Version classiqueVersion mobile

Substance, individu et connaissance chez Leibniz

 | 
Christian Leduc

Chapitre 5. L’individualité dans le champ de l’expérience

Texte intégral

  • 1 Cf. Mugnai (2001) ; Cover et O’Leary Hawthorne (1999), 87-142.

1La dichotomie classique entre l’abstrait et le concret, recoupant celle qui divise l’essentiel de l’existentiel, fera de nouveau valoir certains enjeux du concept d’individualité dans la doctrine leibnizienne. Il s’agit toujours de se demander si la connaissance du concret est envisageable à partir des principes métaphysiques dont Leibniz s’est au départ doté : le concept de substance laisse-t-il ainsi un espace suffisamment ample à la représentation des choses singulières pour que puisse s’y joindre la connaissance empirique des phénomènes conçus depuis l’existence concrète ? Sinon, on pourrait croire que le concept de substance engloberait l’essentiel de ce que Leibniz entend par individualité, à tel point que l’un et l’autre seraient interchangeables dans presque tous les contextes discursifs. Selon l’exemple du Discours de métaphysique, où Leibniz intègre les deux catégories dans l’expression de substance individuelle1, on se persuaderait facilement de la probable assimilation du substantiel à l’individuel, tant la position leibnizienne obéit, du moins à cet égard, à la contrainte d’une ontologie nominaliste ; cette dernière réduit l’existence aux individus, ce qui veut dire, dans le présent contexte, aux seules substances. En ce sens, l’équation entre le concret et l’individuel se réaliserait nécessairement par le concept de substance, tel que nous l’avons analysé dans le dernier chapitre.

2Or, la thèse que nous entendons soutenir dans les prochains chapitres vise principalement à dissocier les notions de substance et d’individu. L’existence se ramène certes au substantiel, car il ne saurait se trouver autre chose dans le monde que des entités susceptibles de constituer les substrats des différentes modifications ou changements naturels. Toutefois, la distinction entre les deux notions semble nécessaire lorsqu’on se réfère à la représentation humaine. Leibniz mesure tout à fait l’utilité d’un concept distinct d’individu sur le plan épistémologique : la substance, dans son actualisation concrète, ne saurait faire l’objet d’une connaissance adéquate, compte tenu des conséquences du principe des indiscernables dans le champ de la cognition humaine analysées dans les chapitres précédents ; d’où la nécessité de faire intervenir des principes qui rendent compte, dans le contexte du savoir empirique, de la représentation des choses en acte. La théorie de l’expérience déterminerait les différentes compositions phénoménales, lesquelles sont d’une grande utilité philosophique et scientifique. La compréhension de l’essence de la substance, comme idéalité abstraite, fonde bel et bien l’ontologie leibnizienne, mais il serait important d’expliquer en quoi la perception sensible contribue à légitimer une philosophie qui s’appuie de manière fondamentale sur le concret, surtout comme prémisse des sciences de la nature. C’est la raison pour laquelle il nous paraît primordial de différencier l’individu de la substance, car l’individuel constitue, selon nous, l’objet de recherche principal de la doctrine empirique que Leibniz propose en complément de la métaphysique de la substance. Encore une fois, c’est du côté de la connaissance humaine que la valeur d’une telle séparation s’explicite véritablement.

  • 2 On pense surtout aux travaux de Garber (1985), (2005), Adams (1994), 217-261, Fichant (2003), (200 (...)

3Les moyens d’individualiser les phénomènes, qu’on trouve exposés chez Leibniz parallèlement au principe rationnel des indiscernables, ne sauraient pleinement s’énoncer sans des précisions quant à la nature de l’expérience qui en montre les fondements : tant que la théorisation se situait dans le domaine de l’a priori, la singularité appartenait à une structure reposant sur l’infinité des propriétés de la substance, de telle sorte que l’individuation se formulait à l’aide d’une postulation rationnelle renfermant la possibilité d’une actualisation concrète. Aussi, depuis la définition réelle et abstraite, Leibniz explicitait les principes essentiels à la concrétisation de la substance, sans toutefois en exprimer adéquatement l’actualisation dans la réalité. Maintenant, il s’agit de réinvestir le concret à partir d’un autre point de vue, celui de la représentation contingente du sensible, qui exige de considérer les phénomènes en termes de données empiriques. Notre étude se divisera en trois étapes : 1/ notre attention devra d’abord porter sur la théorisation de l’expérience, mais surtout sur celle de la définition nominale, laissée quelque peu en suspens dans les chapitres antérieurs ; la relation entre le nominal et le réel mettra en lumière la manière dont Leibniz envisage de traiter des phénomènes pour s’assurer de l’apport des principes rationnels a priori dans l’organisation des données empiriques ; 2/ le statut théorique du phénomène s’intégrera à l’analyse du rôle de la connaissance empirique. En marge des nombreux débats contemporains questionnant la réalité des substances corporelles et des phénomènes dans la métaphysique leibnizienne2, nous nous arrêterons davantage à ses répercussions épistémologiques ; 3/ les conséquences de la théorie leibnizienne de l’expérience sur le problème de la connaissance des individus se mesureront finalement à la valeur de vérité des descriptions phénoménales. Nous examinerons comment la connaissance nominale, au contraire de la connaissance qui procède par démonstrations rationnelles, aboutit à un degré provisionnel de certitude.

1. La méthode empirique

  • 3 Cf. Russell (1901), 160-171 ; Cassirer (1902), 105-123. Cette position est clairement énoncée chez (...)
  • 4 Discours de métaphysique § 20, A, VI, 4, 1562-1563 : Leibniz y traduit même une passage important (...)
  • 5 « Le sien a plus de rapport à Aristote, et le mien à Platon, quoique nous nous éloignions en bien (...)
  • 6 Nouveaux Essais, 1.1.1, A, VI, 6, 74.

4On a souvent associé l’épistémologie leibnizienne à un projet du type rationaliste, parce qu’elle s’instaurerait principalement à partir des concepts de l’entendement3. Selon une perspective historique, l’inspiration principale de Leibniz proviendrait davantage de la tradition platonicienne, axée sur la contemplation des formes intelligibles, que de celle d’Aristote, lequel affirme que tout savoir tire en réalité son origine du sensible. À l’époque moderne, la philosophie de Leibniz s’apparenterait ainsi à celle de Descartes, qui faisait reposer la science sur la certitude de la perception intellective, plutôt qu’à celles de Bacon, de Gassendi ou de Boyle, qui ont tenté de constituer la science en grande partie à l’aide des données empiriques. Un grand nombre d’affirmations de Leibniz vont également dans le même sens : à plusieurs endroits, ce dernier constate de profondes affinités entre sa propre conception de l’esprit et la théorie platonicienne de la réminiscence4. Par exemple, quand il analyse les thèses épistémologiques de Locke dans les Nouveaux Essais, Leibniz fait remarquer ce qui au départ pourrait distinguer leurs approches respectives en les rapportant aux philosophies antiques : la sienne d’influence plus platonicienne, celle de Locke s’inscrivant au contraire dans l’histoire de la pensée péripatéticienne5. À l’égard des fondements de la connaissance, Leibniz admet aussi que Descartes avait raison lorsqu’il défendait la prédominance des principes rationnels pour l’élaboration du savoir scientifique6. Mentionnons d’ailleurs que la métaphysique leibnizienne de la substance, telle qu’elle a été analysée précédemment, ne saurait se constituer sur d’autres notions que celles obtenues de manière a priori, ce qui légitime un certain rapprochement avec la démarche cartésienne. Bien que Leibniz ait abondamment critiqué les positions scientifiques et philosophiques de Descartes, force est ce constater, quant au problème de la connaissance, une parenté de principe entre le cartésianisme et le leibnizianisme dans leur opposition à l’empirisme au sens strict.

  • 7 Par exemple, la Lettre à Sophie Charlotte, GP, VI, 499-508.

5Pourtant, contrairement aux points de vue de Platon ou de Descartes, qui la plupart du temps ont dévalué la connaissance empirique au profit du savoir purement intellectif, Leibniz entend donner une importance primordiale à l’expérience. Même s’il privilégie dans bien des contextes, dont celui de la métaphysique, les contenus de l’entendement servant à établir les vérités nécessaires ou de raison, il n’en demeure pas moins que la connaissance empirique fournit un complément cognitif essentiel. Disséminés un peu partout dans l’œuvre, les textes élucidant la notion d’expérience sont tout de même nombreux, ce qui confirme de prime abord l’intérêt marqué de Leibniz pour tout ce qui touche la connaissance du phénoménal et du contingent par les facultés sensibles. Parmi ces textes, notons bien entendu les Nouveaux Essais sur l’entendement humain, où Leibniz, tout en critiquant les positions de Locke, propose un concept original d’expérience ; d’autres ouvrages à portée plus spécifique ou certaines lettres de l’abondante correspondance leibnizienne dévoilent aussi d’autres aspects du problème7. Il s’agira, dans la présente analyse, de réunir ces diverses considérations en une théorie qui expose les critères du savoir a posteriori et les conditions de la représentation des phénomènes.

  • 8 Novum Organum, I, § 95-98 in The Works of Francis Bacon, I, 201-203.
  • 9 Elementa rationis, A, VI, 4, 713-729.

6Quelques distinctions s’imposent avant d’entamer une étude approfondie du concept leibnizien d’expérience. On sait que le terme d’expérience n’a jamais eu de signification univoque dans l’histoire des sciences et de la philosophie, et cela est particulièrement vrai à l’époque moderne, puisque ces disciplines subissent alors de profondes transformations tant du côté théorique que pratique. L’une d’entre elles a consisté à introduire de nouveaux outils méthodologiques et techniques permettant une meilleure investigation des phénomènes de la nature. Sans entrer dans le détail des discussions interprétatives ayant trait au rôle des mathématiques ou à celui de l’observation dans les développements de la science moderne, il faut toutefois souligner l’introduction d’une dichotomie terminologique touchant directement notre propos. Plusieurs théoriciens modernes de la science ont ainsi intégré une délimitation conceptuelle qui s’apparenterait à la distinction contemporaine entre l’expérience et l’expérimentation. Le latin comporte certes ces deux termes, l’experientia et l’experimentum, l’un signifiant l’acte d’expérience, l’autre le corrélat de l’activité expérimentale, mais dans l’usage courant et scientifique du XVIIe siècle, ils apparaissent d’ordinaire en tant que synonymes. Dans bien des occurrences, ils se superposent résolument, à tel point qu’il serait difficile de différencier ce qui relève de la simple expérience vécue et ce qui implique une réelle expérimentation scientifique par le seul usage de ces différents vocables. Bacon fait probablement figure d’exception à l’époque, car il semble toujours employer le terme experientia pour désigner l’expérience en général, souvent vague, tandis que le terme experimentum exprime l’expérience scientifique accompagnée d’une méthode d’observation et d’analyse des faits de la nature8. Chez Leibniz, la distinction entre les deux termes ne semble pas aussi précise : dans certains textes, comme les Elementa rationis, l’experientia et l’experimentum réfèrent aux connaissances a posteriori qui s’opposent alors aux définitions et aux démonstrations obtenues de manière purement rationnelle9. On verra, par ailleurs, que seule l’expérience accompagnée d’une structure analytique a priori, donc de ce qu’on entend aujourd’hui par l’expérimentation, mènerait, selon Leibniz, à une connaissance distincte. Dans l’emploi des termes qui désignent les opérations cognitives relatives aux sens, il demeure par conséquent difficile de déceler une distinction conceptuelle exacte. De la même manière, les textes écrits en français, dont le plus important à cet égard se trouve encore être les Nouveaux Essais, utilisent sans déterminations littérales les termes d’expérience et d’expérimentation, confondant ceux-ci en une acception large qui exprime toute connaissance a posteriori.

  • 10 Par exemple dans la lettre à Gabriel Wagner: « Dahin gehörtet auch die Kunst die Natur selbst ausz (...)
  • 11 Cf. Fattori, Marta (1984), Gaukroger (2001).

7Y a-t-il quand même lieu de distinguer dans la philosophie leibnizienne deux concepts d’expérience qui renverraient à deux types de connaissance a posteriori ? Avant de répondre à cette question, il faut au préalable, pour des raisons évidentes, se pencher sur l’apport théorique de Bacon, tout juste mentionné : Bacon contribua sans conteste aux débats relatifs à la notion d’expérience au XVIIe siècle et introduisit certaines composantes dans la constitution de la science empirique moderne ; de plus, il exerça une influence notable sur la philosophie de Leibniz, de l’aveu même de ce dernier10. L’aspect principal qui retiendra notre attention regarde l’apparition chez Bacon, abondamment commentée depuis11, d’un type distinct d’expérience qui se différencie fortement de la simple perception des qualités sensibles, thèse retenue initialement chez les philosophes aristotéliciens et scolastiques. Le Novum Organum confirme à bien des endroits cette tentative d’instaurer une ars inveniendi à partir d’un concept spécifique d’expérimentation se distinguant de l’expérience qui n’est pas accompagnée d’une méthode scientifique :

  • 12 Novum Organum, I, § 82, I, 189-190 trad. Malherbe et Pousseur (1986), 142-143.

Reste la simple expérience. Lorsqu’elle se présente d’elle-même on la nomme hasard ; lorsqu’elle est recherchée, on la nomme expérimentation. Or cette sorte d’expérience n’est rien qu’un balai délié (comme on dit) ; c’est un simple tâtonnement, tel celui d’un homme dans la nuit qui tente tout dans l’espoir de tomber par chance dans le droit chemin, alors qu’il ferait mieux et serait plus avisé d’attendre le jour ou d’allumer un flambeau et de se mettre ensuite en route. L’ordre véritable de l’expérience est, au contraire, d’allumer d’abord un flambeau puis, à la lumière de celui-ci, de montrer la route en commençant par une expérience ordonnée et classée, sans aucune intervention ni dispersion, en tirant d’elle ensuite des axiomes, et, réciproquement, en tirant des axiomes ainsi établis de nouvelles expériences12.

  • 13 Bacon note dans un paragraphe antérieur : « Verum in experientiae vero curriculo, eoque ad nova op (...)
  • 14 Novum Organum, I, § 97, I, 201-202.

8Le premier élément qui distingue l’expérience vague de l’expérience scientifique repose sur la recherche de processus ordonnés13. L’expérience ne doit pas uniquement servir à accumuler des faits observés et à comparer aléatoirement leurs différentes propriétés14. Il s’agit au contraire d’en arriver à des principes qui traduisent l’ordre de l’univers ; autrement, une véritable science naturelle ne saurait s’instituer et progresser de manière appropriée. Les lois mécaniques ressortiront ainsi d’une investigation empirique qui vise à exprimer les relations causales générales, c’est-à-dire les régularités de la nature. L’expérience simple ne serait d’aucun recours si elle ne s’appuyait sur l’ars experimentandi, susceptible de représenter la nature de façon synthétique et ordonnée.

  • 15 Novum Organum, II, § 39, I, 306-309.

9Le second élément à retenir consiste à expliquer les conditions par lesquelles une réelle expérimentation pourra s’exécuter : une méthode permettant de mesurer, de vérifier et de calculer adéquatement les phénomènes est nécessaire à la découverte des lois naturelles. Bacon entend certes corroborer sa méthode avec les nouveaux outils scientifiques inventés à l’époque, tels les instruments de mesure ou d’observation15. Sur le plan purement théorique toutefois, sa réflexion débouche sur une théorisation plus élaborée de l’opération cognitive d’induction. On sait à quel point le problème de l’induction est complexe en philosophie des sciences depuis son introduction catégorique par la méthode baconienne. Mais pour la suite de notre analyse, il suffit de mentionner la jonction conceptuelle entre la connaissance empirique et les modalités du principe d’induction :

  • 16 Novum Organum, I, § 105, I, 205 trad. Malherbe et Pousseur (1986), 162-163.

En effet, l’induction qui procède par simple énumération est une chose puérile ; elle conclut de manière précaire, s’expose au risque d’une instance contradictoire et se prononce le plus souvent à partir d’un trop petit nombre de choses, et de ces choses seulement qui se présentent immédiatement. Mais l’induction, qui sera utile à l’invention et à la démonstration des sciences et des arts, doit entreprendre de séparer la nature, par les rejets et les exclusions obligées, puis, après un nombre suffisant de négatives, conclure sur les affirmatives16.

  • 17 De anima, 417b17-418a25 ; cf. Wedin (1988), 30-39.
  • 18 Novum Organum, I, § 96, I, 201.
  • 19 Novum Organum, I, § 98, I, 202.

10L’expérimentation scientifique se modèle à l’aide d’une structure inductive qui isole des propriétés de même nature et exclut celles qui sont inessentielles à l’explication du phénomène. Sans cela, il s’agirait de conclusions hâtives et non suffisamment fondées. Grâce à l’observation scientifique, l’entendement est au contraire à même de découvrir les lois causales qui régissent le comportement des phénomènes, c’est-à-dire d’induire d’observations particulières des principes généraux. Une simple énumération n’est donc pas efficace ; il faut plutôt que la perception sensible soit structurée de manière à cibler les relations essentielles et à écarter les relations accidentelles – contrairement à ce qu’avançait la doctrine aristotélicienne17. Sinon, nous retournons à une investigation vague, incapable de délimiter un champ sur lequel l’expérience est appelée à travailler pour nous instruire de principes universels. L’expérience doit nécessairement être dirigée pour donner des résultats objectifs par le biais de l’induction et permettre de prédire les différents phénomènes par des propositions générales. Par ailleurs, le rendement des expériences ne saurait se baser sur des principes intellectuels qui viendraient guider notre connaissance des choses, mais s’inscrit plutôt dans une organisation synthétique propre au savoir empirique : ordonner et délimiter les phénomènes dans l’expérience restent les fondements d’une connaissance scientifique. En somme, par une méthode ordonnée et inductive de la découverte, Bacon tente d’éviter deux dérives auxquelles la tradition n’a su échapper : d’une part, parer les débordements d’une science trop spéculative qui ne parvient pas à s’arrimer aux données de l’observation, telle qu’elle est proposée par les platoniciens18, d’autre part, remédier à l’inefficacité d’une connaissance empirique mal organisée, aboutissant trop souvent à des vérités partielles, théorie que Bacon identifie principalement à l’aristotélisme dans sa version scolastique19.

  • 20 Leibniz l’évoque par moments sans toutefois établir des critères de distinction entre les deux typ (...)

11De prime abord, l’opposition entre la doctrine de Bacon et celle de Leibniz se perçoit assez facilement : Leibniz insiste, on le remarquera plus loin, sur l’importance des principes rationnels dans la structuration des connaissances a posteriori, alors que Bacon évite d’y recourir en se limitant aux seules ressources offertes par l’expérience. Mais au-delà des généralités qui font contraster ces deux approches quant au fondement de la connaissance, partageraient-elles une certaine similarité quant au sens à donner à la notion d’expérience ? Il s’avère que Leibniz rejoint en quelque sorte les préoccupations de Bacon en tentant de circonscrire différents types de savoir empirique, principalement deux : l’un qui s’apparente à l’expérience simple ou vague, sur lequel la science pourrait difficilement se fonder – puisqu’il comporte trop de confusion – l’autre qui se rapproche de l’expérimentation structurée, fournissant les données essentielles à une description générale de la nature –, mais qui nécessite un travail essentiel de l’intellection. Nous avons souligné que cette distinction conceptuelle ne s’était pas traduite chez Leibniz par un usage bien établi qui délimiterait les termes d’experientia et d’experimentum20. Pourtant, la théorisation qu’il propose ne laisse aucun doute quant à sa volonté d’instituer une doctrine de l’expérience renfermant divers genres de connaissance. Sans recouper étroitement la dichotomie baconienne, les réflexions de Leibniz visent plus ou moins un même objectif : doter la science d’une méthode de découverte apte à saisir le particulier et à l’élever au niveau des principes empiriques communs.

  • 21 Meditationes, A, VI, 4, 586 ; Paraenesis de scientia generali tradenda, A, VI, 4, 973.
  • 22 Nouveaux Essais, 3.10.1-17, A, VI, 6, 340-345.

12Les conditions cognitives de la connaissance distincte dans le champ de l’expérience apparaissent à la suite de la typologie des notions, déjà présentée dans le troisième chapitre. Nous avions alors délibérément laissé en suspens la question des genres de la connaissance empirique qu’il faut maintenant reprendre. Examinons d’abord la catégorie la moins parfaite identifiée par Leibniz, notamment dans les Meditationes : au plus bas niveau se situe la connaissance obscure qui s’opère au moyen de notions ne permettant pas à l’esprit de reconnaître la chose représentée. Les Meditationes fournissent deux exemples de concepts obscurs : les notions issues de souvenirs vagues et les termes plurivoques, tel celui de cause employé de diverses manières dans la philosophie aristotélicienne21. Deux raisons justifient cependant l’abandon d’un examen approfondi des notions obscures dans leur rapport à la doctrine de l’expérience : d’abord, il serait impossible de les tenir pour de réelles sources de vérité dans les domaines de la science et de la philosophie, car elles n’obéissent nullement aux conditions requises pour délimiter un objet de recherche ; ensuite, la notion obscure ne découle pas explicitement d’une faculté cognitive, soit de la sensation ou de l’intellection, mais paraît surtout résulter d’abus de langage22. La signification qu’elle renferme n’autorise aucune référence actuelle à un objet, ce qui justifie amplement son rejet hors du sein de la véritable connaissance.

  • 23 Dans la Nova Methodus discendae docendaeque jurisprudentiae, Leibniz distingue deux types de quali (...)
  • 24 « Suivant cette notion que vous donnez de l’idée distincte je ne vois point le moyen de la disting (...)
  • 25 « Primae notiones quarum combinatione fiunt caeterae aut sunt distinctae aut confusae ; distinctae (...)

13Le cas du second type de connaissance identifié par Leibniz s’analyse autrement : le contenu épistémologique des notions claires, par comparaison avec les notions obscures, est déjà beaucoup plus positif : la connaissance par notions claires se forge précisément à partir de propriétés que la tradition a désignées sous le nom de qualités sensibles ou secondes. Désormais, l’esprit dégage suffisamment de clarté pour se représenter un objet de façon sensible et possède les moyens de le désigner correctement. Plusieurs caractéristiques expérimentales sont ainsi réunies, visant la reconnaissance d’une chose ou d’une qualité particulière : 1/ les notions claires concernent exclusivement les données de la sensation23. Leibniz le répète à de nombreux endroits : par souci de distinguer les notions claires des notions qui sont liées, en tout ou en partie, aux principes a priori, la connaissance du second type demeure entièrement a posteriori. En ce sens, la connaissance par notions claires représente un acte pur de sensation, sans qu’intervienne la faculté intellective24 ; 2/ les notions claires sont impropres à une connaissance distincte des choses représentées, bien qu’elles puissent néanmoins exprimer proprement les qualités secondes dans la sensation. C’est pourquoi Leibniz les nomme également qualités occultes, car l’esprit doit toujours se rapporter à un acte de dénotation dans l’expérience sensible25 pour les différencier l’une de l’autre. Pour reconnaître une propriété sensible, nous procédons inévitablement par référence dans l’expérience vécue ; de sorte que la reconnaissance d’une telle qualité doit être perçue par un sujet pourvu d’organes sensoriels et ne peut être transposée distinctement dans le contexte objectif de la définition. En somme, malgré sa différenciation dans la sensation externe, la représentation des qualités secondes comporte toujours une grande part de confusion. Leibniz résume ces deux points dans la Lettre touchant ce qui est indépendant des Sens et de la Matière à Sophie Charlotte :

  • 26 Lettre à Sophie Charlotte, GP, VI, 499-500.

Nous nous servons des sens externes comme un aveugle de son bâton, suivant la comparaison d’un ancien, et ils nous font connaître leurs objets particuliers qui sont les couleurs, les sons, les odeurs, les saveurs et les qualités de l’attouchement. Mais ils ne nous font point connaître ce que c’est que ces qualités sensibles, ni en quoi elles consistent. […] Ainsi on peut dire que les qualités sensibles sont en effet des qualités occultes, et qu’il faut bien qu’il y en ait d’autres plus manifestes, qui les pourraient rendre explicables26 ;

143/ aucune science ne saurait se construire sur de tels contenus de connaissance : s’il existait une notion d’expérience vague dans l’épistémologie leibnizienne, elle se situerait sans contredit dans le contexte de la conception confuse par pures idées de la sensation. La principale critique que Leibniz adresse aux philosophies empiristes de son époque – on peut dans une certaine mesure évoquer les doctrines de Bacon, de Gassendi ou de Hobbes, mais on pense avant tout à celle de Locke – consiste à rejeter catégoriquement tout domaine de recherche scientifique qui s’appuierait sur le seul témoignage des sens. Leibniz n’éradique donc aucunement la connaissance empirique, loin de là, mais considère ce deuxième genre de connaissance comme une première assise qu’il s’agit de consolider avec d’autres outils analytiques. Pour rendre l’expérience efficace, il faut absolument qu’elle soit accompagnée de notions plus distinctes, émanant de l’entendement. Les Nouveaux Essais notent cet aspect de la doctrine leibnizienne :

  • 27 Nouveaux Essais, 4.3.8, A, VI, 6, 382-383.

Les idées des qualités sensibles sont confuses, et les puissances, qui les doivent produire, ne fournissent aussi par conséquent que des idées où il entre du confus : ainsi on ne saurait connaître les liaisons de ces idées autrement que par l’expérience qu’autant qu’on les réduit à des idées distinctes, qui les accompagnent, comme on a fait (par exemple) à l’égard des couleurs de l’arc-en-ciel et des prismes27.

  • 28 Pour Locke, les idées provenant d’un seul sens, par exemple les couleurs ou les sons, constituent (...)
  • 29 Essay, 2.8.1-17, 132-138.
  • 30 Dans les Nouveaux Essais, Leibniz soulève la possibilité de comparer les qualités sensibles, par e (...)
  • 31 Essay, 2.8.14-26, 137-143.
  • 32 Les perceptions externes et internes d’où proviennent respectivement les idées de la sensation et (...)

15Leibniz opte en fait pour une thèse intermédiaire à l’égard du savoir empirique : d’une part, il exclut un empirisme strict à la manière de Locke. Ce dernier croyait possible un travail d’analyse qui discernerait de façon adéquate tant les qualités primaires que les qualités secondaires28. La distinction par idées simples s’appliquerait également chez Locke aux deux genres de qualités : tant la perception d’une couleur ou d’un son que celle de l’étendue ou du mouvement s’interpréteraient en termes d’idée simple29. En contrepartie, Leibniz n’explique pas la représentation des qualités premières, objets principaux d’une science phénoménale, par le seul moyen des sens. Il est certes vraisemblable de reconnaître une chose particulière et de la comparer à un autre individu de même nature à partir des qualités obtenues par la sensation30, mais à nouveau cet exercice de comparaison repose uniquement sur la perception subjective des objets de la représentation. Une épuration du champ expérimental est nécessaire, impliquant par conséquent la transformation intellective des qualités sensibles. Au delà de la division entre les qualités premières et les qualités secondes, et de la tentative de réduire les secondes aux premières31, Leibniz écarte quant à lui toute possibilité de confondre ces deux catégories de la cognition en un même modèle explicatif. Lorsque l’esprit conçoit par l’unique voie de la sensation, il s’enfonce dans le particulier, c’est-à-dire dans la confusion. Dans ces conditions, même si notre expérience se sert abondamment des qualités sensibles, elles ne sont, à l’état purement sensible, d’aucune utilité à l’intérieur des disciplines scientifiques. La sensation sert simplement à distinguer et à reconnaître les objets dans l’expérience vécue, non à en définir l’essence de manière nominale. Pour Leibniz, le critère de distinction définitionnel n’émanerait jamais de la perception sensible, si ce n’était de la médiation de l’entendement qui en garantirait une structure synthétique. En définitive, l’erreur fondamentale commise par tous les philosophes empiristes consiste à n’avoir proposé qu’un seul schéma explicatif qui amalgame forcément le sensitif et le réflexif32, sans pouvoir réellement les positionner selon leur valeur épistémologique spécifique, à partir des catégories de l’a priori et de l’a posteriori.

  • 33 Principia philosophiae, VIII, 5-6.
  • 34 Cf. Discours de la méthode : « Premièrement, j’ai tâché de trouver en général les Principes ou Pre (...)
  • 35 Par exemple, chez Malebranche, les sens sont uniquement utiles dans la pratique, afin de connaître (...)
  • 36 « Mais pour revenir aux Vérités nécessaires, il est généralement vrai, que nous ne les connaissons (...)

16D’autre part, il apparaît évident que Leibniz n’entend nullement s’appuyer sur les seuls moyens de l’entendement pour édifier une science des phénomènes : notamment contre le cartésianisme, Leibniz atteste l’importance de la perception sensible comme contribution essentielle aux sciences naturelles. On se souvient que Descartes avait éliminé, dans une tentative de fonder la science sur la certitude, les sources d’obscurité et de confusion qui provenaient pour une bonne part des facultés imaginaires et sensitives33. Dans ces circonstances, l’expérience devenait profitable uniquement lorsqu’une connaissance rationnelle était d’ores et déjà établie, c’est-à-dire quand celle-ci confirmait dans le particulier la validité des principes généraux conçus par idées innées34. C’est la raison pour laquelle l’épistémologie cartésienne, trop radicale aux yeux de Leibniz, se discrédite d’emblée, dans la mesure où elle commet une erreur équivalant à celle des empiristes, mais dans une perspective inverse : la tradition cartésienne a absorbé l’empirique dans le rationnel sans délimiter des concepts explicatifs propres à chaque mode de cognition35. Il est vrai que la connaissance rationnelle, même pour Leibniz, s’exprime de manière plus autonome, en ce qu’elle atteste par soi les vérités d’ordre nécessaire36 ; mais elle demeure quand même insuffisante lorsqu’il s’agit d’appliquer ces principes au domaine de la réalité contingente. Les ressources de l’expérience ne serviraient pas simplement à entériner les principes connus a priori ; elles auraient à compléter et à actualiser les données de l’entendement, lesquelles fourniraient un matériau indispensable pour la description des êtres phénoménaux.

  • 37 Meditationes, A, VI, 4, 586.
  • 38 Cf. Loemker (1973c), 161.
  • 39 Logica de notionibus, A, VI, 4, 1297-1298.

17C’est pour cela que la catégorie des concepts clairs se divise à son tour en deux genres différents : d’un côté, les notions confuses exprimant les qualités sensibles et issues de la seule sensation, de l’autre, les notions distinctes résultant d’une jonction entre la faculté sensitive et la faculté intellective37. Seules ces dernières rempliront les conditions suffisantes pour concevoir une science empirique féconde et structurée. On aperçoit tout de suite le parallèle à établir avec la doctrine baconienne de la science : dans un premier temps, exiger d’une théorie de l’expérience une organisation de telle sorte qu’elle ne se réduise pas à la simple sensation ; dans un deuxième, filtrer l’horizon expérimental pour n’en retenir que les éléments essentiels afin d’obtenir des principes généraux, en vue de prédire les phénomènes naturels38. Mais là s’arrête toutefois l’analogie. La méthode empruntée par chacun dans l’établissement de l’expérimentation scientifique diffère grandement : Bacon tente d’ordonner les phénomènes de la nature par le principe d’induction, tandis que Leibniz conjugue à l’induction les moyens de la démonstration rationnelle39. Le point de désaccord essentiel réside en l’importance accordée aux principes spéculatifs ou rationnels ; pour Leibniz, un niveau suffisant de distinction s’acquiert grâce à l’entendement qui vient en quelque sorte guider l’expérience dans son travail d’investigation de la nature.

2. L’expérience distincte

18Au cœur de la théorie leibnizienne de la connaissance figure par ailleurs une notion, reprise de la tradition mais fortement transformée, qui demeure la principale contribution de cette dernière à l’histoire des conceptions modernes de l’expérience. La définition nominale joue non seulement un rôle clef pour l’épistémologie de Leibniz, mais encore pour notre propos, car elle constitue sans conteste la source première d’une connaissance distincte du contingent qui viendra s’agencer à la métaphysique de la substance pour assurer l’expression de l’individuel. Il faut à nouveau approfondir l’examen entamé dans le troisième chapitre à ce sujet. Nous avions établi deux caractéristiques principales des définitions nominales : 1/ la définition nominale s’assimilerait à ce que la tradition scolastique a nommé une description, plutôt qu’à une simple définition de nom. Pour Leibniz, une définition qui exprime la signification d’un terme se rapporte nécessairement à la chose définie, à défaut de quoi l’acception reposerait entièrement sur des conditions aléatoires ; 2/ tout comme pour la définition réelle, la définition nominale, puisqu’elle désigne d’évidence une entité réelle et n’énonce pas seulement le sens d’un terme, traduit la possibilité de cette entité, mais d’une façon partielle. Au lieu d’exprimer par elle-même la possibilité d’une chose, comme c’est le cas pour la définition réelle, la définition nominale contient seulement les propriétés suffisantes à la reconnaissance de la chose, laquelle doit prendre appui sur sa perception actuelle pour en désigner la possibilité.

19Qu’en est-il plus exactement des processus cognitifs qui sous-tendent l’élaboration des définitions nominales ? En effet, si la définition nominale se fonde sur une représentation actuelle de l’objet, il est clair qu’elle se construit à l’aide de conceptions de l’esprit s’instruisant à même l’expérience ; la définition nominale permet en conséquence d’expliciter des propriétés concrétisées dans la réalité. Pour mieux saisir la spécificité du point de vue de Leibniz sur cette question, il semble opportun de le contraster avec la méthode de Hobbes. Hobbes aurait soutenu, suivant l’interprétation qu’en donne Leibniz, la thèse selon laquelle les définitions nominales s’institueraient de manière entièrement arbitraire, sans lien direct ou oblique avec les contenus de connaissance que transmettent les facultés sensitive et mnémonique. Dans le De synthesi et analysi universalii, Leibniz contraint la méthodologie hobbesienne à passer pour un relativisme, ce qui en oblitère par le fait même toute valeur normative pour fonder la science :

  • 40 De synthesi et analysi universali, A, VI, 4, 542, trad. Rauzy (1998), 138-139 ; cf. aussi la lettr (...)

C’est également ainsi que l’on satisfait à la difficulté soulevée par Hobbes qui, voyant que toute vérité peut être démontrée à partir de définitions, et parce qu’il croyait que toute définition est arbitraire et nominale puisqu’il est en notre pouvoir d’imposer des noms aux choses, soutenait que même les vérités consistent en des noms et qu’elles sont arbitraires40.

  • 41 « Nam natura definitionis est, ut definiat, id est, determinet nominis definiti significationem, e (...)
  • 42 De corpore, 1.6.4-6 in Opera philosophica, I, 61-65; cf. Hungerland and Vick (1981), 73-80.
  • 43 La théorie hobbesienne de la connaissance se concentre pour l’essentiel sur les facultés de la sen (...)

20Pour dépasser les limites de la représentation sensible, Hobbes avait opté, il est vrai, pour un processus rationnel se façonnant à l’aide de définitions générales : ce processus de généralisation s’accomplissait dans le langage – à la façon des définitions de la géométrie – et il devait engendrer un ensemble de conventions terminologiques, résultant de décisions humaines41. On peut sans conteste remettre en question la validité de l’interprétation avancée par Leibniz, étant donné que Hobbes proposait à l’origine une méthode analytique de résolution des termes pour établir la généralité des noms ; et cette méthode s’appuyait en définitive sur les relations de ressemblance constatées dans l’expérience sensible42. La critique leibnizienne fait néanmoins apparaître une opposition évidente : d’abord, comme nous l’avons indiqué précédemment, Leibniz veut extraire du concept de définition nominale toute composante qui l’associerait à la simple définition de nom. Le nominalisme hobbesien aurait confondu les noms avec les choses au fondement de la signification pour finalement se rabattre sur les seuls moyens linguistiques. Certes, toute définition résulte de termes et y réfère, mais elle signifie toujours un objet d’où le sens tire son origine, de manière à lui conférer une valeur de vérité dans le contexte propositionnel. La définition ébauche obligatoirement une description de la chose, soit a priori dans les définitions réelles, soit a posteriori dans les définitions nominales. Ensuite, Leibniz rattache la problématique du nominal à des considérations épistémologiques que Hobbes semblait avoir délaissées, puisque le langage lui suffisait à établir l’ordre du général43. Il n’est évidemment pas question de minimiser l’importance pour Leibniz de l’analyse terminologique, mais pour justifier le fondement des définitions nominales, des réflexions d’ordre cognitif sont à ses yeux également capitales. Le conceptualisme leibnizien exige en réalité deux choses : d’une part, que l’on distingue deux ordres du discours, répartis entre les définitions réelles et les définitions nominales ; d’autre part, que l’on décèle les conditions épistémologiques selon lesquelles les définitions nominales seront déterminées.

  • 44 La règle XII des Regulae est consacrée à l’explicitation du sens commun (AT, X, 410-430) ; cf. Bey (...)
  • 45 Éthique, II, prop. XL, 120-121.
  • 46 Leibniz ne s’intéresse à la notion de sens commun qu’à une époque assez tardive, car le terme n’ap (...)

21Le problème principal avec lequel Leibniz est aux prises se résume facilement : comment la définition nominale intègre-t-elle à la fois le contenu a posteriori de la sensation et les principes a priori de la raison ? Il s’agit ici d’examiner le troisième genre de connaissance reconnu par Leibniz dans sa typologie. On l’a noté, la conception distincte s’atteint par l’application du rationnel dans le domaine du sensible. Or qu’advient-il du mélange des facultés d’où procédera la distinction rationnelle des données empiriques ? À certains endroits, Leibniz tente de déterminer la valeur de la mixité des genres de connaissance par la notion de sens commun. Cette notion épistémologique n’est pas nouvelle au XVIIe siècle : Descartes l’employait déjà, notamment dans les Regulae et la Dioptrique – en écho à une expression qu’on trouve également dans la philosophie péripatéticienne – pour amalgamer la faculté imaginaire à la perception intuitive44 ; elle s’apparente aussi au deuxième genre de connaissance différencié par Spinoza dans lequel les notions communes forment des contenus adéquats, mais non intuitifs de l’âme humaine45. Chez Leibniz, le sens commun apparaît dans quelques textes qui traitent des fondements cognitifs de la définition nominale46. Le commun et le nominal semblent dès lors se rejoindre, puisqu’ils relèvent ensemble les conditions épistémologiques de la science expérimentale. Reprenons le passage de la Lettre à Sophie Charlotte portant sur les qualités sensibles ou occultes et dans lequel est ensuite énoncé en quoi consiste le sens commun :

  • 47 Lettre à Sophie Charlotte, GP, VI, 500-501.

Et ce sont celles qu’on attribue au sens commun, parce qu’il n’y a point de sens externe auquel elles soient particulièrement attachées et propres. Et c’est là qu’on peut donner les définitions des termes ou mots qu’on emploie. Telle est l’idée des nombres, qui se trouve également dans les sons, couleurs, et attouchements. C’est ainsi que nous nous apercevons aussi des Figures qui sont communes aux couleurs et aux attouchements, mais que nous ne remarquons pas dans les sons. Quoiqu’il soit vrai que, pour concevoir distinctement les nombres et les figures mêmes, et pour en former des sciences, il faut venir à quelque chose que les sens ne sauraient fournir, et que l’entendement ajoute aux sens47.

  • 48 « C’est ce qu’on appelle l’imagination, laquelle comprend à la fois les notions des sens particuli (...)
  • 49 « Il y a donc trois rangs de notions : les sensibles seulement, qui sont les objets affectés à cha (...)

22Les contributions respectives des sens et de l’entendement sont clairement identifiées dans cet extrait ; mais il reste à comprendre comment le sens commun forme une entité distincte au sein de la cognition, puisqu’il donne lieu à des concepts ni purement sensitifs, ni entièrement intellectifs. Le sens commun entretient avec la connaissance sensible une relation intime parce qu’ils s’inscrivent tous deux dans l’imagination. La suite de la Lettre l’exprime sans équivoque : tant qu’elle se borne à une perception du particulier, c’est-à-dire à celle des qualités sensibles, la faculté imaginative renferme trop de confusion pour édifier un ordre définitionnel par notions claires et distinctes ; lorsqu’elle se tourne vers les représentations intellectives, elle se donne suffisamment de distinction et sera alors capable d’établir des définitions nominales48. La différence fondamentale entre l’imagination sensitive et l’imagination intellective réside en ce que la première dépend du sens externe, plongé dans le particulier, et que la deuxième dévoile la connaissance par le biais du sens interne, contenant des éléments dérivant d’une perception commune. Ainsi, il n’existe pas trois facultés distinctes qui rendent compte des différents types de connaissance – sensitive, commune et rationnelle –, mais deux seulement : d’abord, l’entendement, qui opère parfois seul, lorsqu’il saisit par exemple les principes de la métaphysique et de la morale, ensuite l’imagination, qui, elle, possède une double fonction : soumise à la sensation, l’imagination s’actualise autour des données du sens externe ; orientée vers l’entendement, elle conçoit des contenus généraux de pensée appliqués au sensible. L’esprit conçoit donc trois catégories de notion à partir de deux sources principales de connaissance, soit la sensible et l’intelligible49.

  • 50 L’analyse de la couleur verte par le biais des couleurs jaune et bleu atteste l’introduction de la (...)
  • 51 « […] ces idées sensitives dépendent du détail des figures et mouvements et les expriment exacteme (...)

23L’importance du sens commun au sein de la doctrine leibnizienne provient du rôle qu’il est appelé à jouer au fondement d’une connaissance empirique. Il n’est certes pas question de distinguer le sens commun en tant que faculté autonome, puisqu’on ne saurait le dissocier entièrement de l’imagination. Il n’empêche que le sens commun fait surgir les conditions de possibilité de l’expérience distincte, car l’imagination y perçoit les objets des sens en s’appuyant sur les concepts rationnels de l’entendement. Une représentation commune de la couleur, par exemple, résulterait d’une jonction conceptuelle, superposant les notions de figure et de grandeur intellectives aux perceptions sensibles de différentes teintes, du bleu ou du vert, de façon à assurer les comparaisons généralisées et quantifiables entre propriétés empiriques du même type50. Dans le cas contraire, l’imagination s’en tiendrait à une appréhension confuse de ces qualités sensibles, car les similarités se dégageraient de l’unique expérience vécue et confuse. Il ne faut donc pas s’y méprendre : l’imagination est apte à concevoir les idées de l’entendement, seulement elle le fait souvent par l’entremise de contenus conceptuels sensibles. Le sens interne prend sa source dans des notions rationnelles et les dirige vers les choses sensibles. L’avantage principal que présente cette transposition des données sensitives dans le rationnel réside dans la possibilité de quantifier ce qui demeurerait purement qualitatif : l’imagination intellective détermine la grandeur, le mouvement ou la masse au sein des objets de perception sensible à l’aide des concepts premiers51. L’emploi de concepts rationnels pour énoncer les contenus de la sensation permet d’appliquer les processus définitionnels et démonstratifs aux choses naturelles, comme le réitèrent les Nouveaux Essais :

  • 52 Nouveaux Essais, 2.5.1, A, VI, 6, 128.

Ces idées qu’on dit venir de plus d’un sens, comme celles de l’espace, figure, mouvement, repos, sont plutôt du sens commun, c’est-à-dire de l’esprit même, car ce sont des idées de l’entendement pur, mais qui ont du rapport à l’extérieur, et que les sens font apercevoir ; aussi sont-elles capables de définitions, et de démonstrations52.

  • 53 Dans les Generales inquisitiones, Leibniz mentionne que les propriétés sensibles sont des termes d (...)
  • 54 La distinction s’associe nécessairement à la généralisation définitionnelle, tant sur le plan du r (...)

24Une médiation est donc toujours nécessaire à la perception du sensible dans le sens commun ; c’est ce qui, selon notre analyse du premier chapitre, éloignait la philosophie leibnizienne de la plupart des nominalistes médiévaux et modernes qui avaient adopté, sur ce point, un réalisme épistémologique ou direct au regard de l’expérience sensible. Le sens commun ne saurait percevoir directement le particulier de manière distincte, mais toujours à l’aide de principes a priori. Le sens externe ne transmet pas une information par laquelle le sens interne concevrait l’essence objective des entités réelles53. Leibniz paraît somme toute cohérent lorsqu’il est question de saisir le particulier ou l’individuel : de la même manière que la métaphysique de la substance nécessite l’explication de notions abstraites qui expriment les attributs essentiels à la substance, le particulier se conçoit distinctement dans l’expérience au moyen de contenus généraux liant l’empirique au rationnel54. En occurrence, le sens commun procède selon une double intervention, imaginative et intellective, pour conférer de la généralité aux définitions nominales.

25Mais à quoi servent les notions empiriques du sens commun en comparaison de la représentation purement réflexive ? On est en droit de se demander, à ce stade-ci, si la fonction de l’expérience, à l’instar de ce que Descartes présumait, se réduit à confirmer les vérités éternelles et universelles déjà démontrées par l’intellection. En effet, l’établissement des définitions tant réelles que nominales est garanti par la saisie des qualités premières, étant donné qu’une science qui opère selon les seules qualités secondes demeure objectivement impossible. La distinction notionnelle procède des qualités premières, tandis que la confusion émane toujours des qualités sensibles comme le rappelle Leibniz dans les Nouveaux Essais :

  • 55 Nouveaux Essais, 2.8.9, A, VI, 6, 130.

Je crois qu’on pourrait dire que lorsque la puissance est intelligible, et se peut expliquer distinctement, elle doit être comptée parmi les qualités premières ; mais lorsqu’elle n’est que sensible et ne donne qu’une idée confuse il faudra la mettre parmi les qualités secondes55.

  • 56 « Il ne faut point s’imaginer, que ces idées comme de la couleur ou de la douleur soient arbitrair (...)
  • 57 Consilium de encyclopaedia nova conscribenda methodo inventoria : A, VI, 4, 347-348 ; pour une ana (...)
  • 58 « Qualitates autem istae vel sunt simplices, quae describi non possunt, sed ut cognoscantur sentir (...)
  • 59 Leibniz note dans une lettre à Bourguet que l’expérience humaine en demeure souvent au niveau de l (...)

26On sait que les qualités premières imaginées par le sens commun permettent l’explication distincte des propriétés sensibles ; on y parvient en utilisant les notions mécaniques dans la connaissance des propriétés sensitives permettant d’en quantifier le contenu qui appartenait au départ à la sphère strictement sensible et qualitative : les qualités sensibles de couleur se quantifieraient à l’aide des principes rationnels de figure et d’étendue. Qu’est-ce qui différencie alors les qualités premières conçues par l’imagination et celles qui sont contenues dans le seul entendement ? Il faut d’abord souligner que le lien entre les qualités secondes et la nature n’est pas, d’après Leibniz, purement arbitraire : il existe un fondement réel qui coordonne l’ordre du sensible, lequel s’exprime de manière appropriée en relation avec les notions primaires56. Il ne s’agit donc pas de réduire les secondes aux premières, comme Descartes a semblé l’insinuer, mais plutôt d’incorporer les notions sensibles à l’analyse des principes rationnels : en réalité, l’usage fondamental des contenus de la sensation consiste non pas à confirmer, mais bien à compléter ceux de l’entendement dans la conceptualisation des réalités concrètes. Sans l’apport de l’expérience, la science serait amputée d’une bonne part des données qui rendent possible l’explication d’un nombre incalculable d’essences réelles de type phénoménal. Les vérités formelles ou nécessaires sont certes premières, mais plusieurs disciplines scientifiques renfermeraient de graves lacunes si elles étaient privées des ressources de la sensation. Par exemple, le Consilium de encyclopaedia nova conscribenda methodo inventoria souligne que les disciplines qui traitent des combinaisons chimiques des corps ou celles qui portent sur la génération et la corruption des parties organiques deviendraient en fin de compte inopérantes, car elles n’intégreraient nullement les faits observés et traduits dans l’expérience d’où elles tirent en grande partie leur contenu conceptuel57. La recherche des différentes structures chimiques exige certaines données expérimentales, lesquelles permettront de procéder à des différenciations génériques ou spécifiques ; ainsi, les qualités sensibles de couleur ou de son pourront, par exemple, servir à distinguer les catégories de métaux, tandis que ces mêmes qualités jointes à des propriétés tactiles contribueraient à différencier les espèces végétales. Leibniz identifie même dans le Consilium une discipline entièrement consacrée à la description des qualités sensibles : la Pœographia sert pour l’essentiel à traduire les qualités sensibles en contenus définissables et descriptibles par le biais de notions géométriques et mécaniques. De cette façon, les qualités de couleur, de son ou d’odeur se définissent en termes de solidité, de fluidité ou de mouvement puisqu’elles sont interprétées depuis des principes mécanistes58. L’importance des notions empiriques se justifie en ce qu’elles contribueront à l’avancement des sciences naturelles ; la perception des qualités sensibles procure de toute évidence des contenus de pensée nouveaux essentiels à la recherche scientifique59.

  • 60 Nouveaux Essais, 3.4.16, A, VI, 6, 299.

27Il faut davantage s’intéresser à l’acte cognitif qui rend possibles les notions empiriques distinctes, les catégories génériques et spécifiques naturelles, et qui exprime la manière dont les principes de la raison s’agencent aux données sensibles dans l’élaboration des définitions nominales. L’exemple de la notion nominale d’or est encore une fois utilisé par Leibniz pour illustrer cette opération : de prime abord, on constate que la notion d’or incarne un contenu de connaissance mixte, c’est-à-dire composé, ébauché aussi bien à l’aide de propriétés primitives que de qualités sensitives. Autrement dit, l’esprit ne parviendrait pas à démontrer la possibilité de cette essence par les seuls moyens de la raison. Les qualités premières de figure, de grandeur et d’étendue demeurent en effet nécessaires à la définition de l’or, mais d’autres notions doivent y être rattachées pour atteindre une description suffisamment distincte : la fusibilité et la malléabilité d’un corps sont également constitutives de cette essence, propriétés qui se quantifient à partir du schéma expérimental appliquant les notions géométriques et mécaniques aux qualités sensibles60.

28Il s’agit ici de dégager un élément important de la théorie leibnizienne de l’expérience : la composition notionnelle du terme d’or englobe des propriétés confuses, les qualités sensibles – notions conçues clairement, mais non distinctement dans la sensation externe –, mais puisqu’elles servent à la construction nominale d’une espèce qui est jointe au rationnel, la définition obtenue devient dès lors distincte. Les composantes de la définition nominale ne sont pas toutes énoncées de façon distincte, mais l’ensemble conceptuel l’est de manière suffisante. Les idées de la sensation, de nature confuse quand elles sont isolées, deviennent en quelque sorte distinctes lorsqu’elles sont transposées dans un contexte définitionnel, et accompagnées de notions rationnelles. C’est le cas des propriétés de fusibilité et de malléabilité qui composent la notion empirique mixte d’or : les sensations nous font constater que l’or fond au contact d’un certain degré de chaleur ou que ce même corps montre une certaine souplesse, mais il faut absolument traduire ces qualités en données quantifiables. D’où la nécessité de recourir aux qualités premières de grandeur, de mouvement ou de figure pour mesurer exactement le degré quantitatif de la fusibilité et de la malléabilité. En modelant les principes a priori sur les notions a posteriori de manière à élaborer une définition nominale de l’or, le sensible recouvre tout bien considéré une validité épistémologique. La perception distincte des réalités concrètes rend possible une science des phénomènes qui instituera les différenciations spécifiques, dont celle qui distingue l’essence générale d’or des autres types de métaux à partir des qualités sensibles quantifiées depuis les qualités premières.

  • 61 Loemker résume parfaitement la thèse leibnizienne: « Leibniz’s empiricism centers in the problem o (...)
  • 62 Nouveaux Essais, 2.1.2, A, VI, 6, 110-111.

29Résumons les caractéristiques de l’expérience ou de l’expérimentation distincte d’où émanent les définitions nominales : 1/ bien que l’analyse des qualités sensibles ne soit pas possible au sein de la sensation externe, à l’aide des seules qualités secondes, elle devient toutefois envisageable lorsque ces notions sont perçues par le sens interne, c’est-à-dire dans le sens commun. Le rejet d’un empirisme strict – dont l’exemple typique reste sans conteste la théorie lockienne – n’empêche nullement Leibniz de considérer comme valable l’analyse des notions empiriques, tant et aussi longtemps qu’elles intègrent ses critères quantifiables qui s’appuient sur des principes a priori61. Le sens commun opère par la superposition des deux ordres de notions, laquelle permet une rationalisation des vérités de fait. Autrement, l’expérience s’en tiendrait à une description par et dans le particulier, sans jamais édifier la connaissance à un niveau suffisant de généralité, à savoir, pour Leibniz, l’élever à un degré satisfaisant de distinction ; 2/ le sens commun qui construit les définitions nominales trouve dans la représentation des qualités mécaniques les moyens de distinguer les diverses qualités sensibles. L’opposition devenue classique entre les qualités premières et secondes se répercute sur la différenciation entre la connaissance intellective et la connaissance imaginative ; ces deux types de la cognition se structurent certes à partir de l’expression des qualités premières, mais en ce qui a trait au discernement dans le sens commun, on remarque une projection des notions de l’entendement dans le concret pour que l’esprit puisse extraire les composantes distinctes de la perception externe ; les qualités sensitives seront de cette manière quantifiables. La célèbre formule de Leibniz – nihil est in intellectu quod non fuerit in sensu, excipe : nisi ipse intellectus62 – prend alors un sens particulier en théorie de la cognition, eu égard à la jonction du sensible et du rationnel à l’intérieur du sens commun, puisqu’elle résume la fonction primordiale de l’entendement ; 3/ il ne faut finalement pas oublier que la notion distincte exprimée par la définition nominale comporte toujours une bonne part de confusion, compte tenu des éléments sensibles assimilés. La possibilité de la chose représentée par la notion distincte s’exprime de façon ultime grâce à la présence actuelle de l’objet : aucune définition nominale ne saurait contenir les réquisits propres à démontrer l’existence de la chose, puisqu’elle comporte seulement les réquisits suffisants à en reconnaître et à en distinguer la nature spécifique. Les conditions d’émergence des vérités de fait étant réunies, il reste encore à savoir de quelle manière s’opère la science qui découle de l’organisation empirique et quelles conclusions en tirer pour la connaissance des individus.

3. La science des phénomènes

  • 63 Russell (1901), 70-74, Adams (1994), 217-261.
  • 64 Garber (1985), Fichant (2003), Phemister (2005), 81-103.

30Parmi les entités incluses dans la métaphysique leibnizienne, le phénomène est probablement celle qui cause aux interprètes contemporains le plus de difficultés. On pourrait expliquer le problème de la façon suivante : comment Leibniz arrive-t-il à concilier la réalité des phénomènes avec une ontologie qui semble d’emblée exclure tout ce qui ne relève pas de la substance simple ou monade ? Autrement dit, Leibniz entend-il réduire le domaine de l’être aux seules monades simples et indivisibles, reléguant par conséquent les substances composées, c’est-à-dire les corps perçus sous la forme de phénomènes, au rang de purs agrégats apparents, n’ayant en définitive qu’une existence conceptuelle, et non réelle ? La question a suscité plusieurs lectures, allant d’interprétations strictement idéalistes, qui ont tenté de concevoir les corps en tant qu’épiphénomènes63, jusqu’à des analyses qui ont essayé de montrer que l’ontologie leibnizienne tendait au contraire vers un réalisme des essences phénoménales, selon l’évolution de sa pensée64. Le problème du phénomène importe toutefois dans la mesure où il influe sur la discussion entamée jusqu’ici : il ne s’agira pas pour nous d’élucider si Leibniz accorde ou non un statut ontologique particulier au phénomène ; cette question dépasse largement la portée d’une analyse du champ expérimental leibnizien. Il nous faudra plutôt insister sur les modalités de la science des phénomènes. La métaphysique leibnizienne des corps sera retenue principalement parce qu’elle met en lumière la théorie de l’expérience qui y est sous-jacente. Une question se révélera importante : en quoi consistent ces objets complexes de la représentation que sont les substances corporelles, comprises en tant que phénomènes ?

31Qu’est-ce qu’un phénomène sur le plan épistémologique ? On constate de prime abord que le terme de phénomène, tout comme celui d’expérience, comporte une double signification dans le vocabulaire leibnizien : ou bien le phénomène renvoie à une propriété singulière de la substance simple, ou bien il s’associe aux formes substantielles et représente l’objet de recherche propre aux sciences naturelles. Dans le premier contexte sémantique, la manifestation phénoménale est considérée comme un événement contingent émanant de l’essence singulière d’une substance et s’assimile à la catégorie classique d’accident. Dans le Discours de métaphysique, Leibniz explique le problème de l’interaction entre substances par la doctrine de l’expression qui coordonne ainsi les modifications factuelles de l’univers. Chaque substance exprime le même monde, mais de façon singulière, et c’est la raison pour laquelle les substances incarnent tous les phénomènes de la nature selon leur propre perspective :

  • 65 Discours de métaphysique § 14, A, VI, 4, 1550.

Or nous avons dit ci-dessus et il s’ensuit de ce que nous venons de dire que chaque substance est comme un Monde à part, indépendant de toute autre chose hors de Dieu, ainsi tous nos phénomènes, c’est-à-dire tout ce qui nous peut jamais arriver, ne sont que des suites de notre être, et comme ces phénomènes gardent un certain ordre conforme à notre nature, ou pour ainsi dire au monde qui est en nous, qui fait que nous pouvons faire des observations utiles pour régler notre conduite, qui sont justifiées par le succès des phénomènes futurs ; et qu’ainsi nous pouvons souvent juger de l’avenir par le passé sans nous tromper ; cela suffirait pour dire que ces phénomènes sont véritables sans nous mettre en peine s’ils sont hors de nous, et si d’autres s’en aperçoivent aussi65.

  • 66 Leibniz semble concevoir le phénomène, dans cette première acception, comme modification de toute (...)
  • 67 Discours de métaphysique § 13, A, VI, 4, 1546-1549.

32Ce passage du Discours contient évidemment en germe tout le débat concernant la nature ontologique du phénomène comme propriété en acte propre à chaque substance. Leibniz insiste cependant ici sur le caractère singulier du phénomène qui exhibe une propriété contingente. Chaque substance représente l’univers selon un certain point de vue et cette perspective constitue l’actualisation d’une série phénoménale particulière. Le phénomène actualisé résulte donc nécessairement d’une substance individuelle, comme l’évoque l’exemple de César : le passage du Rubicon ou la victoire contre Pompée à Pharsale sont des propriétés inhérentes à l’individu César, des phénomènes qui en expriment l’essence singulière. En ce sens, le phénomène s’apparente à un événement, à une modification contingente de la substance, c’est-à-dire à ce qui arrive à une substance individuelle et qui s’inscrit dans la suite de toutes les actions passées, présentes et futures qui la singularisent66. Comme nous l’avons reconnu, l’analyse complète de la notion de César s’obtiendrait par l’explication de tous ces phénomènes en acte, par l’ensemble des prédicats qui, en nombre infini, expriment le point de vue de cette substance sur le monde67.

  • 68 « Completum est, cujus conceptus omnia involvit praedicata ejusdem subjecti, ideoque est ipse subj (...)
  • 69 De synthesi et analysi universali, A, VI, 4, 544.
  • 70 Methodus physica, A, VI, 3, 455-456.

33Il faut néanmoins insister sur une autre spécificité : les phénomènes ou événements, suivant cette première signification, se dévoilent uniquement par voie expérimentale. L’extrait précédent l’énonce clairement : les phénomènes à titre de modifications événementielles de la substance se présentent sous la forme de faits observables. Sur le plan ontologique, il est possible de les ramener à la substance individuelle, comme prédicats intrinsèques et actualisés d’un être concret, mais dans le champ de la représentation, ces phénomènes constituent des manifestations accidentelles devant faire l’objet d’une conception a posteriori. En réalité, la description des phénomènes consiste à reconstituer l’histoire propre à chaque individu ou chaque personne par le témoignage des sens ou par celui d’autrui ; les facultés sensitive et mnémonique nous transmettent ainsi des informations relatives aux transformations chronologiques des différentes substances simples. On remarque donc que les conditions épistémologiques sont réunies afin d’accéder à un savoir historique ; le but premier de cette discipline est de restituer, autant que faire se peut, la série des actions individualisant un personnage dans l’Histoire. Les historiae de César ou d’Alexandre sont reproduites en rassemblant les phénomènes observés en les replaçant dans leur ordre probable d’occurrence68. Par la représentation des actualisations phénoménales d’un individu, Leibniz reconnaît en somme la source des vérités historiques. Il existe donc un domaine distinct de recherche, l’histoire, qui rapporte le récit des personnages importants : Leibniz se sert même à certains moments de l’expression d’historia phaenomenarum69 pour distinguer cette discipline des autres types de représentations, d’une part des sciences formelles et démonstratives, d’autre part du savoir expérimental qui vise plus directement les lois générales de la nature70. La discipline historique répertorie et ordonne les actions d’individus à l’aide de la mémoire qui en reste à une appréhension singulière et accidentelle des relations entre substances. Leibniz rappelle dans le Discours touchant la méthode de la certitude et l’art d’inventer que l’histoire exige une méthodologie pour répertorier les faits et ensuite mieux les décrire et les comparer :

  • 71 Discours touchant la méthode de la certitude et l’art d’inventer, GP, VII, 182.

Mais mon dessein n’est pas à présent d’expliquer en détail tout ce qu’il faudrait pour faire l’Inventaire Général de toutes les connaissances qui se trouvent déjà parmi les hommes. Ce projet quelque important qu’il soit pour notre bonheur, demande trop de concourants, pour qu’on le puisse espérer bientôt sans quelque ordre supérieur : outre qu’il va principalement aux observations et vérités historiques ou faits de l’histoire sacrée, civile ou naturelle, car ce sont les faits qui ont le plus besoin des collections, autorités et inventaires, et la meilleure Méthode qu’il y a, c’est d’y faire le plus de comparaisons qu’on peut et des indices les plus exacts, les plus particularisés et les plus diversifiés qu’il est possible71.

  • 72 « L’existence réelle des êtres qui ne sont point nécessaires est un point de fait ou d’Histoire, m (...)
  • 73 Discours, GP, VII, 175 ; ces procédés démonstratifs sont également évoqués dans une lettre à Burne (...)
  • 74 Nova methodus, A, VI, 1, 313-324.

34La connaissance historique de l’individuel est par conséquent possible : elle prend appui sur les données factuelles incarnées dans la singularité de chaque substance individuelle et elle essaie de reproduire un ordre chronologique des événements notables, analyses rendues possibles par la faculté mnémonique72. Leibniz envisage même des procédés démonstratifs et une logique du probable pour atteindre une plus grande rigueur dans l’étude historique, qui s’ajusterait à la particularité de la mémoire73. En cela, la théorisation des manifestations fondamentales de la substance individuelle, bien qu’elles demeurent inaccessibles par voie a priori, retrouve une valeur épistémologique en tant qu’objet premier de la discipline historique. Étant lui-même historien, Leibniz n’entendait pas ainsi négliger les moyens de l’érudition qui mènent à l’explication des individualités marquantes de l’Histoire ; l’intérêt de Leibniz pour l’histoire des idées et de la philosophie n’est également pas à remettre en question, tant l’étude de la tradition a joué un rôle de premier plan dans le développement de sa propre pensée. De plus, la connaissance historique importe pour des disciplines pratiques comme le droit ; l’histoire du droit romain ou du droit canonique sert grandement à la construction d’un système juridique moderne. Davantage qu’une représentation réelle et appropriée de l’individualité, les notions historiques aident à orienter les discours politiques et juridiques qui prennent appui sur la description des phénomènes passés importants74.

  • 75 Selon Yvon Belaval, les limites inhérentes à la recherche historique ne l’excluent pas du domaine (...)
  • 76 « Car on trouverait que cette démonstration de ce prédicat de César n’est pas aussi absolue que ce (...)
  • 77 Monadologie § 26, GP, VI, 611.

35Toutefois, l’histoire des phénomènes comporte un défaut majeur : si l’on en reste à l’expression des phénomènes historiques, seule la recherche de propositions particulières à l’origine des événements sera concevable, alors qu’une science générale des lois causales permettrait d’atteindre une plus grande distinction. Lorsqu’il s’agit d’instituer une ars inveniendi à l’égard des phénomènes naturels, la science est tenue de parvenir à un niveau plus élevé d’universalité, niveau que le savoir historique ne saurait atteindre. Non seulement l’histoire n’est pas apte à fournir des principes rationnels se rapportant à la nature des individus, ce qui semblait d’emblée évident, mais encore la fonction descriptive de la mémoire comporte trop de confusion pour arriver à prédire les phénomènes futurs à partir de lois empiriques, ce que la science est nécessairement appelée à réaliser75. Comme le souligne le Discours de métaphysique, l’esprit humain devrait le cas échéant être en mesure d’expliquer de manière adéquate les décrets divins suivant le principe du meilleur qui règle les futurs contingents et détermine la conduite des individus76. En réalité, la mémoire en reste à une saisie fragmentaire des phénomènes temporels et à une anticipation souvent moins que probable des événements futurs77. Sans prétention prédictive, mais seulement descriptive et particulière, les analyses contingentes de la discipline historique peuvent difficilement se faire assigner une valeur strictement scientifique. L’histoire somme toute rend compte du vécu actualisé des substances humaines, mais ces explications partielles n’atteindront jamais le degré de certitude suffisant pour instaurer une science naturelle des événements individuels.

36La philosophie leibnizienne emploie du reste le terme de phénomène selon une deuxième signification. En plusieurs endroits, le phénomène ne désigne plus l’affection accidentelle de la substance du point de vue de l’histoire des individualités humaines relatée par l’entremise de la mémoire, mais le phénomène commun à tous les corps ou à certaines organisations génériques et spécifiques de la matière. Dérivant également de l’ordre expressif entre substances, le phénomène de cette nature exprime à présent des similitudes empiriques, traduisibles sous la forme de lois causales générales :

  • 78 Sur le principe de raison § 9, C, 14, trad. Rauzy (1998), 475-476.

Mais il n’y aurait aucun ordre parmi ces substances simples qui n’ont aucune influence les unes sur les autres, si elles ne se correspondaient pas mutuellement. Il est donc nécessaire qu’il y ait entre elles un rapport de perceptions, c’est-à-dire de phénomènes, qui permettent de connaître les différences respectives de leurs modifications selon le temps et l’espace ; car tous les deux, le temps et le lieu, constituent l’ordre des existants successifs et simultanés. Il s’ensuit également que toute substance simple représente l’agrégat des choses externes et que dans ces choses externes, mais qui doivent être représentées de diverses manières, consistent conjointement la diversité et l’harmonie des âmes. Or chaque âme représentera prochainement les phénomènes de son corps organique et de manière éloignée également ceux des autres corps qui agissent sur le sien78.

  • 79 La suite du Discours de métaphysique se lit ainsi « Cependant il est vrai que les perceptions ou e (...)

37L’extrait précédent mentionne deux éléments essentiels de la théorie leibnizienne du phénomène : d’abord, il s’agit ici d’une manifestation corporelle exprimant les modifications substantielles, comme phénomènes externes modelés par des structures causales générales, instaurées dès l’origine par la puissance divine. Non seulement Dieu détermine-t-il les changements intrinsèques particuliers à chaque individu par décrets singuliers – que l’entendement humain perçoit principalement comme une suite chronologique de manifestations événementielles –, mais aussi l’ordre universel d’entre-expressions, concevable en maximes subalternes ou lois causales de la nature79. On remarque que ce type de phénomène, signifiant l’ordre générique ou spécifique d’un ensemble de substances corporelles, s’harmonise amplement avec les outils cognitifs issus du sens commun et, ainsi, s’accorde avec les conditions de la science empirique. Ensuite, de telles modalités phénoménales doivent s’interpréter à partir d’un schéma explicatif sui generis : on ne saurait en effet aboutir au même appareil conceptuel a priori utilisé pour analyser l’ordre ontologique du substantiel. La science empirique s’inspire des principes rationnels, mais, comme nous l’avons désormais clarifié, elle accroît les connaissances du monde, moyennant l’inclusion des qualités sensibles dans l’explication causale des phénomènes. Les Nouveaux Essais le rappellent d’une façon on ne peut plus claire :

  • 80 Nouveaux Essais, 4.2.14, A, VI, 6, 374-375.

De sorte que je crois que le vrai Criterion en matière des objets des sens, est la liaison des phénomènes c’est-à-dire la connexion de ce qui se passe en différents lieux et temps, et dans l’expérience de différents hommes, qui sont eux-mêmes les uns aux autres des phénomènes très importants sur cet article. Et la liaison des phénomènes, qui garantit les vérités de fait à l’égard des choses sensibles hors de nous, se vérifie par le moyen des vérités de raison80.

38Les modifications selon le temps et l’espace représentent l’expression des structures naturelles qu’on parvient à saisir par des descriptions abstraites a posteriori, s’appuyant sur les principes de l’entendement. On le verra dans le prochain chapitre, pour Leibniz, le temps et l’espace sont des catégories métaphysiques secondes d’individualisation qui se fondent sur l’ordre expressif de succession et de coexistence des substances. Mais bien qu’elles résultent en dernière analyse des modifications internes de substances simples, les substances corporelles constituent, à certaines conditions épistémologiques, des phaenomena bene fundata, lesquels sont théorisés par les lois empiriques de la nature. Les phénomènes compris de cette manière émanent du substantiel, mais présentent à tout le moins un ordre explicatif distinct dont Leibniz reconnaît l’ancrage dans les substances corporelles. En somme, les phénomènes sont des agrégats corporels inscrits dans l’espace et le temps dont l’expérience distincte peut rendre compte adéquatement et ainsi les traduire en énoncés généraux.

  • 81 « The claim that the reality of bodies consists in the reality of the substances that are aggregat (...)
  • 82 Selon Daniel Garber, Leibniz aurait adopté un réalisme à l’époque du Discours de métaphysique, ava (...)
  • 83 « The notions of complexity and harmony are clearly connected in these statements with notions of (...)

39Il est vrai que la majorité des discussions relatives aux substances corporelles dans les récentes études leibniziennes se sont penchées sur la nature ontologique de telles entités : par exemple, les analyses de Robert Merrihew Adams ont visé pour l’essentiel à relever le caractère profondément phénoméniste, voire idéaliste de la métaphysique leibnizienne ; les formes substantielles des corps constituent des réalités en un sens faible, puisque ces dernières peuvent se ramener aux véritables entités ontologiques que sont les substances simples ou monades dont les modifications phénoménales sont nécessairement perceptives et appétitives81. Certaines autres interprétations ont au contraire insisté sur la spécificité des corps organiques, comme composés de monades et de matière seconde, qui constituent chez Leibniz des entités substantielles lorsqu’elles sont unifiées par une âme comme principe d’organisation82. Les débats actuels s’intéressent à la question de savoir si le phénomène est une pure apparence réductible au substantiel, une réalité en un sens faible, ou une véritable entité ontologique qui s’ajoute à l’ordre des substances simples. Tous s’entendent toutefois sur l’apport du phénomène dans la construction de la science, et c’est ce qui importe le plus pour notre propos : le phénomène conserve une valeur épistémologique primordiale dans l’institution de la science leibnizienne, attendu qu’il oriente les savoirs expérimentaux ; le phénomène délimite un objet de recherche dont la saisie dépend d’une conception empirique de la nature83. Leibniz utilise précisément l’expression phénomène bien fondé afin de distinguer cet objet de la science empirique des simples apparences sensibles et imaginaires qui présentent peu de similarité avec l’ordre des réalités naturelles. Que la forme substantielle émane ou non étroitement de la substance simple ou individuelle, il n’en reste pas moins vrai qu’elle est perceptible distinctement en termes de phénomène à l’aide de la connaissance empirique.

40Certains textes distinguent clairement le caractère spécifique du phénomène par rapport à d’autres types d’objet scientifique. En effet, la description des phénomènes, comme science hybride exigeant aussi bien l’apport des qualités sensibles que des principes rationnels, mène à un type distinct de représentation. Selon Leibniz, la science des phénomènes porterait sur le naturel, contrairement à la métaphysique qui traite de l’essentiel, comme il le souligne dans l’Entretien entre Philarète et Ariste :

  • 84 Entretien entre Philarète et Ariste, GP, VI, 583-584.

Mais on demande des définitions prises de l’essentiel des choses. Il est vrai qu’encore ces définitions prises de ce qui arrive naturellement (per se) peuvent servir, et qu’on peut distinguer trois degrés dans les prédicats, l’essentiel, le naturel, et ce qui est simplement accidentel ; mais en Métaphysique on voudrait des attributs essentiels, ou pris de ce qu’on appelle raison formelle84.

  • 85 Les Nouveaux Essais soulèvent également cette trichotomie : « Fort bien, et c’est dans ce sens, qu (...)

41Trois ordres sont par conséquent discernés : 1/ l’essentiel, qui constitue l’objet de la métaphysique et de la géométrie. Les disciplines formelles analysent les abstraits selon leurs caractères strictement nécessaires, ce qui débouche sur des vérités de raison. La définition réelle des attributs de la substance, tels qu’examinés précédemment, fait évidemment partie du type essentiel de connaissance ; 2/ le naturel, prédicat mixte, auquel on assimile le phénomène dans sa signification générale. Les sciences phénoménales décrivent également des abstraits, mais ceux-ci sont toutefois accessibles par voie expérimentale et représentent des données typiques, mais contingentes ; 3/ finalement, l’accidentel, qu’on associe à l’événement singulier, que la discipline historique, comme nous l’avons décrit, considère en relatant l’histoire des différentes substances individuelles. L’accidentel, contrairement aux deux autres types, serait de nature particulière, difficile à traduire en termes scientifiques généraux. En somme, les sciences phénoménales décrivent un contenu naturel, lequel s’énonce distinctement par des lois générales et quantifiables. Bien que le naturel se rapporte au contingent, il ne prend pas moins appui sur des représentations abstraites, au contraire de l’accidentel85.

42Or, quel critère Leibniz propose-t-il pour séparer le domaine des phénomènes réels de celui des pures apparences idéelles, qui ne sauraient être représentées de manière distincte ? Il ne suffit pas de fournir les conditions cognitives rendant possible la connaissance empirique – fixées autour des composantes de la définition nominale –, mais il faut encore analyser les modalités de l’expérimentation appropriée qui saura exprimer la possibilité existentielle du phénomène. Dans le texte intitulé De modo distinguendi phaenomena realia ab imaginariis, Leibniz présente un critère qui s’accorde avec les considérations épistémologiques notées précédemment : comme la possibilité de la chose représentée dans la perception empirique ne repose pas sur une analyse conceptuelle a priori, il faut tout de même organiser l’expérience de telle sorte qu’elle établisse la réalité concrète du phénomène. Selon Leibniz, l’authenticité du phénomène est attestée par le biais d’une série d’expérimentations qui en approuveront la notion distincte a posteriori. L’acceptation ou le rejet d’une définition empirique se justifie au vu de sa cohérence par rapport aux faits observés :

  • 86 De modo distinguendi phaenomena realia ab imaginariis, GP, VII, 320. Pour une analyse en profondeu (...)

Mais on peut renvoyer ce critère à une autre source de preuves, tirée des phénomènes précédents. Le présent phénomène doit être conforme à ceux-ci, si, bien entendu, ils conservent le même rapport, autrement dit si l’on peut rendre raison par celui-ci des précédents phénomènes, ou s’ils s’accordent tous avec la même hypothèse, comme raison commune. D’ailleurs, le critère le plus valide est un consensus avec la série totale de la vie, en particulier, si les autres pour la plupart affirment que la même chose s’accorde aussi avec leurs propres phénomènes […]86.

  • 87 La construction d’hypothèses a posteriori prend en grande partie appui sur ce critère de cohérence (...)

43Les vérités de fait s’établissent par un nombre suffisant d’expériences indiquant les propriétés communes du phénomène. Aussi, Leibniz mentionne que la certitude atteinte dans la description des phénomènes n’est que morale, et non métaphysique, mais que le procédé expérimental visant la cohérence dans la représentation des corps mène sans conteste à une perception distincte qui évacue toute composante purement imaginaire ou confuse. Les hypothèses retenues sont celles qui correspondent le mieux à la réalité, grâce à un ensemble d’observations qui les corroborent87. À nouveau, il s’agit de parvenir à la certitude morale qui se fonde tant sur des critères strictement cognitifs que sur une démarche expérimentale dans le but de valider la science des phénomènes réels, appelés avec raison phaenomena bene fundata.

  • 88 Cf. McRae: « Phenomena as objects of experience involve not only mathematical concepts but also me (...)
  • 89 Leibniz discute des procédés d’expérimentation sur le plan plus strict de la science, notamment de (...)

44Le rôle principal du phénomène – si l’on renonce à en questionner la réalité ontologique – s’inscrit par conséquent dans une démarche scientifique qui vise à établir un ensemble de lois causales générales qui expliqueront et prédiront les modifications survenant parmi les corps. Mentionnons en résumé les caractéristiques essentielles du corps phénoménal du point de vue de l’épistémologie : 1/ les déterminations spatiotemporelles du phénomène sont uniquement accessibles par la jonction des données empiriques et rationnelles : les phénomènes sont l’objet exclusif de représentation du sens commun qui unit ces deux domaines de la connaissance. La science expérimentale ne repose ni sur la seule analyse a priori, comme dans le cas des démonstrations de la géométrie, ni sur l’explication de l’individualité humaine à l’aide de récits historiques, mais sur l’élaboration de vérités de fait, conçues dans l’imagination intellective, laquelle rendra compte des futurs contingents par des lois empiriques abstraites. Découvrir l’ordre des raisons contingentes du monde consiste précisément à expliciter les propriétés phénoménales de manière causale, c’est-à-dire les propriétés générales externes des substances corporelles88 ; 2/ contrairement à la modification singulière et accidentelle de la substance individuelle, le phénomène corporel revêt d’emblée un caractère cognitif commun dans l’entendement : pour reconnaître et distinguer un phénomène de la nature, l’esprit doit nécessairement en concevoir les propriétés essentielles, sous peine de retomber dans une représentation confuse des qualités sensibles. Il est certes possible d’identifier un corps par un principe indexical de référence – problème auquel nous nous attarderons plus longuement dans le prochain chapitre. Mais lorsqu’il est question de la connaissance des substances corporelles, la perception devient distincte quand elle relève des propriétés abstraites, d’où l’agencement de traits particuliers dans des catégories générales ; 3/ en raison de leur nature commune, Leibniz associe les phénomènes corporels aux catégories du modèle générique examiné précédemment : les corps s’identifient aux genres et aux espèces qui permettent de les délimiter dans le monde selon leurs propriétés essentielles. La fonction assignée aux définitions nominales commande de réunir les réquisits suffisants pour la reconnaissance de la chose, ce qui veut principalement dire arriver à distinguer les espèces corporelles et organiques. Les similarités constatées entre phénomènes et l’organisation des corps en classes d’objets partageant certaines propriétés conduisent à l’élaboration de catégories génériques et spécifiques : par exemple, les propriétés de l’or circonscrivent une classe de phénomènes métalliques, une différenciation spécifique, suffisamment distincte de tout autre type de métaux ; 4/ la description des similarités phénoménales implique finalement de respecter une condition expérimentale de cohérence. Celle-ci garantit à la science expérimentale de dégager les seules entités naturelles possédant un fondement dans la réalité et d’éliminer tout élément simplement apparent et imaginaire89. La perception distincte des phénomènes réels s’acquiert à l’aide d’hypothèses factuelles qui se valident par une série d’observations permettant d’extraire les lois générales et quantifiables.

45Il faut donc retenir la fonction explicative du phénomène entendu comme substance corporelle ; que le phénomène représente ou non un épiphénomène par rapport à la substance simple, il n’en demeure pas moins que l’analyse leibnizienne des corps assemble les conditions théoriques requises pour l’établissement de la science expérimentale. Chaque type de substance implique des contenus conceptuels différents : la substance individuelle s’explicite par la série des phénomènes événementiels qui en racontent l’ordre événementiel ; en ce sens, les prédicats historiques expriment directement les modifications d’une existence substantielle, mais leur valeur de vérité en demeure cependant au niveau du particulier et ils ne parviennent pas à traduire les données empiriques de manière distincte. Au contraire, les substances composées font bel et bien l’objet d’une connaissance causale distincte ; les phénomènes corporels se coordonnent autour de notions génériques et spécifiques, qui s’explicitent à l’aide de définitions nominales. Que le phénomène soit réductible, du point de vue de la métaphysique, aux formes plus primitives de la substance, ou qu’il exhibe une réalité propre et distincte comme substance composée, cela importe peu pour notre étude : on constate à tout le moins que, selon une perspective cognitive humaine, les principes expérimentaux s’érigent depuis le phénoménal, permettant par le fait même de distinguer des espèces corporelles selon un critère de cohérence.

4. Le statut provisionnel des définitions nominales

  • 90 La Dissertatio de stylo philosophico Nizolii mentionne déjà la dichotomie entre les certitudes mét (...)
  • 91 L’induction seule ne saurait atteindre la certitude, car aucun principe rationnel n’articulerait l (...)

46Pour clore cet examen des principes relatifs à l’expérience chez Leibniz, il faut revenir sur la manière dont s’articulent les définitions nominales, car celles-ci révèlent un dernier aspect important particularisant la description des faits contingents. En cela, nous rejoignons un point soulevé précédemment, lequel a trait au genre de certitude qu’autorise l’expérience distincte. Il apparaît évident que le modèle a priori, utilisé par exemple en géométrie, mène à une certitude de type métaphysique90 : les définitions réelles démontrent la possibilité abstraite de l’objet par les seuls moyens de l’entendement ; Leibniz considère ainsi que les notions définies réellement renferment les propriétés nécessaires à l’expression d’une essence. Les propriétés d’une notion rationnelle suffisent non seulement à reconnaître l’objet représenté, mais aussi à en prouver entièrement la possibilité. En conséquence, l’obtention des définitions réelles se fait par un procédé intellectif qu’on pourrait qualifier d’exhaustif, car il comporte les conditions par lesquelles une entité réelle est complètement distinguée des autres. Par contre, les définitions nominales, même si elles remplissent certaines conditions relatives à la distinction notionnelle, se manifestent de manière différente : bien qu’elles expriment des notions claires et distinctes, les définitions nominales contiennent toujours une part de confusion dans la mesure où le contenu perceptif exprimé demeure de toute évidence incomplet. Si les essences spécifiques énoncées de cette manière acquièrent un niveau satisfaisant de certitude – elles correspondent à la réalité, puisqu’elles comportent les réquisits suffisants pour refléter le phénomène perçu de manière concrète et actuelle –, cette certitude n’est que morale et ne garantit en rien une pleine saisie cognitive de la chose91. Poursuivons avec l’exemple de la notion d’or : la définition de l’or, reposant sur la conception des qualités tant premières que secondes, ne constitue en fait qu’une représentation provisionnelle de cette essence spécifique. Relevant de l’ordre des vérités de fait, la notion d’or s’appuie sur des connaissances empiriques partielles qui en déterminent la valeur de vérité de façon temporaire. Un court texte intitulé De notionibus empiricis explicite précisément le caractère provisionnel, voire artificiel des définitions nominales. Le texte mérite d’être cité et traduit en entier, car il détaille le modèle expérimental établissant les définitions nominales :

  • 92 De notionibus empiricis, A, VI, 4, 16.

Dans les notions empiriques, comme l’or et les autres choses pour lesquelles il ne s’agit de possibilité qu’a posteriori, il n’y a de définitions que provisionnelles. Par exemple, si l’on inventait un certain or artificiel, qui posséderait toutes les propriétés de l’or naturel connues jusqu’ici et qui répondrait aux tests habituels, et que quelqu’un se présentât qui indiquât un nouveau test auquel cet or artificiel ne saurait satisfaire, cette personne aurait certes comblé une lacune dans la définition de l’or en usage jusqu’alors. En outre, il faut reconnaître qu’il ne suffirait pas pour fonder des définitions de notions empiriques (comme je les nomme) que l’on connût la liste des attributs de la chose, car si l’on unifiait cumulativement toutes ces propriétés pour les besoins de la définition, l’on produirait une définition plus longue que nécessaire ; mais il est nécessaire de voir en les rapprochant d’autres notions qui ont des attributs communs lesquelles suffisent à distinguer la chose (comme l’or) de toutes celles qui sont connues, et comme cela peut se faire de plusieurs façons, on a affaire à autant de définitions diverses de l’or. Ainsi l’or peut être défini comme le corps le plus lourd, comme le métal le plus ductile, comme un métal jaune qu’on peut coupeller ou un métal qu’on peut coupeller et rendre malléable92.

47Le De notionibus empiricis met l’accent sur un point inédit : les définitions nominales s’apparentent davantage à des constructions notionnelles qu’à des démonstrations adéquates et formelles de la chose exprimée. La notion d’or rassemble en une même unité définitionnelle les propriétés qui, dans l’état actuel de la connaissance scientifique, permettent le mieux d’en circonscrire l’essence et de la distinguer de celle des autres métaux. Il suffit de posséder une perception distincte d’une réalité empirique, quoique incomplète, pour que nous puissions la considérer conforme du point de vue de la connaissance nominale. La notion empirique repose la plupart du temps sur une hypothèse partiellement confirmée sur le plan de l’observation ; elle supplée souvent aux lacunes du savoir scientifique et pourrait être potentiellement remplacée si une énumération plus achevée et adéquate devenait ultérieurement accessible. La distinction empirique demeure somme toute conjecturale, ce qui fait de la définition nominale une composition notionnelle se modifiant constamment selon l’avancement du savoir expérimental. La série des propriétés de l’or, en nombre indéfini, entre difficilement en une même définition, c’est pourquoi quelques-unes suffisent à nous informer de cette essence de manière distincte. Les Nouveaux Essais stipulent par ailleurs qu’il existe diverses définitions nominales de l’or, chacune permettant de reconnaître différemment cette espèce corporelle :

  • 93 Nouveaux Essais, 3.4.16, A, VI, 6, 299-300.

Ainsi il arrive qu’il y a une manière de pléonasme dans les perceptions que nous avons des qualités sensibles aussi bien que des masses sensibles, et ce pléonasme est que nous avons plus d’une notion du même sujet. L’or peut être défini nominalement de plusieurs façons, on peut dire que c’est le plus pesant de nos corps, que c’est le plus malléable, que c’est un corps fusible qui résiste à la coupelle et à l’eau forte, etc. Chacune de ces marques est bonne et suffit à reconnaître l’or, au moins provisionnellement et dans l’état présent de nos corps, jusqu’à ce qu’il se trouve un corps plus pesant comme quelques chimistes le prétendent de leur pierre philosophale, ou jusqu’à ce qu’on fasse voir cette Lune fixe, qui est un métal qu’on dit avoir la couleur de l’argent, et presque toutes les autres qualités de l’or, et que Mons le Chevalier Boyle semble dire d’avoir fait93.

  • 94 Monadologie § 56-57, GP, VI, 616. La thèse métaphysique du perspectivisme, selon laquelle chaque s (...)

48Un travail d’expérimentation sur chacune des qualités de l’or est par conséquent possible ; les définitions nominales rassemblent des propriétés a posteriori, mais s’obtiendraient parfois à l’aide d’une seule, tant et aussi longtemps que celle-ci parvient à différencier l’objet représenté des autres espèces naturelles. La certitude morale à laquelle accèdent les descriptions phénoménales s’actualise en une pluralité de points de vue et, contrairement à la certitude métaphysique, évolue suivant le progrès de la science naturelle. Le caractère provisionnel des notions empiriques n’oblitère aucunement la nature distincte de la connaissance nominale. Toutefois, la distinction nominale se concrétise de façon différente : non seulement les notions empiriques s’adaptent au progrès de notre connaissance du monde, mais encore, la démarcation des phénomènes naturels s’atteint par une multitude de points de vue expérimentaux qui révèlent différents aspects d’une même essence. La thèse leibnizienne conférant à chaque substance simple un point de vue expressif sur le monde semble ainsi se répercuter sur la théorisation du nominal94 : un phénomène s’explique par une pluralité de notions, toutes susceptibles d’en représenter l’essence concrète, à supposer qu’elles remplissent les conditions de vérité du clair et du distinct. C’est proprement l’accumulation des perspectives phénoménales et le niveau de distinction de celles-ci qui fondent la certitude morale.

  • 95 Nouveaux Essais, 4.3.19, A, VI, 6, 386-387.
  • 96 La position de Hobbes, même si elle diffère de celle de Leibniz à bien des égards, la rejoint en p (...)

49La doctrine leibnizienne de la définition nominale prend appui sur des critères de vérité qui paraissent fort différents de ce que proposaient alors les diverses théories de la science. Pour Leibniz, hormis les conditions purement cognitives de la distinction empirique qui se fondent sur les capacités intellectuelles propres au sens commun, deux principaux critères guident le savoir expérimental : 1/ comme pour la plupart de ses contemporains, surtout de la mouvance empiriste, Leibniz juge nécessaire de multiplier les observations pour parfaire la valeur de vérité des lois causales95. À l’instar des positions de Bacon, de Boyle et de Locke, il s’agit d’accumuler le plus de données d’expérience, afin de saisir les essences spécifiques de façon plus adéquate, de parvenir à des principes plus exacts et de prédire la détermination des corps. On sait que pour Leibniz, l’observation ne se base pas seulement sur le principe a posteriori d’induction ; il semble rejoindre sur ce point plusieurs de ses contemporains – contrairement à ce que laissait présumer la tradition cartésienne – quant à l’apport des expérimentations comme assises du progrès scientifique96. C’est jointe à la démonstration rationnelle que l’induction contribue effectivement à une conception distincte des essences naturelles ; 2/ à l’accumulation des faits observables s’adjoint chez Leibniz une deuxième caractéristique : non seulement faut-il multiplier les expériences pour instituer des définitions nominales rigoureuses, mais de nouvelles découvertes pourraient subséquemment en modifier le contenu notionnel. Certes, la connaissance a posteriori évolue, au contraire du savoir purement rationnel. Mais la fixité des significations empiriques est remise en question dans la théorie leibnizienne : l’identification de nouvelles propriétés explicitant plus distinctement la réalité d’un phénomène pourrait entraîner l’abandon d’une acception établie, devenue dès lors inappropriée.

  • 97 Cf. Bacon, Novum Organum, I, § 82, I, 189-190 ; Boyle, The Usefullness of Experimental Philosophy, (...)

50Il semble que la doctrine leibnizienne décide de franchir une étape que ni Bacon, ni Boyle, ni même Locke, appartenant tous, selon Leibniz, à l’école empiriste, n’avaient envisagée. Pour ces derniers, le progrès scientifique consistait à ajouter des contenus de connaissance à partir de notions établies et stables, dont le fondement ne saurait être contesté par les nouvelles découvertes97. La méthode que suggère en particulier Locke diffère à cet effet de celle qu’on rencontre chez Leibniz : Locke affirme que l’avancement des connaissances empiriques prend appui sur l’accumulation de vérités factuelles qui viennent enrichir la signification des notions nominales. On sait que, d’après Locke, l’essence réelle des corps ne saurait être conçue entièrement par l’entendement humain ; mais l’expérience est tout de même capable de fournir des idées distinctes, lesquelles, s’ajoutant les unes aux autres, spécifient les essences nominales. Tout comme Leibniz, Locke emploie l’exemple de l’or pour illustrer son propos :

  • 98 Essay, 4.12.9, 644-645.

What I have said here of the nominal Essence of Gold, supposed to consist of a Body of such a determinate Colour, Weight, and Fusibility, will hold true, if Malleableness, Fixedness, and Solubility in Aqua Regia be added to it. Our Reasoning from these Ideas will carry us but a little way in the certain discovery of the other Properties in those Masses of Matter wherein all these are to be found98.

  • 99 Essay, 4.12.14, 648.
  • 100 Peter Alexander résume la position de Locke en insistant sur la récurrence des propriétés. La conn (...)

51À mesure que sont pratiquées les expériences, les différenciations spécifiques s’additionnent, produisant des notions nominales de plus en plus certaines. Locke ne stipule jamais que la découverte de nouvelles propriétés naturelles viendrait altérer le sens d’un terme empirique abstrait : ce qui est au départ conçu de manière distincte par l’entendement humain le demeure, malgré l’éventuelle mise à jour des connaissances scientifiques99. Au mieux, les propriétés de malléabilité et de solubilité précisent notre définition de l’or, sans directement en modifier le contenu conceptuel préétabli par les propriétés de couleur, de poids et de fusibilité. La méthode de Locke vise sans contredit la recherche de nouvelles vérités a posteriori pour mieux définir les essences nominales et accroître notre connaissance de la nature, mais jamais au point de remettre en question les notions antérieurement acquises par l’expérience – donc obtenues par idées claires et distinctes –, et d’opérer de profondes substitutions sémantiques au sein de nos descriptions scientifiques100.

52L’approche leibnizienne montre au contraire le caractère conjectural du savoir empirique. Sa conception des définitions nominales implique qu’aucune signification a posteriori ne peut être considérée comme fixe et absolue. Contrairement aux termes mathématiques ou métaphysiques, les termes empiriques comportent une certaine équivoque. Le niveau plus élevé de distinction que procurent les nouvelles observations a non seulement pour effet de rendre les notions empiriques plus exactes, mais suppose également de pouvoir changer les composantes notionnelles de la définition. Si l’on découvrait un métal plus pesant ou plus malléable que l’or – comme ce fut le cas par la suite – c’est-à-dire qu’on en remplaçait certaines propriétés, la notion en question serait résolument différente et référerait au métal d’une tout autre façon. Les notions empiriques ont ceci de particulier qu’elles constatent dans le concret la possibilité des essences, mais qu’au fur et à mesure que l’expérience fournit davantage d’informations sur les réalités phénoménales, la signification des termes s’altère. La certitude morale ou hypothétique à laquelle parvient la perception distincte conserve évidemment une relative stabilité conceptuelle. Toutes les vérités factuelles ne peuvent être remises en doute, surtout celles qui s’appuient sur la confirmation d’experts. Les Nouveaux Essais soulèvent ce point important :

  • 101 Nouveaux Essais, 3.6.30, A, VI, 6, 322-323.

Si nous combinons des Idées compatibles, les limites que nous assignons aux espèces sont toujours exactement conformes à la nature ; et si nous prenons garde à combiner les idées qui se trouvent actuellement ensemble, nos notions sont encore conformes à l’expérience ; et si nous les considérons comme provisionnelles seulement pour des corps effectifs, sauf à l’expérience faite, ou à faire d’y découvrir davantage, et si nous recourons aux experts lorsqu’il s’agit de quelque chose de précis à l’égard de ce qu’on entend publiquement par le nom ; nous ne nous y tromperons pas. Ainsi la Nature peut fournir des idées plus parfaites et plus commodes, mais elle ne donnera point un démenti à celles que nous avons, qui sont bonnes et naturelles, quoique ce ne soient peut-être pas les meilleures et les plus naturelles101.

  • 102 « J’approuve la méthode de tirer des phénomènes ce qu’on peut tirer sans rien supposer, quand même (...)
  • 103 Nicholas Jolley soulève également les dissemblances entre la théorie de Locke et celle de Leibniz (...)

53Il faut, autant que faire se peut, tenter de construire des hypothèses en harmonie avec nos connaissances actuelles, mais il n’est pas impossible, le cas échéant, que le contenu conceptuel des définitions nominales change substantiellement. Lorsqu’un écart trop important entre différentes constructions notionnelles se produit, il faut absolument entamer une modification sémantique qui se répercutera sur l’élaboration des définitions nominales. En somme, la science des phénomènes constitue un savoir qui évolue, mais le progrès de la connaissance empirique se réalise d’après Leibniz d’une manière plutôt adaptative : la signification des notions empiriques s’ajuste selon le développement des explications nominales, quitte à abandonner certaines démarcations spécifiques pour de meilleures distinctions phénoménales. Les concepts qui explicitent les essences spécifiques, comme celles qui distinguent les types de métaux, peuvent se modifier, ce qui impliquerait entre autres une nouvelle classification des substances corporelles. Une hypothèse, dans le champ des recherches empiriques, demeure souvent une construction provisoire, jusqu’à ce que l’expérience la confirme ou l’infirme102. Contrairement à ce que soutenait Locke, la stabilité sémantique des définitions nominales n’est pas à ce point garantie qu’on ne puisse un jour les remplacer par de nouvelles notions plus adéquates103. Au critère de cohérence des sciences expérimentales s’adjoint finalement le caractère évolutif des significations nominales, aspect plutôt original de la théorie leibnizienne de l’expérience.

54Finalement, on peut affirmer que la connaissance de l’individuel est donc intimement liée à l’évolution des définitions nominales. La réponse leibnizienne à l’empirisme strict se lit par conséquent de la manière suivante : les principes rationnels guident la connaissance des individus de la nature, mais leur classification phénoménale en genres et espèces suit une logique adaptative propre aux définitions nominales. Le statut hypothétique de la connaissance empirique permet des réajustements notionnels ultérieurs qui pourraient modifier la manière dont la réalité phénoménale est expliquée. La connaissance nominale de l’individuel se transforme donc constamment, même si elle respecte les conditions de distinction au fondement de la certitude. On peut ainsi en conclure que la science des phénomènes, bien qu’elle permette une représentation distincte des individus, n’en demeure pas moins provisionnelle. Les catégories naturelles dans lesquelles les corps sont identifiés et classifiés tendent à se modifier, ce qui veut également dire que l’individuel se conçoit par cette méthode empirique adaptative. Sans renoncer aux moyens de la connaissance empirique dans la différenciation des phénomènes, Leibniz n’adopte toutefois pas la thèse empiriste qui défend le caractère indubitable des notions nominales établies par notions claires et distinctes ; le clair et le distinct demeurent, dans le domaine de l’expérience, des critères conjecturaux et évolutifs.

5. Conclusion

55La structure argumentative du présent chapitre visait à établir toute l’amplitude de la théorie leibnizienne de l’expérience comme condition de la représentation des individus. Attendu que la définition de la substance énonçait l’essence abstraite de l’individuel, la saisie concrète de l’individu s’effectuerait dès lors à l’aide de la connaissance expérimentale. En effet, pour compléter le modèle a priori, dont l’inconvénient principal consiste à se limiter au domaine cognitif idéel, le projet leibnizien devait se tourner vers le savoir a posteriori qui incorporait les données concrètes sensibles. Dans la lignée des philosophies expérimentales, notamment celle de Bacon, Leibniz dégageait un type d’expérience s’appuyant sur une organisation précise des réalités sensibles : à la manière de la théorie expérimentale baconienne, celle de Leibniz entendait organiser l’expérience pour aboutir à la connaissance de type distinct. Or, malgré la parenté entre les deux démarches, les moyens employés par Leibniz s’éloignent grandement de la doctrine de Bacon fondée sur les méthodes de l’observation et de l’induction : il s’agit plutôt de faire intervenir les procédés rationnels et démonstratifs dans la connaissance empirique afin d’atteindre un degré suffisant de distinction notionnelle.

  • 104 « Les hommes agissent comme les bêtes en tant que les consécutions de leurs perceptions ne se font (...)

56En vue d’expliquer le passage du confus au distinct, la typologie leibnizienne des idées intègre la distinction devenue classique entre les qualités premières et secondes : la sphère du sensible, prise en soi, par la seule conception des qualités secondes, comporte trop de confusion pour déboucher sur une connaissance distincte. Au contraire, la jonction entre les deux types de notions, première et seconde, remplirait les conditions de distinction expérimentale permettant de quantifier l’ordre sensitif. Il ne s’agit pour Leibniz ni de rendre compte des qualités secondes par les qualités premières, comme le proposait la tradition cartésienne, ni de comprendre les types notionnels à partir d’un même schéma perceptif, comme l’entendait l’empirisme de Locke, mais de compléter l’un par l’autre. Leibniz défendrait ainsi un empirisme rationalisé qui prendrait fortement en considération les principes a priori dans la description a posteriori des phénomènes. De plus, le lieu cognitif de la connaissance empirique, jumelant le rationnel au sensitif, se situerait dans l’imagination par le biais du sens commun : comme faculté intermédiaire, le sens commun concevrait les données concrètes au moyen des structures de l’entendement. Le sens commun élaborerait certes un savoir du type général, s’appuyant sur la saisie des qualités premières, mais l’effectuerait toujours au sein de l’imagination qui traduit de manière appropriée les qualités sensibles. L’exemple de l’or montre à quel point les propriétés spécifiques de malléabilité et de fusibilité s’obtiennent par l’articulation des sensations particulières avec des notions quantifiables de figure et de grandeur. Pour Leibniz, la connaissance des phénomènes exigeait cette double contribution cognitive pour aboutir à un savoir expérimental distinct. Comme l’indique la Monadologie, nous procéderions de manière empirique dans les trois quarts de nos actions, et seul l’apport de la raison saurait élever l’esprit à une connaissance exacte104.

57Nous en sommes ensuite venu à l’examen de la catégorie centrale dont traite la science empirique, à savoir le phénomène : contrairement à l’argumentation métaphysique, la description empirique porte sur des manifestations sensibles attribuées de manière ultime à des substances corporelles, définies en tant que phaenomena bene fundata. Or, il était à remarquer que le terme de phénomène comporte deux significations dans la philosophie leibnizienne : ou bien le phénomène constitue une donnée accidentelle exprimant une modification actualisée de la substance individuelle, ou bien il s’agit plutôt d’une donnée empirique commune permettant l’explication de la nature par des lois naturelles. Dans le premier cas, la discipline historique pouvait très bien relater les faits essentiels à une substance individuelle, par exemple à celle de César, et les replacer dans leur ordre chronologique d’apparition pour en reconstituer le récit événementiel. Toutefois, l’histoire procède à l’aide de notions phénoménales particulières qui ne sauraient remplir les conditions de la connaissance distincte. Au contraire, le phénomène compris comme entité commune et naturelle s’explicite par des catégories suffisamment distinctes, celles de genres et d’espèces, dont le comportement est exprimable sous la forme de préceptes généraux. Les substances corporelles, pour faire l’objet d’une véritable description, devaient donc être considérées comme instances naturelles abstraites traduisant de manière suffisamment distincte le particulier.

58Nous pouvons dès lors comprendre que la théorie leibnizienne de l’expérience se structurait autour des définitions nominales, qui transmettraient un contenu conceptuel foncièrement lié à l’avancement de la science. En ce sens, la connaissance des genres et espèces naturels évoluerait selon le progrès de la science, et cette évolution serait d’abord traduisible à l’intérieur de définitions nominales. La signification des termes empiriques, à l’opposé de celle des termes a priori, ne s’établirait donc pas de façon définitive, puisque de nouvelles notions nominales pourraient se substituer aux anciennes, rendues dès lors caduques. La certitude morale à laquelle conduient les notions empiriques garantit une relative stabilité aux vérités de fait, mais par contre ne leur assure aucune fixité sémantique, à l’inverse de ce qui se produit dans le domaine des vérités de raison. C’est la raison pour laquelle la connaissance des corps, par le biais de propositions universelles, demeure toujours inachevée, car le statut des définitions nominales est seulement relatif et non absolu.

Notes

1 Cf. Mugnai (2001) ; Cover et O’Leary Hawthorne (1999), 87-142.

2 On pense surtout aux travaux de Garber (1985), (2005), Adams (1994), 217-261, Fichant (2003), (2004b) et Phemister (1999), (2005), qui traitent avant tout des conditions ontologiques de la substance corporelle.

3 Cf. Russell (1901), 160-171 ; Cassirer (1902), 105-123. Cette position est clairement énoncée chez Émile Ravier qui fait de la théorie leibnizienne de la connaissance un intellectualisme : (1927), 31-49.

4 Discours de métaphysique § 20, A, VI, 4, 1562-1563 : Leibniz y traduit même une passage important du Phédon, comme argument d’autorité contre les philosophes nommés trop matériels. Aussi, la Lettre touchant ce qui est indépendant des Sens et de la Matière à Sophie Charlotte, GP, VI, 502-503.

5 « Le sien a plus de rapport à Aristote, et le mien à Platon, quoique nous nous éloignions en bien des choses l’un et l’autre de la doctrine de ces deux anciens » Nouveaux Essais, A, VI, 6, 47-48. Sur l’influence du platonisme chez Leibniz, en particulier dans les écrits de jeunesse : Mercer (2001), 173-205.

6 Nouveaux Essais, 1.1.1, A, VI, 6, 74.

7 Par exemple, la Lettre à Sophie Charlotte, GP, VI, 499-508.

8 Novum Organum, I, § 95-98 in The Works of Francis Bacon, I, 201-203.

9 Elementa rationis, A, VI, 4, 713-729.

10 Par exemple dans la lettre à Gabriel Wagner: « Dahin gehörtet auch die Kunst die Natur selbst auszusagen und gleichsam auf die folterhand zu bringen, Ars Experimentandi, so Verulamius [Bacon lord Verulam] wohl angegriffen » Lettre à Wagner, GP, VII, 518. Également dans le texte intitulé De la philosophie cartésienne : « Les fondateurs de la philosophie moderne sont Bacon, Galilei, Kepler, Gassendi et Descartes. Le chancelier Bacon fait de belles réflexions sur toutes sortes de doctrines, et s’attache principalement à faciliter les expériences » A, VI, 4, 1480.

11 Cf. Fattori, Marta (1984), Gaukroger (2001).

12 Novum Organum, I, § 82, I, 189-190 trad. Malherbe et Pousseur (1986), 142-143.

13 Bacon note dans un paragraphe antérieur : « Verum in experientiae vero curriculo, eoque ad nova opera producendo, Divina Sapientia omnino et ordo pro exemplari sumenda sunt » Novum Organum, I, § 70, I, 180.

14 Novum Organum, I, § 97, I, 201-202.

15 Novum Organum, II, § 39, I, 306-309.

16 Novum Organum, I, § 105, I, 205 trad. Malherbe et Pousseur (1986), 162-163.

17 De anima, 417b17-418a25 ; cf. Wedin (1988), 30-39.

18 Novum Organum, I, § 96, I, 201.

19 Novum Organum, I, § 98, I, 202.

20 Leibniz l’évoque par moments sans toutefois établir des critères de distinction entre les deux types de connaissance : lettre à Conti du 6 décembre 1715 in Robinet (1957), 42-43.

21 Meditationes, A, VI, 4, 586 ; Paraenesis de scientia generali tradenda, A, VI, 4, 973.

22 Nouveaux Essais, 3.10.1-17, A, VI, 6, 340-345.

23 Dans la Nova Methodus discendae docendaeque jurisprudentiae, Leibniz distingue deux types de qualité sensible, l’un externe, l’autre interne. Les idées de qualités sensibles internes seraient, selon la première version de l’ouvrage, celles de la pensée et de la causalité et, selon les révisions en marge, celles de perception et d’activité (A, VI, 1, 286). Mais dans les textes ultérieurs, tels les Meditationes ou les Nouveaux Essais, seul le premier type externe, par exemple les idées de couleurs ou de sons, regroupe les qualités dites sensibles. Leibniz semble ainsi abandonner la distinction soutenue dans la Nova Methodus, pour ne conserver que le type externe de qualité sensible.

24 « Suivant cette notion que vous donnez de l’idée distincte je ne vois point le moyen de la distinguer de l’idée claire. C’est pourquoi j’ai coutume de suivre ici le langage de M. Descartes, chez qui une idée pourra être claire et confuse en même temps, et telles sont les idées des qualités sensibles, affectées aux organes, comme celle de la couleur ou de la chaleur » Nouveaux Essais, 2.29.4, A, VI, 6, 255.

25 « Primae notiones quarum combinatione fiunt caeterae aut sunt distinctae aut confusae ; distinctae quae per se intelliguntur, ut Ens ; confusae (et tamen clarae) quae per se percipiuntur, ut coloratum, quod non possumus alteri explicare nisi monstrando […] » De synthesi et analysi universali, A, 6, IV, 539-540.

26 Lettre à Sophie Charlotte, GP, VI, 499-500.

27 Nouveaux Essais, 4.3.8, A, VI, 6, 382-383.

28 Pour Locke, les idées provenant d’un seul sens, par exemple les couleurs ou les sons, constituent quand même des idées simples, donc des composantes distinctes dans l’entendement ; Locke indique que nous serions incapables de les nommer en totalité, tant elles sont en grand nombre par la représentation des divers degrés sensibles : « I think, it will be needless to enumerate all the particular simple Ideas, belonging to each Sense. Nor indeed is it possible, if we would, there being a great many more of them belonging to most of the Senses, than we have Names for » Essay, 2.3.2., 122.

29 Essay, 2.8.1-17, 132-138.

30 Dans les Nouveaux Essais, Leibniz soulève la possibilité de comparer les qualités sensibles, par exemple de couleurs, bien que les idées qui les représentent demeurent confuses et ne soient simples qu’en apparence : Nouveaux Essais, 2.2.1, A, VI, 6, 120.

31 Essay, 2.8.14-26, 137-143.

32 Les perceptions externes et internes d’où proviennent respectivement les idées de la sensation et de la réflexion sont certes distinctes chez Locke (Essay, 2.1.1-5, 104-106), mais Leibniz reproche tout de même à ce dernier de les avoir confondues en une même méthode analytique : Nouveaux Essais, 2.21.5, A, VI, 6, 173.

33 Principia philosophiae, VIII, 5-6.

34 Cf. Discours de la méthode : « Premièrement, j’ai tâché de trouver en général les Principes ou Premières Causes, de tout ce qui est, ou qui peut être, dans le monde, sans rien considérer, pour cet effet, que Dieu seul, qui l’a créé, ni les tirer d’ailleurs que de certaines semences de Vérités qui sont naturellement en nos âmes […] Ensuite de quoi, repassant mon esprit sur tous les objets qui s’étaient jamais présentés à mes sens, j’ose bien dire que je n’ai remarqué aucune chose que je puisse assez commodément expliquer par les Principes que j’avais trouvés » AT, VI, 63-64. Il est vrai qu’à certains endroits, Descartes admet les lacunes d’une science purement rationnelle, laquelle gagnerait à inclure une dimension empirique : Regulae ad directionem ingenii, AT, X, 410-416 ; Principia philosophiae, VIII, 100-103.

35 Par exemple, chez Malebranche, les sens sont uniquement utiles dans la pratique, afin de connaître et de conserver notre propre corps : « De ne juger par les sens de ce que les choses sont en elles-mêmes, mais seulement du rapport qu’elles ont avec notre corps, parce qu’en effet ils ne nous sont point donnés pour connaître la vérité des choses en elles-mêmes, mais seulement pour la conservation de notre corps » Recherche de la vérité I.V.III, 77-78.

36 « Mais pour revenir aux Vérités nécessaires, il est généralement vrai, que nous ne les connaissons que par cette Lumière naturelle, et nullement par les expériences des Sens. Car les Sens peuvent bien faire connaître en quelque façon, ce qui est, mais ils ne sauraient faire connaître ce qui doit être ou ne saurait être autrement » Lettre à Sophie Charlotte, GP, VI, 504.

37 Meditationes, A, VI, 4, 586.

38 Cf. Loemker (1973c), 161.

39 Logica de notionibus, A, VI, 4, 1297-1298.

40 De synthesi et analysi universali, A, VI, 4, 542, trad. Rauzy (1998), 138-139 ; cf. aussi la lettre à Jean Gallois d’octobre 1682 : « Par la même considération je satisfis aux difficultés qui avaient embarrassé M. Hobbes, car Hobbes soutenant avec raison, que toute vérité nécessaire peut être démontrée par les définitions, et reconnaissant les définitions pour nominales seulement et arbitraires, il lui semblait donc que les vérités seraient encore arbitraires, faute d’avoir considéré, qu’il ne dépend pas de nous de former les définitions, puisqu’il faut y employer des notions qui soient possibles, et compatibles […] » A, II, 1, 833-834.

41 « Nam natura definitionis est, ut definiat, id est, determinet nominis definiti significationem, eamque abscindat ab omni alia significatione quam quae in definitione continetur ; et propterea distinctionum, quotquot esse possunt circa definitum, una definitio omnium locum obtinet » De corpore, 1.6.15 in Opera philosophica, I, 74.

42 De corpore, 1.6.4-6 in Opera philosophica, I, 61-65; cf. Hungerland and Vick (1981), 73-80.

43 La théorie hobbesienne de la connaissance se concentre pour l’essentiel sur les facultés de la sensation et de l’imagination ; c’est dans une philosophie du langage qu’elle élabore ensuite les composantes d’une science générale ; cf. Léviathan, 1, 4 in Opera philosophica, III, 21-31.

44 La règle XII des Regulae est consacrée à l’explicitation du sens commun (AT, X, 410-430) ; cf. Beyssade (2001). La notion de sens commun provient avant tout de la philosophie aristotélicienne et sert à identifier les sensibles perçus par tous les sens, comme le mouvement ou la figure, anticipant en quelque sorte la catégorie galiléenne de qualité première : De anima, 424b22-425b11 ; cf. aussi le commentaire de Thomas d’Aquin dans la In Aristotelis librum De anima commentarium, lect. 13.

45 Éthique, II, prop. XL, 120-121.

46 Leibniz ne s’intéresse à la notion de sens commun qu’à une époque assez tardive, car le terme n’apparaît véritablement qu’au début du XVIIIe siècle. Selon Frédéric de Buzon, il est difficile de déterminer l’importance du sens commun dans la philosophie leibnizienne, puisque l’ensemble des textes de cette période, encore aujourd’hui, ne sont pas encore entièrement publiés : (1991), 531-532. Mais comme certains passages offrent une théorisation suffisamment complète du sens commun, notamment les Nouveaux Essais et la correspondance avec Sophie Charlotte, il nous semble évident que Leibniz l’intègre à son épistémologie comme aspect primordial de la connaissance empirique.

47 Lettre à Sophie Charlotte, GP, VI, 500-501.

48 « C’est ce qu’on appelle l’imagination, laquelle comprend à la fois les notions des sens particuliers, qui sont claires mais confuses, et les notions du sens commun, qui sont claires et distinctes » Lettre à Sophie Charlotte, GP, VI, 501. Pour une analyse du lien entre imagination et sens commun : Pasini (1996), 162-169.

49 « Il y a donc trois rangs de notions : les sensibles seulement, qui sont les objets affectés à chaque sens en particulier, les sensibles et intelligibles à la fois, qui appartiennent au sens commun, et les intelligibles seulement, qui sont propres à l’entendement » Lettre à Sophie Charlotte, GP, VI, 502.

50 L’analyse de la couleur verte par le biais des couleurs jaune et bleu atteste l’introduction de la décomposition notionnelle dans le sensitif, car le vert peut désormais faire l’objet d’une définition : « Toutes les fois qu’on a une bonne définition, on a une Idée distincte, par exemple lorsque je dis que le vert est un mélange du bleu et du jaune. […] La notion que nous avons du vert qui est une couleur plus composée, est non seulement claire, mais encore distincte, parce qu’elle est accompagnée d’une définition ou analyse, par laquelle cette notion est résolue dans certains réquisits ou ingrédients. Mais celle du bleu est claire seulement et non pas distincte. Elle est claire, parce que nous pouvons reconnaître ce qui est bleu ou non, sans nous tromper ; mais elle n’est pas distincte, car nous ne savons pas distinctement, en quoi consiste ce je ne sais quoi que nous y sentons, sans l’entendre. Vous voyez donc qu’une chose peut être claire aux sens, sans être distincte par rapport à l’entendement » Lettre à Burnett du 13 février 1700, GP, III, 256.

51 « […] ces idées sensitives dépendent du détail des figures et mouvements et les expriment exactement, quoique nous ne puissions pas y démêler ce détail dans la confusion d’une trop grande multitude et petitesse des actions mécaniques qui frappent nos sens » Nouveaux Essais, 4.6.7., 403

52 Nouveaux Essais, 2.5.1, A, VI, 6, 128.

53 Dans les Generales inquisitiones, Leibniz mentionne que les propriétés sensibles sont des termes de nature simple, puisque que l’entendement ne saurait les analyser en tant que telles. La liaison entre le sensible et le rationnel fait perdre ce caractère primitif aux notions confuses du sens externe, mais les rend par contre plus distinctes, donc définissables : « Sunt etiam Termini primitivi simplices omnia illa phaenomena confusa sensuum, quae clare quidem percipimus, explicare autem distincte non possumus, nec definire per alias notiones, nec designare verbis. […] Utile tamen erit eos cum confusi sint, ratiocinationemque nihil adjuvent, evitare quoad licet, adhibendo loco definitionum notiones distinctas comites, quatenus eae sufficiunt ad confusas inter se discenendas » A, VI, 4, 744-745.

54 La distinction s’associe nécessairement à la généralisation définitionnelle, tant sur le plan du réel que du nominal : le court texte intitulé De distincta perceptione prend l’exemple de la notion de genre humain pour illustrer la conversion du confus en distinct, à savoir du sensible en intellectif : « Distincte percipimus, cujus partes vel attributa percipimus tanquam ad ipsum pertinentia, verbi gratia cum homine oblato vultum ejus percipimus, simulque cogitamus vultum ad hunc hominem pertinere. Alioqui cum oculos in turbam conjicimus singulos homines percipimus, singulorumque nobis obversorum vultus, sed confuse. Et cum sonitum aquae labentis e longinquo audimus, multorum quidem fluctuum strepitum audimus, nam non est ratio cur unius potius quam alterius ; et, si nullius, utique nihil audiremus ; confusa tamen haec perceptio est » A, VI, 4, 58.

55 Nouveaux Essais, 2.8.9, A, VI, 6, 130.

56 « Il ne faut point s’imaginer, que ces idées comme de la couleur ou de la douleur soient arbitraires, et sans rapport ou connexion naturelle avec leurs causes : ce n’est pas l’usage de Dieu d’agir avec si peu d’ordre et de raison. Je dirais plutôt qu’il y a une manière de ressemblance non pas entière et pour ainsi dire in terminis, mais expressive, ou de rapport d’ordre ; comme une Ellipse, et même une Parabole ou Hyperbole ressemblent en quelque façon au cercle dont elles sont la projection sur le plan » Nouveaux Essais, 2.8.13, A, VI, 6, 131.

57 Consilium de encyclopaedia nova conscribenda methodo inventoria : A, VI, 4, 347-348 ; pour une analyse détaillée de la liste des catégories soulevées par Leibniz dans le Consilium : Duchesneau (1993), 24-30.

58 « Qualitates autem istae vel sunt simplices, quae describi non possunt, sed ut cognoscantur sentiri debent, quales sunt : Lux, Color, Sonus, Odor, Sapor, Calor, frigus ; vel sunt compositae et descriptione explicari possunt, adeoque sunt quodammodo intelligibiles, ut firmitas, fluiditas, mollities, tenacitas, friabilitas, fissilitas, aliaeque id genus […] » Consilium, A, VI, 4, 347.

59 Leibniz note dans une lettre à Bourguet que l’expérience humaine en demeure souvent au niveau de la connaissance vraisemblable, très utile dans certains cas, bien qu’incertaine : « On estime encore les vraisemblances a posteriori, par l’expérience, et on y doit avoir recours au défaut des raisons a priori : par exemple, il est également vraisemblable que l’enfant qui doit naître soit garçon ou fille, parce que le nombre des garçons et des filles se trouve à peu près égal dans ce Monde. L’on peut dire que ce qui se fait le plus ou le moins est aussi le plus ou le moins faisable dans l’état présent des choses, mettant toutes les considérations ensemble qui doivent concourir à la production d’un fait » Lettre à Bourguet du 22 mars 1714, GP, III, 570. L’influence de l’Essai de logique de Mariotte sur la philosophie leibnizienne semble ici notable : I, XLI-LIII.

60 Nouveaux Essais, 3.4.16, A, VI, 6, 299.

61 Loemker résume parfaitement la thèse leibnizienne: « Leibniz’s empiricism centers in the problem of verifying, to the extent that this is possible, truths of facts. Such truths are sharply distinguished from truths of reason, but – and this is his great difference from John Locke – they are not independent of truths of reason. Experience does not mean, for Leibniz, as it does for the English school, simple impressions of sense or of reflection » (1973c), 160.

62 Nouveaux Essais, 2.1.2, A, VI, 6, 110-111.

63 Russell (1901), 70-74, Adams (1994), 217-261.

64 Garber (1985), Fichant (2003), Phemister (2005), 81-103.

65 Discours de métaphysique § 14, A, VI, 4, 1550.

66 Leibniz semble concevoir le phénomène, dans cette première acception, comme modification de toute chose, substantielle ou non, tandis que l’accident est nécessairement lié à la substance : Catalogus notionum primariarum, A, VI, 4, 636. Ces notions se recoupent néanmoins en ce qu’elles expriment toutes deux un modus rei.

67 Discours de métaphysique § 13, A, VI, 4, 1546-1549.

68 « Completum est, cujus conceptus omnia involvit praedicata ejusdem subjecti, ideoque est ipse subjecti ultimi, sive suppositi conceptus. Ita conceptus Alexandri aut bucephali omnia involvit, quae de eo praedicari possunt, cui tribuitur Alexandri appellatio, nam qui Alexandrum perfecte cognoscit, omnem ejus naturam et Historiam novit » Divisio terminorum ac enumeratio attributorum, A, VI, 4, 559.

69 De synthesi et analysi universali, A, VI, 4, 544.

70 Methodus physica, A, VI, 3, 455-456.

71 Discours touchant la méthode de la certitude et l’art d’inventer, GP, VII, 182.

72 « L’existence réelle des êtres qui ne sont point nécessaires est un point de fait ou d’Histoire, mais la connaissance des possibilités et des nécessités (car nécessaire est dont l’opposé n’est point possible) fait les sciences démonstratives » Nouveaux Essais, 3.5.2, A, VI, 6, 301 ; cf. Granger (1993).

73 Discours, GP, VII, 175 ; ces procédés démonstratifs sont également évoqués dans une lettre à Burnett du 11 février 1697 : « Mais la Philosophie pratique est fondée sur la véritable Topique ou Dialectique, c’est-à-dire, sur l’art d’estimer les degrés des probations qui ne se trouve pas encore dans les auteurs logiciens, mais dont les seuls Jurisconsultes ont donné des échantillons qui ne sont pas à mépriser, et peuvent servir de commencement pour former la science des preuves, propre à vérifier les faits historiques, et pour donner le sens des textes » GP, III, 193-194.

74 Nova methodus, A, VI, 1, 313-324.

75 Selon Yvon Belaval, les limites inhérentes à la recherche historique ne l’excluent pas du domaine du savoir, mais plutôt de celui de la science démonstrative et universelle : « Bornée au quid facti, elle s’appuie sur la mémoire et non sur la pure raison qui traite quid juris. Ses propositions contingentes échappent donc à la nécessité des propositions vraiment universelles, soit que, dans les sciences de la nature, leur généralité soit seulement induite, ou qu’elles consignent les cas qui n’entrent pas sous la loi, soit que, dans l’histoire humaine, elles relatent les actions mémorables des grandes individualités » (1960), 101.

76 « Car on trouverait que cette démonstration de ce prédicat de César n’est pas aussi absolue que celles des nombres ou de la Géométrie, mais qu’elle suppose la suite des choses que Dieu a choisie librement, et qui est fondée sur le premier décret libre de Dieu, qui porte de faire toujours ce qui est le plus parfait […] » Discours de métaphysique § 13, A, VI, 4, 1548.

77 Monadologie § 26, GP, VI, 611.

78 Sur le principe de raison § 9, C, 14, trad. Rauzy (1998), 475-476.

79 La suite du Discours de métaphysique se lit ainsi « Cependant il est vrai que les perceptions ou expressions de toutes les substances s’entrerépondent, en sorte que chacun suivant avec soin certaines raisons ou lois qu’il a observées, se rencontre avec l’autre qui en fait autant […] Or, quoique tous expriment les mêmes phénomènes, ce n’est pas pour cela que leurs expressions soient parfaitement semblables, mais il suffit qu’elles soient proportionnelles […] » § 14, A, VI, 4, 1550.

80 Nouveaux Essais, 4.2.14, A, VI, 6, 374-375.

81 « The claim that the reality of bodies consists in the reality of the substances that are aggregated in them presupposes that substances are aggregated in them, and this aggregation presupposes the harmony of perceptions » Adams (1994), 261.

82 Selon Daniel Garber, Leibniz aurait adopté un réalisme à l’époque du Discours de métaphysique, avant d’élaborer une métaphysique idéaliste avec le concept de monade: « But what I think I have shown is that the physics of Leibniz’s important middle years is not a science merely of the way things appear; it is not merely a science of the phenomena. Leibniz’s physics is a science of corporeal substances, things that are real in the fullest sense » (1985), 99. Sur l’idéalisme de l’ontologie leibnizienne plus tardive d’après Garber : Leibniz and Idealism (2005). D’autres commentateurs considèrent que la métaphysique de la maturité implique également un certain degré de réalité des substances corporelles : Fichant (2004b), Phemister (2005).

83 « The notions of complexity and harmony are clearly connected in these statements with notions of explanatory and predictive order. Real phenomena are those that form part of a coherent, scientifically adequate story that appears all or most of the time, at least in a confused way, to all or most perceivers. That is the story that would be told, or approximated, by a perfected physical science » Adams (1994), 257.

84 Entretien entre Philarète et Ariste, GP, VI, 583-584.

85 Les Nouveaux Essais soulèvent également cette trichotomie : « Fort bien, et c’est dans ce sens, que les Philosophes aussi, distinguant si souvent entre ce qui est de l’Essence, et ce qui est de l’Existence, rapportent à l’Existence tout ce qui est accidentel ou contingent. Bien souvent, on ne sait pas même si les propositions universelles, que nous ne savons que par expérience, ne sont pas peut-être accidentelles aussi, parce que notre expérience est bornée. […] Cependant on peut prendre l’accidentel d’une manière plus rétrécie, en sorte qu’il y a comme un milieu entre lui et l’essentiel, et ce milieu est le naturel, c’est-à-dire, ce qui n’appartient pas à la chose nécessairement, mais qui cependant lui convient de soi, si rien ne l’empêche » 4.9.9, A, VI, 6, 433.

86 De modo distinguendi phaenomena realia ab imaginariis, GP, VII, 320. Pour une analyse en profondeur de ce texte : Poser (2000), 27-33.

87 La construction d’hypothèses a posteriori prend en grande partie appui sur ce critère de cohérence, suivant la suite du texte : « Sed potissimum realitatis phaenomenorum indicium quod vel solum sufficit, est successus praedicendi phaenomena futura ex praeteritis et praesentibus, sive illa praedictio in ratione aut hypothesi hactenus succedente, sive in consuetudine hactenus observata fundetur » Ibid ; Cf. Sur la doctrine leibnizienne de l’hypothèse : Duchesneau (1993), chap. III.

88 Cf. McRae: « Phenomena as objects of experience involve not only mathematical concepts but also metaphysical concepts, that is, they are products of the conjunction of concepts derived from two separate sources » (1976), 134.

89 Leibniz discute des procédés d’expérimentation sur le plan plus strict de la science, notamment de l’utilité des hypothèses, dans la Schediasma de Arte inveniendi Theoremata : C, 174.

90 La Dissertatio de stylo philosophico Nizolii mentionne déjà la dichotomie entre les certitudes métaphysique et morale, soit entre le type de connaissance purement démonstratif et celui qui résulte de l’expérience par la juxtaposition du rationnel au sensible : A, VI, 2, 431-432.

91 L’induction seule ne saurait atteindre la certitude, car aucun principe rationnel n’articulerait les données observées pour les traduire en lois universelles : « Hinc jam patet inductionem per se nihil producere, ne certitudinem quidem moralem, sine adminiculo propositionum non ab inductione, sed ratione universali pendentium ; nam si essent et adminicula ab inductione, indigerent novis adminiculis nec haberetur certitudo moralis in infinitum » Dissertatio, A, VI, 3, 432.

92 De notionibus empiricis, A, VI, 4, 16.

93 Nouveaux Essais, 3.4.16, A, VI, 6, 299-300.

94 Monadologie § 56-57, GP, VI, 616. La thèse métaphysique du perspectivisme, selon laquelle chaque substance exprime le monde d’un point de vue singulier, semble donc davantage s’exprimer dans la doctrine des définitions nominales que dans celle qui a trait aux définitions réelles et qui insiste sur le caractère univoque des termes employés dans la démonstration rationnelle. La lettre à Rémond de juillet 1714 met en relation le perspectivisme avec la science des phénomènes : « Cependant tous ces corps et tout ce qu’on leur attribue, ne sont point des substances, mais seulement des phénomènes bien fondés, ou le fondement des apparences, qui sont différentes en différents observateurs, mais qui ont du rapport et viennent d’un même fondement, comme les apparences différentes d’une même ville vue de plusieurs côtés » GP, III, 622.

95 Nouveaux Essais, 4.3.19, A, VI, 6, 386-387.

96 La position de Hobbes, même si elle diffère de celle de Leibniz à bien des égards, la rejoint en partie quant à la nécessité de complémenter l’expérience par la démonstration dans le savoir scientifique : De corpore, 1.6.7-13 in Opera philosophica, I, 65-72.

97 Cf. Bacon, Novum Organum, I, § 82, I, 189-190 ; Boyle, The Usefullness of Experimental Philosophy, III, 199-212 ; pour une analyse du rapport entre les positions de Leibniz et de Boyle : Loemker : (1955) ; sur cet aspect chez Boyle et Locke : Alexander (1985), 67-88.

98 Essay, 4.12.9, 644-645.

99 Essay, 4.12.14, 648.

100 Peter Alexander résume la position de Locke en insistant sur la récurrence des propriétés. La connaissance nominale serait réelle parce qu’elle se fonde sur une description exacte de la nature: « […] having found that samples of what we call gold have these properties we will turn this into a definition, an abstract idea of gold, so that in future nothing that does not have these properties will be counted as gold. Since these properties have been found together in nature we are very likely to find them together again. What is certain is that if we don’t, we won’t find gold. This, of course, is real knowledge of nominal essence and is real because nominal essences have a ‘foundation in nature’«  (1985), 300.

101 Nouveaux Essais, 3.6.30, A, VI, 6, 322-323.

102 « J’approuve la méthode de tirer des phénomènes ce qu’on peut tirer sans rien supposer, quand même ce ne serait quelque fois que tirer des conséquences conjecturales, cependant quand les Data, ne suffisent point il est permis (comme on fait quelque fois en déchiffrant) d’imaginer des hypothèses, et si elles sont heureuses, on s’y tient provisionnellement en attendant, que les nouvelles Expériences nous apportent Nova Data, et ce que Bacon appelle Experimenta crucis pour choisir entre les hypothèses […] » Lettre à Conti du 6 décembre 1715 dans Robinet (1957), 42-43.

103 Nicholas Jolley soulève également les dissemblances entre la théorie de Locke et celle de Leibniz quant à la portée de la connaissance empirique sur la signification des termes nominaux : (1984), 150-161.

104 « Les hommes agissent comme les bêtes en tant que les consécutions de leurs perceptions ne se font que par le principe de la mémoire, ressemblant aux Médecins Empiriques, qui ont une simple pratique sans théorie ; et nous ne sommes qu’Empiriques dans les trois quarts de nos Actions. Par exemple, quand on s’attend qu’il y aura jour demain, on agit en Empirique, parce que cela s’est toujours fait ainsi jusqu’ici. Il n’y a que l’Astronome qui le juge par raison » Monadologie, § 28, GP, VI, 611.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

leslibraires.frMollat
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search