Version classiqueVersion mobile

Les limites du soi

 | 
Thomas Pradeu

Conclusion générale

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, nous avons proposé un examen des concepts et théories de l’immunologie actuelle. Notre objectif était de déterminer si cette discipline était ou non en mesure d’apporter une réponse à la question de savoir ce qui fait l’identité d’un être vivant. Nous pensons avoir établi les thèses suivantes :

  1. Les termes de « soi » et de « non-soi », pourtant situés au centre de la discipline, ne sont pas définis avec suffisamment de précision pour constituer des termes scientifiques. Ils possèdent certes une valeur suggestive, en ce qu’ils rapprochent un domaine de la biologie expérimentale de préoccupations psychologiques et morales relatives à l’identité, mais nous pensons qu’un tel rapprochement est peu fondé, et comporte de nombreux risques. Nous nous sommes donc proposé de rejeter l’usage des termes de « soi » et de « non-soi ».
  2. La théorie du soi et du non-soi est inadéquate expérimentalement. Les phénomènes d’autoréactivité et d’auto-immunité normales d’une part, et de tolérance immunitaire d’autre part, démontrent que cette théorie n’est pas satisfaisante et qu’il serait souhaitable qu’elle soit remplacée par une autre théorie.
  3. Il convient de maintenir l’exigence de proposer un critère d’immunogénicité, c’est-à-dire une réponse à la question « à quelles conditions une réponse immunitaire se produit-elle ? » C’est à une telle exigence que doit répondre la formulation d’une ou de plusieurs théories concurrentes de celle du soi et du non-soi.
  4. La théorie que nous proposons, dite « théorie de la continuité », est une théorie de portée générale (parce qu’elle concerne un très grand nombre d’organismes), elle est en adéquation avec les données expérimentales disponibles et elle permet d’établir un certain nombre de prédictions. Nous la soumettons au jugement des immunologistes et des philosophes.
  5. Bien que l’immunologie ne puisse pas, selon nous, continuer de se construire autour des notions de « soi » et de « non-soi », elle n’en est pas moins en mesure de répondre à la question de ce qui fait l’identité d’un être vivant. Cependant, deux restrictions importantes doivent être notées :
  6. L’immunologie n’apporte un éclairage spécifique et décisif que sur la question de l’individualité biologique, et non pas sur d’autres aspects de l’identité biologique, tels que l’unicité de l’être vivant, et sa description individuelle.
  7. L’immunologie ne permet de définir l’individualité qu’au niveau de l’organisme, et non pas au niveau de tout être vivant quel qu’il soit.
  8. L’immunologie offre une théorie physiologique de l’individuation. Ce faisant, elle relève le défi de David Hull, qui consistait à trouver une théorie relevant de la physiologie, c’est-à-dire de la biologie fonctionnelle, permettant d’individuer les êtres vivants. L’immunologie définit l’organisme en tant qu’individu biologique. Elle montre en effet qu’un organisme est un tout fonctionnellement intégré, fait de constituants hétérogènes qui sont localement interconnectés par des interactions biochimiques fortes et contrôlés par des interactions immunitaires systémiques constantes et d’une même moyenne intensité. En offrant un critère d’intégration, l’immunologie propose un critère d’individuation, qui permet très concrètement d’établir les frontières d’un organisme.
  9. Notre définition montre que tout organisme est hétérogène, c’està-dire partiellement constitué d’entités exogènes.
  10. Lorsqu’elle est articulée à l’individuation évolutionnaire, l’individuation immunologique-physiologique que nous avons proposée permet de démontrer que l’organisme n’est pas un individu biologique quelconque, mais le meilleur exemple d’individu biologique. Cette thèse se fonde sur trois arguments :
  11. L’organisme hétérogène est défini de manière précise comme une entité discrète et cohésive, grâce au critère d’immunogénicité que nous avons proposé.
  12. L’organisme hétérogène est dans de nombreux cas un individu évolutionnaire. Ce constat nous a en outre permis de montrer qu’il est dans certains cas nécessaire de modifier la définition générale de ce qui compte comme un individu évolutionnaire.
  13. L’organisme hétérogène exerce un contrôle sur la variation de ses constituants de niveau inférieur, en particulier les lignées de ses cellules.
  14. La définition de l’organisme hétérogène permet de proposer un interactionnisme co-constructionniste en immunologie, et ce faisant de préciser le type d’interactions qu’entretiennent un organisme et son environnement.

2Dans ce travail, la biologie de l’évolution a constitué une sorte d’arrière-plan, sans doute discret, mais permanent (depuis Burnet et sa vision sélectionniste des bactéries puis des cellulaires immunitaires, jusqu’à la problématique de l’individuation évolutionnaire). Pour terminer ce travail en ouvrant quelques perspectives pour l’avenir, nous souhaiterions faire quelques remarques sur la manière dont nous nous situons par rapport à la biologie de l’évolution.

3La biologie de l’évolution domine incontestablement la philosophie de la biologie internationale. Ce fait s’explique aisément par l’attirance que suscite la théorie de l’évolution par sélection naturelle, sans conteste la théorie la plus puissante dont dispose la biologie. En outre, il convient de remarquer que les philosophes de la biologie qui ont travaillé sur l’évolution ont su poser des questions à la fois philosophiquement et scientifiquement passionnantes, et ont même contribué à y apporter des réponses. Ces philosophes de la biologie, dont David Hull ou Elliott Sober sont deux excellents exemples, ont montré que la philosophie pouvait travailler au plus près de la science, et qu’elle n’était pas qu’une activité consistant à poser des questions, mais pouvait, parfois du moins, apporter des réponses.

4Nous pensons cependant que la philosophie de la biologie fonctionnelle (ou physiologie) doit être développée, et tout particulièrement la philosophie de la biologie moléculaire. Les divers domaines de la biologie fonctionnelle, c’est-à-dire, pour reprendre l’expression d’Ernst Mayr, ceux qui posent principalement des questions de type « comment ? », soulèvent en eux-mêmes des problèmes philosophiques passionnants – notamment, nous espérons l’avoir montré, sur l’unicité et l’individualité de l’être vivant. En outre, ils posent parfois des questions identiques, ou du moins semblables, à celles que pose la biologie de l’évolution si bien que, dans tous ces cas, il est utile d’articuler les deux types de réponse. Là encore, l’exemple de l’identité biologique comprise comme individualité nous semble éclairant : l’individuation immunologique nous a permis de suggérer une modification de plusieurs idées inhérentes à l’individuation évolutionnaire, et même, dans certains cas, une modification de l’ontologie dessinée par cette dernière.

  • 1 J. Maynard-Smith and E. Szathmary (1995), op. cit.; R. E. Michod (1999), op. cit.; P. Godfrey-Smit (...)

5Nous avons terminé nos analyses par la thèse selon laquelle l’immunologie doit se rapprocher d’autres disciplines, en particulier la micro-biologie et l’écologie. Un travail considérable resterait à faire de ce point de vue : articuler la définition de l’individualité biologique que nous avons proposée à partir de l’immunologie avec le débat, extrêmement actif aujourd’hui, sur les transitions entre niveaux d’individualité1. Si nous avons pu proposer ici quelques idées susceptibles d’amorcer cette articulation, nous considérerions que nos investigations immunologiques n’ont pas été totalement inutiles.

Notes

1 J. Maynard-Smith and E. Szathmary (1995), op. cit.; R. E. Michod (1999), op. cit.; P. Godfrey-Smith, « Local Interaction, Multilevel Selection, and Evolutionary Transitions » (2006b); S. Okasha, Evolution and the Levels of Selection (2006).

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search