Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du livre et de l’imprimé au Canada, Volume II

 | 
Yvan Lamonde
, 
Patricia Fleming
, 
Fiona A. Black

Sixième partie : L'imprimé dans la vie quotidienne

Chapitre 12. L’imprimé populaire

Judy Donnelly, Hans-jürgen Lüsebrink, Mary F. Williamson, Joan M. Schwartz, Clarence Karr, Leslie McGrath, Elizabeth Driver et John Willis

Texte intégral

Les almanachs

JUDY DONNELLY ET HANS-JÜRGEN LÜSEBRINK

  • 1 M. Tremaine, p. 57.

1Né en Europe à la fin du XVe siècle, l’almanach fait partie du paysage éditorial canadien depuis la publication par Brown et Gilmore de l’Almanach de cabinet à Québec en 17651. Imprimé une fois l’an et largement diffusé, il comprend trois parties essentielles : une partie calendaire où figurent souvent les noms des saints et les signes du zodiaque ; une partie historique, les « Éphémérides », une chronique des événements ; et une section encyclopédique qui conjugue l’utile (noms et adresses des institutions, représentants élus et administrateurs locaux, conseils d’ordre médical ou agricole, etc.) aux « variétés » – anecdotes, maximes, nouvelles et courts textes littéraires.

  • 2 L’histoire des almanachs avant 1840 est racontée par A. Dondertman et J. Donnelly dans « Les alman (...)
  • 3 Ces chiffres sont le fruit d’une estimation prudente, basée sur le nombre de titres connus pour ce (...)

2Ce genre utilitaire a joué un grand rôle dans la vie des premiers colons canadiens : pour la période terminée en 1840, on connaît près de 100 séries d’almanachs publiées dans au moins 16 villes de St, John’s à Toronto2. L’intervalle 1840-1918 marque l’apogée et le déclin de son règne au Canada : la production culmine au milieu des années 1870, avec une cinquantaine de titres connus pour 18753. L’almanach fait alors la conquête de l’Ouest dans la foulée de la presse. En 1885, la plupart des villes en produisent au moins un. L’hétérogénéité culturelle croissante du Canada induit à cette époque une large diversification des langues d’édition. Et surtout, des divergences fondamentales surgissent entre les modèles anglophone et francophone. Cette différenciation permet à l’almanach de conserver un rôle pivot dans la culture québécoise de l’imprimé alors que sa popularité décline presque partout ailleurs. Enfin, l’impact de la publicité et l’essor de la fabrication de médicaments brevetés changent sa fonction et consomment sa perte.

  • 4 Ces intervalles de publication sont basés sur les exemplaires conservés ou attestés par une annonc (...)

3Avant de détailler ces tendances spécifiques, il est utile de dégager les traits génériques de cette production entre 1840 et 1918. Au début de la période, la plupart des almanachs sont édités par un homme-orchestre imprimeur-éditeur qui compose aussi bien les textes que les galées : artisanat qui s’éteignit lorsque le genre prit un caractère plus marchand, à la fin de la période. Ces imprimeurs-éditeurs doivent toutefois recruter un expert local capable de calculer exactement les mouvements des astres dans le ciel de leur région pour s’assurer un succès et avoir une chance de supplanter les nombreuses importations des autres régions et de l’extérieur du pays. Ce n’est pas pour rien que la page de titre du Carters Prince Edward Island Almanac and Miscellaneous Directory (charlottetown) de 1894 porte en exergue : « Le seul almanach compilé pour l’île-du-Prince-Édouard ». Gagne-pain de ces premiers imprimeurs, les almanachs et les journaux amorcent une longue et fructueuse association quand des journaux, au Québec surtout, décident d’offrir un almanach broché ou un calendrier, voire les deux, à leurs abonnés au jour de l’An. Cette tradition, qui a duré jusqu’à la fin du XIXe siècle, a été suivie, entre autres, du Ottawa Citizen, du Moniteur acadien (Shediac, Nouveau-Brunswick), de La Patrie (Montréal) et du Galt Reporter (Galt, Ontario). En parallèle, on commence à cibler des marchés plus restreints comme les professions libérales : Ludger Duvernay tire un Calendrier du bureau pour 1852, son collègue montréalais John Lovell, un almanach juridique, le Lower Canada Law Almanac (fin des années 1850 et moitié des années 1860)4, donnant la liste des juges, des districts judiciaires et des circonscriptions électorales, de même qu’un index des lois, le tout pour 2 s 6 d. Les communautés religieuses et associations charitables ont aussi leur calendrier : La Société canadienne protectrice des animaux rehausse de dessins animaliers et d’illustrations plus classiques celui qu’elle vend deux cents. Il est très difficile d’estimer le nombre des calendriers imprimés pendant cette période, car la plupart étaient jetés à la fin de l’année.

4Par bonheur, nous conservons plus d’almanachs brochés. Les plus anciens sont d’humbles livrets de 16 pages ou plus, fréquemment vendus sous deux couvertures : une enveloppe de papier de couleur ou – formule plus chère – une reliure toile avec pages blanches interfoliées destinées à servir d’agenda. La couverture et l’intérieur arborent de discrètes gravures représentant les travaux des mois de l’année ou une scène pastorale. La page de titre porte parfois des armoiries. La présentation se raffine à partir de 1840 et, surtout, durant les années qui précèdent et suivent le changement de siècle, car les éditeurs profitent de chaque progrès technique pour améliorer l’attrait et la valeur commerciale de leurs almanachs. À la fin du siècle, il n’est pas rare que la première de couverture soit décorée d’une chromolithographie et l’intérieur, abondamment illustré, de gravures dans un premier temps, de photos ensuite. Le Year Book and Almanac of Canada for 1869, publié par John Lowe and Company à Montréal, est recouvert d’un papier à motif très orné et coloré qui sert de réclame à son fabricant montréalais Burland, Lafricain & Co., lequel vante ses services « d’impression lithographique à la vapeur et de chromolithographie » sur trois côtés. Beaucoup d’almanachs gagnent alors en volume comme en complexité typographique. Leurs centaines de pages sont bourrées d’une variété inouïe de renseignements administratifs, pratiques et amusants qui doivent fidéliser les clients et en attirer d’autres, mais aussi, et de plus en plus, d’annonces publicitaires.

5En parallèle, la matière des almanachs évolue, reflétant les changements sociaux. Bien que leur clientèle s’urbanise, certains persistent dans leur fonction historique de service au monde agricole jusqu’au début du XXe siècle, comme le révèlent leurs titres : Millers Canadian Farmers Almanac, alias R. A. Millers Canadian Farmers Almanac (Montréal, 1852-1921 ?) ; Almanach agricole des cultivateurs (Montréal, 1875-1876 ?) ; Spectator Canadian Farmers Almanac (Hamilton, 1865 ?-1875 ?). D’autres relèguent l’information agricole et horticole aux pages du calendrier. Le très populaire Belchers Farmers Almanach for the Province of Nova Scotia (Halifax, 1824-1930) connaît une évolution plus typique : « Farmer’s » est rayé de son titre au milieu des années 1860, et l’agriculture y cède peu à peu le pas à des sujets intéressant une clientèle plus vaste. Cette volonté de diversification se lit dans les titres : par exemple, Canadian Mercantile Annual [...]. Containing Information of Use to Merchants, Traders, Manufacturers, etc. (Montréal, 1873-1877 ?) et Mechanicsand LabourersAlmanack for 1864 (Toronto). Les almanachs des ordres religieux conservent la popularité dont ils jouissaient durant la période antérieure, surtout au Québec et en Ontario, car ils fournissent au lecteur tous les détails utiles sur l’observance quotidienne de sa religion et une liste exhaustive des églises et du clergé. Nous avons déjà souligné l’importance cruciale du lieu d’origine. Elle tient aux données astronomiques, mais aussi à la matière locale de l’almanach : sur la côte atlantique, on y inclut des aides à la navigation comme la table des marées et les coordonnées du port ; en Colombie-Britannique, le British Columbia Almanac (Victoria, 1895 ?-1898 ?) met à son menu des extraits de la législation minière ; partout sont fournis le répertoire des notables, des bureaux de poste et des autres établissements publics, les tarifs et horaires des trains et des bateaux à vapeur, sans oublier des passe-temps, énigmes, anecdotes, essais, poèmes et autres morceaux littéraires, particulièrement prisés au Québec. Les almanachs continuent par ailleurs d’animer le débat politique ; des publications comme Star Almanac (Montréal, 1892-1895 ?) et Grips Comic Almanack (Toronto, 1882-1893 ?) font passer leur message par la caricature.

  • 5 La répartition géographique des 330 titres repérés s’établit comme suit : Québec, 160 ; Ontario, 1 (...)

6Quelque 330 titres différents ont été recensés pour la période 1840-1918, la plupart en Ontario et au Québec5. À son apogée, au milieu des années 1870, plus précisément pour l’année 1875, le genre comptait une cinquantaine de représentants, aussi bien dans des grandes agglomérations comme St. John’s, Halifax, Montréal, Ottawa et Toronto que dans des petites villes telles que Saint-Hyacinthe au Québec, Berlin (Kitchener) et Perth en Ontario. Cette année-là, 12 titres s’offraient aux Montréalais, dont : Dominion Family Almanac, Starkes Pocket Almanac and General Register et Millers Canadian Farmer’s Almanac aux anglophones ; l’Almanach agricole, commercial et historique de J.B. Rolland & fils et l’Almanach du peuple de la Librairie Beauchemin aux francophones. En 1900, moins de 30 auraient été publiés à l’échelle canadienne. Leur nombre ne cessera de fondre au XXe siècle.

7Ce désamour résulte en partie du développement de l’offre de matière imprimée : une production plus abondante et variée étant disponible plus vite et à meilleur prix, les lecteurs canadiens devinrent moins tributaires de l’almanach et de la Bible pour leur instruction et leurs distractions. Le progrès culturel et l’urbanisation ont peut-être contribué aussi au tassement des ventes d’une publication friande de recettes de bonne femme et de conseils agricoles. Chose certaine, les almanachs de langue anglaise qui ont résisté étaient d’abord des répertoires ou des recueils de listes, de statistiques et de renseignements utiles qui sont l’un des piliers du genre. Citons, à titre d’exemple, le Canadian Almanac and Directory, toujours publié en 2005, qui a paru pour la première fois à Toronto sous le titre Scobie & Balfours Canadian Almanac, and Repository of Useful Knowledge for the Year 1848. Dans le Québec français, les almanachs ont usé d’une arme bien différente pour défendre leur place sur les étagères familiales. Le déclin, moins perceptible, ne s’est fait sentir qu’après 1930, et le marché a connu auparavant une phase de concentration et d’augmentation des tirages. Entre les deux guerres, quelques titres nouveaux comme LAlmanach de la langue française (Montréal, 1916-L937), l’Almanach trifluvien, édité à Trois-Rivières de 1932 ? à 1937 ?, et l’Almanach de lAction sociale catholique, lancé à Québec en 1916, ont même joui d’une grande faveur grâce au mouvement régionaliste et à l’intérêt de plus en plus répandu pour la défense de la langue et de l’identité canadiennes-françaises.

8Avant de connaître ce déclin, l’almanach a eu le temps de se répandre d’un océan à l’autre sous le patronage des journaux : on en trouve presque partout en 1885, aimée où Cook and Fletcher publie The Winnipeg Directory and Manitoba Almanac. Les lecteurs de Saskatchewan, par exemple, ont reçu la livraison inaugurale du Regina Almanac en 1880. Le premier titre albertain paraît en 1888 : The Calgary Tribune Almanac a été imprimé à Montréal par la Gazette Printing Company. À part la couverture produite par le Calgary Tribune, son contenu correspond point par point à celui du Gazette Almanac de Montréal de la même année. The Colonist Annual de 1885 serait le premier almanach de Colombie-Britannique.

9Cette expansion géographique suscite une large diversification linguistique dans une production qui comptait, dès avant 1840, des titres en anglais, en français, dans ces deux idiomes à la fois, en allemand et dans certaines langues amérindiennes. Au milieu du XIXe siècle, l’afflux de colons germanophones en Ontario et au Manitoba accroît fortement la demande d’almanachs. L’un des principaux titres de l’époque, Der Canada Calender, est publié à Berlin (Kitchener), en Ontario, de 1841 à 1920, en caractères de type Fraktur. Ce même Berlin voit naître Der Canadische Familien-Calender dans les années 1860. La page de titre de l’édition de 1892 montre un castor et deux feuilles d’érable, symboles des attaches culturelles de la publication. Plus significatif encore, les données astronomiques valent pour Berlin et pour le Manitoba : les éditeurs ciblaient donc les nombreux habitants germanophones de cette province. Paul Hjartarson donne des détails là-dessus au chapitre 2. En 1893, cet almanach paraît en version anglaise sous le titre Canadian Family Almanac avec le même castor en page de titre et les mêmes calculs astronomiques valables pour Berlin et le Manitoba. De 1898 à 1929, le journal Der Nordwesten édite à Winnipeg un autre almanach important, Der Nordwesten Kalender, qui sert à recruter des immigrants : on y trouve la réglementation, des articles sur l’agriculture, des photos de fermes et de la publicité sur des terres gratuites ou subventionnées. Son calendrier présente les phases de la lune à Winnipeg, Regina et Calgary : c’est qu’il est lu dans toutes les Prairies.

  • 6 Citation extraite de F. A. Swyripa, Guide to Ukrainian Canadian Newspapers.

10Les Islandais du Manitoba publient un Almanak de la fin du XIXe siècle à 1954, à Selkirk et à Winnipeg. Plusieurs titres en ukrainien paraissent au début du siècle suivant dont un à Montréal, Illustrovanyi kaliendar Novyi svit (1915-1918, 1926-1929 ?), et deux à Winnipeg, Kalendar-almanakh Ukrainskoho holosu (1915-1974 ?) et Illustrovanyi kalendar-almanakk Kanadiiskoko formera, (1917-1974)6. L’édition d’almanachs en langues amérindiennes se poursuit comme aux premiers temps de l’histoire canadienne de l’imprimé : Joseph Reader tire le Cree almanck : Naheyowawe pesimoo mussinuhikun à Oonikup, dans les Territoires du Nord-Ouest, entre 1891 et 1899 ; Albert Lacombe publie un Cree Calendar en 1907 au Lac La Biche, en Alberta ; et à Montréal, L. A. Bergeron édite Iakentasetatha Kahnawakeha/Almanach iroquois de 1899 à 1917.

  • 7 Par comparaison, Millers Canadian Farmers Almanac était tiré à 35 000 exemplaires en 1871.

11Parallèlement à cette diversification linguistique, les différences s’accusent entre les almanachs de langue anglaise et française. Vers la fin de la période, en particulier, la tradition francophone se distingue de la production anglophone non seulement par son ampleur, mais aussi par une structure formelle et des contenus différents. Elle donne notamment une part de plus en plus importante aux « variétés » et aux textes littéraires. La période 1840-1918 est l’âge d’or de l’almanach canadien-français, l’époque de sa plus large diffusion, de sa plus grande importance socioculturelle et de sa fonction multiple comme média d’information et de divertissement, mais aussi comme vecteur de savoirs encyclopédiques. Les almanachs de cette période sont les héritiers des premiers almanachs canadiens-français du XVIIIe siècle et de la première moitié du XIXe, tout en étant en rupture avec eux. Ils s’inspirent comme leurs prédécesseurs de modèles européens, notamment le populaire Messager Boiteux, Le Mathieu Laensbergh explicitement utilisé par Ludger Duvemay dans son almanach Le Guide du Cultivateur (Montréal, 1830-1836) et l’Almanach Hachette (Paris, 1894-1972). L’almanach canadien-français revêt toutefois des formes très variées. À côté de publications destinées à toute la population francophone comme l’Almanach du Peuple, l’Almanach des Familles et l’Almanach de la Langue Française, dont 60 000, voire 100 000 exemplaires circulent à la fin du XIXe siècle7, on trouve un grand éventail de formes visant des publics plus spécifiques : almanachs littéraires comme l’Almanach canadien de la Ruche littéraire (Montréal 1852-1854) ainsi que des publications liées à des réseaux de sociabilité ou à des institutions spécifiques comme l’Almanach des Cercles Agricoles de la Province du Québec (Montréal, 1892 ?-1912 ?), l’Almanach de lAction Sociale Catholique (Québec, 1917-1942), l’Almanach de Saint-François (s.l„ 1908-195 ?) ou encore l’Almanach Ecclésiastique et l’Almanach des Associations Saint-Jean-Baptiste lancé par J.-B. Rolland à Montréal en 1884.

12L’évolution de l’almanach canadien-français suit un certain nombre de tendances lourdes à partir de la seconde moitié du XIXe siècle. Premièrement, l’almanach à succès de la période 1840-1918 est souvent publié par une grande maison, contrairement à ses prédécesseurs lancés par des libraires-éditeurs. En affaires depuis 1842, l’éditeur montréalais Beauchemin, par exemple, doit une grande part de sa prééminence à l’Almanach du peuple, né en 1855. Comme Rolland, éditeur de l’Almanach des familles à partir de 1878, Beauchemin a contribué par là à la pénétration de l’imprimé dans les foyers populaires, notamment ruraux. On constate ensuite l’abandon de formules essayées initialement, tel l’almanach-répertoire, plus fortement inscrit dans la tradition éditoriale anglophone, mais délaissé par le public francophone au profit d’un genre plus historique et littéraire qui répond mieux à ses attentes.

13En troisième lieu, l’almanach canadien-français devient un vecteur identitaire. Il diffuse la littérature nationale produite par des auteurs comme Louis Fréchette, Benjamin Suite, Antoine Gérin-Lajoie et Edmond de Nevers en publiant des extraits, des maximes, des sentences et des textes, notamment des contes, parfois écrits expressément pour les lecteurs des almanachs. Il se fait l’avocat de la vision canadienne-française de l’histoire et le défenseur, de plus en plus politisé, de la langue française au Canada, notamment avec la parution de l’Almanach de la langue française en 1926, à Montréal. Enfin, l’introduction massive de la publicité gonfle de manière considérable le volume des almanachs populaires. LAlmanach du Peuple, par exemple, passe de 36 à 96 pages de 1870 à 1890 et fait 500 pages en 1914. Les annonces envahissent l’espace rédactionnel, transformant la modeste brochure en livre : dans l’Almanach du Peuple, la publicité occupe 10 % des pages en 1870, 20 % en 1890, 50 % en 1914.

  • 8 Ces détails sur l’almanach Belcher ont été réunis par Anne Dondertman dans le cadre de : A. Donder (...)

14Même constat dans beaucoup d’almanachs de langue anglaise : les annonces s’y multiplient tant et si bien que les rubriques habituelles sont éclipsées par cette débauche souvent somptueuse d’illustrations et de témoignages sur tous les biens et services imaginables. L’unique annonce du Belchers Farmers Almanac de 1832 était dédiée à la librairie de l’éditeur Clement Horton Belcher ; dans le numéro de 1869, plus 75 pages et un index distinct sont consacrés à la publicité. Du début des années 1870 à la fin des années 1880, sa prédominance augmente inexorablement. Tous les moyens lui sont bons pour attirer l’attention : impression sur papier de couleur ; dispersion dans les pages intérieures, hors des sections réservées à l’avant ou à l’arrière ; accroche humoristique comme le classique « Ne lisez pas cette annonce »8. Beaucoup d’almanachs ne font même plus semblant d’informer ou d’amuser ; ce sont de purs outils de promotion pour les entreprises éditrices. Le genre rejoint en effet une large tranche de la population et garantit aux annonceurs que leur publicité sera vue à longueur d’année longue dans les foyers. Parmi les éditeurs d’almanachs on trouve des fabricants de teintures textiles et de machines à coudre, des magasins de meubles, des grainetiers et des compagnies d’assurances.

  • 9 R. Sagendorph, America and Her Almanacs, p. 254. Marion Barber Stowell affirme à juste titre que l (...)
  • 10 L. Loeb, « George Fulford and Victorian Patent Medicine Men », p. 135.
  • 11 J. H. Young, Toadstool Millionaires, p. 139.
  • 12 Ainsi, le Rescue of Tula 1861 Almanac consacré aux produits de la société new-yorkaise B. L. Judso (...)

15Ce sont les fabricants de médicaments brevetés qui assènent le coup de grâce à l’almanach de langue anglaise, imposant, comme l’écrit Robb Sagendorph, « un caractère artificieux et vulgaire à toute la production en Amérique9 ». La fabrication de médicaments a monté en flèche pendant la guerre de Sécession et a atteint un pic à la fin du siècle. Or, les propriétaires de brevets pharmaceutiques dépensent des fortunes en publicité. À Brockville, George Taylor Fulford monte au début des années 1890 une énorme campagne de presse pour promouvoir les « Pink Pills for Pale People » du bon docteur William. « En 1900, ces pilules roses étaient si populaires que Fulford investissait 200 000 £ par an en publicité sur le seul territoire britannique. Chemist and Druggist le qualifie de “principal acheteur d’encre d’imprimerie au monde”10. » Les fabricants de médicaments brevetés ont produit une énorme proportion des imprimés éphémères très colorés datant de cette époque. Ils ne pouvaient manquer d’exploiter l’almanach, source réputée d’information utile. Les recommandations médicales étaient souvent diffusées par voie de brochures, comme l’explique Jennifer J. Connor au chapitre 13, et cela a pu contribuer à faire avaler la pilule aux lecteurs des almanachs. J. C. Ayer and Company, une entreprise de Lowell (Massachusetts), détient la palme de l’efficacité dans le genre : certains numéros de son almanach étaient tirés à 16 millions d’exemplaires. L’entreprise avait sa propre imprimerie ; en 1889, elle édita des almanachs ou des brochures publicitaires en 21 langues11. Les publications d’Ayer et d’autres fabricants américains entraient par milliers au Canada. Elles y étaient distribuées gratuitement par les pharmaciens ; le nom du distributeur était imprimé ou estampillé sur l’enveloppe pour donner au produit un cachet local12. Certains industriels publiaient une édition canadienne, parfois même en français. Ils y mettaient des renseignements calendaires propres aux localités canadiennes et des témoignages d’adeptes canadiens de leur médicament, tous pleinement satisfaits et rayonnants de santé.

12.1. Burdock Blood Bitiers Almanac and Key to Health de l’année 1887 (Toronto, 1886). Avec l’aimable autorisation de la Thomas Fisher Rare Book Library, University of Toronto.

16Les fabricants canadiens de médicaments brevetés ont édité eux aussi des montagnes d’almanachs des années 1860 au milieu du XXe siècle. Quelques exemples ontariens parmi bien d’autres : R. Starkes Canadian Almanac and Receipt Book for 1861, publié à Woodstock par le pharmacien Robert Starke ; et Georgens Canadian Almanac and Recipe Book for 1871 édité par T. W. Georgen and Sons à Barrie. Le Burdock Blood Bitters, remède au nom inoubliable fabriqué à Toronto par T. Milbum and Company, eut son almanach, le Burdock Blood Bitters Almanac and Key to Health, entre 1882 et 1931, et même un format « poche » au milieu des années 1890 (voir illustration 12.1). L’entreprise ontarienne Northrup and Lyman exploita avec beaucoup de profit la veine de l’almanach, tout comme la Dodds Medicine Company de Toronto entre 1899 et 1961. À Montréal, Davis & Lawrence Company publia le Pain Killer Almanac de 1867 jusqu’aux années 1880. L’Almanach illustré de Bristol, publié à Montréal à partir de 1867 également, était « adapté », selon ses rédacteurs, « expressément pour le Canada » d’un modèle français ; en réalité, l’essentiel de ses pages était consacré à la publicité médicale et pharmaceutique.

17Même si tout l’environnement graphique et rédactionnel était focalisé sur le médicament promu dans les annonces et les témoignages, l’almanach pharmaceutique conserva jusqu’aux années 1930 les caractères traditionnels du genre : calendrier, heures du lever et du coucher du soleil et de la lune, prévisions météo, plaisanteries et courtes anecdotes. Aujourd’hui, il nous aide à mieux cerner une phase cruciale de notre histoire médicale, l’époque où les vieux remèdes maison furent supplantés par des recettes commerciales comme les « Dr Morse’s Indian Root Pills », le sirop de la mère Siegel ou les « ShakersExtract of Roots ». Ces almanachs, qui formaient une très grande proportion des titres de langue anglaise encore édités à la fin de la Première Guerre mondiale, nous dévoilent un pan de la vie quotidienne au Canada, tout comme leurs homologues littéraires de langue française.

L’illustration des livres, des périodiques et des imprimés commerciaux

mary f. williamson

  • 13 Outre les sources ci-dessous, voir : M. Allodi, Printmaking in Canada/Les débuts de lestampe impr (...)

18En mars 1842, William Graham Edmundson, propriétaire du British American Cultivator de Toronto et homme prévoyant, annonce dans l’introduction au troisième numéro de son mensuel sa ferme volonté de « tout faire pour trouver des gravures en tout genre afin d’illustrer les divers sujets traités dans nos colonnes ». Au même moment, le British Colonist (Toronto) publie dans le numéro du 1er mars des portraits simples, mais éloquents des neuf juges siégeant à la Cour d’appel haut-canadienne, gravés sur bois par Frederick C. Lowe d’après John Gillespie. Alors que l’afflux des magazines populaires illustrés des États-Unis et d’Europe menace la survie des publications locales, les éditeurs des colonies ne mesurent que trop bien l’apport crucial de l’image comme source d’information et de séduction visuelles13.

19Pour les autorités culturelles de l’époque, livres et magazines illustrés sont aussi un puissant instrument de progrès éducatif. En 1853, le Provincial, or Halifax Monthly Magazine observe :

  • 14 Provincial, or Halifax Monthly Magazine, vol. 2, 1853, p. 114.

Aucun goût ne s’est développé plus rapidement que l’appréciation de l’art du graveur au sein de la population ces dernières années. Presque chaque livre ou livret est orné d’images donnant du sujet traité une idée plus juste qu’il ne serait possible d’obtenir autrement et flattant le caprice des acheteurs... Souhaitons que ce goût se répande parmi les habitants de notre province et que grandisse l’intérêt pour tout ce qui élève et raffine nos capacités intellectuelles14.

  • 15 Anglo American, vol. 4, 1854, p. 326.

20L’année suivante, l’éditeur de 1’Anglo-American Magazine de Toronto recommande à tout le monde la lecture de certains magazines illustrés importés, car « à l’heure actuelle, le goût de nos concitoyens coloniaux est quasi nul », et ils ont grand besoin d’être « familiarisés avec l’article authentique15 ».

  • 16 Agriculturist and Canadian Journal, vol. 1, 15 août 1848, p. 1.
  • 17 Canadian Agriculturist, vol. 8, décembre 1856, p. 1.
  • 18 Agricultural Association of Upper Canada. Transactions, vol. 3, 1859, p. 228.
  • 19 Snow Drop, vol. 2, juillet 1851, p. 31.
  • 20 Canadian Agriculturist, vol. 6, décembre 1854, p. 36 5; Farmers Journal and Transactions of the B (...)

21À l’époque, cependant, trouver, payer et garder un graveur capable de bien reproduire un croquis d’artiste relève de l’exploit. Lorsque son graveur sur bois est hors de la ville, l’Agriculturist and Canadian Journal (Toronto) n’est pas illustré16. En 1856, le Canadian Agriculturist (Toronto) déplore qu’une ville dynamique comme Toronto soit incapable de faire vivre un seul graveur sur bois de premier ordre17, et le directeur du magazine Transactions de l’Agricultural Association of Upper Canada prie ses lecteurs de lui pardonner les imperfections des illustrations, les artistes « capables de reproduire fidèlement sur bois des photos de [diverses races d’animaux de ferme] » étant tout bonnement introuvables18. Son homologue au magazine pour les jeunes Snow Drop (Montréal, 1850-1853) s’excuse pour sa part d’un retard imputable au graveur John Henry Walker, qui ne s’est pas « exécuté en temps voulu », bien que l’artiste lui ait fourni des dessins19. Durant la même décennie, le Canadian Agriculturist (Toronto) et le FarmersJournal (Montréal) s’engagent prudemment à publier les illustrations nécessaires, mais seulement celles-là20.

  • 21 Anglo-American Magazine, vol. 1, 1852, p. 274.
  • 22 Le Naturaliste canadien, vol. 1, décembre 1868, p. 4-5.

22Le coût est si dissuasif qu’à peine quelques éditeurs risquent l’entreprise. Le Literary Garland (Montréal, 1838-1851) publie régulièrement des gravures sur acier d’origine britannique ; le Maple Leaf (Toronto) puise souvent à la même source pour ses numéros annuels (1847-1849), car les planches britanniques conviennent mieux au genre du livre-cadeau. Le révérend Joseph H. Leonard de Cobourg, directeur du Canadian Gem and Family Visitor (1848-1849), émaille son épais mensuel de vues topographiques d’un graveur local, Orlando Greenleaf ; en février, juin et décembre 1848, il y insère des planches botaniques du même artiste, coloriées à la main, une rareté dans un magazine de province à l’époque. Sûr du mérite de son entreprise, Leonard prend en novembre le téméraire engagement de tirer à 2 000 exemplaires, alors que beaucoup d’abonnés n’ont pas versé leur écot annuel de cinq shillings ou un dollar. Un second volume paraît en 1849, à Toronto, avec des gravures imprimées par Scobie et Balfour, mais sans planche en couleur. En 1852, l’Anglo-American Magazine rend hommage au Snow Drop de Montréal pour les « gravures sur bois soignées illustrant le texte » : animaux sauvages, motifs de crochet, vignettes21. En 1868, Le Naturaliste canadien (Montréal) critique l’emploi des illustrations pour leur seule nouveauté et affirme s’en servir « tant pour faciliter l’intelligence du texte, que pour permettre d’identifier plus facilement les animaux ou les plantes dont nous donnerons des descriptions22 ».

23Des années 1840 à la fin des années 1860, les couvertures décoratives des magazines populaires et des livres publiés par tranche se parent souvent d’un liseré pittoresque et d’un motif typiquement canadien, le tout finement ouvré. Entre autres exemples très réussis : la page titre de Portraits of British Americans de William Notman (Montréal, 1865), dont chaque livraison possède une page de garde « dessinée et gravée par J. Fraser », et celles du Maple Leaf (Montréal, 1852-1854) (voir illustration 12.2), du Snow Drop et du Canadian Journal : A Repertory of Industry, Science and Art (Toronto, 1852-1855) par John Henry Walker.

  • 23 Y. Chevrefils, « John Henry Walker (1831-1899), artisan-graveur ».

24Walker était un graveur d’origine irlandaise qui exerçait son art surtout à Montréal. Pendant plus de cinq décennies à partir de 1845, il fut le principal illustrateur des publications canadiennes, toutes catégories confondues. Des mémoires qu’il a rédigés en 1886 résument bien les tribulations d’un illustrateur de ce calibre : éditeurs insolvables, procès, tirages bâclés, pénurie de sources d’inspiration et de commandes23. Malgré tout, la quintessence du Canada sous le règne de Victoria est gravée à jamais dans ses croquis de personnes et de bâtiments, ses caricatures, ses sujets religieux et scientifiques, ses pages de titre, certificats, en-têtes et annonces.

  • 24 Voir P. Stone, « Publishing History of W. H. Smith’s Canada : Past, Present, and Future ».

25Durant cette période primitive, rares sont les livres libéralement illustrés. Dans son Quebec Directory and StrangersGuide to the City and Environs, 1844-1845, Alfred Hawkins recycle les vues lithographiées de la ville exécutées par Adolphus Bourne pour l’édition de 1834, y ajoutant un certain nombre de planches et de cartes. Walker et Welch font 23 gravures sur l’architecture montréalaise pour The StrangersGuide to the Cities of Montreal and Quebec (1852) de Robert W. S. Mackay. Frederick C. Lowe grave 14 croquis de James Beaven sur des missions et objets autochtones pour son livre Recreations of a Long Vacation (Londres et Toronto, 1846). John Allanson et lui signent les vues urbaines et autres gravures de Canada : Past, Present and Future (Toronto, 1851) de William Henry Smith24. Chargé d’illustrer « La case du Pere Tom ou Vie des nègres aux États-Unis » d’Harriet Beecher Stowe, qui paraît en feuilleton dans La Ruche littéraire et politique (Montréal) en 1853, Walker copie les images de l’édition londonienne de 1852. Les Sutherlands City of Hamilton and County of Wentworth Directories de 1867-1868 et 1868-1869 sont de superbes publications, richement illustrées, en l’honneur de la Confédération et de la ville natale de leur éditeur. Leurs gravures sur bois des églises, collèges, écoles et autres bâtiments publics, « sans équivalent dans les publications canadiennes similaires », sont l’œuvre d’un artiste de la région, James McKeon.

  • 25 C. Gray, Sisters in the Wilderness, p. 293-299.

26Fruit d’une collaboration de Catharine Parr Traill et de sa nièce Agnes Dunbar Fitz-Gibbon, le Canadian Wild Flowers dont John Lovell tire 500 exemplaires à Montréal en 1868 représente un véritable tour de force. Ses 10 planches commentées ont été dessinées puis reportées sur pierre lithographique par Fitz-Gibbon, qui a colorié chacune des 5 000 illustrations avec ses filles25. Vingt-neuf ans plus tôt, Maria Morris, une artiste de Halifax, avait exécuté 12 dessins pour la première édition de Wild Flowers of Nova Scotia (Halifax et Londres, 1839-1840), mais on avait dû confier à des spécialistes londoniens le report sur la pierre et le coloriage.

  • 26 Annonce publiée dans le Family Herald du 30 novembre 1859.

27L’influence de la photographie sur l’illustration s’impose dans la seconde moitié du siècle. Dans l’étude qui suit, Joan M. Schwartz analyse la mode des livres illustrés de photos originales apparue dans les années 1840, En 1859, le photographe William Notman propose, dans un élégant boîtier, un jeu de clichés stéréoscopiques de Montréal avec commentaire imprimé26. Vers la fin des années 1860, la photogravure supplante peu à peu les coûteux procédés manuels de gravure et de dessin lithographique : elle permet de reproduire photos et croquis à peu de frais et en grande quantité, en planches détachées ou à l’intérieur d’un texte.

  • 27 J. Winearls, « Printing and Publishing of Maps in Ontario before Confederation ».
  • 28 B. May et F. McGuire, County Atlases of Canada, p. i-ii.
  • 29 J. Winearls, « Nineteenth Century County Land Ownership Maps of Canada ».
  • 30 E. Phelps, « County Atlases of Ontario, 1875-1982 ».

28La cartographie, chasse gardée des graveurs et éditeurs américains et britanniques dans les années 1840, se canadianise dès la décennie suivante. Entre 1850 et la Confédération, 75 % des cartes insérées dans des livres sont réalisées localement. À Hugh Scobie revient probablement le mérite d’avoir tenté, en 1853, la première impression d’une carte en couleur, celle de Stratford, dans le Haut-Canada27. Dans les années 1860, les éditeurs de cartes et d’atlas sont capables de reporter gravures et photos sur la pierre lithographique28, mais il leur arrive souvent de payer un dessinateur pour reproduire des bâtiments d’après nature. Les marges de 58 cartes murales sur la propriété foncière dans les Maritimes et les deux Canadas sont semées de dessins de résidences et d’immeubles publics ou commerciaux. Datant, en gros, des années 1860, ces cartes sont signées par des éditeurs américains ; parmi eux, seuls George C. Tremaine et ses neveux les imprimaient à Toronto29. Entre 1874 et le début des années 1880, la société américaine H. Belden and Company monte 42 atlas de comtés des Maritimes, du Québec et de l’Ontario. La plupart sont publiés à Toronto. Bon nombre de leurs pages présentent des images de la vie rurale, des croquis de bâtiments, des scènes d’intérieur ou des portraits de notables30.

  • 31 Annonce sur le Cultivators Guide for 1871 de J. A. Simmers dans Ontario Farmer, vol. 3, mars 1871 (...)
  • 32 La carrière de James W. Brown, fabricant de « cameos », est relatée par T. Beckman dans « The Elus (...)
  • 33 Entre autres échantillons anciens conservés dans les bibliothèques canadiennes, mentionnons un car (...)

29Le XIXe siècle a produit quantité de catalogues, mais une grande partie de ces précieuses sources d’information sur les progrès de l’industrie et du commerce a disparu. Les illustrations des catalogues postérieurs à 1860 qui ont été conservés montrent le plus souvent des machines et des outils agricoles, des poêles et des articles de fonte, des denrées alimentaires et des plants de pépinière. À cette époque, les pépiniéristes publiaient périodiquement des catalogues de leurs semis de plantes et de céréales, avec quelques illustrations à l’appui. En 1871, le Simmers Catalogue (Toronto) met en frontispice une lithographie en couleur d’une variété de tomate, la « Trophy Tomato31 ». Les petites vignettes publicitaires dont on tire des cartes professionnelles et des annonces pour les annuaires, les journaux et les périodiques deviennent, pour certains graveurs, une véritable spécialité. Dans les années 1850 et 1860 on fait, dans la même veine, des timbres gaufrés dont le motif, gravé en creux sur matrice de laiton et non sur bois, réunit texte et petits dessins de marchandises et de bâtiments à l’intérieur d’un cadre décoratif. L’impression est en relief et souvent en couleur32. Dès 1850, la chromolithographie sert à produire des cartes de visite, d’entrée, d’invitation et des annonces sans retiration33.

  • 34 Voir aussi T. Mcintosh, « W. A. Leggo and G. E. Desbarat » ; P. Desbarats, Canadian Illustrated Ne (...)
  • 35 Voir G. Samson, « LOpinion publique (1870-1883) »,
  • 36 Pictorial Times, 15 janvier 1857, p. 2.
  • 37 Canadian Pictorial, 1er octobre 1906, p. 4.

30Les périodiques ont beaucoup plus de lecteurs que les livres ; comme ils tirent et vendent davantage, leurs éditeurs sont forcément plus tentés d’incorporer des illustrations, malgré le surcoût, et d’adopter les nouveaux procédés d’impression (voir illustration 12.3), De 1862 à 1864, à Hamilton, en Ontario, Alexander Somerville se démène pour garder à flot son hebdomadaire, le Canadian Illustrated News, recrutant localement des graveurs, des dessinateurs, à l’occasion un photographe, mais la tâche s’avère au-dessus de ses forces. Le 30 octobre 1869, avec l’aide de William Augustus Leggo fils, un inventeur dont les techniques originales de reproduction photomécanique sont décrites par Bryan Dewalt au chapitre 334, George-Édouard Desbarats relance le titre à Montréal en s’inspirant de divers modèles britanniques, américains et français. L’abonnement annuel coûte 4 $, le numéro, 10 c. La première couverture est une reproduction par leggotypie d’une photo du prince Arthur signée William Notman, Desbarats engage des dizaines de dessinateurs et « d’artistes spéciaux » pour illustrer tant les récits fictifs et historiques que les reportages sur les acteurs et événements de l’actualité, les désastres et les découvertes, les guerres, les batailles et les escarmouches au pays et à l’étranger. En janvier L870, il fonde une revue de langue française, LOpinion publique, qui emprunte largement aux News pour l’illustration, mais acquiert vite ses propres rédacteurs, dessinateurs et positions politiques35. Dans les deux hebdomadaires, les illustrations sont gravées sur bois, exception faite de quelques leggotypes et similigravures. En 1887, quatre ans après la disparition des deux revues, un autre Montréalais, J. G. Armstrong, crée le Pictorial Times. « Le Canada réclame un illustré, écrit l’éditeur, et ce journal tentera de répondre à son attente » avec des images sur les événements d’actualité réalisées par « les artistes de la maison ». Armstrong, peut-être le seul homme de son temps qui ose rêver d’une publication purement canadienne de grande qualité, vise à « produire des images au contour net, imprimées sans bavure, dans une variété de styles36 ». Quelques années après, le Dominion Illustrated (1892-1895) publié à Montréal et à Toronto, vendu 1,50 dollar par année ou 15 cents le numéro, paie trois illustrateurs populaires pour produire, dans un style imité des magazines américains à grand tirage, des bandes dessinées, des vignettes, des en-têtes et des illustrations de poèmes. En 1906, les fondateurs montréalais du Canadian Pictorial promettent d’y « caser le plus d’images possible37 ». Pendant 10 ans, les guerres, les têtes couronnées, le cinéma et les beautés de la nature au Canada et ailleurs s’y déploieront en double page dans d’excellentes photos aux tons brun, bleu, rouge et gris.

12.2. The Illustrated Maple Leaf (Montréal), octobre 1853. Gravure sur bois de John Henry Walker. Avec l’aimable autorisation de BAC-LAC, Division des livres rares.

31Les rédacteurs en chef des illustrés ne sont pas peu fiers de pouvoir dépêcher un « artiste spécial » sur les lieux d’un grand événement, En 1885, l’envoyé du Canadian Pictorial and Illustrated War News, F, W. Curzon, transmet à Toronto des portraits respectueux des chefs de la rébellion du Nord-Ouest et des tableaux de batailles dont on tire des chromolithographies en planches détachées, souvent pliables, prêtes à encadrer. En 1896, le Canadian Magazine embauche l’illustrateur Arthur Heming et l’expédie avec plume et pinceaux dans plusieurs pays étrangers, Journaux et revues diffusent dans les plus brefs délais les images des catastrophes ; il arrive même qu’on en tire un livre. À Saint-Jean, George Stewart coordonne avec tant de zèle le travail des photographes locaux, des lithographes de l’atelier montréalais Burland Desbarats et de l’éditeur torontois Belford Brothers que sa chronique, The Story of the Great Fire in St. John, N.B., June 20th, 1877, paraît peu après l’incendie.

32Hors des grandes agglomérations ontariennes et québécoises, les progrès de la presse illustrée sont lents, faute d’abonnés et de ressources, mais ils ne sont pas nuls. En témoigne Our Society : A Weekly Record of Society and Sports in the Maritime Provinces, hebdomadaire publié en 1891 à Halifax, qui offrait à ses lecteurs de fort plaisants portraits. Né en 1891, le Manitohan survécut jusqu’en 1893 ; il était illustré de scènes d’inspiration locale gravées sur bois et imprimées tantôt par la Bishop Company de Winnipeg, tantôt par des graveurs de l’extérieur de la province. Beaucoup de numéros des années 1890 de 1’Acadia Athenaeum (1874-), le journal des étudiants de l’Acadia College, à Wolfville (Nouvelle-Écosse), comportent des portraits, souvent en frontispice. Le Prince Edward Island Magazine (Charlottetown, 1899-1905), revue de belle facture visuelle et typographique, émaillait ses reportages sur l’île de similigravures et de dessins au trait en vignette.

  • 38 Examples of the Works of Thomas Hooper, architect (Souvenir Portfolio), (Victoria et Vancouver, 19 (...)

33Les professions libérales réclament elles aussi de bonnes reproductions, surtout de documents graphiques. Dès 1841, l’architecte Thomas Young annonce dans le Toronto Herald (12 juillet) qu’il publiera en 12 numéros « des plans originaux de cottages, de villas et d’autres habitations adaptées au continent américain » ; aucune autre trace ne subsiste de ce projet. Plus tard, des revues spécialisées comme Canadian Architect and Builder (Toronto, 1888-1908) et Construction (Toronto, 1907-1934) incorporent des illustrations au texte, ajoutent des dessins et publient en sus de belles planches détachées. En 1910, Thomas Hooper fait connaître son cabinet d’architecte de Victoria (Colombie-Britannique) grâce à une modeste série de dessins et de photos de bâtiments reproduite sur 23 feuilles de papier couché38.

  • 39 Toronto Saturday Night, 9 janvier 1897, p. 9.

34À partir des années 1880, la couleur s’impose en couverture des revues populaires. Annoncer que celle d’un numéro à venir a été confiée à tel artiste connu en garantit la vente. En 1899, le Canadian Home Journal promet de récompenser les trois meilleures maquettes qui lui seront proposées pour sa couverture permanente. Le fusain de Farquhar McGillivray Knowles reproduit en couverture du numéro de janvier 1897 du Westminster est exposé à la galerie d’art Matthews de Toronto39. Parmi les dizaines de titres de la période 1880-1918 qui contribuent à rehausser le prestige des illustrateurs de couverture, citons Masseys Illustrated (1882-1895), Busy Mans Magazine (devenu Maclean’s, 1896-), Toronto Saturday Night (1887, qui devient Saturday Night, 1899-), Canadian Courier (1906-1907) et Everywomans World (1914-) à Toronto ; Western Home Monthly à Winnipeg (1899-) ; et Canada West (1906-1910) à London.

12.3. The Canadian Queen (Toronto), janvier 1891. Avec l’aimable autorisation de la Toronto Public Library (TRL).

  • 40 Toronto Saturday Night, 30 mars 1899, p. 7.
  • 41 P. Rutherford, A Victorian Authority, p. 52.

35En 1889, dans un article sur l’importance croissante de l’image dans les journaux, le chef du service des arts graphiques au Saturday Night rappelle aux lecteurs qui peuvent s’en souvenir l’époque où « il n’y avait pas d’images dans les quotidiens. Aujourd’hui, rares sont ceux qui ne s’en servent pas à un degré plus ou moins grand40. » Dès décembre 1856, le Globe de Toronto publie un cahier illustré sur les institutions et bâtiments publics. La presse satirique illustrée est déjà bien implantée, comme le montre Dominic Hardy au chapitre 9. Au début des années 1880, le Montreal Star insère régulièrement des illustrations dans ses pages, sachant que les gens ne se satisfont plus de lire les nouvelles du jour : « Ils aiment aussi à en voir les images41. » Et le clergé québécois tonne contre les éditeurs qui excitent l’appétit du peuple pour les récits macabres comme cette Histoire dun crime horrible (Montréal, 1899) dont six croquis anonymes présentent avec un luxe de détails salaces la victime, le lieu du meurtre et la pendaison des coupables à Sainte-Scholastique.

36Cette époque est également marquée par une spectaculaire floraison de chromolithographies d’origine canadienne dans les suppléments des journaux. Mariant les textes littéraires aux images en noir et blanc et en couleurs, ces numéros spéciaux s’adressent autant aux touristes et aux lecteurs de l’étranger qu’aux résidents de la localité. Les planches sont faites pour être détachées et encadrées. Les quelques exemplaires qui nous restent évoquent de manière saisissante l’une des périodes les plus vivantes de l’histoire du Canada, une époque où des centaines de titres à grand tirage paraissaient dans des villes comme Toronto (Grip, Globe, Daily Mail & Empire), Winnipeg (Winnipeg Sun) ou Dawson, au Yukon (Daily Klondike Nugget). Le Montreal Star exerçait une fascination toute spéciale sur ses lecteurs, qui surveillaient la parution de son numéro-souvenir du carnaval et celui de Noël. Une annonce sur le numéro spécial du Quebec Daily Telegraph pour le carnaval de Québec de 1889 promet 400 illustrations sur « beau papier couché lithographique » et une couverture en sept couleurs. Outre les scènes de carnaval, on y trouve des reproductions de monuments, de costumes, de scènes pittoresques et des portraits de vedettes politiques.

  • 42 « Canadian Christmas Cards », Rose-Belfords Canadian Monthly, vol. 7, décembre 1881, p. 657.

37Les fêtes de Noël et du Nouvel An faisaient couler moins d’encre. Leur symbole imprimé, la carte de vœux, se canadianise dans les années 1860 à l’ombre de produits américains, britanniques et allemands plus élaborés. Dès les années 1880, des éditeurs de Montréal, de Toronto et de Hamilton commandent à des artistes réputés des aquarelles qu’ils font imprimer sur place. Les sujets, typiquement canadiens, accordent une large place à l’hiver et aux sports pour plaire aux parents et amis « au pays ». Devant l’avalanche de costumes pittoresques, de toboggans, de raquettes, de crosses, de canots et de paysages enneigés, un commentateur tiendra à détromper ceux qui s’imaginent que « notre pays est [...] une contrée arctique42 ».

  • 43 Annonce dans son Illustrated Halifax (Montréal, 1891), p. 78.
  • 44 BN, décembre 1893, p. 8,

38En 1882, George Bishop, éditeur à Winnipeg et à Montréal, publie Winnipeg Illustrated, document promotionnel de 12 pages orné de gravures de bâtiments publics et commerciaux et de portraits de notables locaux. Avec le temps, ces « livres d’images » incarneront la fierté municipale d’un océan à l’autre ; quelques éditeurs s’en feront une spécialité. Libraire à Victoria, J. B. Ferguson réimprime, dans les 16 pages de son Illustrated British Columbia (1884), des lithographies de bâtiments et de vues de sa ville publiées par le périodique West Shore de Portland, en Oregon, Le Montréalais John McConniff, éditeur de Gem Souvenirs of the Principal Cities of the Dominion, annonce que ses livres sont « superbement illustrés » et même « faits pour séduire l’amateur d’éditions d’art » tout en précisant qu’il s’agit d’une production « purement canadienne »43. Toujours à l’affût des éditions locales de belle facture, la revue spécialisée Books and Notions distingue le Cape Breton Illustrated (Toronto, 1893) de John Gow, certes « un beau livre-cadeau pour les Fêtes » avec sa « cinquantaine de gravures soignées44 ». Vers 1907, John Zaccarelli, ambitieux propriétaire d’un petit magasin à Dawson City (Yukon), parvient à insérer une collection de 192 « reproductions photographiques originales » dans son Zaccarellis Pictorial Souvenir Book of the Golden Northland.

  • 45 Les difficultés qui ont marqué la préparation, la production et la distribution de Picturesque Can (...)

39Entreprise éditoriale d’une rare audace, Picturesgue Canada se classe dans une catégorie à part. Lucius O’Brien, président de la Royal Canadian Academy of Arts, en est le directeur artistique, George Monro Grant, le rédacteur. Objet d’une vive controverse dès le début, le livre sera publié par tranches entre 1882 et 1884, sous la marque d’Art Publishing Company of Toronto, et réédité en deux volumes en 1884. O’Brien devra engager des artistes américains pour le terminer45.

  • 46 BN, janvier 1887, p. 109.

40À partir des années 1880, des groupes d’artistes montréalais et torontois montent des expositions « en noir et blanc » réunissant des dessins qui ont servi à la production d’illustrations : les commandes sont certes bienvenues, mais la reproduction par similigravure, trop souvent floue, bride la créativité. Après la découverte d’un procédé mécanique peu coûteux pour reproduire les photos, le coût devient la grande préoccupation de beaucoup d’éditeurs, suscitant cette remarque désabusée de Books and Notions en 1887 ; « Les illustrations des livres sont pour partie une imposture, car elles prétendent expliciter le texte alors qu’elles n’ont pas été conçues à cette fin. Celles qui sont exécutées spécifiquement pour un livre sont l’exception, non la règle46. » À Montréal et à Toronto, des éditeurs cultivent pourtant artistes et écrivains précisément dans ce but-là.

41Quatre membres de la Society of Canadian Artists ont ouvert la voie avec des croquis saisissants pour le recueil de poèmes de John Fraser, A Tale of the Sea, and Other Poems (Montréal, 1870). Charlotte Schreiber, illustratrice chevronnée avant même de quitter l’Angleterre, leur emboîte le pas avec des illustrations d’une sentimentalité religieuse toute victorienne pour le livre de Sabine Baring-Gould, Nom the Day Is O ver (Toronto, 1881). La griffe du Montréalais Henri Julien, reconnaissable au premier coup d’œil dans ses dessins à la plume pour les journaux et les périodiques (voir illustration 9.4), apparaît dans quelques ouvrages dont Les anciens Canadiens de Philippe Aubert de Gaspé père (Montréal, 1886) et La légende dun peuple de Louis Fréchette (Montréal, 1890). À Québec, Frederick S. Cobum amorce sa carrière avec la couverture du numéro-souvenir « Carnaval 1896 » du Daily Telegraph de Québec, et la poursuit jusqu’aux années 1920 en illustrant la vie des anciens habitants dans une série de collaborations avec des poètes et des romanciers québécois. William Brymner illumine de ses croquis lithographiés un texte de Joshua Fraser, Shanty, Forest and River Life in the Backwoods of Canada (Montréal, 1883), et le Bonhomme : French-Canadian Stories and Sketches (Toronto, 1899) d’Henry Walsh. Ozias Leduc insuffle le raffinement de l’art nouveau aux vignettes et aux planches de plusieurs livres et produit 15 fusains, reproduits en couleur, pour Claude Paysan (Montréal, 1899) d’Ernest Choquette. À Toronto, J. W. Bengough fait les dessins de Etchings from a Parsonage Veranda (1895) sur commande de William Briggs, et les tableaux naïfs des débuts de la colonie peints par Edward Scrope Shrapnel enfantent les lithographies du livre de Thomas Conant, Upper Canada Sketches (1898). Plusieurs artistes sont invités à réaliser dessins et aquarelles pour les similigravures des Contes vrais de Pamphile LeMay (Montréal, 1907).

42Dans ces publications associant certains des meilleurs écrivains et artistes du pays afin de procurer au lecteur une expérience mémorable, l’illustration montre tout son potentiel primitif comme outil d’élaboration de la culture canadienne.

Les épreuves photographiques comme illustrations de livre

JOAN M. SCHWARTZ

  • 47 Il faut distinguer le livre publié avec des épreuves photographiques du livre « extrinsèquement il (...)

43Si on peut faire remonter au début des années 1840 la photographie au Canada, la capacité de reproduire contre du texte des photographies sur une page imprimée est restée un objectif inaccessible pendant la plus grande partie du XIXe siècle. Entre l’essor de la photographie sur papier au milieu des années 1850 et l’usage généralisé de la reproduction photomécanique à la fin des années 1880, les seules photographies à servir d’illustrations dans un livre étaient des épreuves originales, produites individuellement et apposées à la main sur des pages blanches ou préalablement imprimées47. Devenues partie intégrante de l’acte de lire, ces photographies proposaient des images qui étayaient ou développaient une description et permettaient aux lecteurs de conceptualiser l’information donnée et de se représenter des lieux, des peuples, des événements et des objets peu familiers.

44Les livres illustrés d’épreuves originales à l’albumen varient quant au format, au sujet traité et à l’utilité. Certains, comme Photographic Selections (Montréal, 1863) ou North American Scenery, Being Selections from C.J. Ways Studies, 1863-1864 (Montréal, 1864) de William Notman étaient imposants, somptueux et coûteux ; d’autres, comme Thos. DArcy McGee : A Sketch of His Life and Death (Montréal, 1868) de Fennings Taylor, étaient modestes, sans prétentions et bon marché. Alors que Scenes and Adventures, as a Soldier and Settler during Half a Century (Montréal, 1866) de J. W. Dunbar Moodie ne comporte qu’une photographie en page frontispice et Célébration du 200e anniversaire de la fondation du Séminaire de Québec (Québec, 1863) qu’une seule reproduction photographique d’une gravure représentant le premier évêque de Québec, François de Laval, Portraits of British Americans (Montréal, 1865-1868) de Notman et Montreal Its History, to Which Is Added Biographical Sketches, with Photographs, of Many of Its Principal Citizens (Montréal, 1875) de J. Douglas Borthwick sont tous deux abondamment illustrés. Dans Toronto in the Camera : A Series of Photographic Views of the Principal Buildings in the City of Toronto (Toronto, 1868) d’Octavius Thompson, les photographies ont été collées sur des pages blanches en regard d’un texte descriptif ; dans New Brunswick and Its Scenery : A Tourists and Anglers Guide to the Province of New Brunswick (Saint-Jean, 1874) de John R. Hamilton, on les a apposées manuellement sur des pages non foliotées sur lesquelles avaient été préalablement imprimées les légendes (voir illustration 12.4) ; dans The Canadian Cricketers Guide (Ottawa, 1876) de T. D. Phillipps et H. J. Campbell, on a collé directement les épreuves photographiques sur les pages de texte. L’assortiment de papier utilisé comme support de ces photographies variait en épaisseur et en qualité ; dans certains cas, on montait les photographies à l’intérieur d’un filet de couleur ou d’un faux encadrement pour créer l’impression d’une épreuve de grand art.

12.4. John R. Hamilton, New Brunswick and Its Scenery : A Tourists and Anglers Guide to the Province of New Brunswick (Saint-Jean, 1874). Avec l’aimable autorisation de la Thomas Fisher Rare Book Library, University of Toronto.

45Si les photographies posées à la main dans les livres devinrent partie intégrante de la culture de l’imprimé dans le troisième quart du XIXe siècle au Canada, divers développements technologiques, décrits par Brian Dewalt au chapitre 3, permirent finalement de reproduire, à peu de frais et avec fidélité, des photographies en conjonction avec le texte, Le public lecteur d’aujourd’hui est si accoutumé de voir, sur une même page, des illustrations en demi-tons, des images au trait et du texte, qu’il lui est difficile de se faire une idée du retentissement qu’eut sur les lecteurs du XIXe siècle le livre enrichi d’épreuves photographiques originales.

Romans populaires et romans à succès

CLARENCE KARR

  • 48 H. Dessaulles, Journal, p. 153.

46Au XIXe siècle, plusieurs phénomènes propres à la modernité concoururent à la production, à la mise en marché et à la consommation de masse des œuvres de fiction. Les romans sous forme de feuilleton et de livre monopolisèrent la première place dans la culture populaire de l’imprimé. L’énorme attrait du phénomène, combiné au ton fondamentalement moralisateur de nombreux écrits du genre, triompha des objections religieuses, sociales ou intellectuelles à la lecture de romans. Rédigée dans une langue et un idiome contemporains, cette nouvelle forme de fiction séduisit les lecteurs de tous âges et de toutes classes sociales par ses narrations bien ficelées, ses univers merveilleux et ses personnages inoubliables épris d’aventure. Au Québec, Henriette Dessaulles traduisait, à 15 ans, le sentiment de nombreux lecteurs en s’entichant des personnages « vrais » et « de tous les jours » de Charles Dickens. Elle se surprit à vivre et à respirer avec eux : « Je les aime, je les déteste, je partage leur vie, je pense avec eux48. » Cette fascination émotive qu’il exerce sur le lecteur est l’une des caractéristiques durables du roman populaire et à succès.

  • 49 Pour une vue d’ensemble de la période, voir C. Gerson, Purer Taste ; C. Karr, Authors and Audience (...)

47Le large rayonnement des récits de Dickens, de Uncle Toms Cabin (Boston, 1852) de Harriet Beecher Stowe, des Misérables (Paris, 1845) de Victor Hugo, du Comte de Monte-Cristo (Paris, 1845) d’Alexandre Dumas père et des Mystères de Paris (Paris, 1843) d’Eugène Sue aura favorisé l’épanouissement d’un public lecteur en région. Les Canadiens auront cependant été surtout captivés par l’atmosphère écossaise et les allusions à l’histoire récente des récits médiévaux de sir Walter Scott qui ont largement contribué à donner au roman populaire ses lettres de noblesse49.

  • 50 T. E. Tausky, Sara Jeannette Duncan, p. 53.
  • 51 Voir C. A. Johanningsmeier, Fiction and the American Literary Marketplace.

48Plusieurs lecteurs ont développé un goût pour la fiction du fait que les auteurs, francophones et anglophones, poursuivirent la tradition de publier en épisodes leurs romans dans des revues et des journaux, au pays comme à l’étranger, avant leur parution sous forme de livre. La carrière de Sara Jeannette Duncan témoigne de façon exemplaire du rôle-clé des journaux. Sa première œuvre mondaine, A Social Departure (Londres et New York, 1890), naquit sous la forme d’une succession de dépêches adressées au Star de Montréal, en 1888-1889, tandis qu’avec une compagne elle faisait le tour du monde en passant par Vancouver, Tokyo, Calcutta et Londres50. Cette parution en feuilleton fut un coup d’envoi des plus heureux qui donna à Duncan l’occasion de peaufiner le texte avant sa publication sous forme de livre, par Chatto and Windus à Londres, et par Appleton à New York. Les rapides entrées d’argent pour des textes soumis à des périodiques ont sans nul doute encouragé les efforts littéraires de Duncan. Elle recourut à la même stratégie pour ses nombreux romans subséquents qui parurent, entre autres, dans le Globe (Toronto), le Queen (Londres), le Century Magazine, Scribners et Harpers (New York). À compter des années 1890, les auteurs anglo-canadiens préférèrent les nouveaux magazines américains, illustrés et à fort tirage, qui offraient la meilleure rémunération. La parution en feuilleton dans les journaux permettait aussi aux lecteurs d’avoir toujours accès au roman populaire longtemps après sa première publication51.

  • 52 D. M. Hayne, « Angers, Marie-Louise-Félicité », OCCL. Pour des données bibliographiques additionne (...)

49De plus en plus de femmes écrivaient des romans populaires vers la fin du XIXe siècle. Nées l’une comme l’autre au début des années 1840, deux auteures prospères d’origine canadienne – May Agnes Fleming de Saint-Jean (Nouveau-Brunswick) et Laure Conan (Félicité Angers) de La Malbaie – écrivaient des romans qui étaient le reflet de leur existence et de leur société respectives. Dans un style nerveux et une langue encore facile à lire plus d’un siècle plus tard, Fleming écrivait des histoires à suspense sur des femmes affrontant l’adversité dans un monde contemporain. Une fois publiés et devenus des livres à succès, ses récits en firent l’un des premiers auteurs canadiens internationalement célèbres. En 1875, pour se rapprocher des journaux américains qui publiaient ses romans en feuilleton, Fleming quitta le Nouveau-Brunswick pour Brooklyn. Belford Brothers et John Ross Robertson de Toronto republièrent sans autorisation ses livres au Canada, à la fin des années 1870 et dans les années 1880. Conan passa la plus grande partie de son existence dans un relatif isolement à La Malbaie et subvenait à ses besoins en écrivant articles et romans. Plusieurs de ses articles parurent dans La Voix du Précieux Sang (Saint-Hyacinthe), magazine religieux qu’elle édita pour une communauté religieuse entre 1894 et 1898. De ses œuvres de fiction, Angéline de Montbrun (Québec, 1884) est la plus célébrée. Ce premier grand récit d’analyse psychologique par un écrivain canadien marie deux genres – roman épistolaire et journal intime – pour relater une histoire de passion frustrée, de solitude inquiète et d’humilité. Le roman parut d’abord en feuilleton dans La Revue canadienne (Montréal), de juin 1881 à août 1882, puis sous forme de livre publié par Léger Brousseau, à Québec, et republié en 1886, 1905 et 1919. Parmi les autres romans de Conan, À lœuvre et à lépreuve (Québec, 1891) fut l’objet d’une édition parisienne en 1893 et d’une republication à Montréal, en 1914 ; quant à Loublié (Montréal, 1900), il connut six éditions après sa parution initiale en feuilleton52.

50Les auteurs masculins au Québec établirent une tradition héroïque qui promouvait et idéalisait la vie à la campagne. Leurs romans recoupaient et nourrissaient les aspirations sociales, politiques et religieuses du Québec. L’entreprise lancée par Pierre-Joseph-Olivier Chauveau dans Charles Guérin (Montréal, 1853) fut poursuivie par Philippe Aubert de Gaspé père dans Les anciens Canadiens (Québec, 1863), objet de six republications et de deux traductions bien reçues, dont celle de Charles G, D. Roberts. Publié à Montréal en 1874, Jean Rivard d’Antoine Gérin-Lajoie parut ensuite en feuilleton dans Le Monde (Paris) en 1877. L’idéalisation de la ruralité atteignit son apogée avec Maria Chapdelaine (Paris, 1914 ; Montréal, 1916) de Louis Hémon, écrivain né en France. Traduit en 1921, particulièrement prisé par les lecteurs citadins de France, des États-Unis et du Canada anglais, ce roman devint un best-seller international.

  • 53 M. Vipond, « Best Sellers in English Canada », p. 108.

51Même s’il gagna en présence et en popularité à compter des années 1860, le roman canadien continua de se partager, avec les titres importés, la faveur du public. Entre 1899 – où paraissait une première liste canadienne de best-sellers dans l’organe professionnel Bookseller and Stationer – et 1918, des titres occupant les premières places, environ 44 % étaient américains, 36 % britanniques et 21 % canadiens53. Dressée à partir des rapports de ventes mensuels produits par les libraires des grands et petits centres d’un océan à l’autre, la liste témoigne de la suprématie du romancier américain Winston Churchill, qui y apparaît neuf fois, habituellement au premier rang, et de l’auteur britannique Marie Corelli qui y figure six fois. Corelli était populaire au Canada une décennie avant la création des listes de Bookseller and Stationer. Dans The Sorrow of Satan (Toronto, 1895) et The Master Christian (Toronto, 1900), elle pourfendait le spiritualisme et le mercantilisme avec une rare audace pour l’époque. Winston Churchill était pour sa part un romancier bien plus conventionnel dont l’ascendant populaire s’appuyait sur des descriptions fidèles et un habile sens de la narration. Pratiquant d’abord le roman historique (Richard Cavel, Toronto, 1899), il traita ensuite d’idées politiques réformistes (Coniston, Toronto, 1906) et du mouvement social d’évangélisation (The Inside of the Cup, Toronto, 1913). Bien des œuvres importées se présentaient comme des éditions canadiennes ; plus souvent qu’autrement il s’agissait néanmoins de feuilles imprimées, acheminées par l’éditeur américain, sur lesquelles on collait simplement, à Toronto, une page de titre.

52Gilbert Parker, élevé en Ontario mais écrivant en Angleterre, et Ralph Connor (révérend Charles William Gordon) de Winnipeg étaient les auteurs les plus en vue à l’époque. Entre 1899 et 1918, Parker se retrouva parmi les 10 meilleurs vendeurs à 9 reprises ; Connor en fit autant à 14 reprises, plus souvent que tout autre auteur. Tous deux réussissaient aussi sur la scène internationale. Leur stratégie de publication témoigne de la nette préférence des auteurs canadiens pour des contrats canadiens, américains et britanniques distincts, ce qui garantissait de tirer parti du lucratif marché américain.

  • 54 E. Waterston, « Gilbert Parker », p. 56-59.

53S’inspirant de The Golden Dog (Montréal, 1877) de William Kirby, Parker utilisa le Québec comme décor de son roman d’aventure et d’amour. Sa popularité s’expliquait par l’action, l’intrigue et le suspense de ses récits, mais aussi par sa veine impérialiste, aujourd’hui malséante, qui lui valut l’insigne honneur d’une intégrale chez Imperial Edition en 1912, The Seats of the Mighty (Toronto, 1896), célébration de la conquête britannique en 1759, compte parmi ses best-sellers. L’œuvre fut d’abord publiée en feuilleton dans l’Atlantic Monthly, en mars 1895 ; à la demande de Herbert Beerbohm Tree, Parker l’adapta pour la scène et, pendant la Première Guerre mondiale, on en tira un film mettant en vedette Lionel Barrymore. Ayant pour arrière-plan le Québec de l’époque, The Right of Way (Toronto, 1901) trouva 750 000 acheteurs aux États-Unis et 20 000 au Canada54. L’Égypte et l’Afrique du Sud britanniques servirent respectivement de toile de fond à The Weavers (1907) et à The Judgment House (1913), qui se hissèrent aussi au rang des meilleurs vendeurs en Grande-Bretagne et aux États-Unis.

  • 55 J. C. Adams, Seated with the Míghty, p. 141.
  • 56 UCCA, fonds Board of Publication, série 1, Contracts/Agreements de William Briggs, vers 1879-1918, (...)

54« Nous aimons croire que ces stipulations additionnelles vous seront acceptables et nous vous assurons que nous collaborerons avec vous de bon cœur pour faire connaître et valoir le livre à sa pleine mesure55. » W. G. Robertson de la Westminster Publishing Company exhortait en ces termes William Briggs à convenir d’un contrat pour la publication de The Man from Glengarry, rodomontade de pugilat, de renouveau religieux et de dévouement stoïque dans les forêts de la vallée de l’Outaouais et de l’arrière-pays. Le contrat, pour ce qui deviendrait l’un des livres canadiens les plus appréciés, fut signé par Westminster, représentant de l’auteur, et par William Briggs qui devait publier le livre à Toronto, en octobre 1901, sous le nom de Westminster. Y était stipulé que Briggs imprimerait une première édition de 5 000 exemplaires – dont les 2 5000 premiers seraient sur-le-champ reliés toile – et vendrait 1,25 $ l’exemplaire entoilé, contre 75 $ pour l’exemplaire broché. Briggs devait retourner un an plus tard à Westminster les plaques du texte et de la couverture ; le livre « marchait » si bien que, dès octobre 1902, le contrat fut renouvelé. Il le fut également l’année suivante et celle d’après. Aux États-Unis, l’ouvrage fut publié par Fleming H. Revell (1901), repris plus tard par Grossett and Dunlap, puis diffusé au Royaume-Uni et dans l’Empire britannique dans une édition achetée par Hodder and Stoughton (1901). The Man from Glengarry est encore disponible dans la collection « New Canadian Library » de McClelland and Stewart56.

55Avec Glengarry School Days (Toronto, 1902) de Connor, la popularité des best sellers touche désormais, en plus du marché des lecteurs adultes, celui du jeune public, Les œuvres les plus représentatives de cette catégorie restent sans contredit Beautiful Joe (Philadelphie, 1894) de Marshall Saunder et Anne of Green Gables (Boston, 1908) de L. M. Montgomery, succès de vente à leur époque qu’on continue de réimprimer de nos jours. La fable humaniste et didactique de Saunder sur un « chien loyal » essorillé fut le premier ouvrage canadien à dépasser le million d’exemplaires. Les deux œuvres ont été consacrées classiques du livre pour enfants, au Canada et à l’étranger.

  • 57 Ibid., carton 8, chemise 145, lettre de Nellie L. McClung à M. Walker, 25 janvier 1910.

56La tournée de conférences se fit l’auxiliaire du phénomène du best-seller. Les auteurs populaires sillonnèrent en train le continent pour donner des lectures publiques de leurs œuvres devant des auditoires enthousiastes. Le livre à succès affirma de la sorte sa capacité de franchir le terrain de l’imprimé pour mettre à profit le potentiel de l’oralité : énergie du rassemblement de personnes, performance saisissante, interactions instantanées entre conférencier et auditoire. Nellie McClung est de ces auteurs qui déployèrent à cette fin leur extraordinaire éloquence. En janvier 1910, elle adressait une lettre aux bureaux de William Briggs en vue de la publication de son nouveau livre, The Second Chance (Toronto, 1910). Les modalités des droits d’auteur progressifs que lui avait proposés Briggs (15 % sur les 10 000 premiers exemplaires vendus, 20 % pour le reste) indiquent que ce dernier escomptait des ventes d’au moins 10 000 exemplaires. Dans l’intervalle, McClung attisait par sa voix le succès fulgurant de son premier roman, Sowing Seeds in Danny (Toronto, 1908) : « Cela vous intéressera peut-être de savoir que j’ai une semaine d’engagements (du 2 au 7 février) sur la ligne Minnedosa pour des lectures de “Danny” » et du nouveau livre. Je me suis dit que vous pourriez être heureux d’apprendre que nous “faisons notre petite part” pour la publicité57. »

57Ne sont ici abordées que quelques-unes des milliers d’œuvres romanesques, populaires et à succès, proposées aux lecteurs canadiens entre 1840 et 1918. On aurait tort de compartimenter cette production romanesque en catégories de genre ou de formule imperméables. On aurait aussi tort d’étiqueter le lecteur canadien comme un conservateur dans ses goûts et un intoxiqué de lectures frivoles. Description crûment réaliste des abattoirs industriels de Chicago, The Jungle (Toronto, 1906) de l’écrivain socialiste américain Upton Sinclair figurait en troisième position sur la liste canadienne des best sellers en 1906.

  • 58 A. MacMechan, Head-waters of Canadian Literature, p. 190.

58Archibald MacMechan conclut son enquête marquante, Head-Waters of Canadian Literature (1924), par cette évaluation des répercussions générales du best-seller international : « Pour la première fois, des auteurs canadiens vendaient leurs œuvres à des centaines de milliers d’exemplaires et les chèques colossaux en droits d’auteur enflammaient l’imagination populaire58. » Le best-seller transforma la culture littéraire canadienne en une dynamique économie où les prospères auteurs romanesques tiraient non seulement d’importants revenus de leur plume, mais découvraient des lecteurs dont les exigences façonneraient l’innovation artistique dans les années à venir.

Les imprimés pour les jeunes

LESLIE MCGRATH

  • 59 L. Campbell, Sketches of Labrador Life, p. 13.
  • 60 H. Dessaulles, Journal, p. 21.

59Évoquant en 1894 les jours lointains de sa jeunesse, Lydia Campbell, fille d’une Inuite et d’un Britannique, écrivait : « Notre cher père n’avait aucun manuel pour nous faire la classe, seulement une Bible de famille et un livre de prières59. » Vingt ans plus tôt, à Saint-Hyacinthe, au Québec, une jeune bourgeoise de 14 ans, Henriette Dessaulles, confiait à son journal : « Je garde mon trésor dans ma bibliothèque : quatre volumes de Dickens, cadeau d’un cousin [...] Je me demande si je pourrai faire mes devoirs face à cette tentation60. » Au Canada comme ailleurs, le goût des enfants pour la lecture a été régi par leur milieu culturel, le revenu de leur famille, leur aptitude à lire, leur instruction et la proximité d’une école, d’une bibliothèque ou d’une librairie, autant que par leur intérêt.

60Ce qu’ils lisaient dépendait aussi des circonstances, même entre le milieu du XIXe siècle et le premier conflit mondial, époque souvent considérée comme l’âge d’or de la littérature pour la jeunesse. Les adultes avaient appris à l’école de John Locke et de Jean-Jacques Rousseau à voir dans l’enfance un âge d’innocence et dans l’enfant autre chose qu’un adulte imparfait. La littérature pour les jeunes montrait depuis lors un certain respect pour le point de vue enfantin : celle de la période qui nous occupe s’ouvre sur Alice in Wonderland (1865), pure fantaisie signée Lewis Carroll, et se clôt en terre canadienne sur les romans fleur bleue de L. M. Montgomery et de Nellie McClung. L’industrialisation engendrait par ailleurs un énorme prolétariat urbain dont les enfants, croyait-on, devaient absolument être scolarisés pour endiguer la criminalité juvénile ; on y pourvoyait en multipliant les écoles du dimanche. L’enfance s’arrêtait à la porte du marché du travail. Les fils et filles des colons y entraient tôt et avaient peu d’occasions de s’instruire ; la lecture était pour eux un privilège plus qu’un passe-temps. Au milieu du siècle, cependant, les bases d’un réseau scolaire existaient dans plusieurs provinces, et l’alphabétisation progressive de la population stimulait la demande de livres à bon prix.

  • 61 M. Caswell, Pioneer Girl, [avant-dernière lettre].

61Les jeunes autochtones recevaient des missionnaires des textes et des livres pieux dans leurs langues, parfois un abécédaire (voir illustration 12.5). Ils continuèrent à lire les signes, symboles et totems de leur culture, même quand les imprimés dans leurs langues devinrent plus courants. Les jeunes immigrants britanniques et américains emportaient parfois des livres dans leurs malles. Certains guettaient peut-être le colporteur ou le catalogue de vente par correspondance afin d’étoffer la bibliothèque familiale ou d’enrichir leur menu scolaire, mais beaucoup étaient trop pauvres pour acheter des livres ou lire autrement qu’à la lueur de la flamme. Décrivant une fête de Noël en 1887, Maryanne Caswell raconte qu’elle a « lu à la lueur de la lampe par faveur spéciale, le pétrole lampant coûtant cinq dollars le gallon à Saskatoon61 ».

12.5. Emily Carr, An Aboriginal School House, Lytton, B. C. (1910). Emplacement d’un village autochtone et d’un poste de la Compagnie de la Baie d’Hudson, Lytton se trouve au confluent du fleuve Fraser et de la rivière Thompson. Avec l’aimable autorisation du Musée McCord d’histoire canadienne, Montréal, M22155.

  • 62 J. Henson, Autobiography (1969), p. 74-75.
  • 63 D. G. Hill, Freedom Seekers, p. 151.

62Pauvres entre les pauvres, les jeunes esclaves fugitifs des années 1850 possédaient parfois une richesse déniée à leurs parents : la faculté de lire. D’autres l’ont acquise dans des classes de misère après leur arrivée au Canada. Josiah Henson, l’homme dont Harriet Beecher Stowe se serait inspirée pour écrire Uncle Toms Cabin (Boston, 1852), a raconté comment son fils de 12 ans lui avait montré à lire dans le Haut-Canada62. Les collections des écoles pour la communauté noire étaient inégales, mais presque toujours déficientes. Les établissements qui avaient une bonne bibliothèque et des enseignants capables obtenaient parfois des résultats étonnants : la Buxton Mission School d’Elgin, dans le Haut-Canada, attirait tant d’enfants blancs qu’on finit par fermer l’école publique locale63.

  • 64 Voir, par exemple, W. P. Ward, Japanese in Canada, p. 11.

63Hormis quelques livres d’instruction religieuse en allemand, les ouvrages pour enfants dans des langues autres que l’anglais et le français étaient importés. Les jeunes immigrants s’exerçaient parfois à lire dans la langue ancestrale avant ou après la classe64. Certaines colonies japonaises et chinoises finançaient ces leçons à même leurs maigres ressources. Les premières communautés amish et mennonites préféraient enseigner la lecture dans des livres religieux en allemand et retiraient assez tôt leurs enfants de l’école. Les Juifs étudiaient l’hébreu dans des écoles talmudiques ; leurs livres étaient importés.

  • 65 E. Carr, Book of Small, p. 3.
  • 66 Ibid., p. 13.

64Les Églises chrétiennes imposaient souvent des restrictions aux lectures dominicales des enfants. Emily Carr raconte : « Tous nos dimanches se passaient ainsi. Le samedi soir [...] quand poupées, jouets et livres, sauf The Peep of Day et Pilgrims Progress de Bunyan, avaient disparu au fond d’un tiroir ou d’une caisse jusqu’au lundi, les bibles et livres de prières se gonflaient d’importance65. » Des éditeurs malins sauvaient la journée. « Si éteints que nous ayons été pendant la lecture de la Bible, nous retrouvions nos esprits quand père dépliait le Sunday at Home pour ne rien perdre du bref chapitre du feuilleton [...]. At the Back of the North Wind était romanesque comme tout, mais puisque c’était dans Sunday at Home, père ne trouvait rien à redire66, »

  • 67 Journal de Margaret Marshall Saunders, citation extraite de L. McMullen, « Marshall SaundersMid- (...)

65Certains enfants préféraient une lecture ardue à tout autre passe-temps. Initiée au latin par son père à huit ans, Marshall Saunders n’avait que mépris pour la broderie : « J’aimerais mieux deux cents lignes de Virgile67. » La plupart des enfants lisaient autre chose que leurs manuels, mais rarement des romans. Le genre didactique offrait de meilleures garanties aux éditeurs anglophones et francophones des colonies, et les manuels, des rendements plus sûrs encore. La Methodist Book and Publishing House de Toronto éditait un grand nombre de périodiques pour les enfants qu’elle vendait par souscription, en bloc, aux écoles du dimanche. Deux magazines montréalais pour les jeunes, Snow Drop (1847-1853) et Maple Leaf (1852-1854), s’essayèrent à la poésie et au conte sans pour autant conjurer le spectre de la faillite. Les enfants plus âgés recevaient des magazines annuels britanniques stéréotypés, sous une couverture et un titre différents : Young England, par exemple, devenait Young Canada (Toronto, 1880 ?-191 ?). Jusqu’au tournant du siècle, les imprimeurs-éditeurs dédaignèrent les romans canadiens, trop peu rentables à leurs yeux ; presque aucun écrivain pour la jeunesse, natif ou immigré, ne réussit à se faire éditer au Canada.

66Plusieurs bons auteurs britanniques ont situé dans un cadre nord-américain découvert à l’occasion d’un voyage des romans d’aventures qui ont traversé l’Atlantique. Si Settlers in Canada (Londres, 1844) du capitaine Frederick Marryat présente la vie en Amérique du Nord comme un exil à supporter stoïquement, Robert Michael Ballantyne est plus flatteur dans Snowflakes and Sunbeams (Londres, 1856) et Ungava (Londres, 1858), deux livres basés sur ses expériences comme commis de la Compagnie de la Baie d’Hudson entre 1841 et 1847. Juliana Horatia Ewing a tiré de son séjour à Fredericton (1868-1869) décor de quelques nouvelles inspirées. James De Mille, a situé dans son Nouveau-Brunswick natal et la Nouvelle-Écosse The B.O.W.C. (Boston, 1869) et les autres romans à succès sur la vie étudiante qu’il a publiés ensuite aux États-Unis.

  • 68 C. P. Traill, Backwoods of Canada (1836), p. 153-154.

67Susanna Moodie et sa sœur Catharine Parr Traill font partie des fondateurs de la littérature canadienne pour la jeunesse. Rendue célèbre par Canadian Crusoes (Londres 1852), roman qui a inauguré le genre au Canada, Traill trouvait son nouveau pays bien dépourvu de fantômes, d’esprits, de fées, de naïades et de druides, « de légendes sur ceux qui nous ont précédés [...] de place pour l’imagination68 ». Outre sa robinsonnade, elle a écrit quelques romans didactiques, dont Lady Mary and Her Nurse (Londres, 1856) est un bon exemple. Il s’apparente au Canadian Naturalist (Londres, 1840) de Philip Henry Gosse, qui présente l’histoire naturelle du Bas-Canada par l’entremise d’un adulte omniscient faisant la leçon à un garçon curieux, et à Little Grace ; or, Scenes in Nova-Scotia (Halifax, 1846) de « Miss Grove ». Traill a également écrit une histoire naturelle de la colonie, qui a paru en feuilleton dans Snow Drop.

68Beaucoup d’auteurs qui visaient les adultes ont touché aussi les jeunes. Avec Sowing Seeds in Danny (New York, 1908), Nellie McClung a réussi à prêcher la tempérance à tous les groupes d’âges. Ralph Connor a plusieurs fois conquis les jeunes, notamment avec Glengarry School Days (Toronto, 1902). De retour de Terre-Neuve, Norman Duncan, journaliste et chroniqueur de voyage, les a séduits avec une série de romans d’aventures dont le premier volume s’intitulait The Adventures of Billy Topsail (New York, 1906).

69Les premiers romans québécois pour la jeunesse sont imprégnés d’histoire et de religion : Le tomahawk et lépée (Québec, 1877) de Joseph Étienne-Eugène Marmette ; À l’œuvre et à lépreuve (Québec, 1891), relation du martyre du jésuite Charles Garnier, par Laure Conan ; et Loublié (Montréal, 1900), roman de la même auteure sur Raphaël-Lambert Closse, l’un des fondateurs de Montréal, conserveront leur popularité jusqu’au XXe siècle. L’héritage littéraire des conteurs, si riche de légendes, se perpétue dans Le cap au diable (Québec, 1863) de Charles De Guise, les Contes populaires (Ottawa, 1867) de Paul Stevens et les Contes et légendes (Ottawa, 1915) d’Adèle B. Lacerte. Prix scolaires et cadeaux prennent souvent la forme d’un roman d’aventures comme Lenfant perdu et retrouvé, ou Pierre Cholet (Montréal, 1887) de Jean-Baptiste Proulx. Les jeunes lisent aussi les cahiers que les journaux publient à leur intention jusqu’à ce que paraisse Loiseau bleu (Montréal, 1921) à leur bénéfice exclusif.

12.6. James Boyle, Uncle Jims Canadian Nursery Rhymes (Toronto, 1908), avec des illustrations de C. W. Jefferys ; la lithographie couleur sur papier, collée sur le plat supérieur, est également reproduite sur la jaquette. Avec l’aimable autorisation de la Toronto Public Library, Osborne Collection of Early Children’s Books.

  • 69 S. Egoff et J. Saltman, New Republic of Childhood, p. 293.

70Les premiers poèmes canadiens pour les jeunes sont religieux ou didactiques, mais les livres de lecture proposent parfois des vers plus touchants, destinés aux adultes69 : des poèmes de E. Pauline Johnson (Tekahionwake) et d’Isabella Valancy Crawford, par exemple. Les poètes québécois Octave Crémazie et Louis Fréchette ont peut-être eu de jeunes adeptes, même s’ils n’écrivaient pas spécialement pour eux, contrairement à Napoléon Legendre, l’auteur d’À mes enfants (Québec, 1875). Young Canadas Nursery Rhymes (1896), version condensée et adaptée de Young Englands Nursery Rhymes (1887) de Constance Haslewood, est un charmant livret de comptines, illustré dans le style de Kate Greenaway ; Uncle Jims Canadian Nursery Rhymes (Toronto, 1908) de James Boyle s’en démarque par les superbes dessins de C. W. Jefferys sur la faune et la flore indigènes (voir illustration 12.6). The Shining Ship, and Other Verse for Children (New York, 1918) d’Isabel Ecclestone Mackay est un recueil de poèmes fleur bleue pour les petits. Le théâtre pour enfants demeure confidentiel : « F. A. D. » (Frederick A, Dixon) écrit sa mascarade de Noël Little Nobody ; a Fairy Play for Fairy People (Toronto, 1875) pour les enfants du gouverneur général, Lord Dufferin. Pendant la Première Guerre mondiale, les élèves du primaire ont droit à quelques pièces patriotiques comme The Wooing of Miss Canada (Toronto, 1917) d’Edith Lelean Groves.

  • 70 A. Lucas, « Les écrivains peintres de la nature [...] », p. 382.

71Le récit réaliste sur un thème animalier est considéré comme la première contribution canadienne originale à la littérature pour la jeunesse. Parmi les titres qui ont fait connaître le genre, citons Wild Animals I Have Known (New York, 1898) et Two Utile Savages (New York, 1903) d’Ernest Thompson Seton, ainsi que The Kindred of the Wild (Toronto, 1902) de sir Charles G. D. Roberts. Ces œuvres qui dépeignent les animaux dans leur milieu naturel n’ont rien à voir avec les historiettes fleur bleue qui traitent les bêtes comme « des pauvres méritants70 ». Au début du XXe siècle, le récit moralisant qui dominait depuis toujours la littérature canadienne pour les jeunes recule devant le roman d’aventures et l’histoire animalière. Les récits édifiants aux personnages improbables cèdent peu à peu la place aux romans naturalistes et vraisemblables.

  • 71 F. Lepage, Histoire de la littérature pour la jeunesse, p. 51.

72Pour ceux qui peuvent se permettre la dépense, les libraires font venir des États-Unis, de Grande-Bretagne et de France des toybooks (recueils carrés de chromolithographies ou d’estampes en couleur) et d’autres livres d’images. Le progrès technique a réduit le coût et amélioré la qualité de la production étrangère, mais les éditeurs canadiens n’ont pas ces moyens-là. Les jeunes Québécois feuillettent les livres illustrés bon marché de leur aînés, qui sont mieux diffusés que les ternes publications à leur intention : « On pense, par exemple, à cette édition d’Un drame au Labrador d’Eugène Dick publiée en 1897 chez Leprohon and Leprohon à Montréal, qui ne comporte pas moins de 24 illustrations d’Edmond-J. Massicotte pour 120 pages de texte71. » Les librairies et les bibliothèques paroissiales affiliées à des grossistes comme Beauchemin ont en général un petit stock de livres d’images pour les jeunes.

  • 72 Y. Lamonde, « Un aspect inconnu du débat autour de la bibliothèque publique à Montréal », p. 268.

73Avant les années 1880, les jeunes étaient souvent exclus des bibliothèques. Au tournant du siècle, la Samia Public Library, en Ontario, et quelques autres cherchent au contraire à les attirer avec des collections spécifiques et des services ciblés comme l’heure du conte. Dans le catalogue 1895 de la Montreal Free Library, 16 pages sont réservées aux titres « pour les jeunes72 ». Des bibliothèques spécialisées comme la Jewish Public Library of Montréal leur ouvrent leurs sections patrimoniales. En 1912, la Toronto Public Library crée une division jeunesse qui deviendra l’une des plus fréquentées de la bibliothèque et un modèle du genre au Canada et à l’étranger. Elle est subventionnée par la fondation Carnegie, qui oblige chaque nouvelle succursale à ouvrir une salle de lecture pour les enfants. La bibliothèque publique devient un foyer de culture, un lieu d’éveil pour les jeunes, qui récolteront leur vie durant les dividendes de cette initiation à la littérature.

74Au début du XXe siècle, les romans bon marché pour les enfants se vendent beaucoup par catalogue. Our Books (Toronto, 1911) d’Eaton propose des manuels et de la musique, mais surtout, 63 collections totalisant 989 titres : pour les garçons, les romans scouts et les aventures de Jack Harkaway, d’Horatio Alger et de Tom Swift ; pour les filles, celles de Bessie, d’Elsie Dinsmore et de Pansy ; pour tout le monde, les collections « Bed-Time Stories », « The Juvenile Library » et « Canada ». S’y ajoutent 13 périodiques annuels dont Young Canada, Blackies, Playbox et Our Darlings.

  • 73 C. Gerson, « Dragged at Anne’s Chariot Wheels ».
  • 74 E. Waterston, « Lucy Maud Montgomery, 1874-1942 ».

75Bien que leur marché naturel s’élargisse, la plupart des auteurs canadiens de littérature enfantine doivent encore se faire éditer à l’étranger au tournant du siècle. Ceux qui écrivent des romans d’aventure comme James Macdonald Oxley, auteur de récits historiques comme Fife and Drum at Louisbourg (Boston, 1899), ou encore Clive Oldnall Long Phillips-Wolley, auteur de Gold, Gold in Cariboo (Londres, 1893), trouvent preneur en Grande-Bretagne ou aux États-Unis. La première édition de Beautiful Joe (1894), populaire roman animalier de Marshall Saunders, paraît à Philadelphie. Palmer Cox, écrivain et illustrateur québécois, fait fortune à New York avec une collection de subtils récits de voyage qui démarre en 1887 avec The Brownies : Their Book. C’est L. M. Montgomery, créatrice dans Anne of Green Gables (1908) d’une des héroïnes de roman les plus aimées de la littérature canadienne, qui corrige finalement cette anomalie73. Après une bataille de plusieurs années avec son éditeur bostonien, Page, elle parvient à se faire éditer à Toronto, chez McClelland, Goodchild and Stewart, en 191774. Heureux présage pour l’avenir de la littérature canadienne pour la jeunesse !

  • 75 Voir R. Wilmshurst, « L. M. Montgomery’s Use of Quotations and Allusions in the “Anne” Books », et (...)

76Quand s’achève la Première Guerre mondiale, des enfants d’ici et d’ailleurs, élevés dans la culture orale du conte et de la chanson, ont pris la plume et la relève : leurs livres reflètent tout autant cet héritage que leurs premières lectures75, La littérature canadienne pour les jeunes se met au diapason du siècle naissant. Cyrus McMillan décrit ses Canadian Wonder Taies (Londres, Toronto, New York, 1918) comme une collection de contes, de légendes et de récits fantastiques qui veut révéler aux enfants le mystère oublié d’une contrée vouée au progrès. Legends of Vancouver (Vancouver, 1911) de E. Pauline Johnson transmet le même message. McMillan et Johnson ne sont pas les chantres du passé, pourtant, mais les hérauts d’une littérature nationale qui garnira un jour les bibliothèques enfantines du monde entier.

Les livres de cuisine

ELIZABETH DRIVER

  • 76 M. F. Williamson fournit des sources de documentation sur les pratiques culinaires avant 1840 dans (...)

77Mets quotidiens et plats de fête font partie intégrante de l’identité culturelle. Leurs recettes circulent par toutes sortes de canaux, mais en Occident, les livres de cuisine imprimés comptent depuis longtemps parmi leurs principaux moyens de diffusion. Signés ou non, la plupart n’ont pas grand-chose d’original ; ce sont des recueils de plats familiers dont la préparation a évolué au gré des perpétuels échanges et adaptations qui animent toute société. Chacun d’eux cristallise les coutumes d’une collectivité, est tout ensemble résumé d’une évolution séculaire, distillat de pratiques culinaires courantes et (puisqu’il peut être consulté des décennies après sa parution) guide pour l’avenir. La période durant laquelle les habitants des Canadas commencent à écrire et à publier leurs propres livres de cuisine marque donc un tournant important. Grâce aux textes « maison » dans lesquels ils expriment, structurent et fixent leurs traditions culinaires, ils ne dépendront plus ni des ouvrages importés de Grande-Bretagne, des États-Unis et de France, ni des recettes publiées dans les magazines, les journaux et les almanachs76. Tant en anglais qu’en français, les premiers livres de cuisine canadiens paraissent dans l’année ouvrant la période dont traite ce volume : 1840.

  • 77 La cuisinière canadienne et les autres titres mentionnés dans l’article sont décrits dans E. Drive (...)
  • 78 La cuisinière canadienne a fait l’objet de 12 éditions entre 1840 et le milieu des années 1920 ; D (...)

78Le premier recueil canadien-français, La cuisinière canadienne, émane d’un milieu montréalais bien particulier : des citoyens soucieux de défendre leur culture et de faire pièce à la domination économique de l’élite coloniale britannique et aux promoteurs du développement des institutions charitables catholiques. L’imprimeur, Louis Perrault, est lié au Parti patriote ; certaines recettes rattachent l’initiative aux proches d’Émilie Gamelin, qui fondera l’Asile de la Providence en 1841-1842 et a des liens de parenté avec Perrault. La cuisinière canadienne et son rejeton, Directions diverses (Montréal, 1878), de mère Émélie Caron, membre fondatrice de la congrégation de madame Gamelin, sont les premiers livres sur la cuisine élaborée au Québec depuis les débuts de la Nouvelle-France77. Leurs nombreuses rééditions suivront son évolution d’une génération à l’autre jusqu’au XXe siècle78.

79Année charnière, 1840 l’est aussi par la publication à Toronto de The Frugal Housewifes Marnal, que la page de titre attribue à « A.B., of Grimsby », canton et village du riche district agricole du Niagara, le long de la frontière entre les États-Unis et le Haut-Canada. Le livre, qui reflète bien la cuisine anglo-américaine de l’époque, est médiocrement diffusé. Contrairement à La cuisinière canadienne, il n’aura pas d’influence durable.

  • 79 Les premiers livres destinés à la collecte de fonds ont paru aux États-Unis pendant la guerre civi (...)

80De 1840 à 1918, le genre culinaire proprement canadien prend forme peu à peu, malgré les nombreuses réimpressions locales d’ouvrages américains et, plus rarement, britanniques au XIXe siècle et au-delà. Les auteures commencent à s’identifier : d’abord, Catharine Parr Traill, qui relève les différences entre les cuisines haut-canadienne et britannique dans The Female Emigrants Guide (Toronto, 1854-1855) ; puis Constance Hatton Hart (Household Recipes, Montréal, 1865), première compilatrice culinaire juive du pays ; mère Caron, dont nous avons parlé plus haut ; Anne Clarke de Toronto (Mrs Clarkes Cookery Book, 1883) ; Dora Fairfield de Bath, en Ontario (Doras Cook Book, 1888) ; madame James McDonald d’Orangeville, en Ontario (The Cooks True Friend, 1889) ; Sarah Allen et Amy G. Richards de Montréal (The Common Sense Recipe Book et Cookery, 1895) ; et quelques autres avant 1918. En 1877, le Ladies’Committee du nouvel Hospital for Sick Children de Toronto édite The Home Cook Book, premier livre de cuisine canadien destiné à la collecte de fonds79. Parmi les événements marquants des années 1880, on note l’apparition de livres de recettes incitant à utiliser un produit de commerce – la levure chimique, par exemple, dans Cooks Friend Cook Book (Toronto, 1881) et The Princess Baker (Sorel, s.d.) – et la parution des premiers manuels d’art culinaire : en français, cet honneur revient à Directions diverses de mère Caron, en anglais, à Domestic Economy and Plain Sewing and Knitting, d’Alice Clark (Saint-Jean, 1889). Les autorités fédérales et provinciales publient leurs premiers textes culinaires peu après 1900.

  • 80 En 1885, on dénombrait plus de 100 000 exemplaires vendus ; or, le Canada comptait seulement 4,5 m (...)

81Les annonces insérées dans ces livres de recettes publicitaires nourrissent la croissance économique ; les manuels contribuent à instruire les filles et à parfaire la formation professionnelle des femmes ; les publications gouvernementales servent les intérêts de l’industrie alimentaire ou informent le public, Pour les femmes anglophones, cependant, le livre de cuisine est d’abord un outil de collecte de fonds. Édité par une association féminine d’après les recettes de ses membres, ce genre de recueil est normalement vendu au profit d’une cause collective. The Home Cook Book, resté en forte demande pendant plus de 50 ans80, est le prototype du livre de cuisine « associatif ». Il inaugure un vaste mouvement, indépendant des maisons d’édition, qui exprime la volonté des Canadiennes, où qu’elles vivent, de participer au développement de la société civile. Dans chaque ville, petite ou grande, mais surtout dans les nouveaux établissements d’un Ouest en pleine expansion, des femmes publient des livres de cuisine pour financer la construction d’une église ou d’un hôpital ; pour appuyer des œuvres philanthropiques comme les Women’s Institutes (1897), des mouvements patriotiques comme l’Imperial Order of Daughters of the Empire (1901) ou des organisations agricoles ; pour promouvoir le tourisme, exhorter à la tempérance, inciter à ménager les denrées alimentaires pendant la Première Guerre ; parfois même, très explicitement, pour se faire des relations.

12.7. Cobalt Souvenir and Cook Book des Dames de l’Église presbytérienne (Cobalt, Ontario, 1908-1909). Avec l’aimable autorisation de l’Una Abrahamson Canadian Cookery Collection, Archivai and Special Collections, University of Guelph.

  • 81 Les titres des provinces de l’Ouest figurent dans E. Driver, Culinary Landmarks.
  • 82 La première fut Clever Cooking for Careful Cooks, écrit par les Ladies of the Church of St, John t (...)
  • 83 Voir L. Marks, Revival and Roller Rinks, p. 70-71 et p. 277, note 72 ; ainsi que B. P. Clarke, Pie (...)

82En 1900, la coutume est bien ancrée dans les Maritimes, au Québec et en Ontario ; elle est à l’origine des premiers livres de cuisine publiés dans chacune des provinces de l’Ouest, entre 1896 et 1907 ou à peu près81. Quoique beaucoup de livres en anglais aient été produits pour recueillir des fonds au Québec à partir de 188882, on ne leur connaît aucun équivalent en français. Les associations féminines catholiques cherchaient d’abord à encourager la dévotion et n’étaient pas aussi outillées que les protestantes pour la collecte de fonds83. Le même phénomène s’observe au Canada anglais, où peu de livres de cuisine ont été édités par des anglo-catholiques.

  • 84 Plus du tiers en Ontario ; la moitié environ à plus des trois quarts dans les autres provinces, ex (...)

83Source fiable de recettes favorites et moyen facile d’encourager l’initiative locale, le livre de cuisine associatif fera sans cesse plus d’adeptes parmi les Anglo-Canadiennes après 1918, au point qu’en 1950, il rendra compte d’une proportion importante84 des ouvrages culinaires publiés dans chaque province (voir illustration 12.7).

ÉTUDE DE CAS. Le commerce du livre par commande postale

– John Willis

  • 85 Pour une histoire des catalogues de vente par correspondance, voir l’exposition virtuelle de J. Wi (...)

84Le catalogue de vente par correspondance est une publication qui propose des marchandises. On le distribue gratuitement en escomptant des profits sur les ventes supérieurs aux coûts de production et de diffusion. À l’exception de la presse écrite, aucune autre forme d’imprimé utilitaire n’a autant fait appel aux aspirations des Canadiens85.

  • 86 J. L, Santink, Timothy Eaton and the Rise of His Department Store, p. 226.
  • 87 Extrait du catalogue de 1887, cité dans ibid., p. 127.
  • 88 J. W. Ferry, History of the Department Store, p. 324.

85Des magasins comme au Bon Marché, à Paris, et Montgomery Ward, à Chicago, ont introduit le concept du catalogue de vente par correspondance dans les années 1870. La vente par correspondance s’est développée au Canada pendant la décennie suivante, alors que les chemins de fer posaient les fondements d’un marché intégré d’un océan à l’autre. Timothy Eaton, qui avait ouvert un magasin de tissus et d’articles de mercerie à Toronto en 1869, distribuait en 1884 son premier catalogue de vente par correspondance, une brochure de 32 pages. À compter de 1893, Eaton faisait paraître chaque année deux importants catalogues et, dès 1904, en imprimait annuellement 1 300 000 exemplaires86. Presque un siècle durant parurent sur une base régulière ses catalogues « destinés à se retrouver partout où pousse la feuille d’érable, d’un bout à l’autre du vaste Dominion87 ». D’autres grands magasins, comme Simpson qui publia à Toronto des catalogues à partir de 1894, lui emboîtèrent rapidement le pas. Chez Eaton, le service de recherche avait pour mission de comparer les prix et les catalogues de la maison avec ceux de sa concurrente, Simpson. De plus petits détaillants s’engagèrent aussi dans la vente par correspondance : Légaré et Paquet à Montréal et à Québec, Cairns à Saskatoon, Goodwin et Morgan à Montréal. Woodward, de Vancouver, publia son premier catalogue en 1896. Dupuis Frères de Montréal, qui ciblait de façon persuasive la clientèle canadienne-française, imprimait annuellement 20 000 catalogues dès 192188.

86Vers la fin de la Première Guerre mondiale, les deux plus grosses entreprises se dotèrent d’une infrastructure nationale de distribution : Simpson à Toronto, Regina et Halifax ; Eaton à Toronto, Winnipeg et Moncton. Toutes deux furent ainsi en position de profiter du vif essor des dépenses de consommation dans les années 1920. Le succès de la vente par correspondance reposa sur un circuit de distribution de masse qui livrait catalogues et biens d’un océan à l’autre. On acheminait les colis aux consommateurs par la poste qui veillait à leur livraison, dans les délais prescrits, pour Noël, Pâques et la rentrée des classes.

87Les premiers catalogues regorgeaient de textes et d’illustrations en vrac, mais la présentation se raffina grâce à des équipes d’illustrateurs et de graphistes dont certains se spécialisaient dans la représentation de têtes et de membres du corps humain. La couverture proposait un message visuel accrocheur. Eaton marquait une préférence pour les perspectives léchées de ses sièges sociaux torontois ou winnipegois auxquelles servaient de compléments des représentations emblématiques de la nation. Les femmes étaient bien en vue sur les couvertures de catalogues de vente par correspondance, car on tenait pour établi qu’elles prenaient les décisions vitales en matière d’achats pour toute la famille. On laissait aux hommes et aux enfants le soin de disposer des catalogues comme ils le jugeaient à propos : en découpures dans des albums, en poupées de papier, en jambières sur la patinoire, ou autrement dans les lieux d’aisance. De plus d’une manière, les catalogues faisaient partie de la vie et de l’histoire au quotidien.

Notes

1 M. Tremaine, p. 57.

2 L’histoire des almanachs avant 1840 est racontée par A. Dondertman et J. Donnelly dans « Les almanachs », Histoire du livre et de limprimé au Canada, vol. 1, p. 287-291.

3 Ces chiffres sont le fruit d’une estimation prudente, basée sur le nombre de titres connus pour cette année. Entre autres sources consultées, citons la collection de microfiches de l’ICMH, les catalogues des principales bibliothèques canadiennes, des bibliographies régionales et la documentation personnelle d’Anne Dondertman, de Patricia Lockhart Fleming et de Judy Donnelly.

4 Ces intervalles de publication sont basés sur les exemplaires conservés ou attestés par une annonce. Ils sont nécessairement approximatifs.

5 La répartition géographique des 330 titres repérés s’établit comme suit : Québec, 160 ; Ontario, 126 ; Nouvelle-Écosse, 18 ; Nouveau-Brunswick, 9 ; île-du-Prince-Édouard, 5 ; Terre-Neuve, 4 ; Colombie-Britannique et Manitoba, 3 chacune ; Saskatchewan et Alberta, 1 chacune.

6 Citation extraite de F. A. Swyripa, Guide to Ukrainian Canadian Newspapers.

7 Par comparaison, Millers Canadian Farmers Almanac était tiré à 35 000 exemplaires en 1871.

8 Ces détails sur l’almanach Belcher ont été réunis par Anne Dondertman dans le cadre de : A. Dondertman et J. Donnelly, « Useful for the Time and the Place ».

9 R. Sagendorph, America and Her Almanacs, p. 254. Marion Barber Stowell affirme à juste titre que les almanachs « dégradés » du XXe siècle « ont sûrement contribué à dissuader les historiens de la littérature de ce siècle d’étudier les antécédents d’un genre qu’ils avaient peut-être découvert dans sa décadence » (M. B. Stowell, Early American Almanacs, p. vii).

10 L. Loeb, « George Fulford and Victorian Patent Medicine Men », p. 135.

11 J. H. Young, Toadstool Millionaires, p. 139.

12 Ainsi, le Rescue of Tula 1861 Almanac consacré aux produits de la société new-yorkaise B. L. Judson and Company était distribué par sa succursale de Brockville à des commerçants canadiens comme W. A. Gorden and Brother de Cayuga, en Ontario. Le nom du partenaire local figurait dans le haut de l’enveloppe. Les cycles lunaire et solaire de cet almanach valent pour Boston et New York, et tous les témoignages proviennent de citoyens américains.

13 Outre les sources ci-dessous, voir : M. Allodi, Printmaking in Canada/Les débuts de lestampe imprimée au Canada ; R. L. Tovell, Stone Age ; W. Colgate, « Book, Magazine and Newspaper Illustration » ; L. Lerner et M. F. Williamson, Art and Architecture in Canada/Art et architecture au Canada ; K. McKenzie et M. F. Williamson (dir.), Art and Pictorial Press in Canada.

14 Provincial, or Halifax Monthly Magazine, vol. 2, 1853, p. 114.

15 Anglo American, vol. 4, 1854, p. 326.

16 Agriculturist and Canadian Journal, vol. 1, 15 août 1848, p. 1.

17 Canadian Agriculturist, vol. 8, décembre 1856, p. 1.

18 Agricultural Association of Upper Canada. Transactions, vol. 3, 1859, p. 228.

19 Snow Drop, vol. 2, juillet 1851, p. 31.

20 Canadian Agriculturist, vol. 6, décembre 1854, p. 36 5; Farmers Journal and Transactions of the Board of Agriculture of Power Canada, vol. 11, janvier 1859, p. 97.

21 Anglo-American Magazine, vol. 1, 1852, p. 274.

22 Le Naturaliste canadien, vol. 1, décembre 1868, p. 4-5.

23 Y. Chevrefils, « John Henry Walker (1831-1899), artisan-graveur ».

24 Voir P. Stone, « Publishing History of W. H. Smith’s Canada : Past, Present, and Future ».

25 C. Gray, Sisters in the Wilderness, p. 293-299.

26 Annonce publiée dans le Family Herald du 30 novembre 1859.

27 J. Winearls, « Printing and Publishing of Maps in Ontario before Confederation ».

28 B. May et F. McGuire, County Atlases of Canada, p. i-ii.

29 J. Winearls, « Nineteenth Century County Land Ownership Maps of Canada ».

30 E. Phelps, « County Atlases of Ontario, 1875-1982 ».

31 Annonce sur le Cultivators Guide for 1871 de J. A. Simmers dans Ontario Farmer, vol. 3, mars 1871, p. 86.

32 La carrière de James W. Brown, fabricant de « cameos », est relatée par T. Beckman dans « The Elusive Mr. Brown ».

33 Entre autres échantillons anciens conservés dans les bibliothèques canadiennes, mentionnons un carton d’invitation au bal annuel de la Toronto Hose Company, le 22 décembre 1854, à la Toronto Reference Library.

34 Voir aussi T. Mcintosh, « W. A. Leggo and G. E. Desbarat » ; P. Desbarats, Canadian Illustrated News (1970).

35 Voir G. Samson, « LOpinion publique (1870-1883) »,

36 Pictorial Times, 15 janvier 1857, p. 2.

37 Canadian Pictorial, 1er octobre 1906, p. 4.

38 Examples of the Works of Thomas Hooper, architect (Souvenir Portfolio), (Victoria et Vancouver, 1910).

39 Toronto Saturday Night, 9 janvier 1897, p. 9.

40 Toronto Saturday Night, 30 mars 1899, p. 7.

41 P. Rutherford, A Victorian Authority, p. 52.

42 « Canadian Christmas Cards », Rose-Belfords Canadian Monthly, vol. 7, décembre 1881, p. 657.

43 Annonce dans son Illustrated Halifax (Montréal, 1891), p. 78.

44 BN, décembre 1893, p. 8,

45 Les difficultés qui ont marqué la préparation, la production et la distribution de Picturesque Canada sont relatées par D. Reid dans « Our own country Canada », p. 300-303,

46 BN, janvier 1887, p. 109.

47 Il faut distinguer le livre publié avec des épreuves photographiques du livre « extrinsèquement illustré », c’est-à-dire dans lequel – et il s’agit d’un exemplaire particulier – son propriétaire a inséré des photographies ou quelque autre élément.

48 H. Dessaulles, Journal, p. 153.

49 Pour une vue d’ensemble de la période, voir C. Gerson, Purer Taste ; C. Karr, Authors and Audiences ; C. MacMillan, L. McMullen, et E. Waterston, Silenced Sextet. Sur la popularité de sir Walter Scott au Bas-Canada, voir M. Lemire (dir.), La vie littéraire au Québec, vol. 2, p. 446-449, 474 et 486 et vol. 3, p. 400, 408 et 504.

50 T. E. Tausky, Sara Jeannette Duncan, p. 53.

51 Voir C. A. Johanningsmeier, Fiction and the American Literary Marketplace.

52 D. M. Hayne, « Angers, Marie-Louise-Félicité », OCCL. Pour des données bibliographiques additionnelles sur les éditions d’Angers et d’autres romanciers franco-canadiens, voir D. M. Hayne et M. Tirol, Bibliographie critique.

53 M. Vipond, « Best Sellers in English Canada », p. 108.

54 E. Waterston, « Gilbert Parker », p. 56-59.

55 J. C. Adams, Seated with the Míghty, p. 141.

56 UCCA, fonds Board of Publication, série 1, Contracts/Agreements de William Briggs, vers 1879-1918, carton 6, chemise 39, lettre de W. G. Robertson à Briggs, 13 juin 1901 ; contrat entre Westminster et Briggs, 18 octobre 1901.

57 Ibid., carton 8, chemise 145, lettre de Nellie L. McClung à M. Walker, 25 janvier 1910.

58 A. MacMechan, Head-waters of Canadian Literature, p. 190.

59 L. Campbell, Sketches of Labrador Life, p. 13.

60 H. Dessaulles, Journal, p. 21.

61 M. Caswell, Pioneer Girl, [avant-dernière lettre].

62 J. Henson, Autobiography (1969), p. 74-75.

63 D. G. Hill, Freedom Seekers, p. 151.

64 Voir, par exemple, W. P. Ward, Japanese in Canada, p. 11.

65 E. Carr, Book of Small, p. 3.

66 Ibid., p. 13.

67 Journal de Margaret Marshall Saunders, citation extraite de L. McMullen, « Marshall SaundersMid-Victorian Cinderella », p. 36.

68 C. P. Traill, Backwoods of Canada (1836), p. 153-154.

69 S. Egoff et J. Saltman, New Republic of Childhood, p. 293.

70 A. Lucas, « Les écrivains peintres de la nature [...] », p. 382.

71 F. Lepage, Histoire de la littérature pour la jeunesse, p. 51.

72 Y. Lamonde, « Un aspect inconnu du débat autour de la bibliothèque publique à Montréal », p. 268.

73 C. Gerson, « Dragged at Anne’s Chariot Wheels ».

74 E. Waterston, « Lucy Maud Montgomery, 1874-1942 ».

75 Voir R. Wilmshurst, « L. M. Montgomery’s Use of Quotations and Allusions in the “Anne” Books », et R. G. Moyles, « A Boy’s Own View of Canada », sur les lectures de jeunesse de Grey Owl (Archibald Stansfeld Belaney).

76 M. F. Williamson fournit des sources de documentation sur les pratiques culinaires avant 1840 dans l’article « Livres de cuisine et de ménage », Histoire du livre et de limprimé au Canada, vol. 1, p. 291-294.

77 La cuisinière canadienne et les autres titres mentionnés dans l’article sont décrits dans E. Driver, Culinary Landmarks, Les relations de parenté entre Gamelin, Perrault et les sources des recettes sont détaillées dans Driver, Q3.1. On trouve des renseignements sur Gamelin dans Michèle Jean, « Tavernier, Émilie (Gamelin) » DSC VIII.

78 La cuisinière canadienne a fait l’objet de 12 éditions entre 1840 et le milieu des années 1920 ; Directions diverses, de 8 entre 1878 et 1913.

79 Les premiers livres destinés à la collecte de fonds ont paru aux États-Unis pendant la guerre civile.

80 En 1885, on dénombrait plus de 100 000 exemplaires vendus ; or, le Canada comptait seulement 4,5 millions d’habitants. Le livre a été imprimé dans plusieurs villes ontariennes, à Saint-Jean au N.-B. en 1878, à Winnipeg vers 1901 ; la dernière édition date de 1929.

81 Les titres des provinces de l’Ouest figurent dans E. Driver, Culinary Landmarks.

82 La première fut Clever Cooking for Careful Cooks, écrit par les Ladies of the Church of St, John the Evangelist (Montréal, 1888).

83 Voir L. Marks, Revival and Roller Rinks, p. 70-71 et p. 277, note 72 ; ainsi que B. P. Clarke, Piety and Nationalism, p. 83.

84 Plus du tiers en Ontario ; la moitié environ à plus des trois quarts dans les autres provinces, exception faite du Québec ; la proportion dans chaque province figure dans E. Driver, Culinary Landmarks.

85 Pour une histoire des catalogues de vente par correspondance, voir l’exposition virtuelle de J. Willis, « Before E-commerce/Avant le cybercommerce » ; cette exposition donne accès à plus de 40 catalogues numérisés. Voir aussi C. Amyot et J. Willis, Country Post.

86 J. L, Santink, Timothy Eaton and the Rise of His Department Store, p. 226.

87 Extrait du catalogue de 1887, cité dans ibid., p. 127.

88 J. W. Ferry, History of the Department Store, p. 324.

Table des illustrations

Légende 12.1. Burdock Blood Bitiers Almanac and Key to Health de l’année 1887 (Toronto, 1886). Avec l’aimable autorisation de la Thomas Fisher Rare Book Library, University of Toronto.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/23267/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Légende 12.2. The Illustrated Maple Leaf (Montréal), octobre 1853. Gravure sur bois de John Henry Walker. Avec l’aimable autorisation de BAC-LAC, Division des livres rares.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/23267/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende 12.3. The Canadian Queen (Toronto), janvier 1891. Avec l’aimable autorisation de la Toronto Public Library (TRL).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/23267/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Légende 12.4. John R. Hamilton, New Brunswick and Its Scenery : A Tourists and Anglers Guide to the Province of New Brunswick (Saint-Jean, 1874). Avec l’aimable autorisation de la Thomas Fisher Rare Book Library, University of Toronto.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/23267/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende 12.5. Emily Carr, An Aboriginal School House, Lytton, B. C. (1910). Emplacement d’un village autochtone et d’un poste de la Compagnie de la Baie d’Hudson, Lytton se trouve au confluent du fleuve Fraser et de la rivière Thompson. Avec l’aimable autorisation du Musée McCord d’histoire canadienne, Montréal, M22155.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/23267/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende 12.6. James Boyle, Uncle Jims Canadian Nursery Rhymes (Toronto, 1908), avec des illustrations de C. W. Jefferys ; la lithographie couleur sur papier, collée sur le plat supérieur, est également reproduite sur la jaquette. Avec l’aimable autorisation de la Toronto Public Library, Osborne Collection of Early Children’s Books.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/23267/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende 12.7. Cobalt Souvenir and Cook Book des Dames de l’Église presbytérienne (Cobalt, Ontario, 1908-1909). Avec l’aimable autorisation de l’Una Abrahamson Canadian Cookery Collection, Archivai and Special Collections, University of Guelph.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/23267/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 189k

Auteurs

Responsable administrative du projet HLIC/HBiC, détient une maîtrise en bibliothéconomie de la University of Toronto. Elle a compilé avec Carl Spadoni A Bibliography of McClelland and Stewart Imprints, 1909-1985 : A Publisher’s Legacy (1994), a publié plusieurs articles sur les almanachs canadiens et collabore à DA ; A journal of the Printing Arts.

Professeur à l’Université de Saarbrücken (Allemagne), titulaire de la chaire d’Études culturelles romanes et de communication interculturelle. Il détient des doctorats en philologie romane (Bayreuth, Allemagne) et en histoire (École des hautes études en sciences sociales, Paris). Il mène des recherches sur les almanachs populaires au Canada et en Europe et sur les transferts culturels. Il est codirecteur avec Roger Chartier de l’ouvrage Colportage et lecture populaire, XVIe-XIXe siècle. Il a reçu le prix John A. Diefenbaker du Conseil des Arts du Canada en 2001.

Bibliographe reconnue du livre d’art, aujourd’hui à la retraite, est membre auxiliaire du corps professoral du Graduate Department of Art History de la York University. Auteure de livres et d’articles sur les graveurs sur bois canadiens du XIXe siècle, sur l’illustration des livres et des périodiques jusqu’à la Première Guerre mondiale et sur la bibliographie canadienne dans le domaine des beaux-arts, elle a aussi publié quantité d’articles sur l’histoire culinaire canadienne dans des revues et des bulletins internationaux.

Queen’s National Scholar et professeure agrégée d’histoire de la photographie au Department of Art de la Queen’s University. Elle a travaillé comme experte en recherche et acquisition de photographies pour les Archives nationales du Canada et a codirigé l’édition de deux numéros doubles de la revue Archivai Sciences : Picturing Place : Photography and the Geographical Imagination (2003) et Archives, Records, and Power (2002). Elle s’intéresse actuellement au rôle de la photographie dans la construction du Canada.

Clarence Karr enseigne l’histoire au Malaspina University College de Nanaimo, en Colombie-Britannique. Il s’intéresse au roman populaire, à la lecture et aux lettres d’admirateurs. Il rédige actuellement un livre sur les lectures de L. M. Montgomery.

Conservatrice de l’Osborne Collection of Early Children’s Books à la Toronto Public Library. Titulaire d’une maîtrise en bibliothéconomie de la University of Toronto, elle vient de terminer son doctorat à la Faculty of Information Studies et au Collaborative Program in Book History and Print Culture de cette université.

Elizabeth Driver dirige le programme culinaire du Montgomery’s Inn Museum à Toronto et préside l’association Culinary Historians of Ontario. Elle a établi la bibliographie complète des livres de cuisine de Grande-Bretagne pour la période 1875-1914 (1989) et fera bientôt paraître une autre bibliographie chez University of Toronto Press : Culinary Landmarks : A Bibliography ofCanadian Cookbooks, 1825-1949. Elle rédige les préfaces des fac-similés de la collection Classic Canadian Cookbooks de Whitecap Books.

Alexander J. Willis prépare un doctorat sur la littérature britannique de l’époque romantique à la University of Toronto ; il étudie actuellement les récits d’exploration des XVIIIe et XIXe siècles.

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr