diversité. Ces vues, qui reflètent pour l’essentiel celles des anciennes puissances coloniales, ont fini par s’intégrer à l’opinion que les Chinois se font d’eux-mêmes : l’Occident a si bien réussi à saper leur sentiment d’identité nationale et leur confiance en eux que beaucoup en sont venus à accepter cette façon de voir, particulièrement en ce qui a trait aux relations de la Chine avec le reste du monde.

8Cet ouvrage est né de la volonté de tordre le cou à certains mythes persistants, à commencer par l’idée que les pays occidentaux auraient « ouvert » une Chine jusque-là « fermée » aux autres pays. Il montre que les empereurs, les gouvernants et le peuple, toutes catégories sociales confondues, ont cultivé avec énergie et enthousiasme leurs relations avec l’étranger et qu’ils ont favorisé la circulation des biens et des idées. Les détenteurs de l’autorité ont toutefois été réticents à laisser se développer sans entrave les idéologies étrangères, de crainte de perdre le contrôle politique et moral de la population et de voir disparaître les valeurs et les traditions de la Chine.

9Nous traitons ici avant tout de la manière dont la Chine a pris la mesure du monde, ainsi que des biens et des idées qui ont circulé en direction comme en provenance de ce pays au cours des derniers siècles. Le lecteur aurait toutefois tort de penser que, en nous concentrant sur les influences étrangères, nous cherchons à montrer que l’ensemble du développement chinois, et particulièrement à l’époque moderne, s’est fait de l’extérieur. Nous soutenons au contraire qu’une grande part de l’expérience historique chinoise combine de façon complexe des développements endogènes et des apports de l’étranger.

10Le livre s’ouvre par un large survol des premiers contacts de la Chine avec les autres civilisations, à partir des années 200 av. J.-C. Grâce aux documents qui nous sont parvenus de cette époque, il est possible de retracer les innombrables liens avec l’étranger qui ont pu exister avant l’arrivée des Européens en Asie de l’Est au XVIe siècle. Le premier chapitre porte sur la participation active de la Chine à un réseau complexe d’échanges internationaux, qui allait de la Syrie au Japon et de la Corée à l’archipel indonésien, et qui, au XVIe siècle, s’est élargi à l’Europe et au Nouveau Monde. Parmi les plus fructueux de ces échanges, il faut compter la diffusion du bouddhisme de l’Inde à la Chine, d’où il rayonna ensuite sur l’Asie de l’Est et, plus particulièrement, sur la Corée, le Japon et le Viêt Nam, en intégrant des éléments de confucianisme et d’autres traits culturels, intellectuels, politiques, commerciaux et artistiques de la civilisation chinoise.

11Les chapitres 2 et 3 traitent des premières relations soutenues de la Chine avec l’Europe du XVIe au XVIIIe siècle. Ces rencontres qui eurent lieu au début des Temps modernes sont largement le fait des missionnaires jésuites. Le chapitre 2, sur la Chine et le catholicisme, montre que la résistance au christianisme avait de multiples causes. D’abord, l’éclectisme traditionnel des Chinois en matière de religion était inconciliable avec l’exigence d’exclusivité du christianisme. En second lieu, dans un pays où toute religion qui n’était pas au service de l’État passait pour subversive, beaucoup pensaient que les croyances étrangères n’étaient en réalité que l’avant-garde d’une invasion. Ensuite, le contexte de la transition des Ming aux Qing au milieu du XVIIe siècle était si chargé sur le plan politique que les jésuites, en se mettant au service de la nouvelle dynastie, passèrent aux yeux de certains pour des traîtres et qu’il leur en coûta de précieux appuis au sein de l’élite. Enfin, d’âpres conflits à l’intérieur même de l’Église contribuèrent aussi à l’échec des jésuites en Chine.

12Le chapitre 3, qui couvre la fin du XVIIe siècle et le XVIIIe, s’attaque à une opinion tenace qui veut que la Chine de l’époque ait été hostile aux biens et aux idées importés et que résume la déclaration souvent citée de l’empereur Qianlong (qui régna de 1736 à 1795) : « Nous n’avons pas le moindre besoin des produits manufacturés [anglais]. » Nous y décrivons les différentes activités séculières des jésuites à la cour de ce même Qianlong et de son grand-père Kangxi (qui régna de 1662 à 1722) : c’est de cette époque que datent le sextant et les autres instruments d’astronomie fabriqués sous la direction du jésuite flamand Ferdinand Verbiest (1623-1688), qu’on peut encore admirer aujourd’hui à l’Observatoire, situé au centre de Pékin. L’engouement des empereurs pour les importations européennes et autres éveilla parmi l’élite une passion pour tout ce qui était occidental, à laquelle fera écho la vogue des « chinoiseries » en Europe au XVIIIe siècle. Ce chapitre traite par ailleurs de l’importance que prirent dans le commerce interasiatique les communautés de plus en plus nombreuses de Chinois établis à l’étranger, principalement en Asie du Sud-Est, et des liens que ce commerce multiplia avec les nations européennes qui menaient des activités coloniales en Asie.

13Les chapitres 4 et 5 couvrent le « long XIXe siècle », de la mort de Qianlong en 1799 à la Première Guerre mondiale. Durant cette période, la Chine se vit imposer une série de « traités inégaux » aux termes desquels les puissances occidentales obtinrent de nombreux privilèges. Rétrospectivement, les historiens ont condamné l’imposition de ces traités par les puissances. À l’époque, pourtant, leurs conditions ne paraissaient pas particulièrement lourdes, même aux yeux des Chinois, car ces accords ressemblaient à d’autres passés entre l’empire et ses voisins d’Asie centrale quelques années auparavant. La Chine eut cependant très vite le sentiment que ces traités visaient à la forcer à devenir « moderne », autrement dit plus semblable à l’Occident, et foulaient aux pieds sa souveraineté dans tous les domaines. Le regard des Chinois sur l’Europe, l’Amérique et plus tard le Japon s’en trouva fondamentalement modifié. D’autres accords conclus par la Chine au XIXe siècle cherchèrent en revanche avec un certain succès à protéger les désormais très nombreux ressortissants chinois dans le monde. L’idée reçue d’une Chine alors en pleine décadence sur le plan intérieur et indifférente à sa diaspora ne correspond donc pas à la réalité.

14À la fin du XIXe siècle, la plupart des Chinois instruits avaient perdu leurs illusions à l’égard de leur culture, car aucun élément de la tradition chinoise, à commencer par le confucianisme, ne semblait permettre de relever le défi posé par l’impérialisme de l’Occident et du Japon. Ils étaient impressionnés par la richesse et la puissance de ces pays, qu’ils désiraient vivement imiter, voire un jour égaler, tout en nourrissant à leur égard un profond ressentiment. La peur très forte de voir les étrangers découper la Chine « comme une pastèque » pour la faire disparaître en tant qu’entité autonome, associée à un désespoir croissant devant l’impéritie des dirigeants mandchous, exacerba le nationalisme, dont le but ultime était le retour à l’indépendance. La Chine espérait ainsi pouvoir adopter certaines façons de faire occidentales pour neutraliser l’Occident et préserver sa propre civilisation.

15Les chapitres 6 et 7 correspondent à la période 1914-1917. L’année 1914 marqua un changement majeur chez ceux qui s’inquiétaient des menaces qui pesaient sur la Chine. La lente montée vers la guerre dans les premières années du XXe siècle détourna leur attention des puissances, pour la reporter sur le Japon nouvellement modernisé de l’ère Meiji, qui, par ses victoires contre la Chine (en 1895) puis contre la Russie (en 1905), avait démontré qu’il était devenu un acteur digne de crainte et de respect. Avec le déclenchement de la Première Guerre mondiale, les puissances perdirent du terrain et finirent par céder complètement la place au Japon, qui devint dès lors le principal impérialisme ennemi, multipliant les prétextes pour empiéter sur le territoire chinois et lancer d’incessantes opérations militaires. En 1937, le Japon envahit la Chine, forçant le gouvernement nationaliste (le Guomindang) à battre en retraite vers l’intérieur et à établir provisoirement une capitale de guerre à Chonqing, dans la province du Sichuan. Au même moment, les nationalistes, menés par Chiang Kai-shek, tentèrent d’éliminer la menace que constituait pour leur autorité le Parti communiste chinois, fondé en 1921.

16La guerre contre le Japon se confondit avec la Deuxième Guerre mondiale, et la résistance chinoise joua un rôle crucial dans la victoire alliée. Cette guerre de libération fut suivie presque aussitôt, en 1945, par une âpre guerre civile entre nationalistes et communistes, qui aboutit au départ du Guomindang pour Taiwan. En 1949, le Parti communiste proclama la République populaire de Chine et Mao Zedong déclara que la Chine ne serait plus jamais une nation offensée. Au cours des décennies suivantes, confrontée aux aléas de la guerre froide, la Chine axa sa politique intérieure comme extérieure sur l’éradication des survivances économiques et culturelles d’un siècle de domination occidentale et nippone.

17Le livre s’achève en 1997, au moment où la Chine retrouve sa souveraineté sur Hong Kong, une enclave sur sa côte méridionale, qui était sous la tutelle britannique depuis 1842. La restitution du territoire posa de nouveau la question du Tibet, autrefois indépendant et sous la domination chinoise depuis la majeure partie des 250 dernières années, et de Taiwan, que l’empire des Qing avait annexée en 1683 et perdue en 1895. Colonie japonaise jusqu’en 1945, elle n’est depuis ni partie intégrante de la Chine ni vraiment autonome.

18La Chine du XXe siècle a fait montre de sentiments ambivalents à l’égard des cultures étrangères. Sur le plan politique, sa position parut souvent contradictoire : elle manifestait d’un côté une immense hostilité contre les étrangers, particulièrement les Américains, et de l’autre une volonté de tisser des liens avec l’extérieur. Mais les États-Unis se refusèrent longtemps à établir le moindre rapport avec elle pour diverses raisons : du fait de leur anticommunisme violent, par ressentiment d’avoir « perdu » la Chine, à cause de l’influence du lobby du Guomindang ou de leur engagement dans la guerre du Viêt Nam.

19Quelques définitions liminaires s’imposent. La référence à « la » Chine peut paraître occulter d’immenses différences régionales et les changements considérables qui ont affecté ce pays à travers le temps. Pour donner un exemple, l’impact de l’impérialisme en Chine fut bien différent sur les régions côtières, où à la fin du XIXe siècle la présence des étrangers était devenue presque banale, de ce qu’il fut à l’intérieur, où les Occidentaux se faisaient plus rares, même si l’arrivée des journaux et du télégraphe avait commencé à modifier les choses. Autre exemple : à la fin du XVIIIe siècle, les frontières de l’empire s’étendaient à l’ouest jusqu’aux montagnes du Pamir, aux confins du Cachemire et de l’Afghanistan, et au nord jusqu’à l’Amour ; ces frontières correspondent à peu près à celles d’aujourd’hui, mais diffèrent grandement de celles de la fin du XIXe siècle. À d’autres moments, par exemple sous les Song (960-1276), la Chine n’incluait ni la Mandchourie ni les régions à l’ouest de la Grande Muraille, dans la province du Gansu. Mais assortir chaque référence à « la » Chine de précisions et d’explications serait par trop fastidieux : nous invitons par conséquent le lecteur à garder ces différences spatiales et temporelles à l’esprit.

20On peut en dire autant du terme « Occident ». Pour la période qui va du XVe siècle à la fin du XIXe, il désigne l’Europe et les Européens, et recouvre une réalité variable, qui commence avec l’arrivée des Portugais et des Espagnols et l’établissement de leurs comptoirs en Asie, et qui s’achève avec la domination de l’Angleterre et des Pays-Bas (même si d’autres Européens ont aussi été présents en Asie pendant cette période). À partir des années 1780, l’« Occident » englobe aussi les Américains, bien qu’ils aient joué un rôle secondaire dans l’histoire et la conscience chinoises jusqu’à la fin du XIXe siècle. Dès lors toutefois, les Américains devinrent la plus importante des nations occidentales en Asie et reléguèrent les Européens au second plan.

21Ce livre n’est pas destiné aux spécialistes de l’histoire, quoique ceux-ci puissent sans doute y trouver leur compte. Il s’adresse plutôt à ceux qui souhaitent en savoir davantage sur les rapports de la Chine avec le reste du monde, replacés dans leur perspective historique, et à ceux que ne satisfait pas la vieille rengaine qui affirme que la Chine a toujours préféré l’isolement et manifesté de l’hostilité aux étrangers. S’il est impossible pour un livre de détruire à lui seul des stéréotypes bien ancrés, nous espérons qu’il contribuera du moins à ébranler quelques idées reçues sur l’histoire des relations de la Chine avec le monde extérieur et en particulier avec l’Europe et les États-Unis.

22La Chine a une longue histoire et, sauf au cours des deux derniers siècles, elle a toujours réussi à exercer son autorité sur les étrangers qui souhaitaient nouer des relations avec elle, soit sur le plan officiel, soit sur le plan individuel, ainsi que sur ceux qui vivaient sur son territoire. Cela ne signifie pas qu’elle ait été hostile aux connaissances et aux idées venues d’ailleurs, mais simplement qu’elle a préféré agir avec circonspection quand il s’est agi d’autoriser la circulation d’idées qui pouvaient représenter une menace à sa liberté d’action. Cela aboutit à la recherche actuelle d’une position qui lui permettrait d’intégrer les influences étrangères et de maintenir son indépendance nationale et son identité culturelle. Nous voulons voir dans ce qui se passe aujourd’hui la poursuite sous une forme civilisée de luttes anciennes, d’autant que l’équilibre des pouvoirs à l’échelle mondiale s’est beaucoup stabilisé dans la dernière partie du XXe siècle.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.