Version classiqueVersion mobile

Histoire du livre et de l’imprimé au Canada, Volume II

 | 
Yvan Lamonde
, 
Patricia Fleming
, 
Fiona A. Black

Préface des directeurs généraux

Texte intégral

1La publication du deuxième volume de l’Histoire du livre et de l’imprimé au Canada/History of the Book in Canada relance le dialogue entre les historiens canadiens du livre et les autres chercheurs engagés dans la rédaction d’une histoire nationale du livre en vue de structurer leur champ d’études, d’orienter les efforts de recherche et de jeter les bases d’une coopération internationale.

2Nos activités de recherche et de rédaction, en français et en anglais, s’effectuent en collaboration à partir de Vancouver, de Regina, de Toronto, de Montréal, de Québec, de Sherbrooke et de Halifax. Le premier volume. Des origines à 1840, a paru en 2004. Celui-ci, le deuxième, De 1840 à 1918, porte sur la période s’étendant de l’Acte d’Union à la fin de la Première Guerre mondiale. Le troisième et dernier. De 1918 à 1980, sera publié en 2007. Chacun a été développé par un collectif d’historiens de l’imprimé de plus en plus large sur la base d’une table des matières élaborée lors d’une conférence ouverte à tous les intéressés. Les directeurs des volumes et leurs collaborateurs ont travaillé de près avec les auteurs des articles et des études de cas. Après réception et diffusion des premières versions, une seconde conférence a permis aux auteurs de chaque volume d’examiner la cohérence narrative de l’ensemble, le contenu et l’équilibre de chaque chapitre et la pertinence de la documentation.

3Issue d’un large éventail de disciplines, l’équipe de rédaction du deuxième volume comprend à la fois des pionniers qui étudient l’histoire du livre depuis des décennies et des étudiants appelés à poursuivre leur œuvre. Un défi de taille attendait bon nombre d’entre eux : leur texte devait traiter de toutes les régions du pays. L’événement charnière entre les volumes I et II – les débuts de l’imprimerie à l’ouest de la frontière ontarienne en 1840 – amorce en effet la pénétration de l’imprimé dans l’ouest et le nord du continent. Beaucoup de chercheurs, dont l’horizon était borné par une frontière provinciale, ont donc été amenés à explorer de nouvelles pistes. Tous les membres de l’équipe ont trouvé là un lieu fertile de collaboration.

4Ensemble, nous nous sommes interrogés sur la signification du livre et de l’imprimé au Canada, en français et en anglais. Tout en traitant de l’imprimé dans la vie des Canadiens, nous avons tenu à reconnaître le rôle de la transmission orale et des publications manuscrites. Dans les pages qui suivent, « imprimé » ne désigne pas seulement le livre de format codex, mais aussi les journaux et périodiques, les annonces et affiches, les formules et formulaires, les partitions musicales et les illustrations des livres et périodiques. L’« imprimé au Canada » change donc de sens d’un volume à l’autre. De 1840 à 1918, il se développe à l’ombre d’une production importée encore beaucoup plus importante. Plusieurs phénomènes apparus dès l’origine perdurent, et notre projet s’articule à partir d’eux : l’impression en plusieurs langues, l’importance de la presse régionale, les rapports étroits entre l’imprimé et le pouvoir.

5Tout en préparant les trois volumes, l’équipe du projet a monté cinq bases de données pour aider les auteurs et directeurs à faire leurs recherches et offrir une infrastructure à ceux qui les suivront : « Bibliography of the History of the Book in Canada/Bibliographie sur l’histoire du livre et de l’imprimé au Canada » ; « Canadian Book Trade and Library Index/Index canadien des métiers du livre et des bibliothèques » ; « Catalogues canadiens relatifs à l’imprimé/Canadian Book Catalogues » ; « Imprimés canadiens avant 1840/Canadian Imprints to 1840 » ; et « Manuels scolaires canadiens/Canadian Textbooks ».

6Ce volume est imprimé en Cartier Book, version infographique remaniée et augmentée du premier caractère romain d’origine canadienne. Élaboré par le graphiste Cari Dair, le Cartier avait été présenté le 1er janvier 1967 au peuple canadien en guise de cadeau du Centenaire. Pour réaliser cette adaptation, le graphiste Rod McDonald est retourné aux dessins originaux de Dair et les a traduits de manière élégante et fidèle dans le Cartier Book. En collaboration avec Rod McDonald, Stan Bevington a conçu le logo de HLIC/HBiC.

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search