Version classiqueVersion mobile

Histoire du livre et de l’imprimé au Canada, Volume II

 | 
Yvan Lamonde
, 
Patricia Fleming
, 
Fiona A. Black

Annexe A

Yvan Lamonde et Sophie Montreuil

Texte intégral

Aperçus quantitatifs rétrospectifs de l’imprimé au Québec

YVAN LAMONDE ET SOPHIE MONTREUIL

1L’étude quantitative de l’imprimé se fait habituellement à partir de la bibliographie rétrospective nationale, établie grâce à l’existence d’un dépôt légal hâtif, comme en France, ou rendue possible par une bibliographie rétrospective reconstituée par des bibliographes et des chercheurs, tels Marie Tremaine, Patricia Lockhart Fleming, Sandra Alston, Jean-Pierre Wallot, John Hare, Milada Vlach et Yolande Buono au Canada. Ces bibliographes ont reconstitué la bibliographie rétrospective avant 1840.

2Pour la période qui va de 1840 à 1918, nous ne disposons pas de moyens systématiques et valables de quantification de l’imprimé. Le dépôt légal n’est institué au Canada qu’en 1953, au Québec qu’en 1968 et il n’existe pas dans les autres provinces. À titre d’indicateurs de l’importance quantitative de l’imprimé canadien, nous disposons de deux bases de données bibliographiques rétrospectives, celles de la Bibliothèque nationale du Québec (BNQ) et de Peel.

La base de données de la Bibliographie rétrospective de la BNO

3La base de données constituée pour ce volume à partir de la Bibliographie rétrospective de la BNQ comprend quatre sous-bases : les monographies, les publications gouvernementales, les publications en série (comprenant les périodiques) et la musique imprimée. Ces imprimés font partie de la collection de l’institution, fondée en 1967 à partir de la collection de la Bibliothèque Saint-Sulpice (1915-1931), elle-même bâtie en partie sur la bibliothèque du Cercle Ville-Marie (1884-1906), du Cabinet de lecture paroissial (1857-1870) et de l’Œuvre des bons livres (1844-1856), autant d’œuvres sulpiciennes. La collection de la BNQ s’est aussi enrichie grâce à une politique d’acquisition rétrospective de titres québécois ou relatifs au Québec. Nul doute que la BNQ possède la collection de laurentiana– titres imprimés au Québec et titres sur le Québec imprimés à l’étranger– la plus complète qu’on connaisse, et c’est donc à partir de cette collection qu’ont été calculés ici, rétrospectivement, les laurentiana publiés au Québec. La manipulation de ces données requiert la plus grande vigilance : il n’est, par exemple, que de compulser, en histoire, les noms d’auteurs comme Jacques Viger, Louis-Édouard Bois, Maximilien Bibaud ou Catherine Day, pour constater l’existence de titres qui se trouvent dans la collection de microfilms de l’ICMH et qui se retrouvent dans la collection de la BNQ, mais sans que celle-ci n’en possède une édition papier originale. Si elle n’est pas complète, la collection de la BNQ est néanmoins la plus susceptible de fournir des ordres de grandeur sur le laurentiana pour la période retenue.

4En ce qui concerne les seules monographies, 12 564 titres, publiés entre 1840 et 1920, en première ou autre édition, ou en réimpression, font partie de la collection de la BNQ. Si les volumes sont majoritaires, les brochures, c’est-à-dire les imprimés de 50 pages et moins, forment 41 % (5 148 titres) du corpus des monographies.

5Les données permettent d’affirmer que le plateau de la première centaine de laurentiana publiés en une année aurait été atteint en 1864 avec 124 titres ; un deuxième plateau est atteint en 1875 avec 211 titres et un troisième en 1900 avec 303 titres. Si le nouveau décollage du nombre de titres (280) de 1908 s’explique par la célébration du troisième centenaire de la fondation de Québec et par la croissance des ouvrages historiques et touristiques, le premier sommet de 1900 (on passe de 122 titres en 1899 à 303 en 1900) semble correspondre à une demande nouvelle pour la fiction et les langues, et à l’essor particulier de la maison Beauchemin, singulièrement plus active dans les domaines du théâtre, du roman et de l’édition d’œuvres littéraires (Crémazie, Casgrain). Les décennies 1870-1879 et 1900-1910 (celle-ci compte, on l’aura noté, une année de plus) connaissent les croissances les plus fortes. Les laurentiana monographiques sont essentiellement de langue française (9 192 titres ou 73 %) et anglaise (3 217 titres ou 25 %), quelques-uns sont en latin (85 titres ou 0,7 %) ou dans l’une ou l’autre des huit langues amérindiennes répertoriées (66 titres ou 0,5 %). Ces derniers titres amérindiens sont majoritairement religieux (57 sur 66), publiés surtout à Montréal, par Lovell, Beauchemin et Louis Perrault avant tout, et de langue crie (16), algonquine (15), mohawk (10), iroquoise (6) et micmaque (6).

Tableau A.1. Bas-Canada/Québec, BNQ, Bibliographie rétrospective, laurentiana - monographies (1840-1920), par sujet

Sujets

N. total de titres

Religion

2 729

Histoire

2 621

Histoire (sciences connexes). Histoire du Canada. Histoire du Québec

1 448

Histoire de l’Amérique

705

Histoire (à l’exclusion de l’Amérique)

278

Histoire (sciences connexes)

190

Littérature

1 326

Littérature canadienne et québécoise

1 048

Littérature étrangère

278

Sciences sociales

1 291

Droit

763

Éducation

450

Sciences

372

Agriculture

323

Médecine

322

Géographie. Anthropologie. Sports et jeux

268

Technologies

251

Bibliographie. Bibliothéconomie

190

Musique

165

Sciences politiques

116

Beaux-arts

102

Psychologie. Philosophie

92

Science militaire

70

Ouvrages généraux

42

Science navale

33

(Sujet non précisé)

262

TOTAL

12 564

6Les principaux sujets de ces laurentiana, établis d’après les catégories de classification de la bibliographie courante de la BNQ, se répartissent ainsi (voir tableau A.1). Les titres religieux (2 729 titres ou 21,7 %), qui atteignent un sommet décennal en 1870-1879, et les titres historiques (2 621 titres ou 20,8 %), à leur apogée entre 1880 et 1889, constituent plus de 40 % du corpus des laurentiana de la période ; en ce qui concerne les titres historiques, plus de la moitié, soit 55 % du total (1 448 titres), porte sur l’histoire canadienne et québécoise. De son côté, la littérature canadienne et québécoise (1 048 titres) fournit 79 % des titres littéraires (total de 1 326 titres, soit 10,6 % du total des 12 564 laurentiana). Le droit, qui atteint un plateau décennal maximal en 1880-1889, constitue 6 % du total avec ses 763 titres. À eux seuls, ces quatre domaines représentent 59 % (7 439 titres) des laurentiana de la collection rétrospective de la BNO. Les « Sciences sociales » comprennent sans doute un nombre important de titres (1 291, soit 10 % du total), mais la catégorie de classification– courante– est trop anachronique et inclusive (lois, associations, ports, chemins de fer, tempérance, criminalité...) pour être significative.

7Les laurentiana monographiques recensés dans la collection de la BNO sont d’abord publiés à Montréal (7 174 titres ou 57 %) et à Québec (3 155 titres ou 25 %). La répartition géographique– Saint-Hyacinthe, Lévis, Trois-Rivières, Sherbrooke– des autres titres suggère que les facteurs déterminants de l’activité de publication au Québec même sont la population, la localisation du lieu en regard des systèmes de communication, l’existence d’un collège, d’un évêché, d’une imprimerie, d’un journal ou d’un lieu de pèlerinage. Les titres publiés à Toronto (49), aux États-Unis (41, dont 31 à New York) et en Europe (55, dont 18 à Paris et 11 à Londres) font comprendre ce que le « relatif au Québec » signifie dans le terme laurentiana.

8Enfin, le lexique de l’éditeur, de l’éditeur-imprimeur, de l’éditeur-libraire de la base de données des monographies fait bien voir comment la profession d’éditeur est encore en cours de spécialisation au Québec et qu’elle commence à s’autonomiser en fin de période. De fait, trois des « éditeurs » les plus actifs entre 1840 et 1920 sont des imprimeurs (Beauchemin, aussi libraire et « éditeur », Lovell et Darveau), cinq autres sont des entreprises de presse et deux sont des communautés religieuses.

Auteurs

Professeur de littérature et d’histoire du Québec à l’Université McGill, directeur général du projet HLIC/HBiC et directeur des volumes I et II. Auteur d’une Histoire sociale des idées au Québec en deux volumes (1760-1896 et 1896-1929), d’ouvrages et d’articles sur divers aspects de l’histoire du livre et de l’imprimé, il a dirigé avec Sophie Montreuil la publication de Lire au Québec au XIXe siècle (2003).

Sophie Montreuil a fait son doctorat sur l’histoire de l’édition et de l’institution littéraire françaises au Département de langue et littérature françaises de l’Université McGill. Boursière postdoctorale du projet HLIC/HBiC de 2002 à 2004, elle travaille à présent à la Direction de la recherche et de l’édition de la Bibliothèque nationale du Québec. Elle a écrit sur Joséphine Marchand-Dandurand et sur l’histoire de la lecture au Québec. Elle a codirigé avec Yvan Lamonde l’ouvrage collectif Lire au Québec au XIXe siècle (2003).

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search