Version classiqueVersion mobile

L'Inde dans tous ses états

 | 
Guy Taillefer

La ville comme bouée de sauvetage

La maison en désordre

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le complexe résidentiel de Campa Cola, dans le sud de Mumbai, comprend sept immeubles construits dans les années 1980. Les autorisations délivrées à l’époque avaient établi que les nouvelles constructions n’allaient pas dépasser cinq étages. L’un des immeubles en a aujourd’hui 20, un autre 17.

Des histoires comme celle-là de constructions illégales sont fréquentes dans l’Inde qui s’urbanise. On entend le plus souvent parler du problème quand se produit une catastrophe – lorsqu’une bâtisse s’effondre et tue quelques dizaines de personnes. En avril dernier, à Shilphata, en banlieue de Mumbai, un édifice en construction, mais déjà habité en partie, s’est écroulé, tuant 74 personnes. Après quoi le chef du gouvernement de l’État du Maharashtra, Prithviraj Chouhan, avait reconnu que 90 % des bâtisses à Shilphata étaient illégales et qu’elles ne respectaient pas les normes de construction. Il a vite été établi, entre autres choses, que l’édifice en question avait été érigé sans donner au ci...

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search