Version classiqueVersion mobile

Profession philosophe

 | 
Michel Seymour

Conclusion

Texte intégral

1Me voilà donc arrivé à la fin de ce livre. Il est temps de faire en quelques mots le bilan de ce qui a été écrit et de tirer des conclusions. Il peut paraître étrange d’être à la fois philosophe analytique, spécialiste de la philosophie anglo-américaine et intellectuel québécois francophone favorable à la souveraineté du Québec. Mais il y a d’autres spécimens dans mon genre sur la planète Québec. Quand on y pense, il s’agit d’une figure qui est un peu à l’image de ce que le Québec pourrait devenir : un État indépendant inscrit dans une union économique et politique avec le Canada et dans une zone de libre-échange avec les États-Unis et le Mexique.

2Mais si tout ce que j’ai dit est vrai, il semble que l’avenir n’augure rien de bon pour la philosophie et la vie intellectuelle au Québec. Peut-être. Et pourtant, bien que j’aie trouvé un très grand nombre de raisons de râler, je me surprends étonnamment à conserver en moi une bonne dose d’optimisme. Qu’est-ce qui justifie cet optimisme ? Tout d’abord, la popularité de l’éthique et de la philosophie politique auprès des étudiants ne se dément pas depuis plusieurs années et les contributions originales dans ce domaine sont en grande partie dues aux philosophes analytiques. Ensuite, la philosophie est de plus en plus en demande à l’université et dans la société en général. Par ailleurs, des cours obligatoires sont proposés aux médecins, infirmières, dentistes, vétérinaires. On connaît aussi la popularité des cafés philosophiques.

3Mais mon optimisme déborde largement ces questions institutionnelles et semi-corporatistes. Je crois qu’il s’explique par un ensemble de facteurs. Ma bonne humeur s’explique en partie par le fait que je me réalise pleinement sur le plan professionnel, mais elle s’explique aussi en grande partie par des facteurs liés à ma vie personnelle. Et c’est aussi en partie une question de tempérament. Est-ce le plaisir que j’ai de me retrouver chaque jour auprès de Geneviève et Jacquie ? Est-ce une année sabbatique qui s’abat enfin sur moi après tant d’années de travail ? Est-ce la sortie de mon livre, L’institution du langage, un projet sur lequel je planchais depuis quinze ans ? Est-ce le printemps qui nous invite en plein mois d’avril à nous découvrir déjà d’un fil ? Est-ce l’arrivée « messianique » de Kent Nagano à la tête de l’Orchestre symphonique de Montréal ? Est-ce la sérénité de la cinquantaine ou les endorphines à la fin de mes séances de sport ? Est-ce un inébranlable fond d’espoir solide que je dois sans doute à l’amour que mes parents m’ont donné ? Est-ce que je vois apparaître au loin un beau grand OUI référendaire ? Il se peut que ce soit un peu de tout cela à la fois. En tout état de cause, ces sentiments l’emportent haut la main sur les remarques pessimistes qui ont parsemé ce livre et ils font de mon être philosophique et intellectuel une personne qui, fondamentalement, respire la bonne humeur.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search