Version classiqueVersion mobile

L'Inde dans tous ses états

 | 
Guy Taillefer

Les champs de bataille de la démocratie

Le croquis

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’indépendance sitôt faite en 1947, il y eut consensus en Inde, y compris parmi ses grandes familles industrielles, pour donner au pays une orientation socialiste. « A socialistic pattern of society », disait le premier premier ministre indien Jawaharlal Nehru. « Pattern » non pas tant au sens de système que de modèle, de motif. L’État allait contrôler l’économie et ses plans quinquennaux allaient montrer le chemin au peuple ; l’industrie lourde portée par une entreprise privée qui accepterait de bon gré d’être tenue en laisse allait devenir le moteur du développement. En temps et lieux, comme on sait, la mainmise du Parti du Congrès sur le pouvoir rendrait l’État beaucoup plus dirigiste – et concurremment plus corrompu – que ne l’avait rêvé l’idéaliste Nehru.

C’était dans l’air du temps. En Asie, impérialisme et capitalisme étaient des mots sales. Cette adéquation a été rompue – le premier l’est toujours, le second l’est beaucoup moins. En Inde, Nehru avait un biais favorable à l’UR...

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search