Version classiqueVersion mobile

Profession philosophe

 | 
Michel Seymour

5. L’individualisme en philosophie politique

Texte intégral

1J’en viens au troisième aspect de ma pratique de philosophe analytique. Il s’agit de se pencher sur l’individualisme conçu comme une doctrine affirmant la primauté absolue de l’individu par rapport à la communauté. Quel est ce combat que je mène contre l’individualisme ? Ce n’est pas du tout un combat théorique. C’est une inquiétude persistante et quotidienne qui m’habite. Je ne veux pas renverser le rapport de priorité entre l’individu et la communauté, mais je veux leur accorder une importance égale. C’est vrai que les valeurs individuelles ne doivent pas être subordonnées aux valeurs collectives, mais l’inverse est aussi vrai. Les valeurs collectives ont à mes yeux une importance équivalente.

2Je peux illustrer les excès de l’individualisme en me servant d’un exemple qui est, il est vrai, particulièrement caricatural, mais qui en même temps est l’un des événements les plus dramatiques que nous ayons vécu en ce début de xxie siècle. Il s’agit de l’accession de George W. Bush à la présidence des États-Unis. Les gestes de Bush fils montrent jusqu’où peut aller l’individualisme libéral lorsqu’il se croit dans son bon droit. Il y a un fanatisme libéral individualiste tout comme il y a un fanatisme religieux, qu’il soit musulman, catholique, protestant ou judaïque. C’est au nom des valeurs libérales individualistes que George W. Bush s’en est allé en croisade, ne l’oublions pas. Il est certes un born-again Christian, mais ce n’est pas pour cela que son adhésion aux valeurs libérales individualistes se fait sur un mode fanatique. Il vit son rapport à l’individualisme libéral sur un mode fanatique indépendamment de ses croyances religieuses. Le discours sur la liberté à l’occasion de son intervention sur l’état de l’Union au début de 2005 fait de Bush un porte-étendard extrémiste de l’individualisme libéral.

3On souligne très souvent les excès du nationalisme, mais on semble moins enclins à souligner les excès de l’individualisme libéral américain habité par la certitude que la lutte pour la liberté individuelle justifie tous les moyens. Bien sûr, le philosophe individualiste a une réponse toute faite à la critique que je viens de formuler. Il soutiendra que le libéralisme individualiste implique la nécessaire conformité à un ordre juridique comme une charte des droits et libertés, et que les excès de Bush sont dans une certaine mesure justement contraires à l’esprit de l’individualisme libéral, car cette doctrine devrait nous inciter plutôt à protéger les libertés individuelles des prisonniers afghans, des Irakiens et des Américains qui sont détenus sans raison. Il pourra même tenter d’établir un lien entre l’attitude des États-Unis et le nationalisme que les libéraux individualistes doivent ultimement être appelés à combattre. Cela se révèlerait dans le Patriot Act, qui peut être vu comme un excès nationaliste qui s’en prend aux libertés individuelles. Mais cette réponse fait bien peu de cas de la rhétorique du président. C’est bel et bien avec l’objectif avoué d’instaurer à travers le monde les valeurs libérales individualistes que le président s’est engagé dans une guerre contre l’Irak. Je veux bien croire que toutes les versions du libéralisme individualiste n’ont pas cette conséquence fâcheuse, mais on ne peut nier que, selon une de ses versions, on peut violer s’il le faut l’intégrité territoriale des États et imposer sur son propre territoire un arsenal excessif de mesures antiterroristes pour réussir à implanter les valeurs libérales.

4Les individualistes libéraux n’hésitent pas à brandir des exemples de nationalisme violent pour justifier leur rejet du nationalisme en général. Pourtant, la plupart des cas de nationalisme violent s’illustrent par des actes répréhensibles posés contre d’autres peuples. Le philosophe nationaliste pourrait donc lui aussi répondre que de tels gestes vont à l’encontre du nationalisme, puisque ce dernier n’est rien d’autre que la défense du droit de tous les peuples. Toute action menée contre un peuple, fût-elle animée par un certain esprit nationaliste, s’oppose au nationalisme correctement compris. Mais les individualistes réduisent très souvent le nationalisme à un argument justifiant une préférence nationale qui serait mise en pratique sur le dos des autres peuples. En me servant de l’exemple de George W. Bush et de ses politiques qui briment les individus dans le but de défendre les individus, je prends en défaut l’individualisme libéral, car je lui rends au fond la monnaie de sa pièce.

5J’ajouterais enfin que les libéraux individualistes conçoivent souvent la société comme n’étant rien de plus qu’une association libre d’individus. Or, cette conception favorise ou rend à tout le moins possibles des comportements cavaliers qui font fi de toute conformité avec un ordre juridique contraignant. Le philosophe libéral individualiste ne conçoit-il pas très souvent le lien sociétal comme n’étant rien de plus qu’un simple lien associatif ? Les rapports qui lient l’individu au reste de la société ne sont-ils pas selon lui strictement contractuels et les contrats au sein d’une association ne peuvent-ils pas être révoqués ? Il y a très souvent au cœur de la pensée libérale individualiste une vision tellement simplificatrice de la vie en groupe, vision qui fait l’impasse sur l’appartenance nationale, que l’on comprend très bien comment un individu animé par ce genre de pensée peut assez facilement être amené à se considérer au-dessus des lois et capable de se faire justice lui-même. Aussi, même si la plupart des individualistes récuseraient sans réserve les gestes du président Bush, il y a une collusion involontaire entre ce qu’ils défendent très souvent et certains comportements du président, qui devrait les forcer à réfléchir. Je suis parfaitement conscient de ne pas être en mesure de régler le sort de l’individualisme libéral en tant que tel en brandissant seulement l’une de ses manifestations les plus moralement problématiques. Cela étant dit, l’exemple de Bush permet au moins de montrer que le débat est tout sauf abstrait.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search