Version classiqueVersion mobile

Histoire du livre et de l’imprimé au Canada, Volume II

 | 
Yvan Lamonde
, 
Patricia Fleming
, 
Fiona A. Black

Annexe B

Fona A. Black

Texte intégral

L’imprimerie et le développement des Prairies : analyse de certains éléments de la Peel’s Bibliography of the Canadian Prairies to 1953

FIONA A, BLACK

  • 1 Peel’s Bibliography of the Canadian Prairies to 1953 et le site web associé : « Peel’s Prairie Pro (...)

1La colonisation des Prairies et l’expansion du Canada jusqu’au Pacifique dont parle Merrill Distad au chapitre 2 ont laissé une trace imprimée quantifiable à partir de la bibliographie régionale standard intitulée Peel’s Bibliography of the Canadian Prairies to 1953. Nous nous en servons ici pour analyser la production imprimée des Prairies et sur les Prairies entre 1840 et 19181. Pour la première édition, en 1946, Bruce Braden Peel s’était basé sur la collection Shortt de canadiana conservée à la bibliothèque de la University of Saskatchewan. Ses successeurs y ont versé depuis tous les documents pertinents dans les bibliothèques de l’Ouest canadien et les collections de Bibliothèque et Archives Canada, de la Library of Congress, de la British Library et d’autres institutions, c’est-à-dire les livres et brochures sur les Prairies, dans toutes les langues et d’où qu’ils viennent. En ce qui concerne le roman et le théâtre, il faut et il suffit que l’action se déroule dans les Prairies. Les publications officielles britanniques sur la région sont incluses, de même que les documents parlementaires du Canada. Sont exclus les centaines de bulletins techniques sur l’agriculture et les enquêtes régionales produits par le ministère de l’Agriculture du Dominion, de même que les publications officielles des trois administrations provinciales (Manitoba, Saskatchewan, Alberta).

2La troisième édition de cette bibliographie répertorie 7 429 titres ; 1103 autres sont signalés en note. Les entrées sont classées par sujet. Notre analyse utilise la répartition quantitative et la couverture thématique de ce corpus comme indicateur de la culture de l’imprimé dans une région qui, sitôt ouverte à la colonisation, a été vouée à la culture extensive bien plus qu’au développement urbain.

Thèmes régionaux

  • 2 La base bibliographique sur logiciel ProCite® nous a été fournie par Emie Ingles et Merrill Distad
  • 3 F. A. Black, « Review of Peel’s Bibliography of the Canadian Prairies to 1953 », dans PBSC/CSBC, v (...)

3Notre analyse thématique est fondée sur la base qui sous-tend la troisième édition papier de la bibliographie et le site Web « Peel’s Prairie Provinces2 ». L’information thématique y est stockée dans deux champs différents ; nous avons retenu la forme normalisée des « Thesaurus Headings ». Elle livre presque au premier coup d’œil un aperçu révélateur de la production imprimée sur les Prairies et des facteurs qui ont régi leur développement et façonné leur société3. Des 1825 vedettes, 41 renvoient à au moins 100 titres. Bien que certains figurent sous plusieurs vedettes, la somme des entrées dans chaque catégorie donne une image assez fiable de l’importance relative des sujets. Les neuf vedettes-reines sont : descriptions et voyages (la plus importante et de loin) ; immigration et émigration/immigrants au Canada/colonisation ; politique et gouvernement ; agriculture/agriculteurs ; roman ; transport/chemin de fer/terres des compagnies ferroviaires ; poésie ; vie des colons ; Amérindiens — langues. Cette liste révèle d’emblée les facettes politiques, économiques et culturelles de la colonisation des Prairies qui sont abordées dans la production imprimée. L’anglais est la principale langue de publication, mais ce constat doit être nuancé : une proportion énorme des documents répertoriés, notamment les brochures promotionnelles sur l’immigration, a été traduite dans une kyrielle de langues, comme le démontrent ailleurs Merrill Distad et Paul Hjartarson.

Prairies réelles, Prairies imaginaires

4La figure B.1, « Production imprimée par décennie : documents relatifs à l’immigration, œuvres de fiction et de poésie, selon Peel », illustre l’importance relative de deux thèmes très différents, quoique interreliés : la littérature sur l’immigration et celle qui naît de l’imagination, sous forme de roman ou de poème. Le contraste entre ces deux catégories reflète et scande les étapes du développement de la région. Avant 1880, l’immigration se concentre autour de la Rivière Rouge, au Manitoba. De 1880 environ à 1910, elle s’accélère sous l’impulsion d’une production imprimée qu’elle contribue par ailleurs à stimuler. Elle ne retrouvera jamais cet élan après les années 1920. Le roman et la poésie (narrative surtout) excitent les esprits pendant cette période ; tant la production littéraire des Prairies que les publications sur la région connaissent un essor spectaculaire à l’époque et par la suite. Parmi les auteurs de ces textes, on trouve Rudyard Kipling, mais aussi beaucoup de noms que seule la Peel’s Bibliography sauve de l’oubli.

Publications canadiennes

5La figure B.2, « Production imprimée par décennie dans les provinces des Prairies, en Ontario et au Québec, selon Peel », illustre l’activité d’édition dans cinq provinces : le Québec, l’Ontario, le Manitoba, la Saskatchewan et l’Alberta. Les Maritimes comptent pour très peu dans la production imprimée sur les Prairies. Les fiches de la base bibliographique ne fournissant aucune indication sur la province d’origine d’une publication, nous avons incorporé ce renseignement en nous basant sur les frontières provinciales établies en 1905 pour la Saskatchewan et l’Alberta, en 1912 pour le Manitoba. Par souci de commodité, un document publié à Calgary dans les années 1890 est donc attribué à l’Alberta plutôt qu’aux Territoires du Nord-Ouest. Ceci permet d’effectuer des comparaisons interdécennales qui ne seraient pas possibles autrement. Toujours par souci de commodité, nous employons uniquement les appellations « Ontario » et « Québec » (officielles à partir de 1867 seulement) dans l’exposé des résultats.

6La base bibliographique ne répertorie aucune publication provenant des cinq provinces au cours des années 1840. À partir de 1850, elle atteste la prééminence relative des éditeurs ontariens et québécois, mais aussi la place grandissante de leurs collègues des Prairies. L’apparition du Manitoba, dans les années 1870, reflète une colonisation et, partant, une production imprimée plus précoces qu’ailleurs dans l’Ouest. Pendant la phase d’expansion territoriale, les éditeurs manitobains consolident leur position face aux nouveaux venus de la Saskatchewan et de l’Alberta. L’Alberta rejoint très vite la Saskatchewan par le nombre de ses publications comme par le chiffre de sa population. D’une décennie à l’autre, la production ontarienne sur les Prairies demeure assez abondante : elle vise d’abord à informer les lecteurs des affaires des Prairies et à encourager la migration vers l’Ouest. Le volume des publications québécoises est nettement inférieur ; il atteint son sommet dans les années 1880 à cause du vif intérêt politique que suscitent dans la province les événements préparant et entourant la rébellion dans le Nord-Ouest. Par la suite, l’édition québécoise se désintéresse des Prairies malgré l’existence de petites colonies francophones dans la région. Dans les provinces des Prairies elles-mêmes, le gros de la production provient des imprimeries des capitales : Winnipeg au Manitoba, Battleford, puis Regina en Saskatchewan, Edmonton en Alberta, Le reste est tiré par les journaux de petites villes, toutes mentionnées dans le graphique, comme Morden au Manitoba, Yorkton en Saskatchewan et Red Deer en Alberta.

B.1. Production imprimée par décennie : documents relatifs à l’immigration, œuvres de fiction et de poésie, selon Peel.

B.1. Production imprimée par décennie : documents relatifs à l’immigration, œuvres de fiction et de poésie, selon Peel.

B.2. Production imprimée par décennie dans les provinces des Prairies, en Ontario et au Québec, selon Peel.

B.2. Production imprimée par décennie dans les provinces des Prairies, en Ontario et au Québec, selon Peel.

7La production imprimée témoigne de la vie, des besoins et des expériences de beaucoup d’habitants des Prairies à l’époque de leur colonisation. L’analyse des titres de la Peel’s Bibliography of the Canadian Prairies to 1853 s’avère riche d’enseignements et de projets à cet égard. Même si la réalité autochtone y est à peine effleurée, et encore, du seul point de vue des arrivants, elle donne une bonne idée du rôle joué par l’imprimé dans l’émergence du Canada moderne.

Notes

1 Peel’s Bibliography of the Canadian Prairies to 1953 et le site web associé : « Peel’s Prairie Provinces ».

2 La base bibliographique sur logiciel ProCite® nous a été fournie par Emie Ingles et Merrill Distad.

3 F. A. Black, « Review of Peel’s Bibliography of the Canadian Prairies to 1953 », dans PBSC/CSBC, vol. 42, no 1, 2004, p. 77-82.

Table des illustrations

Titre B.1. Production imprimée par décennie : documents relatifs à l’immigration, œuvres de fiction et de poésie, selon Peel.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/23309/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre B.2. Production imprimée par décennie dans les provinces des Prairies, en Ontario et au Québec, selon Peel.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/23309/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k

Auteur

Directrice du volume II de l’Histoire du livre et de l’imprimé au Canada/History of the Book in Canada, dirige la School of Information Management de la Dalhousie University. Ses recherches et publications portent principalement sur deux aspects de l’histoire du livre : la contribution écossaise à la culture du livre au Canada et l’application de systèmes géomatiques à la recherche sur la culture de l’imprimé.

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search