Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du livre et de l’imprimé au Canada, Volume II

 | 
Yvan Lamonde
, 
Patricia Fleming
, 
Fiona A. Black

Deuxième partie : L’imprimerie et les aspects matériels de l'imprimé

Chapitre 3. Les métiers, le travail et la conception des livres

Éric Leroux, Claude Galarneau, Bryan Dewalt, Patricia Lockhart Fleming, Judy Donnelly, Gwendolyn Davies et Michel Brisebois

Texte intégral

Les imprimeurs : de l’atelier à l’industrie

ÉRIC LEROUX

1En 1840, la ville de Québec achève de dominer l’industrie de l’imprimerie au Canada, succédant ainsi à Halifax, mais c’est le Haut-Canada qui compte le plus grand nombre d’imprimeurs, relieurs, graveurs et lithographes. Montréal, centre industriel de l’imprimerie au moins dès avant l’Union, cède sa place à Toronto au tournant des années 1870.

  • 1 B. Dewalt, Technology and Canadian Printing [...], p. 15 ; voir la carte 10.1 dans le volume I de (...)

2À partir des décennies 1830 et 1840, on assiste à la régionalisation de l’industrie de l’imprimerie avec l’émergence d’ateliers dans les petites villes, et ce, à travers le pays. L’industrie de l’imprimerie s’étend à des villes comme Yarmouth (Nouvelle-Écosse), Miramichi (Nouveau-Brunswick), ainsi qu’à plusieurs villes du Haut-Canada comme London, Bytown (Ottawa) et Peterborough1. Une dizaine de villes du Haut-Canada disposent d’un journal avant 1830, une trentaine dix ans plus tard.

3Entre 1851 et 1871, le secteur de l’imprimerie au Canada connaît une croissance rapide, passant de 752 travailleurs à plus de 4 000. Comme le montre le tableau 3.1, les imprimeurs sont largement majoritaires devant les relieurs, les graveurs et les lithographes. En 1871, 371 entreprises emploient 2 798 hommes, 484 femmes et 934 enfants, des garçons et des jeunes filles de moins de 16 ans (voir tableau 3.2). Le nombre d’enfants ira en diminuant au cours des ans, passant de 22 % du total des travailleurs de ce secteur en 1871 à 4 % en 1921, tandis que les femmes verront leurs effectifs augmenter jusqu’à 20 % au lendemain de la Première Guerre mondiale.

Tableau 3.1. Bas et Haut-Canada, principales villes, nombre d’imprimeurs, relieurs, graveurs et lithographes (1851 et 1861)

Tableau 3.1. Bas et Haut-Canada, principales villes, nombre d’imprimeurs, relieurs, graveurs et lithographes (1851 et 1861)

Sources : Recensements du Canada : 1851, vol. 1, tableau IV, p. 506-544 ; 1861, vol. 1, tableau 7, p. 535-546 ; vol. 1, tableau 8, p. 560-570.

  • 2 Ibid., p. 16.

4Au Québec et dans les provinces maritimes, l’imprimerie est concentrée dans les centres urbains. En 1881, par exemple, Montréal et la ville de Québec regroupent 90 % de la production québécoise. À la même époque, Saint-Jean compte 72 % de la production du Nouveau-Brunswick et Halifax plus de 80 % de la production de la Nouvelle-Écosse. En Ontario, la situation est différente, la part de Toronto fléchissant de 48 à 45 % entre 1871 et 1881, au profit de villes comme London, Hamilton, Ottawa et Kingston2.

5Dans l’Ouest canadien, la situation est particulière. Malgré la publication d’un premier journal au Manitoba en 1859, le Nor’Wester de William Buckingham et William Coldwell, l’ensemble des provinces et territoires de l’Ouest ne compte, au recensement de 1881, que 152 ouvriers œuvrant au sein de 16 ateliers d’imprimerie, ce qui représente 2,2 % de la main-d’œuvre travaillant dans ce secteur (voir tableau 3.3). Il faudra véritablement attendre l’année 1911 pour voir l’imprimerie se développer de façon substantielle dans l’Ouest, alors que l’on y comptera plus de 122 établissements et 3 860 ouvriers, soit plus de 20 % de la main-d’œuvre du secteur.

  • 3 P. L. Fleming, « The Printing Trade in Toronto : 1798-1840 », p. 65.

6Dans les années 1840, ce sont les petits ateliers qui dominent le paysage canadien de l’imprimerie. L’atelier, une véritable boutique d’artisan, est dirigé par le propriétaire ou, dans le cas où ce dernier ne possède pas une formation de typographe, par un chef d’atelier (nommé prote) chargé de la distribution du travail et de la gestion du personnel3. Dans les petits ateliers, le propriétaire, habituellement imprimeur de métier, est souvent l’unique travailleur et il peut compter sur la participation de sa femme ou de ses enfants à l’entreprise familiale.

Tableau 3.2. Canada, nombre d’imprimeries, incluant les établissements de reliure, de gravure et de lithographie, nombre et % d’ouvriers et d’ouvrières y travaillant (1851-1921)

Tableau 3.2. Canada, nombre d’imprimeries, incluant les établissements de reliure, de gravure et de lithographie, nombre et % d’ouvriers et d’ouvrières y travaillant (1851-1921)

* La catégorie « enfants » inclut les garçons (G) et les jeunes filles (F) âgés de moins de 16 ans.
Sources : Recensements du Canada : 1851, vol. 1, tableau IV, p. 506-544 ; 1861, vol. 1, tableau 7, p. 535-546 ; vol. 1, tableau 8, p. 560-570 ; 1871, vol. 3, tableau XXXVIII, p. 388 ; vol. 3, tableau XL, p. 400 ; vol. 3, tableau XLVI, p. 421 ; 1881, vol. 3, tableau XXXIX, p. 418-423 ; vol. 3, tableau XLVII, p. 461 ; vol. 3, tableau XLI, p. 436 ; 1891, vol. 3, tableau I, p. 40-41 et 265-270 ; 1901, vol. 3, tableau II, p. 18-39 ; 1911, vol. 3, tableau III, p. 59 ; vol. 3, tableau V, p. 112-137 ; 1921, vol. 4, tableau 4, p. 106 ; vol. 4, tableau 6, p. 660-824.

Tableau 3.3. Canada, provinces, nombre d’imprimeries et d’ouvriers, incluant les secteurs de la reliure, de la gravure et de la lithographie (1871-1911)

Tableau 3.3. Canada, provinces, nombre d’imprimeries et d’ouvriers, incluant les secteurs de la reliure, de la gravure et de la lithographie (1871-1911)

* En 1905, une partie des Territoires du Nord-Ouest devient la Saskatchewan et l’Alberta.
Sources : Recensements du Canada : 1871, vol. 3, tableau XXXVIII, p. 388 ; vol. 3, tableau XL, p. 400 ; vol. 3, tableau XLVI, p. 421 ; 1881, vol. 3, tableau XXXIX, p. 418-423 ; vol. 3, tableau XLVII, p. 461 ; vol. 3, tableau XLI, p. 436 ; 1891, vol. 3, tableau I, p. 40-41 et 265-270 ; 1901, vol. 3, tableau II, p. 18-39 ; 1911, vol. 3, tableau V, p. 112-137 ; 1921, vol. 4, tableau 6, p. 660-824.

  • 4 J.-M. Lebel, « Ludger Duvernay et La Minerve [...] », p. 46.
  • 5 S. F. Zerker, The Rise and Fall of the Toronto Typographical Union, 1832-1972, p. 22-23; V. A. Fus (...)
  • 6 S. Vachon, « L’imprimerie à la fin du siècle dernier à Québec », La Semaine Commerciale, 4 septemb (...)

7Avant les années 1890, la composition typographique se fait entièrement à la main et un grand nombre de petits imprimeurs utilisent toujours les presses manuelles en bois ou en métal, malgré l’apparition, depuis les années 1850, des presses à cylindres et de la vapeur comme force motrice. Au milieu et même encore à la fin du XIXe siècle, les conditions de travail sont souvent difficiles : faible éclairage des lampes à pétrole, absence de chauffage en hiver, chaleur torride en été et, surtout, présence de fortes émanations provenant du papier humide, de l’encre et de la potasse qui rendent l’air vicié4. Pour combattre ces émanations, de nombreux ouvriers consomment de grandes quantités d’alcool, ce qui cause des problèmes d’alcoolisme récurrents chez ce groupe de travailleurs5. Les émanations de plomb en fusion provenant de l’atelier de clicherie causent également des problèmes de santé chez des ouvriers6.

  • 7 Sur l’histoire de l’imprimeur national, on consultera H. K. Aach, Impressions : la petite histoire (...)
  • 8 G. L. Parker, « Chubb, Henry », DBC VIII. Nombreux sont les gens de métier à disposer d’une biogra (...)
  • 9 H. B. Kalbfleisch, «Peterson, Heinrich Wilhelm», DBC VIII.
  • 10 G. L. Parker, The Beginnings of ihe Book Trade in Canada, p. 158-159.

8Jusqu’au milieu du XIXe siècle, l’industrie de l’imprimerie dans le Haut et le Bas-Canada est principalement centrée sur la production des journaux. Pratiquement chaque atelier possède son journal, ce qui représente une source de revenu importante et un véhicule publicitaire efficace pour l’imprimeur et son entreprise. Pour les imprimeurs choisis par les gouvernements, les contrats de ces derniers représentaient également des sources de revenus substantiels7. Adjacent à l’atelier, la salle de rédaction sert souvent de lieu de rencontre et de réunion, comme c’est le cas au « Chubb’s News Room », la salle de lecture de journaux à l’imprimerie d’Henry Chubb de Saint-Jean8. À Berlin (Kitchener), l’officine de l’imprimeur Heinrich Wilhelm Peterson servit de premier bureau de poste au début des années 18409. Étudiée dans le présent chapitre par Bryan Dewalt, l’apparition des premières presses à cylindres, beaucoup plus productives, et de la vapeur comme force motrice rend possible la publication de journaux sur une base quotidienne. Au Canada, le nombre de journaux passe ainsi de 291 en 1857, à 510 en 1877. Les presses à grand tirage se retrouvent partout au Canada, même dans de nouvelles villes comme Regina, où une presse rotative permet l’impression du Leader en 188310. Comme l’impression d’un journal ne remplit pas une journée de travail, plusieurs ateliers impriment aussi des livres et des travaux de ville (job printing). Dans les villages, il arrive souvent que les locaux du journal ou de l’imprimerie servent également à loger une librairie, une papeterie ou un atelier de reliure.

  • 11 B. Dewalt, Technology and Canadian Printing [...], p. 20.
  • 12 E. Hulse, A Dictionary of Toronto Printers, Publishers, Booksellers and the Allied Trades 1798-190 (...)
  • 13 B. Dewalt, Technology and Canadian Printing [...], p. 54 ; E. Hulse, A Dictionary of Toronto Print (...)
  • 14 J. de Bonville, La presse québécoise de 1884 à 1914 [...], p. 110.
  • 15 H. Leclair, « Ce qu’était La Presse en 1895 », Le courrier de l’ouvrier de l’imprimerie, novembre (...)

9Les années 1870 représentent des années de diversification pour les imprimeurs canadiens. Outre l’impression des travaux de ville qui prennent de l’expansion dans les décennies 1850 et 1860, certaines entreprises se spécialisent, par exemple, dans l’impression de manuels scolaires, comme l’imprimerie de J. et A. McMillan à Saint-Jean, la plus importante du genre dans les provinces maritimes dans les années 186011. D’autres se spécialisent dans l’impression d’atlas, de livres de droit, de magazines illustrés — rendue possible grâce à l’expansion de la lithographie, de la leggotypie et d’autres procédés photomécaniques —, de publications religieuses, de journaux ouvriers et d’almanachs12. À partir des années 1880, les entreprises de presse qui prennent de plus en plus d’expansion délaissent progressivement les travaux de ville pour se limiter à l’édition de leur journal. Le déclin de la presse politique partisane au profit de la presse d’information, jumelé aux innovations technologiques amenées par le perfectionnement des presses, et l’arrivée de la composition mécanique qui permet dorénavant à un linotypiste de composer plus de 5 000 caractères à l’heure (l’équivalent de cinq typographes manuels), rendent possible le développement de grandes imprimeries et la production de journaux quotidiens à grand tirage. Le nombre de quotidiens publiés au Canada passe donc de 47 en 1873, à 112 en 190113. À Montréal, les ateliers du Witness emploient 128 personnes en 1878, le Star en compte 125 en 1885, la Presse 130 en 1896 et plus de 200 en 1901, et le Herald emploie 400 salariés en 191414. En 1884, le journal La Presse est toujours composé à la main par une équipe de 18 compagnons typographes et apprentis (15 autres typographes travaillent à l’atelier des travaux de ville), puis imprimé sur une presse rotative Marinoni à vapeur. Quinze ans plus tard, les casses des typographes ont cédé le pas aux machines à composer qui ont fait leur apparition à La Presse en 1894, poussant du même coup un bon nombre de typographes à s’adapter aux nouvelles technologies et à se faire linotypistes. En outre, la nouvelle presse Hoe acquise en 1910 au coût de 144 000 $ peut maintenant imprimer 30 000 exemplaires d’un journal de 18 pages en une heure15.

  • 16 Pour des exemples, voir R. A. Hill, Voice of the Vanishing Minority, 1863-1919 [...], p. 120 et 19 (...)

10Ainsi, de 1891 à 1911, le secteur de l’imprimerie au Canada voit le nombre de ses employés doubler, passant de 9 006 à 19 263. Avec 631 établissements en 1911, on trouve donc une moyenne de près de 31 travailleurs par entreprise, comparativement à 11 personnes par entreprise en 1871 (voir tableau 3.2), Si plusieurs de ces entreprises emploient des centaines de personnes dans les centres urbains, les petits imprimeurs ruraux, pour leur part, perpétuent bien souvent le modèle traditionnel de la boutique d’artisan16. De plus, malgré l’apparition des linotypes et monotypes qui permettent la composition mécanique, la composition manuelle demeure, au début du siècle, la réalité d’une majorité d’imprimeurs ruraux (voir illustration 3.3).

Dynasties dans le monde de l’imprimerie

  • 17 G. L. Parker, « Chubb, Henry », DBC VIII ; H. P. Gundy, The Spread of Printing : Canada, p. 26 ; s (...)
  • 18 I. R. Robertson, «Haszard, James Douglas», DBC X.
  • 19 J. Fingard, «Theakston, Major», DBC XIV.
  • 20 C. M. Wallace, «Lugrin, George Kilman», DBC VI; P. O’Flaherty, «Winton, Henry David», DBC VIII; C. (...)

11Le développement et la consolidation du secteur de l’imprimerie s’expliquent en bonne partie par un phénomène qui s’y impose autant que dans les domaines de la librairie et de l’édition : les dynasties familiales et commerciales. Berceau de l’imprimerie, les provinces atlantiques comptent sur une lignée d’imprimeurs majeurs depuis le XVIIIe siècle, comme les familles pionnières Howe et Ryan. Henry Chubb et ses deux fils poursuivent cette tradition en publiant à Saint-Jean le New-Brunswick Courier (1811-1865). Chubb, longtemps appelé « le père de la presse » par les gens du métier, encouragea, tout comme les Howe en Nouvelle-Écosse, l’émergence d’auteurs au Nouveau-Brunswick17. À l’Île-du-Prince-Édouard, James Douglas Haszard occupe le poste d’imprimeur du roi de 1830 à 1851 et publie durant 21 ans la Royal Gazette et la Haszard’s Gazette, que son fils continuera de publier par la suite. En 1852, ils seront les premiers à utiliser une presse mécanique dans la colonie18. D’autres imprimeurs se démarquent, comme l’imprimeur d’Halifax, Major Theakston, qui montra le métier de typographe à cinq de ses sept fils, à qui il céda son imprimerie en 188119, À Fredericton, la famille de George Kilman Lugrin laissera sa marque dans le milieu de l’imprimerie et du journalisme durant près de 100 ans, tandis qu’à Terre-Neuve, les familles Winton et Shea occupent le haut du pavé pendant cette période. Quatre fils de Henry Shea, John, William Richard, Ambrose et Edward Dalton, par exemple, impriment et éditent le Newfoundlander durant près de 60 ans, entre 1827 et 188420.

  • 21 G. L. Parker, « Lovell, John », DBC XII.

12Le Québec compte à cette époque plusieurs familles d’imprimeurs importantes, comme les Lovell, les Beauchemin, les Sénécal, les Brousseau et les Desbarats, présentés dans le présent chapitre par Claude Galarneau, Au moment de la Confédération, l’entreprise de John Lovell, fondée en 1836 à Montréal, est la plus importante au pays avec 150 employés et 12 presses à vapeur, comptant des succursales à Québec, à Toronto et à Rouses Point (New York), où son fils, John Wurtele Lovell, et son gendre, Francis L. Wesson, sont associés aux activités de l’entreprise. À Toronto, John Lovell compte comme associés son beau-frère, John Gibson, et James Lovell, vraisemblablement l’un de ses frères. Enfin, après le décès de James Lovell, en 1868, l’entreprise est dirigée durant plusieurs années par sa veuve, Anne Lovell ; leurs fils dirigent encore l’imprimerie durant une décennie21.

  • 22 J. Michon (dir.), Histoire de l’édition littéraire au Québec au XXe siècle [...], p. 148. Sur Beau (...)
  • 23 E. Lavoie, «Brousseau, Léger», DBC XI.

13Charles-Odilon Beauchemin a fait son apprentissage de relieur chez Lovell vers 1841. Il possède déjà une librairie lorsqu’il lance son imprimerie en 1864. Connu pour la publication de l’Almanach du peuple (1855-), toujours publié aujourd’hui, la maison prend son véritable envol au tournant du XXe siècle lorsque le fils, Joseph-Odilon Beauchemin, en prend la direction. Beauchemin, qui se targuait d’être « la plus grande manufacture de cahiers pour écoles au Canada », compte plus de 225 employés en 191022. À Québec, les Brousseau, père et fils, forment une autre dynastie habile à conjuguer les commandes politiques et ecclésiastiques et fort bien connue par la publication du Courrier du Canada (1858-1891) et des Annales de la bonne Sainte-Anne-de-Beaupré (1873-), étudiées au chapitre 9 par Denis Saint-Jacques23.

  • 24 B, Dewalt, Technology and Canadian Printing [...], p. 16.
  • 25 E. Hulse, «The Hunter Rose Company»; E. Hulse, «Rose, George Maclean», DBC XII.
  • 26 E. Hulse, “Copp, William Walter”, DBC XII.

14L’Ontario, qui regroupe 57 % de la production canadienne du secteur de l’imprimerie en 1871 et 60 % en 1881, est également un terreau fertile en familles d’imprimeurs24. Avec son frère Henry, George Maclean Rose ouvre une imprimerie à Montréal en 1853. Après avoir liquidé leur partenariat trois ans plus tard, George se rend à Toronto — et éventuellement à Québec — où il s’associe en 1860 à Robert Hunter pour fonder, un an plus tard, la Hunter, Rose and Company. Vivant principalement de l’impression de contrats gouvernementaux, la compagnie déménage à Ottawa lorsque le siège du gouvernement y est transféré en 1865. En 1868, Rose s’installe à Toronto et trois ans plus tard l’imprimerie d’Ottawa ferme ses portes. Au cours des ans, trois de ses fils travailleront pour lui, de même que son frère Daniel. Rose a publié de nombreux ouvrages d’histoire et de littérature canadienne et a joué un important rôle d’éditeur à partir des années 188025. Connu comme libraire et éditeur, William Walter Copp a fait son apprentissage au magasin de Hugh Scobie, éditeur, libraire et imprimeur de Toronto. À la mort de Scobie en 1853, Copp, associé à Thomas Maclear et William Cameron Chewett, achète une part de l’entreprise. Au départ, la société fait autant dans la vente de livres et la papeterie que dans l’imprimerie, la lithographie et la reliure ; puis, vers 1862, Copp et ses partenaires acquièrent Fuller & Bencke et se spécialisent dans l’impression lithographique de travaux de ville. En 1869, avec un nouvel associé, Henry James Clark, l’entreprise prend le nom de Copp, Clark and Company et imprime, publie et édite le Canadian Almanac (que Scobie avait lancé en 1848), ainsi que des cartes géographiques, des manuels scolaires et de la littérature canadienne et étrangère26.

  • 27 G. L. Parker, The Beginnings of the Book Trade in Canada, p. 141-145 ; W. Hildebrandt, « Laurie, P (...)

15Dans l’Ouest canadien, la situation est différente. La stabilité y est difficile, compte tenu du contexte de développement et de la mobilité de la population. Comme la première presse y fut introduite seulement en 1840 (par le révérend James Evans dans l’actuel Manitoba), on compte peu de familles d’imprimeurs. C’est le partenariat qui permet à certains imprimeurs de se démarquer. William Buckingham et William Coldwell, par exemple, mettent une imprimerie sur pied dès 1859, le Red River Printing and Bookselling Establishment, à Fort Garry (winnipeg), et lancent le journal Nor’Wester. Dans les Territoires du Nord-Ouest, il faudra attendre l’année 1878 avant que la première imprimerie soit créée. Située à Battleford, elle est la propriété de Patrick Laurie, qui avait fait ses classes au Nor’Wester et au Manitoba Free Press, à Winnipeg. Laurie dirigera son imprimerie et son journal, le Saskatchewan Herald, durant 25 ans, de 1878 à 190327.

16En histoire économique canadienne, l’entreprise familiale n’est sans doute pas unique ou typique du secteur de l’imprimerie. Mais ce phénomène des lignées de pères, fils, veuves, cousins, gendres et beaux-frères s’explique par le système d’apprentissage des métiers et la transmission d’un savoir spécialisé, par le lien structurel entre l’imprimerie et la publication souvent durable d’un journal, par l’appartenance, sinon le patronage politiques et par l’intégration verticale ainsi que la diversification géographique des entreprises. Il faut bien voir que c’est cette infrastructure qui finit par donner au monde canadien des lettres sa propre permanence.

L’apprentissage et la main-d’œuvre féminine

  • 28 P, L. Fleming, « The Printing Tirade in Toronto : 1798-1840 », p. 66 ; sur l’apprentissage avant 1 (...)
  • 29 Contrat d’apprentissage de Joseph Guibord, ANOM, greffe T. Bédoin, 30 juillet 1823, microfilm 3155 (...)
  • 30 Colonial Advocate, 4 janvier 1827, cité dans P. L. Fleming, « A Canadian Printer’s Apprentice in 1 (...)

17L’engagement d’apprentis par les maîtres imprimeurs est une pratique traditionnelle dans le métier. Âgés de 12 à 16 ans au moment de leur embauche, les apprentis imprimeurs et pressiers doivent travailler en général de 4 à 5 ans avant de devenir compagnon. Pour être engagé, le jeune garçon — les jeunes filles n’étaient pas admises comme apprenties — doit savoir lire, écrire et connaître les mathématiques. L’apprenti assure la bonne marche de l’atelier. Il est donc chargé de passer le balai, de faire les courses, de classer les caractères d’imprimerie dans les casses, d’aider les compagnons à charger le papier dans les presses, enfin, d’apprendre le métier28. Ainsi, lorsque le jeune Joseph Guibord, qui sera à l’origine de la condamnation romaine de l’Institut canadien de Montréal à son décès en 1869, décide de s’engager auprès de Nahum Mower, propriétaire du Montreal Herald, le 30 juillet 1823, le contrat stipule que le jeune garçon de 14 ans devra servir durant 7 ans comme apprenti avant de passer compagnon typographe. Guibord s’engage à être obéissant et honnête, en échange de quoi Mower s’engage de son côté à le loger, à le nourrir, à lui fournir un lit et de quoi se laver et à lui enseigner le métier d’imprimeur29. Certains contrats comprennent aussi des clauses relatives à la moralité des apprentis. En 1827, par exemple, William Lyon Mackenzie inclut dans le contrat d’apprentissage du jeune Tom Shaw, âgé de 13 ans, une clause précisant que ce dernier ne pourra se marier avant d’être âgé de 23 ans30.

  • 31 G. L. Parker, «Lovell, John», DBC XII.
  • 32 Voir par exemple les contrats d’apprentis de l’imprimeur Daniel Carry de Québec : ANQQ greffe Édou (...)

18Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, on assiste à une transformation rapide du modèle traditionnel de l’apprentissage avec l’apparition de grandes imprimeries dans les centres urbains. En 1851, par exemple, l’imprimerie de John Lovell emploie 41 ouvriers compagnons à Toronto, 30 à Montréal et plusieurs apprentis31. Trop nombreux pour être logés et nourris chez le maître imprimeur, les apprentis reçoivent dorénavant un salaire pour leurs services32.

  • 33 Rapport de la Commission royale sur les relations du Travail avec le Capital au Canada, p. 142-145 (...)
  • 34 Enquête sur les rapports qui existent entre le Capital et le Travail au Canada, Québec, vol. 2, té (...)

19Comme les apprentis sont sous-payés, ils deviennent rapidement une source importante de main-d’œuvre à bon marché pour les employeurs. Qu’ils apprennent le métier à Saint-Hyacinthe, à St. Thomas (Ontario), à Ottawa, à Sherbrooke, à Saint-Jean ou à Halifax, les jeunes apprentis reçoivent tous un salaire semblable, bien inférieur à ceux des compagnons33. En fait, les salaires versés aux apprentis sont tellement bas qu’ils sont parfois gardés secrets au sein de l’atelier. « Ce sont des choses cachées, qu’on n’a jamais pu découvrir », relève le typographe Herménégilde Casavant lorsque questionné en 1888 sur les gages des apprentis à l’atelier où il travaille34.

  • 35 S. F. Zerker, The Ri se and Fall of the Toronto Typographical Union, 1832-1972 [...], p. 23-26 et (...)

20L’utilisation croissante d’apprentis par les employeurs à partir des années 1830 sera d’ailleurs l’une des principales causes de la formation d’associations ouvrières parmi les ouvriers imprimeurs. Au cours des années suivantes, le contrôle des règles d’embauche des apprentis (durée de l’apprentissage, salaires et nombre d’apprentis par compagnon) sera au cœur des revendications des associations ouvrières35.

  • 36 Sur le travail féminin dans le secteur de l’imprimerie, on consultera en particulier C. Burr, « Cl (...)
  • 37 Recensement du Canada, 1871, tableau XXXVIII, p. 388-421.

21Peu nombreuses dans le métier durant les décennies 1840 et 1850, les femmes y font leur entrée à partir des décennies 1860 et 187036. En 1871, on recense 471 femmes et 130 jeunes filles œuvrant dans le secteur de l’imprimerie au Canada, ce qui représente 14,3 % de la main-d’œuvre dans ce secteur (voir tableau 3.2). Une moitié de ces 601 femmes travaille dans la reliure (308), tandis que l’autre moitié (293) œuvre dans les ateliers d’imprimerie. Une faible minorité (13) travaille dans des ateliers de gravure et lithogravure. De plus, 21 % de celles qui travaillent dans les imprimeries (64/293) sont en fait des jeunes filles âgées de moins de 16 ans37. Entre 1871 et 1911, le pourcentage de femmes travaillant dans l’imprimerie augmentera progressivement pour atteindre 20 % en 1921, mais celui des jeunes filles et des garçons diminuera constamment.

  • 38 Pour des exemples, voir l’Enquête sur les rapports qui existent entre le Capital et le Travail au (...)
  • 39 C. Burr, « “That Corning Curse – The Incompetent Compositress” [...] », p. 355.
  • 40 Enquête sur les rapports qui existent entre le Capital et le Travail au Canada, Ontario, témoignag (...)
  • 41 J. Hamelin et ai, Répertoire des grèves dans la province de Québec au XIXe siècle, p. 76.

22Main-d’œuvre à bon marché recevant la moitié du salaire des hommes, les femmes tenteront de s’imposer dans ce secteur tout au long de ces années. Or, elles devront faire face à l’intransigeance des employeurs, mais aussi à celle des syndicats ouvriers qui verront d’un mauvais œil leur arrivée dans les ateliers de typographie. Si certaines d’entre elles travaillent comme compositrices, on les trouve en général dans les ateliers de reliure, à coudre et plier le papier, ou comme aide pour alimenter les presses (press feeders), des emplois demandant peu de qualification38. De plus, comme les syndicats leur refusent indirectement l’accès à l’apprentissage, elles ne pourront espérer devenir membres des syndicats de typographes et ainsi gagner des salaires comparables à ceux des hommes39. À Toronto, pour le même travail de compositeur, les femmes gagnent hebdomadairement de 4 à 6 $ de moins que les hommes, selon le témoignage du typographe Stewart J. Dunlop40. En conséquence, elles se retrouvent souvent à travailler dans des ateliers non syndiqués dans des conditions souvent difficiles. En 1883, par exemple, les typographes syndiqués du Montreal Star demandent le congédiement des cinq femmes non syndiquées de l’entreprise, arguant que leur présence crée une pression à la baisse sur les salaires41.

  • 42 Terme anglais employé, au moins depuis le XVIIIe siècle, pour désigner ce que l’on appelle en typo (...)
  • 43 Enquête sur les rapports qui existent entre le Capital et le Travail au Canada, Québec, vol. 1, té (...)

23Avec la mécanisation et les changements technologiques provoqués par l’arrivée des machines à composer au tournant des années 1890, les employeurs tentent de remplacer les typographes par des femmes. L’apparition de la linotype, avec son clavier qui se rapproche sensiblement d’une machine à écrire, facilite cette tentative de la part des employeurs. Au Montreal Star, par exemple, 25 femmes travaillent à la composition des textes. Elles sont plus nombreuses que les hommes, au nombre de 21. Payées à la pièce, leur salaire varie entre 15 et 29 cents pour 1 000 ems42, Les hommes touchent 30 cents pour 1 000 ems. Pour Hugh Graham, le propriétaire du Star, cette disparité se justifie par le fait que les femmes « ne valent pas autant » que les hommes43. En général, les employeurs justifient leur décision en arguant que les femmes ne sont pas soutien de famille, qu’elles rapportent en fait un salaire d’appoint, et qu’elles sont sur le marché du travail pour une courte période de temps, soit les quelques années précédant leur mariage.

  • 44 C. Burr, « Defending “The Art Preservative” [...] », p. 59-73.

24La situation ne changera guère dans le secteur des presses, mais elle différera quelque peu dans le domaine de la reliure où, le poids du nombre aidant, les syndicats de relieurs faciliteront l’organisation syndicale des femmes afin de voir augmenter leurs faibles salaires44. En définitive, les femmes qui tentent de gagner leur vie, et souvent celle de leurs enfants, auront été la cible tant des employeurs que des organisations syndicales à cette époque. Considérées comme une main-d’œuvre à bon marché par les uns et comme une menace à leurs intérêts professionnels et économiques par les autres, elles devront combattre encore quelques décennies avant de briser cette conception paternaliste du travail féminin.

L’organisation ouvrière

  • 45 R. H. Coats, « The Labour Movement in Canada », vol. 9, p. 292.
  • 46 G. Kealey, « Work Control, the Labour Process, and Nineteenth-Century Canadian Printers », p. 94.
  • 47 S. F. Zerker, The Rise and Fall of the Toronto Typographical Union, 1832-1972, p. 23.

25Grâce à leur haut niveau d’éducation et de qualification, les typographes sont parmi les premiers travailleurs à s’organiser collectivement. Au Canada, ce serait à Québec que la première association de typographes aurait vu le jour, en 182745. York (Toronto) emboîte le pas en 1832, Montréal et Hamilton en 1833, Halifax en 1837, Kingston en 1846, London en 1850, Saint-Jean en 1856, Victoria en 1863 et St. John’s en 188346. Les changements technologiques causés par la modernisation des presses à imprimer, jumelés à la réorganisation du système d’apprentissage au profit des employeurs, menacent le pouvoir que détiennent les typographes sur leur métier à titre d’artisans et expliquent l’apparition de ces associations47. Sauf les associations de Québec, Toronto et Hamilton, les autres connaissent plutôt une brève existence.

  • 48 Ibid., 24-29.
  • 49 Album souvenir. 100e anniversaire de l’Union typographique de Québec, no 302 ; L’Événement, 3 sept (...)
  • 50 Sur les formes de sociabilité des imprimeurs et des ouvriers en général : R. G. Silver, « The Conv (...)
  • 51 Le Journal de Québec, 15 août 1863, p. 1 ; E. Leroux, « Culture ouvrière et métiers du livre : la (...)

26À York, la York Typographical Society est fondée par 24 typographes qui veulent voir augmenter leur salaire et limiter le nombre d’apprentis pouvant pratiquer le métier afin de contrôler le ratio apprentis-compagnons48. À Québec, la Société typographique canadienne regroupe en 1836 tous les typographes et pressiers de la ville, au nombre de 66, répartis dans une douzaine d’ateliers49. Fait à noter, la socialisation tient une place centrale dans la vie de ce groupe de travailleurs plus instruits que la moyenne50. À Québec, les typographes participent aux différentes activités sociales de la ville, comme la fête de la Saint-Jean-Baptiste (voir illustration 3.1), mettent sur pied une troupe de théâtre amateur en 1839, dirigent des sociétés musicales et créent un cabinet de lecture et une bibliothèque pour leurs membres qui rassemblent plus de 1 000 volumes en 186351.

  • 52 Liste des affiliations à l’ITU : Saint-Jean, section locale 85 (1865) ; Ottawa, section locale 102 (...)
  • 53 S. F. Zerker, The Rise and Fall of the Toronto Typographical Union, 1832-1972, p. 54-65.
  • 54 É. Leroux, Gustave Francq, p. 18-23.

27En 1866, les typographes de Toronto s’affilient à l’International Typographical Union (ITU), une puissante fédération américaine qui regroupe, sur une base volontaire, les syndicats de typographes des États-Unis et du Canada. Les typographes de Montréal emboîtent le pas Tannée suivante, tandis que la Société typographique de Québec attend jusqu’en 1872 avant de s’affilier à l’ITU. D’autres syndicats canadiens se joignent à l’ITU dans les décennies 1860 et 1870, y voyant des avantages évidents pour leur organisation, tels un rapport de force efficace au moment des négociations collectives, un fonds de grève substantiel, un fonds de pension pour leurs membres et la participation au système de carte de voyage qui permet au typographe, membre de l’ITU, de se prévaloir d’avantages importants lorsqu’il décide de se déplacer dans une autre ville52. Or, la mobilité géographique des ouvriers typographes est un phénomène courant à l’époque53. Arrivé par bateau à Québec en L887, en provenance de Belgique, et âgé de 14 ans, le jeune apprenti typographe Gustave Francq quitte la ville de Québec en 1888 à la suite d’une grève perdue. Son parcours, typique de plusieurs typographes de l’époque, le mène de Rouses Point (1888-1890), à Québec (1890-1892) en passant par Lowell aux États-Unis (1892-1896) et par l’Europe (1896-1900), où il exerce son métier de typographe en Belgique, en France et en Allemagne avant de revenir définitivement se fixer à Montréal en 190054.

  • 55 R. Desrosiers et D. Héroux, Le travailleur québécois et le syndicalisme, p. 71-96.
  • 56 A. R. McCormack, «Arthur Puttee and the Liberal Party, 1899-1904».

28À l’époque, plusieurs typographes, membres de l’ITU, sont également membres des Chevaliers du travail américains. Au milieu des années 1880, les Chevaliers du travail atteignent leur apogée avec plus de 700 000 membres dans l’ensemble nord-américain, dont plus de 20 000 au Canada. Un ouvrier peut donc exercer son activité syndicale au sein des syndicats de métiers et, parallèlement, son action politique au sein des Chevaliers55. Plusieurs ouvriers typographes feront de l’action politique à partir de la fin du XIXe siècle au sein de partis travaillistes ou socialistes. C’est le cas, par exemple, de Joseph-Alphonse Rodier et de Gustave Francq à Montréal, de Daniel O’Donoghue et de James Simpson à Toronto, et d’Arthur Puttee à Winnipeg. Éditeur de l’hebdomadaire The Voice de Winnipeg, de 1899 à 1918, et membre du Parti ouvrier du Manitoba, Puttee représentera la circonscription de Winnipeg à la Chambre des communes de 1900 à 1904, tandis que James Simpson se fera élire maire de Toronto en 193556.

3.1. Char des imprimeurs et typographes dans le cadre du défilé de la Société Saint-Jean-Baptiste de Québec en 1889 (détail). La statue qui représente Johannes Gutenberg et sa presse (1880) est l’œuvre de Jean-Baptiste Côté, sculpteur et graveur sur bois, caricaturiste et éditeur de journaux satiriques. Avec l’aimable autorisation des Archives nationales du Québec à Québec, GH-270-125.

Le leadership ouvrier : rémunération, grèves et législation

  • 57 S. F. Zerker, The Rise and Fall of the Toronto Typographical Union, 1832-1972, p. 31.
  • 58 Proceedings of the ITU, 1871, p. 22; 1872, p. 23-24; 1873, p. 15-17.
  • 59 The Printer’s Miscellany, juillet 1876, p. 5 ; octobre 1876, p. 39.
  • 60 Constitution, règlements et échelle des prix de l’Union typographique Jacques-Cartier p. 28.
  • 61 B. Dansereau, L’avènement de la linotype [...], p, 7.

29Au milieu du XIXe siècle, les ouvriers typographes sont payés à la pièce pour la composition de journaux ou de livres et à l’heure pour les travaux de ville. À Toronto, un typographe reçoit 7 $ en 1844 pour une semaine de 60 heures ou 33 ⅓ cents par 1 000 ems, pour le salaire à la pièce57. Malgré les tentatives des associations ouvrières pour uniformiser les salaires, certains employeurs paient moins que d’autres ; c’est le cas de George Brown du Globe qui n’offre que 28 cents les 1 000 ems en 1859. Les salaires varient également d’une ville à l’autre. Au début des années 1870, Toronto, qui offre les salaires les plus élevés, arrive en tête, suivi de Montréal et de Hamilton58. En 1876, les typographes de Toronto reçoivent 10 $ par semaine ou 33 ⅓ cents par 1 000 ems pour une semaine de 54 heures, les typographes ayant gagné la journée de 9 heures en 1872. À Saint-Jean, le salaire est plus bas, 8 $ par semaine ou 25 cents à la pièce59. En 1890, les typographes montréalais gagnent 32 cents par 1 000 ems pour la composition des journaux et 14 $ par semaine de 54 heures de travail pour les travaux de ville60. À cette époque, les typographes se placent au premier rang pour la moyenne des salaires en comparaison avec les autres métiers du secteur manufacturier à Montréal61.

  • 62 G. S. Kealey, « Work Control, the Labour Process, and Nineteenth-Century Canadian Printers », p. 9 (...)
  • 63 Proceedings ofthe ITU, 1870, p. 25 ; J, Hamelin et al., Répertoire des grèves dans la province de (...)

30Entre 1836 et 1908, on a dénombré 98 grèves d’imprimeurs au Canada. Les villes où l’on compte le plus grand nombre de conflits sont Toronto (17), Montréal (16), Winnipeg (13), Ottawa (9), Saint-Jean (7), Vancouver (7) et Halifax (6)62. Certaines grèves sont plus importantes que d’autres, comme celle de 1869 à Montréal qui paralyse pratiquement l’ensemble de l’industrie. Le litige porte sur les salaires, la section locale 97 de la Montreal Typographical Union demandant une augmentation de 1 $ par semaine. Les employeurs tentent de briser la grève en embauchant des jeunes filles pour remplacer les typographes, mais sans grand succès. La grève générale, qui dure un mois, se termine par une demi-victoire, les typographes obtenant l’augmentation de salaire demandée dans tous les ateliers, sauf chez Lovell, le plus important employeur de l’époque63.

  • 64 S. F. Zerker, The Rise and Fall ofthe Toronto Typographical Union, 1832-1972, p. 78-86.
  • 65 A. Vidricaire, « La philosophie devant le syndicalisme [...] », p. 269.
  • 66 J. Hamelin, Répertoire des grèves dans la province de Québec au XIXe siècle, p. 105.

31En 1872, le conflit opposant les membres de la section locale 91 de la Toronto Typographical Union aux employeurs de la ville pour l’obtention de la journée de neuf heures passera à l’histoire en provoquant l’adoption par le gouvernement Macdonald du Trade Union Act légitimant les syndicats ouvriers64. La nouvelle loi marque un tournant dans l’histoire du mouvement ouvrier canadien dans la mesure où elle permet dorénavant aux syndicats de représenter collectivement les ouvriers et de négocier des conditions de travail en leur nom. Mais la nouvelle loi ne règle pas tout puisque, lors de la grève des typographes de Québec en janvier 1888, les employeurs du Canadien et de La Justice font arrêter cinq apprentis pour bris de contrat en vertu de la Loi des maîtres et serviteurs qui est en vigueur depuis 184765. En 1890, c’est au tour des dirigeants du syndicat des typographes du Montreal Daily Herald d’être arrêtés et accusés de conspiration à la suite d’un conflit66.

32Outre la question des salaires, plusieurs grèves déclenchées après les années 1890 le sont en raison des transformations technologiques majeures que connaît le métier de typographe. La spécialisation des années 1870 et la mécanisation des années 1880 provoquent une division du travail entraînant les pressiers et les relieurs, autrefois membres des syndicats de typographes, à former leurs propres associations. Les pressiers se regroupent à Ottawa en 1880, à Toronto trois ans plus tard et à Montréal en 1887, tandis que les relieurs créent l’International Brotherhood of Bookbinders en 1892.

33Au moment où la mécanisation transforme les conditions de travail des ouvriers des métiers du livre à la fin du XIXe siècle, les typographes constituent l’un des seuls groupes à résister et à maintenir un bon rapport de force face à l’employeur. En plus de leur donner le pouvoir de négocier d’ambitieux contrats de travail, cette position enviable leur permet de garder la mainmise sur l’apprentissage, leur garantissant ainsi un moyen efficace, d’une part, de contrôler le bassin de main-d’œuvre disponible et, d’autre part, de contrer le chômage. Ainsi, les typographes ont toujours maintenu leur position sociale et ce, malgré les changements technologiques et socioéconomiques engendrés par la révolution industrielle.

ÉTUDE DE CAS. La dynastie des Desbarats au Québec et en Ontario

— Claude Galarneau

  • 67 Des biographies des membres de la famille Desbarats et de plusieurs de leurs associés se trouvent (...)
  • 68 C. Galarneau, « Les Desbarats : une dynastie d’imprimeurs-éditeurs », p. 130.
  • 69 Compilations faites d’après M. Vlach et Y. Buono, Catalogue collectif [...],

34Avec les Neilson, qui héritent du premier imprimeur de Québec, William Brown, et demeurent en affaires de 1764 à 1848, la famille Desbarats personnifie la plus longue dynastie à avoir vécu les transformations du métier d’imprimeur, d’imprimeur officiel et d’éditeur, de 1794 à la fin de la décennie 1970. Joseph Desbarats arrive en Nouvelle-France en 1756 avec le régiment de La Sarre. Originaire de la région d’Auch, on ignore s’il était apparenté à la famille du même nom qui exerça le métier d’imprimeur en Béarn du XVIIe siècle à la Révolution67. Son fils aîné, Pierre-Édouard (1764-1828), d’abord traducteur à La Gazette de Québec/Quebec Gazette et à la Chambre d’assemblée du Bas-Canada, achète en 1798 la New Printing Office/Nouvelle Imprimerie de William Vondenvelden avec Roger Lelièvre comme associé, puis avec John Neilson en 1800 et avec Thomas Cary fils en 1812. En 1798-1799, Desbarats est imprimeur des Statuts avec Roger Lelièvre, puis mène l’imprimerie seul jusqu’en 182268. Il édite trois journaux, dont le Quebec Mercury, pour ses partenaires, les Cary, ainsi que plus de 130 publications avant 182169.

  • 70 R. Robidoux, « Les Soirées canadiennes et le Foyer canadien [...] », p. 423.
  • 71 P. Desbarats, Canadian Illustrated News, 1970, p. 13.

35George-Paschal (1808-1864), troisième fils de Pierre-Édouard, prend la relève après le décès de son père en 1828. En 1841, il est nommé imprimeur de la Province du Canada avec Stewart Derbishire. Ils suivent alors le gouvernement, successivement à Kingston, Montréal, Toronto et Québec. Ils sont en poste jusqu’à leur mort, en 1864 et 1863. En plus des publications du gouvernement, ils sont, à Québec, les éditeurs du Foyer canadien70 (1863-1866). George-Paschal a été aussi un homme d’affaires de grande envergure dans l’industrie du verre, des mines et des chemins de fer71.

  • 72 Ibid., p, 15.

36George-Paschal fait faire à son fils George-Édouard (1838-1893) des études classiques et de droit, mais le fils préfère travailler avec son père. Il s’initie alors à tous les aspects de l’entreprise et s’occupe de la publication d’une douzaine d’œuvres d’écrivains québécois, dont la deuxième édition des Anciens Canadiens (Québec, 1864) de Philippe Aubert de Gaspé père et l’édition des Œuvres (Québec, 1870) de Champlain préparée par l’abbé Charles-Honoré Laverdière. À la mort de son père en 1864, il devient l’associé de Malcolm Cameron, imprimeur de la Province du Canada. George-Édouard quitte bientôt Québec pour Ottawa, alors qu’il s’était déjà associé à Montréal au graveur W. A. Leggo fils, lequel avait travaillé chez son père avant d’aller se perfectionner à Boston. À Ottawa, Desbarats et Cameron ne passent que peu de temps, un incendie criminel ayant détruit leur édifice en 186972. John A. Macdonald offre alors à George-Édouard le nouveau poste d’imprimeur du Canada, poste qu’il accepte mais dont il démissionne en 1870 faute de pouvoir mener de front les deux entreprises d’Ottawa et de Montréal, où il s’établit finalement.

  • 73 Y. Chevrefils, « John Henry Walker C. Galarneau, « Les Desbarats : une dynastie d’imprimeurs-édite (...)
  • 74 P. Desbarats, Canadian Illustrated News, 1970, p. 16.

37Desbarats et Leggo vont se lancer dans des travaux innovateurs dans l’édition et l’imprimerie. À ce dernier titre, on leur doit trois grandes inventions décrites dans le présent chapitre par Bryan Dewalt : la leggotypie, la photographie grenée (une première mondiale) et la photolithographie (procédé encore exceptionnel)73. Ils ont ainsi imprimé et édité de nombreux périodiques, comme le Canadian Illustrated News (Montréal, 1869-1883) et l’Opinion publique (Montréal, 1870-1883), des magazines et même un journal à New York, le Daily Graphic (1873-1889), quotidien illustré. George-Édouard a édité de nombreux auteurs canadiens en anglais et en français et créé plusieurs compagnies d’édition. Mort en 1893, il a laissé son entreprise à ses trois fils. En 1970, on trouvait encore deux jeunes de la septième génération à la Desbarats Printing de Montréal74.

Les techniques de l’imprimerie

BRYAN DEWALT

  • 75 On peut trouver un exposé plus complet de l’histoire de l’imprimerie et des techniques s’y rattach (...)

38En 1840, les métiers du livre en Amérique du Nord britannique reposent sur des assises techniques qui ont à peine évolué depuis des décennies. Dans leurs petits ateliers urbains, compagnons et apprentis composent toujours à la main, une lettre à la fois, et impriment sur presse à bras, recto seulement, environ 250 feuilles à l’heure. Bien qu’on fabrique du papier sur place depuis 1804, cette matière essentielle est encore importée en grande quantité et à prix fort. Pour amortir le coût des caractères et de la composition, toujours payé d’avance, ainsi que celui du papier et de l’impression, jamais dégressif, un livre doit être tiré à environ 1 500 exemplaires. Ordre de grandeur auquel peu d’ouvrages peuvent prétendre dans les colonies britanniques d’Amérique du Nord75.

39Ce cadre de travail va changer du tout au tout en quelques décennies. Les premiers indices de cette révolution technique sont déjà perceptibles en 1840. En effet, depuis une vingtaine d’années, les imprimeurs utilisent des presses à bras en fer qui exigent moins d’effort que les machines en bois pour un résultat plus net et frappant. Durant les années 1830, les premières fonderies de caractères d’Amérique du Nord britannique ont vu le jour. La diffusion de techniques nouvelles comme la lithographie a vivifié l’illustration imprimée. Plus important encore, le milieu local fait meilleur accueil à la production imprimée comme à l’innovation technique. La croissance démographique et l’alphabétisation développent le marché du livre et du journal, les échanges intérieurs et extérieurs stimulent la demande d’imprimés commerciaux de toute nature.

40Au cours des décennies suivantes, ces forces animeront une industrie du livre complexe, nettement segmentée par spécialités. En 1840, presque toutes les imprimeries d’Amérique du Nord britannique sont des entreprises généralistes de taille semblable qui ont un matériel assez rudimentaire et une production très variée. De 1840 à 1918, plusieurs secteurs distincts émergeront de cette masse indifférenciée : grands quotidiens, petits hebdos, grands imprimeurs commerciaux, petits producteurs de travaux de ville, éditeurs, graveurs, lithographes... Cette spécialisation nourrit le progrès technique et s’en nourrit tout à la fois. L’innovation touche tous les aspects de la production imprimée : fabrication du papier et des caractères, architecture des presses, composition, réalisation des planches, production des illustrations. Partout, la pénétration des procédés et des outils nouveaux obéit au seul impératif de l’économie capitaliste : le profit. Pour les maîtres imprimeurs, il passe par la réduction des charges et l’augmentation de la productivité d’une main-d’œuvre qualifiée mais souvent rare et rétive. Dans la composition et l’impression, ils atteindront leur but en remplaçant le travail lent et imprévisible de la main et du cerveau humains par l’action rapide, prédéterminée et répétitive de la machine. Pour l’illustration, ils feront appel à la puissante alliance de la chimie et de l’optique qu’on appellera photographie.

  • 76 E. Baker, Printers and Technology, p. 22-23.

41Ces changements induisent une telle hausse de la productivité que le délai d’exécution d’un livre ne se compte plus en mois, mais en jours. D’une feuille de quatre pages exigeant des heures de travail manuel, le format d’un journal passe à plusieurs feuilles tirées en quelques minutes. En 1852, produire à 10 000 exemplaires un magazine de 64 pages consomme 3 170 heures-hommes ; en 1896, à peine 15 heures-hommes. Le coût de la matière imprimée plonge, la demande s’envole76.

Les presses

42Si la presse en fer améliore la qualité de l’impression et requiert moins d’effort physique, elle n’accroît pas appréciablement la cadence de production. Celle-ci dépend à la fois de la vitesse à laquelle la platine écrase le papier sur les caractères et du temps que prend le pressier pour encrer la forme, placer le papier et retirer la feuille imprimée. Pour accroître la productivité, il faut innover dans tous ces domaines. Les imprimeurs et mécaniciens qui s’attaquent au problème avancent sur trois fronts : l’emploi de la vapeur et de l’électricité ; l’automatisation de l’encrage, de l’alimentation en papier et de la sortie des feuilles imprimées ; enfin, l’utilisation du mouvement rotatif pour l’impression.

  • 77 D. C. Harvey, « Newspapers of Nova Scotia », p. 289.
  • 78 Times (Ottawa), 21 janvier 1869 ; H. Aach, Impressions, p. 51.
  • 79 J, Moran, Printing Presses, p. 114-115 et 147.

43John H. Crosskill, de Halifax, est le premier imprimeur d’Amérique du Nord britannique à exploiter la vapeur. Il importe sa presse, de type indéterminé, en 1840 pour produire un journal trihebdomadaire77. À l’époque de la Confédération, les grands éditeurs comme George-Édouard Desbarats, imprimeur de la reine à Ottawa, tirent leurs livres sur presse Adams78. Mise au point vers 1830 aux États-Unis, elle conserve la platine et le marbre plan de la presse à bras, mais fonctionne à la vapeur et possède un mécanisme d’encrage, d’où une nette accélération de la production : de 500 à 1 000 feuilles à l’heure, deux à quatre fois le débit d’une presse à bras. On ne peut guère tirer plus d’une machine à platine. Les petites presses comme la Gordon, qui deviendront si populaires à partir de 1850, sont certes très efficaces pour les travaux de ville, mais n’accélèrent pas vraiment l’exécution des livres et périodiques79. Pour satisfaire cette demande-là, il faut changer l’architecture de la presse.

  • 80 Ibid., p. 106-110.
  • 81 F. Roblin, « Development of the Printing Press », p. 22-28.

44Le virage est pris avec la presse à forme plane et à cylindre dont quelques imprimeurs d’Amérique du Nord britannique s’équipent dans les années 1840. Au lieu d’une platine au mouvement alternatif, c’est un cylindre tournant sur lui-même qui met le papier en contact avec la forme imprimante, calée sur un marbre plan dont le va-et-vient commande la rotation du cylindre. À chaque passage, la forme glisse sous des rouleaux encreurs. Inventée en Angleterre par Friedrich Koenig en 1811, la presse à cylindre est, au début, affreusement chère et capricieuse, mais sa productivité (jusqu’à 2 000 feuilles à l’heure) séduit les éditeurs de journaux à très grand tirage comme le Times de Londres80. Tout au long du XIXe siècle, les constructeurs multiplieront les raffinements techniques, régularisant et accélérant le mouvement du marbre, améliorant l’encrage et le registre, automatisant la sortie des feuilles, réduisant le coût de fabrication. La dernière innovation importante, apportée en 1897, est la mécanisation de l’alimentation en papier. Le premier chargeur efficace accroît la cadence de production de 20 à 50 %81. Sous diverses incarnations, la presse à cylindre survivra jusqu’aux années 1970.

  • 82 F. E. Comparato, Chronicles of Genius and Folly, p. 335.
  • 83 PM, décembre 1876, p. 77-78 ; Montreal Type Foundry, Specimens, p. III-IV.
  • 84 R. Hoe, Catalogue, p. 5-19 et 26. Les prix sont en dollars américains, pour une feuille de 27 x 42 (...)
  • 85 PM, novembre 1877, p. 117 ; PM, février 1878, p. 213 ; CPP, septembre 1896, dos de couverture.

45La première machine de ce type recensée en Amérique du Nord britannique est une Hoe importée de New York en 1844 par George Brown pour son journal torontois, le Globe82. Dans les années 1870, les imprimeries des petites villes s’équipent de presses à cylindre d’origine américaine ou, plus rarement, anglaise. Pour environ trois fois le prix d’une presse à bras neuve, un imprimeur rural peut s’offrir une machine simple qui réduira ses coûts de main-d’œuvre83. Les éditeurs qui consultent le catalogue 1881 de R. Hoe and Company ont le choix entre des presses à arrêt de cylindre et à deux tours, particulièrement efficaces pour les caractères fins et les illustrations, à plus de 4 000 $ pièce. La désormais désuète presse à platine se vend toujours à peu près 3 000 $. Aux petits imprimeurs généralistes on propose des presses plus simples, à arrêt de cylindre ou à tambour, entre 1 000 $ et 2 000 $. La vénérable Washington, une presse à bras en fer qui date des années 1820, mais reste utile pour les épreuves et les petits tirages, coûte 275 $84. Des machines d’occasion en tout genre sont annoncées dans les revues spécialisées pour environ la moitié du prix des neuves85.

  • 86 J. Moran, Printing Presses, p. 185-186,
  • 87 F. E. Comparato, Chronicles of Genius and Folly, p. 335.

46La rotation est la meilleure solution mécanique au problème de l’encrage du papier parce qu’elle supprime les secousses et la dissipation d’énergie causées par le va-et-vient de la forme et de la platine. Freins et amortisseurs deviennent inutiles. Les presses à cylindre et à forme plane appliquent le mouvement rotatif au support du papier, mais la forme imprimante conserve un déplacement alternatif. Les presses rotatives typographiques qui apparaissent aux États-Unis et en Angleterre dans les années 1840 étendent la logique « circulaire » à la forme imprimante et à l’alimentation en papier. Elles se composent d’un gros cylindre auquel sont vissées de petites formes planes. Des cylindres plus petits, disposés tout autour, pressent les feuilles introduites à la main sur ces formes encrées86. Les premières rotatives de ce type sont installées au Canada dans les années 1860, dans de grands quotidiens comme le Globe de Toronto, qui s’équipe en 1868 d’une Lightning à quatre margeurs de marque Hoe87.

  • 88 Ibid., p. 337.

47En 1865, l’inventeur américain William Bullock bâtit la première rotative à bobines : elle presse des clichés semi-cylindriques sur du papier en rouleaux. Deux décennies plus tard, ce procédé est la norme dans tous les journaux. C’est le Globe de Toronto qui a lancé le mouvement au Canada, en avril 1880, avec une rotative capable d’imprimer, de couper et de plier 28 000 exemplaires de 8 pages à l’heure. Les éditeurs de livres n’ayant pas besoin d’une machine aussi performante, ils s’en tiennent aux presses à forme plane et à cylindre alimentées feuille à feuille, qui produisent une impression plus nette sur papier de meilleure qualité88.

  • 89 W. D. Devine, « Printing Industry as a Leader in Electrification », p. 27-36; CPP, mars 1894, p. 1 (...)

48Par rapport à ces problèmes d’ordre structurel, celui de la force motrice s’avère relativement facile à résoudre. Jusqu’aux années 1890, toutes les presses marchent à la vapeur sauf certaines machines à cylindre très simples, actionnées par un volant remonté à bras, et les petites presses à pédale pour travaux de ville. Entre 1890 et 1910, l’électricité chasse la vapeur des imprimeries. Plus propre, elle dégage moins de chaleur, demande moins de place et procure un flux constant et stable d’énergie. D’abord alimentées indirectement au moyen d’arbres et de courroies de transmission, les presses possèdent leur propre moteur dès le début du XXe siècle89.

Les caractères

  • 90 E. Hulse, « Early Canadian Type Specimen Book », p. 16.
  • 91 L. C. Wroth, Colonial Printer, p. 93 ; G. L. Parker, The Beginnings of the Book Trade in Canada, p (...)
  • 92 P. Gaskell, New Introduction to Bibliography, p. 10-12 et 207-208.
  • 93 « Montreal Type Foundry », p. 23-24.
  • 94 E. Hulse, Dictionary of Toronto Printers, p. 170-180 et 200; PM, juin 1877, p. 221 ; PM, août 1879 (...)

49Durant les années 1830, la Montreal Type Foundry est devenue le premier fabricant de caractères d’Amérique du Nord britannique90. La fonte des caractères est alors un métier manuel très spécialisé. Les caractères importés sont le plus gros investissement d’un imprimeur ; ils valent parfois plus que tout le reste du matériel de l’atelier91. L’invention de la fondeuse, en 1838 aux États-Unis, multiplie la production par cinq et divise presque par deux le coût de production. Dès les années 1860, l’emploi de ces machines est devenu courant aux États-Unis comme en Grande-Bretagne92. La Montreal Type Foundry mécanise sa production en 1863 au plus tard93 (voir illustration 3.2). Quand elle ferme ses portes, vers 1874, elle est vite remplacée par la Dominion Type Foundry, également de Montréal. Seule fonderie de caractères du Canada, la Dominion vend aussi des presses et du matériel d’imprimeur d’origine locale ou étrangère. En 1899, elle est achetée par la Toronto Type Foundry, qui ne fabrique pas de caractères94.

  • 95 G. Kubler, New History of Stereotyping, p. 116 et 201-206.
  • 96 M. Winship, « Printing with Plates », p. 20.

50Si les caractères représentent un gros investissement, la composition constitue une lourde charge d’exploitation. Dès 1828, certains imprimeurs d’Amérique du Nord britannique utilisent des stéréotypes, clichés métalliques de la forme typographique coulés dans un moule en plâtre ou en papier mâché. Mis au point en 1829, le moulage en papier mâché devient la méthode de choix pour l’impression des journaux, surtout après le développement du procédé de cintrage des clichés de rotative. Le plâtre survit quelque temps dans l’édition de livres, mais est finalement évincé par le papier mâché et la galvanotypie, technique inventée à la fin des années 1830, qui consiste à prendre une empreinte de cire de la forme imprimante et à la recouvrir d’une pellicule de cuivre par électrolyse. Il faut plus de temps et d’argent pour faire un galvano qu’un stéréotype, mais il dure plus longtemps et convient tout particulièrement aux illustrations, dont les détails fins tendent à s’user95. Dès les années 1870, la galvanotypie a presque complètement supplanté la stéréotypie dans la production de livres aux États-Unis96.

3.2. Specimen Book of the Peterborough Review (Peterborough, Ontario, 1869). Avec sa page de titre imprimée en rouge, bleu, or et argent, le catalogue du Review Job Room comprend 30 pages de fontes de caractère, 24 de vignettes-annonces, 28 d’ornements et 25 de caractères sur bois. Robert Romaine et son beau-frère fondèrent The Peterborough Review en 1853, après avoir quitté Québec pour Peterborough. À l’époque, la Montreal Type Foundry, qui publia des cahiers d’échantillons en 1844, 1850, 1860 et 1865, était la seule fonderie de caractères au Canada. Avec l’aimable autorisation de la Thomas Fisher Book Library, University of Toronto.

3.3. Le personnel de la salle de composition du journal Kings County Record, Sussex, Nouveau-Brunswick, vers 1900. La presse de fer, à bras, que l’on voit sur la gauche, pourrait être une Washington. Avec l’aimable autorisation des Archives publiques du Nouveau-Brunswick, Collection Don Smith, P466-6.

  • 97 Ibid., p. 23-24.
  • 98 « Montreal Type Foundry », p. 24.
  • 99 PM, octobre 1876, p. 39 ; PM, mai 1877, p. 193.
  • 100 BN, septembre 1884, p. 23.

51Les grands éditeurs comme Harper’s, à New York, tirent presque tous leurs livres à partir de clichés dès le milieu du siècle97. On peut en effet conserver, louer ou vendre les moules après usage. Les imprimeurs aux moyens limités s’épargnent des frais de composition en produisant leurs ouvrages populaires, les manuels scolaires, par exemple, à partir de clichés importés. En 1863, peut-être même plus tôt, la Montreal Type Foundry fabrique des stéréotypes et des galvanotypes98. L’édition hebdomadaire du Globe de Toronto est produite par stéréotypie en 1876 ; l’édition quotidienne, un an après99. À la fin de cette décennie, les grands quotidiens canadiens qui s’équipent de rotatives à bobine créent des services de stéréotypie pour réaliser les clichés cintrés qu’exigent leurs nouvelles machines. Une des premières revues destinées aux métiers de l’imprimé canadiens rapporte en 1884 que la plupart des livres sont produits par stéréotypie ou par galvanotypie s’il s’agit d’ouvrages de haute qualité ou à grand tirage100.

  • 101 Citation tirée de E. Baker, Displacement of Men by Machines, p. 69.
  • 102 L’histoire de la composition est détaillée dans R. E. Huss, Development of Printers’ Mechanical Ty (...)
  • 103 B. Dansereau, L’avènement de la linotype, p. 23-74.

52Même si les clichés réduisent le coût des imprimés populaires et des livres en demande constante, la composition se fait toujours à la main, et elle mange les profits du patron. Pour l’imprimeur américain Theodore De Vinne, l’atelier de composition est une « immense vidange » qui « siphonne les profits de la maison101 » (voir illustration 3.3). Pendant la plus grande partie du XIXe siècle, des inventeurs nord-américains et européens s’échinent à mécaniser les laborieuses et coûteuses opérations de composition, de justification et de répartition des caractères. Durant les années 1850, des machines à clavier codent un caractère à la fois. Dès 1900, elles sont éclipsées par un procédé qui fond et justifie en bloc lignes et colonnes de caractères ; il dominera les opérations de composition jusqu’aux années 1960. La première machine opérationnelle de ce genre, et la plus célèbre de toutes, est la Linotype. Mise au point par Ottmar Mergenthaler entre 1884 et 1890, elle fond les caractères par ligne entière comme ses deux concurrentes, la Rogers Typograph (1890) et la Monoline (1892)102. Les trois machines sont des inventions américaines, mais il s’en fabriquera des centaines au Canada pour les marchés intérieur et extérieur. Entre 1890 et 1914, le Canada possède en effet une des deux usines Typograph (Windsor, vers 1894), une des trois usines Monoline (Montréal, 1894-1911) et une des quatre usines Linotype (Montréal, 1891-1911) du monde103.

  • 104 Ibid., p. 28-31 ; CPP, février 1897, p. 11-12.

53Toujours soucieux de réduire le coût de la composition, les éditeurs de journaux sont les premiers à s’équiper largement de machines à composer en lignes-blocs. Au Canada, ce sont des quotidiens torontois — le Mail, l’Empire, le Globe — qui installent les premières, de marque Typograph, pendant l’hiver de 1891. En 1897, le Journal d’Ottawa rapporte que ses linotypistes font en moyenne 4 500 ems à l’heure, l’équivalent de la production manuelle de cinq typographes104.

  • 105 CPP, septembre 1905, p. 29.

54La machine à composer en lignes-blocs sera employée par les journaux canadiens pendant 70 ans, mais sa typographie n’est pas assez soignée pour un livre. Bien qu’arrivée plus tardivement sur la scène canadienne, la Monotype jouera un rôle plus important dans ce créneau. Cette invention de l’Américain Tolbert Lanston (1887), perfectionnée par John Sellers Bancroft dans les années 1890, sépare les opérations de codage et de fonte, produisant des colonnes justifiées. L’information sur les signes et l’espacement est transmise à la fondeuse par bande perforée. Trop lente pour les besoins d’un journal, la Monotype sera très prisée par les éditeurs de livres et de magazines grâce, entre autres, au vaste catalogue de caractères de son fabricant. En 1902, la Gazette de Montréal prend livraison de la première Monotype importée au Canada ; deux ans plus tard, le système est employé par plusieurs maisons d’édition et imprimeurs de travaux de ville de Toronto. La revue Canadian Printer and Publisher affirme en 1905 que « pour tout travail hormis la production d’un périodique [...] la Monotype est presque indispensable à l’imprimeur de livres et de travaux de ville105 ».

Les illustrations

55Avant 1830, les livres et périodiques publiés en Amérique du Nord britannique peuvent être illustrés de trois façons : en relief par gravure sur bois ; en creux par gravure sur métal, à l’acide ou au burin ; et à plat par lithographie. Les lecteurs sont accoutumés aux liserés et fleurons décoratifs des fonderies de caractères, aux gravures passe-partout des annonces de journaux et des imprimés populaires comme les almanachs et les manuels scolaires. Leur soif d’images grandit. Comme le raconte Mary F. Williamson au chapitre 12, les éditeurs font de leur mieux pour l’étancher. Sans cesser d’employer les artistes et artisans formés aux techniques traditionnelles, ils soutiennent fermement les pionniers de la gravure et de la lithographie commerciales qui exploitent les derniers progrès de la reproduction d’images pour tenter d’augmenter la qualité et la quantité des illustrations imprimées.

  • 106 J. Buchanan-Brown, « British Wood-Engravers », p. 31-36 ; G. Wakeman, Victorian Book Illustration,(...)
  • 107 J. H. Walker, « Wood Engraving in Canada », p. 183.
  • 108 M. Twyman, Lithography, p. 160-162 ; P. Marzio, Democratic Art, p. 4-8,14-17 et 79-90.

56À l’étranger, le vieux métier du graveur sur bois s’est industrialisé, son atelier est devenu fabrique. Les planches complexes sont morcelées et confiées à plusieurs artisans ; des machines — à régler, à échopper — exécutent beaucoup de tâches jadis faites à la main106. Ces pratiques s’implantent au Canada à partir des années 1870107. La chromolithographie, reproduction en couleurs à l’aide de plusieurs pierres, existe depuis les années 1830. Après 1870, la presse lithographique à vapeur, proche parente de la machine typographique à forme plane et à cylindre, accroît fortement la production tout en réduisant le coût de l’impression. Le mariage de la presse à vapeur et de l’impression en couleur ouvre aux lithographes de nouveaux marchés : images décoratives, affiches, calendriers, emballages, papeterie108.

  • 109 Les procédés photomécaniques sont expliqués dans G. Wakeman, Victorian Book Illustration, p. 89-95 (...)

57Ces innovations ne sont rien, comparées aux mutations radicales qu’induit bientôt la photographie. L’emploi de procédés photomécaniques pour préparer une surface encrable pour l’impression remonte aux années 1820. Ces premières expériences avaient consisté à recouvrir une plaque métallique ou une pierre d’une substance que l’insolation rendait perméable à l’encre lithographique ou résistante au mordant ou encore, assez dure pour servir au moulage d’un galvanotype. La plupart des techniques déterminantes pour l’avenir commercial de la photographie apparaissent toutefois dans les années 1850. Un seul obstacle demeure : la restitution des grisés. C’est pourquoi la reproduction photographique des dessins au trait deviendra commercialement viable plus vite que celle des images en demi-teintes109.

  • 110 Y. Chevrefils, « John Henry Walker », p. 211.
  • 111 Brevet canadien no 1800 (1865) ; brevet britannique no 1541 (1865) ; R. Greenhill, Early Photograp (...)
  • 112 CPP, juin 1899, p. 14.

58Dans l’imprimerie, la photographie sert d’abord à transférer l’image à reproduire sur les planches de bois qui seront gravées à la main. Cette technique jouit d’un certain rayonnement au Canada entre 1870 et 1890110. Une application plus importante surgit de la commercialisation de deux procédés permettant de reproduire un dessin au trait sur plaque métallique. Le premier emploie une gélatine bichromatée photosensible pour créer une plaque en relief qui sert ensuite à fabriquer un galvanotype. C’est ce principe qui sous-tend la « leggotypie », brevetée111 en 1865 par William Augustus Leggo fils, inventeur né à Québec qui joua un rôle-clé dans nombre d’expériences nord-américaines de l’époque. La seconde technique, dite zincogravure, consiste à insoler une plaque badigeonnée de gélatine bichromatée à travers un négatif et à appliquer un vernis sur les parties durcies pour les protéger du mordant. Mise au point en France en 1872 et grandement simplifiée par la mécanisation de la gravure à l’eau-forte vers 1900, elle supplante presque complètement la photogalvanotypie en Amérique du Nord avant le tournant du siècle112.

  • 113 J. Kainen, « Development of the Halftone Screen », p. 415.
  • 114 E. Hulse, Dictionary of Toronto Printers, p. 49, 92,117 et 185 ; CPP, mai 1892, p. 11,12 et 16 ; C (...)

59En 1869, Leggo est « le premier à obtenir de bons résultats pratiques » dans la reproduction imprimée des demi-teintes en interposant un écran ligné ou pointillé entre l’image et la surface photosensible113. Sa première illustration « grenée », une photolithographie, paraît dans la revue Canadian Illustrated News (1869-1883) de George-Édouard Desbarats. En 1880, son ex-collaborateur Stephen Horgan produit un cliché typographique à l’aide d’un écran de leggotypie pour le Daily Graphic, journal illustré lancé à New York en 1873 par Leggo et Desbarats. Au tournant des années 1890, la production de planches typographiques gravées en demi-teintes est si bien maîtrisée qu’elle ne subira aucun changement notable jusqu’aux années 1970. À la fin des années 1880, plusieurs entreprises torontoises offrent ces nouveaux procédés, mais dès le milieu des années 1890, des ateliers de similigravure existent à Toronto, Montréal, Winnipeg et Saint-Jean. C’est sur les travaux de ville que ce procédé a initialement le plus grand impact : catalogues, magazines et bilboquets regorgent d’illustrations en demi-teintes114.

  • 115 CPP, novembre 1893, p. 9.
  • 116 Greenhill, Early Photography in Canada, p. 67-68.

60Les méthodes photographiques sont appliquées moins largement à la gravure en taille-douce et à la lithographie. En 1893, deux entreprises montréalaises, Desbarats and Company et Sabiston Lithographic Publishing Company, font des « photo-gravures115 ». La plaque doit être longuement travaillée à la main avant impression, si bien que le procédé coûte cher et n’est envisageable que pour les grands tirages. Pour tous les travaux sauf les plus délicats, on lui préfère un procédé plus mécanique, la rotogravure, qui ne se répandra au Canada qu’après 1918. La photolithographie connaît un certain succès pratique dans les années 1860 et 1870 dans des journaux comme le Canadian Illustrated News et pour la reproduction de cartes, de plans, de dessins au trait, de lithographies et de gravures faites à la main, mais la lenteur des presses lithographiques et la difficulté d’associer images et texte sur une même page réduisent son intérêt économique. De plus, la reproduction des demi-teintes est plus lente à venir en lithographie, même si un procédé apparenté, la phototypie ou « Artotypie », s’avère excellent pour les petits tirages116. Associée à la presse offset, la photolithographie sera le principal procédé de reproduction imprimée au XXe siècle, mais, comme la rotogravure, son heure ne sonnera au Canada qu’après 1918.

Le papier

61En Amérique du Nord, le papier a d’abord été fabriqué à la main avec des chiffons de coton et de lin, comme en Europe et ailleurs depuis des siècles. En 1840, cependant, les papetiers du Nouveau Monde sont engagés dans une révolution technique qui transforme la production de cette matière essentielle partout dans le monde. En France, puis en Angleterre, le secteur s’est mécanisé au début du siècle. Dans les années 1840, deux procédés sont exploités en Amérique du Nord britannique. Dans la machine à table plate de Fourdrinier, les fibres en suspension dans l’eau coulent en filet continu sur une toile métallique en mouvement. Cette pellicule de pâte passe entre deux séries de rouleaux, sur une bande feutrée et sous d’autres rouleaux. À la sortie, le papier s’enroule sur une bobine. Dans la machine à forme ronde, la courroie est remplacée par un large cylindre de laiton perforé (voir illustration 5.2).

  • 117 R. L. Hills, Papermaking in Britain, p. 117.
  • 118 G. Carruthers, Paper-Making, p. 300-301 et 334-335.

62Au début, le cylindre est plus populaire que la table plate de Fourdrinier en Amérique du Nord117. La première machine à papier connue du Canada, livrée en 1832 à la papeterie Eastwood and Skinner, près de York (Toronto), était sans doute à forme ronde, puisque le premier système à table plate Fourdrinier documenté a été installé en 1843 chez McDonald and Logan à Portneuf, dans le Bas-Canada118. Au cours du dernier quart du XIXe siècle, la machine à table plate évincera sa rivale en Amérique du Nord, mais des modèles multicylindres resteront exploités au XXe siècle dans la cartonnerie.

  • 119 R. L. Hills, Papermaking in Britain, p. 158;  J. W. Shipley, Pulp and Paper-Making, p. 96 et 98.

63La machine à papier a vite acquis la structure que nous lui connaissons aujourd’hui, mais dès son invention ou presque, ses utilisateurs se sont ingéniés à en accroître la vitesse et la production. Entre autres accélérateurs importants, mentionnons la caisse aspirante et le cylindre sécheur chauffé mis au point avant 1820, qui se répandront largement au cours des décennies suivantes. Pour augmenter la production, on élargit la surface du rouleau et on découpe ensuite le papier au format désiré avec une coupeuse à disques orientables. Les machines les plus larges et les plus rapides sont destinées à la production du papier journal119.

  • 120 G. Carruthers, Paper-Making, passim.
  • 121 Ibid., p. 95-122 et 414.

64Une deuxième révolution s’enclenche au milieu du siècle avec la substitution du bois aux chiffons, dont la pénurie chronique entretenait la cherté du papier. Auparavant, les papetiers canadiens avaient essayé toutes sortes de fibres de cellulose et produit des quantités de papier d’emballage grossier avec de la paille locale ou des matières importées : corde, fibre de lin, jute, sparte120. Ils auraient bien aimé utiliser la fibre du bois, si riche en cellulose, mais n’arrivaient pas à éliminer la lignine, les résines et les autres résidus assez efficacement pour justifier une exploitation industrielle. C’est en Allemagne que s’effectue la première percée : dans les années 1840 et 1850, des papetiers y mettent au point une technique de broyage à la meule des billes de bois. Vers 1869, Alexander Buntin démarre la production canadienne de pâte mécanique à base de bois moulu à Valleyfield, au Québec121.

  • 122 Ibid., p. 123-133 et 463-465.
  • 123 J. W. Shipley, Pulp and Paper-Making, p. 53-54 et 57 ; R. L, Hills, Papermaking in Britain, p. 148 (...)

65La pâte chimique, fruit de la cuisson sous pression de copeaux dans une solution de soude caustique et d’eau, apparaît dans les années 1850. En 1865, la société Angus and Logan ouvre à Windsor Mills, dans le Bas-Canada, la deuxième usine de pâte chimique d’Amérique du Nord122. Aucune des deux pâtes ne convient à la fabrication des papiers fins. Les fibres courtes de la pâte mécanique font un papier peu coûteux, mais fragile qui jaunit et devient friable. Il ne peut servir qu’à fabriquer des sacs, du papier d’emballage et, moyennant l’addition d’une petite quantité de fibres plus pures, du papier journal. Le traitement chimique coûte cher et produit une pâte sombre, difficile à blanchir suffisamment pour produire du papier édition ou écriture123.

  • 124 G. Carruthers, Paper-Making, p. 137-220 et 621 ; R. L. Hills, Papermaking in Britain, p. 151-153.

66Les papetiers canadiens opteront finalement pour un procédé de réduction des copeaux de bois en pâte chimique par cuisson dans une solution de bisulfite de chaux pendant plusieurs heures. Quoique plus cher et moins productif que le procédé mécanique, il donne une fibre blanche, solide, qui ne jaunit pas : exactement ce qu’il faut pour faire du papier fin. Mise au point aux États-Unis et en Europe entre 1866 et 1882, cette technique est implantée au Canada par la Halifax Wood Fibre Company à Sheet Harbour, en Nouvelle-Écosse, en 1885 ; plusieurs autres usines employant la même technique ouvrent avant 1890. Quelques décennies après, seuls les papiers très fins destinés à l’écriture, aux billets de banque et aux documents juridiques sont encore faits de chiffons124.

  • 125 PM, mars 1877, p. 134 ; PM, septembre 1880, p. 42 ; F. H. Leacy (dir.), Historical Statistics of C (...)
  • 126 CPP, juin 1894, p. 7-8.

67Avec ses vastes forêts d’épinettes et de sapins, son énorme potentiel hydroélectrique, le Canada a vocation à devenir un producteur de papier d’envergure internationale, mais il devra attendre le XXe siècle pour se hisser au rang des grandes puissances dans ce domaine125. Bien que sa présence s’affirme au XIXe, seule une fraction de sa production convient alors à l’édition et à la papeterie. En 1894, le quart de ses 45 usines fabrique des papiers fins. Quelques entreprises comme Les Papiers Rolland, Toronto Paper Manufacturing et Royal Pulp and Paper sont spécialisées dans le haut de gamme, mais la plupart font un peu de tout, du papier d’édition au papier d’emballage en passant par le papier journal et le papier kraft126.

  • 127 W. L. Marr et D. G. Paterson, Canada : An Economic History, p. 365.
  • 128 H. V. Nelles, Politics of Development, p. 81-87 et 335-347 ; F. H. Leacy (dir.), Historical Statis (...)

68Au tournant du XXe siècle, l’industrie papetière canadienne entre dans une phase de croissance rapide qui durera des décennies, Elle doit ce décollage à la demande américaine de papier journal. Après 1900, l’Ontario et le Québec interdisent ou pénalisent l’exportation des billes non transformées qui alimentaient en grande partie les usines de pâte du nord des États-Unis. Plus cruciale encore est la décision prise par le gouvernement américain en 1913, sous la pression des éditeurs de journaux du pays : l’abolition des droits sur le papier journal importé. Dès lors, les capitaux américains affluent au Canada, faisant surgir de terre de grandes papeteries modernes. La pâte de bois et le papier rendent compte de 35 % des exportations canadiennes pour la période 1912-1915. En 1918, le papier journal représente 76 % de la production papetière canadienne ; 82 % de ce volume est exporté127. En 1920, le Canada fournit à son voisin plus du tiers du papier journal consommé au sud de sa frontière. Le papier et les produits connexes constituent 7,6 % de la production industrielle nationale128.

Les métiers de la reliure

PATRICIA LOCKHART FLEMING

69Les progrès techniques qui transforment l’imprimerie peu après 1840 n’ont pas leur pendant dans la reliure. Si on observe les prémisses d’une industrialisation dans les troisième et quatrième décennies du siècle avec la mise au point de tissus spéciaux et de couvertures à base d’étoffe et de carton, la mécanisation des opérations, du pliage des feuilles imprimées à l’emboîtage de la couverture en tissu, n’est complète qu’à la fin du siècle. Les reliures d’art dorées, gaufrées, rehaussées d’encres colorées, attiraient les regards des lecteurs bien avant l’invention des premières emboîteuses mécaniques dans les années 1890.

  • 129 F. E, Comparato, Books for the Millions, p. 166-188.
  • 130 Canada, Service de l’impression et de la papeterie, « Rapport annuel », 1890, p. 39 ; Canada, « En (...)

70Pour brocher un livre à l’époque artisanale, on pliait les feuilles imprimées en cahiers qu’on mettait sous presse avant de les empiler sur un cousoir et de les coudre à la main sur ficelles ou rubans, au travers des dos. Les brochures étaient souvent piquées. Les premières couseuses pour brochures apparaissent en 1846 ; pour les livres, il faut attendre 1867. Le rendement s’améliore en 1879, quand la machine est dotée d’une aiguille courbe129. Dans la seule année 1889, le Bureau des impressions du gouvernement à Ottawa en installe sept dans son atelier de reliure130.

  • 131 CPP, février 1908, p. 5 ; juin 1909, p. 30.
  • 132 Canada, Service de l’impression et de la papeterie, « Rapport annuel », 1890, p. 39.
  • 133 Canada, « Enquête », p. 374.
  • 134 G. E. D. Corneil, « The Bindery in the Print Shop », CPP, mai 1914, p. 64.
  • 135 CPP, décembre 1915, p. 21-23.
  • 136 F. E. Comparato, Books for the Millions, p. 188-189.
  • 137 Canada, Service de l’impression et de la papeterie, « Rapport annuel », 1909, p. VI.

71On peut suivre les progrès de cette nouvelle technologie dans les annonces des revues spécialisées canadiennes et dans des articles comme le compte rendu de l’installation chez Hunter, Rose, à Toronto, d’une machine « capable de faire le travail de quatre à six personnes sinon plus131 », Le pliage reste manuel jusqu’à ce que les plieuses américaines Brown et Dexter viennent se disputer le marché canadien dans les années 1880-1890, Le Bureau des impressions du gouvernement achète six Brown en 1889132 ; en 1910, elles ont été remplacées par quatre Dexter de plus de 10 000 $ en tout133. En 1914, un propriétaire de plieuse affirme que « le pliage manuel est une pratique désuète ou presque, réservée aux petits ouvrages ou tirages134 », Pourtant, deux ateliers, l’un à Chauvin (Alberta), l’autre à Montréal, basent des devis soumis à la revue Printer and Publisher sur un pliage manuel, tandis que deux autres, à Carleton Place, en Ontario, et à Winnipeg, envisagent un pliage mécanique135. La mécanisation des opérations de reliure s’achève en 1905 avec l’invention d’une emboîteuse qui fixe la couverture de tissu au corps d’ouvrage136. Toujours prêt à donner l’exemple, le Bureau des impressions du gouvernement, qui opère au même moment une conversion de la vapeur à l’électricité, déclare en 1909 que sa batterie d’emboîteuses a « révolutionné la production de volumes reliés tissu137 ».

  • 138 Ibid.
  • 139 CPP, janvier 1899, p. 4.

72Le même rapport constate que les registres publics sont encore reliés « largement à la main138 ». La fonction de ces livres sans texte — pérenniser les actes juridiques, financiers ou privés — semble avoir rendu leurs fabricants très conservateurs, car les styles et matériaux de 1800 n’étaient pas démodés en 1900. Ministères et entreprises commandaient les mêmes modèles pendant des décennies, constituant d’imposantes collections dont l’uniformité sans faille était une preuve muette de stabilité. « On the Making of Blank-Books », essai publié en 1899 par E. J. Hathaway, de Warwick Brothers and Rutter, à Toronto, affirme d’emblée que la reliure « a presque atteint l’idéal de la perfection » et que « les livres sont reliés aujourd’hui à peu près comme au XVe et au XVIe siècle139 ». Les modèles de meilleure qualité, faits main sauf le réglage et le rognage du papier, recevaient du papier et une couvrure de veau également faits main. Au bas de la gamme, les plats étaient en tissu ou en papier marbré, le dos et les coins, en cuir.

  • 140 Upper Canada Gazette, 14 juillet 1836.
  • 141 BN, juillet 1891, p. 6-7.
  • 142 Henderson’s Directory of the City of Winnipeg and Incorporated Towns of Manitoba, p. 96.
  • 143 Canadian Patent Office Record, vol. 7,1879, no 9723 ; vol. 8,1881, nos 12784 et 13426 ; vol. 10,18 (...)
  • 144 Canada, Service de l’impression et de la papeterie, « Rapport annuel », 1890, p. 39.

73Les pages des registres sont rarement blanches : elles peuvent être lignées, arborer des colonnes et des en-têtes, ou encore une pagination et des lettres de l’alphabet. La mécanisation de ce réglage a commencé au XVIIIe siècle, mais c’est seulement en 1835 qu’est lancée une machine avec tire-lignes fixés à une poutre de bois. L’année suivante, la Upper Canada Gazette de Toronto a une régleuse qui « marche à plein140 ». Quelques années plus tard, ceux qui veulent faire régler un registre doivent passer par le relieur Richard Brewer, propriétaire de la seule régleuse de Toronto141. En 1844, William Buell annonce dans le Brockville Almanac que son atelier est équipé d’une régleuse. Très vite, le régleur rejoint le relieur, le fabricant de registres et le vendeur de papeterie dans beaucoup d’annonces et d’annuaires municipaux. Une publicité dans le premier annuaire de Winnipeg propose des « registres avec réglage du type désiré et reliure à façon, à des prix qui se comparent bien à ceux des établissements de l’Est142 ». En 1880, des machines tirent des lignes des deux côtés de la feuille en même temps, et en 1910, le réglage peut se foire non seulement des deux côtés, mais aussi dans les deux sens à la fois. Entre 1879 et 1883, l’inventif relieur torontois Edward Wakefield Blackhall fait breveter nombre d’améliorations destinées aux régleuses, aux tire-lignes et aux perforatrices143 (voir illustration 5.2). En 1889, le Bureau des impressions du gouvernement ajoute plusieurs machines Blackhall à son atelier de reliure144.

74Les fabricants de registres faisaient aussi des blocs-notes, des calepins, des agendas et d’autres menus articles de papeterie qui ne relèvent pas exactement de l’histoire de la reliure, mais avaient un intérêt commercial considérable, comme le montre cet extrait d’une revue spécialisée de Toronto daté de 1890 :

  • 145 BN, août 1891, p. 16.

Books and Nations a quitté l’entrepôt de W. J. Gage and Co. en méditant la transformation de ce commerce depuis 15 ans ; alors, les rares cahiers de brouillon se vendaient sous de vilaines couvertures de papier marbré à 20 ou 25 cents pièce ; les fabricants ne tentaient pas détaillants et acheteurs avec un si grand éventail d’appétissantes suggestions ; et l’idée de tirer 200 000 copies d’un cahier pour une seule saison aurait fait passer son auteur pour plus digne d’une camisole de force que d’une place dans le commerce de manuels scolaires du Dominion145.

75Le cahier « bouton de rose », motif vedette de la dernière année scolaire, coûtait cinq cents. Celui de 1891 aurait un tournesol en couverture, et il ne serait pas la seule nouveauté chez Gage. Le journaliste signale pêle-mêle Champion et un cycliste, Toronto « embellie d’un portrait parlant de l’inspecteur des écoles J. L. Hughes » et l’Ontario avec « un portrait capital du ministre de l’Éducation » avant de préciser que les commandes « affluent de toutes les régions du Dominion ».

76Books and Notions revient sur le sujet en éditorial l’année suivante :

  • 146 BN, mai 1892, p. 6.

Le commerce des cahiers de brouillon et d’exercice a pris d’énormes proportions ces dernières années. Chaque fabricant consomme plusieurs wagons de papier pour obtenir sa part du stock saisonnier. La bruyante ardoise a disparu des salles de classe, le travail écrit y a largement remplacé l’oral, et la baisse du prix du papier contribue à foire grimper la demande de cahiers146.

  • 147 BN, août 1898, p. 14.
  • 148 BN, juin 1899, revers p. 12.
  • 149 BN, juin 1900, encart de quatre pages après p. 12.
  • 150 BN, juin 1903, p. 134a,

77Deux conséquences sont signalées : la concurrence « lamine » les marges, et les fabricants embauchent des enfants plutôt que des adultes pour réduire le coût de revient. Les collections rivales lancées au début de chaque année scolaire sont critiquées par les revues spécialisées. En 1898, la maison Gage emploie 4 personnes à l’expédition, 8 à la facturation et 12 à l’emballage pour répondre aux commandes qui lui parviennent de partout au Canada : jamais elle n’a connu de saison plus chargée147. L’année suivante, sa collection compte 30 thèmes nouveaux148 ; en 1900, elle y inclut la guerre des Boers, premier conflit outre-mer auquel prennent part des troupes canadiennes149. La Librairie Beauchemin de Montréal annonce en 1903 une collection en couleurs sur les sports nationaux150.

  • 151 Canada, Recensement, 1880-1881, vol. 3, p. 434-437.
  • 152 Canada, Recensement, 1890-1891, vol. 1, p. 40-41.

78Comme l’a noté Éric Leroux, la reliure occupe une proportion importante de l’effectif féminin des métiers du livre recensé lors des dénombrements décennaux de la population canadienne. Au recensement de 1881, le « tableau des établissements industriels » du secteur « Livre/Reliure » fait état de 64 ateliers dans sept provinces ; ils emploient 422 hommes, 465 femmes, plus 66 garçons et 83 filles de moins de 16 ans151. Les femmes dominent à Halifax, à Ottawa, à Toronto, à Hamilton et à London. Les deux sexes sont à égalité à Victoria. Des 35 ateliers ontariens, seules les entreprises individuelles n’ont pas de main-d’œuvre féminine. Ils sont dispersés dans 19 agglomérations contre seulement 5 pour les 20 ateliers québécois. Ceux de Montréal emploient 135 hommes et presque autant de femmes : 125. En 1891, 81 ateliers sont recensés ; leur main-d’œuvre se compose de 633 hommes, 553 femmes, 61 garçons et 76 filles152. Une femme tient seule un atelier du Nouveau-Brunswick. Quelques boutiques néo-écossaises et ontariennes appartiennent à deux femmes. Une entreprise de Saint-Hyacinthe, au Québec, est gérée par quatre associées.

  • 153 C. Burr, « Class and Gender in the Toronto Printing Tirades », p. 214 et 215.
  • 154 CPP, mars 1907, p. 11.
  • 155 CPP, mai 1914, p. 66.

79En analysant les livres de paie de 1890 et 1891 de la Methodist Book and Publishing House de Toronto, l’historienne du travail Christina Burr a établi qu’une plieuse payée à la pièce gagnait en moyenne moins du tiers du salaire hebdomadaire d’un travailleur du secteur153, et la contremaîtresse, même pas la moitié de celui du contremaître. Ces échelles sont confirmées par les revues spécialisées ; d’après un chiffrage de 1907, un massicoteur (toujours un homme) touchait 12 $ par semaine, une ouvrière, 4 ou 5 $ dollars, un garçon, 3,50 $154. Quand des imprimeurs de cinq villes sont invités à comparer le coût d’une reliure « faite à la main par une fille » à celui d’un réglage et d’un rognage mécaniques, le prix de cette main-d’œuvre se situe entre le tiers et la moitié du coût d’exploitation d’une machine à Edmonton, Regina, Winnipeg, Toronto et Montréal155.

  • 156 L’information à ce sujet a été réunie pour le texte inédit suivant : P. L. Fleming, « Bookbinding (...)
  • 157 BAC, MG 28, III 84, Work books.

80La transmission du métier se faisant par apprentissage, les liens de parenté jouent un rôle important, et les carrières sont souvent longues156. On trouve des membres de la famille Barnes dans la liste des relieurs de l’annuaire de Saint-Jean pendant plus de 100 ans et même, dix ans après l’abandon de cette catégorie professionnelle, en 1949. Richard Heans a fait de la reliure dans la même ville pendant plus de 50 ans ; Ebenezer Caldwell Tuttle semble avoir exercé à Montréal de 1819 au moins à 1865. Les carnets de commandes de la Nunan Bindery s’échelonnent de 1864 à 1978 ; cet atelier de Guelph (Ontario) avait des clients dans plus de 30 agglomérations largement réparties autour de la ville157.

3.4. Intérieur de l’entrepôt de William Warwick (Toronto, vers 1876) dans Henry Kingsley, The Recollections of Geoffrey Hamlyn (Toronto, 1876). La rangée de bonnets le long du mur marque à l’évidence la concentration de travailleuses dans les services de pliage et de couture sous les combles. Avec l’aimable autorisation de la Toronto Public Library (TRL).

81La situation des relieurs est moins stable à Winnipeg avant 1900 ; certains repartent un an à peine après s’être installés. Dans cet important centre commercial, la production de registres et le réglage sont leurs principaux gagne-pain de 1880 aux années 1920. La contraction de l’activité observée à Saint-Jean vers la fin du XIXe siècle n’a pas d’écho à Winnipeg ; au contraire, on y voit nombre d’ouvriers s’établir à leur compte et concurrencer leur ancien patron, John Markinski y est régleur de 1886 jusqu’à 1932 au moins, Hyman Golden gère un petit atelier de reliure de 1915 à 1931 ; John Bartle est relieur de 1897 à 1932 et son frère Edwin, régleur dans au moins six boutiques locales de 1901 à 1932.

82De tout temps peu nombreux, les relieurs n’en faisaient pas moins partie intégrante des métiers du livre : ils tâtaient de la librairie, s’associaient avec des imprimeurs ou des éditeurs. « Intérieur de l’entrepôt de W. Warwick » (vers 1876) montre un atelier de reliure avec sa boutique de vente au détail et même, un atelier de composition derrière la papeterie (voir illustration 3.4).

Les maquettes de couverture

JUDY DONNELLY

83Dès les débuts de l’imprimerie au Canada, les livres ont été vendus sous un large éventail de couvertures, de la simple enveloppe de papier à la précieuse reliure de cuir. La nature de l’étui dépendait des matériaux à la disposition de l’artisan et du prix que la clientèle pouvait payer. Imprimeurs et relieurs ont conçu ces couvertures jusqu’à ce que des dessinateurs devenus maquettistes réinventent la forme matérielle du livre canadien, à la fin du XIXe siècle.

  • 158 La Thomas Fisher Rare Book Library de la University of Toronto en possède un exemplaire.
  • 159 M. Lock, Bookbinding Materials and Techniques, 1700-1920, p. 102.

84Avant 1830, les revêtements populaires sont foncièrement utilitaires : papier à motif, parfois orné d’une étiquette imprimée, grosse toile, robuste bougran. Le cuir, doré ou estampé à froid, en reliure pleine ou en demi-reliure, est réservé aux bourses bien garnies. Le même livre est souvent proposé sous plusieurs robes, et son prix varie en conséquence. À partir de 1820, une invention britannique élargit la gamme des possibilités : attrayantes, durables et bon marché, les reliures tissu font fureur, d’autant plus qu’elles acquièrent bientôt du grain ou des motifs floraux, voire l’aspect du maroquin ou de la moire. La couverture du Hamilton and Other Poems (Toronto, 1840) de William A. Stephens en témoigne pour le Canada avec son tissu brun à motif floral gaufré (voir illustration 3.5)158. Le matériau est sans doute britannique, comme la plupart des tissus de reliure jusqu’au milieu des années 1880. En 1900, les Américains seront les premiers fournisseurs des relieurs nord-américains159.

  • 160 Ibid., p. 104.
  • 161 P. Oldfield, From Boards to Cloth, p. 17. L’auteure remercie Philip Oldfield de son aide.

85Pour mieux séduire les amateurs, les relieurs anglais des années 1830 trouvent le moyen d’estamper à froid et de dorer les plats et le dos de leurs couvertures de tissu160. L’Abrégé de l’histoire du Canada depuis sa découverte jusqu’à 1840 (Québec, 1856) de François-Xavier Garneau est un modeste, mais élégant exemple de cette technique. Les plats de ce manuel scolaire sont couverts d’un tissu moiré brun rosé, orné aux angles de fines arabesques estampées à froid et rehaussé d’un lettrage noir (voir illustration 3.5). La dorure, abondante au recto, débordant parfois au verso, est alors la marque des livres-cadeaux ; les relieurs y font étalage de leur talent et de leur outillage. Comme l’a noté Philip Oldfield, ce luxe décoratif déteint sur la production commerciale161. L’édition du Canadian Wild Flowers (Montréal) d’Agnes Fitz-Gibbon faite en 1869 par John Lovell, en est un beau spécimen : le tissu vert de la couverture est estampé et doré, le titre, dans une police fantaisie à thème floral, est enguirlandé, les plats sont encadrés (voir illustration 3.5). Signalons dans la même veine Picturesque Canada (Toronto, 1880-1884), dont les diverses éditions commerciales possèdent toutes des plats élégamment décorés.

86L’éclectisme croissant du public victorien se reflète dans le style de couverture dominant jusqu’aux années 1890. La symétrie classique y cède la place à l’orientalisme dans le dessin comme dans le lettrage, et l’or du décor estampé vire au noir. La couverture type des années 1880 enchevêtre des images, qui ne renvoient pas toujours au sujet du livre, des éléments décoratifs et des polices de caractères exotiques dans un saisissant pot-pourri stylistique. L’estampage se fait plus gras sur le tissu uni qui deviendra la norme dans la dernière décennie du siècle.

  • 162 S. Pantazzi, « Book Illustration and Design », p. 6.

87L’esthétique des couvertures prend une importance nouvelle sous l’influence du mouvement Arts and Crafts dirigé en Angleterre par William Morris et les préraphaélites, à New York par Elbert Hubbard, un disciple de Morris. Les membres de ce courant attachent une grande valeur à la beauté des objets quotidiens, dont les livres. Leurs idéaux métamorphosent les couvertures et poussent des artistes britanniques aussi réputés qu’Aubrey Beardsley et Walter Crane à concevoir et à illustrer des couvertures. Leurs collègues canadiens, si rarement appelés avant 1890 à illustrer des livres, se jettent dans la brèche. La Toronto Art Students’ League, fondée en 1886, publie de 1892 à 1904 une série de calendriers pour mettre en valeur les talents de ses membres. Manifestement inspirés par Morris et l’art nouveau, leurs dessins clairs et élégants, sur des thèmes en rapport avec la nature, attirent l’attention d’éditeurs locaux comme George N. Morang, qui commande des dessins de couverture à divers artistes dont George A. Reid, Harriet Ford et Rex Stovel, au début du siècle162. De ce groupe surgiront les premiers maquettistes professionnels du Canada. En 1902 et 1903, certains sont recrutés à ce titre par Carlton Studios, l’une des plus grandes entreprises d’art commercial d’Angleterre. Parmi eux, le peintre J. E. H. MacDonald, futur membre du Groupe des Sept, qui fera sa première maquette canadienne pour McClelland and Stewart en 1922. Son travail et celui de son fils Thoreau serviront de référence aux maquettistes canadiens des années 1920 et 1930. Un autre artiste canadien connu engagé dans le domaine est C. W. Jefferys dont la couverture de Uncle Jim’s Canadian Nursery Rhymes (Toronto, 1909) est reproduite au chapitre 12 (illustration 12.6). Sont également dignes de mention les livres sur la nature d’Ernest Thompson Seton, best-sellers internationaux publiés au Canada par Morang.

3.5. Spécimens de couvertures de livres canadiens. En haut, de gauche à droite : The North-West : Its History and Its Troubles (Toronto, 1885) de G. Mercer Adam et Canadian Wild Flowers (Montréal, 1869) d’Agnes FitzGibbon. En bas, de gauche à droite : Abrégé de l’histoire du Canada (Québec, 1856) de F.-X. Garneau ; Hamilton, and Other Poems (Toronto, 1840) de William A. Stephens ; Glengarry School Days (Toronto, 1902) de Ralph Connor. Avec l’aimable autorisation de la Thomas Fisher Rare Library, University of Toronto.

  • 163 M. Lock, Bookbinding Materials and Techniques, 1900-1920, p. 112.

88Le début du XXe siècle voit naître une autre tendance capitale en France : la couverture-affiche « plate », au dessin épuré, aux formes nettes, massives, sans fioritures. Glengarry School Days (Toronto, 1902) de Ralph Connor est le paradigme de cette esthétique, avec son illustration en vert, blanc et noir d’une cabane au fond des bois (voir illustration 3.5). Margaret Lock signale toutefois que les intentions du dessinateur sont trahies dans bon nombre d’éditions canadiennes : le fond est rouge vif, non vert, et une plaque manque, avec une partie du lettrage163.

89Si la reliure tissu prévaut dans le commerce du livre au Canada, la reliure papier s’impose au Québec vers la fin du XIXe siècle. Au Canada, elle était de rigueur pour les brochures et les éditions les moins chères d’ouvrages comme les almanachs, les livres religieux et les manuels scolaires.

90Ce bref survol fait ressortir l’influence qu’ont eue les modes et mouvements européens et américains en matière de livres sur la conception des couvertures canadiennes au XIXe siècle et ce, même, au début du XXe. En 1918, cependant, tout était prêt pour que les plus inspirés des illustrateurs canadiens s’émancipent et créent l’image canadienne des années 1920 et 1930.

Les livres d’art canadiens et les métiers du livre aux expositions internationales

GWENDOLYN DAVIES

  • 164 Voir A. Briggs, 1851, p. 1-32; J. A, Auerbach, The Great Exhibition of 1852.
  • 165 T, Richards, Commodity Culture of Victorian England, p. 30.
  • 166 R. Hunt (dit.), Hunt’s Hand-Book to the Official Catalogues : An Explanatory Guide to the Natural (...)
  • 167 Canada at the Universal Exhibition of 1855 (Toronto, 1856), p. 200-201 et 386.
  • 168 S. Murray, « Canadian Participation and National Representation », p. 2.

91Même si les foires agricoles et les expositions industrielles faisaient partie intégrante des cultures régionales et nationales longtemps avant 1851, la Great Exhibition of the Works of Industry of All Nations de Grande-Bretagne, tenue dans le Crystal Palace de Londres de mai à octobre 1851, est devenue la référence pour les expositions internationales subséquentes du genre164. Aux dires de Thomas Richards, « le Crystal Palace combinait travail, loisir, nature et culture qu’il offrait en un seul espace circonscrit165 ». Invitées à illustrer les progrès de leurs sociétés, les colonies de l’Amérique du Nord britannique proposèrent au Crystal Palace un assortiment de produits de la ferme et de l’industrie, de ressources naturelles et des beaux-arts (par exemple : de l’huile de foie de morue de Terre-Neuve ; des métaux, des instruments aratoires, des raquettes et une pompe à incendie de la Province du Canada ; du sirop d’érable et des produits de l’industrie du fer de Nouvelle-Écosse ; de la houille grasse du Nouveau-Brunswick). Si les instruments de musique, les corbeilles décoratives, les « robes indiennes » et les « matières utilisables en joaillerie » évoquaient le côté culturel et artistique de la vie en Amérique du Nord britannique, les contributions n’en renforçaient pas moins l’image de colonies industrieuses et riches en ressources naturelles plutôt qu’en livres166. Cette perception fut quelque peu tempérée par les spécimens de photographies, d’imprimés et des arts du livre canadiens présentés à l’Exposition universelle de Paris, en 1855, où deux mentions honorables furent notamment attribuées à des reliures d’artisans montréalais167. Aux deux expositions, observait Stuart Murray, « l’attention tournée vers les objets [...] l’idée de la chose comme moteur de représentation collective, tout spécialement (compte tenu de la manière dont furent organisées les deux expositions) l’idée de représentation nationale, donn[ait] une vision on ne peut plus singulière du passage du Canada de l’état de colonie à celui de nation168 ».

  • 169 The Canadian Centennial Guide to New York and Philadelphia by Thirty Different Routes [...] from E (...)
  • 170 Report of the Commissioner of Agriculture On the Products, Manufactures, &c of Ontario, Exhibited (...)
  • 171 Ibid., p. 62.

92Les observations de Murray furent corroborées par le plus large registre des contributions canadiennes à la Centennial Exhibition de Philadelphie en 1876, destination aisément accessible aux visiteurs ontariens par au moins 30 routes fluviales et ferroviaires, et pour moins de 20 $169. L’exposition, qui commémorait le centième anniversaire de l’avènement de la nation américaine, offrit à une province comme l’Ontario une précieuse occasion de démontrer ses progrès dans le champ de l’éducation ; son étalage de manuels, cartes, outils pédagogiques, livres et prix de classe lui valut des louanges. Parmi les imprimeurs et éditeurs, Hunter, Rose reçut une médaille internationale pour une présentation de volumes « imprimés et reliés dans ses ateliers170 » (voir illustration 3.6) ; quant à G. P. Drummond d’Ottawa, il fit vibrer avec art la corde de l’innovation en dévoilant une nouvelle machine à composer et à distribuer les caractères171.

3.6. Annonce de Hunter, Rose (Toronto, 1878). Les gens des métiers du livre, en concurrence dans des expositions provinciales depuis 1846, tentèrent leur chance sur la scène internationale dans les années 1850. L’annonce fait état des succès de Hunter, Rose à Philadelphie en 1876, à Paris et à Toronto en 1878. Les portraits du chef du Parti libéral Alexander Mackenzie et de John A. Macdonald, son rival du Parti conservateur, laissent supposer que l’avis fut imprimé pour être affiché à l’exposition de Toronto qui coïncida avec les élections fédérales de 1878. Avec l’aimable autorisation de la Thomas Fisher Rare Book Library, University of Toronto.

  • 172 T. D. Keefer, Exposition universelle de 1878 à Paris : Manuel et catalogue officiel de la section (...)
  • 173 NSARM, MG 1, vol, 886A, 2625, no 112 D, « Won A Gold Medal » ; « To Nova Scotia’s Credit : Miss Mi (...)

93Des éditeurs et imprimeurs comme Hunter, Rose (Toronto), Perrault et Compagnie (Montréal) et Copp, Clark and Company (Toronto), continuèrent à convenir des avantages commerciaux à se faire connaître internationalement en participant à des foires comme l’Exposition universelle de Paris, en 1878, où les ministères de l’Éducation de l’Ontario et du Québec assurèrent une présence remarquée172. Si les gouvernements provinciaux étaient conscients du potentiel d’immigration et d’exportation à se faire valoir internationalement, les exposants des arts et métiers du livre savouraient l’occasion d’une plus large diffusion de leur savoir-faire. Ainsi, lorsque Minnie Prat de Wolfville (en Nouvelle-Écosse), formée à New York, remporta une médaille d’argent à l’Exposition de Paris en 1900, et une médaille de bronze à l’Exposition panaméricaine de Buffalo en 1901 pour l’excellence de son travail en reliure d’art et en ornementation du cuir, cette reconnaissance aida non seulement à asseoir sa réputation professionnelle, mais réjouit aussi ses compatriotes canadiens173. Fait plus significatif encore, 50 ans seulement après leur participation néophyte à la grande exposition de 1851, les Canadiens avaient déjà affirmé avec aplomb leur originalité et leur raffinement sur la scène des expositions internationales.

Les affiches et les placards

MICHEL BRISEBOIS

  • 174 Sans illustration, le terme anglais qui la désigne est broadside, alors qu’on utilise plutôt poste (...)
  • 175 Sur l’affiche au Canada, voir M. H. Choko, L’affiche au Québec, des origines à nos jours ; l’étude (...)
  • 176 Parmi les compagnies les plus connues, citons The Toronto Lithographing Co., Clark Litho Co. et Ro (...)

94Dans la seconde moitié du XIXe siècle, l’histoire de l’affiche est celle d’un imprimé qui occupera une place croissante dans la vie de tous les jours du citoyen canadien (voir illustrations 3.7 et 3.8). On nomme « affiche » une feuille de papier destinée à être collée à un mur ou, lorsqu’elle est de la dimension d’un feuillet, à être distribuée de main en main (d’où le terme anglais de handbill). Imprimée sur un seul côté, l’affiche peut ne comporter que du texte ou une illustration, mais elle peut aussi combiner caractères typographiques et image174. En français, le terme placard lui est à peu près synonyme, mais il ne désigne que les affiches non illustrées et est surtout employé par les typographes et les imprimeurs175. Durant les premières décennies de la période, l’affiche attire l’attention du passant surtout par la grande variété de caractères qu’elle utilise et la petite gravure sur bois ou sur métal qu’elle présente à l’occasion. À partir des années 1870, la lithographie en couleur — dont la version commerciale porte le nom de chromolithographie — modifie complètement son apparence : l’image, puis l’image polychrome, remplace la typographie comme stratégie graphique176.

  • 177 Pour la période antérieure à 1840, voir P. L. Fleming, « L’annonce publique », Histoire du livre e (...)

95Jusqu’à 1840, l’affiche est surtout utilisée par les gouvernements, pour rendre publics les proclamations et autres textes de loi, et par les commerçants, pour annoncer leurs produits et leurs services (incluant les spectacles)177, À partir de 1840 pour le Haut et le Bas-Canada et pour les colonies atlantiques, et de 1880 pour l’Ouest canadien, les gazettes officielles remplissent graduellement le rôle des affiches gouvernementales ; celles-ci ne sont plus dès lors utilisées qu’en cas d’urgence ou encore à des fins partisanes, lors des campagnes électorales, L’urbanisation croissante qui marque la période 1840-1880 et la colonisation de l’Ouest contribuent à l’augmentation de l’activité commerciale nationale et à celle de son corollaire, la publicité. L’apparition de la presse à vapeur et de nombreux autres développements technologiques permettent aux imprimeurs d’améliorer leur productivité et d’agrandir le format des affiches. L’affiche commerciale, auparavant utilisée surtout pour des événements précis, comme des ventes aux enchères ou de nouveaux arrivages, devient alors reliée au secteur tertiaire, soit celui des services, et son rayon d’action de même que son efficacité augmentent. Avec la croissance de la population et le développement de nouveaux moyens de transport, tel le train, l’affiche devient également pour le citoyen une source de renseignements précieux sous la forme d’horaires, de listes de tarifs et de concessions de terres.

3.7. Vitrine placardée, Halifax, 1917, photographiée par William James, Le 6 décembre 1917, la collision dans le port de Halifax entre un transporteur de munitions et un vapeur provoqua une explosion ; des incendies détruisirent en partie la ville et firent quelque 2 000 victimes. Avec l’aimable autorisation des City of Toronto Archives, Fonds 1244, article 2458.

3.8. Avis public publié par l’Alberta Board of Health. La pandémie de grippe espagnole, qui emporta plus de 20 000 000 de personnes, se répandit dans tout le Canada en 1918-1919, y compris Terre-Neuve et Labrador, faisant quelque 50 000 morts. Avec l’aimable autorisation des Glenbow Archives, NA-4548-5.

3.9. Affiche de la Canadian National Exhibition, 1915. L’« Ex », qui se déplaçait de ville en ville chaque année et dont les origines remontent à la foire agricole née en 1846, est un événement annuel à Toronto depuis 1879. Avec l’aimable autorisation des Canadian National Exhibition Archives, Poster Art Collection.

96À partir de 1890, de pair avec l’industrialisation, l’explosion du commerce de détail sur le plan national et les nouvelles techniques de mise en marché, l’affiche en couleur devient monnaie courante pour annoncer les spectacles, les articles ménagers, les vêtements, les voitures, les voyages et la bicyclette (voir illustration 3.9). Le climat canadien, peu propice à l’affichage extérieur, et les protestations des défenseurs de la moralité publique limitent cependant l’utilisation de l’affiche artistique. La grande vogue des lithographies en couleur produites par les artistes européens de la Belle Époque ne s’étendra donc pas vraiment au Canada. C’est la Grande Guerre qui popularisera l’utilisation de la lithographie en couleur dessinée par des artistes, alors que les gouvernements s’en serviront pour l’appel aux volontaires et la vente des bons de la victoire (voir illustration 10.4).

Notes

1 B. Dewalt, Technology and Canadian Printing [...], p. 15 ; voir la carte 10.1 dans le volume I de l’Histoire du livre et de l’imprimé au Canada.

2 Ibid., p. 16.

3 P. L. Fleming, « The Printing Trade in Toronto : 1798-1840 », p. 65.

4 J.-M. Lebel, « Ludger Duvernay et La Minerve [...] », p. 46.

5 S. F. Zerker, The Rise and Fall of the Toronto Typographical Union, 1832-1972, p. 22-23; V. A. Fusk, « Veteran Printer Sees Many Changes in 45 Years of Service With This Paper », The Quebec Chronicle Telegraph. Special Souvenir Issue 175th Anniversary 1764-1939, 21 juin 1939, p. 14.

6 S. Vachon, « L’imprimerie à la fin du siècle dernier à Québec », La Semaine Commerciale, 4 septembre 1964, p. XXII ; Enquête sur les rapports gui existent entre le Capital et le Travail au Canada, vol. 2, témoignages de George Jackson, p. 1039, d’Antoine Langlois, p. 1072, et de George Gale, p. 1163.

7 Sur l’histoire de l’imprimeur national, on consultera H. K. Aach, Impressions : la petite histoire de l’imprimeur national [...].

8 G. L. Parker, « Chubb, Henry », DBC VIII. Nombreux sont les gens de métier à disposer d’une biographie dans le DBC.

9 H. B. Kalbfleisch, «Peterson, Heinrich Wilhelm», DBC VIII.

10 G. L. Parker, The Beginnings of ihe Book Trade in Canada, p. 158-159.

11 B. Dewalt, Technology and Canadian Printing [...], p. 20.

12 E. Hulse, A Dictionary of Toronto Printers, Publishers, Booksellers and the Allied Trades 1798-1900, p. XII-XV ; C. Galarneau, « Les Desbarats : une dynastie d’imprimeurs-éditeurs (1794-1893) », p. 137-142.

13 B. Dewalt, Technology and Canadian Printing [...], p. 54 ; E. Hulse, A Dictionary of Toronto Printers, Publishers, Booksellers and the Allied Trades 1798-1900, p. xv.

14 J. de Bonville, La presse québécoise de 1884 à 1914 [...], p. 110.

15 H. Leclair, « Ce qu’était La Presse en 1895 », Le courrier de l’ouvrier de l’imprimerie, novembre 1940, p. 7 ; J. de Bonville, La presse québécoise de 1884 à 1914, p. 90-91.

16 Pour des exemples, voir R. A. Hill, Voice of the Vanishing Minority, 1863-1919 [...], p. 120 et 196 ; H. P. Gundy, The Spread of Printing : Canada, p. 78 ; D. Frank, « Butler, Martin », DBC XIV ; R. Lapointe, Histoire de l’imprimerie au Saguenay, p. 106.

17 G. L. Parker, « Chubb, Henry », DBC VIII ; H. P. Gundy, The Spread of Printing : Canada, p. 26 ; sur ces familles d’imprimeurs antérieures à 1840, P. L. Fleming, « Origines et parcours des premiers imprimeurs », Histoire du livre et de l’imprimé au Canada, vol, I, p. 67-74.

18 I. R. Robertson, «Haszard, James Douglas», DBC X.

19 J. Fingard, «Theakston, Major», DBC XIV.

20 C. M. Wallace, «Lugrin, George Kilman», DBC VI; P. O’Flaherty, «Winton, Henry David», DBC VIII; C. O. Evans, «Winton, Henry», DBC IX; J. Mannion, «Shea, Henry», DBC VI; C. D. Evans, «Shea, William Richard», DBC VII; J. K. Hillier, «Shea, Sir Ambrose», DBC VIII; J. K. Hillier, «Shea, Sir Edward Dalton», DBC XIV.

21 G. L. Parker, « Lovell, John », DBC XII.

22 J. Michon (dir.), Histoire de l’édition littéraire au Québec au XXe siècle [...], p. 148. Sur Beauchemin, on consultera F. Landry, Beauchemin et l’édition au Québec (1840-1940).

23 E. Lavoie, «Brousseau, Léger», DBC XI.

24 B, Dewalt, Technology and Canadian Printing [...], p. 16.

25 E. Hulse, «The Hunter Rose Company»; E. Hulse, «Rose, George Maclean», DBC XII.

26 E. Hulse, “Copp, William Walter”, DBC XII.

27 G. L. Parker, The Beginnings of the Book Trade in Canada, p. 141-145 ; W. Hildebrandt, « Laurie, Patrick Gammie », DBC XIII.

28 P, L. Fleming, « The Printing Tirade in Toronto : 1798-1840 », p. 66 ; sur l’apprentissage avant 1840, voir l’étude de Claude Galarneau et Gilles Gallichan, « Les métiers de l’imprimerie », Histoire du livre et de l’imprimé au Canada, vol. I, p. 75-83.

29 Contrat d’apprentissage de Joseph Guibord, ANOM, greffe T. Bédoin, 30 juillet 1823, microfilm 3155, no 1904.

30 Colonial Advocate, 4 janvier 1827, cité dans P. L. Fleming, « A Canadian Printer’s Apprentice in 1826 », p. 15.

31 G. L. Parker, «Lovell, John», DBC XII.

32 Voir par exemple les contrats d’apprentis de l’imprimeur Daniel Carry de Québec : ANQQ greffe Édouard-George Cannon, 27 juin et 20 septembre 1861, nos 6068 et 6084.

33 Rapport de la Commission royale sur les relations du Travail avec le Capital au Canada, p. 142-145,164-165 et 170-171 ; Enquête sur les rapports gui existent entre le Capital et le Travail au Canada, Nouvelle-Écosse, témoignage de Thomas Honey, p. 139.

34 Enquête sur les rapports qui existent entre le Capital et le Travail au Canada, Québec, vol. 2, témoignages d’Alphonse Denis, p. 1498-1499, et d’Herménégilde Casavant, p. 1497.

35 S. F. Zerker, The Ri se and Fall of the Toronto Typographical Union, 1832-1972 [...], p. 23-26 et 112;  W. Roberts, « The Last Artisans : Toronto Printers, 1896-1914 », p. 137.

36 Sur le travail féminin dans le secteur de l’imprimerie, on consultera en particulier C. Burr, « Class and Gender in the Toronto Printing Trades, 1870-1914 », et M. E. Bissell, « Women Workers in the Toronto Printing Trades, 1880-1900 ».

37 Recensement du Canada, 1871, tableau XXXVIII, p. 388-421.

38 Pour des exemples, voir l’Enquête sur les rapports qui existent entre le Capital et le Travail au Canada, Québec, vol. 2, témoignages de Joseph-Édouard Mercier, p. 1277, et d’Antoine Langlois, p. 1072 ; Nouveau-Brunswick, témoignages de Robert Barnes, p. 24-25, et de J. A. Edwards, p. 352 ; Nouvelle-Écosse, témoignage d’Andrew McKinlay, p. 258-259.

39 C. Burr, « “That Corning Curse – The Incompetent Compositress” [...] », p. 355.

40 Enquête sur les rapports qui existent entre le Capital et le Travail au Canada, Ontario, témoignage de Stewart J. Dunlop, p. 47.

41 J. Hamelin et ai, Répertoire des grèves dans la province de Québec au XIXe siècle, p. 76.

42 Terme anglais employé, au moins depuis le XVIIIe siècle, pour désigner ce que l’on appelle en typographie française le cadratin, le « em » est une mesure typographique relative permettant d’évaluer le coût de composition des travaux.

43 Enquête sur les rapports qui existent entre le Capital et le Travail au Canada, Québec, vol. 1, témoignage de Hugh Graham, p. 365.

44 C. Burr, « Defending “The Art Preservative” [...] », p. 59-73.

45 R. H. Coats, « The Labour Movement in Canada », vol. 9, p. 292.

46 G. Kealey, « Work Control, the Labour Process, and Nineteenth-Century Canadian Printers », p. 94.

47 S. F. Zerker, The Rise and Fall of the Toronto Typographical Union, 1832-1972, p. 23.

48 Ibid., 24-29.

49 Album souvenir. 100e anniversaire de l’Union typographique de Québec, no 302 ; L’Événement, 3 septembre 1895, p. 2.

50 Sur les formes de sociabilité des imprimeurs et des ouvriers en général : R. G. Silver, « The Convivial Printer : Dining, Wining, and Marching, 1825-1860 », p. 16-25 ; Y, Lamonde et R. Montpetit, Le parc Sohmer de Montréal, 1889-1919, p. 182-184.

51 Le Journal de Québec, 15 août 1863, p. 1 ; E. Leroux, « Culture ouvrière et métiers du livre : la Société typographique de Québec, 1836-1872 ».

52 Liste des affiliations à l’ITU : Saint-Jean, section locale 85 (1865) ; Ottawa, section locale 102 (1867) ; Hamilton, section locale 129 (1869) ; St. Catharines, section locale 416 (1870) ; Québec, section locale 160 (anglophones) (1872). Tiré de E. Forsey, Trade Unions in Canada 1812-1902, p. 47.

53 S. F. Zerker, The Rise and Fall of the Toronto Typographical Union, 1832-1972, p. 54-65.

54 É. Leroux, Gustave Francq, p. 18-23.

55 R. Desrosiers et D. Héroux, Le travailleur québécois et le syndicalisme, p. 71-96.

56 A. R. McCormack, «Arthur Puttee and the Liberal Party, 1899-1904».

57 S. F. Zerker, The Rise and Fall of the Toronto Typographical Union, 1832-1972, p. 31.

58 Proceedings of the ITU, 1871, p. 22; 1872, p. 23-24; 1873, p. 15-17.

59 The Printer’s Miscellany, juillet 1876, p. 5 ; octobre 1876, p. 39.

60 Constitution, règlements et échelle des prix de l’Union typographique Jacques-Cartier p. 28.

61 B. Dansereau, L’avènement de la linotype [...], p, 7.

62 G. S. Kealey, « Work Control, the Labour Process, and Nineteenth-Century Canadian Printers », p. 97.

63 Proceedings ofthe ITU, 1870, p. 25 ; J, Hamelin et al., Répertoire des grèves dans la province de Québec au XIXe siècle, p. 22.

64 S. F. Zerker, The Rise and Fall ofthe Toronto Typographical Union, 1832-1972, p. 78-86.

65 A. Vidricaire, « La philosophie devant le syndicalisme [...] », p. 269.

66 J. Hamelin, Répertoire des grèves dans la province de Québec au XIXe siècle, p. 105.

67 Des biographies des membres de la famille Desbarats et de plusieurs de leurs associés se trouvent dans le DBC.

68 C. Galarneau, « Les Desbarats : une dynastie d’imprimeurs-éditeurs », p. 130.

69 Compilations faites d’après M. Vlach et Y. Buono, Catalogue collectif [...],

70 R. Robidoux, « Les Soirées canadiennes et le Foyer canadien [...] », p. 423.

71 P. Desbarats, Canadian Illustrated News, 1970, p. 13.

72 Ibid., p, 15.

73 Y. Chevrefils, « John Henry Walker C. Galarneau, « Les Desbarats : une dynastie d’imprimeurs-éditeurs », p. 136-137.

74 P. Desbarats, Canadian Illustrated News, 1970, p. 16.

75 On peut trouver un exposé plus complet de l’histoire de l’imprimerie et des techniques s’y rattachant dans B. Dewalt, Technology and Canadian Printing. La période antérieure à 1840 est traitée par P. L. Fleming dans « L’adaptation au changement », Histoire du livre et de l’imprimé au Canada, vol. I, p. 98-105.

76 E. Baker, Printers and Technology, p. 22-23.

77 D. C. Harvey, « Newspapers of Nova Scotia », p. 289.

78 Times (Ottawa), 21 janvier 1869 ; H. Aach, Impressions, p. 51.

79 J, Moran, Printing Presses, p. 114-115 et 147.

80 Ibid., p. 106-110.

81 F. Roblin, « Development of the Printing Press », p. 22-28.

82 F. E. Comparato, Chronicles of Genius and Folly, p. 335.

83 PM, décembre 1876, p. 77-78 ; Montreal Type Foundry, Specimens, p. III-IV.

84 R. Hoe, Catalogue, p. 5-19 et 26. Les prix sont en dollars américains, pour une feuille de 27 x 42 po (68,6 x 106,7 cm).

85 PM, novembre 1877, p. 117 ; PM, février 1878, p. 213 ; CPP, septembre 1896, dos de couverture.

86 J. Moran, Printing Presses, p. 185-186,

87 F. E. Comparato, Chronicles of Genius and Folly, p. 335.

88 Ibid., p. 337.

89 W. D. Devine, « Printing Industry as a Leader in Electrification », p. 27-36; CPP, mars 1894, p. 16.

90 E. Hulse, « Early Canadian Type Specimen Book », p. 16.

91 L. C. Wroth, Colonial Printer, p. 93 ; G. L. Parker, The Beginnings of the Book Trade in Canada, p. 48.

92 P. Gaskell, New Introduction to Bibliography, p. 10-12 et 207-208.

93 « Montreal Type Foundry », p. 23-24.

94 E. Hulse, Dictionary of Toronto Printers, p. 170-180 et 200; PM, juin 1877, p. 221 ; PM, août 1879, p. 24 ; CPP, juillet 1897, p. 9 ; CPP, mars 1899, p. 11.

95 G. Kubler, New History of Stereotyping, p. 116 et 201-206.

96 M. Winship, « Printing with Plates », p. 20.

97 Ibid., p. 23-24.

98 « Montreal Type Foundry », p. 24.

99 PM, octobre 1876, p. 39 ; PM, mai 1877, p. 193.

100 BN, septembre 1884, p. 23.

101 Citation tirée de E. Baker, Displacement of Men by Machines, p. 69.

102 L’histoire de la composition est détaillée dans R. E. Huss, Development of Printers’ Mechanical Typesetting Methods ; J. Moran, Composition of Reading Matter ; et J. S. Thompson, History of Composing Machines.

103 B. Dansereau, L’avènement de la linotype, p. 23-74.

104 Ibid., p. 28-31 ; CPP, février 1897, p. 11-12.

105 CPP, septembre 1905, p. 29.

106 J. Buchanan-Brown, « British Wood-Engravers », p. 31-36 ; G. Wakeman, Victorian Book Illustration, p. 73-81 ; « Growth of Wood-Cut Printing : the modem method of machines, II », Scribner’s Monthly, vol. 20,1880, p. 39-45.

107 J. H. Walker, « Wood Engraving in Canada », p. 183.

108 M. Twyman, Lithography, p. 160-162 ; P. Marzio, Democratic Art, p. 4-8,14-17 et 79-90.

109 Les procédés photomécaniques sont expliqués dans G. Wakeman, Victorian Book Illustration, p. 89-95, 99-101 et 126-136 ; D. Pankow, « Dungeons and Dragon’s Blood », p. 22-28 ; et J. Kainen, « Development of the Halftone Screen », p. 411-421.

110 Y. Chevrefils, « John Henry Walker », p. 211.

111 Brevet canadien no 1800 (1865) ; brevet britannique no 1541 (1865) ; R. Greenhill, Early Photography in Canada, p. 66.

112 CPP, juin 1899, p. 14.

113 J. Kainen, « Development of the Halftone Screen », p. 415.

114 E. Hulse, Dictionary of Toronto Printers, p. 49, 92,117 et 185 ; CPP, mai 1892, p. 11,12 et 16 ; CPP, juin 1892, p. 13;  CPP, novembre 1894, p. 8 ; CPP, octobre 1894, p. 11 ; A. E. Davis, Art and Work, p. 66, 67 et 108 ; William Bulman, s.p.

115 CPP, novembre 1893, p. 9.

116 Greenhill, Early Photography in Canada, p. 67-68.

117 R. L. Hills, Papermaking in Britain, p. 117.

118 G. Carruthers, Paper-Making, p. 300-301 et 334-335.

119 R. L. Hills, Papermaking in Britain, p. 158;  J. W. Shipley, Pulp and Paper-Making, p. 96 et 98.

120 G. Carruthers, Paper-Making, passim.

121 Ibid., p. 95-122 et 414.

122 Ibid., p. 123-133 et 463-465.

123 J. W. Shipley, Pulp and Paper-Making, p. 53-54 et 57 ; R. L, Hills, Papermaking in Britain, p. 148 et 150.

124 G. Carruthers, Paper-Making, p. 137-220 et 621 ; R. L. Hills, Papermaking in Britain, p. 151-153.

125 PM, mars 1877, p. 134 ; PM, septembre 1880, p. 42 ; F. H. Leacy (dir.), Historical Statistics of Canada, série R1-R404.

126 CPP, juin 1894, p. 7-8.

127 W. L. Marr et D. G. Paterson, Canada : An Economic History, p. 365.

128 H. V. Nelles, Politics of Development, p. 81-87 et 335-347 ; F. H. Leacy (dir.), Historical Statistics of Canada, série R1-R404.

129 F. E, Comparato, Books for the Millions, p. 166-188.

130 Canada, Service de l’impression et de la papeterie, « Rapport annuel », 1890, p. 39 ; Canada, « Enquête », p. 372.

131 CPP, février 1908, p. 5 ; juin 1909, p. 30.

132 Canada, Service de l’impression et de la papeterie, « Rapport annuel », 1890, p. 39.

133 Canada, « Enquête », p. 374.

134 G. E. D. Corneil, « The Bindery in the Print Shop », CPP, mai 1914, p. 64.

135 CPP, décembre 1915, p. 21-23.

136 F. E. Comparato, Books for the Millions, p. 188-189.

137 Canada, Service de l’impression et de la papeterie, « Rapport annuel », 1909, p. VI.

138 Ibid.

139 CPP, janvier 1899, p. 4.

140 Upper Canada Gazette, 14 juillet 1836.

141 BN, juillet 1891, p. 6-7.

142 Henderson’s Directory of the City of Winnipeg and Incorporated Towns of Manitoba, p. 96.

143 Canadian Patent Office Record, vol. 7,1879, no 9723 ; vol. 8,1881, nos 12784 et 13426 ; vol. 10,1882, no 14291 ; vol. 11,1883, no 17498.

144 Canada, Service de l’impression et de la papeterie, « Rapport annuel », 1890, p. 39.

145 BN, août 1891, p. 16.

146 BN, mai 1892, p. 6.

147 BN, août 1898, p. 14.

148 BN, juin 1899, revers p. 12.

149 BN, juin 1900, encart de quatre pages après p. 12.

150 BN, juin 1903, p. 134a,

151 Canada, Recensement, 1880-1881, vol. 3, p. 434-437.

152 Canada, Recensement, 1890-1891, vol. 1, p. 40-41.

153 C. Burr, « Class and Gender in the Toronto Printing Tirades », p. 214 et 215.

154 CPP, mars 1907, p. 11.

155 CPP, mai 1914, p. 66.

156 L’information à ce sujet a été réunie pour le texte inédit suivant : P. L. Fleming, « Bookbinding in Canada : Historical Assessment for National Museum of Science and Technology ».

157 BAC, MG 28, III 84, Work books.

158 La Thomas Fisher Rare Book Library de la University of Toronto en possède un exemplaire.

159 M. Lock, Bookbinding Materials and Techniques, 1700-1920, p. 102.

160 Ibid., p. 104.

161 P. Oldfield, From Boards to Cloth, p. 17. L’auteure remercie Philip Oldfield de son aide.

162 S. Pantazzi, « Book Illustration and Design », p. 6.

163 M. Lock, Bookbinding Materials and Techniques, 1900-1920, p. 112.

164 Voir A. Briggs, 1851, p. 1-32; J. A, Auerbach, The Great Exhibition of 1852.

165 T, Richards, Commodity Culture of Victorian England, p. 30.

166 R. Hunt (dit.), Hunt’s Hand-Book to the Official Catalogues : An Explanatory Guide to the Natural Productions and Manufactures of the Great Exhibition of the Industry of All Nations, 1851 (Londres, 1851), vol. 2, p. 710-728.

167 Canada at the Universal Exhibition of 1855 (Toronto, 1856), p. 200-201 et 386.

168 S. Murray, « Canadian Participation and National Representation », p. 2.

169 The Canadian Centennial Guide to New York and Philadelphia by Thirty Different Routes [...] from Every Large Town in Canada (Brockville, 1876), cité dans N. Mount, « Exodus », p. 44.

170 Report of the Commissioner of Agriculture On the Products, Manufactures, &c of Ontario, Exhibited at the International Exhibition, Philadelphia, 1876 (Toronto, 1877), p. 50-51.

171 Ibid., p. 62.

172 T. D. Keefer, Exposition universelle de 1878 à Paris : Manuel et catalogue officiel de la section canadienne (Londres, 1878), p. 102-107 et 114.

173 NSARM, MG 1, vol, 886A, 2625, no 112 D, « Won A Gold Medal » ; « To Nova Scotia’s Credit : Miss Minnie Prat’s Award at the Paris Exposition Honors This Province », Halifax Herald, 1er octobre 1900, p. 8 ; « Brief Personals », New York Times, 9 novembre 1901, p. 814 ; G. Davies, « Elephant and the Primrose ».

174 Sans illustration, le terme anglais qui la désigne est broadside, alors qu’on utilise plutôt poster lorsqu’elle est illustrée.

175 Sur l’affiche au Canada, voir M. H. Choko, L’affiche au Québec, des origines à nos jours ; l’étude de B. Dewalt au chapitre 3 du présent volume et son ouvrage Technology and Canadian Printing, et R. Stacey, The Canadian Poster Book : 100 Years of the Poster in Canada.

176 Parmi les compagnies les plus connues, citons The Toronto Lithographing Co., Clark Litho Co. et Rolph, Smith & Co. de Toronto, ainsi que The Burland Lithographing Co. et The Gazette Printing Co, de Montréal, Au début du XXe siècle, la Stone Ltd. incorporera plusieurs des compagnies plus anciennes.

177 Pour la période antérieure à 1840, voir P. L. Fleming, « L’annonce publique », Histoire du livre et de l’imprimé au Canada, vol. I, p. 229-233.

Table des illustrations

Titre Tableau 3.1. Bas et Haut-Canada, principales villes, nombre d’imprimeurs, relieurs, graveurs et lithographes (1851 et 1861)
Légende Sources : Recensements du Canada : 1851, vol. 1, tableau IV, p. 506-544 ; 1861, vol. 1, tableau 7, p. 535-546 ; vol. 1, tableau 8, p. 560-570.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/23180/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Tableau 3.2. Canada, nombre d’imprimeries, incluant les établissements de reliure, de gravure et de lithographie, nombre et % d’ouvriers et d’ouvrières y travaillant (1851-1921)
Légende * La catégorie « enfants » inclut les garçons (G) et les jeunes filles (F) âgés de moins de 16 ans.Sources : Recensements du Canada : 1851, vol. 1, tableau IV, p. 506-544 ; 1861, vol. 1, tableau 7, p. 535-546 ; vol. 1, tableau 8, p. 560-570 ; 1871, vol. 3, tableau XXXVIII, p. 388 ; vol. 3, tableau XL, p. 400 ; vol. 3, tableau XLVI, p. 421 ; 1881, vol. 3, tableau XXXIX, p. 418-423 ; vol. 3, tableau XLVII, p. 461 ; vol. 3, tableau XLI, p. 436 ; 1891, vol. 3, tableau I, p. 40-41 et 265-270 ; 1901, vol. 3, tableau II, p. 18-39 ; 1911, vol. 3, tableau III, p. 59 ; vol. 3, tableau V, p. 112-137 ; 1921, vol. 4, tableau 4, p. 106 ; vol. 4, tableau 6, p. 660-824.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/23180/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Tableau 3.3. Canada, provinces, nombre d’imprimeries et d’ouvriers, incluant les secteurs de la reliure, de la gravure et de la lithographie (1871-1911)
Légende * En 1905, une partie des Territoires du Nord-Ouest devient la Saskatchewan et l’Alberta.Sources : Recensements du Canada : 1871, vol. 3, tableau XXXVIII, p. 388 ; vol. 3, tableau XL, p. 400 ; vol. 3, tableau XLVI, p. 421 ; 1881, vol. 3, tableau XXXIX, p. 418-423 ; vol. 3, tableau XLVII, p. 461 ; vol. 3, tableau XLI, p. 436 ; 1891, vol. 3, tableau I, p. 40-41 et 265-270 ; 1901, vol. 3, tableau II, p. 18-39 ; 1911, vol. 3, tableau V, p. 112-137 ; 1921, vol. 4, tableau 6, p. 660-824.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/23180/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende 3.1. Char des imprimeurs et typographes dans le cadre du défilé de la Société Saint-Jean-Baptiste de Québec en 1889 (détail). La statue qui représente Johannes Gutenberg et sa presse (1880) est l’œuvre de Jean-Baptiste Côté, sculpteur et graveur sur bois, caricaturiste et éditeur de journaux satiriques. Avec l’aimable autorisation des Archives nationales du Québec à Québec, GH-270-125.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/23180/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Légende 3.2. Specimen Book of the Peterborough Review (Peterborough, Ontario, 1869). Avec sa page de titre imprimée en rouge, bleu, or et argent, le catalogue du Review Job Room comprend 30 pages de fontes de caractère, 24 de vignettes-annonces, 28 d’ornements et 25 de caractères sur bois. Robert Romaine et son beau-frère fondèrent The Peterborough Review en 1853, après avoir quitté Québec pour Peterborough. À l’époque, la Montreal Type Foundry, qui publia des cahiers d’échantillons en 1844, 1850, 1860 et 1865, était la seule fonderie de caractères au Canada. Avec l’aimable autorisation de la Thomas Fisher Book Library, University of Toronto.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/23180/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
Légende 3.3. Le personnel de la salle de composition du journal Kings County Record, Sussex, Nouveau-Brunswick, vers 1900. La presse de fer, à bras, que l’on voit sur la gauche, pourrait être une Washington. Avec l’aimable autorisation des Archives publiques du Nouveau-Brunswick, Collection Don Smith, P466-6.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/23180/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende 3.4. Intérieur de l’entrepôt de William Warwick (Toronto, vers 1876) dans Henry Kingsley, The Recollections of Geoffrey Hamlyn (Toronto, 1876). La rangée de bonnets le long du mur marque à l’évidence la concentration de travailleuses dans les services de pliage et de couture sous les combles. Avec l’aimable autorisation de la Toronto Public Library (TRL).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/23180/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 435k
Légende 3.5. Spécimens de couvertures de livres canadiens. En haut, de gauche à droite : The North-West : Its History and Its Troubles (Toronto, 1885) de G. Mercer Adam et Canadian Wild Flowers (Montréal, 1869) d’Agnes FitzGibbon. En bas, de gauche à droite : Abrégé de l’histoire du Canada (Québec, 1856) de F.-X. Garneau ; Hamilton, and Other Poems (Toronto, 1840) de William A. Stephens ; Glengarry School Days (Toronto, 1902) de Ralph Connor. Avec l’aimable autorisation de la Thomas Fisher Rare Library, University of Toronto.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/23180/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Légende 3.6. Annonce de Hunter, Rose (Toronto, 1878). Les gens des métiers du livre, en concurrence dans des expositions provinciales depuis 1846, tentèrent leur chance sur la scène internationale dans les années 1850. L’annonce fait état des succès de Hunter, Rose à Philadelphie en 1876, à Paris et à Toronto en 1878. Les portraits du chef du Parti libéral Alexander Mackenzie et de John A. Macdonald, son rival du Parti conservateur, laissent supposer que l’avis fut imprimé pour être affiché à l’exposition de Toronto qui coïncida avec les élections fédérales de 1878. Avec l’aimable autorisation de la Thomas Fisher Rare Book Library, University of Toronto.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/23180/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende 3.7. Vitrine placardée, Halifax, 1917, photographiée par William James, Le 6 décembre 1917, la collision dans le port de Halifax entre un transporteur de munitions et un vapeur provoqua une explosion ; des incendies détruisirent en partie la ville et firent quelque 2 000 victimes. Avec l’aimable autorisation des City of Toronto Archives, Fonds 1244, article 2458.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/23180/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende 3.8. Avis public publié par l’Alberta Board of Health. La pandémie de grippe espagnole, qui emporta plus de 20 000 000 de personnes, se répandit dans tout le Canada en 1918-1919, y compris Terre-Neuve et Labrador, faisant quelque 50 000 morts. Avec l’aimable autorisation des Glenbow Archives, NA-4548-5.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/23180/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Légende 3.9. Affiche de la Canadian National Exhibition, 1915. L’« Ex », qui se déplaçait de ville en ville chaque année et dont les origines remontent à la foire agricole née en 1846, est un événement annuel à Toronto depuis 1879. Avec l’aimable autorisation des Canadian National Exhibition Archives, Poster Art Collection.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/23180/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 278k

Auteurs

Professeur adjoint à l’École de bibliothéconomie et des sciences de l’information de l’Université de Montréal, institution où il a fait un doctorat en histoire. Il a écrit nombre d’articles sur les travailleurs des métiers du livre. En 2001 et 2002, il était l’un des boursiers postdoctoraux du projet HLIC/HBiC à l’Université McGill et à l’Université de Sherbrooke.

Professeur émérite d’histoire à l’Université Laval et a été le pionnier des recherches universitaires québécoises sur l’histoire de l’imprimé. Influencé par les travaux d’Henri-Jean Martin et de Robert Mandrou, il a lui-même formé la très grande majorité des spécialistes québécois de l’imprimé.

Conservateur des collections de matériels de communication au Musée des sciences et de la technologie du Canada à Ottawa. Outre l’imprimerie, il s’occupe des équipements de télécommunications, d’enregistrement sonore, de radiodiffusion, de télévision, de photographie et de cinématographie. Il a écrit Technology and Canadian Printing : A History from Lead Type to Lasers (1995).

Professeure à la Faculty of Information Studies et au Collaborative Program in Book History and Print Culture de la University of Toronto. Elle étudie entre autres la forme matérielle des imprimés canadiens et l’intersection de la bibliographie analytique et de l’histoire du livre. Responsable du projet HLIC/HBiC, elle est également directrice générale et directrice des volumes I et II.

Responsable administrative du projet HLIC/HBiC, détient une maîtrise en bibliothéconomie de la University of Toronto. Elle a compilé avec Carl Spadoni A Bibliography of McClelland and Stewart Imprints, 1909-1985 : A Publisher’s Legacy (1994), a publié plusieurs articles sur les almanachs canadiens et collabore à DA ; A journal of the Printing Arts.

Doyenne des Études supérieures et vice-présidente chargée de la recherche de la University of New Brunswick. Attachée au English Department, elle est l’auteure ou la directrice de cinq ouvrages sur la littérature canadienne et a publié des articles, des préfaces et des notices biographiques dans le DBC sur la littérature des provinces de l’Atlantique de 1749 à 1930. Elle a été présidente de la Société bibliographique du Canada.

Spécialiste des livres anciens à la Bibliothèque nationale du Québec. Il a été libraire de livres anciens pendant 20 ans et, de 1994 à 2004, conservateur des livres rares à la Bibliothèque nationale du Canada. Il a publié Impressions (1999) et The Printing of Handbills in Quebec City, 1764-1800 (1995). Une version française de ce dernier ouvrage est sous presse.

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr