Version classiqueVersion mobile

L'Inde dans tous ses états

 | 
Guy Taillefer

Film catastrophe

Dans un sale état

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les rivières se meurent en Inde, pour cause de pollution extrême et/ou de dilapidation. On puise sans compter en amont, on recrache en aval. Le pays génère 38 milliards de litres d’eaux usées par jour, mais dispose de la capacité d’en traiter à peine le tiers. Sur papier, bien entendu. On peut penser que cette capacité de traitement est plus faible encore, vu la tendance générale des gouvernements indiens à tourner, sur le terrain, les coins ronds. Le tableau serait peut-être moins sombre si le sous-continent avait de l’eau en abondance. Ce n’est pas le cas.

Assis dans son bureau de l’Université de Delhi, le professeur Maharaj Pandit, directeur de l’École des études environnementales – et philosophe sur les bords –, nous met les points sur les i : « C’est bien beau d’avoir plus d’argent dans ses poches, mais sans eau, on n’ira pas loin. » La croissance déferlante de l’économie indienne, dit-il, n’affronte guère de plus grand défi. Des centaines de millions d’Indiens pauvres n’ont déj...

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search