Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du livre et de l’imprimé au Canada, Volume II

 | 
Yvan Lamonde
, 
Patricia Fleming
, 
Fiona A. Black

Sixième partie : L'imprimé dans la vie quotidienne

Chapitre 11. L’imprimé religieux

Stuart Clarkson, Daniel O’Leary, Louis Rousseau, Pierre Hébert, Janet B. Friskney, Hildi Froese Tiessen et Richard Menkis

Texte intégral

Livres et périodiques pour une communauté en plein développement

STUART CLARKSON ET DANIEL O’LEARY

  • 1 E. A. Bilbrough, cité dans C. M. S. Lowe, Gods Answers, p. 39.
  • 2 J. W. Grant, Profusion of Spires, p. 153 et 171.

1Les livres religieux que distribuait la missionnaire Annie MacPherson dans la campagne ontarienne jouissaient d’une telle popularité que Charlie, le cheval de la mission, paraissait « instinctivement s’arrêter lorsqu’il croisait un piéton pour que puisse être extrait de [ses] sacoches bien remplies quelque tract ou livre » qu’on « s’arrachait et lisait avec frénésie1 ». Les imprimés religieux, distribués gratuitement ou vendus, aidaient à entretenir les idées de communauté aussi bien en régions rurales que dans les centres urbains2.

  • 3 Exception faite d’une augmentation de 1 % du nombre des anglicans, ces données indiquent une baiss (...)
  • 4 Canada, 3’Recensement du Canada, 1880-1881, vol. 4, p. 2-3, 6-7. L’information tirée du recensemen (...)
  • 5 Canada, 5e Recensement du Canada, 1891, vol. 2, tableau I.

2Les confessions chrétiennes restèrent prépondérantes pendant toute cette période. Catholiques romains (39 %), presbytériens et méthodistes (15 % dans chaque cas) de même qu’anglicans (14 %) continuaient de représenter au pays la majorité des pratiquants en 19113. Des 4 324 810 Canadiens dénombrés dans le recensement de 1881, tous sauf 86 769 déclaraient appartenir à une religion organisée ; et, de ces derniers, seuls 2 634 se disaient ouvertement « non croyants4 ». Dès 1911, 1289 répondants au recensement se définissaient comme shintoïstes et 1758 comme sikhs ou hindous ; ces groupes religieux figuraient pour la première fois dans un recensement canadien5. Le climat national était pour le moins hostile aux religions non chrétiennes, en dépit de plaidoyers comme An Appeal for Fair Play for the Sikhs in Canada (Victoria, 1913) d’Isabella Ross Broad.

  • 6 B. B. Peel, « Rossville Mission Press », p. 35 ; A. N. Thompson, « Smithurst, John », DBCIX.
  • 7 B. B. Peel, « Rossville Mission Press », p. 41 ; J. M. Banks, « Church Missionary Society and the (...)
  • 8 W. Duncan, British Columbia Mission, p. 112 ; sur Duncan, voir aussi J. Friesen, « Duncan, William (...)

3On méconnut longtemps la spiritualité raffinée des Premières Nations et l’imprimé religieux des débuts continua donc de propager le christianisme chez les Amérindiens et les marchands de fourrures. On fonda des presses missionnaires à Rossville (1840, méthodistes wesleyennes) et Moose Factory (vers 1853, anglicanes) dans la Terre de Rupert, à Metlakatla (1862, anglicanes) en Colombie-Britannique et ailleurs. John Smithurst reconnut à la Rossville Mission Press le mérite de lui avoir épargné une année d’attente en imprimant un petit livre pour son œuvre d’évangélisation à Indian Settlement, sur la Rivière Rouge, sans quoi il aurait dû l’envoyer en Angleterre6. Les presses missionnaires étaient, bien entendu, dans l’incapacité de répondre à la demande7 : « Je ne désire, pour les adultes, rien tant qu’un livre dans leur langue, écrivait William Duncan à Metlakatla en 1866. J’y travaille et j’espère qu’il sera bientôt prêt pour l’impression. Nous nous efforcerons de le mettre nous-mêmes sous presse8. »

  • 9 J. M. Banks, « Rossville Mission Press », p. 39.
  • 10 B. B. Peel, « Church Missionary Society and the Rossville Mission Press », p. 33, 37 et 41-42 ; K. (...)
  • 11 Pour la période antérieure à 1840, voir J. M. Banks, « “Pas seulement des auditeurs” : les imprimé (...)

4La presse de Rossville alimentait plusieurs communautés et apôtres missionnaires, tant anglicans que méthodistes wesleyens. Jadis imprimeur wesleyen à Rossville, mais par la suite ministre anglican à York Factory, William Mason se trouvait si loin de Moose Factory, où la Church Missionary Society maintenait sa propre presse, qu’il comptait aussi souvent sur Rossville pour s’approvisionner en textes9. Si des wesleyens britanniques imprimaient et traduisaient pour la presse de Rossville, la communauté missionnaire comptait plusieurs Cris bilingues, parmi lesquels John Sinclair (Sowengisik) et Henry Bird Steinhauer dont les traductions et les conseils étaient utiles aux missionnaires10. Bibles, tracts religieux, recueils d’hymnes et livres édifiants en langues indigènes furent cruciaux pour la presse missionnaire, comme l’expose Cornelius J. Jaenen au chapitre 211. On traduisit aussi des textes liturgiques, dont Selections from the Gospels in the Dialect of the Inuit of Little Whale River (Moose Factory, 1856) et The Gospel According to St. John in Syllabic Cree (Rossville, 1857).

  • 12 Micmac Missionary Society, Report of the Committee on the Micmac Mission, p. 7 ; J. Fingard, « Ran (...)
  • 13 W. Duncan, British Columbia Mission, p. 84.

5L’imprimé, spécialement l’usage qu’on en faisait dans les missions de conversion, suscita des réactions diverses dans les Premières Nations. Le 8 juillet 1850, Silas Tertius Rand relatait ainsi, depuis Lower Granville en Nouvelle-Écosse, sa conversation avec un chef micmac : « “N’aimeriez-vous pas apprendre à lire et avoir des livres... ?” [“]Oh, certainement, certainement, dit-il, nous nous en glorifierions.”12 » À Metlakatla, en Colombie-Britannique, Lappigh Kumlee se convertit vers 1862 au christianisme lorsque, « à la vue d’un prosélyte lisant un livre, il se sentit honteux de ne rien savoir et il résolut de s’instruire13 ». Conscients de l’empire qu’exerçait la lecture, les missionnaires s’en servaient comme d’un outil dans la démarche de conversion.

  • 14 J. G. Bourinot, Intellectual Development of the Canadian People, p. 82.
  • 15 Ibid., p. 81 ; C. Burr, « Business Development of the Methodist Book and Publishing House », table (...)
  • 16 « Our Publishing House », p. 564 ; G. S. French, « Withrow, William Henry », DBC XIII ; pour un ex (...)
  • 17 « Our Publishing House », p. 564.
  • 18 « 1886. Our Sunday School Periodicals. 1886 », quatre pages insérées dans la réimpression par Will (...)
  • 19 R. Butchart, Disciples of Christ in Canada since 1830, p. 231.
  • 20 Canadian Newspaper Directory, 1892, p. 241-242.
  • 21 R. Butchart, Disciples of Christ in Canada since 1830, p. 235-236.

6L’édition consentit pour sa part de plus grands efforts pour soutenir les congrégations existantes. Parce que plusieurs confessions publiaient des revues, les titres religieux monopolisaient une part importante du marché des périodiques canadiens, comme le précisent Merrill Distad et Denis Saint-Jacques au chapitre g14. Le tirage du catholique Canadian Messenger of the Sacred Heart (1891-), publié à Montréal en éditions française et anglaise, atteignait les 80 200 exemplaires en 1918. Les méthodistes, avec leur durable Christian Guardian (Toronto, 1829-1925) et un large éventail de périodiques pour les écoles du dimanche, étaient bons meneurs parmi les autres confessions dans le champ de l’imprimé religieux15. Dès 1880, l’éditeur William Henry Withrow pouvait affirmer que la Methodist Book and Publishing House (MBPH) était la plus grande entreprise d’édition du Dominion16, et ce, grâce surtout à l’immense popularité de ses périodiques. Dans Tannée se terminant en mars 1880, sous la gouverne de William Briggs comme intendant du livre, la MBPH imprima 100 000 livres et produisit 11 millions de pages de périodiques pour les écoles du dimanche et le Canadian Methodist Magazine (1875-1888), sans oublier 4 millions de pages pour le Christian Guardian – soit 50 000 pages de périodiques « pour chaque journée de travail de Tannée », à raison de 5 000 pages à l’heure17. En 1886, parmi ses périodiques pour les écoles du dimanche figuraient le Happg Dags, le Sunheam, le Sunday-School Banner, le Five Cents a Month, le Berean Quarterly, le Berean Leaf, le Pleasant Hours, le Home and School, le Quarterly Review Service et le Graded Lessons18. Les groupes religieux plus petits et leurs éditeurs ne pouvaient rivaliser avec elle à cette échelle. Néanmoins, la nécessité d’encadrer leurs fidèles et d’élargir leurs rangs stimulait les confessions moins nombreuses à lancer journaux et revues « comme si leur survie et leur succès en dépendaient19 ». Les groupes religieux plus petits, particulièrement ceux qui s’écartaient de l’orthodoxie, comptaient fortement sur l’imprimé pour diffuser leur message. La (swedenborgienne) New Jerusalem Church, qui comptait 439 adhérents en 1881, entreprit la publication de New Church Tidings (Toronto) en 188920. Un journal des Disciples of Christ connut trois avatars : d’abord connu sous le titre de Ontario Evangelist (Guelph, 1886-1890), il devint le Canadian Evangelist (Toronto, 1890-1895), puis le Disciple of Christ & Canadian Evangelist (Hamilton, 1895-1896) avant de cesser définitivement toute publication. Son éditeur, George Munro, qui en défrayait lui-même les coûts de production tout en s’acquittant de ses tâches pastorales, ne put essuyer finalement plus longtemps les pertes annuelles21. Les coûts d’impression et de publication s’avérèrent trop élevés pour plusieurs confessions et groupes peu nombreux.

  • 22 Canadian Newspaper Directory, 1911, supplément publicitaire, p. 65.
  • 23 Ibid., p. 130.
  • 24 CPP, février 1906, p. 27.

7Vu les congrégations plus considérables et, de ce fait, plus riches dans l’ensemble auxquelles ils s’adressaient, les périodiques religieux des confessions plus importantes jouissaient effectivement du parrainage de multiples entreprises. Si l’on en croit le Christian Guardian, « les annonceurs préfèrent les publications religieuses parce qu’elles leur ouvrent la porte des meilleures familles22 ». Le Presbyterian (Toronto, 1884-1916) soutenait pour sa part que « les souscripteurs choisissent un journal religieux parce qu’on peut sans risque l’apporter aux siens, à la maison » et que ses annonceurs sont moins susceptibles d’escroquer le lecteur23. À la réunion annuelle de la Canadian Press Association en 1906, le révérend Douglas Fraser, éditeur de quatre publications religieuses, dont le Teachers Monthly de Toronto (1895- ?), affirmait avoir pour principe de « refus[er] toute forme de réclame pour des médicaments, ce qui réduisait conséquemment un tant soit peu les possibilités24 ». Dans la presse périodique religieuse, les intérêts des lecteurs, éditeurs et annonceurs, étaient donc intimement liés.

  • 25 « Books Published by William Briggs », (Toronto, 1884), p. 7. Catalogue inséré dans plusieurs publ (...)
  • 26 W. J. Armitage, Story of the Canadian Revision of the Prayer Book, p. 94-95.

8En plus des périodiques, les presses chrétiennes et généralistes continuaient de publier des classiques religieux de la première heure, principalement des bibles, des livres de prière et des hymnaires, Ainsi, Lovell and Gibson publiait un Book of Psalms à Toronto en 1851. Plus que tout autre éditeur généraliste, la MBPH était à même d’exécuter de considérables tirages, comme celui de la révision de l’édition courante du Nouveau Testament. À une occasion, nantie de droits d’auteur exclusifs et d’un marché assuré, la maison composa les 220 pages de Companion to the Revised New Testament (Toronto, 1881) d’Alexander Roberts, dont elle corrigea les trois séries d’épreuves et qu’elle relia en 42 heures. Ce livre, relié toile, était vendu 65 cents25. Même si on les imprimait de plus en plus au Canada, les bibles étaient naturellement encore souvent importées, comme le montre Janet Friskney dans le présent chapitre. En 1915, la publication d’une version revue, pour le Canada, du rituel de l’Église d’Angleterre échut à la Cambridge University Press, maison d’édition britannique26. Certains groupes firent imprimer des éditions spéciales de la Bible pour répondre à leurs besoins spécifiques : The Gospel of Matthew in Broad Scotch (Toronto, 1898) et Large-type Edition of the Revised New Testament (Toronto, vers 1881) se retrouvèrent de cette manière sur les rayons.

9D’autres formes de publications religieuses relativement courantes – conférences, lettres, sermons et eulogies, par exemple – se perpétuèrent jusqu’à la Première Guerre mondiale. Journaux intimes et relations des chefs d’églises locales étaient également populaires. Certains de ces textes tinrent lieu d’histoire de quelques confessions ; tel fut le cas de Past and Present, or a Description of Persons and Events Connected with Canadian Methodism for the Last Forty Years (Toronto, 1860) de John Carroll, Dans les années 1850, le comité éditorial de l’Église presbytérienne du Canada, de concert avec l’Église d’Écosse, diffusa des travaux historiques comme The Dawn of the Reformation in Europe (1856) et Ruins of Sacred and Historic Lands (1875), tous deux imprimés par Thomas Nelson and Sons et portant sa marque de commerce d’Édimbourg, pour la vente et la distribution au pays. L’hostilité ouverte entre confessions s’exprimait parfois dans des imprimés : Religions Controversy between Rev. Father Molphy, Roman Catholic, and Rev. Robert Scobie, Presyterian Minister (Strathroy, Ontario, 1877) en est un exemple local.

  • 27 C. Millar, « de Sola, Alexander Abraham », DBC XI ; K. L. Wyman, Abraham de Sola and his Intellect (...)
  • 28 M. Gauvreau, Evangelical Century, p. 79, 126 et 287.

10Dès les années 1860, les camps méthodiste et presbytérien d’Amérique du Nord britannique étaient secoués par une révolution théologique sans rapport toutefois avec la controverse darwinienne qui perturbait alors leurs congrégations américaines. Comme le suggère le titre A Treatise on Geology ; in which the Discoveries of that Science are Reconciled with the Scriptures, and the Ancient Revolutions of the Earth Shown to be Sources of Benefit to Man (Pictou, 1845) du révérend Thomas Trotter, les nouvelles théories scientifiques furent intégrées à la pensée religieuse dans un esprit de médiation et de réconciliation plutôt que rejetées par antagonisme ou réaction de refus acrimonieux, Dans la communauté juive, le révérend Abraham de Sola, dont Richard Menkis décrit plus loin dans ce chapitre l’entreprise d’édition, opta pour une solution semblable27. En Amérique du Nord britannique, les nouvelles théories’d’herméneutique biblique avancées par les exégètes allemands furent plus problématiques ; adoptant à leur propos une attitude baconienne, les Églises protestantes canadiennes optèrent pour une « théologie historique28 ». En réponse à ceux qui mettaient en doute l’exactitude historique de la Bible parurent des textes comme The Fidelity of the Bible ! : Seing a Review of Colenso’s Writings against the Pentateuch and Book of Joshua (ingersoll, Ontario, 1864) de John Straith. Dès le début du XXe siècle, les publications religieuses savantes étaient toutefois de plus en plus coupées de leurs congrégations. Comme l’a indiqué l’historien Michael Gauvreau :

  • 29 Ibid., p. 249.

Pendant les années 1880 et 1890, la presse confessionnelle a joué un rôle vital dans l’initiation de ses lecteurs à des discussions savantes sur l’inspiration, l’autorité et l’exégèse biblique ; dès 1910, des professeurs membres du clergé écrivaient cependant de plus en plus pour un public averti qui lisait soit des revues théologiques britanniques soit des publications universitaires comme Queen’s Quarterly29.

  • 30 H. Murray, Corne, Bright Improvement!
  • 31 M. B. Hixson, Missions in the Sunday School, p. 181-189.
  • 32 B. Profit, « “Making of a Nation” », p. 130.
  • 33 L. McAlister, Clipped Wings, p. 3.
  • 34 J. W. Grant, Profusion of Spires, p. 170.

11Simultanément au développement du mouvement social d’évangélisation, de nouvelles formes plus populaires de publications religieuses faisaient leur apparition : par exemple, des introductions à la vie chrétienne, qui traitaient de thèmes familiers au mouvement victorien du perfectionnement personnel, et auxquelles servirent d’exemples les écrits des auteurs britanniques Samuel Smiles, Thomas Dick et George Lillie Craik. À Toronto, William Briggs publiait la collection « Better Life » du docteur Maclean, à 50 cents le volume, qui comptait entre autres titres The Making of a Christian (1900) et Better Lives for Common People (1901), Les éditeurs religieux proposaient un autre type d’écrits littéraires aux institutions scolaires et aux sociétés littéraires qui se développaient rapidement à la fin du XIXe siècle, époque où proliféraient romans à sensation et romans américains à quatre sous30. Des auteurs internationalement reconnus, émules de Ralph Connor (le pasteur presbytérien Charles W. Gordon), contribuèrent grandement à l’éclosion de l’identité nationale, à l’étranger31 aussi bien qu’au Canada, par des « récits fondateurs de la nation qui insistaient sur la nécessité d’un christianisme socialement engagé et d’une réforme sociale32 ». En harmonie avec l’affirmation du nationalisme canadien, l’édition religieuse laïque mettait toujours davantage l’accent sur l’expérience religieuse personnelle encore profondément enracinée dans plusieurs confessions protestantes. Ce fut le cas, par exemple, de Precious Stones for Zion’s Walls (Toronto, 1897) d’Eliza Bentley et Clipped Wings (Toronto et Montréal, 1899) de Lottie McAlister ; la publicité décrivait ce dernier ouvrage comme « un livre pétri de religion et de rigolade [...] pas le moins du monde moralisateur, mais badin et salutaire33 ». Là où des groupes doués des vertus civiques se réunissaient pour relever le défi d’une société meilleure, dans ce que John Webster Grant a qualifié de « véritable épidémie d’activités caritatives34 », déferla une marée de périodiques, de bulletins, de lettres, d’opuscules et d’autres imprimés explicitement associés aux sociétés de tempérance, aux missions et à d’autres visées sociales.

12Dès les années 1890, les femmes, à qui était toujours interdit un rôle actif dans la plupart des offices religieux, occupaient des postes-clés dans les organisations chrétiennes d’apostolat social et se manifestaient comme auteurs et éditeurs dans l’édition missionnaire. Dans ce dernier champ d’action s’affairaient les Women’s Foreign and Home Missionary Societies de l’Église presbytérienne du Canada, la Woman’s Missionary Society de l’Église méthodiste du Canada, le non confessionnel Canadian Women’s Missionary Board et plusieurs autres groupes. La publication de guides, tel A Marnai for the Use of Women Offering for Foreign Mission Work and for Missionaries in Connection with the Woman’s Foreign Missionary Society of the Presbyterian Church in Canada (Toronto, années 1890), avait pour objectif d’aider les femmes à se rendre efficaces en pays de mission comme Trinidad et la Chine occidentale.

  • 35 L. Dillon, 1881 Canadian Census Project, Recensement du Canada, 1901, vol. 1, tableau 8, p. 145 ; (...)
  • 36 B. Heydenkorn, « Polish Press - Gazeta Katolicka », p. 52.

13Au pays, ces sociétés se donnaient pour mission d’attirer les immigrants fraîchement arrivés dans les rangs de leurs Églises respectives, ce qui incita les Églises des nouveaux groupes ethniques canadiens, désireuses de garder vigoureuses leurs congrégations, à lancer des publications religieuses. Imprimé à Winnipeg en 1904 pour l’Église grecque autonome du Canada qui ne comptait que 70 fidèles en 1881, mais plus de 15 000 en 1901, Khrystyjanskyj katekhyzm (Catéchisme chrétien) fut le premier livre publié en ukrainien au Canada35. Le texte de Paul Hjartarson, au chapitre 2, en présente d’autres exemples. Les congrégations qui adhéraient à des Églises déjà établies au Canada jugèrent tout aussi utiles de ce point de vue les imprimés religieux. À Winnipeg, par exemple, des pères Oblats polonais fondèrent en 1908 la Gazeta Katolicka w Kanadzie pour contrecarrer le prosélytisme protestant parmi leurs ouailles36.

  • 37 L. Weir, « Cosmic Consciousness and the Love of Comrades », p. 40 ; S. E. D. Shortt, « Bucke, Rich (...)
  • 38 Canadian Newspaper Directory, 1892, supplément publicitaire, p. 261.

14Au XXe siècle, tandis que les missionnaires cherchaient à gagner des adeptes aux religions chrétiennes dans tout le Canada et à l’étranger, un sécularisme quasi religieux prenait lentement son essor. Une publication comme Cosmic Consciousness (Philadelphie, 1901) de Richard Maurice Bucke – une forme alors inédite d’expression religieuse, sur le mode de l’investigation psychologique, qui « brouillait la frontière entre sacré et profane37 » – montre comment, à la fin du siècle, les Canadiens pouvaient se représenter le naturel et le surnaturel hors des cadres de la pensée religieuse orthodoxe. À Toronto, Secular Thought (1885-1911) était plus rationaliste ; d’abord publié par le libre-penseur anglais, Charles Watts, cet organe officiel de la Canadian Secular Union se proclamait « purement agnostique38 ».

15Les premiers signes de désintérêt pour les religions traditionnelles au Canada, particulièrement pour le christianisme, se manifestèrent cependant alors que les publications chrétiennes traditionnelles continuaient de fleurir et de prospérer. La production canadienne d’imprimés religieux avait indéniablement crû de façon exponentielle, mais la popularité et la variété de ces imprimés, requis dans un nombre grandissant de langues pour une diversité croissante de religions, étaient telles que, jusque bien avant dans le XXe siècle, les importations continueraient de suppléer aux besoins du marché intérieur.

L’imprimé religieux et ses lecteurs au Québec

LOUIS ROUSSEAU

16L’imprimé religieux peut être défini par l’intention centrale autour de laquelle s’articulent ses diverses formes, qui consiste à encourager le lecteur à développer des croyances et des conduites qui lui permettront d’accéder aux « biens de salut », garants de la réussite ultime de l’existence humaine.

  • 39 Cette base est présentée par Y. Lamonde et S. Montreuil à l’Annexe A ; elle comprend les laurentia (...)
  • 40 Le cas des catéchismes, seul type d’imprimés religieux ayant fait l’objet d’une bibliographie québ (...)

17C’est à partir d’une base de données bibliographiques créée par la Bibliothèque nationale du Québec (BNO) à partir de sa collection que sera fait le portrait de l’imprimé religieux disponible au Québec entre 1840 et 192039. Le corpus religieux en circulation au Québec à l’époque est évidemment plus large que cette collection de laurentiana, quelque riche qu’elle soit (2 729 titres, 21,7 % du total), puisque des ouvrages spécialisés destinés aux clercs, comme des manuels de théologie, de droit canon et de spiritualité, ont pu être achetés à l’étranger40. L’analyse de la collection de la BNO permet toutefois un portrait révélateur de l’imprimé religieux accessible à un public très vaste.

18Ce sont presque toujours des spécialistes du domaine religieux, c’est-à-dire des prêtres, des ministres, des évêques, des papes contemporains, mais encore des religieuses ou des religieux enseignants, qui signent l’imprimé religieux, même si on trouve aussi parmi les auteurs certains laïcs, des figures connues (olivar Asselin, Henri Bourassa, Pierre-Joseph-Olivier Chauveau, Louis-Antoine Dessaulles, Adolphe-Basile Routhier et Laure Conan, par exemple) comme plus discrètes, voire anonymes (un « Catholic layman »). Des ecclésiastiques signent aussi des ouvrages collectifs – confréries, mouvements, conciles pléniers ou provinciaux, communautés religieuses et organisations ponctuelles tels les congrès eucharistiques. C’est d’abord à Montréal que les auteurs d’imprimés religieux font paraître leurs textes, ville où est publiée plus de la moitié (51,8 %) de la production recensée par la BNO, puis à Québec, lieu de publication du quart de la production (26,6 %). La publication de l’imprimé religieux se décentralise graduellement, et des villes épiscopales comme Saint-Hyacinthe, Trois-Rivières et Valleyfield y participent, bien que de façon marginale, dès le XIXe siècle, La régionalisation est nettement plus évidente à la fin de la période, alors que 30,5 % des imprimés religieux recensés durant la décennie 1910 sont publiés ailleurs qu’à Montréal et à Québec, un phénomène qui n’est sûrement pas étranger au fait que les communautés, les associations, les paroisses religieuses prennent en charge, au même moment, l’édition de près du tiers des publications (31 %). Ces institutions agissent en marge des « éditeurs » émergents que domine, dès la décennie 1880, la Librairie Beauchemin.

  • 41 P. Martin, « Le livre et le statisticien », p. 59 ; voir aussi du même, Une religion des livres (1 (...)

19Les premiers lecteurs du laurentiana religieux sont les fidèles, qui puisent à même un ensemble commun obéissant avant tout au propos de la littérature de dévotion, qui croît en nombre entre 1840 et 1920 et qui révèle sans doute la face individualisante d’un catholicisme dont on a valorisé trop exclusivement la face communautaire, en tenant peu compte de l’évolution de l’alphabétisation. C’est donc à des imprimés prenant la forme d’« ouvrage[s] de petit format en langue vulgaire explicitement destiné[s] aux laïcs », tenant à la fois du « manuel de formation » et du « guide spirituel » et qui « fourni[ssent] des prières et des explications du Pater ou de l’Ave41 », que les croyants, les laïcs comme les ecclésiastiques, ont accès. L’importance de cette littérature renvoie à un travail de personnalisation de la religion.

20Fervents adeptes de cette littérature de dévotion, les fidèles peuvent disposer d’ouvrages de piété (29 %), comme des recueils de règles et de prières des confréries, de neuvaines et dévotions (Petit pensez-y bien, à l’usage de tous les fidèles, Québec, 1904), de chants religieux en langue vivante et de vies de saints (Henri-Raymond Casgrain, Le pèlerinage de la bonne Sainte Anne, Québec, 1870), dont la publication est relativement stable durant la période, outre deux temps plus forts, soit 1840-1866 et 1895-1905. Indice d’une culture catholique dominante et de sa censure, les imprimés concernant la Bible et l’Histoire sainte se font assez rares (4 %), et une aussi mince présence des catéchismes (4 %) reflète sans doute le fait qu’on trouve ces livres plutôt à l’école et à la maison qu’en bibliothèque. Les livres d’heures et les missels destinés à accompagner la prière liturgique ne sont guère représentés (1 %) ; les premiers semblent en voie de disparition, tandis que les seconds ne sont pas encore devenus le marqueur identitaire du bon catholique scolarisé.

21Les laurentiana religieux révèlent la place toujours plus forte d’une culture de l’éloquence qui se vêt au surplus dorénavant du prestige de l’imprimé (20 %). En témoignent, de façon croissante durant la période, des sermons, comme celui d’Alexander Mathieson intitulé The Moral and Religious Influences of Autumn ; a Sermon in Three Parts Preached in Saint Andrew’s Church, Montreal [...] (Montréal, 1850), et des conférences publiques, tel le Discours sur la tolérance : Prononcé devant l’Union catholique de Montréal le 15 mars 1869 (Montréal, 1869) par l’abbé Joseph-Sabin Raymond. À partir des années 1860, l’importance relative de titres sur l’histoire des principaux établissements religieux du pays (9 %) et de biographies de personnages religieux (8 %), depuis les fondateurs de la Nouvelle-France jusqu’aux curés et pasteurs réputés récemment décédés, s’explique par la mouvance patriotique de l’affirmation nationale. L’Album photographique du clergé et des édifices religieux du diocèse de Trois-Rivières [...] de Pierre-Vincent Ayotte (Montréal, 1877) et The Church of England in Canada, 1759-1793 [...] de Henry Coleridge Stuart (Montréal, 1893), par exemple, témoignent de l’apparition d’une conscience publique de l’existence d’établissements religieux autochtones (catholiques et protestants), dotés maintenant d’une valeur temporelle qui justifie la construction d’un dossier descriptif ou d’un récit des origines. Pour leur part, des biographies telles que Madame Gamelin et ses œuvres d’Henri Giroux (Montréal, 1885) et A Memoir of Madame Relier : with an Account of the Origin and Progress of the Grande Ligne Mission de John Mockett Cramp (Londres et Toronto, 1876) participent d’une littérature des gloires religieuses nationales qui oscille entre hagiographie, panégyrique et petite histoire.

22Les écrits de controverse (7 %) entre catholiques, entre protestants, et entre catholiques et protestants, qui atteignent un sommet entre 1841 et 1858, rendent compte d’un fort prosélytisme catholique et d’une mouvance protestante très fragmentée qui ne cherche pas encore son unité (An Examination by a Minister of the Synod of Canada in Connection with the Church of Scotland of a Discourse [...], Montréal, 1850). Les deux premières décennies de la Confédération sont aussi très fertiles en attaques et réponses à propos d’événements comme le démembrement de la paroisse Notre-Dame, de polémiques avec et autour de Charles Chiniquy (The Priest, the Woman and the Confessional, Montréal, 1875), de l’infaillibilité pontificale ou de l’influence indue (L.-A. Dessaulles, La Grande guerre ecclésiastique [...], Montréal, 1873).

  • 42 O. Hubert, Sur la terre comme au ciel [...], p. 146-148.

23Tout comme les brochures de controverse et de polémiques religieuses, les mandements et les lettres pastorales des évêques catholiques (10 %) rejoignent tout autant les clercs que les laïcs auxquels ils sont statutairement lus. Ce type d’imprimés, qui connaît son apogée entre 1854 et 1871, au temps des évêques Bourget et Taschereau et du premier concile provincial de Québec, est remplacé à la fin de la décennie 1880 par la Semaine religieuse, périodique officiel de certains diocèses. Enfin, les membres du clergé ou les officiants peuvent aussi avoir entre les mains les directives (le droit canon, les constitutions, les statuts et règlements), les codes rituels, les manuels de musique liturgique et autres types d’ouvrages réservés à leur pratique, qui totalisent 8 % des laurentiana religieux. Ce type d’imprimés introduit une uniformité des pratiques liturgiques inspirée du modèle romain. Dans les rituels et les cérémoniaux imprimés qui vont faire l’unité du catholicisme canadien pour plus d’un siècle, le clergé dispose de modèles qui perdent une densité théologique au profit d’un sens placé dorénavant dans l’exactitude et l’uniformité formelle42.

ÉTUDE DE CAS. Le clergé canadien : fil d’Ariane de la censure cléricale

– Pierre Hébert

  • 43 R. de Marmande, Le cléricalisme au Canada, p. 111-112.

24Le XIXe siècle a vu se succéder de nombreux cas d’interdictions ; toutefois, la mise à l’Index du Clergé canadien, sa mission, son œuvre (Montréal, 1896) de Laurent-Olivier David, libéral de bon ton et membre de la Société royale du Canada, se situe à la fois à la frontière d’un siècle et d’un changement de stratégie censoriale cléricale. « Véritable écorché documentaire, cet opuscule est un fil d’Ariane dans le labyrinthe de la politique cléricale au Canada43 », écrit avec justesse René de Marmande.

  • 44 « Lettre pastorale de nos seigneurs les archevêques et évêques des provinces ecclésiastiques de Qu (...)

25Des élections fédérales sont prévues pour le 23 juin 1896. Les libéraux, Wilfrid Laurier en tête, se dirigent vers la victoire. Or, lors de cette élection, les opinions sont divisées à propos de la question des écoles au Manitoba. Le gouvernement de cette province avait aboli les écoles catholiques, le plus souvent françaises, mais Laurier ne vise qu’un arrangement de compromis. Voilà pourquoi, insatisfait, le clergé intervient dans le processus électoral en manifestant sa préférence pour qui rétablira les droits des catholiques44.

  • 45 L.-O. David, « Le clergé canadien, sa mission, son œuvre », lettre à l’abbé Élie-Joseph Auclair, [ (...)
  • 46 Il existe deux états du texte, l’un portant la mention de l’éditeur Eusèbe Senécal, l’autre sans m (...)
  • 47 La Presse, 2 octobre 1896, p. 6.

26Néanmoins élu. Laurier lance tout de suite une protestation contre l’immixtion du clergé dans les affaires politiques, enjeu du litige. Il envoie deux émissaires à Rome ; le premier à partir est l’abbé Jean-Baptiste Proulx, mais sa mission ne sera pas un succès ; le second est Gustave Drolet. Lors d’une visite fortuite à L.-O. David, alors greffier de la ville de Montréal, Drolet saisit l’occasion et lui demande de rédiger un factum pour son voyage à Rome45. David accepte. Laurier approuvant le projet et se chargeant de l’impression du manuscrit. Ainsi est né Le clergé canadien, sa mission, son œuvre46, dont Drolet apporte une cinquantaine d’exemplaires à Rome le 21 septembre. Tout de suite après sa parution, La Semaine religieuse, organe du diocèse de Montréal, dénonce le « pamphlet ». David sait que son œuvre sera jugée à Rome, « où elle a grande chance d’être appréciée avec plus de justice47 ».

  • 48 La Presse, 29 décembre 1896, p. 8. En fait, la soumission textuelle de David se lit ainsi : « Je m (...)

27Le Saint-Office émet pourtant un décret contre Le clergé [...] le 9 décembre et, le 18 décembre, la Sacrée Congrégation de l’Index interdit formellement le volume. Le 22 décembre, les évêques de Québec, Trois-Rivières, Nicolet, Rimouski et Chicoutimi condamnent le journal L’Électeur (1880-1896) pour avoir, entre autres, publié par tranches le pamphlet de David. Mais cette condamnation n’empêchera pas L’Électeur de paraître, le 28 décembre, sous un nouveau nom : Le Soleil (1896-). David, pour sa part, se soumet publiquement à la décision romaine48.

  • 49 En plus de trois conférences de Louis-Antoine Dessaulles, publiées dans les Annuaires de l’Institu (...)
  • 50 Dominique-Ceslas Gonthier, Un manifeste libéral. M. L.-O. David et le clergé canadien, Québec, Lég (...)
  • 51 T. Charland, « L’interdit du père Gonthier, o.p. », p. 72.
  • 52 Voir à ce propos T. Chapais, LApostolat des bons livres [...] ; D. Marquis, « La presse catholiqu (...)

28Ce cas est doublement exemplaire. Il s’agit du seul livre canadien mis à l’Index par Rome49, et il montre le type de censure qui a dominé au XIXe siècle, de nature surtout répressive. Mais surtout, il engendre dans le clergé une nouvelle approche censoriale, fondée sur la prescription. En effet, Pierre Bernard (pseudonyme du dominicain Dominique-Ceslas Gonthier) avait fait paraître, en novembre de la même année, une réplique caustique au livre de David50. Comme le souligne Thomas Charland, l’abbé Louis-Adolphe Paquet croit que la verve de Gonthier doit être mise à contribution, plus particulièrement pour la fondation d’un journal catholique51. Le projet s’affermit à la fin de 1897, mais la mission de Mgr Merry del Val au Canada, puis celle-là même du père Gonthier à Rome en retardent l’exécution, Néanmoins, la naissance, à Montréal, de l’Association catholique de la jeunesse canadienne-française (1904) et, surtout, de l’Action sociale catholique à Québec (1907), est en partie la conséquence de cette nouvelle attitude vis-à-vis du contrôle du livre52.

Répandre la bonne parole : les imprimés religieux de masse

JANET B, FRISKNEY

  • 53 BABTS, Report, 5e (1872), p. 10

29De 1840 à 1918, les publications religieuses – la Bible, l’Ancien Testament, le Nouveau Testament, les tracts et textes pour l’école du dimanche – ont joui au Canada d’une diffusion plus large que celle d’à peu près tous les autres genres d’imprimés. En marge des librairies urbaines, où on pouvait toujours en trouver, une myriade d’associations consacraient à leur distribution tout ou partie de leurs ressources, y voyant un allié de poids dans leur combat pour convertir le pays au christianisme. « Cette Société ne fait pas que vendre des livres », explique le bureau de la British American Book and Tract Society (BABTS) en L873 ; c’est « une agence d’évangélisation dont le grand objet est de répandre la Divine vérité dans toutes ces provinces afin de sauver des âmes53 ».

  • 54 J. Friskney, « La foi chrétienne sous forme imprimée ».
  • 55 L’histoire de la BFBS, de la RTS et de l’ATS est racontée entre autres dans : G. Browne, History o (...)

30En 1840, ces associations font partie intégrante de la société coloniale d’Amérique du Nord britannique. Les plus anciennes y ont pris racine au début du siècle, comme le relate le volume 1 du présent ouvrage, pour prolonger l’action de puissants groupes britanniques tels que la Religious Tract Society (RTS) et la British and Foreign Bible Society (BFBS)54. Ces réseaux et ceux d’autres œuvres britanniques, notamment la Sunday School Union et la Naval and Military Bible Society, se développent au cours du siècle, à l’instar des associations protestantes indigènes, confessionnelles ou non, comme la Toronto Church of England Tract Society et la Town Mission de Pictou. Champs d’action et stocks de publications diffèrent, mais les efforts collectifs de ces groupes tissent un dense réseau de distribution qui rejoint, à la fin du siècle, les pêcheurs de la côte terre-neuvienne aussi bien que les chercheurs d’or du Yukon. La BFBS tient le haut du pavé avec 14 sociétés auxiliaires et plus de 1200 sections en 1904, année où tous ces groupes se fondent dans la Canadian Bible Society (CBS)55.

  • 56 En règle générale, les sociétés d’évangélisation et de catéchisme ne faisaient imprimer sur place (...)
  • 57 UCRTBS, Report, 28e (1860), p. 23.
  • 58 Kingston Auxiliary, RTS, Report, 1860-1861, p. 6.
  • 59 Le révérend Bonar. Citation extraite de: Sabbath School Association of Canada, Third Provincial Sa (...)
  • 60 L. Pierce (dir.), Chronicle of a Century, p. 117-121 et 148-170.

31Comme ses prédécesseurs, la CBS se contente de distribuer la Bible, l’Ancien Testament, le Nouveau Testament et des extraits scripturaires, dans une telle variété de formats, de typographies, de reliures et de prix que tous, sauf les indigents, peuvent en faire l’acquisition. Le stock des sociétés d’évangélisation et des écoles du dimanche est plus hétérogène et, pour l’essentiel, importé56, La Canada Sunday School Union, dont le dépôt est situé à Montréal, vend certes les livres bibliques, mais aussi des recueils de cantiques, des manuels élémentaires, des tracts, des cartes, des périodiques ; elle propose encore des « bibliothèques pour l’école du dimanche », blocs d’au moins 50 livres permettant de monter ou d’enrichir une collection. Après 1840, les stocks de ces sociétés ne cessent de se diversifier. En 1860, par exemple, l’Upper Canada Religious Tract and Book Society (UCRTBS) traite avec la RTS, la Dublin Tract Society, l’American Tract Society (ATS), l’American Sunday School Union, la Massachusetts Sunday School Society et l’American Reform Tract Society en marge de ses achats aux éditeurs et libraires de Montréal, Toronto, Boston, New York et Édimbourg57. Tout le monde ne s’accommode pas aussi facilement de certains partenaires américains. La même année, la Kingston Auxiliary Religious Tract Society rompt avec l’ATS new-yorkaise, qu’elle estime « justement accusée de participation au crime national de l’esclavage58 ». Elle fera désormais affaire avec la seule ATS de Boston. D’autres sont troublés par la composition des collections des écoles du dimanche aux États-Unis, tel ce pasteur qui dénonce leurs « histoires dont la morale est si obscure qu’on doit la chercher longtemps59 ». Avant la fin du siècle, les Églises méthodiste et presbytérienne du Canada éditeront pour les écoles du dimanche une collection de journaux dont une partie sera diffusée par des sociétés d’évangélisation et de catéchisme sans allégeance confessionnelle60, À cette époque, toutes les associations qui distribuent des imprimés à caractère religieux les considèrent comme un remède, un antidote au poison spirituel des autres publications en circulation.

  • 61 W. Canton, History of the British and Foreign Bible Society, vol. 2, p. 343.
  • 62 UCRTBS, Report, 59e (1892), p. 53.
  • 63 BABTS, Report, 2e (1869), p. 11.
  • 64 BABTS, Report, 28e (1895), p. 21. Sur les colporteurs de l’ATS, voir Colportage as Conducted by th (...)

32Faute de continuité dans les séries de rapports internes et de cohérence dans les estimations de la circulation, il est bien difficile de quantifier la distribution de cette nuée d’associations au cours de cette période, mais elle se chiffre certainement en dizaines de millions d’exemplaires. De 1835 à 1850, la BFBS a expédié plus de 85 000 exemplaires des livres bibliques à ses affiliés nord-américains61. En 1892, l’Upper Canada Religious Tract and Book Society (vers 1832) se targuait d’avoir distribué près de 19 millions de documents, pour plus de 80 % après 186062. Après 1840, elle profite, comme beaucoup d’autres sociétés, de l’adjonction aux réseaux de bénévoles établis d’agents itinérants rémunérés, de colporteurs et de visiteuses. Les premiers, souvent membres du clergé, ont un triple mandat ; visiter les sections et écoles du dimanche et encourager leur multiplication ; recueillir les dons et souscriptions ; enfin, distribuer des imprimés. Les seconds, pour la plupart des laïques possédant, en principe, « un haut degré de piété », font la tournée des régions rurales, des camps de bûcherons et de mineurs, des chantiers de construction et du chemin de fer63. Les troisièmes circulent dans les quartiers ouvriers et défavorisés. Colporteurs et visiteuses conjuguent la distribution et la vente de publications avec la lecture commentée des Écritures. Les représentants itinérants et les visiteuses ont des antécédents dans les sociétés mères britanniques, mais le recrutement de colporteurs s’inspire d’une pratique adoptée par l’ATS en 1841, dont l’Amérique du Nord britannique a eu la primeur dans les années 1850 et 1860. La BABTS de Halifax se convertira si complètement au système qu’en 1895, 15 colporteurs ratissaient en son nom les Maritimes, Terre-Neuve et le Labrador64.

  • 65 R. Hardy, Contrôle social et mutation de la culture religieuse au Québec, p. 65. Voir aussi D.-T. (...)

33Seules quelques publications sont données, en général les petits tracts et les éditions peu coûteuses de la Bible et des deux Testaments, Elles vont pour la plupart à des groupes défavorisés – malades, prisonniers, indigents – démarchés tantôt par les représentants bénévoles et rémunérés des sociétés bibliques et d’évangélisation, tantôt par des missionnaires ruraux et urbains qui s’approvisionnent gratuitement auprès d’elles. À Montréal et à Québec, les auxiliaires de la BFBS proposent à une population catholique franchement réticente des versions françaises de la Bible et des deux Testaments par l’entremise de colporteurs et subventionnent en parallèle la French Canadian Missionary Society et la mission suisse Grande Ligne qui s’efforcent de convertir les francophones au protestantisme. Le clergé catholique réagit en confisquant, voire en brûlant les publications distribuées, puis en appuyant la fondation de la très catholique Société des bons livres, peu après 184065.

  • 66 « The Bible Society and the Work It Does », dans Bible in the World, édition canadienne, vol. 4 (j (...)
  • 67 E. C. Woodley, Bible in Canada, p. 277-280.
  • 68 BC District Auxiliary, CBS, Report, 1916, p. 9.

34Malgré le soutien indéfectible à la cause biblique de David Anderson, évêque anglican de la Terre de Rupert entre 1849 et 1864, la conquête de l’Ouest ne démarre vraiment qu’après l’acquisition du territoire de la Compagnie de la Baie d’Hudson par le gouvernement canadien. L’Upper Canada Bible Society est la première à monter au front : dès le milieu des années 1870, elle paie des colporteurs au Manitoba et en Colombie-Britannique. En 1895, elle revendique plus de 60 sections dans la région. La vague d’immigration qui commence à cette époque se reflète dans l’incroyable diversité du stock livré et distribué dans l’Ouest et ailleurs au pays. Les colporteurs de Colombie-Britannique (voir tableau 11.1) et des Prairies se voient réclamer des publications dans une multitude de langues ; les immigrants qui apprennent l’anglais sont particulièrement friands des versions parallèles dans leur langue maternelle et en anglais. En 1906, quelques années seulement après sa création, le CBS, qui aspire à faire des nouveaux arrivants « des chrétiens fidèles et de loyaux citoyens canadiens », décide d’offrir à tous les immigrants qui débarquent à Saint-Jean, à Halifax ou à Québec les Saintes Écritures dans leur langue maternelle ou en version bilingue66. Au début de la Première Guerre mondiale, elle se mobilise à nouveau pour procurer aux soldats en partance un Nouveau Testament à couverture kaki ; plus de 400 000 exemplaires dans 18 langues différentes auront été distribués à la fin du conflit67. L’auxiliaire de la CBS en Colombie-Britannique qui, en 1916, a salué « sa patience et sa ténacité dans l’accomplissement d’une tâche essentielle à l’épanouissement individuel comme au bien de la collectivité et de la nation68 » aurait trouvé un écho chez toutes les associations qui ont diffusé des publications religieuses au Canada.

Tableau 11.1. Exemplaires des Écritures distribués par la British Columbia District Auxiliary Bible Society, selon la langue d’édition, 1914-1918

Langue

B

T

E

Allemand

30

60

219

Anglais

11 182

17 741

11 211

Arabe

4

1

6

Arménien

1

0

0

Basque

0

0

6

Bulgare

1

2

15

Chinois

28

766

5 410

Chinook

0

0

220

Cri

0

1

0

Croate

0

30

97

Danois

0

15

1

Espagnol

3

15

21

Espéranto

0

2

0

Estonien

1

10

0

Finnois

6

21

106

Français

35

169

204

Gaélique

11

24

39

Gallois

1

29

0

Grec (ancien)

0

101

0

Grec (moderne)

1

35

264

Hébreu

13

7

64

Hongrois

3

9

69

Islandais

3

7

70

Italien

96

262

1 509

Japonais

54

1 252

852

Latin

0

19

0

Lithuanien

1

8

14

Néerlandais

4

15

0

Norvégien

18

12

94

Ojibwé

0

1

0

Ourdou

2

21

22

Panjabi

0

12

836

Persan

0

1

0

Polonais

10

19

91

Portugais

0

5

0

Roumain

0

1

9

Russe

35

90

607

Ruthène

1

16

51

Serbe

2

18

214

Sindhi

0

0

1

Slavon

0

4

2

Slovaque

0

7

11

Suédois

38

66

583

Syriaque

2

2

0

Tahitien

0

1

0

Tchèque

0

15

260

Yiddish

3

0

3

Source : BC District Auxiliary Bible Society, Reports, 1914-1918 B = Bible ; T = Nouveau Testament ; E = extrait scripturaire.

Lire et publier dans les communautés mennonites

HILDI FROESE TIESSEN

  • 69 Voir F. H. Epp, Mennonites in Canada, 1786-1920, et, pour une étude plus succincte, H. Loewen, « M (...)
  • 70 H. Loewen, « Mennonites », Encyclopedia of Canadas Peoples, p. 960, tableau 3.
  • 71 L. Dillon, « 1881 Canadian Census Project ».

35Les imprimés, particulièrement les journaux, ont aidé les Mennonites à conserver leurs traditions linguistiques et culturelles uniques à l’intérieur de régions anglophones du Canada, et à garder le contact avec leurs coreligionnaires sur le plan national et international. Les membres de ce groupe religieux, dont les racines plongent dans la Réforme protestante en Europe, sont arrivés au Canada par vagues successives69. Entre 1780 et 1820, environ 2 000 Mennonites originaires de Suisse et d’Allemagne du Sud quittèrent la Pennsylvanie pour le Haut-Canada (plus tard devenu l’Ontario) et presque 1 000 autres vinrent des États-Unis et d’Europe avant 187570. En provenance d’Ukraine, des Mennonites d’ascendance hollandaise et allemande du Nord s’établirent sur les plaines du sud manitobain dans les années 1870 ; certains se réinstallèrent bientôt ailleurs dans l’Ouest. Dès 1881, répartis en au moins 8 groupes, environ 30 000 d’entre eux vivaient au Canada71. D’autres Mennonites, russes ceux-là, émigrèrent d’Ukraine dans les Prairies et en Colombie-Britannique entre 1890 et 1920.

  • 72 H. K. Kalbfleisch, « Peterson, Heinrich Wilhelm », DBC VIII.
  • 73 F. H. Epp, « Eby, Benjamin », DBC VIII.
  • 74 W. V. Uttley, A History of Kitchener, Ontario, p. 31, 63, 70 ; T. Eadie, « Enslin, Christian », DB (...)
  • 75 « Heinrich Eby Press » dans « Canadian Mennonite Encyclopedia Online ».

36Les premières années, la langue d’usage au foyer et de la plupart des publications mennonites était l’allemand (dialectes du bas allemand ou de Pennsylvanie ; ou encore le haut allemand, plus largement pratiqué). En 1840, à Berlin (devenu Kitchener, Ontario) dans le Haut-Canada, Henrich Wilhelm Peterson72 vendait le journal qu’il avait créé cinq ans plus tôt, Das Canada Museum, à son ex-apprenti Heinrich Eby, fils de l’évêque mennonite Benjamin Eby73, et au relieur swedenborgien Christian Enslin74. Rebaptisé Der Deutsche Canadier und Neuigkeitsbote, leur journal rédigé en dialecte de Pennsylvanie était réputé pour sa couverture des événements en Europe75. Jusqu’en 1857, il resta la propriété des frères de Heinrich Eby, Peter et Elias. Elias Eby publia aussi un journal en langue anglaise, le Berlin Telegraph and Waterloo County Intelligencer (1853-1899), qui rejoignait un plus large lectorat.

  • 76 « John Fretz Funk », dans ibid.
  • 77 F. H. Epp, Mennonites in Canada, 1786-1920, p. 289.
  • 78 Ibid., p. 243.

37Pendant les périodes de migration, les Mennonites n’avaient souvent pas accès à des imprimeries et devaient importer des imprimés. Fixé en Illinois et plus tard en Indiana, figure de proue chez les Mennonites d’Amérique du Nord, John Fretz Funk devint « l’éditeur des Mennonites manitobains76 » en leur fournissant leurs premiers périodiques. Le mensuel ou quasi bihebdomadaire Herold der Wahrheit (Chicago, 1864-1867 ; Elkhart, Indiana, 1867-1901) et l’hebdomadaire Mennonitische Rundschau (Elkhart, 1880-1908) ciblaient les Mennonites russes du Canada et d’outremer. Le Mennonitische Rundschau s’intéressait à « la vie quotidienne, aux récoltes, à l’élevage, aux nouvelles des marchés et de la colonisation » et reflétait le fait que les Mennnonites percevaient leur mode de vie comme une « expression culturelle religieuse sans équivalent77 ». La Mennonite Publishing Company de Funk créa un périodique de langue anglaise presque identique, le Herald ofTruth (Chicago, 1864-1867 ; Elkhart, 1867-1908). Funk imprima aussi de nombreuses publications pour les écoles du dimanche, dont le Mennonite Sunday School Quarterly (1890-1908)78.

  • 79 J. Dyck, « Phase One of a Study on the Mennonite Press in Western Canada », p. 14.
  • 80 Ibid., p. 14-15.
  • 81 Ibid., p. 15.
  • 82 Ibid., p. 14.
  • 83 Ibid., p. 15. On trouvera un exemplaire de cette unique livraison dans l’atelier d’impression du S (...)

38Le premier périodique produit sur place pour les Mennonites de l’Ouest canadien fut le Volkszeitung (1902-1907), un hebdomadaire publié à Winkler, au Manitoba, par Henry H. Neufeld qui espérait ainsi rejoindre un public de langue allemande en dehors de la communauté mennonite79. Le journal Reisendiener (1904), brièvement publié par Abraham A. Wolfe à Gnadenthal, au Manitoba, s’adressait aux immigrants de fraîche date80. L’édition par les Mennonites, en Saskatchewan et en Alberta, accusa du retard par rapport à son pendant au Manitoba dont la population mennonite était considérablement plus nombreuse au tournant du siècle. Der Anzeiger, publié par Klassen and Friesen à Hague, en Saskatchewan, parut momentanément en 1910-191181. Heinrich H. Ewert fut le directeur du Der Mitarbeiter, organe officiel de la Konferez der Mennoniten im Mittleren Kanada (Conseil des Mennonites du Canada central) produit à Gretna, au Manitoba, dans l’imprimerie de son jeune frère, Benjamin Ewert, de 1906 jusque dans les années 193082. D’autres journaux – comme le Giroux Advocate de Jacob S. Friesen, publié le temps d’une seule livraison (13 mars 1912) à Giroux, au Manitoba – sont représentatifs de la diffusion des imprimés au sein des communautés ethniques et religieuses des Prairies, mais aussi des difficultés rencontrées. Constitué de huit pages, toutes en anglais sauf une en haut allemand83, ce journal connut une seconde, mais éphémère existence, sous le titre de Volksbote (Gretna, 1913-1915), avant de donner naissance à une publication destinée à un plus large public, le Steinbach Post (Steinbach, Manitoba, 1915-1963) (voir illustration 11.1).

  • 84 R. Brodeur, « Le livre religieux » et J. Dilevko, « L’imprimé en langue allemande et gaélique ».
  • 85 La société, fondée par Friedrich Rittinger et John Motz (L. E. Richardson, « Motz, John », DBC XIV (...)

39Dans le volume 1 de l’Histoire du livre et de l’imprimé au Canada, Raymond Brodeur et Juris Dilevko traitent des premiers livres religieux mennonites imprimés en Amérique du Nord84. Les frères Eby continuèrent de publier le Kalender für die Versammlungen der Mennoniten Gemeinde in Canada à Berlin jusqu’en 1877 ; Rittinger and Motz, une entreprise de presse non mennonite, prit ensuite le relais85. On y précisait l’heure et le lieu des offices célébrés dans des maisons privées ou les temples locaux, comme le voulait la coutume chez les Mennonites et les Mennonites d’ancienne observance. Après 1890, comme l’usage de l’allemand déclinait chez les Mennonites de Berlin, Hett et Eby en produisirent une édition en langue anglaise : Calendar of Appointments of the Mennonite Church in Ontario, Les frères Eby imprimèrent aussi des sermons, des lettres, des textes doctrinaux et des livres de dévotion à Berlin, dont Zweyter Brief aus Dänemark an die Mennonisten Gemeine in Canada (1841) et Sammlung von Predigten (1852) de Carl Justus van der Smissen. Ils firent aussi paraître, en 1841 et 1849, les troisième et quatrième éditions de Die Gemeinsckaftliche Liedersammlung, un recueil d’hymnes probablement réunis par leur père. Verlag Bödecker u. Stübing, une maison non mennonite, en imprima cinq autres éditions à Berlin, entre 1857 et 1908. Henry S. Hallman, également de Berlin, compila en 1907, pour les Mennonites Brethren in Christ des États-Unis et du Canada, un Church Hymnal qui fut imprimé aux États-Unis. Les frères Eby ne se limitèrent pas à des publications mennonites ; ils exécutèrent aussi des travaux de ville pour des groupes non mennonites. Heinrich Eby imprima ainsi, en 1841, une feuille volante, le Wellington County Agricultural Society Cattle Show : Rules of the Exhibition.

  • 86 J. Dyck, « Phase One of a Study on the Mennonite Press in Western Canada », p. 17.
  • 87 D. F. Plett, « Print Culture of the East Reserve, 1874-1930 », p. 705.
  • 88 H. S. Bender, two Centuries, p. 29, 294 ; N. P. Springer et A. J. Klassen, Mennonite Bibliography,(...)
  • 89 D. F. Plett, « Print Culture of the East Reserve, 1874-1930 », p. 696.

40La publication de livres religieux mennonites dans l’Ouest canadien démarra au début du XXe siècle. Der Baker Brief, publié par Abraham A. Wolfe en 1902, à Plum Coulee, au Manitoba, fut l’un des premiers titres imprimés86. La même année, Heinrich W. Reimer faisait paraître à Steinbach, au Manitoba, la deuxième édition nord-américaine du Choralbuch de Heinrich Franz ; une troisième édition suivait en 191887. Un hymnaire était imprimé à Aberdeen, en Saskatchewan, en 1914 ; une brochure sur le baptême paraissait à Gretna, en 1909 ; et un tract sur la Bible sortait des presses à Hague, en Saskatchewan, en 191288. La poésie d’inspiration religieuse s’illustrait aussi par un poème de sept pages intitulé Wie Gott des Gebet Einer Mutter Erhört (Hochstadt, Manitoba, 1910), publié par l’évêque Peter P. Toews89.

  • 90 J. Dyck, « Phase One of a Study on the Mennonite Press in Western Canada », p. 17,

41Les échanges, entre éditeurs des communautés mennonites nord-américaines éloignées, étaient considérables. À titre d’exemple, Kurzgefasste Kirchen-Geschichte und Glaubenslehre der Taufgesinnten Christen oder Mennoniten de Benjamin Eby fut publié successivement par Heinrich Eby (Berlin, 1841), Johann Bär (Lancaster, Pennsylvanie, 1853) et Funk (Elkhart, Indiana, 1868) ; d’autre part, l’édition à Berlin, en 1883, de Erbauliche Betrachtungen für Kranke par Rittinger and Motz, comportait un avant-propos de son éditeur anonyme de Rheinland, au Manitoba90.

11.1. Jacob S. Friesen dans son atelier d’imprimeur, Steinbach, Manitoba, 1917. À Steinbach, au Manitoba, le Mennonite Heritage Village a conservé la presse de Friesen, une platine de travaux de ville Challenge Gordon, en plus de son secrétaire et de sa machine à écrire. Avec l’aimable autorisation des Mennonite Heritage Centre Archives, Winnipeg, vol. 4836-8.

  • 91 H. Janzen, « Father’s Memoirs », p. 81 ; H. Loewen, “Mennonites”, Encyclopedia of Canadas Peoples (...)
  • 92 P. T. Wiebe, « Learning Was Hard », p. 131-132.
  • 93 « Catechisms » dans « Canadian Mennonite Encyclopedia Online ».

42Les Mennonites plus conservateurs souscrivaient parfois à l’adage « Je jeleada, je vetjeda » ou « Je gelehrter, je verkehrter » (Oui plus s’instruit, plus se pervertit)91. Vu cette conception de l’instruction, les manuels scolaires mennonites étaient souvent étriqués tant dans leur forme que dans leur contenu. À Berlin, les frères Eby publièrent deux textes de leur père, Benjamin – ABC-Buchstabir-und Lesebuch (1842) et Kleiner Katechismus (1845) –, deux des quatre ouvrages classiques utilisés dans les écoles mennonites, les autres étant l’Ancien et le Nouveau Testament92. Mennonite Publishing House publia un Katechismus (Plum Coulee, 1904) et Funk en fit autant (Elkhart, 2e édition, 1869 ; édition anglaise, 1874). Ces deux publications s’apparentaient au Kleiner Katechismus d’Eby, puisque toutes puisaient au catéchisme Elbag, un texte amish plus tard adopté par les autres groupes mennonites93. Pour les Mennonites, le haut allemand n’était pas que la langue des textes religieux, il était aussi la langue de l’école et des livres.

  • 94 J. Dyck, « Phase One of a Study on the Mennonite Press in Western Canada », p. 17.

43Les Mennonites canadiens publièrent également des ouvrages d’intérêt général, tel Auf nach West Canada ; Regiemngsbericht über die Zustände Canadas de Peter Eby (Berlin, 1854), et des généalogies de familles de la région, comme Herkommen und Geschlechts Register der Schneider Familie (Berlin, 1849). En 1883, sortait des presses de Funk le Brandordnung, un répertoire des réglementations en matière d’assurance contre l’incendie destiné aux Mennonites du Manitoba94. Dans l’Ouest canadien, les presses des journaux servirent en outre parfois à des travaux de ville ; par exemple, lorsque Volkszeitung Publishing House de Winkler imprima, aux environs de 1903, un ouvrage de 24 pages : Mennonitische Waisenverordnung in der Provinz Manitoba, Canada. Un défi lancé à l’un des principes centraux de la foi mennonite, le pacifisme, incita la communauté mennonite canadienne à publier Wichtige Dokumente betreffs der Wehrfreilheit der Mennoniten in Kanada (Gretna), une pétition sur leur droit à l’exemption du service militaire canadien, droit alors menacé par la Première Guerre mondiale.

44Des liens très étroits unissaient les imprimeurs mennonites de toute l’Amérique du Nord. Comme les autres groupes minoritaires, les Mennonites dépendaient du travail de ces imprimeurs et de leurs publications spécialisées pour sauvegarder leurs croyances, pour raffermir leurs principes et pour assurer la viabilité culturelle de leur communauté géographiquement dispersée.

ÉTUDE DE CAS. Abraham de Sola, éditeur juif dans le Montréal victorien

– Richard Menkis

  • 95 Canadian Jewish Congress National Archives, Po164, journal de Clarence de Sola.
  • 96 R. Menkis, « “In this Great, Happy and Enlightened Colony” », p. 313-331.

45Le 11 janvier 1873, au retour à Montréal du révérend Abraham de Sola (1825-1882) après un voyage à Philadelphie, son jeune fils Clarence écrivait dans son journal : « Papa a rapporté à la maison quantité de bibles de M. Leeser dont il a acheté les clichés et qu’il publiera. Il les a montrées à une foule de personnes aujourd’hui95. » Peu après son arrivée de Londres à Montréal en 1847, pour y occuper la chaire de la Spanish and Portuguese Congregation Shearith Israel, De Sola avait exprimé sa joie de se retrouver dans « cette grande colonie, heureuse et éclairée » où les Juifs étaient parvenus à la pleine émancipation politique avant même leurs frères dans la mère patrie. Comme son collègue Isaac Leeser établi à Philadelphie, il appréhendait cependant que, dans leur liberté nouvellement acquise, les Juifs nord-américains n’abandonnent le judaïsme et il estimait, comme lui, que la solution consistait en partie à leur fournir des écrits didactiques et religieux adaptés à la situation96.

  • 97 G. Tulchinsky, Taking Root, p. 43-46; L. J. Sussman, Isaac Leeser and the Making of American Judai (...)
  • 98 On trouvera, malgré quelques erreurs, l’information bibliographique la plus détaillée sur De Sola (...)

46Leeser avait joué un rôle très important dans le développement du judaïsme en Amérique du Nord où il avait traduit et publié de nombreux ouvrages religieux. Il avait aussi fondé l’influent mensuel Occident and American Jewish Advocate (Philadelphie, 1843-186997). D’autres membres de la congrégation juive s’activèrent aussi à plus petite échelle, en faisant paraître à compte d’auteur des œuvres modestes, mais leurs efforts n’en témoignent pas moins d’un ferme engagement à rehausser le degré d’instruction des Juifs dans le Nouveau Monde. Abraham de Sola s’est hissé parmi les plus remarquables d’entre eux. De Sola avait déjà publié plusieurs textes avant de conclure un accord avec les ayants cause de Leeser pour l’achat de ses plaques d’impression et de ses inventaires. Imprimées à Montréal par John Lowell, ces œuvres de De Sola servaient de documents de référence aux Juifs nord-américains ; mentionnons ici, entre autres, The Jewish Child’s First Catechism of Bible History (1853) et A Jewish Calendar for Fifty Years (1854), première introduction aux communautés juives des États-Unis et du Canada coécrite avec le rabbin new-yorkais Jacques Judah Lyons98.

  • 99 BAC, MG 8, G 67, vol. 4, « Cash book, 1832-88 ». Il s’agit du journal d’Abraham de Sola sur sa sit (...)
  • 100 D, Rome, Early jewish Presence in Canada, p. 77.

47En 1873, De Sola avait donc acheté les clichés de neuf titres99 qui, aux termes du contrat, resteraient chez Sherman and Company, imprimeur de Leeser à Philadelphie100. De Sola avait toute latitude, décidait des titres qui seraient imprimés et de la taille des tirages ; les intermédiaires pour la vente des livres étaient fréquemment des ministres du culte juif fixés dans diverses communautés nord-américaines. Cette année-là, après au moins deux voyages à Philadelphie, il était revenu à Montréal avec l’inventaire de ces neuf titres et de quatre autres. Cette opération d’acquisition avait nécessité un important investissement financier puisque les frais d’établissement pour la première année d’exploitation furent d’environ six fois les émoluments annuels totaux d’Abraham de Sola comme ministre du culte et enseignant au McGill College.

  • 101 A. de Sola, « Preface », dans The Form of Prayers According to the Custom of the Spanish and Portu (...)
  • 102 K. Wyman, « Abraham de Sola and his Intellectual World », p. 118.

48Immédiatement après en avoir fait l’acquisition en 1873, De Sola réimprima The Twenty-four Books of the Holy Scriptures en in-quarto, de même que dans un format plus petit et plus économique d’in-dix-huit destiné à l’école et à la synagogue. De Sola était pressé, comme Leeser avant lui, d’offrir des traductions juives de la Bible comme rempart culturel aux sporadiques et néanmoins intempestives missions d’évangélisation des Juifs au XIXe siècle. À travers ces traductions, Leeser et De Sola proposaient aussi des interprétations des Écritures inspirées du judaïsme oral ou rabbinique et répondaient de la sorte aux détracteurs, chrétiens et juifs, du judaïsme rabbinique. En matière de liturgie. De Sola préférait, comme Leeser, le rite sépharade (espagnol/ portugais) au rite ashkénaze (allemand) ; il réédita donc The Fora of Prayers According to the Custom of the Spanish and Portuguese Jews. Cette réédition est une version révisée d’un texte antérieurement publié par Leeser et le père d’Abraham de Sola101. Holy Scriptures et The Fora of Pragers parurent tous deux en 1878 après que De Sola fut rentré d’un séjour de convalescence en Angleterre102. De Sola fit aussi l’acquisition des clichés de Discourses on the Jewish Religion de Leeser (Philadelphie, 1836), ouvrage en 10 volumes, de plusieurs textes didactiques de Leeser, et des clichés et droits d’écrits sur « la religion du cœur » signés par Hester Rothschild et Grace Aguilar : The Spirit of Judaism, sous la direction de Leeser (Philadelphie, 1842 et 1864), et The Jewish Faith (Philadelphie, 1873).

  • 103 C. Miller, « De Sola, Alexander Abraham », DBC XI.

49Avec ses acquisitions de 1873, De Sola s’engageait dans une nouvelle étape de son combat pour initier les Juifs nord-américains en général, et ses fidèles en particulier, à un judaïsme moderne et orthodoxe (ou « cohérent », pour reprendre son terme). Cette entreprise d’édition fit partie intégrante des efforts d’Abraham de Sola pour mettre en place une nouvelle infrastructure culturelle dans le Nouveau Monde et l’une des nombreuses réalisations d’« un homme public tolérant, intrépide », premier ministre du culte juif digne de mention au Canada103.

Notes

1 E. A. Bilbrough, cité dans C. M. S. Lowe, Gods Answers, p. 39.

2 J. W. Grant, Profusion of Spires, p. 153 et 171.

3 Exception faite d’une augmentation de 1 % du nombre des anglicans, ces données indiquent une baisse de seulement 1 ou 2 % par rapport aux statistiques du recensement de 1881. Voir L. Dillon, 1881 Canadian Census Project ; Canada, 5’Recensement du Canada, 1891, vol. 2, p. VII.

4 Canada, 3’Recensement du Canada, 1880-1881, vol. 4, p. 2-3, 6-7. L’information tirée du recensement de 1891 fait l’objet d’une carte et d’un diagramme dans « Religious Denominations, 1891 », planche 52, dans R. C. Harris (dir.), Atlas historique du Canada, vol. 2.

5 Canada, 5e Recensement du Canada, 1891, vol. 2, tableau I.

6 B. B. Peel, « Rossville Mission Press », p. 35 ; A. N. Thompson, « Smithurst, John », DBCIX.

7 B. B. Peel, « Rossville Mission Press », p. 41 ; J. M. Banks, « Church Missionary Society and the Rossville Mission Press « , p. 39.

8 W. Duncan, British Columbia Mission, p. 112 ; sur Duncan, voir aussi J. Friesen, « Duncan, William », DBC XIV.

9 J. M. Banks, « Rossville Mission Press », p. 39.

10 B. B. Peel, « Church Missionary Society and the Rossville Mission Press », p. 33, 37 et 41-42 ; K. Z. Sieciechowicz, « Steinhauer, Henry Bird », DBC XI.

11 Pour la période antérieure à 1840, voir J. M. Banks, « “Pas seulement des auditeurs” : les imprimés en langues autochtones », dans Histoire du livre et de limprimé au Canada, vol. 1, p. 294-305.

12 Micmac Missionary Society, Report of the Committee on the Micmac Mission, p. 7 ; J. Fingard, « Rand, Silas Tertius », DBC XI.

13 W. Duncan, British Columbia Mission, p. 84.

14 J. G. Bourinot, Intellectual Development of the Canadian People, p. 82.

15 Ibid., p. 81 ; C. Burr, « Business Development of the Methodist Book and Publishing House », tableau 1, p. 254,

16 « Our Publishing House », p. 564 ; G. S. French, « Withrow, William Henry », DBC XIII ; pour un examen plus complet de la MBPH, voir J. B. Friskney, « Beyond the Shadow of William Briggs, Part I: Setting the Stage and Introducing the Players ».

17 « Our Publishing House », p. 564.

18 « 1886. Our Sunday School Periodicals. 1886 », quatre pages insérées dans la réimpression par William Henry Withrow, The Kings Messenger.

19 R. Butchart, Disciples of Christ in Canada since 1830, p. 231.

20 Canadian Newspaper Directory, 1892, p. 241-242.

21 R. Butchart, Disciples of Christ in Canada since 1830, p. 235-236.

22 Canadian Newspaper Directory, 1911, supplément publicitaire, p. 65.

23 Ibid., p. 130.

24 CPP, février 1906, p. 27.

25 « Books Published by William Briggs », (Toronto, 1884), p. 7. Catalogue inséré dans plusieurs publications de Briggs, dont John Lathern, The Macedonian Cry (1884).

26 W. J. Armitage, Story of the Canadian Revision of the Prayer Book, p. 94-95.

27 C. Millar, « de Sola, Alexander Abraham », DBC XI ; K. L. Wyman, Abraham de Sola and his Intellectual World, p. 88-95.

28 M. Gauvreau, Evangelical Century, p. 79, 126 et 287.

29 Ibid., p. 249.

30 H. Murray, Corne, Bright Improvement!

31 M. B. Hixson, Missions in the Sunday School, p. 181-189.

32 B. Profit, « “Making of a Nation” », p. 130.

33 L. McAlister, Clipped Wings, p. 3.

34 J. W. Grant, Profusion of Spires, p. 170.

35 L. Dillon, 1881 Canadian Census Project, Recensement du Canada, 1901, vol. 1, tableau 8, p. 145 ; J. B. Rudnyckyj, « Ukrainian Canadian Bibliography », p. 44.

36 B. Heydenkorn, « Polish Press - Gazeta Katolicka », p. 52.

37 L. Weir, « Cosmic Consciousness and the Love of Comrades », p. 40 ; S. E. D. Shortt, « Bucke, Richard Maurice », DBC XIII.

38 Canadian Newspaper Directory, 1892, supplément publicitaire, p. 261.

39 Cette base est présentée par Y. Lamonde et S. Montreuil à l’Annexe A ; elle comprend les laurentiana, c’est-à-dire des titres imprimés au Ouébec ainsi que des publications relatives au Québec imprimées ailleurs. Sont retenus dans cette analyse les 14 % d’imprimés de langue anglaise, les 2 % en langues autochtones et les 2 % en langue latine, ce qui inclut donc une proportion non chiffrable de productions protestantes. Ne sont pas pris en compte les périodiques religieux, abordés partiellement par Denis Saint-Jacques au chapitre 9.

40 Le cas des catéchismes, seul type d’imprimés religieux ayant fait l’objet d’une bibliographie québécoise exhaustive, fournit aussi un argument invitant à la prudence, puisque 220 éditions des principaux types de ce manuel imprimés dans divers pays ont été recensées entre 1840 et 1920, alors que la collection de la BNQ n’en contient que 99. Voir R. Brodeur, Les catéchismes au Québec, 1702-1963.

41 P. Martin, « Le livre et le statisticien », p. 59 ; voir aussi du même, Une religion des livres (1640-1850).

42 O. Hubert, Sur la terre comme au ciel [...], p. 146-148.

43 R. de Marmande, Le cléricalisme au Canada, p. 111-112.

44 « Lettre pastorale de nos seigneurs les archevêques et évêques des provinces ecclésiastiques de Québec, de Montréal et d’Ottawa sur la question des écoles du Manitoba », 6 mai 1896, MÉM, vol. 12, p. 202.

45 L.-O. David, « Le clergé canadien, sa mission, son œuvre », lettre à l’abbé Élie-Joseph Auclair, [s.d.], ACAM, Fonds Élie-J. Auclair, pièce 990-073 ; sur le voyage de l’abbé Proulx, voir son journal Dans la ville éternelle

46 Il existe deux états du texte, l’un portant la mention de l’éditeur Eusèbe Senécal, l’autre sans mention aucune. L’hypothèse la plus probable est que seuls les exemplaires apportés à Rome portent l’identification de l’éditeur, qui a ensuite préféré prendre ses distances vis-à-vis de ce contentieux imprévu.

47 La Presse, 2 octobre 1896, p. 6.

48 La Presse, 29 décembre 1896, p. 8. En fait, la soumission textuelle de David se lit ainsi : « Je me soumets au jugement porté par la Congrégation de l’Index sur mon livre Le clergé canadien, sa mission, son œuvre, dans les limites exactes de la condamnation » (29 décembre 1896, ACAM, 670-104).

49 En plus de trois conférences de Louis-Antoine Dessaulles, publiées dans les Annuaires de l’Institut canadien de Montréal de 1868 et 1869.

50 Dominique-Ceslas Gonthier, Un manifeste libéral. M. L.-O. David et le clergé canadien, Québec, Léger Brousseau, 1896 ; Un manifeste libéral. M. L.-O. David et le clergé canadien. Deuxième partie : la question des écoles du Manitoba, Québec, Léger Brousseau, 1896.

51 T. Charland, « L’interdit du père Gonthier, o.p. », p. 72.

52 Voir à ce propos T. Chapais, LApostolat des bons livres [...] ; D. Marquis, « La presse catholique au Québec, 1910-1940 ». Pour une analyse plus détaillée de ce cas de censure et du lien avec le changement de stratégie cléricale, voir P. Hébert, avec la collaboration de P. Nicol, Censure et littérature au Québec, p. 139-158.

53 BABTS, Report, 5e (1872), p. 10

54 J. Friskney, « La foi chrétienne sous forme imprimée ».

55 L’histoire de la BFBS, de la RTS et de l’ATS est racontée entre autres dans : G. Browne, History of the British and Foreign Bible Society ; G. Benson et K. G. McMillan, To the Ends of the Earth ; L. Howsam, Cheap Bibles ; S. G. Green, Story of the Religions Tract Society for One Hundred Years ; et ATS, American Tract Society Documents, 1824-1925. Sauf indication contraire, les remarques d’ordre général sur les activités des sociétés bibliques et d’évangélisation au Canada sont fondées sur les rapports des sections locales rendus disponibles par l’ICMH. Outre les rapports cités ailleurs, nous avons consulté ceux des associations suivantes: Bible and Domestic Women Mission of Montreal, Canada Sunday School Union, Canadian Bible Society, Church Bible and Prayer Book Society, City of Hamilton Religious Tract and Missionary Society, Fredericton RTS, Halifax Auxiliary Naval and Military Bible Society, Halifax City Mission, Kingston Auxiliary Bible Society, Montreal Auxiliary Bible Society, Montreal Religious (Book and) Tract Society, New Brunswick Auxiliary Bible Society, Pictou Auxiliary Bible Society, Ouebec (Auxiliary) Bible Society, Quebec Auxiliary Tract Society, Quebec City Mission, Société des bons livres de la paroisse de Québec, Sunday School Union of the Province of Quebec, Toronto City Mission, Toronto Sabbath School Association, Toronto Sabbath School Union, Upper Canada Bible Society.

56 En règle générale, les sociétés d’évangélisation et de catéchisme ne faisaient imprimer sur place que les rapports annuels décrivant leurs activités et leur situation financière, La Upper Canada Bible Society éditait le Bible Society Recorder, et la CBS, une version canadienne de Bible in the World. La Toronto Willard Tract Society fut l’une des rares associations de ce genre à publier localement un nombre substantiel d’imprimés.

57 UCRTBS, Report, 28e (1860), p. 23.

58 Kingston Auxiliary, RTS, Report, 1860-1861, p. 6.

59 Le révérend Bonar. Citation extraite de: Sabbath School Association of Canada, Third Provincial Sabbath School Teachers Convention, p. 10.

60 L. Pierce (dir.), Chronicle of a Century, p. 117-121 et 148-170.

61 W. Canton, History of the British and Foreign Bible Society, vol. 2, p. 343.

62 UCRTBS, Report, 59e (1892), p. 53.

63 BABTS, Report, 2e (1869), p. 11.

64 BABTS, Report, 28e (1895), p. 21. Sur les colporteurs de l’ATS, voir Colportage as Conducted by the American Tract Society.

65 R. Hardy, Contrôle social et mutation de la culture religieuse au Québec, p. 65. Voir aussi D.-T. Ruddel, Le protestantisme français au Québec, 1840-1919.

66 « The Bible Society and the Work It Does », dans Bible in the World, édition canadienne, vol. 4 (janvier 1909), p. III.

67 E. C. Woodley, Bible in Canada, p. 277-280.

68 BC District Auxiliary, CBS, Report, 1916, p. 9.

69 Voir F. H. Epp, Mennonites in Canada, 1786-1920, et, pour une étude plus succincte, H. Loewen, « Mennonites », Encyclopedia of Canadas Peoples, p. 957-974.

70 H. Loewen, « Mennonites », Encyclopedia of Canadas Peoples, p. 960, tableau 3.

71 L. Dillon, « 1881 Canadian Census Project ».

72 H. K. Kalbfleisch, « Peterson, Heinrich Wilhelm », DBC VIII.

73 F. H. Epp, « Eby, Benjamin », DBC VIII.

74 W. V. Uttley, A History of Kitchener, Ontario, p. 31, 63, 70 ; T. Eadie, « Enslin, Christian », DBC VIII.

75 « Heinrich Eby Press » dans « Canadian Mennonite Encyclopedia Online ».

76 « John Fretz Funk », dans ibid.

77 F. H. Epp, Mennonites in Canada, 1786-1920, p. 289.

78 Ibid., p. 243.

79 J. Dyck, « Phase One of a Study on the Mennonite Press in Western Canada », p. 14.

80 Ibid., p. 14-15.

81 Ibid., p. 15.

82 Ibid., p. 14.

83 Ibid., p. 15. On trouvera un exemplaire de cette unique livraison dans l’atelier d’impression du Steinbach Heritage Museum à Steinbach, au Manitoba.

84 R. Brodeur, « Le livre religieux » et J. Dilevko, « L’imprimé en langue allemande et gaélique ».

85 La société, fondée par Friedrich Rittinger et John Motz (L. E. Richardson, « Motz, John », DBC XIV), devint plus tard propriété de leurs fils, John Adam Rittinger (S. Tötösty de Zepetnek, « Rittinger, John Adam », DBC XIV) et William John Motz.

86 J. Dyck, « Phase One of a Study on the Mennonite Press in Western Canada », p. 17.

87 D. F. Plett, « Print Culture of the East Reserve, 1874-1930 », p. 705.

88 H. S. Bender, two Centuries, p. 29, 294 ; N. P. Springer et A. J. Klassen, Mennonite Bibliography, p. 230-231.

89 D. F. Plett, « Print Culture of the East Reserve, 1874-1930 », p. 696.

90 J. Dyck, « Phase One of a Study on the Mennonite Press in Western Canada », p. 17,

91 H. Janzen, « Father’s Memoirs », p. 81 ; H. Loewen, “Mennonites”, Encyclopedia of Canadas Peoples, p. 970.

92 P. T. Wiebe, « Learning Was Hard », p. 131-132.

93 « Catechisms » dans « Canadian Mennonite Encyclopedia Online ».

94 J. Dyck, « Phase One of a Study on the Mennonite Press in Western Canada », p. 17.

95 Canadian Jewish Congress National Archives, Po164, journal de Clarence de Sola.

96 R. Menkis, « “In this Great, Happy and Enlightened Colony” », p. 313-331.

97 G. Tulchinsky, Taking Root, p. 43-46; L. J. Sussman, Isaac Leeser and the Making of American Judaism.

98 On trouvera, malgré quelques erreurs, l’information bibliographique la plus détaillée sur De Sola en tant qu’éditeur dans D. Rome, Early Jewish Presence in Canada, p. 67-79.

99 BAC, MG 8, G 67, vol. 4, « Cash book, 1832-88 ». Il s’agit du journal d’Abraham de Sola sur sa situation financière, pour les années 1871-1874. Nous avons puisé à cette source l’information pour la suite de cet article.

100 D, Rome, Early jewish Presence in Canada, p. 77.

101 A. de Sola, « Preface », dans The Form of Prayers According to the Custom of the Spanish and Portuguese Jews (Philadelphie, 1878), vol. 1, p. 5-7.

102 K. Wyman, « Abraham de Sola and his Intellectual World », p. 118.

103 C. Miller, « De Sola, Alexander Abraham », DBC XI.

Table des illustrations

Légende 11.1. Jacob S. Friesen dans son atelier d’imprimeur, Steinbach, Manitoba, 1917. À Steinbach, au Manitoba, le Mennonite Heritage Village a conservé la presse de Friesen, une platine de travaux de ville Challenge Gordon, en plus de son secrétaire et de sa machine à écrire. Avec l’aimable autorisation des Mennonite Heritage Centre Archives, Winnipeg, vol. 4836-8.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/23258/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 74k

Auteurs

Stuart Clarkson a fait une maîtrise en études écossaises à la University of Guelph et une maîtrise en bibliothéconomie et en sciences de l’information à la Dalhousie University, où il a fait partie des assistants de recherche affectés au volume 2 du projet HLIC/HBiC. Il étudie actuellement la généalogie des familles protestantes radicales du Ayrshire écossais au XVIe et au XVIIe siècle.

Louis Rousseau enseigne au Département des sciences religieuses de l’Université du Québec à Montréal depuis 1969. Il a été président de la Société canadienne pour l’étude de la religion et de la Société québécoise pour l’étude de la religion. Ses principaux domaines d’enseignement et de recherche concernent l’histoire de la religion au Québec, l’évolution de la morale au Québec, l’histoire du christianisme de la Réforme à nos jours, les traditions religieuses amérindiennes au Québec et la diversité religieuse actuelle au Québec.

Professeur au Département des lettres et communications de l’Université de Sherbrooke. Spécialisé en littérature québécoise, il poursuit depuis plusieurs années des recherches sur la censure. Il a fait paraître Littérature et censure au Québec. Le livre crucifié (1625-1919), avec la collaboration de Patrick Nicol (1997) et Littérature et censure au Québec. Des vieux couvents au plaisir de vivre (1920-1959), avec la collaboration d’Élise Salaün (2004).

Titulaire d’une bourse postdoctorale du projet HLIC/HBiC. Ses publications traitent entre autres de la Methodist Book and Publishing House, de la collection « New Canadian Library » de McClelland and Stewart, des sociétés bibliques et d’évangélisation canadiennes et de l’histoire des bibliothèques et de l’édition pour les aveugles au Canada.

Hildi Froese Tiessen enseigne aux Peace and Conflict Studies du Conrad Grebel University College de la University of Waterloo. Elle a publié plusieurs articles et dirigé l’édition de six ouvrages sur les écrits nord-américains des mennonites. Elle s’apprête à publier, en collaboration avec Paul Tiessen, une édition critique de la correspondance entre L. M. Montgomery et Ephraim Weber, mennonite de la région de Waterloo, chez University of Toronto Press.

Professeur agrégé au Department of History de la University of British Columbia et aux Classical, Near Eastem and Religious Studies de cette université. Ses recherches portent sur l’histoire culturelle des Juifs du Canada. Il est le directeur fondateur de Canadian Jewish Studies et a dirigé avec Norman Rawin la publication de The Canadian Jewish Studies Reader (2004).

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr