Version classiqueVersion mobile

Profession philosophe

 | 
Michel Seymour

7. L’intellectuel dans la Cité

Texte intégral

1Pour finir, j’en viens à des considérations qui concernent la place de l’intellectuel universitaire au Québec. Ici, je n’interviendrai pas seulement en tant que philosophe analytique, mais bien en tant que philosophe tout court et en tant qu’intellectuel. La question de l’insertion de l’intellectuel dans la société est un thème important pour un esprit habité par une obsession communautaire.

2On pourrait croire que le philosophe québécois nationaliste, partisan des droits collectifs et du droit à l’autodétermination pour le Québec, peut compter au moins sur une certaine reconnaissance locale. Mais les choses ne sont pas si simples. En tant que philosophe analytique, je suis très souvent perçu par les étudiants comme favorable à l’hégémonie américaine sur la pensée. Un très grand nombre d’étudiants sont plutôt attirés par les grands penseurs (grecs, allemands, français). À leurs yeux, les penseurs américains ont, semble-t-il, le défaut d’être nombreux, vivants et anglophones. Les penseurs français, allemands ou grecs ont l’avantage d’être peu nombreux, morts et grands. On assiste ainsi à un phénomène de rejet qui prend sociologiquement la forme d’une vaste schizophrénie collective. C’est un peu comme si nous n’habitions pas l’Amérique du Nord. Nous vivons dans l’ignorance de la réalité nord-américaine, comme si le Québec était un microclimat à l’abri des grands courants de l’époque.

3Il y a aussi le fait que mes convictions politiques sont très souvent perçues comme allant à l’encontre de leur soif d’universel. S’ils se sont engagés dans des études de philosophie, c’est justement pour échapper au sempiternel débat sur la question nationale. Ils fuient donc comme la peste une philosophie nationaliste anti-individualiste. Ils ne voient pas que la question nationale québécoise soulève des enjeux universels. Ils ne voient pas que les professeurs qui ont des convictions nationalistes peuvent en même temps être habités par des questionnements universels. Ils ne voient pas que les professeurs qui semblent à première vue préoccupés par des questions universelles ne sont peut-être pas si universels que ça.

4Je ne m’attire pas non plus des sympathies nombreuses pour les positions politiques que je défends. Je ne suis bien évidemment pas apprécié par les fédéralistes. Mais je ne suis pas non plus apprécié par un très grand nombre de souverainistes qui sont des militants actifs. J’ai en effet le malheur d’argumenter de la façon suivante en faveur de la souveraineté du Québec. Je soutiens en premier lieu que c’est tout à l’honneur du peuple québécois d’avoir cherché à réaliser un fédéralisme multinational au Canada. Les Québécois ont une longue expérience du fédéralisme à la canadienne et ils ont fait historiquement le pari qu’il était possible d’être reconnu comme peuple à l’intérieur du Canada. J’estime qu’il s’agissait d’une attitude fort honorable et non d’une vaste erreur de parcours, et ce, bien que cette reconnaissance ne soit jamais venue. En second lieu, c’est seulement parce que cette reconnaissance est de moins en moins possible que les Québécois envisagent de plus en plus favorablement l’accession du Québec à la souveraineté. Autrement dit, ils ne souscrivent pas au principe des nationalités et ils admettent que les peuples ne doivent pas nécessairement être souverains. Le souverainisme québécois n’a donc pas grand-chose à voir avec le nationalisme du xixe siècle. Dans l’esprit d’une majorité de Québécois, il ne faut pas croire que la souveraineté d’un peuple est nécessaire, naturelle, ou encore que c’est la seule chose qui ferait de nous un peuple normal. Enfin, la souveraineté qu’ils envisagent est très moderne, puisqu’ils sont favorables au maintien d’une union économique et politique avec le Canada. Les souverainistes québécois préconisent pour le Québec une relation au Canada qui, sur plusieurs plans, est semblable à celle que les États européens entretiennent entre eux. À mon sens, ces différents aspects du nationalisme québécois confèrent à l’option souverainiste une légitimité accrue. Mais un très grand nombre de militants actifs ne souscrivent pas à cette façon de voir.

5Tel n’est toutefois pas le sujet principal que je souhaite aborder pour penser le rapport que les intellectuels universitaires entretiennent avec la société dans laquelle ils se trouvent. Il y a d’autres problèmes qui méritent aussi d’être évoqués.

6La société québécoise est encore à notre époque une société anti-intellectualiste, et les intellectuels lui rendent bien la pareille en la traitant avec un certain mépris. À tort ou à raison, peu d’institutions québécoises passent la rampe aux yeux des intellectuels et cela explique en partie le fameux « silence des intellectuels » dont on parle constamment. Plusieurs se réfugient dans une attitude hautaine et surplombent la mêlée. Rien n’est suffisamment bon pour susciter leur enthousiasme. Les journaux ne sont pas bons, les gouvernements ne sont pas bons, les institutions québécoises ne sont pas bonnes, le Québec n’est pas bon, etc., et ils se servent de la médiocrité réelle ou imaginaire de la société québécoise comme d’un alibi pour décrocher et se désinvestir de toute responsabilité d’intervenir dans les débats. Certains se vautrent dans le New York Times et d’autres dans Le Monde. (J’ai pour ma part un faible pour la New York Review of Books.) La morosité s’est incrustée dans les mœurs et est devenue une sorte de mode de vie. On devrait alors pour eux inventer une nouvelle modalité du Dasein : l’être-pour-la-morosité. Le monde ambiant suscite chez plusieurs intellectuels la mélancolie et la morosité.

7Même si une telle attitude est injustifiée, elle se maintient quand même, car on perçoit les avantages qui en découlent. Puisque l’on est au-dessus de la politique et des débats de société, on peut profiter du système et ne pas perdre son temps à défendre la cause du Québec ou une quelconque autre cause d’ailleurs. Il y a enfin les naïfs qui se prennent au sérieux et qui croient dur comme fer qu’ils sont les heureux détenteurs d’un savoir universel dont serait dépourvu le citoyen ordinaire. Ils habitent un espace de neutralité leur permettant de voir clair dans la doxa, alors que celle-ci ne voit que des ombres défilant sur des murs. Ces intellectuels interviennent publiquement, mais c’est précisément pour rabrouer ceux qui prennent position dans les débats politiques. Ils soutiennent que l’intellectuel ne doit pas prendre position et doit se distancier de l’État.

8La thématique du silence des intellectuels québécois est riche et ne se laisse pas réduire à ce seul fossé existant entre la société dans son ensemble et l’un de ses sous-ensembles. Quand on parle du silence des intellectuels, on peut vouloir dire plusieurs choses. Une variante récente de ce reproche est la suivante. On se demande si les intellectuels québécois ont « peur du débat ». L’inaptitude à discuter ouvertement et explicitement de ses idées, et le peu d’habitude à le faire expliqueraient pourquoi les intellectuels ne prennent pas toute la place qui leur revient et sont hésitants à intervenir. Il y a sans doute une part de vérité dans cette accusation. En tant qu’Américains du Nord et francophones, nous ne maîtrisons pas la parole comme le font les Français, par exemple. Nous vivons dans un immense espace figé par le gel et nous subissons les longs mois d’hiver dans le silence, l’abnégation et un certain sentiment de fatalité, comme si nous étions convaincus que rien ne sert de prendre la parole dans un vaste espace froid et déshumanisé. Nous sommes déracinés sur notre propre territoire, en errance sédentaire. Ce faisant, nous n’habitons pas l’espace public autant que nous le devrions. Dans un tel contexte et en réaction à ce silence de mort, l’obsession communautaire se décline comme un besoin viscéral de créer sur notre propre territoire un véritable espace de délibération démocratique.

9D’autres phénomènes expliquent aussi l’absence des intellectuels sur la place publique. Ces autres phénomènes nous incitent à répondre que ce qui semble être de la peur, du silence ou de l’absence volontaire est en fait très souvent explicable par de toutes autres causes. Pour étayer ce point de vue, alignons quelques faits. Ces facteurs ne concernent d’ailleurs pas seulement le Québec. Ils ont une incidence aussi en Europe.

10Premièrement, l’expert remplace de plus en plus l’intellectuel. La raison en est simple. La gouvernance politique est de plus en plus complexe, diversifiée et bureaucratique. Elle requiert de plus en plus des expertises multiples. On ne peut plus avoir une opinion sur tout. Pour commenter la gouvernance politique, il faut alors de plus en plus avoir recours à des experts et non à des intellectuels.

11Un deuxième facteur est digne de mention. Le fantasme de l’intellectuel étranger explique en partie pourquoi on a l’impression que les intellectuels autochtones sont absents de l’espace public. Ce problème concerne peut-être cette fois-ci tout particulièrement le Québec. On demande aux intellectuels québécois d’avoir une présence analogue à celle de leurs cousins français, et les médias les privilégient bien souvent aux dépens des intellectuels québécois, surtout s’ils ont une certaine aura médiatique. Mesuré à l’aune de l’intellectuel français, l’intellectuel québécois fait piètre figure. Il se voit ainsi affublé d’une cote médiatique faible. Je suppose que, d’une manière générale, le même genre de phénomène s’observe à l’étranger. En Belgique, par exemple, l’intellectuel français de renom doit lui aussi avoir une crédibilité accrue, alors qu’en France, l’intellectuel américain bien connu qui serait de surcroît francophile jouirait sans doute d’un prestige médiatique très enviable.

12Un troisième facteur explique l’absence des intellectuels dans les débats. On assiste à un accroissement des exigences médiatiques dans le secteur de l’information. Pour faire la nouvelle, ou pour intervenir en tant que commentateur d’un événement, il faut alors avoir une cote élevée de valeur médiatique. Les spécialistes ont de plus en plus une cote médiatique élevée justement parce qu’ils sont jugés comme des spécialistes. Mais comme les intellectuels ne sont pas évalués très positivement à cet égard, les médias ne les invitent pas. Ils invitent des experts, des leaders d’opinion bien connus, des politiciens ou alors d’autres journalistes. Le quatrième pouvoir peut ainsi être amené à se demander pourquoi les intellectuels n’interviennent pas. Sans projecteurs médiatiques braqués sur eux, on conclut que les intellectuels sont absents. Ils ont beau prononcer des conférences, organiser des colloques, écrire dans les journaux, ils n’existent pas. Même s’ils sont présents, ils ne brillent pas par leur présence ; on en conclut alors qu’ils brillent par leur absence.

13Un quatrième facteur à prendre en considération est le rétrécissement de l’espace réservé aux opinions complexes et sophistiquées. Les médias accordent de moins en moins d’importance au journalisme d’enquête et aux analyses faites en profondeur. La télévision remplace les journaux pour la nouvelle, et les nouvelles télévisuelles sont prises en charge par les canaux d’information continue. Or, les chaînes de nouvelles continues transforment de plus en plus les nouvelles télévisées en capsules d’informations répétées ad nauseam, ne laissant pas beaucoup de place à l’analyse. Il faut être capable de résumer sa pensée en deux ou trois phrases slogan. Autrement dit, la pensée médiatisée doit s’exprimer par des clichés. Elle doit s’en tenir à des stéréotypes et éviter surtout d’aller au fond des choses. C’est un peu comme si une idée n’était pas pertinente si elle ne pouvait être exprimée dans une phrase assassine. Tout cela est incompatible avec l’idée d’accorder un temps d’antenne prolongé à des intellectuels.

14Voilà donc la situation dans laquelle nous nous trouvons. Ce qui semble être le silence des intellectuels ou leur absence des débats s’explique peut-être en partie par le mépris qu’ils affichent à l’égard de leur propre société, mais aussi par l’importance accrue des spécialistes, le fantasme de l’intellectuel étranger, la cote de rayonnement médiatique et le rétrécissement de l’espace de délibération publique. Il s’agit d’autres causes importantes qui expliquent ce qui se passe.

15En fin de compte, la question se pose de savoir quelle est la place de l’intellectuel dans la Cité. Je répondrais en quelques mots que dans le contexte d’une gouvernance politique de plus en plus complexe et face à une multitude d’enjeux planétaires, il faut que des citoyens mieux informés interviennent sur la place publique pour aider leurs compatriotes à se faire une opinion. L’intellectuel peut se faire l’avocat d’une cause qui risquerait d’être oubliée ou d’être oblitérée par les pouvoirs publics et les médias. Il peut être l’initiateur de débats au sein de la société civile. Dans tous les cas, il offre un son de cloche additionnel qui favorise la démocratie délibérative et améliore le degré d’éducation civique des citoyens. Le problème est qu’il lui manque un medium lui appartenant en propre. Mais avec l’apparition des réseaux Internet, des sites Web et des blogs, il se pourrait qu’il ait enfin trouvé sa niche. L’intellectuel n’aura bientôt plus à être à la remorque des médias, car on pourra visiter quotidiennement son site Web et prendre rapidement connaissance de ses opinions.

16Je me suis attaché à dénoncer le rétrécissement de plus en plus important de l’espace de délibération publique. Cela se vérifie dans les milieux culturels, à la radio, à la télévision et dans les journaux. On pourrait montrer aussi que cela se vérifie à l’université. L’État intervient de plus en plus pour orienter la recherche et il la subventionne parfois pour obtenir en retour une loyauté, car on ne mord pas la main qui nous nourrit. Cela a pour effet de faire disparaître progressivement le sens critique qui était pourtant à une certaine époque la marque de commerce des professeurs d’université. On aurait pu aussi s’interroger sur l’avenir de la philosophie et de la littérature au niveau collégial. Là encore, le rétrécissement nous guette. Mais je m’arrête ici, parce qu’il me faut maintenant conclure.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search