Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du livre et de l’imprimé au Canada, Volume II

 | 
Yvan Lamonde
, 
Patricia Fleming
, 
Fiona A. Black

Sixième partie : L'imprimé dans la vie quotidienne

Chapitre 9. Les périodiques

Merrill Distad, Gilles Gallichan, Alexander J. Willis, Dominic Hardy, Eugene Orenstein, Denis Saint-Jacques et Robert Cole

Texte intégral

Les journaux et les magazines

MERRILL DISTAD

  • 1 On trouve peu d’histoires de la presse périodique canadienne dans son ensemble. Les journaux d’inf (...)

1La presse périodique est le plus ancien média de masse national ; journaux et magazines ont joué un rôle crucial dans l’élaboration des cultures et de l’identité canadiennes. Après 1840, les journaux, déjà bien implantés dans toutes les colonies de l’Amérique du Nord britannique, gagnent en taille et en influence grâce à l’introduction de procédés d’impression adaptés aux grands tirages (voir illustration 9.1). Les magazines, au contraire, s’étiolent et meurent : le genre compte peu d’exemples durables au XIXe siècle. L’histoire des uns se confond pourtant avec celle des autres, car non seulement ils étaient souvent écrits et produits par le même groupe de journalistes et d’éditeurs, mais ils avaient parfois un format, un contenu et une fonction sociale quasi identiques1.

  • 2 D. Fetherling, Rise of the Canadian Newspaper, p. 34 ; G. L. Parker, The Beginnings of the Book Tr (...)
  • 3 F. Sutherland, Monthly Epic, p. 27.

2Les publications américaines, britanniques et françaises satisfont alors à une bonne partie de la demande canadienne de livres et de magazines, au grand dam des éditeurs locaux. Déjà handicapés par la faiblesse numérique, la dispersion géographique, la fragmentation linguistique et l’alphabétisation variable de leur clientèle, ils doivent en outre payer des droits sur le papier et le matériel d’impression importés, alors que les publications étrangères en sont exemptées lorsqu’elles passent par la poste ! Après 1840, cependant, deux mesures aident les journaux à croître et à se multiplier : la baisse du coût d’affranchissement des imprimés décrétée en 1844 et la livraison postale gratuite aux abonnés, pratique généralisée dès les années 18502. De même, en 1880, l’uniformisation à quatre cents la livre du tarif de deuxième classe appliqué aux périodiques canadiens stimulera la création de magazines ; leur nombre montera en flèche à la fin du siècle, après l’abaissement de ce tarif à un cent. Notons que ce n’est ni pour encourager l’alphabétisation, ni pour informer les électeurs que le gouvernement prend cette mesure, mais pour éveiller une « conscience nationale3 ».

9.1. Robert Harris, Don’t Lose the News for 29 Mister (daté de Charlottetown, 1879). Les vendeurs de journaux comptaient parmi les travailleurs juvéniles les plus visibles dans les villes du Canada victorien. On estimait leur nombre à plus de 500, à Toronto, en 1900 ; autorités publiques et sociétés de bienfaisance se souciaient de leur sort. Avec l’aimable autorisation de la Confederation Centre Art Gallery, Charlottetown, CAG H-29.

3Le développement du réseau télégraphique dans les années 1840, du chemin de fer par la suite, permet aux éditeurs d’essaimer hors de leur marché urbain ; le progrès des communications et l’expansion économique les poussent à accroître la fréquence de parution. Grâce à la presse à cylindre à vapeur et à d’autres percées techniques décrites par Bryan Dewalt au chapitre 3, la production explose ; après 1890, les machines à composer comme la Linotype et la Monotype font plonger les coûts de main-d’œuvre. À la fin du siècle, ces inventions, quelques innovations canadiennes en matière de photoreproduction et l’impression en couleur ont métamorphosé le montage, l’impression et la physionomie de la presse périodique.

  • 4 De la fusion du Patriot et du Leader naîtra le Leader and Patriot. L’édition bihebdomadaire du Col (...)

4Les premiers quotidiens – le Daily Advertiser (1833) à Montréal, le British Standard (1836) à Toronto – ont été des échecs financiers, mais ils ont quand même fait des émules. À Toronto, le Colonist (1839-1859), le Leader (1852-1878), le Patriot (1832-1855) et le Globe (1844-) lancent des éditions journalières avant 1853 ; le British Whig de Kingston se convertit en 1849, le Morning Times de Saint-Jean, en 1852. Comme plusieurs rivaux, le Globe publie en parallèle un numéro hebdomadaire qu’il vend hors de la ville. Dans les années 1860, son propriétaire George Brown achète des presses plus rapides qui tirent en 1873 plus de 30 000 exemplaires par jour, toutes éditions confondues, soit plus de six fois la circulation moyenne des 46 autres quotidiens du pays. Les titres prolifèrent : 101 en 1891, 112 en 1900, 138 en 1913, un sommet (voir illustration 9.2). Le tirage combiné de ces quotidiens et des hebdomadaires passe d’une moyenne de moins de 300 000 en 1872 à plus de 1200 000 à la fin du siècle. À cette époque, la publicité payante procure aux plus grands quotidiens urbains 75 % de leur chiffre d’affaires4.

  • 5 E. Hulse, « Newspapers Printed on the Co-operative Plan », p. 83. Cet article reproduit une public (...)

5Après 1870, un grand nombre d’hebdomadaires de petites villes, surtout en Ontario, trouvent leur salut dans une formule importée des États-Unis. L’édition « auxiliaire » ou « coopérative » associe une grande maison d’édition et des journaux de province. Elle consiste à tirer sur deux des quatre pages d’une feuille, d’ordinaire l’intérieur (soit les pages 2 et 3), des articles d’intérêt général et des annonces publicitaires. Cet « intérieur pré-imprimé » est vendu – à prix modique puisque la publicité en amortit le coût – aux partenaires locaux, qui impriment de l’autre côté (soit les pages 1 et 4) les nouvelles et annonces récoltées sur place. Souvent accusée de ruiner l’initiative locale, la formule plaît à au moins un commentateur américain dans la mesure où elle donne au directeur du journal le temps d’aller aux nouvelles et de travailler son éditorial5.

9.2. Salle de lecture des journaux, Toronto Public Library, vers 1900. Antérieurement Music Hall du Mechanics’ Institute. Avec l’aimable autorisation de la Toronto Public Library (TRL), T12006.

  • 6 Les destins des vieilles presses sont évoqués par D. Fetherling dans Rise of the Canadian Newspape (...)
  • 7 Fondé en 1894 à Victoria, le Province se transporta à Vancouver en 1898 et s’y convertit en quotid (...)

6Lorsque les grands quotidiens de l’Est s’équipent de rotatives, leurs presses désuètes prolongent leur vie utile chez les imprimeurs de travaux de ville et dans les hebdomadaires de province6. La presse à bras reprend également du service quand imprimeurs et éditeurs de journaux partent à la conquête de l’Ouest. En 1858, trois titres naissent à Fort Victoria, sur l’île de Vancouver. Le Courrier de la Nouvelle Calédonie disparaît après deux numéros et la Victoria Gazette (1858-1860), avant deux ans, mais le British Colonist (1858-1980) s’enracine7 (voir illustration 9.3). En 1859, le tout nouveau Nor Wester de Fort Garry (Winnipeg) entame une campagne de 10 ans pour obtenir l’annexion au Canada des territoires de la Compagnie de la Baie d’Hudson. Le journal est réduit au silence en 1869 et 1870, sur ordre de Louis Riel, la rébellion de la Rivière Rouge ayant converti les presses en outils de propagande dans les deux camps, comme le relate Eli MacLaren au chapitre 10.

9.3. Lindley Crease, « The Sun Cornes Out - So do the hats and Jimmy’s tongue » (1902). Fondé à Victoria en 1858 sous le titre de British Colonist, le journal Daily Colonist parut de 1887 à 1980, Avec l’aimable autorisation des British Columbia Archives, cote no PDP06496.

  • 8 D. Fetherling, Rise of the Canadian Newspaper, p. 45-56 ; A. Wearmouth, Checklist of Yukon Newspap (...)

7La nouvelle province du Manitoba est desservie par le Manitoban (Fort Garry, 1871-1872), Le Métis (1871-1881 ; devenu Le Manitoba, 1881-1925) et le Manitoba Free Press (devenu Winnipeg Free Press, 1872-). D’autres journaux desservent les Territoires du Nord-Ouest : le Saskatchewan Herald (1878-1938) à Battleford, le Bulletin (1880-1951) à Edmonton, le Times (1882-1912) à Prince Albert, le Herald (1883-) à Calgary, le Leader (1883-) à Regina. Hormis L’Ouest canadien (1898-1900) à Edmonton et Le Courrier de l’Ouest (1905-1916), les journaux en français vivotent, mais l’afflux des immigrants à la fin du XIXe siècle et au début du XXe fait éclore des journaux dans une kyrielle d’autres langues, ce dont traite plus avant Paul Hjartarson au chapitre 2. La ruée vers l’or du Klondike dote le Yukon de 12 journaux entre 1897 et 1900 ; 8 mourront dans l’année, et seuls le Dawson News (1899-1954) et le Whitehorse Star (1900-) jouiront d’une longue vie8.

  • 9 J. M. S. Careless, Brown of The Globe, vol. 1, p. 40-41 ; D. Creighton, John A. Macdonald, vol. 2, (...)

8Depuis les années 1840, les journaux dépendent moins du patronage et des contrats publics, mais ils tiennent toujours un rôle de premier plan comme organes de débat partisan, et beaucoup sont financés par une faction politique. À Toronto, George Brown crée le Globe pour donner une voix à la Reform Association of Canada, le parti conservateur de sir John A. Macdonald finance le Mail (1872-1896) pour combattre le Globe, puis l’Empire9 pour pallier la défection du Mai ! en 1887. Les journaux restent férocement partisans tout au long du siècle ; nombreux sont les éditeurs et propriétaires qui, comme Brown, sollicitent et obtiennent un mandat électif. Ils sont remplacés à la barre des quotidiens par des hommes comme John Ross Robertson, fondateur du Telegram (1876-1971) de Toronto, Trefflé Berthiaume de La Presse (1884-) à Montréal, et Joseph Atkinson du Toronto Star (1892-), qui préfèrent se consacrer à leur journal et se contentent d’exercer une influence indirecte sur le pouvoir. Sous leur direction, l’invective politique cède la place à un journalisme « nouveau », c’est-à-dire populaire, centré sur l’actualité intérieure et étrangère, l’article d’intérêt humain et le compte rendu, souvent sensationnaliste, des crimes et catastrophes, le tout pour augmenter le tirage et séduire les annonceurs. Cette génération d’éditeurs définit non seulement le fond, mais aussi la forme du quotidien d’aujourd’hui en y introduisant la photogravure et la similigravure.

9En marge des journaux, traditionnellement voués à l’information politique et économique, des périodiques spécialisés ont tenté de répondre aux attentes de publics spécifiques en ciblant certains créneaux susceptibles d’intéresser telle ou telle classe, religion ou profession, voire les amateurs de tel ou tel passe-temps. Pour se bâtir une audience suffisante, ils se paraient de sous-titres grandioses, ambitieux répertoires de sujets censés informer, édifier et distraire le lecteur qu’on voulait « amuser et instruire ». Le ton de leurs éditoriaux était presque toujours docte et moralisant.

  • 10 Le Literary Garland mérite également une mention pour la proportion de textes originaux qui ont pa (...)

10Les livres étant rares et chers, les magazines littéraires ont fait une apparition précoce en anglais comme en français. Précoce, mais brève dans la plupart des cas. Au milieu du XIXe siècle, le Literary Garland and British North American Magazine : A Monthly Repository of Taies, Sketches, Poetry, Music, etc. (Montréal, 1838-1852)10 était le mieux coté chez les anglophones. Les revues littéraires offrent un bel exemple du mimétisme qui caractérisait les périodiques canadiens à cette époque, tant dans la forme que sur le fond. Beaucoup de rédacteurs, de directeurs et d’éditeurs étaient originaires de l’étranger ou lisaient la presse étrangère. Pour conquérir le public et, plus tard, les annonceurs, l’imitation était une stratégie plus sûre que l’innovation. Les meilleurs de ces magazines faisaient toutefois un effort sincère pour encourager les écrivains et artistes canadiens ; en leur offrant une vitrine, ils ont contribué à développer la dimension culturelle d’une identité nationale naissante.

  • 11 Sous la direction de Charles G. D. Roberts, Week publia certains des écrivains canadiens les plus (...)

11Quelques décennies plus tard, le public fait meilleur accueil aux journaux généralistes qui exploitent son engouement pour les nouveautés techniques. Le magazine Canadian Illustrated News (Montréal, 1869-1883) remplace les superbes gravures sur bois de son homologue britannique par des leggotypes photographiques qu’il partage avec L’Opinion publique (Montréal, 1870-1883), son jumeau de langue française. Un de ses successeurs, le Dominion Illustrated (Montréal, 1888-1895), pousse encore plus loin la qualité des images photographiques. Grip (Toronto, 1873-1894) utilise la lithographie pour reproduire les cruelles caricatures de John Wilson Bengough, tout comme l’hebdo Canadian Courier (Toronto, 1906-1920) pour donner de la couleur à ses pages. Si le Toronto Saturday Night (devenu Saturday Night, 1887-) peut tirer à 15 000 exemplaires moins de 10 ans après sa fondation, c’est entre autres à cause de la qualité de ses illustrations. La politique fait l’objet d’un traitement plus sobre dans les journaux torontois dont Goldwin Smith est à la fois un bailleur de fonds et un collaborateur régulier : Nation (1874-1876) ; Bystander : A Monthly Review of Current Events, Canadian and General (1880-1890) ; Week (sous-titres variables, 1883-1896) ; Weekly Sun (1896-1934) ; et Canadian Monthly and National Review (1872-1878, devenu Rose Belford’s Canadian Monthly and National Review [1878-1882] après sa fusion avec Belford’s Monthly Magazine)11.

  • 12 Un recensement bibliographique de près de 2 000 magazines canadiens publiés avant 1901 (à l’exclus (...)
  • 13 C. Gerson, « Snow Drop and the Maple Leaf » ; M. Distad et L. Distad, « Canada », p. 102, 103 et 1 (...)

12Malgré leur importance, ces prestigieuses publications sont peu lues, et leur influence sur l’opinion publique est loin d’égaler celle des grands quotidiens urbains. Leur nombre et leurs tirages paraissent tout aussi insignifiants quand on les compare aux centaines d’autres périodiques alors en circulation. Le genre le plus florissant, c’est la presse religieuse ; elle rend compte du cinquième au moins de la production imprimée de source privée12. Toutes les Églises ou presque éditent des périodiques nationaux, régionaux ou locaux afin d’offrir une solution de rechange aux journaux laïques. En fait, les uns et les autres se ressemblent assez si on oublie les deux thèmes favoris des imprimés confessionnels, le missionnariat chrétien et la tempérance, Sous la direction de son fondateur Egerton Ryerson et de ses successeurs méthodistes, le Christian Guardian (Toronto, 1829-1925) prêche la réforme sociale, tout comme le Methodist Magazine and Review (Toronto, 1875-1906) de William Henry Withrow ; ces deux publications méthodistes recrutent d’ailleurs largement au-delà de leur bassin confessionnel. La rigueur protestante imprègne également le contenu du New Dominion Monthly (Montréal, 1867-1879), un mensuel que John Dougall abandonnera après avoir hissé le tirage à 8 000 exemplaires, parce que ses revenus ne couvrent toujours pas ses coûts de production. Dougall a plus de succès avec le Witness (Montréal, 1846-1938) et avec le Canadian Messenger (devenu Northern Messenger, 1866-1935), un journal prônant la tempérance. Du côté francophone, on trouve des titres comme Les Mélanges religieux (Montréal, 1840-1852), Le Nouveau Monde (Montréal, 1867-1880) et la Semaine religieuse publiée par plusieurs diocèses, dont ceux de Québec et de Montréal. Beaucoup de magazines pour enfants sont édités par des groupes religieux qui les farcissent d’exhortations pieuses et, ultérieurement, d’appels à la tempérance ; font exception Snow Drop ; or, Juvenile Magazine (Montréal, 1847-1853) et son remplaçant Maple Leaf : A Juvenile Monthly Magazine (Montréal, 1853-1854)13.

  • 14 Le Toronto Star et le Montreal Star prirent des libertés avec leur format habituel en publiant des (...)
  • 15 Le nombre des périodiques agricoles augmenta de 130 % entre 1885 et 1893 ; dans le même intervalle (...)

13La presse agricole est la deuxième en importance. Elle rassemble des titres techniques comme le Canadian Agricultural Journal/Journal d’agriculture canadien publié à Montréal en anglais (1844-1847) et en français (1844-1845 ?), et d’autres plus familiaux qui exploitent souvent la veine du roman-feuilleton, tel le pérenne Farmer’s Advocate [and Home Magazine] (London, Ontario, 1866-1951). La publication à Winnipeg du Nor’West Farmer and Manitoba Miller (1882-1936) et du Grain Grower’s Guide (1908-1928) répond au peuplement et à la mise en valeur des Prairies, celle du Massey’s Illustrated : A Journal of Harvesting Machinery (devenu A Journal of News and Literature for Rural Homes, Toronto, 1882-1895), à une stratégie publicitaire d’un fabricant de machines agricoles. D’autres périodiques émanent de grands quotidiens désireux de gagner des parts de marché dans l’arrière-pays : par exemple, le Free Press Prairie Farmer (winnipeg, 1872-1965), l’hebdomadaire Globe and Canada Farmer (Toronto, 1869-1876) de George Brown et le Family Herald and Weekly Star (Montréal, 1869-1968)14. À la fin du siècle, une presse agricole beaucoup plus fournie en titres comme en tirages15 constitue la première source d’information et de distraction des ménages en zone rurale.

  • 16 F. Sutherland, Monthly Epic, p. 156 et 157.

14Les périodiques agricoles doivent une bonne part de ce succès aux articles intéressant plus spécialement les femmes. Un autre genre de magazine leur dispute ce créneau avec des textes axés sur la maison et la famille : en anglais, le Household Journal (Montréal, 1878-1888), le Ladies’ Journal : Devoted to Literature, Fashion, Domestic Matters, &c. (Toronto, 1880-1903), le Ladies’ Home Monthly (Toronto, 1889-1893), le Home Journal (Canadian Home Journal après 1910 ; Toronto, 1895-1958), et Everywoman’s World (Toronto, 1914-1921) ; en français, la Gazette des familles (Ottawa, 1869-1877), le Foyer domestique (Ottawa, 1876-1880, devenu l’Album des familles, 1880-1884), Modes françaises illustrées (Montréal, 1887-1892) et Coin de feu ; Revue féminine (Montréal, 1893-1896). Grâce aux progrès des techniques d’impression, ces magazines peuvent intégrer des dessins de mode et des illustrations publicitaires dans leurs articles et annonces. En tant que tel, toutefois, le genre n’arrivera à maturité qu’au XXe siècle, avec des titres comme le Canadian Home Journal tiré à plus de 100 000 exemplaires et Everywoman’s World, premier magazine à recourir aux concours, aux prix et à la sollicitation de porte en porte pour accroître son tirage, qui doublera entre 1914 et 1917, passant de 50 000 à 100 00016.

  • 17 Le dénombrement des périodiques est particulièrement difficile en raison du taux très variable de (...)

15Des centaines de périodiques spécialisés ont été publiés entre 1840 et 1918 ; certains n’ont tenu que quelques numéros, la plupart, moins de trois ans, mais quelques-uns ont fait exception à la règle. À peu près tous les groupes d’intérêt imaginables ont produit ou se sont fait offrir par un éditeur commercial au moins un organe de presse. En marge des centaines de journaux destinés aux milieux des affaires et du commerce, on dénombre une cinquantaine de titres à caractère médical, autant sur le droit et sur l’enseignement, à peine moins, sinon plus, pour des fraternités et des clubs sociaux. Si les publications savantes, érudites ou scientifiques, sont moins nombreuses, c’est peut-être parce qu’il s’en est édité beaucoup sous l’égide des autorités fédérales et provinciales ou dans les volumineux Mémoires de la Société royale du Canada après 1882 ; n’oublions pas non plus que la publication dans une revue britannique ou américaine bien cotée rapportait plus de prestige à l’auteur. La littérature, les arts, mais aussi les loisirs populaires sont bien représentés : l’athlétisme et le sport de plein air, les passe-temps neufs comme la photo, le vélo et la philatélie s’approprient une part notable des titres. Le célèbre Grip de J. W. Bengough fait partie d’une bonne vingtaine de titres satiriques et humoristiques dont Dominic Hardy nous présente quelques exemples dans ce chapitre ; quatre revendiquent le label « Punch ». Si Toronto et Montréal conservent leur primauté éditoriale, l’expansion de la Confédération fait naître d’un océan à l’autre des dizaines de périodiques locaux ou régionaux aux thématiques très variées17. L’effort consenti est souvent admirable, l’audience, rarement à la hauteur et jamais nationale. Seuls des annonceurs aux produits aussi spécialisés que les intérêts de ces petits lectorats peuvent apprécier ces revues. Les recettes publicitaires sont donc maigres. Dans les années 1890, il n’y a que les quotidiens urbains et la presse agricole, forte de sa vaste clientèle familiale, pour tirer un revenu stable de la publicité.

  • 18 A. Beaulieu, « McKim, Anson », DBC XIV.
  • 19 R. Ohmann, Selling Culture, p. 25. On trouve aussi une analyse fouillée des annonces de magazine e (...)

16In 1889, Anson McKim fonde la première agence canadienne spécialisée dans la coordination nationale de la publicité commerciale. Trois ans après, il lance le premier des répertoires de journaux qui porteront un jour son nom18. À partir des années 1890, les tarifs publicitaires des périodiques sont fonction de leur tirage, et celui-ci est contrôlé. Cette évolution du marché et les progrès des techniques d’impression font surgir des magazines généralistes bon marché visant un très large public plutôt qu’un créneau traditionnel, Au départ, ces mensuels coûtent cher, entre 25 et 35 cents le numéro, mais en 1893, l’éditeur américain Frank Munsey porte le tirage son Munsey’s Magazine de 40 000 à 500 000 copies en 6 mois lorsqu’il en ramène le prix à 10 cents pour pallier les effets d’une crise économique. Les Munsey’s, McClure’s, Collier’s, Harper’s et autres magazines américains à grand tirage assument dès lors un rôle-clé dans la mise en marché des biens de consommation fabriqués en série. Leurs annonces pleine page illustrées, dont le texte se résume souvent à un nom de marque et à un slogan associant l’achat du produit à une vie plus facile, aident à résorber la crise de surproduction qui frappe le capitalisme à la fin du siècle. L’économie échappe à la stagnation, mais le lecteur devient un simple consommateur, et l’édification est reléguée derrière la publicité dans l’ordre de priorité éditorial19.

17Des éditeurs de magazines prennent bonne note de cette tendance, tel l’ami canadien de Munsey, John Bayne Maclean, bâtisseur de l’entreprise qui deviendra Maclean-Hunter, le plus grand groupe de presse périodique de l’histoire canadienne. Après des débuts comme journaliste à Toronto, Maclean a investi 3 000 dollars dans Canadian Grocer and General Storekeeper (fondé à Toronto en 1887), un périodique qui procure aux épiciers et boutiquiers des renseignements introuvables dans les quotidiens. Le succès de ce premier magazine l’incite à créer une ribambelle de revues spécialisées, toutes rentables : Canadian Hardware and Metal Merchant (fondé en 1889), Canadian Dry Goods Review (fondé en 1891), Canadian Printer and Publisher (fondé en 1892) et ainsi de suite. Ayant assuré sa fortune, Maclean part à l’aventure. En 1905, il achète Business : The Businessman’s Magazine, le rebaptise Business : The Busy Man’s Magazine et vend 20 cents ce condensé rempli de réimpressions dont il n’a pas payé les droits et n’identifie pas la source. La couverture promet au lecteur « la crème des magazines du monde reproduite à l’intention des gens occupés ».

  • 20 Gentleman of the Press de F. Chalmers est une biographie admirative de Maclean par un collègue. Le (...)

18En 1911, Maclean relance Business sous l’appellation Maclean’s Magazine et en fait un mensuel à l’image et à la ressemblance du Munsey’s, Entre-temps, il a créé le Financial Post (Toronto, 1907-), puis le Farmer’s Magazine : Canada’s National Farm Magazine (Toronto, 1910-1922), un rare échec financier qu’il imputera à la méfiance paysanne à l’égard de la publicité, oubliant commodément la concurrence d’une kyrielle de périodiques agricoles solidement implantés. Dans son nouveau créneau, Maclean’s dépassera largement les attentes de son éditeur et saura s’adapter à l’évolution des mentalités et des goûts de son lectorat. Encouragés par la rentabilité de leur collection de journaux commerciaux et financiers, Maclean et son associé, l’habile financier Horace Hunter, attaqueront le créneau des magazines féminins et domestiques dans les années 1920 avec des publications qui feront date comme Chatelaine (Toronto, 1928-)20.

  • 21 F. Sutherland, Monthly Epic, p. 113 ; J. A. Stevenson, « Campaign of Canadian Publishers for Prote (...)

19Entre-temps, toutefois, l’expansion explosive de la presse périodique aura buté sur une dure réalité démographique et économique. Vers 1918, beaucoup de magazines respectables sont ruinés par une concurrence étrangère sur les prix qui exacerbe leurs maux structurels : charges trop lourdes, tirages trop faibles, capitalisation insuffisante, spécialisation excessive. Dans la presse quotidienne, fusions et consolidations sont à l’ordre du jour malgré les confortables recettes publicitaires découlant du virage populaire pris par ses dirigeants. Les quotidiens n’ont rien à craindre de la concurrence étrangère et s’accommodent d’un marché urbain purement local. Pas les magazines. Or, leur bassin de clientèle est trop petit pour leur procurer des économies d’échelle comparables à celles de leurs rivaux américains. Maclean a certes réussi à surmonter ces embûches et à adapter le magazine de consommation à grand tirage aux contraintes canadiennes, mais après la Première Guerre mondiale, les revues américaines déferlent par millions sur le marché voisin. Pour chaque exemplaire payé d’un magazine de consommation canadien, il s’en vend quatre d’origine américaine. La survie des éditeurs canadiens ne tient plus qu’à un fil : la protection de l’État21.

La presse au Québec ; du journal partisan à la presse commerciale

GILLES GALLICHAN

20Née dans la « Province de Québec » comme outil d’administration et au Bas-Canada comme voix des conflits politiques coloniaux, la presse est marquée de part en part par la politique. De 1840 à 1918, l’histoire de l’évolution d’une presse politique partisane et d’opinion vers une presse commerciale d’information accompagne celle de la transformation économique, technologique et sociale même de la culture de l’imprimé au XIXe siècle.

  • 22 L. Duvernay, « Liste des journaux publiés dans le Bas-Canada depuis 1764 », La Canadienne, 22 octo (...)

21Aux dires d’un vieux routier de la presse périodique, il restait au Bas-Canada, en 1840, 15 journaux et périodiques : 4 de langue française, 9 de langue anglaise, 2 bilingues, tous publiés à Québec ou à Montréal. Propriétaire de La Minerve (Montréal, 1826-1899), journal pro-patriote interdit par les autorités politiques en 1837, Ludger Duvemay était bien placé pour noter que 18 titres étaient disparus entre 1837 et 1840 et que la moitié d’entre eux étaient de langue française, signe de l’impact des rébellions de 1837 et de 1838 sur la vitalité de la presse bas-canadienne22.

  • 23 A. Beaulieu et J. Hamelin, « Aperçu du journalisme québécois d’expression française » ; voir aussi (...)
  • 24 J. de Bonville, La presse québécoise de 1884 à 1914, p. 128-137 et 216-220.

22Après 1840, de nouveaux journaux paraissent ou d’anciens renaissent dans le Bas-Canada. L’usage de la vapeur pour les presses à imprimer, la télégraphie, la pose d’un câble transatlantique, la croissance démographique, une certaine urbanisation et, comme le décrivent Michel Verrette et Yvan Lamonde au chapitre 14, le fait d’une alphabétisation devenue majoritaire durant la décennie 1870 expliquent la croissance numérique et la régionalisation de la presse tout autant que l’apparition des premiers quotidiens durant le demi-siècle qui suit l’Union (1840) et qui voit naître l’octroi du gouvernement responsable (1848) et la Confédération canadienne (1867)23. Ces changements de régime constitutionnel marquent et sont marqués par la presse et, en particulier, par l’obtention du gouvernement responsable. Désormais, le pouvoir exécutif doit s’appuyer sur une majorité parlementaire ou démissionner. Il doit également rendre compte de son administration et soumettre les dépenses publiques au Parlement. Le député n’est plus qu’un simple opposant au pouvoir colonial, il participe à l’administration et doit à son tour justifier ses actes devant les électeurs et une opinion publique qui se façonne par l’oral et l’imprimé. Dans ce contexte où l’on assiste à la structuration des partis politiques, au poids du bipartisme, à une culture politique de la campagne électorale, la presse devient fondamentalement partisane et les journaux « ministériels » profitent, bien entendu, de la plus belle part du patronage politique, en l’occurrence, des contrats d’impression et des annonces d’intérêt public publiées dans les journaux par le gouvernement24.

  • 25 J. de Bonville, « Le discours des évêques québécois sur la presse de 1850 à 1914 ».
  • 26 Y. Lamonde, Histoire sociale des idées au Québec, vol. 1, p. 142-146, chapitres IX-XII, p. 415-418 (...)

23L’Église catholique, qui avait mis du temps à voir l’émergence des « gazettes » comme quatrième pouvoir après l’exécutif, le législatif et le judiciaire, se dote de journaux – Les Mélanges religieux (Montréal, 1840-1852), le True Witness and Catholic Chronicle (Montréal, 1850-1910), Le Nouveau Monde, qui deviendra plus tard Le Monde (Montréal, 1867-1897), L’Étendard (Montréal, 1883-1893) –, y compris comme « organesnes » de la voix épiscopale dans les diocèses qui se multiplient25. L’artillerie est donc là pour une « guerre des mots » avec L’Avenir (Montréal, 1847-1851), Le Pays (Montréal, 1852-1871), Le Courrier de Saint-Hyacinthe (1853-) ou L’Avenir du Nord (Saint-Jérôme, 1897-1969) afin de faire cohabiter l’État et l’Église, le pouvoir politique et le pouvoir religieux. Dans cet univers de polarisation politique, partisane et idéologique, l’opinion est reine, et la polémique le dispute à la censure26.

  • 27 J. de Bonville, La presse québécoise de 1884 à 1914, p. 220-224.
  • 28 Ibid., p. 232.
  • 29 Ibid., p. 254 et 256.

24Le développement capitaliste vient changer la donne après 1880, au moment du décollage économique et commercial à Montréal, à Québec et dans des capitales régionales, Les percées technologiques et leurs répercussions sur « le capital et le travail », analysées au chapitre 3 par Bryan Dewalt et Éric Leroux, permettent des tirages plus rapides et plus importants grâce aux machines de composition et d’impression27. La baisse du prix des journaux est compensée par des tirages imposants et par la vente de l’espace en publicité. Ces nouvelles sources de revenus diminuent l’importance du financement par les partis politiques et soulagent les bilans financiers des entreprises de presse des fréquents arriérés d’abonnements. Le public visé n’est plus d’abord celui des élites économiques et politiques ou des tenants de partis idéologiques, mais cette masse urbanisée et alphabétisée qui s’intéresse à la politique, qui cherche aussi de la nouvelle, du fait divers, des chroniques féminines, sportives ou ouvrières28. Le régime capitaliste a besoin d’une presse non plus bi ou trihebdomadaire, mais quotidienne, qui s’impose : de 1884 à 1914, les quotidiens accaparent de 29,3 % à 51,7 % du tirage de la presse périodique29. Le reporter, qui collecte la nouvelle, se substitue au rédacteur à tout faire et à « l’agent de nouvelles » qui décrit le métier au recensement de 1851.

25Ces conditions nouvelles créent une presse nouvelle où des journaux indépendants, sans allégeance politique, offrent de la nouvelle locale, nationale et internationale grâce au télégraphe et au téléphone, à des lecteurs amateurs de hockey et du « Canadien », à des lectrices titillées par la mode ou à des consommateurs à la recherche de « pilules rouges » ou d’aubaines. On trouve cela, progressivement, dans le Montreal Star (1869-1979), dans La Patrie (Montréal, 1879-1978), dans La Presse (Montréal, 1884-), dans L’Étoile du Nord (joliette, 1884-) et dans des journaux qui se transforment – le Montreal Herald (1811-1857) – alors que de vieux routiers de la presse disparaissent : La Minerve (Montréal, 1826-1899), Le Courrier du Canada (Québec, 1857-1901), le Quebec Mercury (1805-1903).

  • 30 Ibid., p. 50-52, 61-75, 257-258 et 265-267 ; J. de Bonville et G. Laurence, « Évolution sociodémog (...)
  • 31 J. Saint-Pierre, « Introduction », p. 8-9 ; du même, « Les chroniqueurs parlementaires [...] », p. (...)
  • 32 F. Roy, Progrès, harmonie, liberté.
  • 33 D. Marquis, « La presse catholique au Québec, 1910-1940 ».
  • 34 Y. Lamonde, Histoire sociale des idées au Québec, vol. 2, p. 25-30.

26Ces journaux sans allégeance politique avouée ou officielle se multiplient et leurs tirages attestent dorénavant leur importance décisive30. Le changement de donne oblige à de multiples ajustements qui la confirment. La Tribune de la presse parlementaire, au cœur de la vie politique et des partis, est officiellement reconnue en 1871. Celle-ci favorise la profession journalistique, car les chroniqueurs y travaillent en collégialité et, par-delà les rivalités de leurs employeurs, ils apprennent à s’organiser en associations31, La presse d’affaires est importante et soucieuse d’informer tout en annonçant des couleurs civiques mais non partisanes32. Les partis politiques doivent réaligner leur stratégie éditoriale, comme le fait le Parti libéral du Canada avec Le Soleil (1896-) et Le Canada (1903-1953). La presse catholique s’adapte en devenant plus sociale que politique33. Et cette donne est contemporaine d’une mouvance critique de la politique partisane et résulte en un nationalisme nouveau, « au-dessus des partis », qui trouve voix dans Le nationaliste (Montréal, 1904-1922) d’Olivar Asselin, Le Devoir (Montréal, 1910-) d’Henri Bourassa et L’Action (Montréal, 1911-1916) de Jules Fournier34.

27En deux siècles, on était passé du Canadien, des Mélanges religieux et du Pays à La Presse. Les titres mêmes des journaux racontaient bien l’histoire de l’autonomisation de ce média, Le Nationaliste et Le Devoir rappelant toutefois que la presse d’opinion, même « au-dessus » des partis, allait continuer à côtoyer la presse indépendante et d’information.

Frontières mouvantes : les journaux et le débat sur la Confédération

ALEXANDER J. WILLIS

  • 35 Globe (Toronto), 1er juillet 1867.
  • 36 Ibid.
  • 37 Yarmouth Herald, 27 juin 1867.
  • 38 Yarmouth Herald, 4 juillet 1867.

28Le 1er juillet 1867, le Globe de Toronto publie à la une un triomphal éditorial de 9 000 mots signé par son éditeur George Brown, démagogique partisan de la Confédération. Ayant constaté la fin des « choses anciennes », l’auteur salue avec un lyrisme de circonstance « la naissance d’une nation qui veillera aux intérêts de la chrétienté et de la civilisation sur un territoire plus vaste que l’ancien empire romain35 ». Au bas de la deuxième page, une hésitation vient toutefois troubler les espoirs qu’il met dans l’unité de l’Amérique britannique : « L’unanimité et la cordialité avec lesquelles le peuple canadien représentant chaque section du pays accepte la nouvelle constitution sont le plus heureux présage de son bon fonctionnement. Si les habitants des provinces unies restent fidèles à eux-mêmes et exercent un contrôle constant et rigoureux sur les affaires publiques, le succès est assuré36. » Quelques jours plus tôt, sur la côte ouest de la Nouvelle-Écosse, le Yarmouth Herald, journal conservateur opposé à la Confédération, a prédit un « jour d’humiliation » parce que « la Nouvelle-Écosse aura connu une révolution [...] au mépris des vœux de sa population37 ». Une semaine après cette annonce, son directeur Alexander Lawson se croit tenu de rapporter que le 1er juillet, « une effigie du docteur Tupper [premier ministre de la Nouvelle-Écosse] a été pendue par le cou tout l’après-midi [...] et brûlée en soirée avec un rat vivant38 ».

  • 39 P. B. Waite, Life and Times of Confederation, 1864-1867, p. 4. Cet article doit beaucoup aux trava (...)
  • 40 Waite estime la population canadienne à 3 526 000 âmes en 1865.

29Le contraste entre ces deux réactions à la Confédération – c’est-à-dire à l’initiative canadienne visant à fédérer les colonies britanniques d’Amérique du Nord – n’a rien d’exceptionnel. Le débat qui fit rage entre 1864 et 1867 dans la presse d’Amérique du Nord britannique était très chargé de rancœur et de dissension. Nul besoin d’appeler à la barre des adversaires politiques connus pour constater ces désaccords et dissensions. En 1865, environ 380 journaux étaient publiés dans les colonies britanniques39, surtout dans les grands centres : Toronto, Québec, Montréal, Saint-Jean, Charlottetown, Halifax et St. John’s. Cette offre pléthorique, compte tenu du bassin de population40, reflète une étonnante variété de lignes politiques, qui se recoupaient du reste souvent, selon la région d’origine : journaux conservateurs, libéraux, réformistes, rouges (libéraux à tendance anticléricale du Canada français), bleus (conservateurs catholiques du Canada français), catholiques, protestants, sans oublier la presse indépendante de nombreuses minorités ethniques ou religieuses. La multiplicité des permutations politiques aurait, à elle seule, garanti un vigoureux débat sur l’union fédérale ou législative des colonies. La polémique journalistique et ses motivations (pour ou contre la Confédération) ont pris des couleurs très différentes d’une région à l’autre, mais elles ont brouillé partout les lignes de démarcation et les obédiences politiques et opposé souvent des credos politique et religieux. Loin de la simple voxpopuli ou du reportage objectif, la presse de cette époque s’est transformée en deuxième espace de débat public (meilleur substitut au référendum populaire qui n’eut lieu ni en 1867 ni avant) ; en « législature secondaire » plus neutre, d’où il était possible d’interpeller l’opinion et de développer un plaidoyer en marge de la politique partisane.

  • 41 P. B. Waite relate cette affaire dans Life and Times of Confederation, p. 154-156.
  • 42 Oshawa Vindicator, 6 juillet 1864.
  • 43 P. B. Waite, Life and Times of Confederation, p. 137.

30Ce débat a contribué à « redessiner » les réseaux d’influence politique ostensible des journaux. Comme toujours, à l’époque, la région a pesé plus lourdement sur leurs choix politiques et partisans que les affinités idéologiques et les étiquettes partisanes : « conservateur » ne signifiait pas pour un Haut-Canadien la même chose que pour un Néo-Écossais. La solidarité partisane n’était garantie à aucun niveau, pas même au sein d’une province. Les journaux conservateurs de Montréal offrent à cet égard un exemple éloquent. La Gazette défendait les idées d’Alexander Tilloch Galt et les conservateurs anglophones ; La Minerve, les vues de George-Étienne Cartier et les conservateurs francophones. Galt et Cartier appartenaient tous deux au clan confédérationniste. Pourtant, en août-septembre 1864, les deux journaux se livrèrent à une violente polémique sur les risques d’une fédération41. Dans le Bas-Canada, en effet, la langue et la culture déterminaient les clivages politiques. A contrario, les journaux d’un Haut-Canada dans l’ensemble majoritairement anglophone firent preuve d’une unanimité quasi parfaite sur la Confédération, indépendamment de leur appartenance partisane. Le 6 juillet 1864, le Oshawa Vindicator publia dans un éditorial intitulé « L’esprit de la presse » ce commentaire révélateur : « Si la presse du Haut-Canada est un indicateur du sentiment populaire – et nous croyons qu’elle s’avérera en parfait accord politique avec l’ensemble de la population – la nouvelle coalition sera chaudement appuyée au moins par les habitants de cette section du Canada. Les neuf dixièmes des journaux nous semblent globalement satisfaits des choix faits à ce jour42. » Exception notable : le Leader, un journal conservateur de Toronto, prôna le maintien de l’union des Canadas, mais il disputait la suprématie commerciale au Globe, qui voulait la Confédération, et ceci explique cela. Cette position en porte-à-faux en fit l’allié non avoué des rouges et des réformistes radicaux, comme le souligne l’historien P. B. Waite43.

  • 44 Le Nouveau-Brunswick décida de son sort le samedi 30 juin 1866 au terme d’une intense campagne de (...)
  • 45 Une analyse détaillée de cette relation et de la position d’Annand sur la Confédération figure dan (...)
  • 46 Morning Chronicle (Halifax), 1er septembre 1864.
  • 47 Ibid., 13 décembre 1864 (extrait d’un discours prononcé le g décembre).
  • 48 Ibid., 10 janvier 1865.
  • 49 P. B. Waite, Life and Times of Confederation, p. 228.
  • 50 La plupart des journaux confessionnels de la Nouvelle-Écosse et du Haut-Canada appuyèrent la Confé (...)
  • 51 Les programmes électoraux des conservateurs avaient eu une forte saveur religieuse en 1859 et 1863
  • 52 P. B. Waite, Life and Times of Confederation, p. 202.

31Les journaux qui publiaient les interventions des factions politiques concurrentes et alliées (à l’intérieur des partis et entre eux) changèrent souvent de position éditoriale. Après les conférences de Québec et de Charlottetown, en 1864, beaucoup de journaux des Maritimes se focalisèrent sur le thème confédératif et prirent à parti tous ceux qui osaient accuser les leaders régionaux de sacrifier les intérêts locaux. Alors que l’opinion était clairement favorable dans les deux Canadas, l’adhésion de la Nouvelle-Écosse et du Nouveau-Brunswick ne fut certaine que le jour où leurs habitants votèrent en ce sens44. Rien n’illustre mieux l’instabilité politique des Maritimes que le psychodrame du Moming Chronicle. Ce journal libéral de Halifax était la création et la propriété de William Armand, un collègue de Joseph Howe, l’irréductible ennemi de la Confédération. En 1857, Annand persuada Jonathan McCully de prendre la direction de son journal45. McCully accompagna la délégation néo-écossaise aux conférences de Charlottetown et de Québec ; Annand n’y était pas, ayant entrepris en août un voyage d’affaires en Angleterre qui se terminerait en novembre. Avant la conférence, le Morning Chronicle avait affirmé : « On ne décèle aucun signe tangible d’un vif désir d’union avec le Canada ni en Nouvelle-Écosse ni au Nouveau-Brunswick [...] le projet de Confédération [...] ne va pas au delà du sentiment46. » McCully rentra toutefois à Halifax convaincu du bien-fondé du projet et décida de convertir son tiède Moming Chronicle en héraut de la fédération en Nouvelle-Écosse. La vitesse à laquelle il y parvint laisse pantois. Dès décembre, il y publiait ses harangues aux « assemblées pour la fédération » du Temperance Hall de Halifax sur « la nécessité d’instaurer un régime de gouvernement centralisant les pouvoirs [...] ouvrant aux hommes jeunes et entreprenants un champ d’action d’une étendue jamais vue dans le monde47 ». Incapable de tolérer pareille insubordination, Annand le licencia et publia le 10 janvier 1865 l’avis suivant : « Le propriétaire reprend les rênes du journal, qui reflétera désormais ses opinions et celles qu’à son avis, son pays devrait défendre et finira par adopter48. » Refusant de s’avouer vaincu, McCully acheta une feuille à l’agonie, le Morning Journal, qu’il rebaptisa Unionist and Halifax Journal ; il le voua à la promotion de la Confédération49, Les directives et traditions des Églises chrétiennes à l’époque de la Confédération ne firent qu’embrouiller cet écheveau ostensiblement politique. Nulle part ces complications ne sont plus manifestes que dans les journaux du Bas-Canada et de l’Île-du-Prince-Édouard50. Dans le Bas-Canada, beaucoup de protestants anglophones redoutaient la Confédération autant que les catholiques francophones. Ceux-là tenaient par-dessus tout à préserver la supériorité politique et économique de la minorité ; ceux-ci, à garantir la pérennité de leur langue et de leur culture. Chacun croyait que l’union réaménagée mettrait son bien le plus sacré à la merci de l’autre. Anticléricaux et opposés à la Confédération, les journaux rouges (Le Pays et L’Union nationale étant les plus importants) glanèrent de ce fait de timides alliés dans les deux camps confessionnels, notamment le True Witness (catholique) et le Witness (protestant) à Montréal. Les factions religieuses de l’Île-du-Prince-Édouard ne se sentaient pas menacées comme celles du Bas-Canada par la nouvelle législation, mais le fossé entre catholiques et protestants y était un puissant ferment de division politique51. Ce profond (et parfois violent) antagonisme entra en dormance pendant le débat sur la Confédération : « L’Islander conservateur et protestant fit front commun avec l’Examiner libéral et catholique tandis que l’opposition rassemblait le Monitor et le Protestant Union, conservateurs et protestants, le Herald catholique [...] [et] le Patriot, curieuse mixture protestante et libérale52. » Les deux journalistes et hommes politiques les plus célèbres de l’île – le protestant William Pope, directeur de l’Islander, et le catholique Edward Whelan, directeur de l’Examiner – s’entendirent comme larrons en foire dans cette affaire.

  • 53 Morning Freeman (Saint-Jean), 22 mai 1866.
  • 54 Morning Freeman (Saint-Jean), 26 mai 1866.

32Les mandements de l’Église catholique plongèrent les journalistes adhérant à cette confession dans un embarras d’autant plus cruel que la ligne éditoriale de leur journal s’éloignait de la consigne. Beaucoup, qu’ils fussent ou non confessionnels, se sentirent obligés de publier des textes contraires à leur position officielle. En 1866, les évêques catholiques de la Nouvelle-Écosse et du Nouveau-Brunswick autorisèrent et, même, exhortèrent leurs fidèles à voter pour la Confédération, sans doute à l’incitation de ses partisans ; en juin 1867, leurs homologues du Bas-Canada leur emboîtèrent le pas. Des journaux bleus comme le Courrier du Canada de Québec publièrent sans hésiter des lettres d’appui qui ne les gênaient en rien, mais d’autres, tels le True Witness et L’Ordre, le firent par devoir d’obéissance, malgré leur aversion non dissimulée pour le projet. À Saint-Jean, Timothy Anglin, éditeur catholique du Morning Freeman et adversaire déclaré de la Confédération, éventa la ruse, mais imprima quand même les lettres de monseigneur Rogers, évêque de Chatham53. Son éditorial du 26 mai exhale une discrète révulsion : « Il [l’évêque] semble résolu à ne rien ménager pour aider ceux qui tentent de forcer notre pays à adhérer à la Confédération54, » Bref, « l’unanimité et la cordialité » évoquées par Brown n’existaient pas dans la presse avant la Confédération. Même si on interprète ce vœu comme un espoir de paix entre les partis, il demeure que la résistance et la dissension avaient des assises plus profondes et diffuses. En s’écartant du cadre partisan dans lequel il était censé s’inscrire, le débat dans la presse révéla au sein des formations politiques des lignes de force et de faiblesse qui n’apparaissaient pas nettement dans les arènes législatives provinciales.

La presse satirique illustrée

DOMINIC HARDY

33L’histoire de la presse satirique illustrée au Canada nous montre une société neuve réagissant à ses divisions ethniques, politiques et nationales par la caricature, mode d’expression polémique qui, dans l’imprimé, remonte à la Renaissance. Ses précurseurs immédiats en terre coloniale sont les feuilles françaises et britanniques de la fin du XVIIIe siècle et des journaux du XIXe comme La Caricature (Paris) après 1830 et le Punch londonien après 1841. L’évolution du dessin satirique est intimement liée à celle de la presse quotidienne et périodique : cette branche de l’imprimé est tributaire de l’économie, de la technique et d’une relation fluctuante avec le politique – patronage, partis, gouvernement. La satire doit convaincre ; or, le pouvoir de persuasion visuelle de l’illustration satirique est, à cette époque, affecté de façon subtile, mais profonde par la transition du dessin vers la photo.

  • 55 N. Allard donne dans « Un graveur et caricaturiste à l’aube de la Confédération » la relation la p (...)
  • 56 Y. Chèvrefils retrace cette période de la gravure montréalaise dans « John Henry Walker (1831-1899 (...)

34La tradition canadienne du dessin satirique prend son essor dans ses propres hebdomadaires ; leur brûlante actualité pallie leur pauvreté graphique et leur insuccès commercial. Dans le Bas-Canada, l’opposition de la ville de Québec à l’Union et, plus tard, à la Confédération inspire diverses publications fugaces qui servent de caisse de résonance et d’arme aux factions politiques de l’heure. En parallèle, leurs éditeurs cherchent à refléter la culture du dessin satirique et du commentaire politique qui imprègne leurs modèles européens. Si Napoléon Aubin fait œuvre de pionnier dans Le Fantasque (Québec, 1837-1848), c’est le sculpteur Jean-Baptiste Côté qui réalise, dans La Scie et ses successeurs (1863-1868), les portraits les plus acides de la bureaucratie, du clergé, des professions libérales et du gouvernement55. À Montréal, John Henry Walker entame une carrière de cinq décennies vouée à une gravure sur bois plus soignée par une série de caricatures politiques pour son éphémère illustré Punch in Canada (1849-1850)56.

  • 57 L’œuvre de John Wilson Bengough et la politique de Grip font l’objet d’un exposé complet dans C. C (...)
  • 58 Ramsay Cook décrit finement ce climat dans The Regenerators.

35Peu après la Confédération, deux entreprises de premier plan, l’une à Montréal, l’autre à Toronto, réussissent à publier des journaux d’opinion illustrés tout en exécutant de lucratifs contrats d’impression pour les pouvoirs publics. La première, animée par George-Édouard Desbarats et William Augustus Leggo fils, édite les deux hebdomadaires montréalais Canadian Illustrated News (1869-1883) et L’Opinion publique (1870-1883). Henri Julien se révélera, après 1873, le plus doué et le plus prolifique des artistes de l’école Desbarats. Ses vigoureux croquis en noir et blanc évoquent les caricatures emblématiques de Punch et des lllustrated London News. Les publications libérales de Desbarats coexistent avec les hebdos rouges plus radicaux d’Honoré Beaugrand et d’Hector Berthelot (Le Canard et ses successeurs, 1877-1895). Dans leurs pages truffées de gravures sur bois satiriques se déploie une ironie toute littéraire qui attaque le discours même de la vie sociale et politique canadienne, notamment dans un Québec déchiré par l’affrontement entre l’ultramontanisme et la franc-maçonnerie séculière des rouges. On doit à Berthelot le père Ladébauche, vieil habitant sagace qui commentera les mutations de la société québécoise pendant 70 ans, bien après la mort de son créateur en 1895 : ressuscité par Albéric Bourgeois dans La Presse en 1905, il s’y illustrera jusqu’aux années 1950. Quelques décennies plus tard, un sort ironique fera d’une symbolique analogue à celle de ce personnage né pour la satire l’emblème du repli régionaliste sur la mémoire canadienne-française, La deuxième fusion réussie est orchestrée par John Wilson Bengough à Toronto. Son magazine satirique Grip (1873-1895) est l’orgueil d’une entreprise familiale qui travaille par ailleurs pour l’élite du parti libéral au pouvoir en Ontario57. Bengough appartient à un cercle d’une liberté de pensée digne de Berthelot et de Beaugrand, un milieu imbu de « régénération » et de réforme sociale58. La Grip Printing and Publishing Company engagera bon nombre d’artistes réputés comme illustrateurs, contribuant au progrès du modernisme dans l’art canadien. Les brillantes caricatures de Bengough offrent le premier exemple proprement canadien de ces antagonismes dont toute culture satirique a besoin pour s’épanouir : un dessinateur tenace et intrépide contre un homme politique puissant. Sur le modèle de James Gillray, bête noire du prince de Galles au siècle précédent, d’Honoré Daumier et de Philippon, pourfendeurs de Louis XVIII dans les années 1830, et, surtout, de Thomas Nast, dénonciateur du politicien new-yorkais Boss Tweed au milieu du siècle, Bengough instille dans la vie politique canadienne une caricature de sir John A. Macdonald qui finira par oblitérer presque tous les portraits du premier chef de gouvernement du pays. En 18 années de duels hebdomadaires, son inépuisable fascination amusée pour la tête de Macdonald, ses traits à la Disraeli, son nez remarquable, l’amènera à développer un personnage de caricature quasi exemplaire par l’importance accordée, au-delà de la distorsion des traits, à la physionomie et à l’invective politique.

  • 59 Un exposé complet figure dans D. Hardy, « Drawn to Order » ; voir tout spécialement les pages 63-9 (...)
  • 60 Ibid., p. 100-147.

36L’importance de la physionomie dans le dessin satirique est confirmée par le travail d’Henri Julien au Montreal Daily Star, le quotidien qui l’avait extrait du monde des hebdomadaires éphémères en 1888 et l’a engagé comme directeur artistique, entre autres pour l’empêcher de vendre ses caricatures à des rivaux. Les dessins les plus célèbres de Julien représentent sir Wilfrid Laurier et des membres de son cabinet, notamment Joseph-Israël Tarte, ministre des travaux publics, en troubadours chantant dans un pseudo-patois canadien-ffançais59. Cette série des « By-Town Coons » (1899) et les caricatures publiées dans le Star au début de la guerre en Afrique du Sud, en 1899, ancrent dans les esprits une image de Laurier qui en viendra à représenter l’homme aux yeux des générations futures, avec toutefois moins de force que celle de Macdonald (voir illustration 9.4). Julien n’a pas le crayon assez féroce, il l’avouera lui-même par la suite. Fin 1899, il abandonne la caricature. Son remplaçant, le jeune Arthur George Racey, sera le caricaturiste en titre du Star pendant 43 ans60.

  • 61 Le meilleur exposé sur les dessinateurs satiriques canadiens de cette époque demeure celui de Desb (...)

37Le style de Racey reflète la vigueur d’une nouvelle génération de dessinateurs qui rejette les codes de représentation ambigus dont Julien avait fait son fond de commerce. En cela, ils sont les héritiers et élèves de Nast et de Bengough, Les collègues de Racey au Moon, éphémère publication de 1901, représentent la crème des milieux artistiques torontois : Newton McConnell au News, Fergus Kyle au Globe et Samuel Hunter au World contribueront eux aussi à façonner l’image de Laurier durant ses quatre mandats consécutifs à la tête du gouvernement. Comme Albéric Bourgeois, Alonzo Ryan, Joseph Charlebois et Albert-Samuel Brodeur au Québec, Bob Edwards au Calgary Eye-Opener et Arch Dale au Winnipeg Free Press de John Wesley Dafoe après 1908, ils exploitent les conventions naissantes de la bande dessinée nord-américaine (et du dessin animé dans le cas de Raoul Barré) pour ridiculiser les puissants61. Ce style burlesque est l’apanage des journaux à sensation édités par les grands empires de presse des Hearst et des Pulitzer. En 1914, après l’avènement du journalisme populaire et la fondation des premières maisons d’édition officiellement indépendantes, la figure typiquement canadienne de l’éditeur à la remorque d’un parti politique commence à opérer les consolidations de forme et de fond qui s’imposeront après la Première Guerre mondiale. L’illustration satirique d’actualité connaît alors une série de convergences stylistiques et structurelles qui l’amènent à privilégier les flèches politiques acérées, mais ne causant pas de blessures sérieuses. Durant ces années d’avant-guerre, les grosses farces et allégories faciles des caricaturistes ne blessent jamais gravement, car leurs créateurs consacrent leur énergie à produire à toute allure des dessins efficaces en noir et blanc pour des éditeurs en quête l’influence publique et politique.

9.4. Henri Julien, « Peace Hath Her Victories No Less than War » (détail), Montreal Daily Star, 7 octobre 1899. Propriétaire du journal Montreal Daily Star, Hugh Graham voulait forcer la main au premier ministre sir Wilfrid Laurier, qui restait silencieux, au Québec, sur la participation du Canada à la guerre des Boers. Avec l’aimable autorisation des University of Toronto Libraries.

38Vers 1914, dessins et textes satiriques paraissent quotidiennement. Leur veine plus grotesque renoue avec la férocité des premières gravures sur bois, mais ce mordant est à présent au service d’un nouvel alignement des forces politiques et économiques impulsé par l’imminence d’un conflit mondial qui éprouvera durement les allégeances et identités coexistant au Canada.

Les quotidiens en yiddish

EUGENE ORENSTEIN

  • 62 Pour le contexte historique de la communauté juive au Canada, voir M. Weinfield, « Jews », dans En (...)

39Le groupe dynamique que composaient les immigrants d’Europe de l’Est parlant yiddish fut le seul segment de la communauté juive au Canada doté de la force du nombre, de l’énergie créatrice et du désir de créer une presse quotidienne juive (voir illustration 9.5). L’immigration massive des Juifs d’Europe de l’Est fit passer la population juive canadienne d’un peu moins de 2 500 individus en 1881 à plus de 126 000 au début de l’année 1921, lui imprimant un caractère plus prolétarien62. Les communautés juives urbaines les plus nombreuses du pays s’étaient constituées à Montréal, Toronto et Winnipeg, villes qui furent les foyers de la presse quotidienne yiddish. Le syndicalisme militant – mélange explosif d’idéologies socialistes –, le sionisme, le nationalisme de la diaspora, les mouvements yiddish et hébraïques devinrent d’importants ingrédients de la vie politique et socioculturelle de ces communautés et contribuèrent à façonner l’imprimé yiddish.

40La communauté juive américaine, la plus nombreuse au monde, fit de la ville de New York une capitale de la presse yiddish internationale, Avec leurs célèbres journalistes et leurs articles de fond, ses grands quotidiens séduisirent les lecteurs canadiens, mais une presse yiddish émergea aussi au Canada. Les journaux yiddish locaux, comme leurs pendants américains plus fortunés et plus exhaustifs, rapportaient des nouvelles internationales, tant universelles que juives, traitaient de questions juives internationales et présentaient de la littérature yiddish ; ils soulevaient aussi des questions d’intérêt spécifiquement canadien, créant ainsi un sentiment d’appartenance à la communauté juive tant nationale que locale.

9.5. Hershl Hirsh, Hundert tropn tint (Toronto, 1916). Directeur du premier journal yiddish de Toronto, Hirsh publia aussi un recueil de fables, premier livre de littérature en yiddish au Canada. Avec l’aimable autorisation de la Thomas Fisher Rare Book Library, University of Toronto.

41Des publications yiddish de périodicité variable parurent au Canada à partir de 1887. Cette année-là, invité à Montréal pour enseigner l’hébreu à la Congregation Shaar Hashomayim’s Hebrew Free School, Alexander Harkavy, qui deviendrait plus tard un fameux lexicographe yiddish, s’essaya à publier un journal yiddish lithographié, Di tsayt, dont parut une seule livraison, Harkavy en inscrivit lui-même le texte yiddish sur la pierre lithographique.

  • 63 Tel fut officiellement le titre yiddish du journal pendant toute sa durée d’existence, même si les (...)

42En 1907, Hirsh (Harry) Wolofsky fonda Der Keneder Adler, le journal yiddish le plus influent du Canada63. D’abord un hebdomadaire, ce journal montréalais devint bientôt un quotidien. Pionnier de la littérature juive moderne et du sionisme, Reuben Brainin accrut le prestige de ce journal dont il fut le directeur de 1912 à 1915. Brainin se servit de Der Keneder Adler pour promouvoir le concept d’une large coalition démocratique qui représenterait les intérêts de la communauté juive canadienne, qui interviendrait pour le compte de la diaspora persécutée en Europe de l’Est et qui soutiendrait les aspirations sionistes en Palestine, défiant ainsi les dirigeants de la communauté juive canadienne, assimilés et prospères. Il se brouilla avec Hirsh Wolofsky par ses attaques mordantes contre les dirigeants de la communauté et, en 1915, il quitta Der Keneder Adler pour publier son propre quotidien, l’éphémère Der Veg. Ces deux quotidiens contribuèrent à jeter les bases du Congrès juif canadien, créé en 1919. Der Keneder Adler offrit aussi une tribune aux plus grands écrivains yiddish du Canada, dont les poètes J. I. Segal, N. Y. Gotlib, M. M. Shaffir, Ida Maze, Melech Ravitch, Rokhl Kom, et l’historien de la communauté juive canadienne, B. G. Sack. De 1963 à 1967, la périodicité du journal fut réduite à trois livraisons par semaine. Après quelques interruptions de publication, il reparut sous forme d’hebdomadaire jusqu’en 1988.

43Der Idisher Zhurnal de Toronto (littéralement, « Le journal juif » ; mais il portait plutôt officiellement en anglais le titre « The Hebrew Journal ») fut lancé en 1912 sous forme d’hebdomadaire par Hershl Hirsch ; il devint un quotidien pendant la Première Guerre mondiale et le resta jusqu’à sa disparition en 1962. Activiste du mouvement travailliste sioniste au Canada et tenant de l’école yiddish laïque et moderne. Abraham Rhinewine devint membre en 1912 de la rédaction de Der Idisher Zhurnal, dont il fut le directeur de 1915 jusqu’en 1931.

44À Winnipeg, les racines de la presse yiddish remontent à 1906. Dos Idishe Vort (littéralement, « le yiddish » ou « parole yiddish » ; il portait officiellement en anglais le titre « The Israelite Press ») succéda à la fois à Der Kuryer et Der Keneder Id. D’abord publié sur une base hebdomadaire en 1917, il fut temporairement un quotidien avant de cesser de paraître en 1967. Relancé sous forme de tabloïd intitulé Dos Naye Yidishe Vort, il cessa pour de bon toute publication en 1981, dernier sursaut d’un périodique yiddish qui, de concert avec ses pendants montréalais et torontois, avait servi la communauté pendant des décennies.

Les magazines populaires en français

DENIS SAINT-JACQUES

45C’est à partir du régime de l’Union que les éditeurs de journaux canadiens-français commencent à expérimenter de nouvelles formes de périodiques dans l’esprit des magazines étrangers et des nouvelles revues illustrées pour tenter de toucher un public plus large. Si ces tentatives donnent lieu à des formules qui se targuent d’être « populaires », leur marché reste pour la plupart très circonscrit.

  • 64 64 M. Lemire et D. Saint-Jacques (dir.), La vie littéraire au Québec, vol. 3 (1840-1869), p. 188-1 (...)

46Ainsi, Étienne Parent, à Québec, décide de doter son journal, Le Canadien, d’un supplément hebdomadaire qu’il dénomme Le Coin du feu (1840-1841), titre qui indique bien le public familial visé ; il y donne surtout du roman et de la nouvelle. Un autre hebdomadaire de Québec, créé par Marc-Aurèle Plamondon, Le Ménestrel (1844-1845), ajoute les partitions musicales à la littérature « légère ». Dans le même esprit, Louis-Octave Letourneux publie à Montréal un « magasin littéraire », L’Album littéraire et musical de la Revue canadienne, qui deviendra La Minerve (1846-1848 et 1849-1874)64. Le public vers lequel ces nouvelles publications, d’ailleurs éphémères, s’ouvrent n’est encore vraiment que celui de la famille bourgeoise.

  • 65 Le seul tirage connu, 1 250 exemplaires, est celui de la dernière année, 1895. Tous les tirages in (...)

47Mais avec la Gazette des campagnes (1861-1895), lancée à Sainte-Anne-de-la-Pocatière par Émile Dumais, « Journal illustré, d’enseignement pratique et populaire d’agriculture et de colonisation », l’élargissement vers le groupe social le plus nombreux au Canada français a un impact décisif, et cette Gazette tiendra plus de 30 ans. La visée étendue, l’illustration et la publicité – deux pages sur huit sont consacrées aux annonces – en font la première revue populaire au Canada français65. On peut la considérer comme un ancêtre du Bulletin des agriculteurs (Montréal, 1916-), qui connaîtra au XXe siècle une plus grande fortune encore.

  • 66 M. Lemire et D. Saint-Jacques (dir.), La vie littéraire au Québec, vol. 4 (1870-1894), p. 192-193.

48Cette restriction du public à une tranche de la population, si large soit-elle, ne doit pas être confondue avec le type de fragmentation du lectorat des médias modernes. À Montréal, George-Édouard Desbarats décide d’éditer le Canadian Illustrated News (1869-1883), premier journal illustré à la leggotypie au Canada et étudié au chapitre 3 par Bryan Dewalt. Sur ce modèle, il y crée L’Opinion publique (1870-1883) qui sera d’abord dirigée par le jeune libéral Laurent-Olivier David66. Écartelé entre deux vocations, celles de l’engagement politique et de l’illustré populaire, cet hebdomadaire conçu suivant la formule des grandes revues illustrées européennes finit par sacrifier le public élargi à la partisanerie politique et disparaître. Mais la recette semble alors toute trouvée.

  • 67 Pour les revues populaires religieuses, voir E. Lavoie, « La constitution d’une modernité culturel (...)
  • 68 A. Beaulieu et J. Hamelin, La presse québécoise des origines à nos jours, t. 4 (1896-1910), p. 320 (...)

49Le grand succès populaire ne viendra pas d’abord de cette formule, mais d’un tout autre côté : Les Annales de la bonne Sainte-Anne de Beaupré (1873-1967), fondées à Cap Rouge par l’abbé Nazaire-Alphonse Leclerc, publication mensuelle (0,35 $/an, 6 000 exemplaires en 1892) dite « religieuse et nationale » qui célèbre les « merveilles de la bonne sainte Anne » et sera publiée en anglais. C’est la première, au Canada français, d’un ensemble de revues de piété que le clergé s’empresse d’encadrer et de diffuser avant que ne s’amorce au tournant du XXe siècle un mouvement d’action sociale catholique qui reconnaît les progrès de l’alphabétisation et de la grande presse67. Grâce au réseau de diffusion paroissial, ces revues trouvent aisément le public « national » auquel elles prétendent. Puis, paraissent à Montréal les Annales de la propagation de la foi pour la province de Québec (1877-1964) et Le Petit Messager du Très Saint Sacrement (1898-1974), ce dernier publié aussi en anglais. L’aventure du modeste Bulletin paroissial de l’immaculée Conception créé en 1909, qui passera par diverses mutations et appellations avant de fusionner avec Le Maclean sous le titre de L’Actualité (1976-), principal magazine québécois d’informations générales contemporain, donne une idée, entre autres, de l’impact populaire de cette presse catholique68.

  • 69 M. Lemire et D. Saint-Jacques (dir.), La vie littéraire au Québec, vol. 4 (1870-1894), p. 191-192 (...)

50La concentration commerciale se réalise à Montréal, où les éditeurs ne cessent de chercher le créneau qui les mènerait à la fortune (voir illustration 9.6). La réédition de romans-feuilletons français s’offre comme une voie facile dans la mesure où l’on ne se soucie pas de payer les droits de reproduction aux éditeurs d’origine, comme l’explique Yvan Lamonde au chapitre 4. On peut signaler le Feuilleton illustré (1880-1886) qui republie les romans d’Henri Cauvain, de Gustave Aimard ou de Raoul de Navery. Cette formule est exposée à la compétition, entre autres, des publications en fascicules et donne de nombreux titres éphémères. Mais l’étranger, s’il peut fournir des contenus, offre également des modèles. Ainsi paraît chez Houle & Cie Le Monde illustré (1884-1902), vendu 3 $ pour l’année et tiré à 9 500 exemplaires en 1892, qui deviendra L’Album universel (1902-1907, 3 $ en 1905), et qui calque le titre comme la manière du Monde illustré, publié à Paris depuis 1857. Offrant nouvelles, anecdotes, feuilletons, poèmes, jeux de société, mode, recettes de cuisine, annonces, on y reconnaît un cas type de revue populaire illustrée à la française69. Le Samedi (1889-1963, 2,50 $ en 1892), publié par Poirier, Bessette et Neville, hebdomadaire humoristique. qui proclame « pas de politique, ni de littérature nationale » et présente des chroniques diversifiées, un supplément musical, une page des jeunes, l’inévitable feuilleton, de la mode, de la vulgarisation scientifique et beaucoup d’illustrations, en offre un autre exemple. Le tirage qui assure sa réussite atteint 24 000 exemplaires en 1916.

9.6. Poirier, Bessette & Cie, L’imprimerie est le flambeau du monde (Montréal, 1887). Maison d’édition qui visait le grand public, Poirier et Bessette expose ici à grands traits toutes les raisons possibles de lire, y compris l’attrait d’une « bibliothèque à cinq cents » de romans illustrés, du genre de l’archétype du succès de librairie au XIXe siècle qu’est Le Comte de Monte-Cristo. Avec l’aimable autorisation d’un collectionneur.

  • 70 Sur Le Samedi et La Revue populaire, voir D. Saint-Jacques et M.-J. des Rivières, « Le magazine en (...)

51Au tournant du siècle, l’avenir des hebdomadaires populaires se réoriente en fonction de deux formules principales : la revue d’information générale et de littérature et la revue féminine. Progressivement, les États-Unis imposent leur formule à succès, celle du magazine transformé en vecteur publicitaire. Cela n’est pas encore évident dans La Revue populaire (Montréal, 1907-1963), vendue 1 $ en 1909, qui prétend faire concurrence à « tout autre magazine américain de même prix ». C’est un mensuel, puis un bimensuel assez étoffé (de 96 à 148 pages) diffusant les chroniques habituelles, un long roman-feuilleton, des illustrations, des informations de type encyclopédique en style accessible, suivant la formule du magazine grand public, mais la part de la publicité y reste mince et le tirage dépasse tout juste les 6 000 exemplaires en 191670. Ces modestes périodiques. Le Samedi et La Revue populaire, tous deux édités par la même entreprise, sont pourtant appelés à une grande réussite à partir des années 1930 et se retrouveront alors, avec La Revue moderne, parmi les trois grands magazines canadiens-français à tirer à 100 000 exemplaires par numéro durant les années 1950. Si, en 1918, la formule éditoriale est déjà trouvée, le circuit de diffusion reste à créer.

52Du côté féminin, on constate plus de tâtonnements. Le Coin du feu (Montréal, 1893-1896), « Gazette canadienne de la famille » et première revue féminine québécoise dirigée par Joséphine Marchand-Dandurand, présentée par Sophie Montreuil au chapitre 14, exploite le filon de la revue mondaine française. S’y distinguent des chroniques de « conseils pratiques » spécifiquement féminins : traités d’hygiène, d’art culinaire, de savoir-vivre, ainsi qu’un article illustré sur la mode, d’inspiration parisienne, auxquels s’ajoutent un « Coin pour rire » en famille, une page pour les enfants et, parfois, des partitions musicales. Suit le Journal de Françoise (Montréal, 1902-1909), dirigé par Robertine Barry, tiré à 4 750 exemplaires en 1905, vendu à 2 $ par année, dont le format plus grand, in-quarto, s’approche de celui du magazine moderne et dont le contenu plus patriotique vise un public plus large. Enfin, Georgina Bélanger (Gaétane de Montreuil) tente l’aventure avec Pour vous mesdames (Montréal, 1913-1915). La directrice doit vendre sa revue à la Compagnie de publication canadienne de Poirier et Bessette, qui sacrifie le magazine l’année suivante au profit de ses autres périodiques, La Revue populaire et Le Samedi, Il faudra attendre jusqu’après la Deuxième Guerre mondiale pour que les magazines féminins canadiens-français trouvent enfin un succès massif.

53C’est alors une revue religieuse, Le Foyer (Montréal, 1903-1927), sous-titrée « Bulletin mensuel de l’assistance chrétienne », qui connaît la plus longue survie. Le titre dénote une maison d’accueil pour jeunes travailleuses. Une page annonce « Le foyer et ses œuvres » : « maison principale, restaurant, revue, bibliothèque, maison de campagne, cercles d’études, zélatrices, Sainte Agonie et union de prières ». Ici encore, le réseau de distribution de l’Église assure la réussite.

54Pour le secteur commercial, la plupart des entreprises – illustrés à la française, rééditions de feuilletons ou magazines – doivent attendre que leur marché se soit structuré. Alors qu’en 1914 le quotidien La Presse dépasse les 120 000 exemplaires à Montréal, deux ans plus tard, on fait circuler à peine plus de 24 000 exemplaires du Samedi dans l’ensemble du Canada français.

ÉTUDE DE CAS. Le Farmer’s Advocate and Home Magazine (édition de l’Ouest)

– Robert Cole

55L’édition du Farmer’s Advocate and Home Magazine publiée à Winnipeg livre un précieux témoignage sur l’agriculture dans les Prairies à la fin du XIXe siècle et au début du XXe. Contrepartie d’un magazine ontarien lancé en 1866, cette revue fut créée en janvier 1890 à l’intention d’un lectorat rural qu’on voulait mieux informer sur la culture céréalière et l’élevage du bétail. Pendant sa première décennie d’existence, l’édition de l’Ouest diffusa surtout des articles de l’édition mère ontarienne : on veillait simplement à remplacer tel texte sur l’exposition industrielle de Toronto par tel autre sur celle de Winnipeg. Les sujets d’intérêt local étaient aussi traités dans l’éditorial propre à chaque édition et dans la publicité, qui ciblait toujours le lectorat propre à chaque région. Après la conversion des deux revues en hebdomadaires, en 1904, la matière d’intérêt local prit une telle extension que les deux éditions devinrent pratiquement des périodiques distincts. La revue mettait l’accent sur les conseils pratiques aux agriculteurs, et la plupart des numéros faisaient une large place au courrier, notamment aux questions et suggestions des lecteurs sur des aspects concrets du métier. Le Farmer’s Advocate ne se contentait pas de prôner les bonnes pratiques agricoles, il abordait d’autres facettes de la vie rurale. Une section traitait de la vie domestique sur la ferme et des questions sociales, religieuses et sanitaires. Des articles à caractère régional renseignaient le lecteur sur la vie associative, les expositions et les exploitations agricoles du Manitoba et des Territoires du Nord-Ouest. La plupart des numéros étaient bien pourvus en illustrations : bêtes primées, personnalités du monde agricole, fermes prospères et bien gérées. Le magazine devait son orientation pratique à une rédaction composée par des membres dont beaucoup possédaient une solide formation ou une longue expérience dans le domaine agricole. Les éditoriaux abordaient souvent des questions politiques ou économiques sensibles dans le milieu agricole, comme le coût du transport ferroviaire et la politique tarifaire. Le magazine soutenait vigoureusement les écoles d’agriculture et le développement de la vie culturelle et intellectuelle en milieu rural.

  • 71 « A Word about Ourselves - Retrospective and Prospective », Farmer’s Advocate and Home Magazine, d (...)

56L’édition de l’Ouest du Farmer’s Advocate and Home Magazine semble avoir rapidement trouvé une large audience. Deux ans seulement après son lancement, elle revendiquait « un tirage provincial et territorial plus de deux fois supérieur à celui de tous les autres journaux agricoles71 ». Mensuel en 1890, le magazine commença à paraître deux fois par mois en 1893 et se transforma en hebdomadaire en 1904. Le volume annuel augmenta régulièrement, passant d’environ 500 pages en 1892 à 980 en 1902, puis à 1 940 en 1904, mais le prix de l’abonnement resta relativement stable : de 1,00 $ à l’origine, il fut porté à 1,50 $ peu avant l’adoption de la périodicité hebdomadaire. La revue arrondissait sans doute ses revenus avec les annonces des vendeurs de bétail, de machines et d’autres produits agricoles. En février 1906, le Farmer’s Advocate and Home Journal succéda au Farmer’s Advocate and Home Magazine. L’édition de l’Ouest parut jusqu’en mai 1924.

Notes

1 On trouve peu d’histoires de la presse périodique canadienne dans son ensemble. Les journaux d’information sont traités par D. Fetherling dans Rise of the Canadian Newspaper, par P. Rutherford dans Victorian Authority, par M. Sotiron dans From Politics to Profit et par J. de Bonville dans La presse québécoise de 1884 à 1914, Sur les magazines, voir F. Sutherland, Monthly Epic, et N. Barbour, Th ose Amazing People. Un survol des deux genres est offert par M. Distad et L. Distad dans « Canada ». Des bibliographies des journaux ont été dressées pour la plupart des provinces et territoires. Certaines fournissent un accompagnement historique : voir S. Ellison, Historical Directory of Newfoundland and Labrador Newspapers, 1807-1987 ; Nota Scotia Newspapers : A Directory and Union List, 1752-1988 ; New Brunswick Newspaper Directory, 1783-1996/Répertoire des journaux du Nouveau-Brunswick, 1783-1996 ; H. Boylan (dir.), Checklist and Historical Directory of Prince Edward Island Newspapers, 1787-1986 ; A. Beaulieu et J. Hamelin, La presse québécoise des origines à nos jours ; Inventory of Ontario Newspapers, 1793-1986 ; Manitoba Library Association, Manitoba Newspaper Checklist ; C. MacDonald, Historical Directory of Saskatchewan Newspapers, 1878-1983 ; G. M. Strathern, Alberta Newspapers, 1880-1982 ; H. Komorous, Union Catalogue of British Columbia Newspapers ; A. Wearmouth, Checklist of Yukon Newspapers.

2 D. Fetherling, Rise of the Canadian Newspaper, p. 34 ; G. L. Parker, The Beginnings of the Book Trade in Canada, p. 158.

3 F. Sutherland, Monthly Epic, p. 27.

4 De la fusion du Patriot et du Leader naîtra le Leader and Patriot. L’édition bihebdomadaire du Colonist continuera de paraître sous son ancien titre, British Colonist. Voir J. M. S. Careless, Brown of The Globe, vol. 1, p. 176, 177 et 341, note 3 ; D. Fetherling, Rise of the Canadian Newspaper, p. 25-26 ; T. Creery, « Newspapers » ; J. Wadland et M. Hobbs, « Printed Word ».

5 E. Hulse, « Newspapers Printed on the Co-operative Plan », p. 83. Cet article reproduit une publication de l’Auxiliary Publishing Company de Toronto, l’entreprise la plus active sur ce marché au Canada. Des 121 journaux qu’elle approvisionnait à la fin des années 1880, la plupart étaient ontariens ; elle avait un client en Nouvelle-Écosse, cinq au Québec, huit au Manitoba et trois dans les Territoires du Nord-Ouest (dans des villes aujourd’hui en Saskatchewan).

6 Les destins des vieilles presses sont évoqués par D. Fetherling dans Rise of the Canadian Newspaper, p. 35, et par G. L, Parker dans The Beginnings of the Book Trade in Canada, p. 269, note 105.

7 Fondé en 1894 à Victoria, le Province se transporta à Vancouver en 1898 et s’y convertit en quotidien. Le Sun, son rival, entama sa longue carrière en 1912.

8 D. Fetherling, Rise of the Canadian Newspaper, p. 45-56 ; A. Wearmouth, Checklist of Yukon Newspapers.

9 J. M. S. Careless, Brown of The Globe, vol. 1, p. 40-41 ; D. Creighton, John A. Macdonald, vol. 2, p. 115, 116 et 482. Le Mail fusionna avec l’Empire en 1896, puis avec le Globe en 1936.

10 Le Literary Garland mérite également une mention pour la proportion de textes originaux qui ont paru dans ses pages sous la signature d’auteurs canadiens comme Susanna Moodie et Catharine Parr Traill. Voir M. M. Brown, Index to the « Literary Garland », p. III-IX. Au moins six revues littéraires lancées entre 1840 et 1867 ont paru moins de trois, voire deux ans ; Barker’s Canadian Monthly Magazine (Kingston, 1846-1847), Canadian Gem and Family Visitor : A Literary and Religious Magazine (Cobourg, 1848-1849), Anglo-American Magazine and Canadian Journal (Toronto, 1852-1855), British Colonial Magazine (1852-1853), British American Magazine : Devoted to Literature, Science, and Art (Toronto, 1863-1864), et British Canadian Review (Québec, 1862-1863). La plupart des titres de ce genre lancés au cours des décennies suivantes n’étaient pas promis non plus à une longue vie : People’s Magazine and Weekly Review (Montréal, 1846-1847), (Illustrated) Saturday Reader (Montréal, 1865-1867), Canadian Literary Journal (devenu Magazine) (Toronto, 1870-1872), Canadian Eclectic Magazine of Foreign Literature, Science, and Art (Toronto, 1871-1872), Arcadia : A Semi-Monthly Journal Devoted Exclusively to Music, Art, and Literature (Montréal, 1892-1893), Cur Monthly : A Magazine of Canadian Literature, Science, and Art (Toronto, 1896), et Massey’s Magazine (Toronto, 1896-1897). Voir M. Distad et L. Distad, « Canada », p. 77 et 118 à 121.

11 Sous la direction de Charles G. D. Roberts, Week publia certains des écrivains canadiens les plus réputés. L’histoire et l’importance du Canadian Monthly sont présentées par M. Flitton dans Index to the Canadian Monthly and National Review, p. VII à XXI.

12 Un recensement bibliographique de près de 2 000 magazines canadiens publiés avant 1901 (à l’exclusion des journaux d’information classiques) révèle plus de 400 titres manifestement religieux ; voir L. M. Jones, Preliminary Checklist, partie A, « Periodicals » ; M. Distad et L. Distad, « Canada », p. 100 et 105-108.

13 C. Gerson, « Snow Drop and the Maple Leaf » ; M. Distad et L. Distad, « Canada », p. 102, 103 et 144, note 60.

14 Le Toronto Star et le Montreal Star prirent des libertés avec leur format habituel en publiant des suppléments fort populaires sous forme de magazine. Le Standard (Montréal, 1905-1951) et le Star Weekly (Toronto, 1910-1968) étaient repris par d’autres journaux, ce qui permettait de les tirer à des centaines de milliers d’exemplaires.

15 Le nombre des périodiques agricoles augmenta de 130 % entre 1885 et 1893 ; dans le même intervalle, les titres religieux et les revues de tempérance croissaient de 100 %. Voir J. Wadland et M. Hobbs, « Printed Word », citation extraite de The Statistical Yearbook of Canada, 1894 (Ottawa, 1895), p. 1029.

16 F. Sutherland, Monthly Epic, p. 156 et 157.

17 Le dénombrement des périodiques est particulièrement difficile en raison du taux très variable de conservation de ces publications dans les collections des bibliothèques. Les titres dont la matière ou la forme était jugée trop éphémère, locale ou populaire étaient rarement conservés. Le musée de la poste à Ottawa fait exception à cette règle avec sa collection de 60 revues philatéliques. Voir M. Distad et L. Distad, « Canada », p. 100, 108, 110, 112-115, 121-122.

18 A. Beaulieu, « McKim, Anson », DBC XIV.

19 R. Ohmann, Selling Culture, p. 25. On trouve aussi une analyse fouillée des annonces de magazine et du rôle de cette publicité dans l’émergence de la culture de consommation après 1880 dans D. Reed, Popular Magazine in Brítain and the United States, 1880-1960.

20 Gentleman of the Press de F. Chalmers est une biographie admirative de Maclean par un collègue. Le frère cadet de Maclean, Hugh, quitta l’entreprise en 1899 pour fonder sa propre société d’édition de revues spécialisées. En 1926, il devint propriétaire du Canadian Magazine of Politics, Science, Art, and Literature (Toronto, 1893-1939), un magazine déjà ancien qui avait eu des débuts aussi sérieux que le suggérait son titre, mais n’avait pas réussi à attirer assez de lecteurs malgré une abondance d’illustrations et un glissement vers le reportage généraliste. Voir F. Sutherland, Monthly Epic, p. 119 et 133.

21 F. Sutherland, Monthly Epic, p. 113 ; J. A. Stevenson, « Campaign of Canadian Publishers for Protection »,

22 L. Duvernay, « Liste des journaux publiés dans le Bas-Canada depuis 1764 », La Canadienne, 22 octobre 1840.

23 A. Beaulieu et J. Hamelin, « Aperçu du journalisme québécois d’expression française » ; voir aussi F. Roy, « La recherche sur l’histoire de la presse québécoise ».

24 J. de Bonville, La presse québécoise de 1884 à 1914, p. 128-137 et 216-220.

25 J. de Bonville, « Le discours des évêques québécois sur la presse de 1850 à 1914 ».

26 Y. Lamonde, Histoire sociale des idées au Québec, vol. 1, p. 142-146, chapitres IX-XII, p. 415-418 et 469-470 ; P. Hébert, Censure et littérature au Québec [...].

27 J. de Bonville, La presse québécoise de 1884 à 1914, p. 220-224.

28 Ibid., p. 232.

29 Ibid., p. 254 et 256.

30 Ibid., p. 50-52, 61-75, 257-258 et 265-267 ; J. de Bonville et G. Laurence, « Évolution sociodémographique de la presse quotidienne ».

31 J. Saint-Pierre, « Introduction », p. 8-9 ; du même, « Les chroniqueurs parlementaires [...] », p. 540 et 643-658.

32 F. Roy, Progrès, harmonie, liberté.

33 D. Marquis, « La presse catholique au Québec, 1910-1940 ».

34 Y. Lamonde, Histoire sociale des idées au Québec, vol. 2, p. 25-30.

35 Globe (Toronto), 1er juillet 1867.

36 Ibid.

37 Yarmouth Herald, 27 juin 1867.

38 Yarmouth Herald, 4 juillet 1867.

39 P. B. Waite, Life and Times of Confederation, 1864-1867, p. 4. Cet article doit beaucoup aux travaux fondamentaux du professeur Waite sur les rapports entre les journaux et la Confédération ; son livre demeure la meilleure référence sur le sujet.

40 Waite estime la population canadienne à 3 526 000 âmes en 1865.

41 P. B. Waite relate cette affaire dans Life and Times of Confederation, p. 154-156.

42 Oshawa Vindicator, 6 juillet 1864.

43 P. B. Waite, Life and Times of Confederation, p. 137.

44 Le Nouveau-Brunswick décida de son sort le samedi 30 juin 1866 au terme d’une intense campagne de peur du gouvernement de Tilley, basée sur les raids des Féniens au printemps précédent. En Nouvelle-Écosse, le débat fut tranché et la loi sur l’Amérique du Nord britannique, paraphée le 29 mars 1867. Le premier ministre Charles Tupper arracha l’adhésion populaire avec une formulation vague qui constituait, pratiquement, une tromperie puisque le texte, tout en rejetant les clauses négociées à Québec (fondements de tout l’édifice), autorisait la négociation d’une union.

45 Une analyse détaillée de cette relation et de la position d’Annand sur la Confédération figure dans P. B. Waite, Life and Times of Confederation, p. 228 et 240-247.

46 Morning Chronicle (Halifax), 1er septembre 1864.

47 Ibid., 13 décembre 1864 (extrait d’un discours prononcé le g décembre).

48 Ibid., 10 janvier 1865.

49 P. B. Waite, Life and Times of Confederation, p. 228.

50 La plupart des journaux confessionnels de la Nouvelle-Écosse et du Haut-Canada appuyèrent la Confédération. Une exception notable : le Canadian Freeman, journal catholique de Toronto.

51 Les programmes électoraux des conservateurs avaient eu une forte saveur religieuse en 1859 et 1863.

52 P. B. Waite, Life and Times of Confederation, p. 202.

53 Morning Freeman (Saint-Jean), 22 mai 1866.

54 Morning Freeman (Saint-Jean), 26 mai 1866.

55 N. Allard donne dans « Un graveur et caricaturiste à l’aube de la Confédération » la relation la plus précise des débuts de la presse satirique au Québec.

56 Y. Chèvrefils retrace cette période de la gravure montréalaise dans « John Henry Walker (1831-1899), artisan-graveur ».

57 L’œuvre de John Wilson Bengough et la politique de Grip font l’objet d’un exposé complet dans C. Cumming, Sketchesfrom a Young Country. Voir aussi C. Spadoni, « Grip and the Bengoughs as Publishers and Printers ».

58 Ramsay Cook décrit finement ce climat dans The Regenerators.

59 Un exposé complet figure dans D. Hardy, « Drawn to Order » ; voir tout spécialement les pages 63-99.

60 Ibid., p. 100-147.

61 Le meilleur exposé sur les dessinateurs satiriques canadiens de cette époque demeure celui de Desbarats et Mosher dans The Hecklers, p. 69-97.

62 Pour le contexte historique de la communauté juive au Canada, voir M. Weinfield, « Jews », dans Encyclopedia of Canada’s Peoples, p. 860-881. Voir aussi E. Orenstein, « Yiddish Culture in Canada Yesterday and Today ».

63 Tel fut officiellement le titre yiddish du journal pendant toute sa durée d’existence, même si les mots qui le composent ne sont pas du yiddish classique – auquel cas il s’intitulerait plutôt « Kanader Odler ». Sur ce journal et son directeur, voir B. G. K., « Kanader Adler or Canadian Jewish Eagle », Encyclopedia Judaica, vol. 10, p. 732-733 ; voir aussi H. Wolofsky, Journey of My Life.

64 64 M. Lemire et D. Saint-Jacques (dir.), La vie littéraire au Québec, vol. 3 (1840-1869), p. 188-192.

65 Le seul tirage connu, 1 250 exemplaires, est celui de la dernière année, 1895. Tous les tirages indiqués sont ceux de The Canadian Newspaper Directory de McKim.

66 M. Lemire et D. Saint-Jacques (dir.), La vie littéraire au Québec, vol. 4 (1870-1894), p. 192-193.

67 Pour les revues populaires religieuses, voir E. Lavoie, « La constitution d’une modernité culturelle populaire dans les médias au Québec (1900-1950) », p. 253-277.

68 A. Beaulieu et J. Hamelin, La presse québécoise des origines à nos jours, t. 4 (1896-1910), p. 320-322.

69 M. Lemire et D. Saint-Jacques (dir.), La vie littéraire au Québec, vol. 4 (1870-1894), p. 191-192 et 194-195.

70 Sur Le Samedi et La Revue populaire, voir D. Saint-Jacques et M.-J. des Rivières, « Le magazine en France, aux États-Unis et au Québec ».

71 « A Word about Ourselves - Retrospective and Prospective », Farmer’s Advocate and Home Magazine, décembre 1891, [p. 469]. Tous les renvois concernent l’édition de l’Ouest.

Table des illustrations

Légende 9.1. Robert Harris, Don’t Lose the News for 29 Mister (daté de Charlottetown, 1879). Les vendeurs de journaux comptaient parmi les travailleurs juvéniles les plus visibles dans les villes du Canada victorien. On estimait leur nombre à plus de 500, à Toronto, en 1900 ; autorités publiques et sociétés de bienfaisance se souciaient de leur sort. Avec l’aimable autorisation de la Confederation Centre Art Gallery, Charlottetown, CAG H-29.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/23234/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende 9.2. Salle de lecture des journaux, Toronto Public Library, vers 1900. Antérieurement Music Hall du Mechanics’ Institute. Avec l’aimable autorisation de la Toronto Public Library (TRL), T12006.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/23234/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende 9.3. Lindley Crease, « The Sun Cornes Out - So do the hats and Jimmy’s tongue » (1902). Fondé à Victoria en 1858 sous le titre de British Colonist, le journal Daily Colonist parut de 1887 à 1980, Avec l’aimable autorisation des British Columbia Archives, cote no PDP06496.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/23234/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende 9.4. Henri Julien, « Peace Hath Her Victories No Less than War » (détail), Montreal Daily Star, 7 octobre 1899. Propriétaire du journal Montreal Daily Star, Hugh Graham voulait forcer la main au premier ministre sir Wilfrid Laurier, qui restait silencieux, au Québec, sur la participation du Canada à la guerre des Boers. Avec l’aimable autorisation des University of Toronto Libraries.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/23234/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende 9.5. Hershl Hirsh, Hundert tropn tint (Toronto, 1916). Directeur du premier journal yiddish de Toronto, Hirsh publia aussi un recueil de fables, premier livre de littérature en yiddish au Canada. Avec l’aimable autorisation de la Thomas Fisher Rare Book Library, University of Toronto.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/23234/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende 9.6. Poirier, Bessette & Cie, L’imprimerie est le flambeau du monde (Montréal, 1887). Maison d’édition qui visait le grand public, Poirier et Bessette expose ici à grands traits toutes les raisons possibles de lire, y compris l’attrait d’une « bibliothèque à cinq cents » de romans illustrés, du genre de l’archétype du succès de librairie au XIXe siècle qu’est Le Comte de Monte-Cristo. Avec l’aimable autorisation d’un collectionneur.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/23234/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 194k

Auteurs

Directeur associé des bibliothèques de la University of Alberta. Titulaire d’une maîtrise en bibliothéconomie et d’un doctorat de la University of Toronto, il a dirigé la Victorian Periodicals Review et a codirigé l’édition 2003 de la Peel’s Bibliography of the Canadian Prairies to 1953. Il a publié de nombreux articles sur l’histoire des périodiques et les récits de voyage.

Bibliothécaire et historien à l’Assemblée nationale du Québec. Diplômé en bibliothéconomie de l’Université de Montréal, titulaire d’un doctorat en histoire de l’Université Laval, il a publié plusieurs ouvrages sur l’histoire du livre et des bibliothèques. Il travaille actuellement à des projets touchant l’histoire parlementaire du Québec. Il est directeur du volume I du projet HLIC/HBiC.

Alexander J. Willis prépare un doctorat sur la littérature britannique de l’époque romantique à la University of Toronto ; il étudie actuellement les récits d’exploration des XVIIIe et XIXe siècles.

Professeur agrégé au Département des études juives de l’Université McGill. Ses recherches portent sur l’histoire des travailleurs et du mouvement socialiste juifs ainsi que sur l’évolution de la culture yiddish moderne.

Professeur titulaire de littérature française et québécoise au Département des littératures de l’Université Laval et membre du Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises. Il dirige le collectif qui publie La vie littéraire au Québec aux Presses de l’Université Laval. Il a codirigé, entre autres, le Dictionnaire du littéraire aux Presses universitaires de France.

Robert Cole est le bibliographe responsable des documents numérisés du projet Peel’s Prairie Provinces de la University of Alberta Library.

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr